Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Des obédiences erronées et de l’impérialisme américain

Des obédiences erronées et de l’impérialisme américain

A la faveur des croisades américaines en Afghanistan, en Irak et qui sait bientôt peut-être en Belgique, la pensée de Leo Strauss, philosophe au verbe sibyllin, resurgit, nimbée d’un brouillard épais de circonstance. Des auteurs américains (William Pfaff notamment, journaliste au International Herald Tribune) semble-t-il incultes et pédants voient dans les hautes instances de l’administration Bush, dominée par les néoconservateurs, une confrérie de disciples de Strauss. Citons simplement Paul Wolfowitz (secrétaire adjoint à la Défense de 2001 à 2005, président de la Banque mondiale de 2005 à 2007).

Selon une interprétation volontiers simpliste et lacunaire[1], Strauss aurait promu l’idée, entre autres absurdités, d’une guerre d’expansion menée par une élite éclairée se préoccupant du bien du peuple. Celui-ci, trop bête, n’aurait pas droit au chapitre. Il est absolument faux d’affirmer que des néoconservateurs pratiquant une telle politique sont d’obédience straussienne.

Ces journalistes ajoutent encore que le concept de mensonge noble serait défendu par le philosophe de Chicago. Ainsi, Bush prétendait la présence d’armes de destruction massive en Irak. Encore erroné. Les théories de Strauss sont détournées à des fins peu avouables, notamment encore pour prôner une conception souple de l’interprétation de la Constitution américaine de 1787, comme favorisant la prévalence de l’exécutif, renforcée en temps de guerre.

Les aberrations sont légion et prêteraient à rire si elles n’engageaient pas une tentative de légitimation des croisades de l’Occident. Tout d’abord, Strauss n’a jamais consigné dans ses écrits l’idée du progrès à tout prix, d’une expansion impérialiste à tous crins. Au contraire, il laisse entendre que si une civilisation mondiale (c’est-à-dire une cité universelle) est difficilement atteignable[2], l’universalité peut se construire à partir, non pas d’une civilisation (au hasard occidentale, éclairée et morale, tout le monde sait cela), mais des propositions d’universalité de plusieurs civilisations. Mieux, sa thèse porte non pas sur la concrétisation du régime (politeia) juste, mais postule bien la légitimité de plusieurs régimes divers. Aussi critique-t-il à dessein la crise du relativisme politique actuel, lequel déplore que la raison soit incapable de jauger la légitimité d’un régime politique. Selon lui, la pensée est l’ennemie du relativisme, et elle est à même de poser des jugements de valeur. Il faut penser le Bien ! C’est une leçon de 1933. La démocratie, qui est en équilibre instable entre l’amour de soi et l’amour du bien, doit à tout prix maintenir cet équilibre. C’est la leçon qu’il faut tirer de la tragédie de la modernité : vaincre le nihilisme.

En droit naturel classique, si le gouvernement des philosophes-rois cher à Platon est impossible, la sagesse étant objectivement une vertu aristocratique, à celui-ci on va préférer le gouvernement des gentilshommes. On cherche à concilier sagesse et consentement (condition sine qua non de toute démocratie). Comment donc ? Les philosophes détenteurs de la connaissance (qu’ils cherchent – philosophie étant l’amour de la sagesse) influent discrètement sur la loi. Celle-ci « doit être déposée aux mains de la catégorie d’hommes qui peut en dispenser les bienfaits de façon équitable »[3], ceux-là même que les classiques qualifient de gentilshommes, autrement dit une aristocratie.

On peut replacer désormais le droit naturel, autrement l’étalon du juste et de l’injuste présent dans la nature humaine, dans le contexte plus général de la pensée straussienne. Celle-ci peut se résumer à une épineuse question, quelques mots qui ont animé les sages depuis les Anciens : comment concilier philosophie et religion ? Allégoriquement, comment allier Athènes à Jérusalem ?

Sans entrer dans les détails, notre connaissance montre des limites et nous devons nous reposer, sans doute à contrecœur, sur la foi en la révélation, afin de compléter notre connaissance. Dans la vie de la cité, la religion (du moins jusqu’à la fin du XXème siècle) est une donnée non-négligeable dans nos sociétés. C’est le problème du théologico-politique : la réflexion politique ne saurait faire abstraction du pouvoir de la religion sur les masses, elle lui ménage donc une place supra-rationnelle. C’est contre-nature, la philosophie théoriquement ne pouvant s’embarrasser de contraintes morales.

Pourtant, le philosophe dans la cité, porteur d’un message subversif, va devoir ménager les croyances et mœurs populaires. S’il veut remplacer l’opinion par la connaissance, l’opinion forme le socle-même de la cité. Par conséquent, le philosophe doit distiller avec parcimonie et retenue la sagesse de manière à améliorer la cité.

Pour Leo Strauss, se référer à Jérusalem implique également un devoir de critique de la loi. Il extirpe ce rapport à la loi qui interroge, qui fait question. Le droit naturel y prend toute son envergure, instrument de mesure abstrait des régimes positifs.

Nous ne voyons là nulle optique impérialiste à laquelle rattacher l’école néoconservatrice (à supposer que ce conglomérat de politiques concrètes sans objet précis mérite le nom d’école). Nous nous garderons d’enflammer la polémique, d’autant plus qu’à l’heure où cet article est rédigé, Barack Obama a détrôné Bush à la Maison Blanche.



[1] “He also argued that Platonic truth is too hard for people to bear, and that the classical appeal to "virtue" as the object of human endeavor is unattainable. Hence it has been necessary to tell lies to people about the nature of political reality. An elite recognizes the truth, however, and keeps it to itself. This gives it insight, and implicitly power that others do not possess. This obviously is an important element in Strauss’s appeal to America’s neoconservatives. » par Pfaff, William.

http://www.commondreams.org/views03/0515-09.htm.

[2] « Seule une société assez restreinte pour permettre la confiance mutuelle rend possible la responsabilité mutuelle et le contrôle réciproque des actions ou des manières, indispensable dans une société qui vise à la perfection de ses membres » et « Une société civile fermée est possible et nécessaire selon la justice, parce qu’elle est conforme à la nature ». Strauss (Leo), Droit naturel et histoire, Paris, Flammarion, 1986, pp. 124-125.

[3] Ibid., p. 133.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick 2 mars 2009 12:32

    le "mensonge noble" est la même arme qu’utilisat Lénine pour faire la révolution, c’est l’avant garde dite éclairée....

    ce qui nous montrerait que les "prédateurs" emploient les même concepts.... ?


    • Antoine Diederick 2 mars 2009 15:29

       @ l’auteur,

      il y a un ’truc’ qui devrait vous intéresser ici.

      cette thématique que je renseigne a déjà été bien évoquée sur Avox.

      j’aime bcp le titre de l’article "oser l’inimaginable" , quelle belle surenchère de style....cela me fait sourire.

      ...... imaginer le possible serait plus simple. Ce qui est inimaginable n’est pas impensable , la preuve...goguenard suis-je.




    • Antoine Diederick 2 mars 2009 15:36

      c’est vrai que ’l’école néoconservatrice’ us est bourrée de concepts étranges pour un européen. Il y a là un mélange inventé à la fois des théories politique de gauche et libérales....le néo - conservatisme us est une "batardise" conceptuelle , à se demander ce qu’elle désire légitimer.



    • licorne 2 mars 2009 12:51

      vous utilisé le termes d’obedience... et c’est realiste mais dois je vous rappeller que les obedience sont franc maconne ?

      pourquoi ne les nommé vous pas ? l’elite eclairée qui sont, ils donc ? les franc macon ?

      je vous trouve tres vague et surtout je me demande bien ou vous voulez en venir...


      • Norpois Norpois 2 mars 2009 18:42

        Linguistiquement parlant, obédience est un terme beaucoup plus vague que cela. Avant les franc-maçons, ce mot renvoyait à l’appartenance à une religion. En l’espèce, il s’agit simplement d’être plus extensif.
        L’élite éclairée, je ne la désigne pas car tel n’est pas mon propos. Et puis, pourquoi pas si en fait. Je la cite dès l’introduction. Je ne prends bien évidemment pas parti pour cette coterie, mais clairement la caste qui se veut "élite éclairée" serait l’administration Bush. Il y avait une part non-négligeable d’ironie dans mon propos...
        Quant à où je veux en venir... Certainement pas à une polémique stérile de plus, mais simplement préciser que telle filiation proposée par tel journaliste est erronée.
        Bien sûr je ne prétends pas à la vérité définitive.


      • licorne 3 mars 2009 07:13

        vu la conclusion de ton article et les quelques precision je presume que tu imagine que obama ne fais pas partie des elite eclairée ?....

        comment faire de la politique ? il suffit de faire partie de la bande et c’est possible....


      • Mouche-zélée 2 mars 2009 13:23

        Il faut arrêter avec cette complicité de dicature occidentale larvée .

        Qu’est-il en train de se passer depuis le 11 septembre, le système économique est au bord de l’implosion et commence à moins bénéficier à l’occident tout en bénéficiant un peu plus à des intérêts extra-occidentaux .

        Le but du jeu est donc de réduire au silence les citoyens occidentaux et conserver dans la pauvreté les pays en développement en créant une gouvernance occidentale mondiale, peu importe le nombre de morts pour y arriver .
        Désormais que l’occident est moins en croissance que les pays émergents, nous voulons changer les règles du jeu que nous avons institué à la fin de la 2 ème guerre mondiale .

        Le gros souci est celui des matières premières qui vont devenir un enjeu stratégique dans l’avenir, manque de chance les pays en possédant le plus ne sont pas forcément occidentaux ....

        Chaque prétexte de religion ou de communautarisme est bon pour exacerber la haine entre les peuples .
        Contrairement à ce qu’il est tenté de nous faire avaler, ce n’est pas une guerre contre le terrorisme ou contre des menaces imminentes qui se passe actuellement, la guerre froide USA / URSS était bien plus chaude et dangereuse .
        D’après les chiffres officiels, Al Quaida n’est pas l’organisation terroriste la plus active au monde, loin s’en faut !

        Ce qui nous est vendu, c’est l’argument de la menace imminente inédite pour pouvoir créer un gouvernement mondial "new world order" .
        Le but est double (voir plus) :

        1 Faire les manichéens (tout ce qui n’est pas occidental est contre l’occident)

        2 Faire oublier aux occidentaux les responsabilités des élites dans les problèmes actuels voire les complicités politico-financières.... (économie, écologie, social, sanitaire etc...)

        En effet, rien n’est plus grave que la guerre, à tel point que personne ne se rappele ce qu’il y a mené, après la guerre les citoyens pensent à enterrer leurs morts, recontruire, revivre en paix...

        Je me demande qui est en train de préparer une épuration ethnique et un "nouvel ordre mondial" si ce n’est l’occident ...
        Le monde entier doit être aux ordres peu importe le prix à payer .


        • Montagnais Montagnais 2 mars 2009 17:46
          Strauss... C’est de la même famille le jeune garçon à http://leonstraussjr.vox.com/library/post/greetings-masses-from-leon-elite-1-strauss-god-bless-america.html ? BRRR...

          BRRR... Bloy, lui, n’attendait que les cosaques et le Saint-Esprit. Nous on est pris entre les Barbus, Les Têtus, les fêlés, les "masses dépravées", les fous de foot, les fous de Dieu, les redresseurs de tords de tous bords, les armées détentrices exclusives des titres sur le Bien, prêtes à en découdre, au pancrace, à feu et sang..

          Une toute autre affaire. Sans compter les soucis économiques et climatiques qui ne nous épargnent guère. Mais, pour revenir droit au sujet, on a bien noté dans vos propos :

          "A la faveur des croisades américaines en Afghanistan, en Irak et qui sait bientôt peut-être en Belgique...".

          Excellent article ! Pensée hors-pistes qui montre un tout autre paysage que celui, fabriqué-convenu, que la médiacratie au pouvoir nous donne à bigler fixement.

          Je soutiens aussi depuis longtemps, comme vous en formulez l’hypothèse, - mais je me passerais volontiers de ce rôle de Cassandre - qu’on pourrait voir (ou revoir) en Europe les soldatesques actuellement aux prises en vingt endroits du monde.
          Putain ! Ernst Von Salomon disait "la guerre est terminée, mais les soldats sont toujours là". Aujourd’hui, elle semble n’en être qu’aux prolégomènes. Et en plus, les soldats en devenir sont désormais innombrables, gratuits. Et ils n’obéissent à plus personnes.
          Une infime consolation : si l’Amérique se mettait à "nuker" partout, on peut être rassuré. Elle le fera avec la main sur le coeur. L’Amérique fait toujours des guerres justes, au point même de leurs donner des noms qui le rappellent. Et si la Russie, ou d’autres, s’y mettaient aussi, ce serait pour sauver la Planète.
           
          Gandhi, "Great Soul", au secours.
           
          http://www.dicocitations.com/auteur/1805/Gandhi_Mohandas_Karamchand.php pour nuancer l’analyse de la part straussienne chez les Neo-cons.

          • LeGus LeGus 2 mars 2009 20:59

            Bonjur,

            Il n’en reste pas moins que Léo Strauss est le penseur moderne de l’ésoterisme politique.
            C’est à dire en gros et rapidement : toutes les verités ne sont pas bonne à dire au peuple et doivent etre reservée à une élite, et ce même si en faire le penseur des néo-con est sans doute légèrement abusif ; ils n’en ont pas le monopole. Un article très bien fait et moins ésotérique ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Leo_Strauss


            • Montagnais Montagnais 2 mars 2009 22:28

              Y’a-t-il une kehre de la politique ? Strauss en serait-il l’initiateur ? Et Bush et son administration les disciples ? ..

              L’auteur pense que non selon toute apparence.

              Mais, face à la petite crise qui s’annonce, économique, climatique, écologique... l’Amérique s’arrogera le droit de réagir comme elle l’entend, avec les moyens dont elle dispose, à nuls autres pareil, avec des raisons radicalement nouvelles, jamais invoquées jusqu’ici.

              Pas souhaitable, mais probable... Pas un jour sans guerre.


              • Éric Guéguen Éric Guéguen 23 mai 2013 21:00

                Merci d’avoir tenté de rétablir la vérité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès