Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Discours du général Igor Sergun, chef du Service de renseignement russe, à (...)

Discours du général Igor Sergun, chef du Service de renseignement russe, à propos du terrorisme

Par Le Saker – Le 22 mai 2015 – Source : thesaker.is

Traduit de l’anglais par Wayan, relu par jj pour Le Saker Francophone

Traduit du russe à l’anglais par Shed.

Je poste aujourd’hui le discours du colonel général Igor Sergun, chef du service principal des renseignements (GRU) des forces armées de Russie. Dire que cet homme, ou le GRU, sont discrets serait un euphémisme… Le GRU a pour habitude de ne jamais faire de déclaration publique ; même pas la personne qui le dirige. Il est donc intéressant de voir qu’à l’une des rares occasions où le général Sergun accepte de s’exprimer en public, il choisisse de mettre l’accent sur les risques de l’extrémisme soi-disant islamique et que dans cette courte déclaration il fasse quatre références au fait que ces terroristes islamiques sont, à l’origine, une création de l’Occident. On pourrait être tenté de rétorquer « Rien de nouveau là-dedans, on sait déjà tout cela », mais ce serait manquer le point important qui nous dit que le renseignement militaire russe déclare ouvertement que le soi-disant terrorisme islamique n’est pas un phénomène indigène spontané mais un instrument dans la boite à outils de l’impérialisme occidental, outil utilisé pour déstabiliser les pays qui osent s’opposer à l’hégémonie mondiale de l’empire anglosioniste. 

Le Saker

 

Le chef du GRU [Services de renseignement russes] accuse les États Unis et leurs alliés d’avoir fabriqué le réseau terroriste islamique transnational.

 

Présentation faite à la 4e conférence de Moscou sur la sécurité internationale le 16 avril 2015.

 

Sujet : Sécurité globale : transformation radicale ou création de nouvelles règles du jeu ?

Titre du discours : Les sujets brûlants de la lutte globale contre le terrorisme

 

 Generalstaff central dep.svg

 

Mesdames, Messieurs,

Un des plus dangereux défis de notre époque est celui du terrorisme international, qui est en train de prendre rapidement une tournure politique et de devenir une vraie force en essayant de prendre le pouvoir dans certains pays.

Nous assistons à une véritable expansion mondiale de l’activité des organisations terroristes, dans le sens d’un élargissement géographique, d’un renforcement des relations entre des groupes autrefois disparates ainsi qu’à une rapide capacité d’adaptation aux changements de situation.

Parmi ces organisations terroristes, le rôle de celles se réclamant de l’islam radical augmente. Leurs chefs collaborent de plus en plus pour chercher à créer des zones d’instabilité, non seulement à l’intérieur de quelques pays mais touchant des régions entières.

Ce terrorisme international émergent a pour but de restaurer, par des moyens militaires, un grand califat à l’intérieur de frontières qui s’étendent du Moyen-Orient au Caucase, en Afrique du Nord et dans la péninsule ibérique. Une campagne pour la formation d’un front uni pour un djihad global fut annoncée, avec l’objectif de conduire une lutte armée contre les principaux ennemis de l’islam, qui sont les États-Unis, les pays d’Europe occidental, la Russie et les pays musulmans ayant un gouvernement séculier.

Actuellement, le terrorisme menace surtout l’Irak, la Syrie, la Libye et l’Afghanistan où le groupe État islamique, al-Qaida, Jabhat al-Nusra, le Mouvement islamique taliban et d’autres groupes radicaux sont actifs.

Al-Qaida reste une des organisations terroristes les plus puissantes et était, à son apogée, la bannière de la guerre contre les infidèles, référence pour les autres groupes régionaux du même bord qui opèrent de manière indépendante.

Dernièrement, EI [État islamique], qui a réussi à imposer son contrôle sur une partie significative de l’Irak et de la Syrie, est en train, avec succès, de prendre une position dominante parmi les organisations extrémistes.

Les terroristes ont déclaré l’avènement d’un califat islamiste sur les territoires occupés et ont commencé à mettre en place leurs propres institutions publiques, dont un système financier et judiciaire. Un contrôle centralisé et pérenne sur les différents groupes armés a été organisé.

Le renforcement d’EI a sérieusement déstabilisé la situation en Afrique. EI fournit une aide militaire et financière conséquente aux extrémistes locaux et envoie des renforts composés de terroristes syriens et irakiens expérimentés. Les groupes bénéficiant de cette aide sont Ansar al-Sharia qui opère en Afrique du Nord, Boko Haram à l’ouest du continent, alors que la plus grande menace pour la stabilité de l’Afrique de l’Est vient de l’organisation terroriste Al-Shabab al-Mujahedeen, responsable de nombreuses opérations de haut niveau.

Aussi alarmante est la tension en train de monter au Moyen-Orient et en Asie centrale où des organisations extrémistes comme les Talibans, Hizb-ut-Tahrir et le Mouvement islamique d’Ouzbékistan ont développé une grande force de combat potentielle. Nous estimons qu’actuellement 50 000 militants combattent en Afghanistan seulement. Les territoires afghans et pakistanais hébergent un réseau de camps d’entrainement de terroristes, dont des camps spéciaux pour la formation aux attentats suicides à la bombe.

La dissémination active des idées radicales islamistes a des conséquences négatives sur le développement de la situation en Asie du Sud-Est. Une de ces conséquences, dont il est encore difficile de prévoir l’ampleur, pourrait être causée par l’organisation Jamaha Islamiya dont l’objectif déclaré est l’établissement d’un état théocratique islamique dans des frontières allant de Brunei à l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, jusqu’aux provinces musulmanes de Thaïlande et des Philippines

Depuis quelques années, le niveau de menace terroriste en Europe a augmenté. Principalement à cause des rebelles revenant des points chauds et prêts à utiliser leur expérience à la maison. Rien qu’en Allemagne, 600 djihadistes sont revenus durant les quatre dernières années.

L’influence des extrémistes s’est même étendue jusqu’en Amérique du Sud. La région trifrontalière, située à la jonction de l’Argentine, du Brésil et du Paraguay est considérée comme un point d’ancrage par les extrémistes.

L’action secrète de quelques États dans le but de parvenir à leurs propres objectifs de politique étrangère grâce au financement secret de structures islamiques participe à la déstabilisation de la situation.

Tout en entretenant une relation avec les extrémistes, quelques pays occidentaux semblent certains que leur prétendue stratégie de chaos contrôlé dans des régions lointaines ne résultera pas en conséquences tragiques pour eux, au moins à moyen terme, mais je pense qu’ils se trompent lourdement.

Le fait que ce soit à l’initiative de nos partenaires occidentaux que, depuis les années 1980, l’islamisme extrémiste a rapidement pris de l’ampleur n’est plus un secret pour personne. Pour contrer les troupes soviétiques en Afghanistan, on a assisté à un armement massif, grâce aux fonds américains et d’autres pays de l’Otan, de groupes disparates de djihadistes et de moudjahidin qui se sont alors alliés pour former les principaux groupes et mouvements terroristes. De même, grâce à l’aide financière et militaire de Washington et de ses alliés et dans le but d’éliminer le régime en place en Syrie, dont l’Occident ne voulait plus, le groupe État islamique et Jabhat al-Nusra ont été créés. L’intervention militaire en Libye par l’Alliance a entraîné un résultat similaire, favoriser les groupes extrémistes.

Cette disponibilité de sources stables de financement pour les extrémistes est une raison de s’inquiéter sérieusement. Les sources de financement les plus fiables étant les différentes ONG et fondations. Il existe, environ 200 organisations de ce type rien que dans la péninsule arabique.

Une autre source de financement est le contrôle de la production et du trafic de drogues. Rien que cette activité rapporte plus de 500 millions de dollars par an aux islamistes du Moyen Orient et d’Asie Centrale.

Il arrive assez souvent que les actions de Washington et de l’Occident dans différentes régions du monde contribuent à engendrer de sérieux problèmes, comme le trafic de drogues, l’extrémisme religieux et le terrorisme, à la suite de quoi Washington mobilise héroïquement la communauté internationale pour tenter d’enrayer les problèmes qu’elle a créés.

De manière générale, sous le slogan d’une bataille pour un islam pur, le terrorisme international est en train de devenir une activité criminelle internationale. En réalité, c’est devenu un juteux business brassant des milliards, business de drogues, de prise d’otages, de trafic d’armes et de métaux [et même de migrants maintenant, NdT].

A la recherche d’autre sources de profit, les djihadistes cherchent même à établir des relations avec des organisations nationalistes, des pirates et des séparatistes.

Nous devons donc nous attendre, pour le court terme, à ce que le niveau de menace terroriste reste assez élevé. Le renforcement des groupes extrémistes, à l’instigation des États-Unis et de leurs alliés, surtout au Moyen-Orient et en Asie centrale, entraîne une réelle menace d’exportation du terrorisme vers les pays européens, les républiques du CIS et la région Asie Pacifique.

Merci de votre attention.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • JL JL 29 mai 2015 18:44

     
    Merci pour cette traduction.
     
    ’’De manière générale, sous le slogan d’une bataille pour un islam pur, le terrorisme international est en train de devenir une activité criminelle internationale. En réalité, c’est devenu un juteux business brassant des milliards, business de drogues, de prise d’otages, de trafic d’armes et de métaux [et même de migrants maintenant, NdT].’’
     
     Le fait que des nations occidentales décident d’incorporer les activités crapuleuses dans le PIB ne démontre pas une volonté politique de lutter contre ces activités crapuleuses, c’est le moins qu’on peut dire.
     
     
    Je me demande ce qu’en pensent les charlies.


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 29 mai 2015 19:44

      @JL
      Les charlies ne pensent pas. Ils obéissent aux mots d’ordres.


    • heirani heirani 29 mai 2015 23:53

      @JL Sans compter le laxisme pour les banques qui servent de lessiveuses à toute la manne financière issue des trafics. Le commissaire Gayraud l’explique bien dans son livre « Le nouveau capitalisme criminel ». Elles sont « too big to jail » [trop grosse pour la prison], alors on les laisse se faire concurrence sur le marché de l’illégal.


    • alinea alinea 29 mai 2015 20:56

      Massoud me manque, j’aurais aimé l’entendre sur tout ça !!


      • volpa volpa 30 mai 2015 09:10

        @alinea
        Bonjour, ton idéalisme te fait croire à des chimères.
        Un muslim est un muslim.


      • alinea alinea 30 mai 2015 18:18

        @volpa
        J’ai pas compris, pardon !! je ne crois à rien pas plus à des chimères qu’à des dogmes !!!
        Un muslim est un muslim ; bon, on dirait une pub pour un muesli !! smiley


      • volpa volpa 30 mai 2015 21:35

        @alinea
        Massoud était musulman et les gens de cette religion ne peuvent qu’appliquer les coraneries.


      • alinea alinea 31 mai 2015 12:45

        @volpa

        Un dangereux islamiste que Massoud même si un brin naïf !!
        La preuve :

        http://ahmadshahmassoud.free.fr/massoud/html/sondiscours.htm


      • juluch juluch 29 mai 2015 22:29

        Intéressant, merci pour le partage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès