Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Des milliards de dollars pour un dirigeable de surveillance au-dessus du (...)

Des milliards de dollars pour un dirigeable de surveillance au-dessus du Maryland

Dans quelques jours, l’armée va lancer le premier de deux énormes dirigeables au-dessus du Maryland, l’aboutissement d’un projet militaire de dix-huit années, estimé à 2,8 milliards de dollars, prévoyant d’utiliser ces ballons géants pour se défendre contre des missiles de croisière.

Et tandis que les dirigeables pourraient ne jamais repousser un seul barrage de missiles ennemis, leur capacité à repérer et à suivre des voitures, des camions et des bateaux sur des centaines de kilomètres, soulève de sérieuses préoccupations pour la vie privée.

Le projet s’appelle JLENS ou « Joint Land Attack Cruise Missile Defense Elevated Netted Sensor System ». On ne pouvait pas trouver une meilleure métaphore pour définir les contrats de défense sauvagement gonflés, la lourde bureaucratie du Pentagone et le Léviathan de surveillance des États-Unis, le tout en un.

Construit par la société Raytheon, les dirigeables JLENS fonctionnent par paire. L’un doté de radars haute résolution à 360 degrés assure une couverture omniprésente sur 550 kilomètres dans toutes les directions ; l’autre peut se concentrer sur les menaces spécifiques et fournir des informations de ciblage.

Techniquement considérés comme aérostats car ils sont attachés à des stations d’amarrage, ces véhicules plus légers que l’air pourront planer à une hauteur de 10000 pieds (3048 mètres) à proximité de l’autoroute Interstate 95, à environ 75 kilomètres au nord-est de Washington DC, et à environ 35 kilomètres de Baltimore. Cela signifie qu’ils peuvent regarder ce qui se passe de la Caroline du Nord jusqu’à Boston, soit une zone de la taille du Texas.

À un moment donné, il devait y avoir près de trois douzaines de dirigeables. Mais après une série de défaillances opérationnelles et de dépassements de coûts massifs, le programme a été considérablement revu à la baisse pour se contenter des deux prototypes existants que l’armée prévoit de faire voler en permanence au-dessus du Aberdeen Proving Ground pendant trois ans, sauf arrêts pour entretien et par mauvais temps.

Dès que les dirigeables seront en place, si vous conduisez sur l’autoroute interstate au Nord de Baltimore, vous ne pourrez pas les manquer. Ils font 80 mètres de long et leur volume total se situe autour de 17 000 mètres cubes. C’est à peu près la taille de trois dirigeables Goodyear. Ou plus de 3500 éléphants blancs.

« Il y a quelque chose d’intrinsèquement suspect pour le public qui regarde dans le ciel et voit ce dispositif de surveillance accroché là », dit Ginger McCall, directeur associé de l’Electronic Privacy Information Center (EPIC), un groupe de défense. « C’est la définition de la surveillance persistante ».

Des responsables de l’armée affirment qu’ils n’ont aucun autre intérêt hormis la surveillance des missiles, ou peut-être des bateaux. Pourtant JLENS peut détecter beaucoup plus que cela.

« Beaucoup de gens peuvent entendre le radar et ils s’imaginent un écran vert floue avec des petits spots. Mais le radar d’aujourd’hui est beaucoup plus complexe que cela, il est en quelque sorte semblable à une caméra », prévient Jay Stanley, un expert privé de l’Union Américaine pour les Libertés Civiles (ACLU).

Une documentation promotionnelle de Raytheon se vante d’un test récent, lorsque le radar JLENS a « détecté et suivi simultanément un nombre important de bateaux groupés, des centaines de voitures et de camions, des bateaux non groupés et des aéronefs avec et sans pilotes ».

Les aérostats comme JLENS ne sont pas limités à l’utilisation de radars. S’ils sont équipés de caméras vidéo de très haute résolution, ils peuvent tout voir et tout enregistrer sur des kilomètres, avec des détails extraordinaires. À Kaboul, par exemple, les habitants sont habitués à voir l’aérostat de l’armée américaine – appelé système de surveillance terrestre persistante – planant au-dessus de la ville et capturant des vidéos de leur vie quotidienne.

L’armée soutient qu’il n’y aura pas de caméras sur le JLENS pour l’instant. Cependant lors d’un test l’année dernière, Raytheon a équipé l’un des dirigeables avec un système de ciblage multispectrale MTS-B qui fournit jour et nuit une technique d’imagerie, une désignation laser, et des capacités d’illumination laser.

Résultat : les opérateurs JLENS ont pu « observer en direct le flux des camions, des trains et des voitures sur des dizaines de kilomètres à la ronde ». Ils ont également observé les employés de Raytheon « simulant l’implantation d’un engin explosif improvisé sur un bord de route ».

Le Commandant Beth Smith, porte-parole pour le programme JLENS, dit que l’armée n’a pas l’intention d’espionner qui que ce soit. JLENS « n’a pas de caméras, il ne fait pas de vidéo ni aucun suivi des gens », dit-elle. « Il ne possède pas la capacité de voir les gens ».

Et bien qu’il puisse voir des voitures, « pour les besoins de ce test, nous n’avons pas l’intention de suivre des véhicules. En fait, aucun véhicule civil ».

UN PROGRAMME DÉGONFLÉ

Retour en 2005, l’Armée prévoyait de faire construire par Raytheon 32 dirigeables pour un coût d’environ 180 millions de dollars chacun. Mais des doutes croissants et des coûts hémorragiques, ainsi que la destruction d’un dirigeable dans une collision, ont conduit le Pentagone à appuyer sur la pédale de frein en 2012. Il n’y aurait plus de nouveaux dirigeables supplémentaires, uniquement des tests avec les prototypes déjà construits.

Cela porte le prix à payer pour les deux dirigeables restants à environ 1,4 milliard de dollars chacun, si les coûts de développement sont comptés. (Techniquement, il y a un autre duo en veilleuse, entreposé dans le désert de l’Utah, mais il n’y a pas de plans prévus à son utilisation). C’est une somme d’argent considérable, même selon les normes du gouvernement fédéral.

Raytheon claironne les résultats de plusieurs essais réussis de leur système, incluant une démonstration en Août 2013 au cours de laquelle JLENS a aidé un F-15 à frapper une maquette de missile de croisière en plein ciel. Mais une analyse poussée par le Bureau de Test & Evaluation Opérationnels du Pentagone sur l’exercice 2013 a constaté que les tests avaient été insuffisants et que JLENS nécessitait une amélioration dans des domaines critiques, parmi lesquels « la reconnaissance de cible non coopérative, la capacité d’identification d’avions amicaux, et la cohérence de trajectoire de cible » – c’est-à-dire savoir faire la différence entre amis et ennemis.

Le rapport des tests a conclu que JLENS a manqué à ses objectifs en matière de fiabilité, en raison de deux problèmes de logiciels et de matériel, qu’il était trop tributaire d’une bonne météo, et qu’il « n’a pas démontré la capacité de survivre dans son environnement opérationnel prévu ».

En effet, un dirigeable a été atteint dans son usine de fabrication et d’essai en Caroline du Nord en Septembre 2010 après avoir été frappé par un autre dirigeable amarré à proximité et qui s’était désarrimé à cause d’une tempête. L’armée et Raytheon se sont assis sur ces nouvelles pendant plus de six mois, jusqu’à ce que InsideDefense.com ait relevé une mention de la collision dans un rapport du GAO.

L’accident a coûté à l’Armée 168 millions de dollars de plus.

Et l’argent continue de couler. Il y a deux semaines, l’armée a octroyé à Raytheon un autre contrat, celui-ci de 12 millions de dollars pour simplement maintenir les dirigeables en fonction pour les six prochains mois.
 

PROBLÈMES DE CONFIDENTIALITÉ

Raytheon a tenté d’atténuer les problèmes de confidentialité dans quelques-unes des « Foires Aux Questions » de son site promotionnel, lesquelles insistent pour que JLENS ne puisse pas être utilisé pour suivre les individus.

« Les radars peuvent dire que quelque chose est en mouvement, mais à cause de la façon dont ceux-ci fonctionnent, ils ne peuvent tout simplement pas déterminer l’identification des caractéristiques des voitures, telles que leurs marques, leurs modèles ou leurs couleurs », dit Raytheon. « Dans le même esprit, ils ne peuvent pas dire qui conduit le véhicule ou voir la plaque d’immatriculation ».

Le Commandant Nelson insiste sur le fait que « JLENS est un système de radar élevé qui n’a aucune vocation à surveiller des cibles au sol. Il ne stocke organiquement aucune donnée radar ».

Même si le radar peut suivre une circulation sur des centaines de kilomètres carrés, ainsi la vraie question se pose sur ce que l’armée va faire avec ces données.

De vastes suppressions faites par l’EPIC dans les centaines de pages de documents contractuels liées à JLENS en réponse à une poursuite pénale du Freedom of Information Act (ndlt : Loi sur la Liberté de l’Information) laissent la véritable portée du projet dans l’opacité.

Un chercheur de l’EPIC qui s’est penché sur les documents a trouvé un passage alarmant. Le contrat de l’armée avec Raytheon, dit-il, sera évalué en fonction de son « potentiel de croissance pour accueillir des missions nouvelles et/ou alternatives ».

Parlez avec des experts en dirigeable, et ils vous diront ce pour quoi ces dirigeables sont bons.

« Ils sont merveilleux pour examiner avec attention les choses », dit Ed Herlik, un ancien officier de Air Force et analyste en technologie qui porte un intérêt particulier pour les dirigeables. « C’est ce pour quoi les Israéliens les utilisent ».

Et ce n’est pas seulement leur capacité à documenter ce qu’ils voient qui est si précieuse ; c’est aussi l’effet psychologique. « Si vous mettez une caméra dans un ciel au-dessus d’une zone où vous attendez beaucoup de troubles, la région va se calmer », dit-il.

Jay Stanley de l’ACLU, affirme que les promesses de l’armée ne sont suffisantes.

« Je suis sûr que les gens qui nous donnent ces assurances pensent tout ce qu’ils disent, mais la nature des programmes gouvernementaux et des organismes gouvernementaux, fait que les choses ont tendance à se développer et que les protections des renseignements privés ont tendance à rétrécir ».

Ce dont le programme à besoin, selon Stanley, c’est de surveillance et il n’a pas cela aujourd’hui. « Si nous allons avoir des dirigeables massifs planant au-dessus des zones civiles, ou dans des zones civiles qui se trouvent dans le rayon du radar, alors nous aurons besoin de freins et de contrepoids très robustes qui fourniront l’assurance qu’il n’y a aucune surveillance domestique mise en oeuvre », dit Stanley.

Les règlements fédéraux de la vie privée ne s’appliquent pas actuellement. « JLENS ne fonctionne pas selon les règles de la vie privée », explique Smith, le porte-parole de JLENS. « C’est un radar militaire et en tant que tel il ne comporte pas de caméras électro-optiques ou infrarouges, ni n’a la capacité de surveillance acoustique ou électronique. Il n’a aucune capacité à « écouter » le trafic cellulaire ou radio, il ne peut pas optiquement « voir » des objets au sol ».

Pour l’instant, ce qui se rapproche le plus d’une supervision publique sera une « journée porte ouverte aux médias » au Aberdeen Proving Grounds ce mercredi. L’armée donnera aux journalistes l’occasion de faire des « oooh et des aaah » lors d’une observation de près de l’un des dirigeables, entièrement gonflé avec assez d’hélium pour remplir environ deux millions de ballons de fête de neuf pouces.

Mais même ce dirigeable n’est pas encore prêt pour son « très-retardé » lancement. Et l’autre n’est même pas encore gonflé.
 
Traduction : Rochelle Cohen
 
Source : The Intercept
 
www.agenceinfolibre.fr

Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 19 décembre 2014 10:46

    Et après ?
    où est le problème a part le gaspillage du fric par l’état ?


    • lsga lsga 19 décembre 2014 12:07

      Une technologie magnifique. Le seul problème, c’est qu’elle appartient aux bourgeois et à l’armée. Si on pouvait voter sur Internet à quoi cela doit servir, et partager l’accès aux données, ce serait formidable.


      • Aldous Aldous 19 décembre 2014 13:14

        Et t’en ferais quoi des données pignouf ? 


        Tu étudies la migration des missiles de croisière en période hivernale ? 

      • lsga lsga 19 décembre 2014 13:28

        je suis sûr que les scientifiques trouveraient 1000 utilisations : migrations des oiseaux, sociologie des déplacements humains, optimisation de la circulation, déplacement des sables par les courants aériens, etc.
         
        Le problème n’est jamais la technologie. Le problème c’est que la technologie appartient à quelques uns.
         
        toi ton problème, c’est que tu manques d’imagination et d’intelligence.


      • lsga lsga 19 décembre 2014 15:19

        oui oui, lutter contre les embouteillages et les gaspillages énergétiques, c’est mal....
         


      • Aldous Aldous 19 décembre 2014 16:12

        Ou irradier le cerveau des shtroumpfs à bonnets rouges.


        Si les scientifiques avaient besoin de radars sous des ballons captifs, ça se saurait. Et ils l’auraient fait. Ca fait 200 ans qu’on faite des ballons captifs et 60 ans qu’on fait des radars. Oulàlà la percée technologique je suis impressionné dit donc. 

      • eau-du-robinet eau-du-robinet 19 décembre 2014 12:24

        Bonjour,
        .
        " leur capacité à repérer et à suivre des voitures, des camions et des bateaux sur des centaines de kilomètres, soulève de sérieuses préoccupations pour la vie privée. "
        .
        - La police américaine est armée avec des armes militaires,
        - Sous Obama toutes la population américaine à été mis sous surveillance en violant la constitution. http://www.numerama.com/magazine/31634-la-nsa-poursuivie-par-l-eff-pour-violation-de-la-constitution.html
        Bien que contestée aux États-Unis comme à l’étranger, la NSA n’a pas cessé ses opérations de surveillance malgré les révélations spectaculaires d’Edward Snowden. L’agence bénéficie toujours du soutien de la classe politique, ce qui lui permet d’éviter une réforme d’ampleur qui viendrait remettre en cause sa mission principale, à savoir la collecte du renseignement par n’importe quel moyen.
        .
        Les États-Unis, c’est à dire l’administration OBAMA ainsi les agences de Sécurité interne, FBI, ainsi la CIA se préparent pour un éventuel affrontement avec une partie de la population, celle qui se rende compte que la démocratie est mise à mal par l’oligrachie, la constitution violé à volonté par des gens haut placée et les Whisteblowers sont poursuivi sans répit. Les juges des tribunaux qui traitent ses affaires des Whisteblowers sont « convoque » à des entretiens privée avec des fonctionnaires haut placée pour recevoir des ordres lesquels des preuves présentées par des accuses ( Whisteblowers ) doivent être refuse, ce qui affaiblie considérablement leur défense.
        .
        L’état américain et ses fonctionnaires corrompu mettant en avant qu’il s’agit des secrets d’état qui ont été divulgué par des Whistleblowers hors en réalité les Whistleblowers dénoncent les nombreuses violations de la constitution américaine.
        http://www.arte.tv/guide/fr/051400-000/lanceurs-d-alerte-coupables-ou-heros
        .
        Les whistleblowers comme Edward Snowden, dénoncent les vrais traitres ce qui trahissent le peuple américain, ceux qui violent la constitution, ceux qui torturent des gens ...
        .
        Ses gens qui œuvrant pour établir un nouvel ordre mondial se mettant haut dessus des lois et violent des nombreuses constitution dans le monde ! Ses gens sont une menace pour la démocratie et notre liberté !


        • Croa Croa 20 décembre 2014 19:11

          Pour surveiller les gens, il existe des petits drones qui font ça pour moins cher.


        • Philippe Stephan Philippe Stéphan 19 décembre 2014 12:54

          pour se rendre compte de ce que l on peut faire avec un appareil photo ultra haute définition
          il est légitime de se poser des questions.

          GIGAPIXEL


          • Aldous Aldous 19 décembre 2014 13:09

            « Ou plus de 3500 éléphants blancs. » 

            En éléphants roses, ça fait combien ? smiley

            Vu le nombre de missiles de croisière qui survolent les USA, ce programme va pas être super rentable si on ramène au nombre de dollars par missile détecté.
            C’est fou l’imagination des militaires pour dépenser du fric inutilement. 

            • Croa Croa 20 décembre 2014 19:16

              Non ce sont les fabricants d’armes qui imaginent et proposent. Lorsque ça marche (commercialement) on (les marchands) prétend ensuite à une ’’demande’’ des militaires !


            • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 19 décembre 2014 14:11

              Merci pour cet article.

              Mais je n’arrive absolument pas à accepter les sommes indiquées dans le texte qui sont ahurissantes.
              Soit il y a eu des détournements massifs et monstrueux,
              soit il y a eu je ne sais quoi qui me dépasse.

              Le concept de l’aérostat est finalisé depuis plus d’un siècle !

              Les états-uniens se font entuber un max par le complexe militaro-industriel, c’est pas possible autrement.

              C’est la crise ?


              • 1984 19 décembre 2014 15:25

                Le complexe militaro/industriel américain est le spécialiste mondial du détournement de fonds !


              • julius 1ER 19 décembre 2014 14:43

                c’est à cause des Cubains !!!!!


                • Aldous Aldous 19 décembre 2014 16:16

                  Les croisières cubaines sont en effet très dangereuses... Faut les surveiller. smiley


                • morice morice 19 décembre 2014 17:04

                  ce qu’il y a de drôle avec l’extrême droite, tel le capt Anderson, c’est qu’elle n’est au courant de rien...


                  LE PROCEDE des radars montés sur ballon EXISTE DEPUIS DES ANNEES et sert à surveiller la frontière du Mexique,notamment, dans la lutte contre la drogue. Découvrir ça maintenant est... affligeant...


                  The U.S. Department of Homeland Security has assumed control of radar blimps used to monitor the U.S.-Mexico border.

                  Spokesman Bill Brooks of the Customs and Border Protection told the Yuma Sun that the department accepted the Aerostat system from the Air Force earlier this summer and will manage and maintain it for the foreseeable future.

                  The Aerostat system has been in use since the 1980s.


                  « since the 80’..’

                  autrement dit l’extrême droite à la Anderson n’a que...plus de trente ans de retard....

                  Read more : http://www.kpho.com/story/23174736/homeland-security-assumes-control-of-radar-blimps#ixzz3MMMrrLBf


                   »agence info libre« ça s’appelle


                  ça devrait s’appeler GMS, pour groupe de marioles désinformateurs...



                  référence 

                  Actuellement, en ce qui concerne la manifestation de samedi à Nantes contre l’aéroport de NDDL, une vidéo circule allègrement et qui provient d’un groupe de désinformation prénommé : »Agence Info Libre« .
                  Présent sur le terrain un rouge brun bien connu proche du »Cercle des volontaires" officine soralienne de confusion massive.
                  EN AUCUN CAS, nous n’accordons un quelconque crédit à cette agence ou aux racontars qui circulent.

                  des rouges bruns....eh oui ... ceux qui bouffent Agoravox !!!


                  • cassandre4 cassandre4 19 décembre 2014 18:00

                     Morice !...

                     Ni toi, ni les « curés » de ta paroisse, ne détiennent ni ne propagent (encore moins) la <<vérité absolue>> contrairement à ce que tu professe !


                  • Gnostic GNOSTIC 19 décembre 2014 18:24

                    Raytheon est une multinationale américaine spécialisée dans l’électronique militaire

                     

                    Fait partie du complexe militaro industriel US

                     

                    Ces gens là vivent de la guerre depuis plus d’un siècle


                    • rotule 19 décembre 2014 20:18

                      après avoir lu l’article, vous regardez
                      https://www.ted.com/talks/catherine_crump_the_small_and_surprisingly_dangero us_detail_the_police_track_about_you

                      et vous pensez, .. oui, le ballon ne lit pas les plaques des voitures et n’identifie pas les personnes à l’intérieur. Mais couplé aux caméras de surveillance, cela devient redoutable.

                      Les Etatsuniens sont menacés par leur gouvernement ... qui espionne tout, pratique la torture,etc. Nous sommes aussi menacés, cela viendra aussi en Europe. Les portails écotaxe, cela vous parle ?


                      • dixneuf 20 décembre 2014 11:55

                        Je lis : « ...prévoit de faire voler... »

                        Pour moi, un ballon attaché au bout d’un câble, même en vol stationnaire, ne vol pas. 

                        • dixneuf 20 décembre 2014 11:56

                          ne vole pas

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès