Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Egypte : le message d’en-bas

Egypte : le message d’en-bas

Le mouvement de révolte dans les pays arabes a largement pris de court le système économique mondial basé sur un statu-quo sécuritaire. Les dictatures du Moyen-orient participent de fait à l'annexion des gisements pétrolifères de la part des occidentaux. L'Egypte est de ce point de vue le gardien du temple du Canal de Suez par où transite 3% du pétrole consommé dans le monde. A ceci vient s'ajouter le fait que l'Egypte est le principal allié des USA dans la région et le seul pays arabe à avoir reconnu l'état d'Israël.

Cette connivence avec les monarchies fantoches du Golfe et la dictature égyptienne permet ainsi aux occidentaux de s'assurer la main-mise sur les principaux puits de pétrole du monde et sur un important passage de son acheminement vers l'Europe. Cette situation idéale ne pouvait que se perpétrer vu l' idéale situation engendrée pour les caisses des pays du nord.

Sauf que le peuple égyptien n'en pouvait plus de voir passer les tankers qui alimentent la croissance des pays riches, et pas la leur, sauf que la démographie galopante sur les bords du Nil rend la situation alimentaire extrêmement aléatoire, à la merci de la moindre crise d'humeur du fleuve.

Tensions sur les denrées alimentaires, corruption généralisée, le cocktail était explosif et devait forcément éclater à un moment ou à un autre. La mèche tunisienne aura permis de déclancher le processus. 

Ce qui apparaît au grand jour , c'est bien l'incroyable volte-face occidentale, l'aspect dérisoire des commentaires des grandes capitales de l'ouest. Les USA emboîtent le pas de la marche démocratique car ils ne veulent pas perdre pied dans la région et le convoi des approvisionnements futurs, le discours d'Obama ne trompe personne, il se place du coté du peuple mais se satisfaisait parfaitement, hier, du régime fort de Moubarak qui garantissait la paix dans ce secteur névralgique. La misère de la population lui allait si bien, ainsi qu'à ses sbires européens, britanniques , allemands et français qui balbutient aujourd'hui quelques piètres psalmodies. Affolés par ce mouvement populaire qui chamboule l'ordonnancement séculaire des affaires, les démocraties tentent d'expliquer qu'elles se trouvent du coté des braves.

L'Europe, elle, n'existe pas au moment M où l'humanité aspire à plus d'égalité, l'Europe se cache alors qu'une déflagration démocratique lui explose à la figure. Van Rompuy, Barroso, Trichet sont des pions au service du grand capital, grands comptables plus que philosophes, ils ne comprennent rien à la dynamique des peuples. 

Bien sur on pourrait condamner ce mutisme coupable, mais à quoi bon ? Comme on attend plus rien de cette distribution de mauvais acteurs, autant s'attacher aux choses qui ont vraiment de l'importance, au premier rang desquelles la capacité des pays à se transformer du bas, à se transcender grâce au soulèvement des plus petits de ce monde. 

Ce que des décennies d'infamie, de conformisme, d'injustes équilibres, de spoliation tous azimuths auront permis, quelques bonnes volontés, quelques courageux, quelques moins que rien auront réussi à le renverser.

Le message ultime tient sans doute à ce que les bonnes volontés et la révolte des humbles aura réussi là où les potentats et les forces d'argent ont raté ou largement refusé, c'est à dire une meilleure répartition des richesses.

Le Club de Rome voyait dans l'entente des élites la clé d'une harmonisation économique mondiale, seule façon d'entamer sérieusement le plan de sauvegarde de la Planète. A voir la faillite des systèmes qui ont mené aux dérèglements environnementaux et aux injustices actuelles on ne peut que souhaiter que les soulèvements des sans-grades parviennent à une meilleure appréhension des enjeux fondamentaux du futur. 

Le Club de Rome nous avait éclairé sur l'intime imbrication des phénomènes induits par l'explosion démographique mondiale et sur le fait qu'il n'y aura pas de rédemption écologique sans avancées sociales qui elles -mêmes sous-entendent une meilleure distribution à l'échelle planétaire. En ce sens la survie du "système" et des éco-systèmes (ce qui en fait est la même chose sur notre petit rafiot de fortune), viendrait plus du Caire que de Davos, si vous voyez ce que je veux dire.

Gageons d'or et navant que si les puissants et leurs bras armés les dictatures qui protègent leurs intérêts ne lâchent pas la bride de la soumission des peuples, alors ceux-ci se chargeront de prendre à leur compte leur propre destin et par la même, la survie de leur descendance.

Aucun Hitler, aucun Staline, et aucun César n'ont jamais empêché l' Humanité de refuser son propre suicide.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Radix Radix 3 février 2011 17:41

    Bonsoir

    Ce qui est ironique dans cette contagion libertaire (en attendant qu’elle devienne démocratique) c’est quelle réalise exactement ce que Bush voulait faire en envahissant l’Irak !

    Il voulait imposer la démocratie à coup de canon en pariant sur l’effet domino pour convertir toutes les autres dictature à se convertir. Bien sûr cela ne pouvait pas marcher.

    Maintenant que les peuples ont pris les choses en main pour essayer d’obtenir par eux-même ce résultat : tout le monde s’inquiète !

    Bizarre, la seule démocratie qui serait valable serait celle qui est imposée, de l’extérieur, à coup de bombe ?

    Radix


    • OMAR 3 février 2011 18:54

      Omar 33

      Bonjour Mohammed :"Dimanche 30 janvier Hillary Clinton déclarait .......

      Les peuples arabes qui se liberent des tyrans, dictateurs et roitelets de service n’ont rien à branler de ce que peuvent bien declarer es USA, l’Europe, ou tartempion...

      Ils savent trés bien que les seules préoccupations et exigences de l’Occident se limitent à leurs interets et seulement leurs interets.

      Tout ce que veulent les peuples arabes, c’est de vivre comme les autres peuples de la terre : dans la liberté, la paix, la dignité, et le respect.

      Et tant mieux si ces quatre conditions sont les fondements de la démocratie...


      • OMAR 3 février 2011 19:20

        Omar 33

        Bonjour Provola.
        Le commentaire précédent était destiné à un autre article.
        Par erreur, je l’ai transmis ici.
        Mais aprés avoir lu et apprécié votre lucide article, je pense qu’il s’intégre au débat.


      • Radix Radix 3 février 2011 19:52

        Bonsoir Omar

        J’espère que ces peuples resteront vigilants, il est si facile de se faire avoir... L’histoire est pleine de ces révoltes (qui se pensaient révolution) et qui on débouchées sur parfois pire !

        Radix


      • lloreen 3 février 2011 22:16

        bonsoir
        Une chose est sûre et certaine maintenant pour ceux qui ne l’avaient pas remarqué plus tôt.
        Les « méchants terroristes islamistes » on montré leur vrai visage et ils ne sont pas tous barbus (MAM aussi est une méchante terroriste, tout court).
        Les citoyens de tous pays n’aspirent qu’à une chose : à vivre heureux et en paix auprès de leurs proches sans se faire terroriser par des paranoïaques au sommet qui sont obligés de faire le vide autour d’eux tellement ils ont peur des gens (à Davos ces grands courageux ont établi un « périmètre de sécurité » de 25 km....).Mais il n’y a pas qu’à Davos que nos grands courageux évitent la foule...
        Les gens ouvrent enfin les yeux et ont compris quels sont ceux qui sont à l’origine du malheur du monde.


        • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 3 février 2011 22:21

          Bonsoir l’auteur !

          Pour qui connaît un peu l’Egypte, n’est guère surpris par ce qui se passe dans ce pays.

          Comme l’écrit l’auteur, la démographie galopante, la précarité de la population, l’absence d’avenir pour les jeunes et l’absence de libertés démocratiques ont contribué à mettre le feu à ce chaudron qu’est l’Egypte. Mais ce qui laisse pantois l’observateur, c’est que le premier protecteur, bailleur de fonds et allié du pays des Pharaons, les Etats-Unis, n’ont apparemment rien vu venir. Israël pas davantage semble-t-il.

          La situation géostratégique de l’Egypte à la charnière entre l’Afrique du Nord et le Proche-Orient, son importante population, son armée qui n’a rien d’opérette et sa configuration politique (les Frères Musulmans, la hiérarchie militaire, les Coptes, etc.) ne laisse rien présager de bon.
          Je pense qu’ici on est loin d’une issue pacifique à la tunisienne.

          « ... l’Egypte est le principal allié des USA dans la région et le seul pays arabe à avoir reconnu l’état d’Israël.  »

          Inexact ! La Jordanie a aussi conclu un accord de paix avec Israël et l’a reconnu.

          " ... sauf que la démographie galopante sur les bords du Nil rend la situation alimentaire extrêmement aléatoire, à la merci de la moindre crise d’humeur du fleuve. « 

          Il faut rappeler ici que »les crises d’humeurs" du Nil ont été neutralisées à la suite de la construction du Grand barrage d’Assouan dans les années 1960-70 (inauguration en 1973). C’était d’ailleurs l’un des objectifs de cet ouvrage. Depuis sa construction, les inondations saisonnières du fleuve ont été supprimées, mais au détriment de la fertilité agricole, les alluvions riches en minéraux étant désormais retenus par le barrage.

          Cordialement !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès