Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Désinformation : la véritable participation aux élections tunisiennes

Désinformation : la véritable participation aux élections tunisiennes

Comment on parvient à déguiser le chiffre d'une élection.

Au chapitre des "désinformations" plus ou moins volontaires, revenons un instant sur la participation des Tunisiens aux élections à l’assemblée constituante du 23 octobre.

Tout le monde a lu le chiffre d'une participation de 90% à ces élections.

Chiffre très important qui légitimait le triomphe de la démocratie électorale en Tunisie et le résultat de ces premières élections.

Mais en fait y a-t-il vraiment eu 90% de participation à ces élections ?

Eh bien non !

La Tunisie compte au total, 7,5 millions d’électeurs.

Le gouvernement avait demandé aux Tunisiens, et ce afin de clarifier les « anciennes » listes électorales, de s'inscrire sur de nouvelles listes.

Environ 54% de l'électorat total s'est inscrit sur ces listes (4,1 millions de personnes).

Cependant, tous les Tunisiens (et même ceux qui ne s'étaient pas inscrits) avaient la possibilité de voter en présentant leur carte d'identité.

En définitive, 3,7 millions de Tunisiens ont voté.

3,2 millions qui s’étaient ré-inscrits et 497 000 qui ne s’étaient pas ré-inscrits.

Par rapport au nombre de personnes qui se sont volontairement inscrites sur les listes électorales (4,1 millions), la participation est effectivement de 90% (3,7/4,1).

En revanche, par rapport à l'électorat total Tunisien (7,5 millions d’électeurs), la participation n'est en fait que de 48,9% soit à peine la moitié du corps électoral complet (3,7/7,5).

Le triomphe de la démocratie électorale et la victoire des islamistes d'Ennahda sont donc considérablement relativiser : Ennahda a remporté 41,5% des sièges de cette nouvelle assemblée non pas sur 90% de l’électorat tunisien, mais sur un peu moins de la moitié de l’ensemble du corps électoral.

 

Nombre d'électeurs : 7.569.824

Nombre d'électeurs inscrits volontairement : 4.123.602, (54,47%)

Nombre des votants : 3.702.627, (48,9%) dont 3.205.845 inscrits volontaires et 496.782 non inscrits volontairement.

N'ont pas voté : 3.86 millions d'électeurs Tunisiens


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 31 octobre 2011 14:58

    Merci pour cet article et cette information.

    En voilà une analyse (si les chiffres sont exacts) que l’on n’entendra jamais dans nos merdias. Aucun soit disant « spécialiste » qu’il soit spécialiste du monde arabo musulman ou spcialiste des sondages ou encore spécialiste des statistiques, aucun spécialiste attitré des médias mainstream ne fera, même dans les merdias qui jacassent 24/24. 


    • Paul ORIOL 31 octobre 2011 15:47

      Merci pour les données chiffrées qui relativisent l’importance de la participation. Mais pour relativiser la victoire d’Ennahda qui est cependant indiscutable, vous auriez pu prendre le pourcentage des voix et non des sièges, car ce dernier dépend du mode de scrutin.
      Bien à vous
      Paul


      • OMAR 31 octobre 2011 16:26

        Omar 33

        Bien vu Gérard..

        Et j’ai bien peur que sur les 3.86 millions d’électeurs Tunisiens qui n’ont pas voté, une trés large majorité n’aurait pas opté pour Ennahda..

        C’est ce qui s’est passé lors de la victoire du FIS en Algérie.

        Mais bonne chance encore à la Tunisie...


        • chuppa 31 octobre 2011 17:32

          belle analyse.
          On peut sans doute affirmer que les inscrits sont surtout membre de Ennahda, ce qui serait dans la logique d’une organisation structurée et organisée, et qui aura par tous les moyens demandé à ses membres de s’inscrire.


          • chuppa 31 octobre 2011 17:33

            oserions nous un parallèle avec les primaires socialistes......mdr


            • Gérard Dahan Gérard Dahan 31 octobre 2011 22:51

              Mon propos n’est pas de contester la victoire d’Ennahda qui est indiscutable, mais de remettre en question celui de la participation, qui n’est pas de 90%


            • Mahamat Seid Abazène Seid 1er novembre 2011 05:45

              Je crois que l’auteur n’a rien dit d’extraordinaire sinon qu’il a fait la différence entre les inscrits et les votants. C’est ce qui se passe partout de la même manière pas seulement en Tunisie. Dans tous les cas, personne n’est obligé de voter et l’abstention profite au vainqueur. Le Hamas, selon votre analyse, devrait avoir été mieux élu que Chirac s’il faudrait raisonner en termes de taux de participation...et même Ahmed Nadjad dont les critiques ne se fondent que sur le désespoir de voir l’Iran sombrer dans les mauvais votes du monde arabe lai (je ne dit pas laïc, lisez bien). Ennahda a gagné haut la main malgré les hululements de la presse occidentale...et avec un vote massif des femmes.
              Mahamat Seid Abazène Seid


              • frédéric lyon 1er novembre 2011 09:50

                Tout le monde avait déjà remarqué qu’il n’y avait pas beaucoup de femmes dans les queues devant les bureaux de vote.


                Et même devant les bureaux de vote installés en France pour faire voter la communauté tunisienne immigrée !

                Par conséquent la participation ne pouvait pas être de 90 %, puisqu’il manquait déjà la moitié de la population !

                Ce vote a été une mascarade de démocratie, et la fameuse « révolution de jasmin », jadis chantée par tous les médias unanimes, a bonne mine aujourd’hui. 

                • Aafrit Aafrit 6 novembre 2011 11:38

                  Supposons que Ennahda a remporté 42 % des voix, cela ne veut en aucun cas dire que les tunisiens sont des islamistes et moins encore des gens qui veulent l’application de la Charia( c’est quoi Charia en fait ? Sur ce mot, il nous faut des siècles et des siècles de discussions pour pouvoir lui donner un sens, car chacun la comprend à sa façon, et même les occidentaux s’y sont mis).
                  On peut même soustraire dans ses 42 % ceux qui ont voté pour l’homme, ce chef opposant exilé pendant 20 ans, un intellectuel qui a même inspiré certains leaders du pouvoir turc en place (les islamistes turcs), donc il ’y a une grande partie qui a voté pour l’homme et non pas pour les idées que peut véhiculer son parti à intonation religieuse.Donc on peut compter par les votants des laics respectant le leader, et non pas les idées islamistes.
                  On peut rajouter aussi un autre facteur, celui connu chez tous les sociétés musulmane, celle de couper avec et sancionner l’occident et ses insatiables appétits pour les richesses musulmanes grâce un vote au profit des islamistes même si cette partie n’adhère pas aux idées islamistes. Donc il peut y rester une infime partie qui soit islamiste pure et dure qui adhère aux idées islamistes et que cette partie même sera divisée entre des islamistes obscurantistes, et traditionnalistes, chariatiste, salafistes et les autres islamistes progressistes.

                  Ce qui me fait peur ce n’est pas le leader, mais l’entourage, il faut que ce dernier soit ferme avec les obscurantistes pour ne pas laisser ces derniers le champs libre afin qu’ils fanatisent la société tunisienne.Déjà, il y avait même quelques agissements de la part de certains crétins d’ étudiants islamistes fanatiques qui refusaient d’être enseignés par une « moutabarija » une « mini jupée ».Voilà mes craintes. Il faut surtout laisser l’éducation en dehors de tout pouvoir de nuisance des islamistes, comme ça il y aura toujours un contre-poids, des luttes des idées, un antagonisme qui fait avancer les choses.

                  Et pour terminer voilà le plus récent des entrevues avec elghanouchi qui a « ressassé » encore une fois que les valeurs héritées de l’Etat laics seront de mise :

                  Elghanouchi pour Reuter


                  • Aafrit Aafrit 6 novembre 2011 11:47

                    La plus récente pour faire plus joli smiley dsl


                  • BA 6 novembre 2011 13:42

                    Samedi 5 novembre 2011 :

                     

                    Shimon Peres : une attaque contre l’Iran "de plus en plus vraisemblable".

                     

                    Le président israélien Shimon Peres a estimé samedi qu’"une attaque contre l’Iran« de la part d’Israël et d’autres pays est »de plus en plus vraisemblable".

                     

                    Israël a procédé jeudi 3 novembre à un vaste exercice de défense passive simulant une attaque de missiles conventionnels et non-conventionnels dans la région de Tel Aviv. L’Etat hébreu a en outre tiré mercredi avec succès un missile balistique doté d’un nouveau système de propulsion.

                     

                    Les médias israéliens ont également fait état d’un exercice mené ces derniers jours par 14 avions israéliens en Sardaigne en coopération avec l’aviation italienne pour s’entraîner à des missions "à longue distance" nécessitant notamment des ravitaillements en plein vol.

                     

                    L’Iran a pour sa part prévenu qu’il « punirait » Israël en cas d’attaque.

                     

                    http://www.romandie.com/news/n/Peres_une_attaque_contre_l_Iran_de_plus_en_p lus_vraisemblable061120111011.asp

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès