Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Des dettes qui font date

Des dettes qui font date

À l’Allemagne qui, comme d’autres, attend de la Grèce qu’elle règle ses dettes, cette dernière lui rappelle qu’elle n’a pas été toujours si exigeante lorsqu’il s’agissait de régler ses propres dettes.

On se souvient peut-être que si Hitler est parvenu au pouvoir, c’est parce que, après la défaite allemande de 14/18, l’Allemagne avait une dette si colossale, conséquente aux réparations des dommages subis par les autres pays, dont le montant était fixé par le traité de Versailles, (lien) qu’elle était devenu insolvable, plongeant le pays dans la misère et le chômage, et que c’est sur ce ferment que le triste dictateur nazi était parvenu au pouvoir.

Il est aussi intéressant de rappeler les promesses qu’avait fait le dictateur teuton : « donnez moi 4 ans et vous ne reconnaitrez plus l’Allemagne »…lien

4 ans plus tard, les acquis sociaux étaient détruits et les libertés fondamentales étaient bafouées…en effet, l’Allemagne était devenue méconnaissable, mais pas dans le sens espéré par les citoyens allemands. lien

Lors de la 2ème défaite de 39/45, il y avait aussi une dette importante que l’Allemagne devait régler. lien

Mais la leçon de Versailles n’avait pas été oubliée, puisque seul un traité raisonnable peut garantir une paix durable, et les alliés décidèrent à l’époque d’être plus cléments qu’en 14/18 et, comme le rappelle l’historien Michel Hau, spécialiste de l’histoire économique de l’Allemagne, les alliés avaient, lors d’une déclaration en octobre 1950, posé le principe suivant : « les 3 pays sont d’accord que le plan prévoit un règlement adéquat des exigences avec l’Allemagne dont l’effet final ne doit pas déséquilibrer la situation financière de l’économie allemande via des répercussions indésirables ni affecter excessivement les réserves potentielles de devises »… lien

En clair, il ne fallait pas assommer une nouvelle fois nos voisins vaincus d’outre Rhin…

Il s’agissait donc de trouver « un règlement adéquat de la dette allemande qui assure à tous les participants une négociation juste en prenant en compte les problèmes économiques de l’Allemagne  »…lien

En clair, il fallait être moins exigeants…

Et c’est logiquement, le 27 février 1953 que les 21 créanciers de la RFA décidèrent de réduire la dette de 62%.

Le détail de l’accord passé à l’époque avec l’Allemagne est sur ce lien

Si l’on prend un peu de recul, après le traité de Versailles, qui a plongé l’Allemagne dans le marasme que l’on sait, et donné naissance au nazisme, il n’est pas inopportun de faire un parallèle avec la situation grecque, où l’on sait que le parti d’extrême droite « aube dorée », tout comme les nazis allemands des années 30, ont de plus en plus de succès auprès de la population. lien

Pourtant la totalité du groupe néo nazi se trouve sous les feux de la justice pour «  appartenance à une organisation criminelle  » après l’assassinat du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas, le 18 septembre 2013. lien

Mais revenons à l’Allemagne.

Les alliés des années 50, outre la réduction drastique de la dette allemande, avait accordé un moratoire de 5 ans, donné un délai de 30 ans pour le remboursement, tout en limitant celui-ci à 5% de ses revenus d’exportation.

Ajoutons pour la bonne bouche que dans le cas d’une mauvaise conjoncture, étaient prévus une suspension des paiements, et une renégociation des conditions.

Les taux d’intérêt avaient été réduits, et les demandes de réparation renvoyées aux calendes grecques… justement.

Alors quel vent mauvais pousse la chancelière allemande, et quelques autres, à être si exigeants avec les grecs, sachant que le montant de la dette de leurs pays est si important qu’il sera impossible définitivement d’en assurer un jour le remboursement, d’autant qu’à l’époque des années 50, la Grèce figurait parmi les 21 créanciers à avoir consenti tous ces arrangements à l’Allemagne ?

Le nouveau dirigeant grec, lui, ne l’a pas oublié, et avait déjà écrit en février 2013 : « procéder à rebours des petits traités de Versailles qu’imposent la chancelière allemande Angela Merkel et son ministre des finances Wolfgang Schäuble aux pays européens endettés, et nous inspirer de l’un des plus grands moments de clairvoyance qu’ait connus l’Europe d’après-guerre  ». lien

Pour aller plus loin dans la réflexion du chef du gouvernement grec, sachant que le montant de la dette est de 321,7 milliards d’euros, (lien) en appliquant à la Grèce les mesures qui avaient été prises en faveur de l’Allemagne en 1953, soit un allègement de 62%, la dette serait déjà réduite à 199,4 milliards

Le moratoire de 5 ans consenti à l’Allemagne devrait logiquement aussi s’imposer avec la Grèce, avec en prime un délai de 30 ans…en le limitant à 5% des revenus d’exportation.

Et puis, la justice devrait permettre de diminuer cette dette en lui enlevant les 50 milliards dus encore par l’Allemagne à la Grèce.

Car, en effet, et c’est assez mal connu, l’Allemagne avait largement pillé les ressources grecques pendant la seconde guerre mondiale, et la dette allemande vis-à-vis de la Grèce, n’était pas couverte par l’accord de Londres de 1953.

Mais il y a mieux, Alexis Tsipras a repris sa calculette et la dette dont l’Allemagne serait redevable à son pays dépasserait largement 50 milliards, atteignant 162 milliards. lien

Mais l’Allemagne a refusé à plusieurs reprises de reconnaitre cette dette, affirmant que 70 ans après la guerre, cette demande a perdu sa légitimité…

Pour l’instant, la seule réaction que s’est autorisé l’Allemagne a été de reconnaitre, en mars 2014, sa faute vis-à-vis de la Grèce, envoyant son Président, Joachim Gauck, déposer des fleurs devant un monument commémoratif. lien

N’y a-t-il pas une contradiction à refuser en 2014 de valider une dette, et à la même date, de reconnaitre sa faute vis-à-vis du pays grec ?

Comme l’écrit Pascal Riché dans les colonnes de l’Obs : « on peut donc dire que depuis la guerre, l’Allemagne a fait défaut sur sa dette à 2 reprises : en 1953 et en 1990. Ce qui ne l’a pas rendu plus compréhensive pour autant vis-à-vis des pays débiteurs »…y compris pour la Grèce. lien

Mais voilà, Angela Merkel a la mémoire courte, et elle trouve des soutiens inattendus en Europe pour continuer de plonger les grecs dans la désespérance…y compris de la part de François Hollande qui pourtant voulait, avant son élection, « renégocier le traité européen ». lien

C’est peut-être parce que Merkel est née en 1954 et qu’elle n’a jamais entendu parler de la décision du 27 février 1953…ou alors qu’elle n’aime pas l’histoire. lien

L’histoire en effet ne semble pas trop passionner la chancelière allemande, surtout depuis que quelques investigateurs se sont penchés sur son passé découvrant qu’elle aurait fréquenté, il n’y a pas si longtemps, les mouvements néo-nazi, présents dans le centre de jeunes néo-nazis d’Elbterrasen, à Magdebourg. lien

La chancelière s’en défend affirmant qu’elle a travaillé dans ce lieu « pour dissuader les jeunes des idées néo nazi ». lien

Le temps qui passe apportera-t-il la vérité ?...

En tout cas, si la chancelière affirme avoir combattu par le passé les mouvements néo-nazi, ça ne semble pas avoir empêché sa progression, puisque le mouvement d’extrême droite anti-islam Pegida serait fort aujourd’hui de 17 000 membres. lien

On se souvient qu’à l’automne 2014, à Cologne, les ultras du groupuscule « hooligans contre les salafistes » s’étaient illustrés en ravageant plusieurs mosquées, (lien) et en défiant les forces de police germaniques, mêlant salut nazi et doigts d’honneur, provoquant des blessés dans les rangs des forces de l’ordre. lien

Quittons l’Allemagne et la Grèce mais restons sur la question des dettes, afin de découvrir un bon client en la matière bien connu en France pour être un important fournisseur d’énergie…EDF pour ne pas le nommer.

L’entreprise nationale aurait placé de l’argent dans des paradis fiscaux…

Avaaz évoque un manque à gagner pour l’état qui serait de l’ordre de 60 à 80 milliards par an, grâce à des placements opaques, dénoncés récemment et dont l’effet domino pourrait bien toucher non seulement EDF, mais aussi Total, et quelques autres.

Total se sentant menacé a annoncé la fermeture de toutes ses filiales dans les paradis fiscaux.

Lors du G20 qui s’est tenu le 9 février 2015 à Istambul, l’affaire SwissLeaks a été évoquée, (lien) et Michel Sapin, présent à ce sommet demande à EDF d’être exemplaire en matière de lutte contre l’évasion fiscale. lien

Aurait-il quelques doutes ?

Pour Avaaz il s’agit de combattre l’évasion fiscale et de condamner la disparition de cet argent public, et l’association s’adressant à Jean Bernard Lévy, PDG d’EDF « exige la transparence sur les activités de l’entreprise à l’étranger, demandant à ce patron de publier la liste de ses filiales et de ses placements, l’exhortant à arrêter au plus vite ces placements douteux, et à payer ses impôts comme nous tous  ».

On peut signer leur pétition sur ce lien.

Comme dit mon vieil ami africain : « un zèbre sans rayure, c’est comme un homme sans culture ».

L’image illustrant l’article est de Irc-lagauche.be

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’Europe est-elle schizophrène ?

La jolie vie des parlementeurs

Européennes, le syndrome de Lisbonne

Les cocus de la démocratie

Le caillou dans la chaussure

Cette Europe de tous nos malheurs

Le diable s’habille en Tafta


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Robert GIL Robert GIL 12 février 2015 09:31

    L’Allemagne joue les donneuses de leçons sur la question de savoir s’il convient d’accorder de nouvelles aides à la Grèce, mais l’actuel champion économique de la zone euro a fait trois fois défaut au cours du XXe siècle : dans les années 1930, en 1953 et en 1990... lire la suite


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 09:49

      merci Robert Gil de ce commentaire


    • soi même 12 février 2015 17:42

      @ Tonimarus , les cadeaux et surtout financier entre État, ne sont jamais à fond perdue, il y a toujours une raison obscure qui motive l’acte, en autre gardé la main sur le Pays proprement dit, ce que fit l’Amérique depuis les années 20 sur l’Allemagne, et le plus étrange dans cette affaire, pendant toute les vagues de bombardement américain en Allemagne aucun intérêt industriel économique Américain à été bombardé sauf un site ; qui fait que cette guerre a eu une visage très étrange quand l’on connaît ces fais !


    • velosolex velosolex 12 février 2015 22:48

      Quelle est la différence avec le portugal et la grèce, pays tous deux fortement endettés. le premier parvient à s’en sortir, le second non. 


      Je pense que le problème se situe ici, attendu que le problème grec comme on le nomme, n’est pas circonstanciel, mais répétitif....Aucune réforme faite, malgré les promesses et les diminutions de dettes, car tout de même, en 2012 le tiers de la dette a déjà été apuré...

      Sans oublier les 100 milliards se subventions pour ce pays, dont la population est du double de la Bretagne. 
      Qui parle des armateurs, première puissance commerciale au monde, des avoirs grecs considérables à ’l’étranger, équivalent au montant de la dette.....

      Je ne parviens pas à avoir confiance en ce tsipras, qui est prêt à faire payer le montant de ses réformes de nouveau à l’Europe, engagé dans un bras de fer menteur comme un bonimenteur de marché. Je pense que toute sa stratégie est d’alourdir encore un peu plus la dette, pour rendre impossible tout retours en arrière. 

       Entre 2000 et 2009, le salaire moyen en grèce dans l’industrie a monté de 60% par rapport à sa moyenne dans l’OCDE....
      Chiffres accablants et en déphasage complet avec la réalité du pays, qui ne veut plus vivre selon ses moyens. C’est vrai, le retour à la réalité est dure pour certains.
       On montra donc avec une certaine complaisance les plus pauvres, comme l’AFNSEA montre les ramasseurs de châtaignes, et non les céréaliers, pour parler des problèmes agricoles. 

      Qui parle des aides massives liées au plan marshall américain, substitut d’une dette impossible à recouvrir ?
      70 ans après la guerre, la génération allemande en place n’est pas plus responsable du nazisme, que la france actuelle des guerres napoléoniennes ou coloniales. Attendons nous à ce que l’Afrique nousenvoie la note, si cette histoire avait des chances d’aboutir, et ce qui en ferait l’homologue du vase de pandore....
      Bien sûr, elle n’aboutira pas, et tsipras le sait, ce n’est que gesticulation nationaliste. le problème, c’est cet axe de victimologie qu’il développe, en jouant avec le feu, propre à tous les excès, et bien peu en accord avec les principes de base de l’Europe. 


    • eric 12 février 2015 10:01

      Pas le temps ce matin de debunker dans le détail ce tissu d’affirmation gratuites...

      Ce n’est pas les réparations qui entrainèrent le nazisme mais la crise de 29. Sous la république de Weimar, en réduisant les dépenses publiques, en gérant mieux la fiscalité, etc..Bref, ce qui est proposé à la Grèce, l’allemagne sut sortir de la crise de l’après guerre. http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_de_Weimar#Le_redressement_.C3.A9conomique

      D’autre part, après guerre, c’est l’Amérique qui a payé pour tous le monde. http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Marshall

      Si on tient vraiment à revenir sur les enseignements de cette période, il faut noter qu’en dons gracieux, la Grèce reçu à l’époque de l’ordre de 65 % des cadeaux fait à l’Allemagne, avec quand même moins de choses à réparer. Elle fut un des principaux bénéficiaire par tête de pipe...On peut aussi se demander si les résultats furent à la hauteur de cet arrosage.

      Et puis surtout, à coup de magouilles, de chantage, on peut même envisager que la Grèce parvienne à obtenir que nous payons en tout ou partie à sa place.

      Obliger ensuite les agents économiques à continuer à risquer leur argent sur ce pays risque d’être beaucoup plus compliqué...

      Bref, beaucoup de partis pris, d’inexactitudes, d’idéologie, pour faire au final assez peu de cas de l’avenir concret des la Grèce et des grecs. La Grèce était sur une tendance à 2,5 de croissance ( 5 fois les résultats du président que vous avez élu...). Elle va selon toute vraisemblance replonger. Elle l’a choisit démocratiquement. Il est un peu triste de voir des gens s’en réjouir sans penser au peuple Grec.


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 11:46

        eric 

        au lieu d’étaler votre mépris et votre « science » vous devriez vous interroger sur ce qui a provoqué cette « crise de 29 »...
         smiley

      • eric 12 février 2015 15:09

        Oh, c’est assez simple...comme toutes les crises, il y a toutes sortes de causes, techniques, politiques, structurelles, conjoncturelles, mais ponctuellement, elle a été déclenchée par les retrait des capitaux étrangers...Sensiblement ce qui va arriver à la Grèce partie comme elle est avec sa nouvelle politique.

        La principale différence, c’est que la Grèce c’est 3% du Pib européen. Pas du tout les mêmes répercussions potentielles sur l’économie mondiale que l’effondrement américain...


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 16:44

        eric

        donc pour vous, le traité de Versailles qui, après la guerre de 14/18, à plongé l’Allemagne dans le chaos, lui rendant impossible le remboursement de cette dette de guerre n’a rien a voir avec la crise de 29 ?

      • soi même 12 février 2015 16:57

        Surtout dans cette affaire, les États Unis on acheté des industries allemande a vil prix des les années 20, et que la générosité Américaine ont accordé une aide à l’Allemagne, qui utilisait cette aide pour payer la dette de guerre à la France et l’Angleterre qui du coup payait le crédit bail que ses deux pays avaient contracté au USA pour les fournitures de guerre.

        Dans cette guerre c’est facile de trouvé le véritable vainqueur, il suffit de suivre la piste de l’argent !

         


      • velosolex velosolex 12 février 2015 22:57

        Qui a provoqué la crise de 29 ?

        Quand on remonte les causes, c’est comme un escalier dont on en finit pas de monter ou de descendre les marches...un parfait trompe l’œil. 
        Je pense que toutes ces références au passé, sont des lâchetés et des complaisances qu’on va chercher pour s’exonérer de ses propres responsabilités. 

        Dans le cas de la Grèce, elles sont énormes. 
        inutile de replonger dans une histoire que tout le monde connait, de chiffres truqués en chiffres truqués....
        C’est tout de même étonnant que tant de gens trouvent ce discours de tsipras proprement génial, quand il fait le reproche d’avoir prêté de l’argent à la Grèce alors qu’elle n’avait pas les moyens de rembourser. ...plus c’est gros, plus ça marche....Allez dire ça à votre épicier qui vous a fait crédit....

      • devphil30 devphil30 12 février 2015 10:07

        Merci de ce rappel des faits.


        L’histoire et les faits doivent nous aider à construire un avenir juste , les rancœurs du passé sont un risque pour l’avenir.
        Oublier ou occulter le passé nous condamne à des dérèglements géo politiques importants.

        Philippe 

        • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 11:47

          philippe

          je partage, et remercie.

        • gaijin gaijin 12 février 2015 14:13

          salut olivier
          juste un truc de plus a propos de la grèce : elle a été un des plus gros clients de la france en matière d’armement ( financé par de la dette ) !
          c’est a dire que techniquement on lui a prété de l’argent pour qu’elle nous achète nos armes ( trop fort ) et maintenant on lui demande de rembourser
          c’est tellement magnifique que l’ on peinerai a y croire s’il ne restait un élément de l’équation :
          qui a empoché les bénéfices ? 


          • raymond 12 février 2015 16:29

            gaijin, oui et de l’Allemagne avec des sous-marins un peu bizarres.


          • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 16:40

            gaijin

            la France a en effet une part de responsabilité dans tout ça, et comme nous sommes l’un des plus gros vendeur d’armes de la planète, elle pense d’abord à sa balance commerciale...c’est un domaine dans lequel il n’y a guère d’états d’âme ni de déontologie.
            quand aux bénéfices, on se doute bien dans quelles poches ils sont.
             smiley

          • velosolex velosolex 12 février 2015 23:00

            gaijin


            On n’a tout de même pas forcé les grecs a acheté du matériel militaire, mais sans aucune doute la paranoïa de ce pays, et son suréquipement militaire ne sont pas pour rein dans le montant de sa dette

          • gaijin gaijin 13 février 2015 08:30

            vélosolex
            «  pas forcé les grecs »
            euh non en effet mais qu’entendez vous par « les grecs ? »
            c’est les gouvernements qui prennent ces décisions en sachant qu’ils ne seront pas les payeurs !
            et au final c’est le petit peuple qui paye .......
            il faut comprendre que ce qui se passe depuis longtemps c’est un pillage des ressources réelles des pays au profit du 1% ( banque et grands groupes industriels )

            donc pas forcé les grecs ok mais a la fin c’est eux qui l’ont dans le C.. 
            et s’ils ne remboursent pas c’est nous ......
            pour les profiteurs c’est ce que l’on appelle un marché gagant gagnant : ils gagnent a tout les coups parce que dès le départ les règles du jeu son pipées
            a la fin tout le monde se retrouve sur la case départ mais personne n’a touché 20 000 .....
            alors ou est l’argent ?


          • tRivi 13 février 2015 10:38
            @Velosolex

            C’est incroyable qu’à chaque fois qu’une situation tourne mal en faveur d’un pays la responsabilité est toujours tourné vers le peuple  « pas forcé les grecs ».

            Déjà je pense qu’ils n’ont la possibilité d’un réel choix de représentant, comme dans la plupart des pays (dont le notre), donc tout le monde n’a pas voté pour le gouvernement précédent alors essayer de bien choisir vos mot quand vous cherchez un coupable. Nous on nous à bien forcé pour le traité de Lisbonne !

            En ce qui concerne la France l’armée c’est 3% du PIB, ramené ça en valeur et là vous aurez un sacré différence par rapport à la Grèce. C’est comme la dette on parle souvent de pourcentage, mais ramener tous ces petits artifices en valeur et vous vous rendrez compte que la France est dans une pire situation que la Grèce en ce qui concerne sa dette. Bien sûr pour le moment pas de problème on empreinte pas chère pour remboursé les intérêts (vue que c’est la seul choses que l’on peut rembourser à présent). Mais si un jour nos amis de la finance le désir nous subirons le même sort. 

            Le mieux pour le Grèce serait que la BCE accepte de renégocier. Mais imaginer qui viendrai frapper à la porte si il accepte. La Grèce risque de ne pas trouver d’accord et t’en mieux pour eux, cependant il vont connaitre des jour de disette qui vont faire mal et qui on souvent pour conséquence, l’arrivé au pouvoir de gens pas très recommandable.... L’histoire se répète peut-être, sauf que le guerre est économique et financière !

          • soi même 12 février 2015 16:32

            Il serait bon de s’ interrogé sur les motivations profondes de pondre un tel article car le véritable sujet où ce trouve t -il en réalité en Grèce, en Allemagne où en réalité le dernière commentaire sur Avaaz ?

            En réalité cela nous devrait faire tilt sur les véritables intentions de notre rédacteurs en Chef d’Agorafix, la meilleure méthode de biaisé le débat et bien connue sauté du coq à l’âne et de l’âne sur la poule, la pauvre , la poule avec ce traitement de branquignole de la manipulation de l’information, elle n’a plus rien de bio dans cette affaire !

            Donc que fait Avaaz dans cette galère ?

              smiley


            • Jelena XCII 12 février 2015 19:33

              Dans un de vos liens on y lit que Cohn-Bendit qualifie Aube Dorée de « menace mortelle pour la démocratie grecque », c’est vrai que le droit des hommes, il en connait un rayon... Par contre le droit des enfants, c’est une autre histoire.
               
              En Grèce, la pédophilie étant considéré comme un crime, LV (Bendit), PS (Lang) et UMP (Mitterrand) sont considérés comme des « menaces mortelles pour les enfants ». Chacun sa civilisation. smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 19:35

                Jelena

                est-ce à dire que vous défendez aube dorée ?
                 smiley

              • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 20:34

                caballero

                je crois que DCB s’est largement expliqué sur le sujet.


              • Jelena XCII 12 février 2015 20:40

                @Olivier...
                 
                Il y a quelques semaines une jeune serbe de 24 ans s’est fait poignarder par des albanais au Kosovo, le pays desdroitsdelhommeetdelalibertédexpression n’a rien vu, rien entendu.
                 
                Lors du récent match Serbie-Turquie, un supporter serbe s’est fait poignarder par des turcs, une fois de plus le pays desdroitsdelhommeetdelalibertédexpression n’a rien vu, rien entendu.
                 
                Un militant de XA tue un rappeur (pro-turc), le pays desdroitsdelhommeetdelalibertédexpression sort son mouchoir et pond 500.000 articles.
                 
                Cela répond à votre question ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 22:52

                non, Jelena

                soyez plus franche... vous soutenez aube dorée ?

              • velosolex velosolex 12 février 2015 23:03

                Je pense que les nationalistes d’aube dorée se seraient totalement retrouvées dans les plaintes de Tsipras, développant démagogiquement cette vieille histoire de la dette de guerre. 


                Le problème de la dette de guerre a pourtant été liquidé depuis longtemps, et ratifié, pas le problème de la dette, très actuelle, et dont les échéances tombent. 

                Lequel des deux Tsipras préfère traiter ?

              • Jelena XCII 13 février 2015 16:51

                @Olivier Vous compter me faire un procès pour apologie du nazisme ? ^^
                 
                Ca ce sont des militants du Pravy Sektor ukrainien... Tous les journalistes et politiciens français vous le diront, ce ne sont pas des nazis.
                 
                En me la jouant française, je dirais donc que Aube Dorée... C’est un parti de gauche humaniste.
                 
                >> Petit cadeau. smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 13 février 2015 16:54

                jelena

                je ne fais de procès à personne
                ça ne regarde que vous et votre éventuelle conscience
                 smiley

              • Xenozoid Xenozoid 13 février 2015 16:59

                jelena a toujours été pour aube dorée


              • Xenozoid Xenozoid 13 février 2015 17:00

                lequel fondateur est en ukraine


              • Jelena XCII 13 février 2015 17:04

                @Olivier Merci... Mais n’appliquant pas la politique de l’autruche, je n’ai pas de problème avec ma conscience. smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 13 février 2015 18:16

                c’est possible, mais il semble qu’elle ait de la difficulté à le confirmer



              • ddacoudre ddacoudre 12 février 2015 22:25

                bonjour olivier
                si les journalistes pouvaient comme toi rechercher les sources ils diraient moins de conneries.

                je faisais un commentaire sur l’Europe a un autre contributeur, où je rappelais que Mitterrand avait fait le forcing au prés de Khol pour qu’il abandonne le mark, et il ne l’a fait qu« aux condition que l’union monétaire de l’affaiblisse pas, c’est pour cela que nous avons ces critères de convergences et une BCE indépendante. l’un et l’autre sont aujourd’hui des boulets pour les états européens, parce que plus un état n’a la possibilité de cérer de la monnaie, il doit emprunter pour satisfaire aux exigences des accords du conseil de l’Europe sociale vis à vis des populations, et dans le même temps » l’idéal libéral capitaliste" incite à la défiscalisation et au diminution des impôts et taxes. Pire comme tu le soulignes l’évasion fiscale est un sport entrepreneurial, mais l’on a tord de croire que c’est parce que il y aurait cette rentré budgétaire que cela irai mieux. ça irai mieux le temps de sa rentrée, car ensuite tout ceux que l’on aurait obligé récupèreraient au double ce qu’ils ont consenti. Notre organisation comptable est faite pour faire du capital, et l’entreprise revend tout à ses clients. je rappelais cela à des amis, heureux que total fuse condamné dans l’affaire de l’Erika. je leur expliquais qu’en fait c’est lui qui en passant à la pompe paierait la condamnation de Total, car Total l’aura rentré dans sa comptabilité comme une charge.
                maintenant le tribunal aurait condamné les actionnaires su été différent.
                alors la Grèce c’est effectivement un combat politique qu’elle doit mener, et c’est a juste titre que tu soulignes que Hollande c’est couché. d’autre part historiquement chaque fois que l’Allemagne c’est trouvé en position de force il en a découlé un désastre.
                c’est aussi une illusion de croire que tous les pays de l’euro vont pouvoir s’ajuster aux critère de convergences .l’Allemagne y parvient grâce à son commerce extérieur avec les pays de la communauté, si elle à pris les marchés les autres ne peuvent pas les avoir, et nous l’on discute comme si on allait pouvoir faire pareil, c’est fou.
                la dette ce n’est pas un problème ceux qui achètent des obligations n’attendent pas cela pour vivre, et on peut la leur reculer, mais ce qui faut surtout changer c’est que les états soient obligés d’aller emprunter sur le marché. et que la BCE joue son rôle politique. Comme l’Allemagne ne cédera pas sur ce point autant vaut mieux s’attendre à des jours houleux.

                cordialement


                • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 2015 22:51

                  dd

                  superbe analyse
                  je conseille aux lecteurs de s’y plonger.
                  merci

                • velosolex velosolex 12 février 2015 23:22

                  L’europe a été construite sur des bases bancales, nul ne le nie. 

                  Le problème, c’est que c’est que l’Europe que nos gouvernants ont voulu, pas prêts à lâcher leurs fonctions régaliennes. 

                  L’Allemagne a mauvaise passe. on lui reproche d’être trop riche, et de ne pas avoir de cœur...C’est du pagnol je sais, mais cette histoire grecque est bien une pagnolarde....Les allemands sont désorientés, ils préfèrent Goethe, Kant, l’éthique. Et puis la comptabilité et les machines Krupp. 

                  Est ce un duel nord-sud ?

                  Pas sûr !
                   Les portugais et les italiens sont réservés. Ils ont fait des efforts de convergence et voient d’un mauvais oeil les grecs tenter de faire passer leur dette aux autres. Car c’est tout de même ça dont ils s’agit ; même les nuls en économie ont compris le problème. Si on fait marcher la planche à billets pour compenser, c’est la dilution assurée pour tout le monde. 

                  Bon, partons du paris que Tsipras soit tout de même sincère. Va t’il s’attaquer vraiment au clergé, et surtout aux armateurs, retranchés dans leur coffre fort dont ils refusent de donner le code d’accès ?

                  La fortune des grecs fortunés se trouve dans les paradis fiscaux, voilà le premier strate d’un combat qui pourrait nous unir, une vrai odyssée.....

                  Si nous parvenons à bout de ces cyclopes que nous avons laissé prospérer, alors nous pourrons nous attacher au travaux d’hercule
                  - Remettre des barrières géographiques définitives sur l’Europe, et des tarifs douaniers dissuasifs pour lutter contre le dumping
                  - Nationaliser les grands groupes d’energie et d’eau, et les débarasser de toute référence à la concurence. 
                  - Etablir un RMC ( revenu maximum commun) à l’instar du RMI ;
                   impossible et irréel ? 
                  Comme la révolution française. ....


                • olivier cabanel olivier cabanel 13 février 2015 08:10

                  velosolex

                  globalement d’accord, et comme vous et beaucoup d’autres, je milite pour ce qui s’appelle aujourd’hui le revenu de base, distribué à tous...

                • gaijin gaijin 13 février 2015 08:45

                  vélosolex
                  je me permet de souligner ça
                  " heureux que total fuse condamné dans l’affaire de l’Erika. je leur expliquais qu’en fait c’est lui qui en passant à la pompe paierait la condamnation de Total, car Total l’aura rentré dans sa comptabilité comme une charge.
                  maintenant le tribunal aurait condamné les actionnaires su été différent. "

                  c’est la clef de beaucoup de choses !

                  on a construit un système ou personne n’est en réalité responsable de rien  : le dirigeant de l’entreprise n’est pas responsable puisqu’il sert ses clients ( les actionnaires ) les actionnaires ne sont pas responsables puisqu’ils ne prennent pas les décisions , l’entreprise est une entité fictive .....
                  les politiques ne sont pas responsables puisqu’ils sont les représentants du peuple ( qu’ils disent ) les électeurs ne sont pas responsables car ils n’ont aucune prise réelle sur les décisions , l’état est une entitée fictive

                  toute notre société est une machinerie aveugle qui fonce dans le noir sans freins ni pilote

                  voilà voilà ......


                • Enabomber Enabomber 13 février 2015 08:51

                  En effet gaijin, c’est en outre un système récompense-punition où on a complètement dissocié l’acte et sa conséquence, au profit bien entendu toujours des mêmes. Le mandat impératif dans les instances élues comme dans les entreprises n’est pas pour demain !


                • tRivi 13 février 2015 10:47

                  La société nous déresponsabilise tellement que nous n’avons même pas conscience des conséquences de nos choix que se soit à travers notre consommation, ou nos idées. Et out est fait pour avoir peur du changement, peur de la prise d’initiatives collective. 


                • raymond 2 13 février 2015 08:45

                  Un excellent livre à lire : vive la banqueroute, ou comment depuis Philippe Le Bel jusqu’au général de gaule la France a choisi de ne pas payer ces dettes.

                  http://www.lesmutins.org/Vive-la-banqueroute

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès