Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Désarroi algérien

Désarroi algérien

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux »
Socrate.
 
En ce début du XXI ème siècle, la société algérienne est en proie à un malaise profond, à un désarroi existentiel. Les éternelles récriminations contre le régime politique, souvent fondées par ailleurs, restent toutefois largement insuffisantes en soi pour expliquer tous nos déboires. Le climat politique qui s’est instauré depuis le changement constitutionnel (12 novembre 2008) et l’élection présidentielle (9 avril 2009) n’augure rien de bon. Aujourd’hui, nous assistons à une fracture entre une majorité d’un peuple qui souhaite un changement de régime et un pouvoir décidé à s’éterniser mais aussi à un choc entre une nouvelle et frêle idée de démocratie et un conditionnement ancien, bien ancré dans les profondeurs de la société.
 
 Mais qu’est-ce qui mine notre vie publique depuis au moins 1962 et qui nous empêche d’aller vers la démocratie et la liberté ? Est-ce la génération de Novembre – celle qui a libéré le pays et qui est au cœur du pouvoir depuis lors - ?, l’armée ?, l’islamisme ? ou le peuple lui-même ? Ou est-ce un problème qui se situerait ailleurs, juste là où réside le mystère de la formation de l’esprit des peuples et des nations ? Ne faut-il pas dès lors s’interroger, en tant que nation, sur l’origine de nos erreurs d’aiguillage historiques ? Faisons-nous des choix conscients et pertinents concernant notre avenir ou manifestons-nous seulement et symptomatiquement un désordre plus profond, pour l’essentiel inconscient, en guise de réaction d’adaptation au monde ?
 
 En vérité, pour comprendre ce qu’il nous arrive, il nous faut établir une archéologie mentale de notre société et saisir la nature de nos pulsions profondes, celles qui nous conduisent, trop souvent, à l’opposé de là où notre volonté consciente veut nous arrimer. Peut-être alors pourrons-nous enfin les maîtriser et les canaliser vers des objectifs plus propices pour nous dans le monde d’aujourd’hui.
 
L’Algérie a été façonnée, dans une culture millénaire, par sa géographie, la profondeur de son histoire, ses valeurs anthropologiques et ses croyances religieuses. Cependant, la tradition qui l’exprime, normative et tatillonne, s’érige désormais en parfaite conservatrice, inflexible et anachronique. Elle empêche tout ajustement interne des valeurs opératoires causant des décalages et des contradictions entre les désirs actuels de la société et leur impossible satisfaction.
Il faut dire que notre société a tellement peur de l’innovation que sa foi en est devenue intolérante, elle a tellement peur de l’avenir qu’elle se complaît dans l’opportunisme, elle a tellement peur de l’insécurité qu’elle se réfugie dans l’immobilisme, elle a tellement peur de l’inconnu qu’elle préfère la superstition aux vrais questions. Si notre inconscient collectif avait honoré la science, l’écriture ou l’esprit d’entreprise, les Algériens auraient mis leur énergie à devenir des hommes de science, des écrivains ou de vrais entrepreneurs. Pour le moment, la réalité démontre que notre idéal collectif a été façonné autrement.
 
C’est la société qui éduque l’individu dans le culte de ses valeurs, même si hélas, ces dernières ne sont plus d’actualité dans le monde et surtout ne peuvent nous conduire au développement.
 
Les grandes cultures dans le monde, y compris l’Islam des premiers siècles, qui ont donné naissance à de glorieuses civilisations (au sens Allemand du terme), étaient avant tout des systèmes cohérents, à grand potentiel d’adaptation, et toujours lié au sens de leur destin.
 
Notre culture contemporaine, quant à elle, s’est désadaptée du réel tout en subissant une modernité qui, à défaut d’être le produit endogène de son évolution naturelle, lui impose des distorsions, s’insinue en elle à son corps défendant, la désarticule, la rend de plus en plus incohérente et l’éloigne de son sens originel. Le terrorisme, la violence, les « boat people », le suicide, les névroses, sont les facettes manifestes et extrêmes d’une maladie sociétale portée par l’individu. L’ « indéveloppement » en est le symptôme collectif.
 
 Le désarroi algérien est, au fond, l’expression de déséquilibres intrinsèques entre les multiples valeurs d’une culture, elle-même déstabilisée dans ses certitudes par une réalité nouvelle et exigeante qui ne lui fait aucune concession. Le malaise algérien empêche l’individu de vivre sereinement son présent et de penser lucidement son avenir.
 
 Dans ce contexte, rien ne semble plus légitime que d’être au pouvoir et de faire ce qu’il faut pour y rester. L’atavisme est en pleine action. De ce point de vue, le Président de la République, qui a changé les dispositions de la constitution pour s’aménager une présidence à vie, est en plein accord avec l’esprit général sinon de la nation, du moins de sa génération. Le pouvoir est persuadé que le peuple adore les prophètes. Un de plus ne fera pas de mal. D’ailleurs, les faux n’y sont-ils pas légion ?
 
C’est là que gît le mal. Et c’est de là qu’il faudra l’en extirper si on veut une Algérie nouvelle. Max Planck disait qu’« une nouvelle vérité scientifique ne triomphe pas en convainquant les opposants et en leur faisant entrevoir la lumière, mais plutôt parce que ses opposants mourront un jour et qu’une nouvelle génération, familiarisée avec elle, apparaîtra  ». L’idée de démocratie ne trouvera donc apparemment son chemin qu’avec une nouvelle génération.
 
 Mais pour réaliser cet idéal, nous ne pouvons, nous autres Algériens, ni changer de culture en adoptant une autre, ni en recréer une nouvelle ex nihilo. Notre chemin de croix, notre « Aqaba » à nous, est de faire l’effort nécessaire de nous comprendre nous-mêmes, de regarder avec courage nos défaillances et nos lacunes, et de décider de nous amender pour retrouver les voies de la liberté et de la dignité. Ce sera le premier pas pour reconstruire notre avenir et renouveller nos espérances.
  
P.S. Ce texte est une version réactualisée et synthétique de deux articles (Autocratie ou Démocratie et Malaise Algérien) que vous pouvez consulter si vous le désirez sur www.forum-democratique.com

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • abdelkader17 7 mai 2009 09:22

    Abgeschiedenheit
    Pour emmerder les tarés fascistes dans ton genre.
    Il faudrait être Français pour s’exprimer en Français c’est d’une telle absurdité, ton rôle positive de la colonisation se résume à quelques massacres, la torture, les discriminations, l’inégalité de traitement et de droit.
    Qu’est ce que toi tu viens foutre sur ce site y ’a plein de sites ou tu pourras aller faire étalage de ta haine primaire avec tes amis extrémistes, votre combat est perdu d’avance bientôt les types comme toi en seront à rasé les murs.


  • gaiaol 7 mai 2009 11:18

    la langue est un butin de guerre disait kateb yacine.

    l ancien colonisateur a signe des accords avec les anciens colonises. de pays souverain a pays souverain. ecrivez a votre president pour vous plaindre. de plus, les histoires des hommes sont si complexes, vous n avez pas idee ! ce qui revient a dire qu aujourd hui, abdel est chez lui ici. si cela vous deplait tant, vous n avez qu a partir vous !


  • gaiaol 7 mai 2009 11:58

    tiens une vielle connaissance.. toujours aussi converti qui zero ?

    christian chez abdel n a pas fait autant de manieres. et abdel n avait que le droit de se taire et de subir.

    aujourdhui les regles sont les meems pour tous les abdel et tous les christian, et si christian n est pas content, il a les urnes... ou un autre pays. la migration est naturelle pour l homme. tu l ignorais qui zero ?


  • Serpico Serpico 7 mai 2009 14:31

    Abgestruc "Je veux qu’on m’explique pourquoi vous utilisez et la langue coloniale et les sites d’un ancien pays colonisateur pour vous exprimer.

    On ne veut pas reconnaître les effets positifs de la colonisation mais on parle la langue du colonisateur et on vient déverser ses larmes de crocodile chez lui. "

    ***********************

    Votre propos est d’une irrationalité...néanderthalienne.

    La langue du colonisateur ?

    Le site d’un colonisateur ?

    Vous n’avez rien compris au film (si vous l’avez vu, bien sûr) : Les algériens n’ont pas combattu la langue française ni le peuple français mais l’armée française et l’idéologie coloniale.

    Mieux, les textes du FLN ont toujours distingué le peuple français de son armée coloniale.

    Les algériens ont commis une seule faute : ils ont oublié d’exterminer les cons au Flytox..


  • Massaliote 7 mai 2009 10:43

    Merci à Abdelkader ce grand démocrate égal à lui même qui appelle de ses voeux le régime de la terreur pour les dhimmis.

    Il est vrai que les massacres et la torture nont jamais été pratiqués QUE dans le cadre de la colonisation par des hordes barbares n’ayant pas d’autre but et ayant mis le territoire - que dis-je l’état-nation fantasmé - de ses ancêtres a feu et a sang.

    Des vampires vous dis-je. Les petits enfants massacrés le 20 août 1955 à El Halia n’avaient que ce qu’ils méritaient

    Heureusement que DE GAULLE vous a fait cadeau de ce territoire enfin débarrassé des monstres.

    Pourquoi n’avez-vous pas érigé un monument commémoratif à sa gloire ?


    • gaiaol 7 mai 2009 10:58

      Heureusement que DE GAULLE vous a fait cadeau de ce territoire enfin débarrassé des monstres.

      les monstres... vous ne croyez pas si bien dire !

      quand a de gaulle, il l a fait sous pression internationale. pour preuve, le sahara n a ete nationalise qu en 73. ah ces matieres premieres africaines tant convoitees... elles ont en fait des morts ! par millions !

      somme toute, il est assez symptomatique des nostalgiques de l oas de ramener cette tragedie qu a ete le colonialisme a des raccourcis simplistes.et il est effrayant que certains ne regardent l histoire qu a travers leurs lorgnettes etroites. continuez massuliotte, a traduire vos emotions au lieu de les analyser.


    • Massaliote 7 mai 2009 12:00

      Vous appellez un raccourci simpliste le rappel des exploits héroïques de vos vaillants chevaliers ? Non, en aucun cas leurs actes n’auraient PU être monstrueux.

      Les monstres sont tous de notre côté même si ce sont nos enfants qui sont victimes.

      Adulez donc vos héros, courageux combattants. L’insulte et la menace sont pour vous une seconde nature.


    • gaiaol 7 mai 2009 12:43

      130 ans de servitude et de code indigene ont de quoi rendre les hommes fous. quand vous serez occupee pendant des generations n ayant pour seul horizon que la misere, le servage et la soumission, vous aurez un autre discours. en savoir plus sur les autres vous apprendra beaucoup sur vous meem ! essayez pour voir...


    • Massaliote 7 mai 2009 14:25

      Quand nous serons occupés ? Menace ou promesse ? La majorité de la population ne soutenait pas la racaille qui a été portée au pouvoir en 1962.

      Un ancien militaire m’a expliqué le « bon déroulement » du référendum pour l’indépendance.

      « Nous sommes allés chercher les gens dans les douars, les avons fait monter dans les camions et transportés au bureau de vote. La-bas, nous leur avons montré les bulletins et pour qu’ils votent bien nous n’avons distribué que les bulletins OUI. »

      C’était un avant-goût de la démocratie qui allait suivre.


    • gaiaol 7 mai 2009 14:50

      les menaces sont plutot votre genre

      nous n’avons distribué que les bulletins OUI. »

      un peu comme l ancien maire de paris et ses bulletins preparés d avance ? comme bush pour son second mandat ?

       la democratie, si elle va bien quelque part faites moi signe...


    • Massaliote 7 mai 2009 10:46

      J’ajoute qu’à El Halia tous les travailleurs de la mine avaient exactement les mêmes droits et qu’il n’y avait AUCUNE discrimination.


      • gaiaol 7 mai 2009 11:06

        le desarroi algerien s exprimera tant que les « clans » dirigeront le pays. le regionalisme est une realité dangereuse qui écarte l union du « tous ensemble ». diviser pour régner est toujours d actualité .


        • gaiaol 7 mai 2009 14:38

          abces,
          l insulte c est vous qui la maniez a merveille...et vos posts le prouvent.
          de plus, internet est sans frontieres. il y a des francais sur des sites allemands, des japonnais sur des sites americains, des anglais sur des sites indiens, des tongolais chez les zoulous et meem des americains chez les martiens

          des francais qui parlent allemand, anglais, chinois ou papouasien. des arabes qui ont font autant, des aborigenes qui parlent australien, des nepalais qui parlent tibetain, des tibetains qui parlent chinois,des gitans qui ont toutes les langues au bout de leur guitares et j en passe...
          se voient ils reprocher de parler une autre langue que la leur ? pourtant il y eut plus que la guerre de cent ans. pourtant la france a ete occupee. l inde aussi etc etc
          et que font les francais en angleterre, en allemagne, en afrique, au maghreb et ailleurs ?

          votre attitude est donc pour le moins ambigue. un complexe ? ou du racisme tout simplement comme le laisse deviner la totalite de vos posts. et comment se fait il qu au moindre article sur le maghreb, vous soyez toujours les meems premiers a vous prononcer en meute ? et uniquement a charge.

          si vous revez d un site a votre image, il va falloir le creer et en interdire l acces a quiconque vous contredira... grand bien vous fasse ! mais qu attendez vous pour le faire ?


        • abdelkader17 7 mai 2009 15:07

          C’est marrant que de petites crapules racistes prêchant la haine à longueur de fil ,et déniant même le droit à l’expression d’un homme parce que différent ,réclame le respect pour eux même.
          Désolé monsieur je ne respecte pas les ordures, je n’ai pas envie de débattre le moins du monde avec la connerie, votre nationalisme étroit et primaire sont une insulte à l’intelligence humaine.


        • Soufiane Djilali Soufiane Djilali 7 mai 2009 15:09

          Apparemment rien ne peut être dit sur l’Algérie contemporaine sans déclencher des réactions épidermiques. Dans l’article, je n’ai à aucun moment fait allusion à la période coloniale en Algérie. Il n’était question de procès de personne. Ma préoccupation, comme celle des Algériens, est de comprendre et d’analyser notre présent pour tenter de préparer un avenir. Quant au reste de la discussion sur l’utilisation de la langue ou du site, je crois qu’elle relève plus de la mauvaise foi que d’autres choses. Pour les nostalgiques de l’Algérie française, ils ont été condamnés par l’histoire. Cependant, je constate tout de même qu’ils lisent les articles sur l’Algérie et se donnent la peine de rédiger des posts. Après tout, ils ne sont pas si méchants que cela. Merci de recentrer le débat !


          • Serpico Serpico 7 mai 2009 15:36

            Pas besoin d’évoquer la période coloniale : certains sont branchés dessus en permanence.

            Ils n’ont pas encore digéré.

            On s’en tamponne : l’Algérie a arraché son indépendance en administrant la raclée qu’il convient aux colonialistes.

            La suite est moins joyeuse et c’est le propos de votre article.

            Merci d’en parler aussi bien.


          • Laura 7 mai 2009 20:50

            @SERPICO

            Pour oser parler de raclée donnée à l’armée française il ne faut rien connaître à l’Histoire.

            Vous êtes vraiment nul.


          • Laura 7 mai 2009 21:05

            @ L’auteur

            Votre article est très intéressant. Je pense que vous êtes honnête, sincère et pouvez apporter beaucoup à votre pays.

            Dommage que la mauvaise foi de certains de vos compatriotes provoque les miens. 

            Massaliote, je te comprends.


          • abdelkader17 7 mai 2009 22:14

            @Laura
            Quelles provocations ?
            vos compatriotes sont des fascistes refusant le droit à l’expression d’un auteur parce que algérien, il faudrait un peu se remettre en question et cesser votre chantage et terrorisme.


          • franc 7 mai 2009 18:39

            je ne comprends pas Abgechiedenheit pourquoi vous reprochez à l’auteur de parler en français ,au contraire il faut s’en féliciter si on aime la France et le français,et d’ailleurs il le manie très bien et ,qui plus est, l’auteur est un homme intelligent ,un homme des lumières

            mais je suppose vous êtes exaspéré et ne supportez plus les maghrébins qui insultent à longueur de journée la France et piétinent sa culture ,et mordent la main de ceux qui les nourrissent -----------je vous comprends mais il ne faut pas tomber dans l’injustice de s’en prendre à des innocents qui respectent et aiment la culture française


            • phiconvers phiconvers 7 mai 2009 23:25

              Franc, c’est la voie de la sagesse. L’auteur ne m’a pas exaspéré, à la différence des petites frappes de nos villes françaises qui ne parlent pas un mot d’arabe, qui se sont repues des subsides de leur pays d’accueil et qui crachent dans la soupe à longueur de journée.

              Pour autant, un vrai dialogue ne sera possible avec l’Algérie et son peuple que dans la mesure où celui-ci aura dégagé ses dirigeants FLN véreux, qui ne doivent leur pouvoir autoritaire qu’à la lâcheté gaullienne. De fait, l’armée française avait bien vaincu militairement les quelques salopards fellaghas et la défaite de la France dans son annexe algérienne est avant tout un renoncement aveugle du gaullisme, sous la pression américaine.

              Je ne suis pas nostalgique de l’Algérie française mais je refuse de recevoir des leçons de Bouteflika et je suis scandalisé par les exigences de ce satrape en matière de visas pour la France pour les déçus de son régime. Ce bonhomme n’a donc aucun honneur ?


            • abdelkader17 9 mai 2009 00:32

              @Phiconvers
              « Salopards fellaghas » pour des hommes qui ont donnés leur sang à leur patrie, c’est une véritable insulte, l’imaginaire colonial vous à durablement affecté vous n’êtes toujours pas sorti de votre vieux rêve, les algériens ont arrachés leur indépendance de haute lutte contre une armée de tortionnaires et de criminels ,de vrais salopards, je n’irais pas jusqu’à traité vos résistants de la sorte en 144 par respect pour vos morts et pour les hommes courageux tombés au champ d’honneurs.
              vous voyez toute la différence entre nous est là, votre complexe de supériorité votre mépris affiché pour la valeur des hommes font que nous sommes deux pièces distincte de la civilisation.
              réveillez la mission civilisatrice de la France c’est du passé, pas plus que vos fantasmes d’éducation des milieux populaires à forte concentration de descendants de colonisés.


            • Soufiane Djilali Soufiane Djilali 7 mai 2009 23:36

              Merci à tous ceux et celles qui ont bien voulu lire mon texte et faire l’effort de réagir. Ceraines réactions sont un réel encourragement pour moi. Comme vous vous en doutez, mon pays est complexe et difficile. Nous traversons une période historique turbulente et souvent il nous faut prendre du recul pour mieux comprendre et mieux agir. Le regard extérieur, même s’il est parfois dur, m’intéresse. Pour ceux qui auraient pu se méprendre sur la nature de mes propos, je voudrai les tranquiliser : je suis fier de ce que j’ai pu avoir grâce à la culture française. Une certaine culture en tous les cas. Et ma conviction est que le seul chemin qui peut mener l’homme vers son épanouissement est celui de la démocratie et de l’Etat de droit.
              J’écris sur agoravox ni pour juger ni pour offenser. Je veux simplement et humblement participer à penser mon pays et si possible à y faire progresser les valeurs universelles non pour plaire à quiconque mais pour aider l’Algérie à être un pays moderne et les Algériens des citoyens en paix.


              • phiconvers phiconvers 8 mai 2009 22:04

                @ Soufiane,

                Comme je l’ai dit dans mon commentaire, votre intervention sur Agoravox ne me pose aucun problème, et je me réjouis de votre maîtrise de la langue française. Pour synthétiser ma vision des choses et contribuer à votre pensée politique, je crois que la France et l’Algérie ne s’entendront vraiment que lorsque le pouvoir algérien cessera de réclamer des excuses et des compensations, que l’histoire coloniale sera évaluée avec mesure de part et d’autre de la Méditerranée et que l’immigration algérienne massive en France stoppera. C’est alors que les voyages pourront se faire sans difficulté, que la réciprocité en matière de liberté religieuse pourra se mettre en oeuvre et que les bons souvenirs communs l’emporteront sur l’acrimonie.
                Bien cordialement à vous,


                • GHEDIA Aziz Sidi KhaledI 8 mai 2009 22:48

                  a phiconvers

                  Votre commentaire est constructif contrairement à ceux de certains lecteurs d’Agora vox qui nous font le reproche, à nous autres algériens, de venir nous exprimer sur ce site et ... en français.
                  merci


                • Soufiane Djilali Soufiane Djilali 8 mai 2009 23:03

                  @ phiconvers,

                  Nos deux pays respectifs se trouvent dans une même aire géopolitique mais de part et d’autre d’une ligne de partage entre deux civilisations. Potentiellement, il y a tous les ingrédients pour en faire des partenaires ou des ennemis. Il faut cependant noter que l’origine des raisons d’une possible discorde sont dans le passé alors que notre nécessaire entente se justifie par notre avenir.
                  Parmi toutes les conditions qui fonderaient des relations apaisées entre la France et l’Algérie (et elles sont nombreuses et concernent les deux parties) l’une est fondamentale et touche au fonctionnement de mon pays. Autrement dit, avant de « régler » le contentieux algéro-français - et je suis convaincu qu’il peut l’être dans ses multiples dimensions- il nous faut réussir une transition démocratique et un changement générationnel au pouvoir. C’est ce que j’ai voulu expliquer dans mon premier articles sur agoravox (L’Etat et nous). Par ailleurs, je ne peux que vous rejoindre sur l’un des points que vous avez évoqué : il faut que l’Algérien trouve chez lui les moyens d’une vie digne. Lorsque les Algériens s’expatrieront non pas sous la contrainte économique et sociale mais par choix délibéré, comme beaucoup de citoyens dans le monde, chacun trouvera son compte. En attendant, une attitude plus sereine nous aiderez tous à y voir plus clair. Merci pour votre intérêt et cette discussion. Avec mes salutations.


                • Massaliote 11 mai 2009 10:02

                  @ Sidi Khaledl

                  Vous pourrez remarquer en remontant le fil des commentaires que le premier insulteur n’est pas français mais quelqu’un qui SE PRETEND français quand ça l’arrange n’est ce pas Abdelkader ? Nonobstant le fait que cet individu a le plus grand mépris pour son prétendu pays.

                  Je trouve par contre que l’article est remarquable. L’auteur devrait être appelé dans l’avenir, tout au moins je l’espère, a jouer un rôle de premier plan dans son pays.


                • french_car 19 janvier 2010 23:17

                  Massaliote qui êtes vous pour oser dire avec condescendance « j’espère que l’auteur aura un rôle de premier plan dans son pays » ?
                  Vous-vous voyez vous exprimer de la sorte face à un opposant français sur ce site ?
                  Un reste de colonialisme dans le propos ?


                • omar omar 19 mai 2009 10:57

                  Objectivement, le plus grand malheur des habitants de ce pays qu’on appelle Algérie, c’est de vivre dans un lieu stratégique qui sera la cible d’envahisseurs depuis 2500 ans déjà, grenier à blé de Rome dans l’antiquité et pourvoyeur de gaz naturel de l’europe (et d’énergie solaire bientôt) de nos jours.

                  Face à de tels enjeux ceux que vous appellez les Algériens passent au second plan devant l’avidité des acteurs économiques, tant ceux qui bradent cette richesse que ceux qui la convoite.

                  Votre fameuse génération de novembre est morte et enterrée depuis belle lurette, ses éléments les plus brillants ayant échappés à la sauvagerie du colon furent broyés par leur propres frères (soit-disant) et égorgés au profit des guetteurs des frontières qui attendaient le bon moment pour donner le coup de feu sur une résistance Algérienne affaiblie.

                  Les véritables acteurs de la révolution Algérienne seront emprisonnés et poussés à l’exil, certains serviront même d’exemple par leur assassinat en direct, pour bien montrer aux Algériens qu’on ne badine pas avec la dictature.

                  Quand aux anciens de l’armée française qui ont rejoint la résistance quand les jeux étaient fait, la suspiscion n’est même plus de mise tant l’évidence est aveuglante

                  Nos aïeux trop orgueilleux auraient du accepter la paix des braves.

                  Depuis, la fabrique de faux anciens combattants est une activité commerciale comme une autre, l’argent n’a pas d’odeur...

                  L’arabisation et l’islamisation à pas forcés d’un peuple multiculturel, ainsi que la normalisation de la Kabylie sont autants d’éléments pour expliquer le désarroi des Algériens qui ne semblent trouver d’issue que par le suicide, le maquis ou la fuite par la mer qui ne sont que des formes déguisées de suicide.

                  L’Algérie est toujours aux mains des pirates..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès