Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Easy Jet voit rouge en Suisse

Easy Jet voit rouge en Suisse

En Suisse, la compagnie aérienne low-cost EasyJet n’est plus vraiment en odeur de sainteté. La faute à une cascade de retards, de reports et de mauvaises gestions qui exaspèrent nos voisins helvètes. Les médias ont relayé la grogne si bien que Jean-Marc Thévenaz, le directeur de la compagnie en Suisse, a du présenter ses excuses à la télévision. Néanmoins, EasyJet n’est pas forcément responsable des faits qui lui sont reprochés...

Des retards importants

Durant la période estivale, 53% des vols de la compagnie comptaient un retard d’au moins 15 minutes. Quand aux liaisons Londres-Genève, il fallait en moyenne compter 74 minutes de retard ! La palme revient aux courriers Majorque-Genève puisque 84% des vols ont été reportés.

Des témoignages embarrassants

Certains faits divers, ou erreurs de gestion ont également entaché l’image d’EasyJet. Le 18 Août, un Airbus A319 qui assurait la liaison entre Genève et Berlin a du se poser d’urgence à Zurich à cause d’une fissure dans le pare-brise. Les voyageurs ont été cloués au sol pendant vingt-deux heures et relogés dans un hôtel.

Quelques jours plus tôt, quatre vaudois en voyage à Lisbonne avaient témoigné d’une autre mésaventure dans 24Heures. Leur vol retour avait été annulé et le prochain n’étant planifié que la semaine d’après, EasyJet a accepté de les replacer sur un vol pour Paris, puis, ont du retourner à Genève par leurs propres moyens depuis la capitale française. C’est l’absence complète de prise en charge qui me révolte le plus, raconte l’un d’entre eux. Une hôtesse nous a simplement signalé qu’il y avait un ennui technique. L’attente fut longue et sans que l’on nous offre la moindre goutte d’eau à boire.

L’histoire d’une famille de mauriciens n’ayant pu embarquer pour Genève, reboutée par le personnel d’EasyJet faute de posséder un visa qui n’existait pas (il n’est pas nécessaire pour les Mauriciens se rendant en Suisse) a également amplifiée la grogne autour de la compagnie low-cost.

EasyJet partiellement fautif

Néanmoins, les faits reprochés à EasyJet ne lui sont guère imputables. Tout d’abord, comme l’indique La Tribune de Genève dans un article daté du 23 Août, l’aéroport de Genève (le Cointrin) est également responsable, car faute de ne posséder qu’une seule piste, il commence à saturer. En conséquence, Easy Jet, qui possède 38% des parts du marché aérien helvète et qui s’acquitte de très peu de redevances aéroportuaires paie plein pot en cas d’"embouteillages" à Cointrin. De plus, des retards dans l’enregistrement des bagages ou des passagers peut être interprété comme une faute de la compagnie alors qu’elle est causée par le personnel de l’aéroport.

La mésaventure des quatre vaudois, qui se plaignaient de l’absence de prise en charge est elle aussi paradoxale : comment vouloir bénéficier d’une assistance de qualité en payant des billets au rabais ? Les Suisses veulent le beurre et l’argent du beurre. A titre d’exemple, 30% des coûts d’Air France en 2007 étaient liés au personnel...contre seulement 13% pour la compagnie low-cost Ryanair. Bénéficier de services médiocres en cas de retards, de reports ou d’incidents techniques n’est donc pas anormal. C’est le "prix à payer" pour un billet low-cost. 

 
A retrouver dans son contexte original sur http://offensif.net 

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Cogno2 27 août 2010 10:54

    une fissure dans le « pare brise » ?
    ça demande des précisions ça, c’est pas le genre de chose qui arrive comme ça, et c’est loin d’être anodin car très dangereux.

    sinon je dis tant mieux.
    ce genre de compagnie négrière ne devraient pas exister, c’est le coup du beurre et le l’argent du beurre comme vous dite, et ce n’est pas qu’en suisse, en france on veut aussi la crémière et la fille de la crémière.
    les gens râlent qu’une compagnie se foute de leur gueule, mais c’est bien fait pour eux, ils en ont pour leur argent, quand je vois des fois les prix (prix payés hein, pas affichés) de certains trajet, je me dit que çe ne paie même pas le kéro.

    bref, vivement le fin de ces compagnie esclavagistes.


    • impertinent3 impertinent3 27 août 2010 11:20

      Les fissures des « pare-brise » sont relativement fréquents, c’est un incident totalement anodin, mais qui impose, évidemment un atterissage le plus rapide possible (sans être une urgence) pour réparation.
      Cela arrive même dans les meilleures compagnies, même celles qui bénéficient de 5 étoiles* (elles sont 6 au niveau mondia), 5 asiatiques et une arabe, Air France « n’a que » 4 étoiles**). Easyjet a 3 étoiles, ce qui correspond à une qualité standard pour la sécurité et à des prestations basiques pour le service. Mais, au total, c’est une rapport prix/qualité satisfaisant.

      J’ai une fois pris un vol Easyjet, je n’est rien de particulier à en dire, correct sans plus, mais, compte tenu du prix, satisfait. Je suis un client régulier (je vais fréquemment en Extrême-Orient) de Singapore Airlines, alors là, effectivement, ce n’est plus vraiment jouer dans la même cours, même si les prix ne sont pas vraiment plus élevé que d’autres compagnie. Dans quelques jours, je vais utiliser pour la première fois Qatar Airways, je verrais bien.

      * Voir : http://www.airlinequality.com/StarRanking/5star.htm
      ** http://www.airlinequality.com/StarRanking/4star.htm


    • Cogno2 27 août 2010 12:01

      Les fissures des « pare-brise » sont relativement fréquents, c’est un incident totalement anodin

      Pas plus de précisions ?
      Sans plus de détails, je ne prends pas, et surtout pas le coté anodin, car les conséquences n’ont rien d’anodines, elles.
      Ensuite je suppose qu’il s’agit de fissure dans le cockpit, mais qu’en est-il des hublots dans ce cas ?
      J’attends qu’on m’explique une fissure par un impact d’oiseau ou autre, mais pas comme un phénomène « anodin », surement pas.
      Parce que si elle viens progressivement, c’est qu’au départ elle est invisible, et ça n’a rien d’anodin non plus, surtout avec les variations de températures et de pression, ça a vite fait de vous péter à la figure.


    • Hermetique 27 août 2010 12:04

      « bref, vivement le fin de ces compagnie esclavagistes. »

       ???

      J’ai du mal à croire que les employés soient mieux traités chez AirFrance, sous prétexte que je vais payer mon billet 5 fois plus cher.

      C’est comme si j’appelais à la fermeture des LIDL ou Leader Price...


    • impertinent3 impertinent3 27 août 2010 13:35

      Pour les fissures de pare-brise :

      http://www.crash-aerien.aero/forum/fissures-de-pare-brise-sur-un-avion-de-british-airways-t1817.html

      http://aero-life.forums-actifs.com/incidents-aeriens-f3/pare-brise-fissure-sur-un-b-734-de-thai-airways-t235.htm

      http://sites.google.com/site/airalgeriereclamations/air-algerie-news-1/unboeingdairalgerieaatterriavecunparebrisefissure

      http://www.lepost.fr/article/2010/04/26/2048080_le-pare-brise-du-boeing-se-fissure-il-atterrit-d-urgence.html

      http://www.airbus-inside.com/article-30287550.html

      http://www.lematin.ch/actu/suisse/frayeur-bord-a340-222173

      http://www.jeunes-ailes.org/accidents-et-incidents-f59/la-verriere-d-un-a320-se-fissure-en-vol-t131.htm

      http://qc.news.yahoo.com/s/19082010/3/regional-air-canada-atterrissage-d-urgence-winnipeg.html

      Etc, etc (je n’ai mis que les incidents récents, ne voulant pas prolonger une liste de sites).

      Comme vous le voyez, les fissures de pare-brise sont assez fréquentes et touchent aussi de très bonnes compagnies (ci-dessus, Swiss, Air France, Air Canada). Ce n’est pas parce que vous ne connaissez pas le sujet qu’il faut asséner des contre-vérités.

      Mais que ceci n’empêche personne de voyager en avion. C’est un incident bénin, pas un accident et, de toute façon, l’avion est un moyen de transport bien plus sûr que la voiture.


    • Cogno2 27 août 2010 14:18

      Je demandais des précisions, si vous y voyez des contre vérités, c’est votre problème.

      Et gardez vos déductions foireuses sur moi pour vous.

      J’ai du mal à croire que les employés soient mieux traités chez AirFrance, sous prétexte que je vais payer mon billet 5 fois plus cher.

      Essayez d’aller postuler chez ce genre de compagnie, et vous allez comprendre.
      Et si vous ne voyez pas le rapport entre le prix du billet et le traitement des salariés, je ne sais comment vous le dire.
      Mais comme je n’y connais rien, ces gens ne vont pas recruter dans les pays de l’est, n’établissent pas de contrat selon le droit irlandais ou autre, ne paie pas leur équipage une misère, c’est la paradis, ces gens ont résolus la quadrature du cercle en diminuant leur entrées d’argent tout en continuant à payer et à faire travailler leur équipage de façon décente.

      Vous savez à quoi vous me faite penser ?
      A ces gens qui achètent des fringues de marques fabriqués par des enfants ou des semis-esclaves, mais vous n’y voyez aucun problème j’imagine, votre vision s’arrêtant à votre porte monnaie.


    • Cogno2 27 août 2010 14:25

      C’est rare, mais ça arrive. Un Boeing 737 d’une compagnie jordanienne Royal Falcon a dû atterrir en urgence à Varsovie en Pologne à la suite d’une fissure sur le parte-prise de l’appareil ce dimanche 26 avril au soir.

      tiens, c’est tiré d’un de vos liens, vous voyez : « c’est rare »
      sur un autre, c’est un nuage de grêle.
      un autre encore, ça a pété et ça s’est suivi d’une dépressurisation et d’une descente d’urgence.
      dans tous les cas c’est atterro d’urgence, c’est ça « anodin » pour vous ?

      anodin :
      sens : sans gravité, insignifiant
      synonymes : banal, futile, indifférent, inoffensif, léger, quelconque.


    • Cogno2 27 août 2010 14:28

      C’est comme si j’appelais à la fermeture des LIDL ou Leader Price...

      Les deux n’ont rien à voir vous savez.
      Leader price, vous achetez de la merde inmangeable, Lidl, vous trouvez les mêmes marques qu’ailleurs.

      A tout vouloir toujours moins cher, il ne faut pas s’étonner des dégradations de vie, et surtout pas d’en plaindre... le beurre et l’argent du beurre.


    • Cogno2 27 août 2010 14:29

      C’est un incident bénin

      langue de bois ?


    • Hermetique 27 août 2010 16:48

      Cogno2

      Mon propos (un peu court, j’en conviens) avait pour but de rappeler que meme si les compagnies low-cost ont recours a des methodes pas vraiment ethiques pour pouvoir proposer des billets a bas cout, il en est de meme chez les compagnies traditionnelles, et les benefices engendres par le prix du billet minimum 4 ou 5 fois plus cher chez celles-ci ne vont certainement pas dans la poche des employes.

      Si les employes d’AirFrance sont si heureux, pourquoi observe-t-on autant de greves chez cette compagnie ?
      Et si AirFrance etait si ethique que cela, aurait-elle sa propre compagnie Low-Cost (Transavia) ?

      En outre, on sait tres bien que si le prix du billet est tres bas chez les Low-Cost, ils font leurs benefices sur tous les services « facultatifs » et forcement payant qu’ils proposent en parallele de l’achat du billet, et qui sont generalement inclus dans le prix du billet des compagnies traditionnelles :

      Assurance si on rate son avion
      Montee en premier dans l’avion
      Choix de la place
      Bagage supplementaire en soute
      Repas a bord
      Champagne a bord
      etc.

      Donc le faible cout du billet est amorti par ces « petites choses »-la.

      Apres pour les differentes problemes que vous enoncez, il y a certes de quoi se revolter, mais on peut observer les memes phenomenes dans d’autres secteurs.

      L’automobile par-exemple. Tous les sites de construction ont ete delocalises depuis longtemps dans les pays de l’Est. Est-ce que je vais acheter une Porsche, sachant que les employes de Porsche sont mieux traites, et travaillent en Allemagne, plutot qu’une Clio fabriquee en Roumanie et fabriquee par des Roumains sous-payes ? Non, puisque je n’ai pas les moyens une Porsche.

      C’est tres bien d’avoir des principes, encore faut-il pouvoir les respecter.

      Residant a l’etranger, je rentre deux fois par an en France. Je n’ai pas les moyens d’acheter un billet chez AirFrance, donc je l’achete chez un Low Cost.

      Je ne pense pas que vous vous soyez pose la question de savoir ou sont fabriques les composants de votre ordinateur. Et pourtant...

      En ce qui concerne les employes recrutes dans les pays de l’Est, je n’y vois aucun inconvenient. La compagnie que j’utilise habituellement est hongroise (Wizzair), donc qu’ils recrutent chez eux ca ne me derange pas du tout.
      Et en France, il y en a dans pas mal de secteur des gens des pays de l’Est (plomberie, etc. smiley)

      Conclusion, les Low Cost ne sont pas pire que les autres.

      PS : Et puisque cela semble vous interesser, non, je n’achete pas « des fringues de marques », j’achete generalement mes fringues dans des friperies, des « second hand shops » comme on dit en anglais.


    • Hermetique 27 août 2010 16:57

      Un bon apercu des moyens pour reduire les couts chez les Low-Cost.

      Il semble qu’ils privilegient surtout le minimum d’employes, plutot que le salaire minimum pour les employes.

      Et le plus important dans la conclusion :

      aucun de ces transporteurs aériens n’a eu d’accident mortel à ce jour en Europe


    • M.Junior M.Junior 27 août 2010 13:13

      En France, le problème d’easyjet ? Les handicapés ! Bons à payer mais pas à transporter


      • alberto alberto 27 août 2010 13:59

        Bonjour,

        Moi je prend assez souvent Easyjet pour de courts trajet européens et je constate que les incidents ne sont pas plus nombreux que sur les autres compagnies.

        Ce que je pense aussi, c’est que dans le cadre de la farouche concurrence que se livrent les compagnies aériennes, les low-cost sont souvent plus maltraitées que les compagnies nationales sur leurs aéroports. Ainsi, par exemple, en cas de problèmes à Orly, ADP avantagera les départs d’Air France, puis Luft, puis British, etc...les low-cost venant après. C’est tout du moins ce que j’ai parfois constaté : D’où, peut-être les incidents rapportés par l’auteur.

        Bien à vous.


        • AlLusion AlLusion 27 août 2010 20:31

          @L’auteur,

           J’ai cru lire une article sur Ryanair..


          • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 27 août 2010 23:25

            @ l’Auteur :

            Les causes imputées aux retard d’easyJet, le personnel et la piste unique de l’aéroport de Genève ont bon dos, car comment se fait-il que les autres compagnies qui empruntent Cointrin (l’aéroport de Genève), ne sont pas affectées des mêmes retards ?

            Par ailleurs, votre affirmation selon laquelle l’enregistrement des bagages et des passagers d’easyJet à Genève serait pris en charge par « le personnel de l’aéroport » est inexacte :

            " De plus, des retards dans l’enregistrement des bagages ou des passagers peut être interprété comme une faute de la compagnie alors qu’elle est causée par le personnel de l’aéroport. « 

            A Genève, et contrairement aux autres compagnies, ces opérations sont entièrement de la compétence d’easyJet !

            Les causes réelles découlent simplement d’un taux de rotation élevé des appareils d’easyJet et d’un manque d’appareils de remplacement lors de problèmes techniques. Il suffit d’ailleurs de constater que ce sont surtout les vols de fins de journée qui sont affectés de retard. Lorsqu’un problème technique apparaît, il faut le résoudre et le retard s’accumule sur les autres vols opérés dans la journée par le même appareil. EasyJet travaille à flux tendu, très tendu  !

            Il faut rappeler qu’easyJet vole uniquement en Europe, mais que son réseau est très dense (nombreuses destinations au départ de Genève). Pour ma part, ayant volé plusieurs fois sur »easyJet", je n’ai pas eu à m’en plaindre et trouve la desserte de cette compagnie excellente et surtout très pratique. Toutefois, il est évident que l’on en a toujours pour son argent. Le service à bord est extrêmement limité, tout est payant, les réservations et achats de vols s’effectuent par le biais d’internet et même l’enregistrement des bagages et des voyageurs eux-mêmes à l’aéroport incombent à ces derniers.

            Et oui, mon bon Monsieur, les compagnies aériennes ne sont plus ce qu’elles étaient :  smiley

            Feue SABENA, acronyme pour : Such a bloody experience never again ...

            Et pour la portugaise TAP : Try another plane ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès