Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > En Allemagne, le multiculturalisme est mort

En Allemagne, le multiculturalisme est mort

Angela Merkel en difficulté dans les sondages a cru bon de déclarer la fin du « multiculti » lors d’un congrès de son parti. Elle rompt avec une ligne modérée pour tenter de séduire une opinion publique de plus en plus persuadée de l’échec de l’intégration des immigrés en Allemagne. Mais les faits lui donnent-ils raison sur le terrain ?

Dans un premier temps, ma réaction a été de ne pas prêter attention à l’exposition, « Hitler et les Allemands. Le peuple et le crime ». Les Allemands en font trop, me suis-je d’abord dit. Et puis j’ai lu les comptes-rendus faute de pouvoir me déplacer à Berlin, pour finalement changer d‘avis. « C’est un miracle de notre temps que vous m’ayez trouvé parmi tous ces millions de gens ! Et que je vous ai trouvés, c’est la chance de l’Allemagne  » Adolf Hitler, Nuremberg (1936). Le national-socialisme s’est appuyé sur l’opinion publique allemande, sur la rancune à l’encontre des vainqueurs de 1918, et sur la peur de la crise économique mondiale. Par les objets familiers là présentés, on saisit que beaucoup d’Allemands ont apprécié ou pire vénéré le dictateur : jeux de cartes, lettres d’écoliers, lampes, bustes en bronze et autres éléments de décoration intérieure. Les nostalgiques n’y trouveront pas leur compte. Aucun élément ne rappelle l’intimité d’Hitler, afin de couper court aux critiques éventuelles. La popularité d’Hitler questionne toujours [Libération].
 
La Croix du 18 octobre 2010 relève un phénomène comparable en France, à la même époque. Lors du déménagement de la direction des domaines qui quittait en 2005 un immeuble du quartier de l’Opéra à Paris, on a en effet découvert dans une cave les archives personnelles du maréchal Pétain. Elles sont désormais ouvertes à la consultation au Service Historique de la Défense à Vincennes. Le pétainisme s’y révèle moins comme un mouvement politique raisonné que comme un assentiment collectif. Les 4.500 lettres du fond documentaire saluent les mérites du vainqueur de Verdun, de l’homme providentiel. Beaucoup reprennent les slogans du régime censé défendre les «  vrais Français  ». Aucune ne mentionne les persécutions antisémites ou l‘embarrassante collaboration avec l‘Allemagne nazie. C’est l’opinion commune, qui se rallie comme un seul homme, au Führer ou au Maréchal.
 
Patrick Saint-Paul décrit celle-ci sous sa forme la plus actuelle. L’opinion publique paraît suivre il est vrai de nouveaux mots d’ordre. De nombreux Allemands succombent aux attraits d’une écologie radicale née du combat contre l’énergie d’origine nucléaire. A Stuttgart, on s’oppose à la construction d’une gare très coûteuse. A une centaine de kilomètres au sud-est de Hambourg (Gorleben), on s’apprête à bloquer les trains qui transportent des déchets nucléaires. 16.500 fonctionnaires protègeront les convois et les lignes. «  Le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung et le journal de la gauche berlinoise Tageszeitung partagent le même constat : la révolte citoyenne est le nouveau mode d’action privilégié des Allemands pour bloquer les projets auxquels ils s’opposent entre deux élections locales. À Hambourg, un mouvement citoyen a fait capoter la réforme de l’éducation. Dans le Land de Mecklembourg-Poméranie, on proteste contre l’installation de champs d’éoliennes géantes qui défigurent le paysage. À Berlin, les riverains du nouvel aéroport international BWI protestent contre les plans de vol des compagnies aériennes.  » (Figaro)
 
A priori à l’opposé de l’échiquier politique, Thilo Sarrazin appartient cependant au SPD. Dirigeant de la Bundesbank, il s’est fait connaître dans le passé en tant qu’élu berlinois n’ayant pas sa langue dans sa poche. L’homme a bâti sa popularité en dénonçant la dérive des comptes publics dans la capitale [Berlin paiera], puis en proposant de diminuer les aides sociales destinées aux plus modestes, censés - selon lui - vivre aux crochets de la société. Aux uns il recommandait de manger pour moins de cinq euros, aux autres de s‘habiller plus chaudement plutôt que d‘allumer leur chauffage. Cet été, il a toutefois pris une autre dimension en s’attaquant à un péril qui menacerait l’Allemagne, l’immigration. «  L’Allemagne va à sa perte  », parce qu’elle nourrit en son sein ses propres ennemis, explique l’auteur. Les immigrés se retrouvent dans les marges de la société. Ils ne seraient pas rejetés au sens où l’entendent les tenants de la théorie de l‘exclusion, mais n’admettraient pas de se fondre dans le modèle dominant. Selon Thilo Sarrazin, les Allemands risquent de se retrouver minoritaires et isolés dans leur propre pays [source]. L’auteur ne peut évidemment se targuer d’une quelconque originalité en combinant peur, repli sur soi et condamnation de l’immigration au nom des idéaux et des intérêts bien comptés de la nation (…).
 
Thilo Sarrazin a réuni contre lui un concert de protestations, venu de tous les horizons. Depuis, son essai se vend comme des petits pains. Courrier International estime à 250.000 le nombre d’exemplaires vendus, le Temps à 700.000. L’opinion publique a-t-elle métamorphosé un faux trublion en victime de la censure des puissants ? Les récentes déclarations d’Angela Merkel donnent à réfléchir. Cet été, la chancelière a explicitement demandé l’éjection de Thilo Sarrazin du directoire de la Bundesbank. La semaine dernière, cependant, lors d’un discours devant le congrès des Jeunes CDU, elle a succombé à l‘ambiance. Angela Merkel condamne soudain le multiculturalisme et évoque l’échec des politiques migratoires menées par les gouvernements allemands. L’idée selon laquelle « nous vivons côte à côte et nous nous en réjouissons [a] échoué, totalement échoué  ».
 
Mais qu’est-ce que le multiculturalisme ? Qu’y a-t-il de commun entre les politiques menées en Amérique du Nord sur fond de tensions raciales (Etats-Unis) ou d’opposition linguistique (Canada) et un multiculturalisme européen, plus récent et plus hétérogène ? Les faiblesses du multiculturalisme apparaissent évidemment aujourd’hui de l’autre côté de l’Atlantique. J’en vois deux principales qui interrogent les populations immigrées. Dans quoi se fond-on (réflexion sur le contrat social) ? Est-ce que l’on admet - ou non - que la sécularisation et le relativisme sont des données intangibles ? Taguieff avance cette idée que la communauté musulmane, dans les pays anglo-saxons, ne vit pas seulement en marge. Elle est traversée par un puissant courant antimoderne ; bien plus qu’une philosophie passéiste ou conservatrice [source]...
 
Généreuse en incohérences, la chancelière annonce en même temps que l‘Allemagne a besoin de main d‘œuvre étrangère, pour peu que les immigrés rentrent dans le moule et parlent la langue. Elle se réclame des «  valeurs chrétiennes  » sans préciser lesquelles et sous quelle forme. Les catholiques gardent en mémoire ses remontrances au pape Benoît XVI [source]. En même temps, elle affirme que l‘Islam «  fait partie de l‘Allemagne  ». Par ses déclarations sur la mort du multiculturalisme, la chancelière croit flatter l’électorat conservateur de la CDU - CSU qui lit aussi Thilo Sarrazin [Figaro], tout en tenant le discours de la raison économique, dans un pays vieillissant.Dans cinq mois se tiennent des élections dans le land du Bade - Wurtenberg.
 
Les hommes politiques qui dans le passé ont mis en œuvre le multiculturalisme se taisent. Tous espéraient sans doute que la tolérance naîtrait du relativisme, selon lequel tout se vaut et rien n‘a d‘importance. Entre temps, l’opinion a changé. Plus d’un tiers des sondés souhaitent une Allemagne «  sans Islam  ». La xénophobie, sans progresser formellement s’exprime sans complexe [source]. Les plus virulents se plaignent de l’échec de l’intégration. Mais en Allemagne, un immigré obtient la nationalité si et seulement si il peut justifier d’un lien de sang avec l’Allemagne [1]. Dans l’enseignement public, il est possible à des parents de retirer leurs enfants des cours d’éducation sexuelle, d’empêcher leurs filles de participer aux cours de natation [source]. Dans la rue, les femmes musulmanes peuvent porter un voile intégral. Les imams allemands suivent une formation en Allemagne même, et les cours de religion existent dans de nombreux länder [source]. Toutes choses impensables en France. Le monde politique français, sur le sujet d’une possible certification halal connaît cependant les mêmes questionnements [Le bain acide de la banale modernité].
 
Les musulmans européens feront-ils les frais d’un retournement de l’opinion ? En France et en Allemagne, le repli sur soi menace [source] alors que des faits divers défraient la chronique. En Rhénanie du Nord (Wuppertal), un juge condamne en 2007 à quatre ans de prison un père de famille qui a défénestré sa fille [Rue 89]. Selon Cyberpresse, il y aurait environ un millier de mariages forcés par an en Allemagne. La loi punit pourtant explicitement cette pratique. Les parents visés s’en affranchissent en se passant du consentement des jeunes filles, quitte à les envoyer dans leur pays d’origine. A Cologne, la mairie autorise la construction d’une grande mosquée, quitte à fermer les yeux sur son financement, sur la formation des imams, ou sur la prière non mixte [source]. En France, le sujet s’avère aussi sensible [Mosquées, passion française].
 
Il n’y a néanmoins pas de communauté au sens géographique : en Allemagne se côtoient Turcs, Bosniaques ou Afghans. Beaucoup d’immigrés de confession musulmane proviennent des campagnes et se sont installés dans les métropoles, sans maîtrise de la langue et sans diplômes. La situation des Kurdes d’Allemagne illustre tout à fait ce décalage [source]. Les affinités et les obédiences varient (chiites ou sunnites). Et toutes les tensions propres à leurs pays d’origine se répercutent sur place [La voie turque contre l‘impasse ottomane]. En témoignent les tensions entre organisations cherchant l’adhésion de tel ou tel groupe, dans une logique concurrentielle qui met de côté les plus ouverts sur l’extérieur [source].
 
Serge Truffaut, dans le Devoir regrette que l’on consulte davantage les politologues que les sociologues. Ceux-ci ont établi un lien direct entre éclatement identitaire et individualisation des comportements. «  Autrement dit, l’adhésion à un socle commun de valeurs et de cultures est plus hasardeuse ou difficile qu’elle ne l’était dans les années 60 ou 70. Qui plus est, quels étaient en France, terre d’immigration par excellence en Europe, les réseaux facilitant l’intégration des étrangers ? L’école, le service militaire et les syndicats. Bref, tous les membres de l’Union européenne (UE) devraient tripler les budgets de l’éducation, réinstaurer (sic) le service militaire et syndiquer tous les salariés. Bonjour l’ambiance !  » J’incorporerais pour ma part uneautre évolution, l’étalement urbain et l’homogénéisation spatiale.
 
Qui a influencé les décisions gouvernementales ici décriées ? L’opinion publique, au secours… 
 
PS./ Geographedumonde sur l’Allemagne : Après l’Or du Rhin, l’argent des lacs de Saxe.
 
Incrustation : Image de propagande, figurant Hitler dans la foule, à l’annonce de la guerre en 1914.
 
[1] Voir cet article du Monde Diplomatique : "Le droit du sang prime encore en Allemagne".

Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 21 octobre 2010 10:09

    Bon papier, bien documenté
    Angela Merkel surfe hypocritement sur la vague, en sachant que le pays va avoir de plus en plus besoin de main d’oeuvre étrangère . Un grand besoin de cadres notamment..
    L’Allemagne m’inquiète....

    -Schwarz auf Weiß avait déjà dénoncé le racisme en Allemagne. Des violences contre des immigrés, turcs notamment, dont les industriels avaient et ont besoin, ont déjà eu lieu depuis des années, notamment des meurtres xénophobes.
    _________-Mais, depuis quelques semaines, il semble que l’on ait franchi une étape nouvelle, l’exemple venant de haut. Posture « décomplexée » d’un membre de l’institution : l’affaire Sarrazin, « héros populaire » pour der Spiegel, qui a dû finalement démissionner de la Bundesbank pour les propos qu’il a tenus, vient au premier plan de l’actualité , comme révélatrice d’un mouvement de fond et des clivages de la société allemande.
    Il n’en était pas à ses débuts :"...
    Thilo Sarrazin, ce sexagénaire moustachu, a accumulé ces dernières années les déclarations sulfureuses.Lorsqu’il était responsable des finances mal en point de la ville de Berlin, le social-démocrate défrayait la chronique avec des sorties sur les plus pauvres, très nombreux dans la capitale allemande. Il avait concocté un menu pour prouver aux bénéficiaires de l’aide sociale qu’on pouvait se nourrir de façon équilibrée avec 4,50 euros par jour. Plus tard, il conseillera aux plus modestes, face aux augmentations des charges locatives d’enfiler un pull et de baisser leur chauffage..."
    -Bien que réprouvé d’abord par A.Merkel, ses sorties xénophobes finissent par amener le chancelière à durcir son discours sur l’immigration, à surfer sur la vague


    • Yvance77 21 octobre 2010 11:03

      Bonjour,

      Le sujet est délicat, et toute la question est les gens d’origine diverses ont-ils envie de vivre ensemble. Il semblerait que « oui » mais à la condition express de ne pas dépasser un seuil d’acceptabilité. Et cela vaut pour tous.

      Prenons le cas de l’Algérie. 150 de colonialistes et ces derniers ont voulu récupérer leurs terres, culture, etc ... (je fais trés court pas le temps). Et c’était en soi légitime. Quand le France est devenue trop présente, il y a eu rejet. Et que les algériens aient voulu reprendre ce qui était à eux ne me trouble pas, bien au contraire.

      Maintenant en Europe il en va de même, il y a eu une immigration paisible, et réussie. Mais des développements contre-nature post-immigration ont fait que le rejet prenne désormais le pas, sur l’acceptation. Je peux le comprendre aussi.

      Mais bon, tout ceci est tout de même issu d’une crise majeure, et principalement financière.

      A peluche


      • manusan 21 octobre 2010 11:04

        En France, le multiculturalisme marche très fort en ce moment, la preuve on a désormais des intifadas à chaque manifestation pacifique.


        • morice morice 21 octobre 2010 11:09

          de la rivière « Enseigne la géographie post-bac et hors-fac »



          précisons :

          Bruno Judde de Larivière
          Aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan - c’est le nom officiel - je me partage depuis septembre 2003 entre l’Ecole Militaires Inter Armes et l’Ecole Spéciale Militaire. Dans la première je dispense un cours de culture générale géographique : sensibilisation aux déserts, connaissance des risques naturels (inondation et tremblements de terre), et géographie urbaine : les mégalopoles du Sud et les effets de la périurbanisation au Nord. Aux Saints-Cyriens, je délivre un cours sur la guerre civile, comme illustration de l’importance des facteurs géographiques, que j’ai à coeur de replacer au centre de l’apprentissage de l’art militaire. Pour l’heure, mes deux ’sujets’ sont la guerre de Sécession et la guerre d’Espagne. En complément, quelques heures dans un séminaire transverse sur les corps expéditionnaires français.

          • armand armand 21 octobre 2010 11:22

            morice,

            Et alors ?
            Vous n’aimez pas, vous, quand on vous ressort votre carrière au lieu de débattre de vos arguments.
            Vous m’accusez parfois d’antibolchevisme archaïque, mais je constate chez vous des préjugés anti-militaires qui frisent parfois la caricature.


            • non666 non666 21 octobre 2010 13:06

              Plusieurs choses sur l’Allemagne, que je connais tres bien.
              J’y ai vecu 13 ans.

              1) La repentance ad vitam eternam est finie.
              Si officielement on s’auto-flagelle toujours sur la seconde guerre mondiale, le comportement d’israel avec ses palestiniens, celui de la Turquie avec ses kurdes, ses armeniens , celui des etats unis avec leur gencide de 20 000 000 d’indiens relativise beaucoup la culpabilisation.
              On ne juge que les perdants, c’est bien connu.

              2) L’Allemagne, COMME TOUS LES PAYS d’EUROPE DU NORD en a marre de payer pour les delire « droit de l’hommiste » , la demagogie tiers mondiste des « autres » et en particulier d’une certaine gauche française. C’est cette gauche qui a fait retirer de la constitution europeenne les references chretiennes et empecher qu’on definisse tres clairement les frontières reelles de l’Europe. Y compris ses territoires occupés...(Chypre, Thrace )

              3) La periode Jorg Haider, en autriche a eu beaucoup de resonance en Allemagne.
              Les passages qui etaient filmés en France et ou les nationalistes disaient tres clairement « nous ne voulons pas ressembler a ça » ont eu beaucoup d’echo.
              Les emeutes de 2005 et tout ce qui a precédé (et suivi) ont fait le reste.
              Je rappelle qu’on brule plus de voiture , chaque semaine en France, que dans toute l’Europe reunie....
              Il suffit de suivre les liens sur « french riot » pour lire ce que les presses etrangères decrivaient sur ce qui se passait en France.

              4) La prise de controle de l’Europe par les interets anglo-saxons, la finaciarisation des pouvoirs et l’hostilité qu’a suscité l’Allemagne en voulant reglementer les effets leviers sur les speculations sur les monnaies montre bien que les elites allemandes ont pris conscience des menaces.
              L’Ennemi n’est plus a l’est , mais parle tres clairement anglais.


              5) La redefinition de l’Europe (simple projet auquel tout le monde pourrait adherer) APRES que les electeurs l’ai validé (en ayant compris Europe geographique....) montre bien le sentiment de trahison de rupture de contrat apres signature qui commence a se repandre.
              La basculement de la France de Sarkozy du camps de la resistance aux interets des doigts crochus anglo-saxons vers le camps de la colaboration laisse l’Allemagne seule.
              Seulement maintenant , elle est le leader incontesté de l’Europe economique et avec le demantelement de l’outil centralisé français et de ses champions industriels, vendus aux copains, l’Allemagne va etre OBLIGE de prendre en charge son poid politique et son leadership.

              6) Avec une Europe reunifiée et 150 millions de travailleurs europeens de l’est en reserve , la question qui est clairement posée est : pourquoi garder les africains ?
              Die ’gastarbeiter’ (les travailleurs INVITES) n’ont plus vocation a restter, pour les allemands.
              Ils ont choisie l’Europe, pas la creation d’une « Europe-mediterannée » qui cache difficilement le subterfuge pour faire entrer Israel et la Turquie et un deversoir de travailleurs bon marché africains.
              Ces questions la sont clairement posées en Allemagne et meme si la racaille qui controle les medias en France ne veux pas aborder, le sujet, il s’imposera aux moment des urnes.

              7) On ne peut pas avoir soutenu le droit des peuples a disposer d’eux memes « chez les autres » et se l’interdire a domicile. Le « Chacun chez soi », c’est valable a Jerusalem, a Alger, mais aussi a Aulnaye. Un jour ou l’autre, de grès ou de force, le sujet de la decolonisation « chez nous » se posera aussi. Ou alors on attends patiement la guerre civile.








              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 octobre 2010 14:24

                Les droits de l’homme ne sont pas une idéologie parmi d’autres, mais le fondement du droit européen et de la constitution française. 


                Que vous ne soyez pas d’accord avec les droits de l’homme est une chose , mais que vous récusiez, en baptisant idéologie ces droits, la constitution en est une autre...Il vous reste à changer cette dernière. Bon courage 

              • non666 non666 21 octobre 2010 17:15

                Oui, mais l’Europe ne se limite pas qu’a sa « definition legale » ou a ses droits de l’homme.

                L’Europe, n’en deplaise a la caste des juristes c’est aussi des peuples, des coutumes , des traditions et des frontières.

                Il y a ceux avec qui on veut « vivre ensemble » , question qui a été posée a l’origine de la creation de l’Europe et ceux qui s’invite dans l’ensemble desormais créée et redefinit apres coup.
                Certains escrocs politiques inspirés par les francs maçons et les differentes forces de la mondialisation esperent nous lier les mains avec des traités signés sans notre consentement.

                C’est un bien faible lien , en vérité.
                Quand commenceront les boucheries , ils monteront a l’echafaud en pleurnichant.
                « On ne savait pas ! » jureront ils.

                « A mort les traitres » criera la foule en colere.


              • Yvance77 21 octobre 2010 18:15

                Purée Sylvain mais vous êtes complètement à l’Oest sur ce coup.

                Voilà un gus (non66) qui vient clairement vous exposer une vision autre que celle de France, et vous balancez ça aux orties.

                On peut le lire, l’écouter, le comprendre même, et discuter sur des points litigieux enfin !

                Le gars en plus (encore non66 donc) à vécu quelques piges là-bas, je suppose que la langue il la cause, et en comprend les subtilités, donc cela en fait quelque part un gars un poil crédible.

                Je ne dis pas qu’il possède la vérité vraie sur ce coup ... je dis ça à la mérite de poser des vraies questions qui méritent qu’à un moment on s’y penche aussi et, voir si nous sommes de ce côté de la frontière aussi con que ça, ou si on peut discuter à la marge ou pas.

                A peluche


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 octobre 2010 14:19

                « Mais en Allemagne, un immigré obtient la nationalité si et seulement si il peut justifier d’un lien de sang avec l’Allemagne [1]. »

                Ceci n’est plus exact depuis la réforme du code de la nationalité en 2000 (gouvernement Shröder) :

                Les étrangers acquièrent le droit à demander la nationalité allemande au bout de 8 ans de résidence ( durée de séjour minimum plus courte pour les conjoints de ressortissants allemands). Les conditions sont les suivantes :
                  - connaissance suffisante de l’allemand
                  - impunité 
                  - fidélité à la constitution. 
                  - Moyens de subsistance. 

                • non666 non666 21 octobre 2010 14:29

                  Justement c’est cette loi la et « l’asylrecht » qui sont aujourd’hui remis en cause en Allemagne.

                  La France est justement citée pour ce que l’Allemagne ne veut pas devenir, une colonie africaine.
                  Enterrer le dossier, ne pas le regarder en face et croire qu’en n’en parlant pas, les electeurs se decideront sur autre chose est une grave erreur.
                  Le sujet est la et bien la.
                  Et comme , perdu pour perdu, Sarkozy est pret a utiliser toutes les armes pour s’en sortir( obliger TOUTES LES droites a se rassembler derriere lui), il va ressortir de lui-meme, le sujet tabou.


                • fonzibrain fonzibrain 21 octobre 2010 14:23

                  les extrémistes juifs veulent la guerre civile en europe


                  lisez cela, vous allez voir c’est stupéfiant 


                  Un rabbin US : les Juifs Britanniques devraient soutenir l’organisation d’extrême droite EDL

                  et surtout cela, ou on apprend que riposte laique est une officine sioniste qui pousse à la guerre civile, avec un article surréaliste de ynet qui nous dit en substance que comme nous (les européens) avons exterminé les juifs, ces derniers se vengent en faisant en sorte que musulmans eurpéens et chrétiens européns se battent dans une guerre civile


                  un dernier pour la route, un rabbin nous dit que " les gentils ( les non juifs ) n’existent que pour servir les juifs, l’extrémisme de ce rabbin est sa franchise



                  REIVEILLEZ VOUS, RENSEIGNEZ VOUS SUR L’EXTRÉMISME JUIF, il est bien plus dangereux que l’islamisme


                  PAS DE GUERRE CIVILE EN EUROPE

                  • armand armand 21 octobre 2010 14:24

                    Il manquait que le dernier des crétins, No-Brain.
                    On est rassurés - il est toujours là, pondant sa petite bouse quasi-surréaliste !


                    • fonzibrain fonzibrain 22 octobre 2010 17:31

                      armand

                      moi je n’invente rien, lis les articles banane !!!!!!!



                    • Voltaire Voltaire 21 octobre 2010 14:32

                      Article intéressant, sujet complexe...

                      A juste titre, vous soulignez la remarque indiquant que l’on consulte plus les politologue que les sociologue sur ce sujet. La coexistence de cultures très différentes, en l’absence de mélanges, de mixité au niveau des individus, mène inexorablement au conflit. Toutes les minorités ghétoisées, c’est à dire non-intégrées, ont toujours subies des rejets vigoureux au cours de l’histoire.L’ensemble des pays nordiques, et pas uniquement l’Allemagne, ont constaté l’échec de cette politique de coexistence non intégrative. Encore faut-il différencier le multiculturalisme au niveau national, c’est à dire cette coexistence de cultures différentes qui ne se mélangent que peu, et le multiculturalisme individuel, résultat d’une intégration sans coupure des racines, qui semble lui infiniment plus efficace.

                      L’exemple américain est à ce titre intéressant : jusqu’à très récemment, l’immense majorité des immigrés et les générations suivantes présentaient aux Etats-Unis un double attachement fort à la fois au nouveau pays d’adoption et à leurs origines culturelles originales, y compris pour des personnes de provenance moyen-orientale. Seule la crispation récente après 2001 a eu pour effet de provoquer des replis identitaires.
                      En comparaison, le modèle français d’intégration a lui été pris pour exemple par les pays nordique comme système plus viable à long terme par certains politiques, jusqu’à ce que là aussi les crispations provoquées par divers facteurs socio-économiques et politiques remettent en doute ce système.

                      Dans ce contexte, il me semble que la réaction de Mme Merkel, comme du ministre Turc des affaires étrangères me semble t-il, sont de bons sens : l’islam, comme d’autres éléments culturels, fait maintenant parti de l’Allemagne et des autres pays européens. Mais un immigré ne peux s’isoler dans son pays d’adoption en n’en n’apprenant pas la langue et en se coupant par ses exigences ou ses comportements de la culture de ce même pays d’adoption.

                      Dans votre phrase de conclusion, vous soulignez l’importance de l’urbanisation dans ce multiculturalisme d’exclusion. C’est effectivement un élément clé : selon que celle-ci est bien ou mal menée, elle conduit à l’intégration ou à l’exclusion. En France, l’impossibilité pour les organismes HLM par exemple de favoriser la mixité sociale et culturelle en utilisant des critères d’origine est totalement contre-productif et conduit à ces ghétoisation culturelles. Et nous devons aussi reconnaitre que sans effort plus important dans l’éducation primaire, mais aussi dans la lutte contre les discrimination, nous prenons un risque élevé, innacceptable d’exclusion de nombreux jeunes issus de l’immigration.
                      En matière d’intégration, les efforts doivent être faits par les deux parties, de façon équilibrée ; c’est la condition d’une société intégrée et appaisée.


                      • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 21 octobre 2010 23:32

                        @ Voltaire :

                        Excellent commentaire dont je retiens notamment ceci :

                        " Dans ce contexte, il me semble que la réaction de Mme Merkel, comme du ministre Turc des affaires étrangères me semble t-il, sont de bons sens : l’islam, comme d’autres éléments culturels, fait maintenant parti de l’Allemagne et des autres pays européens. Mais un immigré ne peux s’isoler dans son pays d’adoption en n’en n’apprenant pas la langue et en se coupant par ses exigences ou ses comportements de la culture de ce même pays d’adoption. « 

                        Madame Merkel n’a jamais dit que le »multiculturalisme était mort« , elle a déclaré »qu’il avait échoué« ( gescheitert ) ! Donc nuances !

                         » Der Multikulti-Ansatz sei « absolut gescheitert », sagte Merkel auf dem Deutschlandtag der Jungen Union in Potsdam. "

                        On peut ajouter par ailleurs que sans efforts d’intégration, l’immigré ne contribue pas à enrichir le multiculturalisme de son pays d’accueil et c’est exactement ce qu’a dénoncé Madame Merkel.

                        Les déclarations de la Chancelière n’ont aucune connotation raciste ou xénophobe, ce ne sont que des propos opportunistes destinés aux électeurs de la CDU et plus encore à la CSU (branche bavaroise du parti, située plus à droite sur l’échiquier politique). Madame Merkel est en perte de vitesse dans les sondages, par conséquent il est de bon ton de rassurer les électeurs de la CDU-CSU.


                      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 octobre 2010 14:35

                        Madame Merkel n’a pas voulu dire, par sa condamnation du multiculturalisme relativiste, qu’il fallait refuser les musulmans, comme l’avait demandé Seehoffer, ministre président de Bavière, mais qu’il fallait renforcer la mixité intégrative selon les valeurs démocratiques.


                        De même son candidat devenu président de la république allemande, Wulff, à déclaré que l’islam faisait partie de la culture allemande comme le christianisme devait faire partie de la culture turque dans son discours devant le parlement Turc, discours applaudi par les membres du gouvernement de ce pays (!).

                        Ne faites comme NS : faire dire à Madame Merkel ce qu’elle n’a pas dit et plus généralement mentir sur l’Allemagne pour mieux justifier sa politique.

                        Hildesheim (Basse-Saxe)

                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 octobre 2010 14:44

                          J’ajoute que la question de la formation des imams en Allemagne est posée par Madame Merkel d’autant que la séparation entre l’état et les religions n’existent pas en Allemagne au même titre qu’en France. L’état finance, via l’impôt d’église, les religions et l’enseignement religieux est intégré à l’école publique. Or il n’y a aucune raison constitutionnelle d’en exclure l’islam, ce qui est pourtant le cas jusqu’à présent.


                          Hildesheim.

                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 octobre 2010 14:44

                            N’existe pas , avec mes excuses


                            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 octobre 2010 15:17

                              Enfin et surtout du fait de sa démographie, l’Allemagne a un besoin impératif de travailleurs qualifiés étrangers, turcs ou venant de pays de l’est, sauf à délocaliser dans ces pays. Ce que son image de marque industrielle dans ses marchés extérieurs exige qu’elle fasse le moins possible.


                              Or elle a un gros problème aujourd’hui : Il y a plus d’émigration hors d’Allemagne que d’immigration du fait, en partie, que les travailleurs étrangers qu’elle a formés retournent dans leur pays d’origine avec une excellente réputation sur le marché de l’emploi. Madame Merkel et les grandes entreprises allemandes veulent donc conserver, voire revaloriser cette main-d’oeuvre et même reconnaître les diplômes étrangers ; ce sont plutôt les syndicats allemands qui font de la résistance sourde.

                              Seuls les politiciens populistes relayés par la Bild-Zeitung manifestent une opposition ouverte, mais je peux vous dire qu’ils ne font pas la poids devant le manque criant de travailleurs spécialisés dont souffre l’industrie allemande. De plus ce manque provient aussi d’un échec de la société allemande à permettre aux femmes de travailler et de faire carrière, alors qu’elles sont , de plus en plus, largement plus diplômées que les hommes !

                            • CAMBRONNE CAMBRONNE 21 octobre 2010 15:05

                              MERCI à Morice d’avoir attiré mon attention sur les fonctions exercées par l’auteur aux écoles de saint cyr coëtquidan .

                              Je crois que votre intention Morice était de le discréditer par le seul fait d’enseigner dans une école militaire et de plus de parler de la guerre civile .

                              La guerre civile est un aspect de la guerre qui mérite d’être enseigné et cela ne veut pas dire qu’on prépare particulièrement les futurs officiers de l’armée française à combattre dans les cités ou ailleurs un ennemi intérieur .

                              Vous en êtes encore malgré votre jeune age au concept du militaire, gueule de vache, briseur de grève qui tire sur le bon peuple affamé .

                              La dernière fois ce fut en 1947 lors des grèves insurrectionnelles menées par le PCF et ce fut jules Moch ministre socialiste qui en donna l’ordre .

                              Donc ne rêvez pas Morice et ne diffamez pas sans savoir .

                              Vive la république quand même .


                              • non666 non666 21 octobre 2010 18:28

                                Ce a quoi on rajoutera que NE PAS se preparer a des scenarios de guerre civile , de combat de rue, d’insurection, aujourd’hui serait une vraie erreur.

                                Les combats de rue, parce que presque tous les conflits modernes en fond un theatre d’operation comme les autres.
                                Les scenarios de guerre civiles, parce qu’on ne peut pas imposer des populations a d’autres sans s’attendre a des recations, à un moment ou a un autre.
                                La racaille qui veut la mondialisation financiere a SES interets, les peuples ont les leurs.

                                Apres on adhere ou pas à la lutte des classes si l’on veut en rajouter.
                                Ce qui est sur, c’est qu’aujourd’hui on impose des concurrents moins disants sociaux aux travailleurs d’europe deja en concurrence entre eux.
                                Ces mercenaires arrivent SANS l’accord des populations autochtones dans un véritable systeme de colonisation et de destructuration des solidarités nationales et culturelles.

                                Il y aura donc inevitablement une guerre pour savoir qu’elle sera la norme dominante.
                                L’interet des doigts crochus est bien sur de mettre tous les peuples en concurrence , sans cohesion intrinseque qui puisse leur etre opposé.
                                Eux aussi il faudra bien s’en occuper, à un moment ou a un autre.
                                Leurs relais francs maçons egalement , eux qui travaillent comme des rats, dans l’obscurité, pour nous imposer leurs decisions sans nous consulter.

                                Cecid dit, ne nous faisons pas d’illusion. L’armée aurait des difficultés a aligner plus de 10000 h, vu ce qu’elle a deja comme astreinte outre mer.

                                http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-inquietante-derive-vers-la-preparation-d-une-guerre-totale-contre-les-territoires-perdus-de-la-republique-58476120.html

                                Avec 10000 CRS et gendarmes mobiles on a a peu pres tout ce qu’il reste en fond de tiroir....
                                ...et les -50 000 h annoncé par surprise par Sarkozy APRES son election ne sont pas encore tous partis.

                                Entre la France eternelle et les barbares, il reste 20 000h....bien seuls


                              • CAMBRONNE CAMBRONNE 21 octobre 2010 20:43

                                Salut triple 6

                                Analyse pessimiste mais lucide , en tout cas c’est plausible .

                                Je dis et redis à ceux qui veulent bien m’écouter que si un jour , ils s’y mettent tous on sera bien dans la merde .

                                Vive la république quand même


                              • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 21 octobre 2010 15:14

                                Sylvain,
                                Votre remarque est tout à fait justifiée. J’aurais parfaitement tort de réduire la chancelière à sa déclaration sur le multiculturalisme. Simplement, il y a un contexte (le bouquin de Thilo Sarrazin), des faits valables dans le reste de l’Europe et en Amérique du Nord (tensions entre population « de souche » et population immigrée).
                                Et puis, il y a l’opinion publique. Il me semble - au passage - que le mérite premier du système démocratique est d’offrir grâce au droit de vote un contre-poids à celle-ci. Or, si Angela Merkel va plus loin que sa pensée et met fin au multiculturalisme, de nombreuses difficultés se présenteront : reconnaissez de ce point de vue là que les plus extrémistes verraient d’un bon oeil une politique de rejet des immigrés jugés incapables de s’intégrer... (Sans discussion préalable des critères de sélection, cela va sans dire !)


                                • Triarii Triarii 21 octobre 2010 15:44

                                  Je ne vois pas comment quelque chose qui n’a jamais existé (sauf dans les fantasmes de quelques égarés) pourrait mourir...


                                  • LOVE 21 octobre 2010 17:44

                                    L’Europe comme la France a mis des siècles à se construire. Des larmes, des guerres, du sang...nous avions quelque chose qui tenait à peu prêt la route. Aujourd’hui, aprés 4 ou 5 décennies tout est remis en question par l’apport de cultures incompatibles avec notre maison commune.
                                    cet apport est une colonisation de peuplement et idéologique qui remet en cause notre construction si chèrement acquise contre nous mêmes.
                                    Nations contre Nations, peuples contre peuples, blancs contre rouges, protestants contre catholiques...


                                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 octobre 2010 17:49

                                      « Elle a beau »surfer sur la vague xénophobe« dans l’esprit des aveugles, elle ne fait que rejoindre la constatation de l’opinion publique. »


                                      Ce commentaire est fallacieux : elle veut la mixité et l’intégration et pas le multiculturalisme. L’industrie allemande, en plein Boum, a trop besoin des travailleur étrangers. Si certains dans son parti sont xénophobes certainement pas elle, ni ceux qui financent son parti...

                                      • LOVE 21 octobre 2010 18:08

                                        mixité et intégration ?
                                        elle pourrait choisir alors un peu mieux ses immigrés.
                                        nous avons vu le LONDONISTAN ... et cela se multiplie partout !


                                        • COVADONGA722 COVADONGA722 21 octobre 2010 18:49

                                          yep on remarqueras que le seul qui reproche son cursus à l’auteur est l’innénarable professeur morice, prof qui sois dit en passant c est barré de devant les sauvageons car
                                          n’ecoutant que son courage qui ne lui disait rien.Pour le reste madame Merkel surfe ?
                                          elle surfe sur quoi sur la volonté populaire mon bon , les memes qui reprochent a Sarko de
                                          ne pas écouter le peuple , reproche àMerkel de l ’ecouter ?Hé hé faut vous y faire les
                                          bisounours les peuples d europe ont identifié l ennemi et vous en etes pour ce qui
                                          est de la France.Que cela vous plaise ou non les prochaines luttes se teinteront d identitaire
                                          ce que vous trouvez bon pour les autres nous serait interdit à nous les « sous-chiens » pas vrai ? ben c est rapé
                                          Le dormeur c’est éveillé


                                          • Waldgänger 21 octobre 2010 19:00

                                            Salut Asinus. smiley


                                          • bek 21 octobre 2010 22:00

                                            T’as pas fais caca ce matin ? l’anus


                                          • diego149 diego149 21 octobre 2010 19:39

                                            Les droits de l’homme tout le monde en parle mais personne ne les applique.


                                            • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 21 octobre 2010 19:57

                                              Je ne convaincrai pas les tenants de l’affrontement. Mais peut-être liront-ils ce lien très intéressant, avec extraits sonores très pédagogiques...
                                              http://reversus.fr/2010/10/21/lallemagne-tourne-le-dos-au-multiculturalisme/


                                              • Ibn Taymiyya 21 octobre 2010 20:32


                                                Bonjour

                                                Je n’ai pas tres bien saisi ce que vous entendez , avec la chancelière, par le mot multiculturel ?

                                                 je pense qu’il y a une confusion , qui risque de nous induire en erreur sur la nature du problème , qui au fond est identique , le statut des minorités non occidentales dans les systèmes démocratiques.

                                                 Définiriez vous la Belgique ou la Suisse par exemple comme des systemes évoluant à l’intérieur d’un cadre multiculturel sachant que les institutions dans ces deux pays sont organisées sur des bases communautaires linguistiques et géographiques ? Le cas belge est d’ailleurs très actuel, quelque un penserait à décréter le mode belge comme un échec du multiculturalisme vu le conflit qui oppose deux blocs , les Fancophones face aux Flamands ?

                                                 De quoi parle t on au juste ? de la race , des différences ethniques , de l ’immigration de populations non européennes anciennement dominées ou s’agit il des cultures différentes au sein d’une population ethniquement homogènes ? 

                                                 En quoi un maghrébin « de » France de la seconde génération ou un Turc ayant grandi en allemagne sont ils diffèrent culturellement des société dans lesquelles ils vivent ? Ou situer la différence ?


                                                 quand à la faiblesse supposé du multiculturalisme américain , je pense que c’est un cliché , les Noirs américains sont + nbreux à être mieux formés que les Noirs français même sils sont plus souvent en prison . Ttes choses étant égales par ailleurs.


                                                 Sommes nous sur que la condition de l’echec du modele « muticulti » se trouve dans la différence culturelle incompatible avec ls sociétés d’accueil ?


                                                • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 22 octobre 2010 00:42


                                                  @ Ibn Taymiyya  :

                                                  " Définiriez vous la Belgique ou la Suisse par exemple comme des systemes évoluant à l’intérieur d’un cadre multiculturel sachant que les institutions dans ces deux pays sont organisées sur des bases communautaires linguistiques et géographiques ? « 

                                                  Mais où donc avez-vous lu que les institutions suisses sont organisées sur »des bases communautaires linguistiques«  ???

                                                  Par ailleurs, la langue n’est que l’un des aspects d’une culture !

                                                  Pouvez-vous nous démontrer votre affirmation ?
                                                  Voir ici la Constitution fédérale de la Confédération suisse.

                                                  Dans sa Constitution la Suisse définit ses langues nationales. Toutefois, les institutions ne sont pas organisées sur la base de »communautés linguistiques« , mais d’entités politiques que sont les cantons. Les frontières politiques de ces derniers ne se recoupent pas avec celles des langues. Tous les cantons ne sont pas unilingues. C’est ainsi qu’il y des cantons bilingues, voire trilingue pour l’un d’eux. Je fais allusion ici aux »langues officielles" des cantons.

                                                  Il n’existe pas en Suisse de définitions institutionnelles propres aux communautés linguistiques !


                                                • Ibn Taymiyya 22 octobre 2010 19:06


                                                  Je nai pas été voir le cas suisse dans les textes mais il existe bel et bien des communautés qui se référent à des cultures différentes souvent frontalières , italienne, allemande ou françaises , et ces communautés ont des poids politiques relativement différents sur le Pays Suisse et les populations se regardent en chien de faïence. Mais il est vrai qu a la différence du cas belge les frontières ne reposent pas sur des murs linguistiques.


                                                • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 21 octobre 2010 21:22

                                                  Mais le problème est que la chancelière elle-même ne s’explique pas sur son affirmation (voir au-dessus). A partir de là, on peut effectivement spéculer. Il est évident que vous élargissez le sujet au point de le rendre insaisissable dans le cadre contraint d’un post (allusion à la Suisse et à la Belgique).
                                                  Votre expression de « minorité non occidentale » ne colle pas, me semble-t-il : les populations originaires du sud-est asiatique ne connaissent pas les mêmes difficultés en Europe de l’Ouest... Regardez cet exemple des Vietnamiens de Berlin (héritage de l’ex-RDA)
                                                  http://lecourrier.vnanet.vn/default.asp?xt=xt33&page=newsdetail&newsid=61389
                                                  Maintenant, si vous voulez voir des points communs entre Maghrébins (en France) et Turcs (en Allemagne), il va falloir considérer que l’opposition éculée entre ex-colonisateur et ex-colonisé est largement insuffisante.Je vous renvoie à certains de mes anciens posts. 
                                                  Les problèmes rencontrés par les populations ici considérées tiennent à leur origine géographique (montagnes pauvres), à leur éloignement originel du monde occidental. Quoi de plus proche du Taurus que l’Atlas ?


                                                  • Ibn Taymiyya 21 octobre 2010 22:04


                                                     
                                                    Pourtant vous sembliez avoir défini le multiculturalisme et j’ai beau relire je n’y trouve aucune précison. Dans la bouche des politiques, elle signifie population immigrée non européenne, souvent musulmane. L’opinion comprend de qui il s’agit immédiatement.

                                                     maintenant effectivement on peut différencier les minorités occidentales entre elle et constater que parmi elle certains selon quelques critères relatifs s’en sortent mieux que d’autres , mais cela doit il nous conduire a affirmer par exemple que les Asiatiques sont mieux assimilés que les Noirs ? Rien de tel et bcp de Vietnamiens diplomés tentent leur chance au pays. il existe plusieurs expliquations et intérprétation de la discretion des communatés Asiatiques en contexte étranger ainsi que de leur relative intégration. De même si les communautés maghrebines sont exclues, les raisons objectives responsable de cette exclusion different de raisons pour lesquelles les populations noires le sont. On peut meme aller jusqu differencier les populations noires entre elle et acter ces differences si on veut à tout prix porter la responsabilités sur ces populations. 

                                                     Qt à l’origine géograpique , oui mille fois , il est tjrs + intelligent de faire venir une population riche ( culturellement et économiquement) que pauvre mais rien n’empêche la conjugaison de plusieurs facteurs d’opérer. la pauvreté n’exlclut pas le staut « politique » de l’immigré car la condition pauvre va ici de pair avec l’orgine historique des populations qui quoi que vous en pensiez sont souvent issus du monde anciennement dominés. sinon comment expliquer que les Noirs antillais là depuis des sicècles sont tgrs percus comme des Noirs et rencontrent encore des obstacles ? la pauverté des Noirs se transmettrait elle de génération en génération ? La pauvreté des Aborigenes , des Amérindiens, des Noirs et des Metis d’Amerique du sud également ? Quel est le point commun qui ne varie pas entre toutes ces populations ?


                                                    qt à l’éloignement originel du monde occidental,mwoui, là il faudrait développer un long chapitre mais il se fait tard . une piste peut etre ,les juifs originaires du maghreb sont plus proches des magrebins musulman et pourtant leur trajectoire dans la societé française est tte differente de leur proche musulman.Sur quel base allons nous decider qui est proche qui ne l’est pas et qui établit les critères ???


                                                    • thaumaetopea 24 octobre 2010 12:13

                                                      Qu’est ce que vous m’avez fait rire monsieur Démos... je sais pas ce que c’est qu’un Dark Vador, mais moi quand je vais toucher ma pension aux allocations familiales je suis obligé de faire la queue parce qu’il y a toujours plein de veuves avant moi...
                                                      Madame Hermione Michu, concierge au n°12.


                                                    • thaumaetopea 24 octobre 2010 12:15

                                                      Qu’est ce que vous m’avez fait rire monsieur Démos... je sais pas ce que c’est qu’un Dark Vador, mais moi quand je vais toucher ma pension aux allocations familiales je suis obligé de faire la queue parce qu’il y a toujours plein de veuves avant moi...
                                                      Madame Hermione Michu, concierge au n°12

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès