Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Elections présidentielles 2011 en RDC - ONZE

Elections présidentielles 2011 en RDC - ONZE

Les élections présidentielles et législatives sont prévues pour le lundi 28 novembre 2011. Ce jour-là, 32 024 640 électeurs seront appelés aux urnes. La campagne électorale a été lancée le vendredi 28 octobre 2011 à minuit. Kinshasa, la capitale, vit désormais au rythme de cette campagne. 6524 candidats aux législatives pour 500 sièges et onze candidats à la présidentielles pour un fauteuil.

Ils sont onze pour une place, ça passe ou ça casse. Pas de second tour ! En janvier 2011, la Constitution a été revisitée en République Démocratique du Congo (loi n°11/002 du 20 janvier 2011 portant révision de certains articles de la Constitution du 18 février 2006).

Pas de majorité absolue, pas de second tour, ainsi en a décidé le législateur en « corrigeant » la Constitution ! Tout se relativise, même la majorité… (Article 71 : Le Président de la République est élu à la majorité simple des suffrages exprimés.)

Avec 15%, voire même moins l’un des onze pourra devenir le Président des congolais.

Ce n’est pas une invention propre à la RDC, parmi les adeptes de ce mode de scrutin : le Mexique, le Kenya, les Philippines, la Zambie, la Corée du Sud, le Malawi, l’Islande, le Togo

C’est un fait établi, inutile d’épiloguer sur les motifs de ce choix. La question qui se pose actuellement c’est à qui profitera ce changement.

Parmi les onze, les gros « calibres » : Joseph Kabila Kabange, le président sortant ; Etienne Tshisekedi wa Mulumba, l’éternel opposant ; Léon Kengo wa Dondo, la troisième voie et Vital Kamerhe lwa-Kanyiginyi, le transfuge du régime actuel.

Qu’en est-il des alliances et notamment de l’alliance de l’opposition ? Jusque-là, aucun des onze ne s’est désisté au profit d’un autre, la presse avait évoqué le désistement d’Antipas Mbusa Nyamwisi en faveur de Tshisekedi mais celui-ci a démenti cette information.

Mis à part les gros « calibres », il nous semble que parmi les 7 restant il leur sera difficile d’avoir la majorité simple. Antipas Mbusa Nyamwisi, François-Joseph Mobutu Nzanga Ngbangawe et Oscar Kashala Lukumena s’étaient déjà essayés en 2006 au jeu des urnes pour les présidentielles. Mobutu Nzanga fut classé 4ème par rapport à son pourcentage (4,77% des voix), Oscar Kashala en avait obtenu 3,46% et Antipas Mbusa Nyamwisi 0,47%.

Parmi les courageux, ceux qui ont osé se présenter avec une chance presque nulle de remporter, il y a Adam Bombole. Candidat indépendant, rejeté par le bureau politique de son parti (Mouvement de Libération du Congo "MLC"), le bras droit de Jean-Pierre Bemba s’est aussi lancé dans la course. Avec, à ses dires l’aval du Chairman… Rappelons qu’en 2006, il a repêché certains membres du MLC aux législatives où il s’était classé 1er sur la liste de son parti et parmi les 5 premiers sur l’ensemble des candidats aux législatives nationales. Prudent, Adam Bombole a aussi présenté sa candidature pour les législatives.

Comme on le constate, les jeux sont loin d’être faits et la surprise sera sans doute au rendez-vous.

La campagne électorale est lancée depuis ce 28 octobre 2011 à minuit. Mais bien avant ce lancement, deux candidats affichaient déjà une assurance à outrance pour la conquête du siège présidentiel :

- le lider maximo Etienne Tshisekedi qui, lors d’une interview au quotidien belge « Le Soir », affirma que « les élections présidentielles vont permettre une alternative au Congo. Le 6 décembre prochain, le mandat de Kabila prend fin. L'UDPS est connue pour sa non-violence. Quant on tue ses membres, la télévision contrôlée par le pouvoir dit le contraire. Nos militants vont être calmes. Mais, nous redoutons les provocations... Voyez nos meetings : nous remplissons les stades, nos combattants assurent la sécurité et il n'y a jamais un seul incident. Mais quand la police est là, il y a des problèmes... Ma victoire est une certitude. C'est au pouvoir que vous devez demander s'il va accepter sa défaite... S'il se maintient par la force, le pays sera ingouvernable... ».

-   - lors de sa conférence de presse du 18 octobre 2011, Joseph Kabila répondant à la question de savoir s’il y avait parmi les candidats les plus en vue un challenger qui puisse le battre à l’élection, il affirme : « … je ne peux pas parler des individus. C’est aussi une façon de me demander qui va gagner. Là où je suis sûr, c’est que je ne vais pas les perdre ».

Le décor est planté. Et les partisans du Président Kabila vont encore plus loin, sur les affiches on peut lire que leur candidat gagnera à 100%. Prenons-le au second degré, c’est de la propagande après tout ! Mais une telle assurance ne peut que nous rappeler une époque que tout congolais voudrait à jamais oublier … 

Liste définitive des 11 candidats à la présidentielle du 28 novembre 2011 :

1) Jean ANDEKA DJAMBA (Alliance des nationalistes croyants congolais)

2) Adam BOMBOLE INTOLE (indépendant)

3) Joseph KABILA KABANGE (indépendant)

4) François-Nicéphore KAKESE MALELA (Union pour le réveil et le développement du Congo)

5) Vital KAMERHE LWA-KANYIGINYI (Union pour la nation congolaise)

6) Oscar KASHALA LUKUMUENA (Union pour la reconstruction du Congo)

7) Léon KENGO WA DONDO (Union des forces du changement)

8) Antipas MBUSA NYAMWISI (indépendant)

9) François-Joseph MOBUTU NZANGA NGBANGAWE (Union des démocrates mobutistes)

10) Josué-Alex MUKENDI KAMAMA (indépendant)

11) Étienne TSHISEKEDI WA MULUMBA (Union pour la démocratie et le progrès social)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • asterix asterix 10 novembre 2011 20:25

    Bonjour Kingli !
    Nous Belges sommes plus que d’autres sensibles au destin de ton pays. Les informations bêlantes relayées hier par notre presse nationale accusant - à tort car il s’agissait d’une provocation perverse du pouvoir en place - Etienne Tshsekedi de troubler l’ordre public en prônant la violence démontrent que tout est d’ores et déjà en place pour assurer la réélection de KABILA fils, obscur successeur par défaut d’un père assassiné dans l’exercice de ses fonctions.
    La multiplicité des candidats, l’absence programmée de contrôle international et l’utilisation déjà bien visible de l’appareil d’état en faveur de son candidat, tout concorde pour donner corps à la farce.
    Je vais le dire pour toi : ce vieux lion de Tshisekedi qui n’a jamais cédé aux sirènes du pouvoir est le seul choix démocratique possible.
    Reviens-nous le lendemain de sa victoire, on partagera le plaisir..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès