• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > International > Elections législatives au Venezuela : l’art du qui gagne perd (...)
82%
D'accord avec l'article ?
 
18%
(74 votes) Votez cet article

Elections législatives au Venezuela : l’art du qui gagne perd !

Dimanche dernier le Venezuela a tenu des élections législatives. Comme prévu le gouvernement a retenu sa majorité. Et pourtant ceux qui célébraient étaient les candidats perdants de l’opposition. Et pourtant celui qui devait passer deux heures à s’expliquer aux journalistes étrangers pour les convaincre d’avoir gagné était le président Chavez. Comment cela est-il possible ?

Pour commencer il faut comprendre que les enjeux et la nature de la victoire avaient été fixés par le président Chavez lui-même, à quatre mois de célébrer ses douze années de régime populiste et autoritaire. A un moment donné il a décidé de transformer la campagne des élections législatives encore une fois, comme toutes les élections précédentes, en un plébiscite autour de sa figure politique. Ecartés ses candidats, le nouveau candidat unique pour les 165 circonscriptions en jeu devenait Hugo Chavez. 
 
Mais cela ne suffit pas, bientôt il parlât de « démolir l’opposition », de commencer sa campagne pour sa réélection en 2012, et surtout, il annonçât qu’il lui fallait une majorité législative des 2/3 sinon l’élection serait perdue et la patrie en danger. Non seulement il a raté sa majorité des 2/3, mais de justesse il a raté celle de 3/5. Pourquoi cela lui est il si important ? 
 
Un démocrate quelconque serait jubilant après 12 ans de règne de retrouver encore une fois une majorité parlementaire. Mais Chavez est devenu un président très autoritaire, gâté par une assemblée qui lui était acquise a 100% en 2005 et qui même après 5 ans de législature retenait encore un 80% de fidèles prêts à voter n’importe quoi, n’importe quand, du moment que le pli venait du palais de Miraflores. L’idée de se retrouver devant un parlement qui le force a débattre ses lois, un parlement qui ne lui vote pas tout automatiquement (majorité des 2/3), qui ne lui vote pas automatiquement certaines lois (majorité des 3/5) lui est simplement insupportable ces jours ci où il peut dire n’importe quelle ânerie à la télé pendant une cadena devant un parterre d’adulateurs qui se disputent le titre de celui qui applaudira le premier et le plus fort (1).
 
En bref, le message apocalyptique de Chavez fut que sans majorité des 2/3 la révolution bolivarienne était en danger. Mais Chavez cette fois ci a mal calculé et le risque qu’il a pris ne valait pas la peine. Passons sur les détails amusants tels que Castro disant que le socialisme du XXI siècle n’était qu’un communisme réchauffé, allant au point de dire que le modèle ne sert plus, même pas à Cuba. Le fait est que le régime vit son moment politique le plus difficile. Avec les scandales de 120.000 tonnes de nourriture pourrie à cause de la corruption et l’incompétence de ses serviteurs, en passant par la crise électrique qui ne s’est pas résolue avec la fin de la sécheresse, en continuant à travers un taux de criminalité qui a fait de Caracas la capitale la plus dangereuse de l’Amérique, avec un détour sur une des plus hautes inflations, en s’arrêtant sur une récession unique en Amérique latine alors que tous les autres pays sont sortis de la crise, on peut comprendre qu’il a fallu de toutes la dévotion quasi religieuse que Chavez a insufflé en 12 ans a ses loyaux pour que malgré tout son parti arrive à peine a 46% des suffrages exprimés.
 
Pour mesurer la dégradation de l’électorat chaviste il suffit de regarder les résultats de l’élection conjointe au parlement latino-américain, circonscription unique pour tout le Venezuela qui se décide à la proportionnelle pure. La coalition qui appuie Chavez a obtenu 46,71% des voix. Celle qui représente l’opposition unie obtient 45,01%. Le PPT, parti encore allié de Chavez il ya quelques mois obtient 2,81% et deux groupes d’opposition qui n’ont pas voulu faire liste unique obtiennent respectivement 2,56% et 0,76%. C’est-à-dire que la coalition chaviste obtient 46,71% et une potentielle coalition d’opposition pour les présidentielles de 2012 a déjà un potentiel de 51,14% de voix. C’est cette possibilité maintenant bien réelle qui a suscité les grises mines de bien des élus chaviste le lundi soir malgré leur victoire législative. (2)
 
Lorsque l’on regarde les résultats législatifs proprement dits, mais si nous ne pouvons pas encore savoir les chiffres officiels exacts il est assez certain que les chiffres des trois listes d’opposition s’y retrouvent dans leur unité et que l’opposition devrait battre le régime. Mais admettons que la thèse du parti de Chavez, PSUV, soit vérifiée et que l’opposition a été effectivement battue par 100.000 voix environ (le CNE ne publie pas ce résultat officiel, du moins pas encore, il faut le déduire). Cela voudrait dire que ces 100.000 voix d’avance du chavisme représenteraient un avantage de 1,8% sur les 5.300.000 voix environ obtenues (je propose cet avantage délibérément plus large que celui des résultats du parlement Latino-Américain, pour abonder sur la thèse chaviste).
 
Hors que s’est il passé ? Le chavisme remporterait 98 sièges et l’opposition 65, avec le PPT 2 (résultats non définitifs encore mais qui ne devraient pas changer à un siège près). C’est-à-dire, lisez bien, avec 1.8% des voix en plus le chavisme remporte 33,7% des sièges EN PLUS ! Et si l’on considère le PPT comme opposition toute, le chavisme ferait égalité en voix mais remporterait 31,6% des sièges en plus. Evidement dans n’importe quel pays démocratique normal un tel écart n’est pas possible. Je suggère aux lecteurs d’essayer de chercher dans le passé électoral de la France depuis 1870, ou du Royaume Uni depuis la reforme de Disraeli, un désaccord aussi flagrant entre les voix obtenues par les deux partis principaux et les sièges qu’ils gagnèrent. Même les USA, qui pourtant ont admis plus d’une fois qu’un président pouvait être élu sans la majorité des suffrages exprimés, n’ont jamais connu de telles injustices électorales pour le Congrès, au moins depuis que les noirs ont été affranchis il ya 50 ans.
 
L’explication est très simple. Depuis le referendum de 2007 le régime de Chavez sait qu’il n’est plus invincible électoralement. En accord avec sa nature autoritaire, et les défaites locales remarquées en 2008, avec la complicité du CNE, le pouvoir électoral indépendant devenu depuis un vulgaire ministère aux élections, le régime a changé la loi électorale du Venezuela et a procédé à un nouveau découpage électoral du pays qui, fait curieux, affecte les états dont les gouverneurs sont dans l’opposition : Lara, Zulia, Carabobo, Miranda, Tachira, avec la ville de Caracas et l’état natal de Chavez, Barinas, où l’opposition progressait trop dans la capitale de Barinas.
 
Il serait trop long de rentrer dans tous les détails de cette fraude électorale annoncée (3). Il suffit de reprendre un tableau déjà publié en anglais et en espagnol pour illustrer la redoutable efficacité du découpage électoral auquel le CNE a procédé froidement début 2010. Ce tableau qui est joint à ce texte montre les voix obtenues par la coalition chaviste menée par le PSUV et la coalition de l’opposition, MUD, ainsi que le nombre de députés élus pour chaque ‘coalition’. Les trois régions dans ce cas sont les états de Carabobo, et Miranda, avec la ville de Caracas pour compléter le grand Caracas. C’est un peu comme si nous considérions la région parisienne et Normandie avec la lyonnaise, pour vous donner un point de repère.
 
C’est clair : dans ces trois régions nous pouvons constater que le chavisme a TOUJOURS perdu aux voix mais a toujours égalé ou gagné en sièges. Si nous calculons la somme, Chavez et ses suiveurs reçoivent seulement 45,3% des voix mais raflent néanmoins 59,4% des sièges.
 
Si nous rajoutons cette fraude flagrante avec d’autres qui le sont moins on peu donc comprendre cette ‘victoire’ du chavisme faites en violant la constitution qui dans son article 63 exige la présentation proportionnelle. C’est-à-dire que si l’on suivait la constitution comme il se doit le système électoral devrait garantir que tout parti politique qui remporte un 40% des voix devrait avoir, disons, au moins 35% des sièges à pourvoir et pas plus de 45%. Nous en sommes loin.
 
Ce résultat pose de nombreux problèmes pour le président Chavez. Il est maintenant exposé comme tricheur à la maison, mais aussi à l’étranger, ce qui ne plait guère aux autres chefs d’état de pays démocratique (il est certain que ses amis Poutine et Ahmadinejad ne le lui reprocheront guère). Non seulement ceci, mais la révolution bolivarienne qui se vantait de démocratiser la société s’avère en fait entrain de faire le contraire, du moins au vu des résultats de cette élection. 
 
Les embarras de Chavez sont au vu et su de tous. Tout d’abord, pour la première fois depuis qu’il ‘gagne’ des élections il n’a pas fait acte de présence au ‘balcon del pueblo’ de Miraflores, laissant les quelques peu de supporters qui avaient attendu jusqu’a trois heures du matin les résultats. Chavez cachant sa très mauvaise humeur essaya de réparer la mise avec une conférence de presse le lundi soir. Mais lorsque la journaliste de Radio France International posât la question pour savoir pourquoi la prime de victoire était hors de proportion avec cette victoire, Chavez ne put pas répondre et se perdit dans un monologue vague qui dura plus de 10 minutes, accusant la pauvre journaliste de compromission, RFI de media menteur, ne répondant jamais la question, finalement disant que les voix obtenues dans une élection législative n’avaient rien à voir avec l’élection des députés. Si votre espagnol vous le permet vous pouvez voir la vidéo chez Youtube, et même si vous ne comprenez pas, l’embarras de Chavez est visible (4). Inutile de vous dire que RFI n’a pas apprécié et le lendemain émettait un communiqué d’appui a sa correspondante. (5)
 
Quoiqu’il en soit dimanche dernier a marqué un tournant pour le régime de Chavez. N’ayant plus la majorité populaire le régime se trouve devant le choix de poursuivre sa marche vers un plus grand autoritarisme, répression et rapprochement du modèle cubain, ou apprendre à vivre en démocratie en respectant les droits de la moitié de la population. Au vu de l’écroulement économique qui garanti la baisse continue de la popularité de Chavez on peut craindre le pire, comme nous en avons déjà eu un aperçu hier soir avec l’agression à Andreina Flores de RFI.
 
----------------------------
1) Cadena : pouvoir exceptionnel dont disposent les présidents vénézuéliens de forcer (encadenar : enchainer) la transmission simultanée à travers TOUTES les radios et TOUTES les chaines de télévision du message qu’il désire. Créées au début des medias pour les messages annuels et les adresses au moment des catastrophes nationales, sous Chavez les cadenas sont devenus régulières, parfois chaque jour en périodes électorales, durant des heures, sans que les partis pris du président puissent bénéficier d’un droit de réponse ni que les medias privés reçoivent le moindre dédommagent pour leur perte de revenus.
 
2) Toutes les données électorales rapportées ici étaient visibles sur la page officielle du CNE le mardi 28 septembre au soir.
 
3) L’auteur a écrit depuis un an sur le processus électoral vénézuélien pour les législatives de dimanche dernier. Son blog, Venezuela News and Views, est rempli d’articles sur ce sujet, de données, de tableaux comparatifs, etc… Tous tirés des chiffres officiels du CNE. 
 
4) Si votre espagnol vous le permet lisez également cet exemple de propagande pro Chavez de l’Agence Vénézuélienne de Presse essayant de justifier le résultat de dimanche. Un article si mal écrit, si tendancieux que l’ont peut même imaginer que l’Humanité de ses beaux jours n’aurait jamais permis la publication d’un tel brouillon. 
 
5) RFI a écrit un très bon article sur le sujet des élections, d’ailleurs. Et en français. 



par Daniel Duquenal (son site) mercredi 29 septembre 2010 - 135 réactions
82%
D'accord avec l'article ?
 
18%
(74 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Yvance77 (---.---.94.51) 29 septembre 2010 10:07

    @ l’auteur,

    A il vous fait chier dans vos certitudes pro CIA - USA ce Chavez.

    C’est vraiment le caillou dans la godasse libérale ce sale bonhomme n’est-ce pas ... un peu comme Ahmanidéjad du reste. Bien que tous deux soient critiquables aussi.

    De la fraude vous dites. Ce doit être vrai ... mais concernant Bush et son élection plus que truquées contre Al Gore vous en pensez quoi mon bon Monsieur ?

    Et du reste au States, l’interdiction de certains partis est-ce si démocratiques ?

    Il y a bien plus de sens « démos » - « cratos » du côté de Caracas que de Washington, c’est plus qu’une évidence ... mais chut n’allez pas le crier trop fort d’ici à ce que cela se remarque !!!

    Chavez à des penchants hyper populistes que je n’aime pas ... mais il a eu au moins les couilles de tendre le doigt bien haut en direction du Nord pour dire ... les richesses du Vénézuala sont pour le peuple du Vénézuéla et pas pour les places finacières de Londres ou New-York ou pour des lobbies de tout poil.

    Et ça, ça ne passe pas n’est-ce pas ?

    Misérable ce post !!!

    A peluche

  • Par biojm2 (---.---.11.100) 29 septembre 2010 10:19
    biojm2

    Je ne sais pas qui est ni ce que font les gens d’Agora vox, mais une chose est certaine, c’est qu’ils ont une parfaite méconnaissance du Venezuela.
    Comment peux t-on dire cela de Chavez quand on sais que s’il tombe, ce sera une terrible oligarchie, probablement la pire d’Amérique latine qui va prendre le pouvoir et voler toutes les richesses du pays comme ils le faisaient il y a 12 ans.
    De plus par vengeance, c’est probablement une dictature qui va faire des milliers de mort qui se mettra en place.
    Alors comment un « Media citoyen » se disant independant peut t-il autant meconnaitre un pays sur lequel il ecrit sans faire la moindre enquete ?
    Qui est Daniel Duquenal ?
    Quand on vois son site, pas besoin d’être très futé pour voir qu’il est du coté de l’oligarchie et qu’il ne se préoccupe que bien peu du peuple.
    Ca vous emmerde donc tant que cela ceux qui ont le fric quand vous n’avez pas le pouvoir politique ?
    Ca vous emmerde donc tant que cela quand l’illettrisme disparait et que les gens qui mouraient de faim ont a mangé ?
    Et bien moi vous voyez, j’échange Sarkosy contre Chavez quand vous voulez.... !
    Quand aux prisonniers politique au Venezuela, c’est a mourir de rire.....

    Jean-Marie Grandjean

  • Par sisyphe (---.---.144.96) 29 septembre 2010 12:46
    sisyphe

    Le petit propagandiste US Duquenal essaie de tordre les faits, pour pouvoir épancher son ressentiment de voir Chavez, après 12 ans de règne, obtenir ENCORE une majorité ; preuve que sa politique est soutenue et appuyée par la majorité des Venezueliens ; ben oui, ce sont les faits, Monsieur Duquenal, que ça vous plaise ou non. 


    Par ailleurs, je reviendrai juste sur ceci (je cite) : 
     un parlement qui ne lui vote pas tout automatiquement (majorité des 2/3), qui ne lui vote pas automatiquement certaines lois (majorité des 3/5) 

    Les pseudo « démocraties » ; tant européennes qu’US, auraient beaucoup à apprendre d’une réelle démocratie où il faut un vote de 2/3 des voix du parlement, et de 3/5ème , pour « certaines lois » ; quand il leur suffit d’UNE SEULE VOIX pour obtenir une majorité qui fait voter des lois qui continuent de détruire le système social, d’aggraver les inégalités, et de protéger les riches, quand Hugo Chavez essaie de faire exactement le contraire.

    Pauvre Duquenal ; il lui faudra encore attendre un peu pour que s’instaure au Vénézuela le système libéral prédateur qu’il appelle de ses voeux... 

    E viva Chavez ! 
     smiley





  • Par Philou017 (---.---.151.85) 29 septembre 2010 11:19
    Philou017

    Ainsi, on n’échappe pas à l’article rituel et partisan de Duquenal sur le Vénézuéla. Un peu moins virulent que d’habitude. Nul doute se le score de l’opposition lui a mis du baume au cœur.

    Sur ces quelques points :
     N’ayant plus la majorité populaire le régime se trouve devant le choix de poursuivre sa marche vers un plus grand autoritarisme, répression et rapprochement du modèle cubain,
    Ha. Finalement, le Vénézuéla n’est pas une dictature. Mais il pourrait le devenir avec ce méchant Chavez.....foi de Duquenal

    ou apprendre à vivre en démocratie en respectant les droits de la moitié de la population.
    Je pense que c’est plutôt à l’opposition adepte de coups d’états et autres magouilles qu’il faudrait rappeler cette vérité essentielle.

    dans son article 63 exige la présentation proportionnelle.
    Mais la représentation est proportionnelle. Elle accorde depuis longtemps une prime à la majorité. En fait dans le systeme électoral Vénézuélien, les campagnes sont plus représentées que les villes et ce depuis longtemps. Il n’empêche que Chavez s’est livré en 2009 à un redécoupage électoral peu glorieux. Néanmoins, ca n’a pas influencé le résultat tant que cela.
    D’ailleurs si cela avait été aussi scandaleux, l’opposition serait monté au créneau en rangs serrés. Curieusement, on les entend pas là-dessus, sinon pour prétendre qu’ils auraient obtenu 52% des voix....info parfaitement fausse reprise en boucle par nos chers médias.

    Mais Chavez est devenu un président très autoritaire, gâté par une assemblée qui lui était acquise a 100% en 2005 et qui même après 5 ans de législature retenait encore un 80% de fidèles prêts à voter n’importe quoi, n’importe quand,
    Diable. Même si c’était vrai, il est difficile de trouver dans les meilleurs pays démocratiques des majorité qui ne soient pas des godillots en rang d’oignon. A commencer par l’assemblée Française. Mais chez Chavez c’est insupportable...

    on peut comprendre qu’il a fallu de toutes la dévotion quasi religieuse que Chavez a insufflé en 12 ans
    Exit les reformes et les actions sociales qu’il a lançées. Les partisans de Chavez sont des religieux !

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération