Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Emeutes à Londres : 3615 J’existe

Emeutes à Londres : 3615 J’existe

On croirait revenir en 2005, quand on faisait brûler les voitures dans les banlieues nord parisiennes. Mais on rigole moins en Angleterre, les citoyens sont sous le choc : s’attaquer à des quartiers tel Hackney ou autour de Brixton, réputés « chauds », passe encore. Mais quand on touche à l’ouest et au sud de Londres, comme à Ealing bordé de parcs et de résidences paisibles, la ville entière se sent menacée.

On se croirait pendant une guerre civile. Ambiance étrange pour un soir d’été sans pluie. On entend les sirènes de flics depuis nos chambres, les employés ont été renvoyés tôt chez eux dans une sorte de couvre feu non officiel. Et les rues sont vides, entourées des boutiques en fermeture exceptionnelles qui ont barricadé comme ils pouvaient leurs devantures, car les premières cibles ce sont eux.

On pouvait croiser des bandes en grand nombre dimanche dernier à Kensington, quartier le plus cher de la capitale. Moyenne d’âge de 12 ans, certains encagoulés, qui déambulaient et se donnaient des airs menaçants sans faire attention aux rares passants. Ainsi, quand la BBC montre deux jours après des monuments immenses sous les flammes, on se demande comment ils ont pu en arriver là.

Les politiques mettent cela sous le compte d’une colère due au chômage, au racisme ou en réaction au meurtre du jeune père de famille Mark Duggan jeudi dernier. Nous pouvons douter de ces mobiles, surtout à en juger l’âge de ceux qui détruisent pour mieux se vanter après de leurs butins pillés dans les grands magasins. C’est comme ces gamins qui mettent le feu aux rideaux du salon pour emmerder les parents et leur rappeler qu’ils existent. Avec des justifications aussi primaires, médias et politiciens leur apportent ce qu’ils veulent : une reconnaissance, de l’importance, une publicité. Car plus que le chômage et les différences face à l’emploi – qui sont plutôt avantageuses en Angleterre - c’est surtout l’ennui qui les pousse à terroriser toute une capitale.

Entre ces émeutes gratuites qui ne veulent revendiquer rien d’autre que « Regarder-moi » et les manifestations molles des étudiants et lycéens bien pensants qui, au final, ne se mouillent pas vraiment, on se demande où est aujourd’hui la vraie rébellion.

Asia

Londres


Moyenne des avis sur cet article :  2.79/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Lucie A. Lucie A. 10 août 2011 13:18

    Merci - exactement ce que j’aurais voulu dire !


    • xray 10 août 2011 17:54


      ATTENTION 
      Dans un tel contexte, en France la police participe à la destruction des établissements et des biens publics. 


      IMMIGRATION

      La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
      (Le malade, l’industrie première.) 

      Il est certain que lorsque l’on n’a pour seul repère que le PIB et que l’on sert le capital de la Dette publique, la vision de l’immigration ne peut être que positive.

      Multiplier la misère et les malades pour générer du PIB. 
      Quand le PIB augmente, c’est de la croissance. Quand le pays fait de la croissance, il s’enrichit. Quand le pays s’enrichit, c’est de l’argent pour ceux qui en ont besoins. Va sans dire, de l’argent pour les riches. Pour être pauvre, on n’a pas besoin d’argent. 

      Toute dégradation est source de PIB. 
      Par leur présence, par les désordres qu’ils occasionnent ainsi que la délinquance et les vandalismes dont ils sont responsables, les immigrés contribuent à générer du PIB et à gonfler de capital de la Dette publique.  

      Le capital de la Dette publique contrôlé par qui ? 

      Il faut se méfier du discours des « intellectuels ». 
      S’il veut bouffer, un intellectuel n’a d’issue que de servir le système qui lui remplit sa gamelle et lui nettoie ses crottes. 

      Bon à rien et nul en tout, bardé de diplômes bidons, il est persuadé qu’il ne peut être qu’un « intellectuel ». 

      Les émeutes de novembre 2005 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2007/02/14/les-emeutes-de-novembre-2005.html 

      Le bourbier européen 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com 



    • kitamissa kitamissa 10 août 2011 14:41

      on a l’impression que vous leur trouvez des excuses !


      pour vous de jeunes incompris qui lancent un cri d’appel en pillant et foutant le feux partout pour attirer l’attention ( oh les pauvres jeunes gens !.......) 

      pour moi,un bande d’ordures manipulées qu’il faut mettre hors d’état de nuire par tous les moyens !

      demandez donc à ceux qui ont eu leur maison ou leur voiture ou magasin détruits ce qu’ils en pensent !

      • Emmanuel Aguéra LeManu 10 août 2011 15:13

        On a oublier de vous donner un cerveau, à vous...
        Bravo pour cet (embryon d’)article. Je recommande aux anglophones et assimilés la lecture du seul article cohérent que j’ai trouvé sur le sujet (et que j’ai la flemme de traduire, mucho sorry) : D’ailleurs qui est ce Nik Darlington ? Si qqu’ un sait...
        Pendant que, telle le katamissa moyen, la populace trépannée panique et pense à s’armer, qu’on voir fleurir des Citizen-balayeurs au son du « god save da queensasse », certain se posent la question de comprendre comment on en est arrivé là et quoi faire, non pour y remédier (ce qui est fait est fait), mais pour éventuellement changer de cap...


      • missionaryman missionaryman 10 août 2011 17:14

        En fait, soyons multi-culturalistes : employons les méthodes que les pays dont sont sont issues ces minorités incomprises auraient employé ! C’est ma vision de la tolérance !
        L’occident est victime d’un SIDA mental : il a perdu toutes ses défenses face aux agresseurs déclarés...Et pourtant, l’ennemi est facile à reconnaître !


      • JahRaph JahRaph 10 août 2011 18:31

        11 Septembre 2001, choc des civilisations, racismes affiché d’une partie de nos « élites politiques », on voit aujourd’hui, à la lecture de certaines réactions, à quel point tout cela a libéré la parole raciste.

        La bande d’ordure qu’il faut mettre hors d’état de nuire, en premier lieu, c’est bien entendu l’olligarchie !!! Et ne nous perdons pas en chemin, ne faisons pas de détour.

        Ensuite, bien sûr, nous souhaitons tous vivre dans un pays en sécurité, sans voyou. Mais quand l’élite est le pire des voyous, il ne faut pas s’étonner du mimétisme de certains dans les classes les moins fortunées. Sagesse chinoise multi-millénaire.


      • Dzan 11 août 2011 09:28

        @ mission...
        Un p’tit Brevick, qui ouvre le feu sur des gamins, ça vous a de la gueule hein ?
        ca vous fait b**der ?


      • Icaunais Icaunais 10 août 2011 16:07

        Tout comme en France en 2005, ce sont des émeutes raciales ! Dès que les émigrés dépassent un certain pourcentage, ils deviennent une menace pour les nationaux ! Il n’y a pas besoin d’être sociologue pour comprendre ça  ! C’est d’une logique implacable ...


        • Annie 10 août 2011 16:18

          Un autre article intéressant est celui de Paul Vallely dans l’Independent qui fait une comparaison entre ces émeutes et celles des années 80 :http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/paul-vallely-shades-of-1980s-riots-but-there-have-been-big-changes-since-then-2334137.html ...


          • Alpaco 10 août 2011 18:45

            Donc c’est simplement des jeunes cons qui petent les plombs par manque de reconnaissance ?
            Rien à voir avec la crise financière, la crise sociale, la crise culturelle.

            Le système produit des crétins, c’est la faute aux crétins et surtout pas au système.


          • Bernie Bernie 10 août 2011 20:50

            Amaury, et vos devoirs de vacances ? que faites vous la ?

            J’attends impatiemment la suite de votre formidable série sur vos vacances. Après Amaury discute le bout de gras avec un autochtone de nos campagnes. Quelle leçon de courage, après avoir failli se faire embrocher par ce gueux, devant cette confession abrupte, oui vous êtes un blogueur, j’ai tremblé. Mais ma foi, votre souplesse intellectuelle, ainsi que votre discours ont eu raison du sauvage. PALPITANT.
            Le volume 5 a dépassé les ésperances les plus folles, telle une cuvée d’Harry Potter attendue par les fans. Ah le bobo des campagnes ! Du La Fontaine revisité, le rat des villes et le rat des champs
            J’attends Amaury à la plage, avec tous les secrets, indice de protection UV pour la crème solaire, slip de bain ou bermuda, volley ball ou farniente ?

            Votre avatar vous donne un air mitterandien, les livres derrière ? L’écharpe ? Je ne saurai dire...
            C’est beau un intellectuel de droite, bon, faut pas regarder de trop près, c’est un peu comme le crabe, la tête pleine de merde.

            Je vous en conjure ne perdez pas votre plume dans des débats stériles avec des gauchos de base. Qui trop embrasse, mal étreint, faites vous rare, c’est mieux.


          • Bernie Bernie 10 août 2011 22:29

            Vous réagissez comme d’autres en tenants du dogme festiviste, ou politiquement conforme, en curé quoi, un genre de missionnaire laïc défendant la bonne parole. Dans ces émeutes, c’est le réel qui effectue un retour de bâton en direction de tous les naïfs suicidaires en plein déni.

            Le dogme festiviste ? Kesaco ? La théorie du baisage à couilles rabattues ?
            Un curé, un genre de missionnaire laïc ? Waouh, c’est 14 Juillet, ça explose dans tous les sens, mais je comprends rien. Laic, curé dans la meme phrase, piges pas. Ahh missionnaire, encore les couilles rabattues, quel con je suis.
            Merci pour mon presque style, je suis flatté.
            Désolé, mais quand je pense qu’on a des idées de merde, je le dit, auriez vous préféré que je disse que malgré la grandiloquence de façade de vos propos, je me permettrais de suggérer que vos idées ont une vague odeur ?, oserai je dire fétide ?


          • Bernie Bernie 10 août 2011 23:18

            C’est bien ce que je dis, Amaury, t’as trop de merde dans la tête. Arrête de citer murray et son collectivisme, euh festivisme. Des maitres, il t’en faut toujours, c’est triste. Te réclamer de la pensée d’untel ou l’autre, et toi t’as pas de pensée ?
            Asservi, bof. Mais fier de l’etre, comprends pas.
             Tu n’es déjà pas maitre de ta vie, tu es né, où tu es né, tu mourras, quand tu devras mourir, et entre temps, tu passes ta vie à te trouver des maitres, quel gâchis.

            Bon je te laisse te reposer, j’attends la suite de tes vacances, et je voudrai pas être déçu par le prochain opus.


          • Annie 10 août 2011 17:06

            Je dois quand même réintervenir après avoir relu l’article. Il est un peu simpliste d’attribuer ces émeutes uniquement à l’ennui, sans parler des problèmes touchant spécifiquement les communautés noires, le racisme institutionnalisé dans la police etc. Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler de l’affaire Stephen Lawrence http://en.wikipedia.org/wiki/Murder_of_Stephen_Lawrence. ?

            J’aime aussi bien votre conclusion : « les manifestations molles des étudiants et lycéens bien pensants qui, au final, ne se mouillent pas vraiment. » Mon fils a occupé son université de Kent durant la période des fêtes de Noêl, et cela pendant quatre semaines, maintenant il se bat pour finir sa maitrise de recherche en dépit de tous les bâtons qu’on lui met dans les roues justement à cause de cette occupation. Il n’y a eu aucune dégradation durant cette occupation mais l’université a menacé de poursuivre mon fils et les autres étudiants en justice, avec une demande d’indemnisation de 23.000 livres sterling, pour payer la firme chargée de la sécurité qu’elle a dû employer. http://www.guardian.co.uk/education/2011/jan/04/students-end-sit-in-protest?INTCMP=SRCH (mon fils est assis sur la table). Alors manifestations molles, ouais... faciles à dire, quand on ne risque rien.


            • Annie 10 août 2011 22:13

              Non je ne dis pas cela. Seulement que les explications simplistes ne font pas avancer le smilblic. Si vous ne voulez pas parler du racisme institutionnalisé, c’est dommage parce que même la police britannique était disposée à le faire et à se remettre en question, après l’examen indépendant qui a fait suite à l’affaire Stephen Lawrence. C’est vrai qu’il est plus facile et plus populaire de parler de ce que l’on ne connait pas que d’essayer de démêler les complexités de la situation.


            • Annie 10 août 2011 22:21

              Si vous connaissez l’anglais, vous pouvez lire les conclusions de cette enquête ici : http://www.law.cf.ac.uk/tlru/Lawrence.pdf


            • Annie 10 août 2011 23:08

              Je ne cherche aucunement à excuser la violence. Si je parle de l’institutionnalisation du racisme dans la police, c’est parce que des affaires comme celle de Stephen Lawrence ont montré à quel point la police a du mal à se faire respecter auprès des communautés noires. Pourquoi les communautés indiennes, turques, pakistanaises etc. défendent-elles leurs quartiers et pas les communautés noires ? Fatalité ou bien une marginalisation presque autodestructive ? Se poser des questions n’est pas un signe de faiblesse, au contraire.


            • Annie 10 août 2011 23:32

              Black trash, white trash, quelle diffèrence vraiment lorsque vous êtes analphabètes, chômeurs, issus de familles éclatées etc. J’essaye modestement d’expliquer que le problème n’est pas le communautarisme, pas l’immigration, mais un système qui porte en soi les germes de la violence parce qu’il nécessite pour fonctionner un certain nombre de laisser- pour-compte. En Angleterre, ce sont les noirs et bien sûr certains blancs, en France, les descendants d’immigrés. Des coupables tout trouvés. Dans les années 80, un des ministres de Thatcher avait expliqué que le chômage était un prix qui valait la peine d’être payé.
              Je dirai qu’aujourd’hui on est en train de nous présenter la note.


            • Bernie Bernie 10 août 2011 23:41

              Tout a fait d’accord avec vous, Annie. Juste fustiger ces émeutiers comme des vilains jaloux désirant piller, c’est ne pas entendre le chaos qui pouvaient animer les 3 émes classes à bord du titanic. Que l’orchestre joue plus fort !! 


            • Pie 3,14 10 août 2011 23:49

              A Annie,

              vous avez raison d’apporter ces éléments d’explication. Depuis au moins 40 ans, toutes les émeutes dans les pays développés ont une bavure policière réelle ou supposée comme élément déclencheur. C’est le cas à Los Angeles, en France et aussi pour Londres.

              Les pauvres sont les premiers à payer le prix de la crise, l’émeute est le moyen d’expression des plus démunis. Cyniquement, ce n’est pas une mauvaise affaire pour les gouvernants. La répression n’est pas si difficile à mener et permet au pouvoir de jouer les protecteurs face à une population apeurée et désireuse d’un rapide retour à l’ordre. L’affaire est réglée comme un simple problème de délinquance en l’absence de toute revendication politique et évite les remises en cause de la politique sociale.


            • Cosmicray 10 août 2011 18:24

              Pendant ce temps la les gosses de riches sont en vacances a se tortiller dans les clubs et a essayer les derniers produits a la mode pour avoir quelques sensations fortes, ca leurs fera des souvenirs avant de rentrer dans le sillon tracé par papa et maman.


              • Bernie Bernie 10 août 2011 21:00

                Et toi tu suit pas les émeutes par le biais du net ?


              • Bernie Bernie 10 août 2011 21:43

                Disons plutôt que chaque fois que je vous lit fustigeant le petit bourgeois, j’ai l’impression de vous y voir. Alors si cela vous inspire, celui qui dit qui y est, ma foi, libre à vous. J’eusse aimé déclencher une fulgurance, que vous vous disiez, merde, mais je sors un discours de petit bourgeois. A fustiger l’autre sans vouloir allumer sa réflexion. Des vandales consuméristes, probablement pour beaucoup. Mais qu’attendre de jeunes dégoutés du cirque politique, qu’on abreuve de stars inventées à coups de télé réalité, entrecoupés de pubs où si tu ne possède pas, ben t’es une merde. Mais eux n’ont rien à perdre, ils ne possèdent rien, par contre, ils voudraient tout. Alors en semi établi, vous nous sortez, mais qu’ils soient raisonnables, qu’ils expriment leurs griefs, posément dans leurs canapés ikea, dans leur pavillon de banlieue, avec les nains dans le jardin, acheté à crédit comme un esclave civilisé, euh un citoyen établi.
                Et pour que ça remue vraiment, il faut que ça parte d’en bas, de ceux qui n’ont rien à perdre, après si vous perdez tout vous aussi, les nains, le pea, les vacances à la campagne, peut etre que là, vous bougerez votre cul.
                En attendant, vous préférerez appeler la police, ou l’armée. En fustigeant les bourgeois... et les étrangers.


              • Bernie Bernie 10 août 2011 22:59

                On y est presque

                Où ? On parle émeutes en GB, et vous tenez jospin pour responsable, ah ? L’ile de Ré jouxte la perfide Albion ? En plus si je ne me trompe pas c’est 1997-2002, cette période, depuis 9 ans de droite, et rien de mieux ? Il a du sacrément saboter le système, alors, fumier de rouge. Si vous vouliez dépasser un petit peu vos frontières, il y a une chose martelée depuis un certain temps, ça s’appelle la mondialisation. Alors oui, on peut chipoter sur quelques diffèrences nationales, mais le mouvement est occidental, voire mondial. Je n’aime pas citer des lectures, ça fait prof, mais si vous ne l’avez jamais lu, essayez « L’horreur économique » de Vivianne Forrester, essai très pertinent sur le devenir du travail, que beaucoup de gens de droite érigent en valeur. On n’a pas engendré d’un coup, d’un seul,des millions de jeunes fainéants. C’est pas à cause de Jospin, Zapatero ou Staline, y a plus besoin de travailleurs. Alors pour amuser la galerie, on en laisse encore un peu, histoire de pas tout vider d’un coup, pour pas que ça gueule trop. Que ceux qui ont encore un peu de taf, gueulent après ceux qui en ont pas, mais sont capables de se vendre pour plus rien, normal y en a 100 qui attendent. En plus y en a ils ont des canines que jamais t’auras, t’as pas connu la galère comme eux pour bosser, c’était du. Et bonnant malant, on continue sur ce rythme. Pas de boulot avant 25 ans, et 10 expériences de stage, des diplômes raz la gueule. Et après 45, fini, trop vieux. Par contre pour la retraite, faut 42 années mini. Je compte mal ?


              • Bernie Bernie 10 août 2011 23:31

                Poses ou pauses ?

                Si tu l’as bien orthographiée, oui je ne pose pas. Rien à foutre des postures. Mais tu as raison, de dire de gauche, comme de droite, car tout ceci dépasse allégremment le cadre national du combo ump-ps. Farce, piège à cons, permettant de diviser pendant que la partie continue à se faire. L’europe aura juste eu un truc de bien pour les mecs à la réflexion nationale, l’acceptation de nos portugais, espagnols, polonais comme des immigrés acceptables. Alors peut être que la mondialisation leur permettrait d’accepter le reste des humains comme acceptables, pour peu qu’on leurs propose un alien à 3 yeux. Asservis par leurs semblables, mais un étranger à hair. Et on sera reparti pour un tour.


              • Lorelei Lorelei 10 août 2011 18:24

                les gens les plus héroiques sont des manifestants qui ne violent pas ne tuent pas ne saccagent pas et si ne pas faire ça c’est etre mou, ok alors soyons mou...


                • Cosmicray 10 août 2011 18:37

                  Quand c’est mou ca rentre comme dans du beurre, ca doit etre pour ca qu’ il y a une régression des acquis sociaux, en face ils rigolent en nous enfumant, ils ont tout leur temps pour que ca finnisse pas passer.


                  • yvesduc 10 août 2011 19:45

                    La « vraie rébellion » n’est nulle part ; on remercie la télé anesthésiante et les intellectuels mous. Les classes déshéritées s’attaquent aux classes moyennes ; les riches rigolent ou ne sont même pas au courant !


                    • Asia Asia 10 août 2011 20:06

                      Qui n’a pas de cerveau précisément ?

                      Merci pour les commentaires politiquement corrects, j’en prendrai note quand j’irai applaudir les grandes gueules de la Sorbonne qui pensent EN EFFET savoir manifester. (venez faire un tour, ça vous passera l’envie de vous battre)
                      (pour de vrai, merci aux autres)

                      • Bernie Bernie 10 août 2011 21:08

                        Vous avez oublié le message BBM, que pourtant vous distillez sur d’autres fils à tour de bras. En prenant bien soin de mettre en gras les phrases que l’on doit comprendre. Vous êtes trop bon, traduire cette logorrhée eut été pour moi, comme être devant des hiéroglyphes d’un autre monde.
                        Merci encore, phare céleste, d’avoir interrompu vos vacances, tel notre président si aimé, pour venir nous instruire, nous qui le méritons si peu. 


                      • Pie 3,14 10 août 2011 21:23

                        C’est bien, vous progressez, vous avez réussi à écrire 10 lignes avec seulement deux fois le mot bourgeois...


                      • Pie 3,14 10 août 2011 21:52

                        N’inversez-pas les rôles, ce n’est pas moi qui suis obsédé par le mot bourgeois. C’est même votre seule grille d’analyse en matière sociale.

                        Vous usez et abusez de ce terme que vous accomodez à toutes les sauces au point d’en faire un tic de langage qui ne signifie plus rien.


                      • Bernie Bernie 10 août 2011 22:08

                        Punk oui, mais alors, sans les diplômes. Trop punk à l’époque. BEP mécanique générale, 20 ans d’imprimerie, recyclage à 40 balais dans les télécoms, parcours parfait pour l’exemple du « quand on veut trouver du boulot, y en a », mais bon bien conscient de n’être qu’un esclave d’une société bien minable. Pas de baisage à couilles rabattues, aucune possession propre, même pas de codevi. Je vais même pas aller casser la boutique de smartphones, j’en veut pas.

                        Ah si, un appareil photo, un peu sympa... Donc si tu entends parler d’un rassemblement pour une boutique photo via BBM, fais moi signe. Voila tu sait tout mon amaury d’amour.

                        Si c’est censé me faire bondir, l’allusion du transfuge mitterand, tu te fourvoies, rien ne m’indiffère autant que la gauche, à part la droite. Enfin, moi je voyais plus le neveu, mais si tu préféres le vieux, ok.


                      • Pie 3,14 10 août 2011 22:11

                        Les termes bourgeois ou petit-bourgeois renvoient à des définitions précises. J’ai été un lecteur assidu de Bourdieu et j’adhère à son point de vue exprimé dans « la distinction ».

                        Vous employez sans cesse ces termes au gré de vos humeurs sans y mettre les mêmes choses ni les définir comme...un anarchiste de droite précisement.

                        Pour vous, le bourgeois, c’est celui qui vous énerve.


                      • Pie 3,14 10 août 2011 22:54

                        Je n’aime pas Philippe Muray, trop de caricature, trop d’effets, pas de rigueur, il se regarde écrire, un pamphlétaire plutôt réac qui écrivait bien mais pas un penseur.

                        Que vous citiez Léon Bloy ne m’étonne pas . Ce furieux catho iconoclaste décrit bien certains travers de son temps, il est aussi souvent à côté de la plaque. J’ai lu il y a longtemps ses« lieux communs », il m’avait autant fait rire qu’exaspéré.

                        En somme pas de surprise, vous êtes bien dans la contradiction de l’anar de droite qui dénonce l’individualisme consumériste et l’égoïsme sociétal mais se vit en individualiste forcené.
                        Cela donne généralement une détestation de l’air du temps, un goût pour la contradiction et beaucoup de méfiance envers les groupes. 


                      • papi 11 août 2011 00:41

                        bernie

                        Votre CV sent l’embrouille à plein nez !! seriez pas plutôt dans l’enseignement ??


                      • Bernie Bernie 11 août 2011 01:33

                        Ah non, juré papi, 42 berges, un BEP, l’armée (10 RG spire, 89/12), Hélio dans l’imprimerie, pendant 19 piges, Toluène, soude, acide sulfurique. Tentative de rêve américain sur le coin. Maison dans un golf de la banlieue de mon taf. 700 m² à l’américaine, sans barrière. Bof VDM,

                        Après, envie de reprendre le peu qu’il me reste, alors, t’y crois pas, tant pis. Je suis un prof agrégé en fin de carrière, je touche 5000 € par mois pour 10 heures de cours, je fume la pipe et je me balade en veste en velours sur un col roulé si tu veux. M’en fout.

                        Mais pas de nains dans mon jardin !!!! Ou je tire !


                      • Bernie Bernie 11 août 2011 02:18

                        Merde, j’ai pas de jardin ! D’un autre coté, quand je serai je passé au crématoire, l’intérêt du jardin, mouaif. Je confirme, pas de jardin, et surtout, jamais de jardin, beurk, passer ces we à tondre... Rien, je ne suis rien, 1 sur 7 milliards, et si on compte depuis qu’ homo « sapiens » a trouvé moyen de foutre sur la gueule de son voisin, encore moins.

                        Je suis le bout d’ongle incarné du hamster qui fait tourner la roue mondiale. Je suis l’ongle incarné de Jack. (Fight Club).


                      • gonehilare gonehilare 10 août 2011 20:58

                        Lu sur Marianne 2 :
                        "....To shop or not to shop, this is the question. Les boutiques sont ainsi devenues des « pharmacies du social » remplies de médicaments censées pouvoir guérir les maladies de nos vies en commun » 
                        Des indignés indignes qui se font une petite thérapie de groupe en somme.... 

                        • Croa Croa 10 août 2011 23:51

                          Il n’y a pas de vraie rébellion !

                          - Nous avons eu les indignés, finalement minoritaires et plutôt sages.

                          - Nous avons aujourd’hui la colère des banlieues anglaises mais colère n’est pas rébellion. Pour se rebeller il faut des repères fiables et savoir ce que l’on fait. Ces jeunes sont conformes à la majorité, voire une caricature de la majorité : Leurs repères c’est foot, télé et marques telle cette célèbre virgule sur les godasses des noirs. Leurs problèmes c’est privations de tout, de boulot, de consommation et donc de reconnaissance mais ces gens sont incapables de savoir pourquoi ils sont punis. De fait ils en ont une très vague idée d’où cette colère qui s’exprime contre le voisin tout simplement.

                          Une vraie rébellion serait salutaire mais allez expliquer ça à ces brutes qui ne lisent pas AgoraVox !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès