Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dieu les sauve

L’incident Geremek n’est que la partie visible de l’iceberg polonais, où la politique d’une droite dure ressemble de près à celle que pourrait mener le prochain président de la République française.

Anne* est enceinte. Bonne nouvelle. Seulement, lors des divers examens de contrôle effectués, un médecin détecte une complication : si elle accouche, Anne pourrait perdre la vue. Bien que l’avortement soit autorisé dans les cas extrêmes comme celui qui la frappe, elle ne parvient pas à trouver un médecin qui accepte de lui délivrer le certificat médical qui pourrait la sauver. Finalement, Anne a mené sa grossesse à son terme, son enfant va bien. Et elle est pratiquement aveugle.

Cécile et Jacques*, un couple d’enseignants, ont déjà un enfant, qui est malheureusement touché par une maladie très rare et qui est considéré comme handicapé. Pour s’occuper de l’enfant qui nécessite une attention permanente, Cécile a dû abandonner son emploi. La vie est dure avec un seul salaire, les loyers ne sont pas donnés et l’Etat ne fournit aucune aide financière. Cécile prend la pilule afin d’éviter tout accident... et pourtant, un jour, elle tombe de nouveau enceinte. Craignant que son deuxième enfant puisse naître handicapé lui aussi, elle requiert, comme la loi l’autorise, une amniosynthèse. Son médecin lui répond, arrogant, que tout ira bien pour son enfant et il refuse de lui accorder ce droit élémentaire. Le deuxième enfant de Cécile et Jacques naîtra finalement handicapé.

Ces deux histoires vraies se sont déroulées ces dernières semaines en Pologne. La droite parlementaire au pouvoir projette d’établir une loi limitant l’accès à la contraception en en réduisant drastiquement le remboursement, et l’extrême droite, véritable cheval de Troie lové au coeur du pouvoir tenu par les frères népotiques Kaczynski, pratique un lobby intense pour interdire la contraception (l’avortement est illégal en Pologne). La contraception disparaît des manuels scolaires, et les écoliers doivent désormais s’en tenir à la version officielle (le retrait avant éjaculation) ou plus prosaïquement aux "trucs" transmis oralement, si l’on peut dire. Tout est fait pour que les Polonais retrouvent (malgré eux) les chemins dorés de la natalité, mise à mal il est vrai depuis quelques années à un niveau impressionnant. Le durcissement économique et moral du pays, qui cause de plus en plus d’expatriations - notamment des professions sensibles, par ailleurs recherchées dans les pays frontaliers plus riches d’Europe occidentale, comme les médecins et les chirurgiens -, donne le vertige aux statistiques et aux prévisions de croissance d’un pays qui veut trouver sa place parmi "les grands". L’incapacité notoire du pouvoir en place, droite dure qui manie le conservatisme et le libéralisme à la sauce populiste et ferait passer Villiers pour un enfant de choeur, enfonce le pays en le sermonnant chaque jour sur des aspects de la vie morale qui dissimulent mal les autres priorités (chômage, santé, agriculture...) : soyez plus droit que votre voisin et le pays se redressera.

Cette double manipulation (c’est de votre faute, pas de la nôtre - et soyez honnête, Dieu vous le rendra) plonge peu à peu la Pologne dans des affres que beaucoup croyaient définitivement broyées avec la chute du Mur - chute entraînée en grande partie, rappelons-le pour l’ironie du sort, par les efforts précurseurs des Polonais pour faire face au pouvoir soviétique. La Pologne revit actuellement dans le cauchemar permanent du secret, de la dénonciation "citoyenne" et de la purge. L’exemple frappant, le plus médiatisé à ce jour, est la destitution de Bronislaw Geremek de son mandat de député européen contre son refus de se soumettre à la "question", de son fichage public, auquel chaque personnalité politique doit aujourd’hui se soumettre pour prouver qu’il n’a pas fricoté avec les cocos dans les années sombres. Geremek, professeur d’histoire de centre-droit éminement respecté (il a notamment enseigné à la Sorbonne), figure incontournable du mouvement Solidarnosc, conseiller de Walesa, président de la Fondation Jean-Monnet, est aujourd’hui voué aux gémonies par le pays qu’il a fortement contribué à émanciper et qui est, aujourd’hui, sur le point de disjoncter parfaitement.

Car la Pologne disjoncte. Cécile, Anne et Jacques, comme d’autres Polonais frappés par le sort, auraient pu être heureux s’ils avaient vécu dans un pays où l’avortement est autorisé, où la contraception n’est pas regardée comme le Huitième Péché, et surtout dans un pays où leur médecin aurait pu pratiquer un diagnostic quasi vital en l’absence de toute pression sociale. Dans un pays où l’Etat leur accorderait des allocations financières répondant à leur incapacité à faire face au malheur. Dans un pays où il ne serait pas nécessaire de prendre des risques considérables en pratiquant l’avortement sous le manteau (pour ceux qui n’ont pas les moyens de le faire en Allemagne ou en Suède). Dans un pays où on ne parlerait pas de projet de loi interdisant de mentionner l’homosexualité dans les enceintes scolaires. Mentionner, juste évoquer - alors enseignants gays, tremblez ! Dans un pays où, sous couvert de moralité et de probité portées en religion d’Etat, les fonctionnaires sont (re)devenus les modèles de perfection qu’ils ont déjà été sous d’autres régimes.

Un exemple : suite à un accident, Carole* tombe dans un coma profond, qui s’éternise. Elle est la mère d’un petit enfant que le père ne parvient pas à gérer seul. Les parents du mari, bien que de condition très modeste, prennent donc en charge l’enfant par solidarité. Rapidement, la situation est intenable financièrement, et le beau-père demande donc à l’Etat de lui verser une pension comme la loi le prévoit. Face au refus de l’administration et à l’épuisement des recours, il est obligé d’intenter un procès à sa pauvre bru (dans le coma, donc) afin d’obtenir un document médical stipulant que la mère n’est pas en mesure de s’occuper de l’enfant. La procédure pour récupérer quelques zloty a duré cinq mois. C’est une histoire vraie.

Les femmes, particulièrement, sont devenues le véritable bouc émissaire de la société. Les droits des femmes sont régulièrement bafoués, le code du travail sans cesse trahi comme en témoignent les milliers de femmes dans l’incapacité de retrouver leur emploi après la maternité, les féministes qui s’affichent publiquement comme telles sont raillées par la classe politique gouvernante qui les traite d’hystériques - la liste des griefs quotidiens est longue. Le modèle de société rêvée par les frères Kaczynski et leurs coreligionnaires : un homme qui travaille dur et honnêtement, une femme au foyer qui pond des gosses en grand nombre et obéit à son mari, une famille qui tombe rarement malade (le bien-être suffit à sa peine) car les soins ne sont accessibles qu’à ceux qui le désirent. Comme aux Etats-Unis, modèle de liberté historique pour la Pologne (qui a renoncé au pacte de Varsovie pour intégrer l’Otan avant l’Union européenne, souvenons-nous en), la Santé est quasi privée. Les retraites sont quasi privées. Comme aux Etats-Unis, le chef de l’Etat lance des "Dieu vous garde" à tout bout de champ.

Cette "droite-toute" à l’américaine, que la Pologne a désormais choisi et qui la rend sans doute comme la plus infréquentable et la plus honteuse nation d’Europe, est celle que Nicolas Sarkozy veut pour la France. Bon vote à vous.

* Prénoms modifiés


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jidaie jidaie 4 mai 2007 12:54

    « Anne et Jacques auraient pu être heureux ... s’ils avaient vécu dans un pays où l’avortement est autorisé » Bel exemple d’humanité, bienvenu dans l’idéologie eugéniste, dans un monde parfait !!(sic). On croit rêver en lisant encore des poncifs pareils. C’est vrai il vaut mieux exterminer les futurs handicapés, déficients mentaux... Le monde sera tellement plus beau !! N’avez vous jamais rencontré des parents aimer leur enfant malgré son handicap, car il reste un être humain même si cela ne plaît pas à certains.


    • tipaul 4 mai 2007 15:12

      mmm... au delà des points de désaccord profonds que j’ai sur le fond, j’aimerai savoir par quel espèce de raisonnement intellectuel vous passez d’une description apocalyptique de la situation polonaise à notre situation d’à partir de lundi... Je n’ai pas souvenir d’avoir entendu, de près ou de loin N Sarkozy dire tout ce que vous dénoncez aujourd’hui en Pologne. C’est juste une crainte de votre part ? Sinon il faudrait étayer votre transition. Parce que là, j’ai le sentiment qu’on pourrait faire le rapprochement entre n’importe quoi et le président de lundi. Ou entre n’importe quoi et la présidente de lundi. Genre dénoncer les méfaits du stalinisme de la corée du Nord, et finir en 4 lignes en disant « c’est ca que SR nous prépare à partir de lundi. Bon vote ! » Ca n’en serait pas vrai pour autant (heureusement d’ailleurs...)


      • bersace bersace 4 mai 2007 15:14

        Y’en a marre des raisonnements basé sur des évènements extrêmes. Faut arrêter de jouer sur l’émotions. On accuse Sarko de jouer sur la peur, mais d’autre joue sur la pitié ...

        Pourquoi ne pas démontrer que l’avortement serait un geste médical comme un autre plutôt qu’un meurtre ? Ça fairait avancer le débat !

        Étienne.


        • jidaie jidaie 4 mai 2007 16:50

          Ben voyons, l’avortement ne serait qu’un simple acte médical pendant que vous y êtes.Décidement l’eugénisme qui « désigne la volonté d’améliorer l’espèce humaine. Ce souhait, qui existe depuis l’antiquité peut se traduire par une politique volontariste d’éradication des caractères jugés handicapants ou de favorisation des caractères jugés « bénéfiques » » a encore de beaux jours devant lui. Peut-être serait plus judicieux de savoir où commence vraiment la vie ?


        • Bois-Guisbert 4 mai 2007 17:03

          Pourquoi ne pas démontrer que l’avortement serait un geste médical comme un autre plutôt qu’un meurtre ?

          Comme la piqûre létale des pénitenciers américains, en somme... C’est ça ?


        • Bois-Guisbert 4 mai 2007 16:19

          On ne peut pas, à partir d’un pays mécréant, multiethnique et décadent, en train de sortir de l’histoire, comme la France, juger de ce qu’il se passe dans un pays catholique à 90 %, plein d’avenir et sain, comme la Pologne.

          Il s’agit pratiquement de deux planètes différentes.

          Cécile, Anne et Jacques, comme d’autres Polonais frappés par le sort, auraient pu être heureux s’ils avaient vécu dans un pays où l’avortement est autorisé...

          C’est en France qu’on vit heureux après avoir décrété la mise à mort d’un enfant à naître. En Pologne, c’est un remord pour tout le reste de la vie. Vous mordez, maître Marguerite, la différence ?

          Quant à vos Polonais à prénoms strictement francophones, permettez-moi de vous dire qu’ils manquent de crédibilité. Je vous signale donc

          http://www.asiaflash.com/prenom/polonais.shtml

          (47 prénoms féminins, 43 prénoms masculins)


          • Jim 4 mai 2007 18:11

            Parfaitement

            J’etais en Pologne toute la semaine derniere, et je peut vous dire qu’un souffle de liberté et de respect y règne bien plus qu’en France. Ayants connus presque 50 ans de communisme, c’est à dire de pensée unique, de manipulations, de trahisons, d’assassinats, de déportations, ces évennements étants relativement récents, leur mémoire, les moins de 30 ans s’en souviennent, et pour la plupart, ils ne souhaitent aucunement revoir les horreurs du communisme. Saviez vous que pour les gouvernements communistes, l’avortement était utilisé comme un outil de contrôle de la démographie, aussi beaucoup de femmes etaient obligées d’aller se faire avortées.Pendant ces époques, l’avortement etait pour eux contraire à la liberté, puisque les femmes n’avaient pas le choix de garder l’enfant à naitre. Aussi dans ces conditions, et chaque française penserait la même chose, leur regard actuel sur l’avortement serait un retour aux exactions qu’ont mené les communistes contre leur peuple. Pendant ces périodes, en France, l’avortement nous était proposé comme un outil de liberté. Vous comprendrez donc, que ce qui chez nous est un outil de liberté épprouvé, est chez eux un outil d’asservissement. J’ai mes propres conviction, aussi, je ne souhaite pas être trop dirigé dans mon propos, cependant, il est nécéssaire de comprendre les faits d’autres peuples en observant le contexte passé, en oubliant notre histoire à nous pendant quelques instants, cette attitude est la seule pour bien comprendre les problèmes.

            Pour ce qui est de cette femme aveugle, nous en avons discuté avec des polonais, apparament plusieurs médecins spécialistes ont annoncé qu’il n’y avait aucune relation de cause à effet pour cette femme, et que de toute façon elle était atteinte d’une maladie qui la rendrait aveugle à long terme.

            Avis personnel :

            J’espère que cette femme, aura le courage d’avouer à sa fille, dans 15 ans, ce pour quoi elle croit qu’elle est aveugle...« parce que si tu étais morte, j’aurai la chance de ne pas te voir ».

            Bonne soirée

            Jim


          • partisan blanc 5 mai 2007 19:17

            Le problème de l’avortement est complexe ; je pense que chaque pays européen a ses lois en ce domaine, et la Pologne n’a pas de leçons à donner à la France et vice-versa. L’avortement constitue tout de même un pis-aller ; je ne comprends pas que tant de femmes y aient encore recours à l’époque où la contraception est largement répandue. D’autre part, pour ceux et celles qui ne veulent pas d’enfants, quand tout le reste à échoué, il reste le poignet gauche...


            • Odal GOLD Odal GOLD 5 mai 2007 21:25

              Quand certains parlent de diriger au nom d’un dieu, c’est forcément qu’ils disjonctent. Je suis persuadé que Sarko Cid Vicious, comme Georges Bush, se croit appelé à la plus grande croisade bénie de Dieu de tous les temps : http://elhaz.blog4ever.com/blog/lirarticle-73740-194960.html

              Odal GOLD www.odalgold.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès