Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Égypte : entre vert moutarde et vert croissant

Égypte : entre vert moutarde et vert croissant

Vingt mille manifestants Place Tahrir, au Caire, cinq mille à Alexandrie, deux mille à Port-Saïd, mille cinq cents à Ismaïliya, samedi 2 juin 2012, et encore plusieurs milliers dimanche matin, pour protester comme le verdict qu’ils jugent trop clément du procès Moubarak. Un nouvel échauffement des esprits à deux semaines du second tour de l’élection présidentielle.

L’actualité est bouillonnante en Égypte en cette fin de printemps 2012.

Hosni Moubarak, 84 ans, toujours emprisonné dans un hôpital en raison de sa santé défaillante, vient d’être condamné à la prison à vie ce samedi 2 juin 2012 dans la matinée pour avoir fait tirer sur les manifestants au Caire pendant la révolution. Il était accusé du meurtre de huit cent quarante-six manifestants et le procureur avait requis la peine de mort. L’avocat de l’ancien raïs va faire appel.

L’ancien Ministre de l’Intérieur de Moubarak, Habib el-Adli, a été condamné à la prison à vie (le procureur avait requis aussi la peine de mort) et les deux fils de l’ancien Président autocrate, Alaa et Gamal Moubarak, ont été acquitté car les accusations de corruption ont été jugées prescrites. Six autres prévenus, hauts responsables de la police, ont été acquittés.

Beaucoup, dans la population égyptienne, considèrent que verdict est beaucoup trop clément, comme cet étudiant qui résume assez bien l’opinion des protestataires : « Beaucoup de gens ont eu le sentiment, en écoutant le verdict, que nous étions de retour à l’époque de l’ancien régime. ». Des affiches ironisent : « Si tu penses que l’ancien régime est tombé, tu as tort. La version originale est en cours de téléchargement. ». D’autres manifestants sont bien plus véhéments et scandent : « À bas le régime militaire ! » et sont prêts à combattre : « Soit nous obtenons justice pour nos martyres, soit nous allons mourir comme eux. ».

Je me réjouis, pour ma part, que la peine de mort n’ait pas été prononcée ; cela aurait été un bien mauvais signe pour la reconstruction politique du pays.


Ce sont les six acquittements qui ont conduit les Frères musulmans à manifester Place Tahrir qui, depuis l’annonce du verdict, est noire de monde, avec plusieurs dizaines de milliers de manifestants. L’organisation islamique (qui est présent sur la scène politique égyptienne avec le Parti de la Liberté et de la Justice) a prévenu que s’elle gagnait l’élection présidentielle, elle referait un nouveau procès.

Ces derniers jours, un autre événement est, lui encore, en train de solder le règne interminable de Moubarak (presque trente ans). Le 31 mai 2012, l’armée égyptienne (toujours aux commandes depuis le 11 février 2011) a annoncé la fin de l’état d’urgence mis en place lors de l’assassinat de Sadate, le 6 octobre 1981. Moubarak avait joué sur cette situation de crise pour imposer son pouvoir.

Plus grand pays "soumis" à ce Printemps arabe qui a débuté en décembre 2010 (avec ses quatre-vingt millions d’habitants), l’Égypte s’essaie à la démocratie tant bien que mal en évitant les ratés de l’Algérie d’il y a vingt ans. Lorsque le choix est entre des autocrates militaires et des islamistes fondamentalistes, la démocratie a la gueule de bois.

Ce sera peut-être le cas en Égypte. Les 23 et 24 mai 2012, il y a eu la première élection présidentielle démocratique. Le premier tour mettait en concurrence vingt-trois candidats après quinze mois de régime transitoire. Moubarak avait déclaré forfait après deux semaines de répression, le 11 février 2011.

Les noms des deux candidats arrivés en tête du premier tour ont été annoncés le 29 mai 2012 : Mohamed Morsi, 61 ans, des Frères musulmans, partisan de la charia, et Ahmed Chafiq, 71 ans, le dernier Premier Ministre de Moubarak et représentant de l’armée égyptienne, ont obtenu tous les deux environ un quart des suffrages et s’opposeront au second tour prévu les 16 et 17 juin 2012.

Les "révolutionnaires" ont été très divisés pour ce scrutin et ont déjà perdu l’élection ; leurs voix se sont dispersées entre Hamadin Sabahi (nassérien) et Abdel Moneim Abou El-Fotouh, 51 ans (ancien des Frères musulmans, "islamiste modéré", c’est-à-dire de l’aile libérale et réformiste, qui aurait voulu être en Égypte ce que le Premier Ministre turc actuel, Erdogan, est en Turquie, une sorte de "démocrate-musulman").

Les Frères musulmans avaient un avantage sociétal décisif par rapport aux autres organisations : ils ont suppléé pendant plusieurs décennies aux carences du pouvoir politique et jouent encore le rôle d’une sorte de Secours catholique avec bien plus d’influence puisqu’ils ont construit des écoles, des infrastructures sanitaires etc. pour la population (il faut aussi les imaginer comme des syndicats étudiants qui jouent le rôle de bureau des élèves, des organisations toujours populaires car apportant des aides concrètes).

Souvent, les pays où sévit un régime autocratique conduit à une vacuité du paysage politique (l’autocrate ou le dictateur ayant fait le vide autour de lui pour écraser toute opposition politique) et seules, les organisations religieuses peuvent faire le rempart contre le pouvoir en place. C’était aussi le cas en Pologne avant juin 1989.

Les Frères musulmans sont donc le parti le mieux organisé d’Égypte et ont récolté deux cinquièmes des voix il y a plusieurs mois lors des élections législatives (38% des voix et 222 sièges sur 508). Les élections législatives s’étaient déroulées précisément en six étapes : les 28 novembre et 5 décembre 2011, les 14 et 21 décembre 2011 et les 3 et 10 janvier 2012.

Mohamed Morsi ne voulait pas se présenter mais le candidat pressenti par son parti politique avait été invalidé car condamné à plusieurs reprises. Il a alors repris le flambeau pour avoir un candidat présent représentant les Frères musulmans (qui, en février 2011, avaient pourtant assuré qu’ils ne voulaient pas la Présidence).

Ancien chef d’état-major de l’armée de l’air égyptienne, Ahmed Chafik fut Premier Ministre du 31 janvier au 3 mars 2011, c’est-à-dire juste en pleine révolution. Il est donc le porte-parole dans l’ancien pouvoir et plus généralement, de l’ancien régime. Il a d’ailleurs accepté le verdict du procès Moubarak. Bien que plutôt populaire à l’époque Moubarak, son âge et son passé politique ne plaident pas pour faire de lui l’homme providentiel pour construire la démocratie égyptienne.

Certains révolutionnaires voudraient même la victoire de Chafik pour faire une seconde révolution en prônant la politique du pire. D’autres pensent que celle de Morsi serait un gage de renouveau politique.

Le choix entre le retour en arrière et l’aventure islamiste risque donc d’aboutir à une impasse démocratique. Le pire n’est cependant jamais sûr et quel que soit le résultat des 16 et 17 juin 2012, les Égyptiens ont montré, au cours de leur révolution, qu’ils tenaient plus que tout à leur ouverture au monde et que leur patrimoine culturel et historique reste leur plus précieux trésor : le tourisme est en effet le secteur clef de l’économie égyptienne et la population a pu amèrement le ressentir depuis quinze mois. Par défaut.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (3 juin 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Vade-mecum des révolutions arabes.
Fallait-il intervenir en Libye ?
Et si l’on écoutait Michel Rocard ?
La fuite de Ben Ali.
La Syrie en contestation.
Moubarak démissionne.
Transition égyptienne : entre colère et raison.
L’Égypte, fin janvier 2011.
La peine de mort. 
 
 

Documents joints à cet article

Égypte : entre vert moutarde et vert croissant Égypte : entre vert moutarde et vert croissant Égypte : entre vert moutarde et vert croissant

Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • rapport100 12 juin 2012 11:49

    Vu le titre de l’article et sa référence a Pharaon, je préfère le vert croissant de l’islam que le vert moutarde des laïcs avec leur pyramide, on dit toujours que la moutarde monte au nez...Surtout quand sa pique, un peu comme le sommet d’une pyramide avec la dictature laïque qui réduit en esclavage les populations « soumises »..

    Entre né libre avec le croissant vert de l’islam en tant que musulman (soumis a Dieu) et le croissant vert moutarde en étant né libre devenu par la suite soumis aux laïcs, je préférerais mourir libre en tant que soumis aux lois de Dieu, et non en tant que soumis aux lois des laïcs (celles des hommes)..

    Soumis a Dieu et a ses lois : OUI avec certitude
    Soumis aux hommes et a leurs lois laïque : NON avec certitude, même si on doit prendre les armes...

    Comme le dit là aussi si bien le proverbe, on ne remplace pas une dictature des hommes (militaire en Egypte et dans toutes nations Arabe pro-Etats-unis, par une autre dictature laïque pro-Europe, nous avons une très mauvaise histoire avec le colonialisme impérial, qu’il soit Sioniste, Américain, Russe, Chinois ou Européen)

    D’ailleurs ce site explique parfaitement le lien entre esclavage et pyramides http://www.islam-2012-newworldorder.com/science/page1.html

    Bonne lecture pour une très bonne compréhension des choses qui ne sont certainement pas futile, mais très utile dans un monde ou très peu de monde, y compris les journalistes politisé a gauche ou a droite, ne comprenne pas vraiment les aboutissants au milieu d’un monde ou la moutarde fini par piquer

     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès