Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Discours de Netanyahou : L’Etat palestinien dans mille (...)

Discours de Netanyahou : L’Etat palestinien dans mille ans

« Le plus dur pour les hommes politiques , c’est de souvenir de tout ce qu’il ne faut pas dire ».

Coluche

Les évènements s’accélèrent au Moyen Orient. Dans son discours prononcé au Caire, le président américain a poussé l’Etat hébreu à revoir les termes de son alliance avec les Etats-Unis. « Comment réagira le gouvernement israélien ? écrit Allouf Ben (…) Il n’a pas davantage paru tomber dans l’excuse facile ou l’autojustification lorsqu’il a évoqué la nécessité de tourner la page en mettant les erreurs de son prédécesseur, George W. Bush, sur le compte du traumatisme des attentats du 11 sep­tembre 2001. Pour Israël, le “discours du Caire” n’est autre qu’une révolution stratégique. Jusqu’au discours du Caire, Obama ne parlait qu’en termes d’intérêts. Mais, au Caire, il a usé du vocabulaire et du discours de la gauche libérale américaine. Il a parlé sans détour de “l’occupation” et de “l’aspiration des Palestiniens à la dignité, à l’égalité des chances et à un Etat indépendant”. Il a également promis que les Etats-Unis ne tourneraient pas le dos aux Palestiniens. Il a demandé au Hamas de se montrer responsable en reconnaissant à Israël le droit d’exister Nétanyahou devra peut-être prononcer un discours de réponse à Obama et annoncer une rupture idéologique historique. A moins qu’il n’espère que, d’ici là, le discours du Caire se sera enfoncé dans les sables mouvants de la diplomatie du Moyen-Orient ». (1)

Avant même son discours Obama a été traité d’antisémite lors d’une manifestation par l’extrémiste Itamar Ben-Gvir comme le rapporte le journal Ha’Aretz :Il est mauvais pour le peuple et l’Etat d’Israël, et sa politique pourrait nous mener vers un désastre.« Le discours d’Obama au Caire dont chaque terme a été bien pesé a divisé aussi les Juifs américains. On sait que »78 % des Juifs américains ont voté pour Barack Obama. Mais, depuis qu’il a souligné que les Etats-Unis attendaient d’Israël qu’il se conforme à son engagement de geler la construction des colonies dans les Territoires palestiniens et de démanteler les colonies illégales, la plupart de ces électeurs sont maintenant dans l’expectative. Ils se demandent si leur engagement en faveur d’un candidat de gauche aux Etats-Unis n’était pas contradictoire avec leur engagement vis-à-vis d’Israël", souligne Ha’Aretz Mais, du côté des organisations juives de gauche, une campagne a été lancée pour convaincre Obama de ne pas céder sur la solution de deux Etats et de faire pression sur Nétanyahou en ce sens.

Quel est justement ce discours ? plusieurs types de lecture ont été faites . celle des Etats-Unis , de l’Europe et celle sans épaisseur des Arabes et curieusement celle plus « courageuse des éditorialistes israéliens. (2)

« Finalement écrit Michel Bôle-Richard du Monde, Benyamin Nétanyahou veut bien d’un Etat palestinien mais à ses conditions, et celles-ci sont telles que les chances de voir cet Etat se créer sont infimes. le premier ministre israélien s’est déclaré prêt à accepter un Etat palestinien démilitarisé, mais à condition qu’auparavant les dirigeants palestiniens reconnaissent Israël en tant qu’Etat juif. Si nous recevons ces garanties concernant la démilitarisation et les dispositions qu’Israël requiert pour sa sécurité, et si les Palestiniens reconnaissent Israël en tant qu’Etat du peuple juif, alors nous serons prêts lors d’un accord de paix futur à accepter qu’un Etat palestinien démilitarisé existe aux côtés de l’Etat juif. » Nous ne voulons pas d’un autre « Hamastan »« . Ce qui implique notamment que les frontières de cet Etat palestinien soient placées sous surveillance pour empêcher toute contrebande. En outre, le chef du gouvernement israélien a répété avec force que »le problème des réfugiés palestiniens doit être résolu en dehors des frontières d’Israël« , ce qui exclut toute discussion sur le droit au retour, affirmant que »le lien entre le peuple juif et la terre d’Israël existe depuis plus de 3 500 ans. C’est la terre de nos ancêtres !« M. Nétanyahou a également rejeté toute idée de partage de Jérusalem qui »doit rester la capitale unie d’Israël« . Il a insisté sur »la nécessité d’Israël d’avoir des frontières défendables« , repoussant le règlement de »la question territoriale« lors »d’un accord de paix final« . En attendant, il n’est pas question de geler le processus de colonisation Certes, il n’y aura pas de nouvelles colonies ni »d’expropriations de nouvelles terres« , mais »il est nécessaire que les résidents puissent mener une vie normale, c’est-à-dire permettre aux parents d’élever leurs enfants comme toutes les familles dans le monde« . Dernière condition : »L’Autorité palestinienne devra rétablir la loi à Gaza et renverser le Hamas. Enfin , le premier ministre a réagi à la réélection du président iranien, « La plus grande menace pour Israël, le Proche-Orient et le monde entier, c’est la rencontre entre l’arme nucléaire et l’islam radical ». Il appelle « à une coalition internationale contre l’armement nucléaire de l’Iran »". (2)

Pour l’Occident Ce discours qui est un recul qui obère toute avancée est saluée comme un geste courageux et une avancée majeure A Washington on est satisfait du discours du Premier ministre Binyamin Netanyahou, “qui constitue un important premier pas”. “L’acceptation de deux Etats répond aux attentes américaines”, a affirmé un représentant de Washington. Les Européens ont exprimé leur satisfaction, tout en faisant preuve de prudence. Les Suédois pour leur part ont estimé qu’il s’agissait “seulement d’une première étape, d’un petit pas en avant.” Pourtant, il faut tout d’abord savoir que sous des apparences de nouveauté, ce discours est un recul par rapport à la feuille de route . Dans le Washington Post, l’ancien ambassadeur en Israël Daniel Kurtzer explique justement qu’en 2003 le gouvernement israélien a accepté les dispositions de la « feuille de route » - le plan de paix lancé par le Quartet (Etats-Unis, Union européenne, Russie, ONU). Or cette « feuille de route » impose, outre le démantèlement des implantations sauvages érigées depuis mars 2001, le gel de la colonisation, y compris la « croissance naturelle » des colonies existantes.

Qu’en est-il du monde arabe ? A part un tmide communiqué de l’Egypte, C’est le silence assourdissant ! Les Palestiniens estiment qu’avec toutes les conditions posées par le Premier ministre israélien, l’Etat palestinien ne verra le jour que dans mille ans. Pour le porte parole de Mahmoud Abbas (Abou Mazen) : “Le discours de Netanyahou est un discours de droite qui sape les bases des pourparlers. Ce discours pose des conditions et porte un coup mortel au processus de paix. Il ne donne aucune base permettant de renouveler les négociations.” Pour Yasser Abed Rabou, : “Netanyahou est un escroc, un imposteur et un menteur.” « Il a employé les mots »Etat palestinien« », mais il veut « un protectorat israélien : »Il veut que les Palestiniens fassent partie du mouvement sioniste mondial." Le porte-parole du cabinet du Hamas a affirmé que le Premier ministre avait présenté dans son discours “une idéologie raciste et extrémiste”. Même l’Egypte a mal accueilli les conditions du Premier ministre. L’exigence de reconnaissance de l’Etat d’Israël comme Etat du peuple juif menace encore plus le processus et élimine toute possibilité de parvenir à la paix. Personne ne se pliera à cette exigence, ni en Egypte ni nulle part ailleurs”, a averti le président Hosni Moubarak. En Syrie, la presse a accusé Netanyahou d’apartheid. “ Le gouvernement sioniste accepte de créer des cantons palestiniens qui rappellent les cantons des Noirs d’Afrique du sud à l’époque de l’apartheid”, peut-on lire dans le journal national Tishrin.(3)

Pour sa part, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hassan Ghashghavi, a fustigé ce discours et appelé la communauté internationale et les pays arabes à prendre des mesures pour arrêter “le régime sioniste cupide” et protéger le peuple palestinien.

D’une façon remarquable la presse israélienne pratiquement dans son ensemble a été très critique envers ce discours. Pour Ari Shavit, grand éditorialiste à Ha’Aretz, « Benyamin Nétanyahou a franchi le Rubicon. Pour servir le pays, il a quitté le foyer idéologique de son propre père. Shalom Yerushalmi, dans les colonnes de Maariv, se veut lui aussi optimiste. »Certes, ce dimanche, Nétanyahou a en quelque sorte ôté sa kippa politique, mais il ne l’a pour autant pas encore mise dans sa poche arrière. De même, les conditions impossibles qu’il pose aux Palestiniens – et qui reviennent à leur suggérer de se convertir au sionisme – donnent l’impression qu’il cherche plus à esquiver la paix qu’à la prendre à bras-le-corps." (4)

Mais la majorité des commentateurs de la presse écrite restent sur leur faim. Dans Yediot Aharonot, Yoram Kaniuk estime que Benyamin Nétanyahou a prononcé « des paroles douces aux seuls Israéliens, mais son discours n’a pas été celui d’un dirigeant généreux et courageux. En outre, si les Palestiniens savent intuitivement qu’Israël est un Etat juif, il est déraisonnable d’exiger qu’ils nous reconnaissent comme ’foyer historique du peuple juif’, dès lors que 1 million d’entre eux vivent dans cet Etat. » Dans le même ordre d’idées, Akiva Eldar écrit dans Ha’Aretz que « le discours de Nétanyahou est de la meilleure veine néoconservatrice, insensible, paternaliste et colonialiste. On doute qu’il se trouvera un seul responsable palestinien digne de ce nom pour accepter cette camelote. » En somme, à qui le discours de Nétanyahou s’adresse-t-il ? Vu les conditions posées aux Palestiniens, Nétanyahou peut rassurer ses adversaires au sein du Likoud : l’Etat palestinien n’est pas pour demain.« Dans Maariv, Ofer Shelah ironise : Ce discours prouve une fois de plus que les choses ne bougent ici que lorsque les Américains nous y contraignent.” Ce que confirme Gidéon Lévy dans Ha’Aretz : »Le discours de Nétanyahou n’a ouvert aucune porte..« L’ancien responsable du parti de gauche israélien Méretz, Yossi Sarid, a évoqué dans le quotidien Haaretz »un discours de pastèque composé de 92 % d’eau". (4)

Pour rappel Le 29 novembre 1947, le plan de partage de la Palestine (ou plus exactement de ce qui restait de la Palestine, une partie ayant déjà été séparée afin de constituer la Transjordanie) élaboré par l’UNSCOP est approuvé par l’Assemblée Générale de l’ONU, à New York (résolution 181 de l’assemblée générale). Ce plan, destiné à résoudre le conflit entre Juifs et Arabes à propos du mandat britannique sur la Palestine, propose le partage de ce territoire entre deux États, l’un juif, l’autre arabe, avec Jérusalem sous contrôle international. Le partage et la création des trois États (État juif, État arabe et État de Jérusalem sous administration internationale), furent votés par 33 voix contre 13 avec 10 abstentions. La résolution 181 avait pour but la création de deux Etats : . un État juif de 14 000 km² avec 558 000 Juifs et 405 000 Arabes ;Un État arabe de 11500 km² avec 804 000 Arabes et 10 000 Juifs formé de trois parties séparées : Gaza, la Cisjordanie et la partie nord voisine du Liban, enfin, une zone sous régime international particulier comprenant les Lieux saints, Jérusalem et Bethléem avec 106 000 Arabes et 100 000 Juifs.(5)

Selon le Plan de Partage, l’État juif comprenait la plaine côtière, qui s’étend de Haïfa à Rehovot, l’est de la Galilée et le désert du Negev, incluant l’avant-poste de Umm Rashrash au sud (maintenant appelé Eilat). L’État arabe devait recevoir l’ouest de la Galilée, avec la ville d’Acre, les monts de Cisjordanie, et le sud de la côte, s’étendant du nord de Majdal (maintenant Ashkelon), et comprenant l’actuelle Bande de Gaza, avec une partie du désert le long de la frontière égyptienne. L’État juif proposé est sensiblement plus grand (55 %) que l’État arabe, dont une très grande part occupée par le désert du Neguev (40 %). L’essentiel des terres côtières cultivables lui revient. 55 % du territoire total, 80 % des terres céréalières et 40 % de l’industrie de Palestine sont récupérés par la communauté juive La très grande majorité des Arabes vivant en et la totalité des États arabes, rejetèrent ce plan. La majorité des juifs de Palestine acceptèrent le partage. À noter que l’ONU accorda aux sionistes 50 % de plus que le plan Peel de 1937 soit 60 % du territoire alors qu’ils n’avaient jusqu’alors que 7 % de la propriété foncière ; ce territoire comportait de plus 80 % des terres céréalières de la Palestine et 40 % de son industrie.

Il faut signaler que les prédécesseurs de monsieur Netanyahou depuis Isaac Rabin ,n passant par Ehud Barck et Ehoud Olmert ont tous accepté la création d’un Etat palestinien moins cohérent que ce que propose l’actuel premier ministre. Sur le site Internet du quotidien israélien Haaretz Benjamin Hartman, écrit « M. Nétanyahou a clairement affirmé qu’il suivra la ligne de sa coalition et ne fera aucun vraie concession », mais le journaliste note que le chef du gouvernement a mentionné à plusieurs reprises l’idée de deux Etats. « Donc, les Palestiniens doivent reconnaître Israël comme un Etat juif, renoncer à leurs réfugiés, et désarmer leur Etat, le tout dans un territoire non encore défini, et Jérusalem ne sera pas divisée », ironise M. Hartman. Nous ajouterons que sur la Palestine initiale, les 22 % acceptés par Arafat seront une peau de léopard sur laquelle végéteront les Palestiniens sans perspective de réelle indépendance

En définitive toute la communauté internationale semble d’accord sur un point : les Palestiniens ont droit à un Etat vivant en paix aux côtés de l’Etat d’Israël. Mais de quoi parle-t-on quand on prononce le mot d’Etat palestinien ? Tout le monde est loin d’en avoir la même conception. M. Nétanyahou accepterait un Etat démilitarisé, privé de Jérusalem, amputé des terres sur lesquelles se sont construites des colonies, dont l’espace aérien et sans doute les frontières seraient contrôlés par Israël. Dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, cela s’appelait un bantoustan Cette focalisation sur le terme d’Etat met de côté toutes les résolutions des Nations unies qui affirment que la Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza sont, depuis 1967, des territoires occupés, et qu’Israël doit s’en retirer. Les colonies abritent désormais un demi million d’Israéliens, un nombre qui n’a cessé de croître sous tous les gouvernements successifs. Depuis 1967 c’est une succession « de faits accomplis » apparemment irréversibles en Cisjordanie. La Palestine est désormais réduite à un archipel de petits îlots, enserrés dans des colonies, des camps militaires, qui rongent chaque jour un peu plus le territoire laissé aux Palestiniens. Sur ce territoire, un Etat viable peut-il être construit ?

Cerise sur le gâteau , on nous dit qu’une forte majorité d’Israéliens soutient la création d’un Etat palestinien démilitarisé, sans toutefois croire qu’un tel Etat verra le jour bientôt, selon un sondage publié par le quotidien Haaretz. Nous y voilà ! les Israéliens et les Palestiniens sont d’accord sur une chose : L’Etat de Palestine sera créé dans mille ans.

Il reste ce rappel lancinant à « l’état juif ». Personne en Occident ne s’offusque de cette idéologie de la race. Il est connu selon les historiens que les Juifs n’ont jamais été une ethnie. Les descendants des Juifs de l’Antiquité sont restés en Palestine et se sont convertis au christianisme et à l’islam : ce sont les Palestiniens d’aujourd’hui. Il n’y a jamais eu d’exil du peuple juif en 70 après la destruction du temple par les Romains. Les Juifs actuels sont les descendants des Hamyarites, des Berbères et des Khazars judaïsés. Pour les défenseurs de la thèse d’un « peuple juif » ayant droit à une terre, le livre du professeur israélien Shlomo Sand « Comment le peuple juif fût inventé » est à lire. Il faut peut être analyser en profondeur cet entêtement « nouveau » à parler de l’Etat juif, qui pour rappel avait un autre sens dans la déclaration du partage de l’ONU de 1947. A moins que cela ne cache le fait qu’à la longue, les Arabes israéliens n’auraient pas vocation à rester dans un Etat « Juif »ls seraient alors « invités » à rejoindre le Bantoustan palestinien.. Ce sera la deuxième Nekba qui fera oublier la première… Ainsi va le Monde…

1.Allouf Ben : Washington défie Nétanyahou : Ha’Aretz, 11.06.2009   

2. Michel Bôle-Richard : M. Nétanyahou pose ses conditions pour un éventuel Etat palestinien. Le monde du 15 06 2009

3.Yael Ancri http://www.actu.co.il/2009/06/disco... Lundi 06/15/2009.

4.Pascal Fenaux Changement de ton, à défaut de fond Courrier International 15.06.2009

5 fr.wikipedia.org/wiki/Plan_de_partage_de_la_Palestine

Pr. C.E. Chitour

Ecole Polytechnique Alger


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • fouadraiden fouadraiden 20 juin 2009 03:09



    les Arabes feraient bien de se détourner de cette question et de s’ atteler à résoudre en priotité leurs problèmes car leur faiblesse ne leur accorde aucun poids. construisez quelque chose ensuite seulement vs trouverez la force nécessaire pour vs débarrasser de l’imposture israélienne.

     tt le reste c’est du bla bla bla d’autant que les regimes arabes actuels sont poraméricains à défaut d’autres choix.


    • Duralex Duralex 20 juin 2009 09:01

      Je ne comprends pas pourquoi les Palestiniens s’entêtent à revendiquer un Etat.

      Il est clair que les Israéliens, et pas seulement Netanyhaou, n’en veulent pas. D’autre part le soutien international en faveur de cet Etat n’existe qu’en paroles et encore...

      Par conséquent cette perspective risque d’être sans cesse repoussée aux calendes grecques et, si jamais cet Etat était créé un jour, il ne serait probablement qu’une pure fiction, un Etat de carton pâte dépourvu de tous les attributs de la souveraineté.

      Il serait plus réaliste de partir de ce constat que l’Etat isarélien a de facto annexé les territoires occupés et d’en tirer les conséquences : placés sous la souveraineté israélienne les palestiniens doivent se voir reconnaitre le statut de citoyens israéliens avec tout ce qui en découle, y compris le droit de vote, le droit de s’établir où ils veulent dans leur pays etc...

      Est-ce que les noirs d’Afrique du Sud revendiquaient la création d’un Etat noir à coté de l’Etat blanc ?


      • frédéric lyon 20 juin 2009 09:10

        Duralex, vous êtes drolement intelligent mais vous avez seulement oublié un petit détail : 


        les israëliens n’ont pas l’intention de prendre en charge toute la population arabe de Palestine. Ils en ont déjà récupéré une partie chez eux en Israël, qu’ils foutront dehors dès qu’ils le pourront.

        C’est curieux cette idée de toujours vouloir vous imposer chez les autres. 

        D’où celà peut-il provenir ?

        • abdelkader17 20 juin 2009 10:06

          @Lyon
          Les sionistes ne sont pas chez eux ,la Palestine historique est un territoire arabe qu’ils ont usurpé en 1948,décision inique de l’onu que les criminels occidentaux ont avalisé en compensation des horreurs de la seconde guerre mondiale, remettez donc les événements dans leur contexte, les palestiniens victimes par procuration de la barbarie génocidaire Européenne, c’est ainsi qu’un transfert d’hostilité s’est produit sur les peuples arabes du moyen orient et les palestiniens en particulier.


        • Duralex Duralex 20 juin 2009 10:21

          @ f.lyon

          Le problème ce n’est pas ce dont rêvent les Israéliens - si tant est d’ailleurs que vous le sachiez- ou les Palestiniens, mais ce qu’ils vont être obligés de faire.

          Ni les uns ni les autres n’ont les moyens de sortir du statu quo actuel et le statu quo mène vers un Etat unique avec toutes les conséquences qui en découlent et qu’il faudra bien tirer un jour.

          Quant à moi je n’ai aucune intention de m’imposer là bas.

          @abdelkader

          Les Israéliens sont aussi chez eux maintenant et ça aussi c’est une réalité incontournable avec laquelle il faut bien composer


        • CASS. CASS. 13 août 2013 02:22

          La population arabophonisée de Palestine, nuance. De plus ce ishrael est plutôt la nouvelle khazarie sans frontiére( des khazars, des huns des attila.....TURKS,envahisseurs parisaÏsés très prosélytes à partir du 8éme siécle de notre ére) d’où sont issus les staline, les ashkénazes bauer rothschilds créateurs de l’idéologie nazie et sa mise en place par ex., les winsors et cie


        • abdelkader17 20 juin 2009 10:36

          Les arabes feraient bien d’arrêter toutes négociations avec ses bandits,les dirigeants des états occidentaux sous couvert de neutralité sont complices et responsables de la tragédie du peuple palestinien , il faut fermer la porte à toute négociation démanteler ce simulacre d’autorité palestinienne personne ne reconnaitra jamais cette entité terroriste et raciste comme état juif.
          L’état palestinien n’est pas pour demain ni pour après demain, il faudrait que les arabes s’inspirent de l’exemple Iraniens pour se faire respecter et balayent les laquais de toujours qui les maintiennent dans un état de quasi servitude dans leur propre pays.
          Israël n’existe pas c’est une construction de l’imposture internationale visant à faire payer à d’autres les crimes européens.
          Qui peut encore croire dans la volonté des brigands sionistes de faire la paix, leur seul souhait est la domination totale non seulement des palestiniens mais aussi de l’ensemble régionale, la police régionale sioniste ,comme il existe une police internationale américaine.
          c’est pourquoi cette campagne orchestrée contre l’Iran en sous main par les officines de propagande sioniste et les prétendus ONG de défense des droits de l’homme simple bras humanitaire de la cia n’a d’autre visées que la mise au pas des réfractaires à cet ordre criminel.


          • CASS. CASS. 12 août 2013 12:45

            l’imposture étant aussi de dire « arabe » sous entendu race arabe, alors qu’en fait arabophonisé ne veut pas dire de race arabe. ( arabe = arabie saoudite et quelques poches autour, bref péninsule arabique islam du désert, devenu sunnisme wahhabisé madin english winsors issus des khazars, huns, attila ... Turks,en effet pharisaÏsés( très prosélytes à partir du 8éme siécle) comme les bauer rothschilds et les netanyahu etc) et bien évidemment le vatican (faiseur de rois) des gros bourges de leurs mafia et de leurs intérêts ne dira jamais la vérité à propos de tous ses et ces amalgames de mensonges plagiats etc.(pourtant à son départ l’église romaine était MitraÏste et certe pas très zoroatrisme contrairement à la Gréce d’alex le grand.)Bref nous avons à voir avec la Perse Iran et pas du tout avec la salade indigeste d’ hébreux qui pratiquaient des génocides des sacrifices humains viols incestes etc pillages au nom de leur d.ieu en alliance avec une autre tribu dans le sina et de faux hébreux.

            tout comme l’imposture de race jew et amalgame jew donc.

            hier soir j’’ai regardé à nouveau « vu du ciel » vous feriez bien d’y jeter un oeil ou y rejeter un oeil


          • CASS. CASS. 13 août 2013 02:26

            ce sont des sionistes qui mon collé -2 , ben oui la vérité les dérange c’est normal.


          • ASINUS 20 juin 2009 10:40

            je ne comprend pas pourquoi les palestiniens s entetent à revendiquer un état

             ????? heu ;


            sinon ,Fouadraiden à raison le monde arabe ne pese pas suffisement n a jamais pesé
            son poids réels pour obliger l occident a imposer à israel un etat palestinien viable , la verité d ailleurs c’est qu au moins trois etats arabes limitrophe ont instrumentalisés la cause palestinienne bloquant toute avancées et ce a peu de frais .
            ils semblent que les décideurs israeliens preferent souvent l irrationnel au viel adage qui veut que les gains territoriaux doivent necessairement servir de gages dans les negociations ,gardés trop longtemps voir annéxés ils font perdurer le conflit,


            • fouadraiden fouadraiden 20 juin 2009 10:41

               @ Duralex

              Est-ce que les noirs d’Afrique du Sud revendiquaient la création d’un Etat noir à coté de l’Etat blanc ?

               oui c’est juste à la différence que les Israéliens ont un problème qu’a priori les Blancs d’Afrique du Sud n’avaient pas à formuler publiquement. les Blancs n’ont pas besoin de garantir aux Etats qu’ils dirigent le caractère blanc pour dominer. les israéliens sont eux dans une situation ou cette domination n’est pas garantie. à cause du fait islamique et du fait arabe régional.

               n’oublions pas non plus le staut des juifs dans la société islamique ( c’est un peu comme le statut ( officieux) des maghrébins en France , pas terrible quoi)

               bien que les noirs américains avaient pensé comme solution à leur condition à un Etat noir souverain et indépendant à côté des autres états fédérés. voir Malcom X.

              d’ailleurs le président Grant ( celui qui a succédé à Lincoln) avait lui aussi et bien avant les leaders noirs pensé à la même solution, qui fut évidemment violemment refusée par le sénat américain


              • ASINUS 20 juin 2009 11:28

                bonjour , si je suis votre raisonnement cela fait un paquet de cartes a redessiner des saxons aux angles jusqu au bantous et xsosas.
                je parlais d irrationnel manifestement dans les deux camps nombre en sont pourvus.


              • ASINUS 20 juin 2009 11:36

                bonjour , vous faites bien de souligner l etat d assistanat
                des palestiniens et que la viabilité d un état ne s arrete pas a une entité geographique
                homogene ,mais vous connaissez aussi suremment le montant des aides que reçoit Israel non ? 


              • abdelkader17 20 juin 2009 11:35

                @MCM
                la désinformation sioniste arrive bouchez -vous les oreilles et masquez- vous les yeux.
                On veut mettre sur le même pied d’égalité l’occupant et l’occupé,la technique mensongère habituelle de nos amis sioniste, MCM ne sait pas que la colonisation rampante des terres arabes depuis 1948 empêche toute construction d’un état viable viable, le mur d’apartheid qui vole encore des terres, les entraves à la circulation, la judaïsation de Jérusalem annexé en 1981, pour en faire la capitale éternelle du peuple juif ce qui en dit long sur ce prétendu état juif et démocratique.
                C’est une ruse pitoyable que d’enchainer les mensonges les uns à la suite des autres, visant à exonérer la puissance occupante de ses responsabilités criminelles.
                Qui peut encore croire en vos fables MCM.
                Pourquoi israel a il donc éliminé tous les cadres laïcs de l’olp et pousser les islamistes sur le devant de la scène si ce n’est pour saborder toute tentative de résolution ce conflit ?


                • CASS. CASS. 12 août 2013 13:01

                  En disant terres arabes vous faites le jeu des impérialo zionistes, arabophonisés ne signifie pas race arabe. 


                • Ramila Parks Ramila Parks 20 juin 2009 21:21

                  géraldine écrit :« Il ne fait pas bon être laïc sous certaines latitudes. Alors qu’ils pullulent en ISRAEL il n’y en a plus à gaza...c’est fou ça, non »


                  En effet, lorsque vous êtes en Israel, vous êtes dans un etat RELIGIEUX, donc si vous êtes vraiment laïque, ça doit être dur de rester cohérent avec ses convictions...Et a Gaza, vous avez raison aussi, il ne reste ni laics, ni personne qui ait un droit quelconque sauf celui, légitime de se défendre contre une invasion militaire et religieuse...Il n’y a rien de fou, ça s’appelle juste un génocide organisé bien négocié et ça dure depuis 60 ans. L’approuver au nom de la laicité, c’est assez osé...Mais vous avez le droit de le revendiquer haut et fort, du point de vue, où vous observez la situation. 

                   

                • Duralex Duralex 20 juin 2009 11:49

                  Dés qu’il est question du conflit israélo-palestinien les pros-ceci et les anti-celà tombent dans le délire.

                  L’un prétend qu’ « Israel n’existe pas »

                  L’autre soutient que l’Etat palestinien existe depuis 1947...

                  Allez y comprendre quelque chose


                  • abdelkader17 20 juin 2009 12:00

                    @Duralex
                    quand on impose une entité raciste et coloniale à un peuple sans lui demander son avis c’est un diktat celui a conduit à des désordres majeurs au proche orient,les Palestiniens les Libanais les Syriens ... ne veulent plus de ces colonisateurs racistes dans la région libre à vous de les récupérer.


                  • Duralex Duralex 20 juin 2009 12:50

                    « Toutes les frontières des nations du moyent-orient ont été tracées à la même époque, Syrie, Liban, Jordanie, Israel, ect... »

                    Le plan de partage de 47 est caduc pour ce qui concerne Jerusalem et la Cisjordanie.


                  • fouadraiden fouadraiden 20 juin 2009 13:54

                    mcm,


                     je réponds car je crois savoir : ben celle qui tracent les frontières de ton cul, ah ah ah ah ah


                  • abdelkader17 20 juin 2009 22:30

                    @MCM
                    cette seule prétendu nation que je désigne sous le vocable de structure coloniale n’a jamais délimitée ses frontières, pour quels raison ?il parait aujourd’hui très clair que les buts poursuivis sont l’édification du grand Israël.


                  • armand armand 20 juin 2009 23:01

                    Comme vles pays arabes sont incapables de définir des frontières autres que celles issues de la colonisation... et que la Palestine historique se décline en vilayets de l’Empire ottoman, de provinces byzantines pour aboutir aux royaumes de Judée et d’Israël... Pourquoi veux-tu qu’Israël définisse des frontières quand de toute façon, depuis l’origine, on lui conteste le droit d’exister... ?


                  • abdelkader17 21 juin 2009 00:13

                    @Armand
                    Belle pirouette intellectuelle dont tu maitrises le fonctionnement à merveille,les dirigeants palestiniens n’ont ils pas reconnu Israël, ne sont ils pas lancés dans d’interminables négociations qui n’ont fait qu’accentuer les ravages de l’occupation, accélérer la dépossession, priver les cadres palestiniens du Fatah de toute légitimité par une politique de capitulation, de népotisme,et une explosion de la corruption.
                    Ton royaume et d’Israël n’existait pas en 1948, un peuple et des habitants de toutes confession vivaient sur cette terre, le sionisme politique doit être identifié comme il se doit au moins les premiers n’étaient pas aussi hypocrites que le discours manipulateur de ceux d’aujourd’hui,le sionisme est une idéologie racistes, coloniale et de dépossession qui doit faire l’objet d’une condamnation en règle, le reste n’est que distraction à destiné des utopistes.


                  • ZEN ZEN 21 juin 2009 07:40

                    @ Armand
                    Merci d’être pour une fois aussi clair,
                     de défendre la notion de « Grand Israël » (jusqu’où au fait ?...),
                    de confirmer les propos de Golda Maier :
                    " Comment pourrions-nous rendre les territoires occupés ? Il n’y a personne à qui les rendre »« Il n’y a jamais rien eu de tel puisque les Palestiniens n’ont jamais existé »
                    ...ainsi que ceux de Ben Gourion...
                    ....Que le Likoud a réactualisé

                    C’est Obama qui ne va pas être content...


                  • armand armand 21 juin 2009 10:29

                    Le discours panarabiste en 1948 était tout aussi nationaliste, à relents fascisants, et de plus n’offrait aux Juifs que le départ ou le cercueil (ou que quelques uns vivotent sous forme de dhimmis).

                    Abdel ne répond toujours pas quand ça l’ennuie, car il s’abrite derrière des slogans. Les différents états arabes sont issus des frontières de la colonisation - ce sont donc des états artificiels pour ce qui est de leur étendue exacte. Alors pourquoi s’en prendrait-on aux frontières ’artificielles’ d’Israël ?

                    Zen -
                    Tu te dévoiles encore une fois comme la face plus montrable d’excités genre Abdel et consorts. Le grand professeur que tu es devrait être à même de comprendre ce que j’écrivais, voir ci-dessus.
                    Mais non, pour toi il n’y a qu’Israël qui doit montrer patte blanche, donner des gages, se faire pardonner. Et en permanence tes références lassantes aux masos style Sand dont le fond de commerce c’est de se battre la coulpe, alors même qu’on attend encore le même équivalent en face.


                    J’ai été on ne peut plus clair - le système de deux états viables me paraît le seul qui soit juste. Et trêve des absurdités d’abdel sur un état multiconfessionnel, qui n’a jamais existé au Proche Orient. C’est le plan prévu en 1948, que les Arabes ont refusé mais qu’ils ont l’air d’accepter maintenant, qui devrait prévaoir. Et je trouverais juste qu’Obama exerce des sanctions si Netanyahu s’y oppose.
                    Mais les frontières restent à dessiner d’un commun accord. Dans les deux sens - qui exclut tout ce délire que tu m’imputes concernant le Grand Israël, car l’étendu de ce terriotoire mythique est bien connue.

                    Personnellement je n’ai jamais caché que tout à l’origine j’aurais préféré le maintien de l’Empire ottoman sur une base fédérale (comme les USA) - projet qui a d’ailleurs été proposé par des intellectuels arabes. Tout comme le maintien de l’Autriche-Hongrie.
                    Ces deux structures fédérales nous auraient évité la quasi totalité des bains de sang du XXe siècle.


                  • abdelkader17 21 juin 2009 10:37

                    @Armand
                    Israël est une construction artificielle voilà toute la différence, l’importation d’un projet colonial européen dans une région étrangère, on à amené et concentrer des individus parce qu’ils sont juifs
                    sur une terre étrangère en leur offrant par une spoliation en règle la terre des autres, jamais personne qu’il soit Chinois ,Anglais, ou je ne sais quoi n’aurait accepté pareille injustice.
                    Alors tes conneries de découpage on s’en fout complètement,ça ne fait que traduire et servir tes orientations idéologiques.


                  • armand armand 21 juin 2009 10:50

                    abdel,

                    Faux. Il y a toujours eu des Juifs en Palestine, la langue n’est absolument pas celle de la ’métropole’ ; s’il y a eu arrivage massif de colons, il y a eu aussi arrivage massif de travailleurs arabes en provenance d’autres pays de la région. De toute façon, on est obligé de se fonder sur un minimum de droit. Le recensement des habitants de la Palestine, en 1948, comptabilise ceux qui y résident, de toutes confessions, depuis trois ans. Et la résolution de l’ONU, que la quasi totalité des états arabes acceptent implicitement, désormais, prévoit deux états.
                    Et de toute façon, plutôt que de fumer de la beuh en rêvassant, il y a une réalité présente - un peuple israëlien, avec sa langue, sa culture, ses institutions, un peuple palestinien, idem. Aucun des deux ne va anéantir l’autre, alors il faudra bien en faire quelque chose.


                  • abdelkader17 21 juin 2009 11:01

                    @Aramand
                    je n’ai jamais dit qu’il n’y avait pas de juifs en Palestine ça c’est ta propre interprétation, je dit que cette idéologie est une construction européenne, une idéologie coloniale, la présence juive à toujours été dans la région et je ne l’a remet pas en cause c’est le fondement sur des bases religieuses de cette état qui porte en lui les germes du racisme.Quand à la fable des deux états je t’ai déjà dit que je n’était pas un enfant.


                  • CASS. CASS. 12 août 2013 14:45

                    en effet armand ce ishrael impérialo zionistes colonialistes sans frontiére et sans constitution et pour cause , des rothstchildiens des winsors etc anglo saxons khazars huns .. TURKS n’a pas lieu d’exister.


                  • CASS. CASS. 13 août 2013 02:47

                    Ce ishrael est surtout une base militaire impérialo colonialiste terroriste de voleurs pilleurs sans frontiére ; au départ la motivation était le pétrole.


                  • abdelkader17 20 juin 2009 12:07

                    @Joker
                    Que connais tu de la question Algérienne pour attribuer les 200 000 victimes aux islamistes ?
                    Commence par t’instruire au lieu de te laisser guider par ton racisme primaire et ton islamophobie latente, tu y découvriras probablement le rôle des services de sécurité algérien dans cette guerre civile et celui des pouvoirs occultes y agissant en coulisse.


                    • armand armand 21 juin 2009 10:35

                      De l’abdel tout cru :

                      Les 200 000 morts c’est les services de sécurité - à l’instigation des Américano-sionistes sans doute.

                      Alors arrête ton char, abdel - tu n’as de laïc que le masque que tu affiches, car tu dédouanes systématiquement les islamistes de toute responsabilité, où que ce soit dans le monde.

                      C’est INFANTILE (en somme, jamais de ma faute m’sieu, c’est la faute des autres)

                      C’est INSULTANT pour ces milliers de victimes des criminels que tu couvres.

                      Le jour où quelques excités salafistes, pour une raison ou une autre, voudront de dépécer vivant, tu leur demanderas l’accès à un ordi pour nous écrire et nous dire : « Vous savez quoi, ils sont vraiment méchants ! : »


                    • abdelkader17 21 juin 2009 10:47

                      @Armand
                      Tu connais l’Algérie, tu dois surement y avoir des attaches profondes, grand connaisseur que tu sembles être du monde, je n’ai jamais dit que les islamistes n’avaient rien fait, entre parenthèse beaucoup d’entre eux ont été faire la « guerre sainte » en Afghanistan contre les communistes, mais les groupes les plus violents ont été manipulé par les services de sécurité algériens c’est une certitude, la violence des autorités que vous ne prenez pas en compte, les milices d’auto défense autres acteurs.
                      Votre mauvaise foi et la tendance actuelle voudrait tout traduire sous le prisme religieux, au fait les islamistes avaient gagné en Algérie et par la voie des urnes, l’interruption du processus démocratique prélude à cette guerre de l’état contre le peuple n’a pas soulevé tant d’indignation dans les chancelleries occidentales.
                      http://www.algeria-watch.org/francais.htm


                    • armand armand 21 juin 2009 10:56

                      Ne brouille pas les pistes, abdel, tu n’y arriveras pas. Bien sûr qu’il y a eu manipulation des services secrets, l’effet des milices et ainsi de suite ; Bien sûr que nombre d’islamistes ont profité des bonnes grâces de l’Occident pour aller faire leurs preuves en Afgha. Mais à la base, ces organisations promettent la mort à quiconque s’élève contre elles - à commencer par les musulmans ’impies’ - et c’st donc à elles qu’incombent la responsabilité de ce carnage.
                      Quant aux élections ’interompues’ je t’avoue que je n’ai jamais eu une opinion tranchée sur la question. Doit-on permettre à une organisation ouvertement anti-démocratique de prendre le pouvoir par les élections ? Le FIS offrait-il des gages de bonne conduite démocratique. Tout en sachant que la démocratie ne se résume pas à gagner les élections, mais à respecter tout un ensemble de contre-pouvoirs, d’opinions minoritaires - que que Sarkozy a tendance à oublier actuellement.


                    • jaja jaja 21 juin 2009 11:09

                      Armand, « Doit-on permettre à une organisation ouvertement anti-démocratique de prendre le pouvoir par les élections... »

                      Et qui est ce « on », au-dessus de la démocratie, et qui se permet (et surtout peut) annuler des élections au résultat déplaisant ?

                      Le résultat obtenu par ce « on » fut , et c’était bien prévisible, la guerre menée par ceux qui furent spoliés de leur victoire électorale....

                      Donc au niveau des responsabilités et pour ce qui concerne le bain de sang le « on » (les militaires, soutenus notamment par la France) portent à mon avis la principale responsabilité.


                    • abdelkader17 21 juin 2009 11:11

                      @Aramand
                      et je suis presque sur que si on joue le jeu démocratique dans tous les pays arabes de la région du moyen orient les islamistes arriveront vainqueurs, échec du panarabisme, combat féroce contre les idéologies séculières non seulement des pouvoirs en place et surtout de l’Arabie Saoudite (la création de l’oci répond en partie au souhait de lutter contre l’influence du nationalisme arabe de Nasser) mais aussi des Américains qui en appuyant les mouvement de l’islam combattant dans leur guerre contre le communisme se sont pris le pied dans le tapis, même chose en israel qui a joué les religieux contre les laïcs, il faut toujours nuancer Armand ni tout blanc ni tout noir.
                      Quand on a pour seul espace démocratique la mosquée, c’est évident que les islamistes arrivent à imposer leurs idées.


                    • armand armand 21 juin 2009 17:50

                      Pour le coup on est d’accord (une fois n’est pas coutume !)

                      Mais les islamistes ne pratiquent-ils pas le dogme de Maurras :

                      « je réclame MA liberté au nom de VOS principes, je vous refuse la VOTRE au nom des MIENS. »

                      En somme, une fois au pouvoir, les Islamistes (comme les fascistes européens en d’autres temps) s’emploieront à y rester, et à modeler un état qui, justement, se passe d’élections. Ou alors maintient le résultat des élections sous le contrôle de religieux.


                    • CASS. CASS. 12 août 2013 14:56

                      Arman : le wahhabisme ( d’où le salafisme, takfiriste... ( issu d’ arabie soudite et d’english madin les winsors issus de khazars , huns ... TURKS) les emirats saoudite qatar ... fournissants et engraissant les terroristes et mercenaires affiliés mossad - qaïda - cia.


                    • USA 613 20 juin 2009 16:06

                      Wouaw samedi interdiction des manifestations en Iran

                      Voila un bel exemple de la démocratie

                      Combien d’intervenants s’indignent sur AV ?
                      Qu’en est-il des mêmes ALORS que de telles méthodes NE sont PAS pratiquées aux USA, en France, en Europe, en Israël, etc... ?
                      Combien de ces intervenants en sont à vomir tous ces pays sur AV ?
                      Combien de ces mêmes intervenants en sont à intervenir avec autant de véhémence pour défendre les droits des Iraniens bafoués ? AUCUN !!!
                      Les grands moralistes pro-M’Bla M’Bala ou pro-palestiniens soutiennent le Hamas, le Hezbollah, l’escroc des scrutins en Iran, même lourd silence sur ce qui s’est passé en Afrique, au Sri Lanka, en Asie et ailleurs dans le monde... l’indignation de Morice et d’autres est bien sélective.
                      Faut-il s’en réjouir ? s’en désoler ? s’en indigner ? 
                      C’est selon
                      Mais le constat est fait une fois de plus les intervenants d’A.V. donnent une image de ce qu’est A.V. du fait de l’écho qui leurs est donné et des choix des articles qu’il est fait ici.
                       
                      Non, non on ne rêve pas.... ici sur A.V. il y a bien soutien des abus qui sont perpétrés en Iran...
                      Ce qui se passe en Iran est révoltant
                      Ce qui se passe dans ces colonnes est ECOEURANT

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès