Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ebola et notre inconscience

Ebola et notre inconscience

Sans avoir encore explosé aussi exponentiellement que ne le prévoyaient certains modèles (que nous avions précédemment cités dans nos article) l'épidémie d'Ebola se développe rapidement et pourrait très bien atteindre non seulement l'ensemble des pays dits pauvres, mais aussi à un moindre degré (voire peut-être à un degré voisin) les pays dits riches, Europe, Etats-Unis notamment.

Il en est de même des taux de mortalité. Loin de s'atténuer, comme lors des précédentes épidémies d'Ebola, ils paraissent s'accroitre. Les statistiques venant des pays actuellement touchés minorent sans doute d'ailleurs la réalité, tant en ce qui concerne les cas que les décès, compte tenu de la difficulté d'identifier ce qui se passe en brousse, comme dans les bidonvilles des mégapoles africaines où le virus se répand actuellement.

La communauté internationale, selon l'expression classique, n'a manifestement pas pris conscience de l'ampleur et des taux de progression de l'épidémie. Ceci tient à diverses raisons : la croyance (fausse) que le virus resterait confiné dans les pays pauvres, des croyances également fausses concernant la contagiosité, laquelle paraît plus grande qu'il n'est dit généralement, d'autres illusions, relatives aux capacités de réaction rapide des institutions sanitaires.

Il apparaît ainsi de plus en plus évident que les autorités politiques et de santé ne sont pas suffisamment informées et averties pour prévoir les grands changements systémiques que l'humanité devra dorénavant affronter. Ces changements découleront de phénomènes désormais irréversibles comme le réchauffement climatique et la destruction des écosystèmes. Il serait ainsi tout à fait probable que si une grande majorité d'espèces vivantes complexes disparaissaient dans le siècle ou le demi-siècle, des espèces moins complexes mais tout à fait bien organisées pour faire face prendraient le relais. Ce serait le cas des virus et microbes. Ou bien ceux déjà existants muteraient pour profiter des nouveaux espaces à eux ouverts, ou bien de nouvelles espèces mieux organisées émergeraient, la nature ayant horreur du vide. Il faudra aussi tenir compte du fait que si les sociétés humaines s'appauvrissaient à l'occasion de ces changements, les taux de natalité pourraient continuer à croître à court terme, aggravant les problèmes rencontrés par les adultes survivants.

Plus immédiatement, les observateurs considèrent qu'Ebola est le fruit de la « croissance » croissance elle-même incontrôlable. De la forêt où le virus restait confiné chez certaines chauves-souris ou primates, il s'étendra dorénavant sans limites aujourd'hui perceptibles à l'ensemble des continents, du fait de la densité des transports aériens et de la multiplication des mégapoles où devraient résider prochainement, selon les prévisions, au moins les trois quarts des humains. La Chine et l'Inde, à cet égard, auront des soucis à se faire.

Nous ne pouvons prétendre traiter d'aussi graves problèmes dans un simple article. Abordons cependant quelques points qui sont à l'ordre du jour, complétant ce qui avait été indiqué dans nos articles précédents. Le lecteur voulant approfondir le sujet trouvera sur le web anglophone toutes les informations nécessaires.

La contagiosité

Sans évidemment être virologue ou épidémiologue, mais en faisant appel au simple bon sens, nous ne comprenons pas comment les pays destinataires des vols en provenance de l'Afrique, comme plus généralement les pays recevant des voyageurs provenant de zones infectées, puissent se rassurer en affirmant que la détection des températures ( à condition d'ailleurs qu'elle soit bien faite) suffirait à identifier les malades contagieux. Il est dit que la contagiosité ne se produirait pas avant les premier symptômes, dont celui de la fièvre. A supposer que ceci soit vrai et le demeure, comme l'on sait que ces symptômes, notamment la fièvre, n'apparaissent que quelques jours après la contamination, le risque est grand de voir des voyageurs déjà contaminés mais non encore symptomatiques pénétrer sur le territoire, sans être détectés par les filtres aux frontières.

Si ensuite, ces personnes, ou des personnes avec lesquelles elles auront été en contact, manifestent des symptômes identifiés comme ceux d'Ebola, elles auront eu le temps, avant d'être mises en isolement , de contaminer des dizaines d'autres contacts. On ne pourra pas en effet considérer que les millions de personnes atteintes de grippes ou d'entérites, fréquentes en cette saison, devraient passer des tests ou être isolées. Lorsque le virus sera installé, même faiblement, dans les pays jusqu'alors indemnes, le prédiagnostic, consistant à demander si le sujet provient d'un pays africain contaminé, ne sera plus applicable. Faudra-t-il alors faire passer des tests approfondis à tous les grippés, afin de séparer les faux-positifs des positifs ? Le système de santé sera vite débordé, non seulement par le nombre des malades déclarés, mais par la nécessité de multiplier par prudence des milliers ou millions d'examens qui se révélerait ensuite inutiles.

Un autre problème est désormais à l'ordre du jour, concernant la prévention de la contagiosité. Celle-ci suppose des équipements spéciaux coûteux, devant en principe être détruits rapidement après usage. Or ils commencent à manquer dans les pays infectés. Il en sera rapidement de même dans les pays menacés d'infection. Qui paiera et plus spécifiquement qui lancera les actions de production et de distribution susceptibles de pallier ces ruptures de stocks

L'appel à l'armée

En cas d'urgence nationale, un gouvernement pourrait considérer qu'il doive faire appel à la police ou à l'armée pour mettre un semblant d'ordre dans une situation devenue incontrôlable. Mais ce serait courir le risque de contaminer rapidement les policiers ou militaires. De plus, aussi disciplinés et dévoués que soient ces personnels, il serait compréhensible que certains d'entre refusent d'obéir à des ordres dépassant évidemment ceux auxquels ils considéraient de leur devoir d'obéir.

Par ailleurs, comme beaucoup des Etats atteints, aujourd'hui en Afrique, verront très vite s'écrouler le peu qu'ils possédaient de structures institutionnelles, les pays riches devront-ils envoyer des troupes prétendument au secours de ces Etats en faillite. D'ores et déjà, Barack Obama, qui vient de décider l'envoi de quelques 5.000 hommes en Afrique de l'ouest, s'est fait (non sans de bonnes raisons selon nous) accuser de vouloir introduire dans ces pays la présence de l'Africa Command dont les gouvernements avaient précédemment déclaré vouloir se passer. Même s'il s'agissait de troupes sous mandat de l'ONU, elles seraient nécessairement très mal accueillies au vu des mesures de prophylaxie qu'elles seraient obligées d'imposer. Les ONG occidentales ne le seront pas mieux. Ainsi l'USAID, principale ONG américaine, est souvent à juste titre considérée comme un faux-nez de la CIA ou du Pentagone . Seule, Médecins sans frontières (MSF) semble échapper à ces critiques. Mais elle le paiera durement du fait de la mortalité qui frappera nécessairement ses volontaires.

Vaccins et sérums

L'appel aux vaccins, destinés à prévenir la contagion, et aux sérums, destinés à soigner des malades déjà infectés, est présenté comme la solution la plus efficace permettant de bloquer la diffusion du virus. Mais généralement ceux qui en parlent dans les médias ne se rendent pas compte des difficultés qu'il faudra résoudre, ni des obstacles pratiques qu'il faudra surmonter, pour que de tels remèdes surviennent à temps. Une course de vitesse est désormais engagée entre les recherches médicales et la diffusion du virus. Rien ne dit que l'humanité pourra la gagner, malgré les ressources de la science.

Jusqu'à présent, le virus Ebola avait été considéré comme de diffusion locale, dans des pays dont l'état sanitaire ne mobilisait pas les grands industriels de la recherche médico-pharmaceutique (les « big Pharma », selon le jargon). Quelques recherches avaient été mollement menées au début des années 2000 à l'instigation du département américain de la défense, étudiant les risques de bio-terrorisme. Mais rien de grande ampleur n'en était sorti. A ce jour, dans la suite de ces recherches, deux vaccins comportant l'ajout de protéines d'Ebola dans un virus inoffensif, ont été annoncés.

L'un par une petite entreprise américaine nommée Newlink Genetics ( http://newlinkgenetics.com/development-pipeline) l'autre par le géant britannique GSK. Ils semblent agir chez des macaques, mais n'ont pas encore été testés chez des humains.

Or des tests, généralement impérativement requis dans des situations normales, paraissent en ce cas impraticables. Il faudrait selon les informations données par les experts, administrer le sérum à au moins 5000 personnes avant de placer ceux-ci dans des situations à risque. Il a été dit que les travailleurs médicaux travaillant déjà sur le terrain pourraient accepter de courir ce risque, mais cela parait improbable. Pour bien faire, ils devraient en effet accepter de ne pas se protéger. De toutes façons, le temps nécessaire à ces tests sera beaucoup trop long pour que des enseignements utiles puissent en être tirés.

Certains spécialistes considèrent aujourd'hui que le taux de mortalité est si important qu'il faudrait sans attendre vacciner le plus grand nombre possible de personnes, soit à partir des vaccins cités ci-dessus, soit à partir d'autres souches qui seront par ailleurs présentées (La Russie vient d'annoncer pouvoir disposer de 3 vaccins expérimentaux d'ici 6 mois),. Ceci sans se préoccuper des risques. Ceux-ci ne seront pas plus élevés que ceux découlant du parti pris de ne rien faire.

L'organisation mondiale de la Santé vient de se réunir en urgence le 5 septembre à Genève (http://www.who.int/mediacentre/events/meetings/2014/ebola-interventions/en/). Il y a été dit que pour bloquer l'épidémie, face au million de cas prévu à la fin de l'année, il faudrait plusieurs milliers de doses de vaccins (non testés) à cette date pour commencer à agir. En fait, il en faudrait plusieurs millions, davantage encore si l'on voulait vacciner des populations non encore en risque immédiat.

Or, il ne suffit pas de décider d'une telle politique pour qu'elle devienne immédiatement applicable, ceci dans les délais de quelques semaines qui seraient nécessaires. Les grosses firmes pharmaceutiques, même abondamment subventionnées, ne pourraient pas fabriquer en temps utile les doses nécessaires. Si elles le pouvaient, manquerait alors le personnel de santé, ou les civils formés à cette fin, nécessaires aux opérations de vaccination sur le terrain. Et que se passerait-il si les vaccins utilisés, comme certains anti-rétroviraux auxquels on pense par ailleurs, se révélaient finalement sans action. Et que se passerait-il si le virus mutait dans l'intervalle, en acquérant davantage de virulence, au lieu d'en perdre comme il avait semblé le faire lors des épidémies précédentes.

Alors ne survivrait qu'une petite moitié de l'humanité, faite d'individu semblables à ceux qui, pour des raisons encore inconnues, survivent d'ores et déjà à l'infection. On voit que les économistes, qui pour le moment ne s'inquiètent que des pertes commerciales en provenance d'Etats africains de plus en plus paralysés par l'Ebola, sont loin du compte.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Automates Intelligents (JP Baquiast) 13 octobre 2014 09:34

    Sur un des § consacrés au texte, j’ai modifié la première phrase de la façon suivante :
    Certains spécialistes persistent à penser que le protocole des tests ne doit en aucun cas être allégé ou supprimé. Mais d’autres considèrent aujourd’hui que le taux de mortalité est si important qu’il faudrait sans attendre vac...


    • howahkan howahkan Hotah 13 octobre 2014 09:36

      peu de gens y croit......................trop de peurs tuent la peur...phrase à la con..mais je crois que la manipulation par la peur commence a produire des effets totalement inverses à ceux recherchés...la peur produit de - en - de peurs et de + en + de réflexions intelligentes au contraire d’un automate qui ’en est dépourvu...
       y aurait il un éveil lent des populations ? çà n’est pas impossible du tout


      • trevize trevize 13 octobre 2014 11:25

        "mais je crois que la manipulation par la peur commence a produire des effets totalement inverses à ceux recherchés...la peur produit de - en - de peurs et de + en + de réflexions intelligentes"
        Salut,
        Qu’est ce qui te dit que générer plus de réflexions intelligentes n’était pas précisément le but recherché ?


      • JL JL 13 octobre 2014 11:48

        ’’Qu’est ce qui te dit que générer plus de réflexions intelligentes n’était pas précisément le but recherché ?’’ (trevise à hHotah)

        hHotah je ne sais pas, mais moi c’est Orwell qui me l’a dit : « La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif ».


      • trevize trevize 13 octobre 2014 12:42

        L’oeuvre d’Orwell contient de bonnes mises en garde, mais il faut :
        1- la remettre dans son contexte
        2- savoir la dépasser.
        La citation d’Orwell signifie juste que pour faire bouger les masses, il est plus simple (moins coûteux) de lui faire peur avec un épouvantail que de l’attirer avec des douceurs, plus facile de pousser que de tirer.
        ça ne nous dit pas où on nous emmène. On a le comment, mais pas le pourquoi.
        Maintenant, vous pouvez me dire que le but est de nous maintenir constamment dans la peur, mais ce serait faire fi du phénomène d’adaptation. On s’habitue à la peur comme au reste, de sorte qu’il faut déployer toujours plus de moyens pour maintenir les gens dans la peur, pour un résultat toujours plus incertain.
        La peur a cette vertu de nous aider à remettre nos certitudes en question, de nous permettre d’explorer des voix nouvelles, là où nous ne faisons que stagner lorsque les conditions de vie sont « acceptables ».


      • Ronfladonf Ronfladonf 13 octobre 2014 13:11

        Comme c’est marrant de voir ce genre d’articles surgir de nulle part juste au moment où on parle de vacciner contre la gripp... pardon ... Ebola




        Comme c’est marrant que cet article fait l’impasse sur les fraudes du CDC lui-même sur le lien thiomersal/autisme




      • JL JL 13 octobre 2014 14:14

        trevise,

        Question :

        est-ce que vous êtes exégète exclusif autoproclamé des œuvres de George Orwell ?

        Ou bien rémunéré en tant que casuiste du Pouvoir, et dans ce cas nous donnez ici une lecture négative d’Orwell ?


      • trevize trevize 13 octobre 2014 15:11

        ça sent l’agression, ça a été rapide.
        Vous voyez le monde en binaire : il y a ceux qui sont d’accord avec vous et les autres.
        Vous binarisez « les autres » aussi : il y a les idiots dont le cerveau a été lavé, et ceux qui sont payés par le pouvoir pour vous contredire.

        Vous n’arrivez pas à concevoir que « les autres » peuvent vous apporter quelque chose, i.e. vous êtes persuadé d’être le seul et unique détenteur de LA Vérité, « les autres » sont forcément dans l’erreur.
        Je vous ai déjà dit, si vous voulez le montant de ma solde, tapez « montant rsa socle » dans votre moteur de recherche préféré. Ho, la belle compensation que voilà ! 30 deniers pour le traître, 30 deniers qu’on me donnerait de toutes façons...

        Je ne suis pas exégète exclusif d’Orwell, puisque vous en êtes un aussi. Je n’ai jamais dit que j’avais la seule interprétation valable, c’est vous qui prenez toute intervention qui ne va pas exactement dans le sens de vos propos comme une agression personnelle.

        Ce que je proclame, c’est que prendre son oeuvre au pied de la lettre et vouloir absolument la calquer telle quelle sur le monde d’aujourd’hui est un travail de prophète de la fin du monde, ça n’apporte pas grand chose, à part donner un tout petit peu de sens (illusoire) aux bouleversements que nous vivons. C’est humain : on a peur, on cherche une explication, Orwell en fournit de toutes faites ; mais il ne nous donne aucun levier pour agir, juste la satisfaction rassurante d’être un peu moins dans le flou qu’avant, une espèce de résignation fataliste.


      • JL JL 13 octobre 2014 17:33

        Je vois le monde en binaire parce que je ne le vois pas comme vous ? Chacun voit midi à sa porte, et pour moi, le binaire c’est vous.

        Il ne faut pas confondre Conscience des masses’ avec ’consciences des individus de la masse’, et Orwell n’a sûrement pas fait la confusion.

        Un révolutionnaire se doit d’influencer la conscience des masses dans un sens positif, et inversement, les réactionnaires s’emploient à faire l’inverse : il y va de leur pouvoir.

        Nb. J’ai été agressif parce qu’ils me gonflent ceux qui s’emploient ici comme ailleurs à emp^cherr l’émergence de cette conscience des masses qui fait si peur aux, on va dire, 0.1%. Votre intervention a de forts relents d’influence dans le sens négatif.


      • bibou1324 bibou1324 13 octobre 2014 09:41

        Faut arrêter de regarder les films catastrophes...


        En Afrique = condition d’hygiène souvent déplorables, contrairement en Europe. Et on ne compte que quoi, 4000 morts ? Pour le paludisme, on compte les morts en millions. Et je ne parle pas du SIDA ...

        Juste ça, ça prouve qu’Ebola n’est pas très contagieuse. Malgré un taux de mortalité très fort, quasiment personne n’est contaminé, et l’épidémie ne progresse quasiment pas depuis le début de l’année.

        Le scénario probable, c’est qu’on va aller vers la dizaine de milliers de morts en Afrique d’ici la fin de l’année, on va avoir une dizaine d’européens contaminés, qu’on va trouver un vaccin, qu’on va l’administrer aux européens en masse alors qu’il n’y a aucune raison, que les bigpharma vont se faire plein de thunes, qu’aucun traitement ne sera délivré en Afrique.

        Et ça restera une anecdote en terme de nombre de morts, parmi les divers tragédies qui ont lieu en Afrique, tandis qu’en Europe, la panique entretenue par des articles de ce genre permettra aux gouvernement de faire passer des réformes liberticides en douce.


        • Deneb Deneb 13 octobre 2014 11:15

          Il sont chiants, ces raëliens, à flooder de sorte. Le proselytisme des sectes, c’est un fléau bien plus grave qu’ebola, le seul vaccin est l’information, ce qui, hélas, demande un effort intellectuel, tâche impossible pour le peu de cerveau disponible après la télé.


          • Hermes Hermes 13 octobre 2014 12:44

            Le ménage a été fait on dirait. smiley


          • Deneb Deneb 13 octobre 2014 14:05

            Ouais, c’est bien, mais du coup mon commentaire tombe à plat ...


          • Hermes Hermes 20 octobre 2014 18:13

            On peut pas avoir le Beurre et l’argent du beurre !


          • JL JL 13 octobre 2014 11:47


            ’’... comme l’on sait que ces symptômes, notamment la fièvre, n’apparaissent que quelques jours après la contamination, le risque est grand de voir des voyageurs déjà contaminés mais non encore symptomatiques pénétrer sur le territoire, sans être détectés par les filtres aux frontières.’

            En effet : il faudrait que les personnes subissent une quarantaine - d’une durée égale à celle qui sépare l’infection de l’apparition des symptômes - avant d’être déclarée saines vis-à-vis d’ébola.

            Je trouve que cette affaire ressemble à ce qu’on appelle je crois, une ruse de l’histoire. Ou plutôt, une mauvaise plaisanterie. En effet, les pays riches ont par le passé contaminés les autochtones des Nouveaux mondes au point qu’on a souvent parlé de décimation ce qui dans le langage courant ne signifie pas un sur dix mais plutôt 9 sur 10 ou davantage.

            Un invité sur une radio disait qu’en Afrique, on savait que faire face à cette maladie : on isolait le ou les malades et n’avaient de contact avec eux que d’anciens rescapés de la maladie déclarée.

            La Science occidentale, droite dans ses gros sabots à superbement ignoré ces pratiques superstitieuses  !


            • Automates Intelligents (JP Baquiast) 13 octobre 2014 12:13

              A JL. Vous avez raison. Mais ceci signifierait suspendre tout transport aérien. J’ai lu que dans le seul Dallas, où une infirmière a été contaminée il y a 2 jours, 150 passagers venant des pays actuellement touchés atterrissent tous les jours. Ce sont donc plusieurs milliers au niveau des seuls USA.


              • bourrico6 13 octobre 2014 12:50

                C’est de la faute à Jean Marie, j’en suis sur, il a ouvert sa gueule pour sortir une connerie dont il a le secret, les gens lui sont tombés dessus, des gens sans humour, et voila le résultat !


                • njama njama 13 octobre 2014 12:58

                  Un médecin militaire confirme que le virus Ebola est soignable depuis près de 40 ans
                  .
                  Le traitement existe, si, si, ... sauf qu’il n’était probablement pas industrialisé parce que pas rentable faute de malades, ou de malades potentiels, et vu que la fièvre ebola est très peu contagieuse.
                  Difficile donc dans ces conditions de refourguer la marchandise
                  en créant une psychose, cela pourrait peut-être s’avérer rentable ?

                  Par lloreen  (---.---.---.91) 9 octobre 20:45
                  Voilà une solution.
                  http://lesmoutonsenrages.fr/2014/09/27/un-medecin-militaire-confirme-que-le/

                  Arrêtez surtout de faire le jeu des propagandistes, qui à l’ époque déjà voulaient terroriser les populations avec leur virus H1N1.Le cartel pharmaceutique et ses lobbyistes en ont tiré des bénéfices plantureux.

                  Par lloreen  (---.---.---.91) 9 octobre 20:49
                  Regardez qui a cédé le brevet et vous comprendrez vite.
                  https://www.google.com/search?tbo=p&tbm=pts&hl=en&q=inassignee :%22The+Government+of+the+US+as+Represented+by+the+Secretary+of+the+Dept.+of+health%22&gws_rd=ssl
                  Cessionnaire d’origine
                  Source : http://www.google.com/patents/US20120251502


                  • Ronfladonf Ronfladonf 13 octobre 2014 13:14

                    http://www.google.com/patents/US20120251502



                    pourtant ça ne vient pas vraiment d’un site connu pour ses théories du complot...

                    • njama njama 13 octobre 2014 15:23

                      Le Pentagone développe-t-il un vaccin contre le virus Ebola afin d’« améliorer les capacités guerrières » de ses militaires ?
                      Une entreprise pharmaceutique québécoise partenaire du Pentagone dans le développement de vaccins
                      Par Julie Lévesque
                      Mondialisation.ca, 06 octobre 2014

                      En 2009, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), un organe du Département étasunien de la Défense, a lancé un programme appelé Blue Angel, décrit par certains comme « le défi de la DARPA dans le développement des vaccins ».

                      La DARPA a publié un communiqué de presse à la fin juillet 2012 annonçant qu’ils avaient « produit 10 millions de doses d’un vaccin contre la grippe en seulement un mois » :

                      http://www.mondialisation.ca/le-pentagone-developpe-t-il-un-vaccin-contre-le-virus-ebola-afin-d-ameliorer-les-capacites-guerrieres-de-ses-militaires/5405941


                    • Passante Passante 13 octobre 2014 13:16

                      vous en arrivez bien vite à ebola gay dans le coin...

                      le lecteur n’a pas le temps d’aller piocher des chiffres que vous n’avancez pas, 
                      le tout ponctué de « il apparaît que », 
                      finalement couronnés par un million de blonds ébolés sans retour...

                      ça fait beaucoup d’un coup, et l’on se demande si l’humanité mérite ça - 
                      on connait la réponse...
                      sauf qu’on sait aussi que l’humanité n’a jamais fonctionné au mérite, 
                      mais au rite.

                        • lloreen 13 octobre 2014 22:14

                          Pour comprendre pourquoi l’ humanité en est à ce point, il faut connaître la vérité sur la situation réelle.

                          Extrait du lien (http://alliesdelhumanite.org/bienvenue/)

                          LE MESSAGE DES ALLIÉS DE L’HUMANITÉ RÉSUMÉ EN 10 POINTS

                           

                          1 – La destinée de l’humanité est d’émerger dans une Grande Communauté de vie intelligente dans l’Univers et d’établir des relations avec cette dernière.

                          2 – Le contact avec d’autres formes de vie intelligente représente le plus grand seuil que l’humanité ait jamais eu à franchir. Les résultats de ce contact détermineront l’avenir de l’humanité pour des générations à venir.

                          3 – L’humanité n’est pas préparée à ce contact. Les chercheurs sont encore incapables de voir clairement qui visite notre monde, et dans quel but. Les gouvernements ne révèlent pas ce qu’ils savent, et la plupart des gens sont encore dans une attitude de déni vis-à-vis de l’existence même de ce phénomène.

                          4 – A cause de ce manque de préparation, les véritables alliés de l’humanité ont envoyé des représentants dans un endroit proche de la Terre afin d’observer la présence et les activités extraterrestres dans notre monde. Les Exposés des Alliés de l’Humanité représente leur rapport.

                          5 – Les Exposés révèlent que notre monde est l’objet d’une Intervention extraterrestre menée par des forces qui, comme le démontrent leurs actions, sont ici pour subvertir l’autorité humaine et pour s’intégrer dans les sociétés humaines pour leur propre avantage. Ces forces représentent des organisations non-militaires qui sont ici pour chercher les ressources humaines et biologiques. Les Alliés appellent ces forces “Les Collectifs”. Les Collectifs n’accordent pas de valeur à la liberté humaine.

                          6 – Parce que l’Intervention est menée par de petits groupes de forces d’ingérence, elle doit s’appuyer principalement sur la tromperie et la persuasion pour atteindre ses objectifs. Les Exposés des Alliés décrivent en détail comment cette entreprise est conduite et ce qui doit être fait pour la stopper.

                          7 – Cette Intervention extraterrestre est concentrée dans quatre domaines :

                          • Elle influence des individus en position de pouvoir et d’autorité qu’ils coopèrent avec l’Intervention contre la promesse de richesse, de pouvoir et de technologie accrus.
                          • Elle crée dans le monde des établissements cachés à partir desquels l’Intervention peut exercer son influence sur l’Environnement Mental, cherchant à rendre toute la population réceptive et obéissante à sa volonté par le biais d’un “Programme de Pacification”.
                          • Elle manipule nos valeurs et nos impulsions spirituelles de manière à obtenir allégeance des humains à sa cause.
                          • Elle enlève des gens contre leur gré, et souvent sans qu’ils s’en rendent compte, afin d’alimenter un programme d’hybridation visant à créer une race hybride et un nouveau leadership dont les membres seraient liés par le sang aux “visiteurs”.

                          8 – Ces visiteurs extraterrestres qui ont été potentiellement bénéfiques pour l’humanité sont tous partis du monde du fait de la présence de l’Intervention. Ceux qui restent appartiennent à des races aliénigènes qui ne sont pas ici pour notre bénéfice. Cela nous laisse dans une situation sans équivoque concernant la présence extraterrestre. Cela nous permet de voir clairement à quoi nous avons affaire. Autrement, il nous serait impossible de distinguer les amis des ennemis.

                          9 - Les Exposés des Alliés insistent sur le grave danger que nous courons en acceptant et en comptant sur la technologie extraterrestre offerte par l’Intervention. Cela ne peut que nous mener à une dépendance envers les “visiteurs”, et de fait à une perte de notre liberté et de notre autosuffisance. Aucun allié de l’humanité véritable ne nous offrirait cela. Les Alliés nous assurent qu’il existe des solutions Terriennes à tous problèmes auxquels nous sommes confrontés. Ce qui nous fait défaut en tant que race est l’unité, la volonté et la coopération.

                          10 – Malgré les Grands défis auxquels nous sommes à présent confrontés, l’humanité possède toujours un grand avantage si nous pouvons réagir à temps. Les Exposés des Alliés révèlent à la fois les forces de l’Intervention et ses faiblesses. Une des faiblesses de l’Intervention est sa dépendance vis-à-vis du consentement et de la coopération des humains pour atteindre ses objectifs. Selon les règles de conduite de la Grande Communauté au sein de la région dans laquelle se trouve votre monde, l’Intervention n’est pas permise, à moins qu’il ne puisse être démontré que le peuple natif l’accueille et l’accepte. En cela, nos voix peuvent représenter une force dans la Grande Communauté. Pour l’instant, l’Intervention compte peu de détracteurs. Mais si suffisamment de gens peuvent en devenir conscients et s’élever contre elle, l’Intervention sera contrecarrée et devra se retirer. Il s’agit du premier pas dans la préparation de l’humanité nécessaire pour faire face aux réalités de la vie dans l’Univers. Ce pas et tous les pas qui suivent offrent à l’humanité sa grande opportunité de dépasser ses conflits de longue date et de s’unir pour sa propre défense et pour la préservation du monde. Les Alliés affirment qu’en tant qu’êtres humains, nous avons le pouvoir spirituel et collectif de faire cela et que nous devons le faire si nous voulons survivre et avancer en tant que race libre et indépendante au sein de la Grande Communauté.

                           

                           

                          ” Si l’humanité était bien versée dans les affaires de la Grande, vous bloqueriez toute visite de votre monde à moins qu’un accord mutuel n’ait été établi au préalable. Vous en sauriez suffisamment pour ne pas permettre que votre monde soit si vulnérable “.

                          Les Alliés de l’humanité livre I – 4ème exposé


                          • njama njama 19 octobre 2014 13:00

                            There is no Ebola epidemic.

                            It is a scandal that an Ebola emergency was declared.

                            .

                            Des experts « qui en savaient trop » à propos d’un laboratoire d’armes biologiques qui fabriquait une nouvelle souche du virus Ebola tués dans le vol MH17 ? (traduit de l’italien)

                            Glenn Thomas, consultant principal à Genève pour l’OMS, un expert du sida et, surtout, expert du virus Ebola, était à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines abattu à la frontière entre l’Ukraine et la Russie.
                            http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2014/08/des-experts-qui-en-savaient-trop-propos.html

                            Morto esperto in virus Ebola sull’aereo Malaysian Airlines
                            http://appuntiitaliani.com/morto-esperto-in-virus-ebola-sullaereo-malaysian-airlines/
                            .

                            Déclaration de l’OMS au sujet de M. Glenn Thomas, chargé des médias à l’OMS, qui a perdu la vie sur le vol MH17
                            18 juillet 2014
                            http://www.who.int/mediacentre/news/statements/2014/glenn-thomas/fr/
                            .

                            WAS GLENN THOMAS KILLED BECAUSE THERE IS NO EBOLA EPIDEMIC AND HE SAID SO ?

                            Just two weeks before WHO spokesperson Glenn Thomas was allegedly killed in the mysterious MH17 crash, he played a vital role in defusing WHO Ebola hype and a martial law declaration in July.

                            In a press briefing in Geneva on June 27th, Thomas introduced WHO’s Ebola expert Pierre Formenty, who categorically denied that Ebola was “out of control” , as reporters and Doctors without Borders suggested.

                            WHO’s own figures on confirmed Ebola cases show Ebola is under control.

                            There is no Ebola epidemic.

                            It is a scandal that an Ebola emergency was declared.

                            There was no out of control swine flu outbreak in 2009 and there is no out of control Ebola outbreak in 2014.
                            [...]
                            https://birdflu666.wordpress.com/2014/10/18/was-glenn-thomas-killed-because-there-is-no-ebola-epidemic-and-he-said-so/


                            • njama njama 19 octobre 2014 13:20

                              There is no Ebola epidemic.

                              It is a scandal that an Ebola emergency was declared.

                              .
                              Des experts « qui en savaient trop » à propos d’un laboratoire d’armes biologiques qui fabriquait une nouvelle souche du virus Ebola tués dans le vol MH17 ? (traduit de l’italien * )
                              Glenn Thomas, consultant principal à Genève pour l’OMS, un expert du sida et, surtout, expert du virus Ebola, était à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines abattu à la frontière entre l’Ukraine et la Russie.
                              http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2014/08/des-experts-qui-en-savaient-trop-propos.html

                              * Morto esperto in virus Ebola sull’aereo Malaysian Airlines
                              http://appuntiitaliani.com/morto-esperto-in-virus-ebola-sullaereo-malaysian-airlines/
                              .

                              Déclaration de l’OMS au sujet de M. Glenn Thomas, chargé des médias à l’OMS, qui a perdu la vie sur le vol MH17
                              18 juillet 2014
                              http://www.who.int/mediacentre/news/statements/2014/glenn-thomas/fr/
                              .

                              WAS GLENN THOMAS KILLED BECAUSE THERE IS NO EBOLA EPIDEMIC AND HE SAID SO ?

                              Just two weeks before WHO spokesperson Glenn Thomas was allegedly killed in the mysterious MH17 crash, he played a vital role in defusing WHO Ebola hype and a martial law declaration in July.

                              In a press briefing in Geneva on June 27th, Thomas introduced WHO’s Ebola expert Pierre Formenty, who categorically denied that Ebola was “out of control” , as reporters and Doctors without Borders suggested.

                              WHO’s own figures on confirmed Ebola cases show Ebola is under control.

                              There is no Ebola epidemic.

                              It is a scandal that an Ebola emergency was declared.

                              There was no out of control swine flu outbreak in 2009 and there is no out of control Ebola outbreak in 2014.
                              [...]
                              https://birdflu666.wordpress.com/2014/10/18/was-glenn-thomas-killed-because-there-is-no-ebola-epidemic-and-he-said-so/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès