Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Education : y a-t-il quelque chose de pourri dans le modèle Finlandais (...)

Education : y a-t-il quelque chose de pourri dans le modèle Finlandais ?

La Finlande est un pays souvent montré en exemple par les partisans des réformes menées par la majorité actuelle (le prolongement de ce qui a été fait, droite comme gauche, ces dernières décennies). Il n’est donc pas inutile de noter que le pays se pose de plus en plus de question sur son modèle.

 
Modèle libertaire contre modèle autoritaire ?
 
Il y a encore quelques années, il y avait un large consensus pour prendre en exemple la Finlande, où « les élèves ont leur mot à dire sur ce qu’ils apprendent et même où : beaucoup pouvant s’allonger contre le mur d’un corridor. Les tests sont rares ». Le principe est de créer un système centré sur les élèves, leur donnant un maximum de liberté ou de pouvoir d’initiative et un minimum de contraintes. Mais les scores PISA ont baissé en 2009 et en 2012 et le gouvernement a annoncé une réforme pour restaurer « la joie et le sens de l’apprentissage  », en pariant sur des projets couplant plusieurs disciplines, et un renforcement de l’art et de la musique ! Pas sûr que cela permette de de redresser la performance des élèves en lecture ou de réduire les grandissantes inégalités du système éducatif Finlandais  !
 
Bref, pour redresser une situation qui se dégrade, la Finlande veut faire plus du même, ne remettant pas en cause certains excès de son modèle. Car le succès du pays a bien d’autres raisons, notamment l’excellent statut des professeurs dans le pays, à peine dépassé par les médecins. En outre, dans le monde, un autre modèle, bien plus traditionnel et autoritaire s’impose de plus en plus, soutenu par la réussite dans les tests PISA de certains pays asiatiques dont la conception de l’éducation est à l’opposé de celle de la Finlande. En effet, les écoles privées britanniques et étasuniennes marquent un vrai retour à l’autorité. Cette question du modèle éducatif rejoint la question plus large de l’éducation en Suède, où les parents se demandent de plus en plus s’ils ne produisent pas des petits monstres.
 

Bien sûr, résumer le débat sur l’éducation à une opposition binaire entre des libertaire pseudo-pédagogistes et des traditionnalistes autoritaires ne serait pas productif. Néanmoins, cela doit pousser à se demander s’il n’est pas de plus en plus évident que la logique libertaire individualiste est en faillite.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Jo.Di Jo.Di 2 juin 08:51

     
    L’arabe en maternelle en Finlande pour favoriser l’intégration ?
     
    « Oui, l’arabe pourra être enseigné dès la classe de CP, dès lors qu’on aura les moyens humains de le faire. »

    Naïade Vagino Bécassine favorise Hacienda des Séouds bis en plus de USbis... lire le Coran dans la langue islamiste ... un rêve de papa barbu
    Vidéo Bourdin
     
    Faire mieux que le bobo soumis de gôôôche qui jouit en léchant les babouches des barbus, d’être la chiure finale de son Histoire, ça me parait difficile ....
     


    • Jo.Di Jo.Di 2 juin 10:54

      Et le Danemark vous connaissez ?
       
       >>>> 1 COLON = 1 ÉCOLE !!!!! <<<<
       
      "Le dispensé de chercher du boulot (soi-disant douleurs aux dos et genoux) Daham Mahmoud Al Hasan avait déjà une de ses femmes et huit de ses enfants au Danemark. Il a gagné le droit colonial d’amener ses deux autres hidjabs depuis la Syrie vers le Danemark, ainsi que douze des quinze enfants nés de ces deux autres pondeuses.
      La chiure finale de l’Histoire Viking payera évidement la gabelle du soumis pour son (très) grand remplacement : 30k€/mois pour le colon et une nouvelle école et profs pour la surnatalité du colon à lui tout seul ! si si ! Et forcément, la loi souchienne interdisant la polygamie ne concerne pas ce chéri du Capital. »
       Négrier anonyme
       
      http://newobserveronline.com/denmark-invaders-3-wives-20-children/
       


    • zygzornifle zygzornifle 2 juin 09:00

      alors si c’est pourri chez les finlandais c’est décomposé chez nous .....


      • zygzornifle zygzornifle 2 juin 09:02

        Comme on n’arrive pas a apprendre la langue du pays qui les accueillent a ces étrangers on va apprendre leur langue au petits européens ..... c’est l’intégration inversée fer de lance des socialistes .....


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 2 juin 12:41

          @zygzornifle
          D’un autre côté, on disposera également de plus de « sous chiens ( nous quoi ) » qui comprendront ce que les arabophones racontent entre eux, ce qui est intrinsèquement intéressant au plan sécuritaire et d’une manière plus générale permettra de comprendre leurs élucubrations sur youtube en VO.


          Je serais Kriegsmarine , j’encouragerais au lieu de glapir au génocide culturel.



        • zygzornifle zygzornifle 3 juin 09:35

          @Alois Frankenberger


           le sous chien aboie.....la caravane de l’Iman passe .....

        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 juin 12:03

          @zygzornifle
          voire trépasse ... dans une impasse aporique qu’est le vil , incohérent et mensonger coran.


        • Afa15 (---.---.71.41) 3 juin 13:38

          @zygzornifle, il faudrait que vous appreniez aussi la langue française en conjuguant correctement —> « ...du pays qui les accueille ... » pays sujet du verbe accueillir... Ceci étant dit, ok avec votre argument !


        • Alren Alren 2 juin 11:06

          Si un élève ne s’adapte pas à la rigueur et l’autorité qui règne dans certaines écoles privées et la refuse, il est renvoyé. Si d’autres écoles privées ne veulent pas de lui, il arrive dans l’enseignement public qui est obligé de l’accepter et ne peut le renvoyer quel que soit son comportement.

          Si c’est un peu difficile pour les écoles primaires privées ayant un contrat d’association avec l’État, d’expulser un élève indésirable, les directeurs de celles-ci usent de procédés qui seraient jugés scandaleux jusque dans la bonne presse locale s’ils dirigeaient une école publique. Sans compter les blâmes, voire les sanctions de la hiérarchie qui s’abattraient sur toute l’équipe éducative.

          À titre d’exemple cette anecdote que m’a racontée une directrice d’école publique d’un bourg qui avait aussi une école primaire privée dirigée aussi par une femme. Les deux dames se saluaient et se parlaient quand elles se rencontraient chez un commerçant :

          - Je vais vous envoyer un élève, dit la directrice de l’école catholique à sa « collègue ».

          - Ah bon ?

          - Oui, il est insupportable. Alors j’ai convoqué la mère et je lui ai dit qu’il fallait qu’il passe un test psychologique et que pendant qu’on y était elle ferait bien, elle aussi, (la mère !) d’en subir un !

          La mère a attrapé son gosse par la main et elle est partie furieuse, mais sans rien dire.

          Effectivement le surlendemain elle le faisait inscrire à l’école publique : il était effectivment insupportable !

          Mais il est resté à pourrir les classes où il sévissait, dont la vie et la scolarité de ses camarades, jusqu’à son départ en sixième au collège public avec un niveau CE2. Les instituteurs publics ont dit : « Ouf ! ». Pas les professeurs du collège !

          L’apprentissage de la lecture puis de l’orthographe sont plus ou moins aisées selon la langue.

          Le finlandais écrit est, à ce que j’ai lu, complètement phonétique : il n’y a qu’une façon d’écrire un son et il n’y a pas de consonnes muettes. C’est un grand avantage pour les apprenants. Ce n’est pas le cas pour le français et encore moins pour l’anglais, qui de ce point de vue est la pire des langues européennes.

          C’est pour contourner cette incohérence que les pédagogues anglophones ont développé la méthode globale où les mots écrits entiers sont appris séparément des autres. Ce qui suppose une excellent mémoire visuelle des élèves et rend l’apprentissage de la lecture de l’anglais presque aussi difficile que celle du chinois et de ses idéogrammes.

          Le français est moins cohérent que le finlandais, mais davantage que l’anglais, si bien que la méthode globale n’est pas adaptée. Mais la méthode opposée, purement syllabique, ne l’est pas non plus car elle donne un prononciation hachée et elle est très aride pour les enfants (pas pour les adultes analphabètes qui savent « construire » les mots à partir des syllabes).

          La meilleure méthode pour les CP est sans aucun doute un compromis intelligent entre les deux méthodes.

          Mais comparer comme le fait Pisa le niveau de lecture à âge égal entre un petit finlandais et un petit anglophone ne reflète pas la valeur des enseignements de lecture.


          • leypanou 2 juin 17:20

            @Alren
            il arrive dans l’enseignement public qui est obligé de l’accepter et ne peut le renvoyer quel que soit son comportement. : c’est çà qui n’est pas normal.

            N’y-a-t-il pas vraiment une autre solution que de mettre des emm...rs dans des classes où non seulement, ils ne vont rien faire mais vont empêcher les autres enfants de vouloir apprendre normalement ? Je pense que c’est plutôt un manque de volonté politique et c’est l’enseignant et les autres enfants qui doivent supporter.


          • tashrin 2 juin 17:49

            @Alren
            Mais la méthode opposée, purement syllabique, ne l’est pas non plus car elle donne un prononciation hachée et elle est très aride pour les enfants (pas pour les adultes analphabètes qui savent « construire » les mots à partir des syllabes).

            Oui enfin la methode syllabique lorsqu’elle etait utilisée a permis à des generations entieres de petits français de maîtriser leur langue. Ma grand meme n’avait meme pas le certificat d’etude, mais ecrivait français bien mieux qu’un etudiant de licence d’aujourd’hui...
            La methode devait pas être si inadaptée que ca


          • Alren Alren 3 juin 12:33

            @tashrin

            D’expérience, pour avoir entendu lire des enfants n’ayant suivi que la méthode syllabique, je peux témoigner que le résultat est généralement qu’ils ne prononcent pas correctement le mot écrit.

            Par exemple, s’ils voient : « Elle et lui chantent ». Ils vont lire :« El-le et lu-i chan-tant. »

            Et ils ne font pas les liaisons : « pas à pas » sera lu :« pa à pa ».

            De plus le déchiffrement syllabique freine la vitesse de lecture jusqu’à des classes comme le CE2.

            La méthode d’apprentissage de la lecture est trop importante pour les enfants et donc pour le pays entier à l’heure où on demande aux travailleurs d’ingérer par nécessité toujours plus de connaissances, pour que je polémique la-dessus.

            Mais il me semble que la méthode consistant à faire deviner un mot à partir d’une image (par exemple « chat » et « rat » puis d’écrire ces deux mots et de demander aux élèves de repérer ce qu’ils ont de commun, les incite à une attitude dynamique davantage que de faire lire fastidieusement "b-a, ba, l-a, la, f-a fa, s-a sa etc.

            On peut même avec le « t » qui n’est pas prononcé faire remarquer que les femelles se nomment « chatte » et « rate » ou le « t » devient sonore et se justifie au masculin.

            Cette méthode est si efficace qu’on peut l’utiliser en grande section de maternelle et que les enfants la réclame comme un jeu passionnant !

            Par ailleurs il se trouve que j’ai la chance de posséder un certain nombre d’écrits d’enfants et d’adultes du peuple, allant des années 1890 à 1944 et je peux dire que ceux-ci étaient bourrés de fautes d’orthographe, vocabulaire et grammaire, ainsi que des erreurs de syntaxes, même sur le cahier d’un élève de 11 ans qui deviendra pourtant "Premier du canton" au Certificat d’études de 1890.

            Il faut dire, à la décharge des maîtres et maîtresses de ces époques qu’ils devaient enseigner bien souvent à de classes inhomogènes de trente, quarante, cinquante élèves, que l’école primaire s’arrêtait à 12 ans.

            Il est vrai que les textes des étudiants et des lycéens sont très incorrects. Encore faut-il faire une différence entre les élèves de sciences (y compris médecine) et ceux de lettres ou de droit qui sont meilleurs à tous égards.

            Mais je pense que l’arrêt de l’apprentissage de la grammaire et de la difficile orthographe est une erreur et qu’il ne serait déshonorant pour personne qu’il soit poursuivi au lycée.

            Cela éviterait peut-être à des professionnels de l’écriture que sont les journalistes d’écrire quasi-systématiquement : « Il faut qu’il voit, il faut quej’ai. » (au lieu du subjonctif :« Il faut qu’il voie, il faut que j’aie. », comme on dit : « Il faut qu’il entende. » au lieu de : « Il faut qu’il entend. »)


          • Alren Alren 3 juin 15:08

            @leypanou

            c’est l’enseignant et les autres enfants qui doivent supporter.

            L’enseignement étant obligatoire de 6 à 16 ans, c’est inévitable.

            J’ai connu une institutrice disant par dérision : « Moi, j’ai trente élèves dans ma classe, vingt plus un ! »

            Avec les parents élus des conseils d’école, co-éducateurs officiels auprès des enseignants quelle que soit leur compétence, et alors qu’ils n’ont pas les élèves sur les bras, la tendance serait même de placer « avec les autres » les enfants autistes jusqu’à la fin du CM2 et même ceux qui suivent un traitement psychiatrique (à temps partiel !).

            Ça coûte apparemment moins cher à la collectivité et permet de faire apparemment des « économies » chères à l’UE quand il s’agit de dépenses publiques. Tant pis pour les autres élèves, « n’ont qu’à aller dans le privé », et tant pis pour les absences non remplacées d’enseignant(e)s épuisées.


          • tashrin 6 juin 09:34

            @Alren
            vous pouvez ergoter et argumenter tant que vous voulez
            Les faits sont là. Genants mais là
            Les enfants qui ont appris à lire avec la methode syllabique savent lire
            Les autres dechiffrent, et une bonne partie de la population peine aujourd’hui à comprendre un texte de 15 lignes, jeunes comme adultes
            Beaucoup d’enseignants ont d’ailleurs outrepassé les consignes du ministere pour limiter la casse
            Le probleme c’est que les familles culturellement plus favorisées comblent les deficits de la methode d’enseignement. Les autres non


          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 2 juin 12:32

            Personnellement, je ne tiens pas l’humanité en très grande estime. Elle a montré abondamment et depuis longtemps avec quelle facilité elle faisait disparaître les espèces et massacré une bonne partie des siens. Et pourtant l’homme a une conscience et certains prétendent même qu’il a une âme. Qu’est-ce que ce serait s’il n’en avait pas !
            Tout çà pour dire que sans une éducation ferme et des exemples de bonne conduite dans son environnement, l’enfant ne peut devenir qu’un sauvage soumis à ses désirs et ses pulsions. C’est une vérité banale que redécouvrent progressivement ces pays comme la Suède et la Finlande qui ont idéalisé l’être humain.


            • christophe nicolas christophe nicolas 2 juin 18:55

              @Gilles Mérivac

              Vous n’avez pas tout compris à l’âme, elle permet d’être meilleur mais aussi d’être pire, voire démoniaque, toute la difficulté est là. Comment éduquer l’âme, le problème est que l’école refuse d’aborder la question or elle a pourtant de nombreuses manifestations miraculeuses du Christ et des apparitions mariales à sa disposition. Elle veut rester neutre mais peut-on l’être sur les observations ? Si Dieu se manifeste, l’ignorer est la définition de Lucifer, c’est à dire de l’orgueil.

              L’école donne des savoirs qu’elle juge bon mais le sont-ils ? Nous pouvons déterminer à ce jour avec une certitude absolue que la nucléosynthèse primordiale de l’univers est fausse et que le big-bang est donc en difficulté pour être poli. Est-il charitable d’ignorer des réalités et d’en inventer d’autres qui nourrissent une conception panthéiste de la réalité dont les mauvaises âmes se servent pour enfumer les enfants. Sans tomber dans l’excès, il faudrait réajuster le tir a minima.

              L’âme est le bien le plus précieux puisqu’elle est éternelle, il paraît donc important d’en prendre soin pour la résurrection et avoir une bonne note. A quoi sert-il de faire polytechnique et d’avoir une mauvaise note d’âme ? Le cancre qui aura une bonne note d’âme est le vrai vainqueur au final or il ne faut pas tromper les enfants, l’école doit rester modeste.

            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 3 juin 09:15

              @christophe nicolas
              En fait, je n’aurais pas dû faire allusion à un mythe qui participe à la construction spirituelle de l’homme, un adulte sensé ne dit jamais à un enfant que le père Noël n’existe pas. Je vous promets de ne pas essayer de dévoiler d’autres mythes nécessaires à la société.


            • Cusss (---.---.221.83) 2 juin 12:37

              « Néanmoins, cela doit pousser à se demander s’il n’est pas de plus en plus évident que la logique libertaire individualiste est en faillite. »


              Remplaçons surtout « libertaire » par « libérale » et cela devient plus clair. Le fait est que l’enfant-roi est le chéri des supermarchés avec leurs produits-pleureurs et des firmes qui n’ont qu’un but : l’individualisme rémunérateur. Ils sont LES consommateurs de demain ... et en faire des petits princes connectés devient un impératif. « J’apprends ce que je veux, quand je veux, où je veux, et si je veux, na ». Je n’ai pas la traduction en finnois, mais les moues boudeuses s’expriment à peu près de la même manière dans toutes les langues...

              • julius 1ER 3 juin 08:32
                Néanmoins, cela doit pousser à se demander s’il n’est pas de plus en plus évident que la logique libertaire individualiste est en faillite.

                @Cusss

                j’allais écrire la même chose sur Libertaire / Libéral et j’allais ajouter que c’est l’idéologie du moment transposée dans l’éducation.
                en partant de Dogmes faux et faussés dès le départ ... doit-on s’étonner que dis-je s’offusquer du résultat final ????????????
                et les Suédois de se demander s’ils ne sont pas en train d’enfanter de « petits monstres » ???

              • Giordano Bruno 2 juin 15:14

                Il n’était pas besoin d’attendre les résultats des tests PISA. La logique libertaire/constructiviste est depuis bien longtemps remise en cause par l’étude Follow through.


                • Dzan 2 juin 17:48

                  « les élèves ont leur mot à dire sur ce qu’ils apprendent

                  Me conjugerez 100 fois le verbe apprendre !

                  Et ça se permet de poster sur l’école ?


                  • JMichel (---.---.90.209) 2 juin 18:30

                    @Dzan
                    Conjuguer ? Pour quoi faire. Remplacer le logiciel suffira.


                  • Jean Keim Jean Keim 3 juin 09:33

                    Comment permettre à un enfant de devenir un adulte serein, il n’y a pas d’autre question que celle-ci.


                    • soi même 5 juin 13:30

                      Oui Cassandre le plan B c’est quoi ?

                       smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley

                      • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 17:46

                        Il y a éducation et instruction. Confusion toujours

                        On appelle ministère de l’éducation alors que cela devrait être Ministère de l’Instruction
                        Éducation devrait être désignée pour les parents.
                        Instruction pour les écoles. 

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès