Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Énergie contre nourriture : 800 millions de mal nourris devront-ils (...)

Énergie contre nourriture : 800 millions de mal nourris devront-ils attendre ?

Alors que toute notre attention est tournée vers le peak oil, l’industrie de l’énergie a trouvé une solution au manque anticipé de pétrole : produire l’énergie avec la biomasse. Le problème que pose cette solution de rechange est la compétition entre les besoins en énergie et ceux en nourriture. Devinez ce qui va l’emporter.

Plus de 800 millions d’êtres humains sont sous-alimentés. L’Unicef estime que la moitié des sept millions annuels de décès d’enfants de moins de cinq ans sont dus à la sous-alimentation. Les ravages causés par une alimentation déficiente touchent plus d’un demi-milliard d’enfants (Du carnivorisme à l’anthropophagie du tiers monde par les riches).

Jusqu’à présent, ce n’est pas faute de nourriture en quantité suffisante, mais plutôt parce que celle-ci est mal distribuée.

Jusqu’à présent.

Bientôt, demain déjà, nous ferons face à un cruel dilemme. Des producteurs agricoles vont se voir offrir un bon prix pour alimenter des usines à énergie. Résultat : le coût de fabrication des aliments va forcément augmenter et nous risquons, en plus, de faire face à des pénuries alimentaires.

On ne le dira jamais assez : le problème de la sous-alimentation n’est pas un manque de nourriture, mais plutôt un problème de distribution de la nourriture produite.

Il faut lire à ce propos le texte du Dr Denis von der Weid (Antenna Technologies) où celui-ci, après avoir expliqué ce qu’est la sous-alimentation, proposait « une instance mondiale unifiée [...] pour débattre et structurer une politique mondiale contre la faim et la malnutrition ».

C’était il y a six ans, déjà. Malheureusement, le texte n’est plus disponible. Mais vous pouvez lire une version pdf (malnutrition.pdf) que j’ai faite, en demandant par avance à l’auteur de m’excuser de ne pas l’avoir contacté.

Denis von der Weid est convaincu que la spiruline, nourriture traditionnelle des Aztèques du Mexique et des Kanembous du Tchad, peut apporter une réponse comme « complément alimentaire pour lutter de façon durable contre la malnutrition » (La spiruline fait des miracles).

Mais encore une fois, si 800 millions d’êtres humains ne comblent pas leurs besoins en alimentation, c’est parce qu’ils n’en ont tout simplement pas les moyens.

Et cela risque d’être encore davantage le cas, nous dit Lester Brown du Earth Policy Institute.

En résumé, Brown explique (vers la dixième minute de sa conférence), que non seulement la hausse du prix du baril de pétrole fait augmenter les coûts de production d’une agriculture fortement dépendante de cette forme d’énergie, mais aussi qu’elle crée un marché pour les biocarburants.

Déjà depuis cette année, nous dit Brown, le marché commence à prendre le relais des supports gouvernementaux dans la production et la commercialisation des biocarburants. C’est donc dire que ceux-ci sont devenus rentables.

Brown est convaincu qu’il est possible de réduire considérablement notre dépendance envers le pétrole et les énergies de remplacement que sont les biocarburants, grands consommateurs de productions agricoles détournées des besoins en alimentation.

Nous avons le choix : ne rien faire, et laisser se détériorer la malnutrition, ou alors préparer un monde où toutes nos énergies seront vraiment consacrées à l’éliminer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • LE CHAT (---.---.75.49) 29 novembre 2006 10:49

    40% de la production alimentaire mondiale va directement à la décharge , cherchez l’erreur .

    La planète ne pourra pas supporter indéfiniment l’accroissement exponentiel de la population humaine , avec ou sans biocarburants , c’est une évidence


    • Michel Monette 29 novembre 2006 13:27

      Ce n’est pas l’accroissement de la population mondiale qui cause problème. Celle-ci a doublé de 1970 à 1995, mais elle va croître beaucoup moins vite dans le futur (Au Delà de la Croissance Économique). Ce qui pose problème, c’est plutôt la répartition inégale de la richesse et l’accroissement d’un type de consommation menant à un cul-de-sac humain et écologique. Dans un rapport soumis au Congrès mondial des Nations unies sur l’alimentation en 1974, le grand économiste agronome René Dumont était catégorique : « la surconsommation de viande par les riches engendre la famine chez les pauvres. » S’il faut qu’en plus on se mette à produire de l’énergie avec une partie non négligeable de la production agricole ! En fait, il faut à la fois diminuer notre consommation d’énergie et manger moins de viande par solidarité.


    • robin (---.---.133.141) 29 novembre 2006 18:56

      Les machines à énergie libre fonctionnent sur un principe que le scientifique inventeur génial Nikola Tesla avait énoncé. Pour rependre son analogie : imaginez-vous dans un cirque en contre-bas, entouré de falaises retenant de l’eau en hauteur tout autour de vous. Imaginez maintenant que vous creusiez une fente à un endroit précis d’une falaise en haut. Alors, l’eau s’écoule à grande vitesse du haut de la falaise vers vous au fond du cirque. Imaginez maintenant que vous ayez un moyen de faire retourner l’eau qui s’est écoulée en haut sans que cela ne vous coûte de l’énergie (si vous la chauffez pour l’évaporer ou la transportez, cela vous coûte autant d’énergie [et même plus avec toute l’énergie gaspillée en frottement lors de la descente] que l’énergie que vous avez récupéré lors de la descente de l’eau. Imaginez maintenant que l’eau représente l’énergie du vide (c’est l’énergie qui est récupérée par la machine). La machine crée une faille dans ce haut niveau d’énergie à l’aide d’une certaine forme d’excitation électrique. En retour, l’énergie du vide travaille (comme l’eau qui descend la pente) et produit une énergie sous forme d’une induction magnétique supplémentaire de la bobine de la machine qui provoque un supplément de mouvement mécanique. Ce faisant, elle rejoint son état d’énergie initial. Bien sûr, cette explication n’a de valeur qu’en tant qu’image et des théories beaucoup plus précises ont été proposées dans un détail technique bien plus complet. Vous pourrez vous référer à une documentation sur un site américain que j’indique à la fin de cette page.

      Il existe quelques inventeurs indépendants qui ont construit de telles machines et dont les résultats ont été publiés au grand jour et vérifiés, mais comme la communauté scientifique ne comprend pas les principes théoriques sur lesquels reposent ces inventions, elle en ignore tout simplement l’existence. Ainsi, tout va bien. Et le commun des mortels de se dire : si ça existait, on en aurait entendu parler. Posons alors la question : qui vous en aurait parlé ? Prenons l’exemple de la machine à énergie libre de Joseph Newman, un inventeur américain professionnel. Sa machine a un rendement de 800%. Il a fait vérifier son invention par le bureau des brevets américains, qui a conclu, après avoir envoyé une équipe d’ingénieurs bardés d’instruments de mesures, que sa machine fonctionne exactement comme il l’ annoncé (c’est même cette équipe qui a calculé le rendement de 800%), sans aucune supercherie d’aucune sorte, ni source d’énergie cachée. Mais, étant donné qu’il n’existe pas de principes physiques reconnus selon lesquels on peut expliquer le fonctionnement de la machine, ce même bureau des brevets l’a informé qu’il ne pouvait donc pas délivrer de brevets. Point final : question réglée. Imaginez donc de quelle curiosité scientifique ils font donc preuve ? Devant l’insistance de l’inventeur qui se bat depuis 18 ans pour faire reconnaître son invention, une commission d’étude composée de physiciens compétents s’est réunie en présence de Mr Newman, mandatée pat les organismes officiels pour désavouer son invention, mais c’est le contraire qui s’est passé. Les scientifiques étaient tellement intéressés par les résultats de Mr Newman ainsi que par son modèle théorique, que la petite réunion d’une heure qu’ils avaient prévue s’est vue durer de nombreuses heures, et beaucoup voulaient trouver des moyens pour creuser la question. Ces conclusions n’étant pas celles qui avaient été espérées par les instigateurs de la réunion, ils ont dé-mandaté la commission et ont rédigé leur propre conclusion : sans intérêt.

      Un physicien (ph. D.) indépendant venu démontrer une supercherie a lui aussi du s’en remettre à l’évidence de la réalité face à nos hautes idées de ce qu’elle devrait être et s’est rallié à la cause de Mr Newman avec qui il travaille depuis plusieurs années à l’élaboration d’une théorie solide. Imaginez-vous que cela existe depuis 20 ans : en avez-vous déjà entendu parler ? Non, puisque au contraire tout est fait pour enterrer la question. Aujourd’hui, Mr Newman est parti travailler au Japon avec une équipe d’industriels qui ont l’idée de construire une voiture propulsée par son moteur à énergie libre.

      Machine de Palma

      Un autre américain , un physicien (ph. D.) a conçu une machine à énergie libre : Mr Bruce De Palma. Il s’est vu confisquer son invention par les autorités officielles parce qu’il s’en servait pour alimenter en énergie électrique toute sa maison gratuitement. Interdiction lui a été faite d’en reconstruire une. Il a dû aller lui aussi travailler avec des Japonais, qui travaillent actuellement avec lui à perfectionner un défaut de surchauffe de son moteur à énergie libre, qui ne peut pas fonctionner de manière continue opérationnellement.

      Dans quelques années peut-être (cela dépendre de la puissance des lobbys énergétiques pétroliers, nucléaires,... et de manière générale de tous ceux qu’un énergie à très faible coût empêcherait de s’enrichir, ainsi que de la très grande inertie des milieux scientifiques, due à leur orgueil et leur impossibilité d’admettre leur modestie face aux nombreuses inconnues de l’univers), des engins fonctionnant à l’aide de machines à énergie libre seront sur le marché, mais ce sera alors par la force des choses, et pas grâce à la bonne volonté.

      Je préciserais enfin qu’un ancien astronaute américain très intéressé et très conscient de l’extrême utilité de cette nouvelle branche inexplorée par la science tente depuis quelques années de réunir toutes les personnes et les informations en relation avec les systèmes à énergie libre, au niveau international, et a constitué un centre de connaissance à cet effet. Devant autant de réaction négative, ce n’est qu’ainsi que les choses ont des chances d’avancer : le proverbe dit : « l’union fait la force ».

      Tout le détail des informations techniques, ainsi que la bibliographie pouvant être acquise dans le commerce pourra être trouvé dans les sites suivants qui regroupent de nombreux rapports d’expériences et liens vers des sites sur l’énergie libre :

      Science Hobbyst-Free Energy Devices : Vaste quantité de liens et d’informations sur les machines à énergie libre, l’antigravité, etc.

      The Quest of overunity : Excellent site sur lequel vous trouverez des rapports très détaillés sur les schémas de construction, les principes de fonctionnement et les mesures expérimentales de fonctionnement d’une grande variété de machines à énergie libre, machine à antigravité, etc. Toutes les expériences sont passionnantes et les rapports effectués très pertinents. Consultez aussi les expériences sur la machine de Joseph Newman.

      The Home of Primordial Energy : Si vous voulez en savoir plus sur la machine de De Palma dont la photo est dans cette page.

      Joseph Newman’s web site : Site de Joseph Newman.

      Secrets et désinformation : Vous donnera accès à de très nombreux liens vers des sites sur énergie libre et autres choses bien mystérieuses toutes plus intéressantes les unes que les autres.

      Moteur Développement International : Ce site ne traite pas de machines à énergie libre, mais il présente un type de moteur à air comprimé non polluant permettant de propulser des véhicules à bonne vitesse pour un petit prix (plus sympa que le moteur électrique), et bien sûr on voit encore qu’il existe des alternatives aux moteurs à carburant pétrolier mais tans que le lobby pétrolier sera aussi puissant... Petite note : l’inventeur du moteur est français !

      Point Zéro : Page francophone sur l’énergie libre appelée aussi énergie du point zéro. De très nombreux liens, les dernières nouveautés, etc.

      Space Energy Access System : En anglais. Projet dirigé par Mr Steven M. Greer, dont le but est de mettre en place des systèmes d’alimentation gratuits et disponibles pour la planète entière (et les pays pauvres notamment) à l’aide de l’énergie libre ; pour lutter contre les déficits d’énergie et surtout les énergies polluantes actuelles ; de manière pratique, et afin de lutter aussi contre la main mise des lobbys énergétiques sur les énergies classiques, à des fins économiques. Leur plan d’action est ambitieux mais part de bases éclairées. smiley


    • robin (---.---.133.141) 29 novembre 2006 18:58

      Les machines à énergie libre fonctionnent sur un principe que le scientifique inventeur génial Nikola Tesla avait énoncé. Pour rependre son analogie : imaginez-vous dans un cirque en contre-bas, entouré de falaises retenant de l’eau en hauteur tout autour de vous. Imaginez maintenant que vous creusiez une fente à un endroit précis d’une falaise en haut. Alors, l’eau s’écoule à grande vitesse du haut de la falaise vers vous au fond du cirque. Imaginez maintenant que vous ayez un moyen de faire retourner l’eau qui s’est écoulée en haut sans que cela ne vous coûte de l’énergie (si vous la chauffez pour l’évaporer ou la transportez, cela vous coûte autant d’énergie [et même plus avec toute l’énergie gaspillée en frottement lors de la descente] que l’énergie que vous avez récupéré lors de la descente de l’eau. Imaginez maintenant que l’eau représente l’énergie du vide (c’est l’énergie qui est récupérée par la machine). La machine crée une faille dans ce haut niveau d’énergie à l’aide d’une certaine forme d’excitation électrique. En retour, l’énergie du vide travaille (comme l’eau qui descend la pente) et produit une énergie sous forme d’une induction magnétique supplémentaire de la bobine de la machine qui provoque un supplément de mouvement mécanique. Ce faisant, elle rejoint son état d’énergie initial. Bien sûr, cette explication n’a de valeur qu’en tant qu’image et des théories beaucoup plus précises ont été proposées dans un détail technique bien plus complet. Vous pourrez vous référer à une documentation sur un site américain que j’indique à la fin de cette page.

      Il existe quelques inventeurs indépendants qui ont construit de telles machines et dont les résultats ont été publiés au grand jour et vérifiés, mais comme la communauté scientifique ne comprend pas les principes théoriques sur lesquels reposent ces inventions, elle en ignore tout simplement l’existence. Ainsi, tout va bien. Et le commun des mortels de se dire : si ça existait, on en aurait entendu parler. Posons alors la question : qui vous en aurait parlé ? Prenons l’exemple de la machine à énergie libre de Joseph Newman, un inventeur américain professionnel. Sa machine a un rendement de 800%. Il a fait vérifier son invention par le bureau des brevets américains, qui a conclu, après avoir envoyé une équipe d’ingénieurs bardés d’instruments de mesures, que sa machine fonctionne exactement comme il l’ annoncé (c’est même cette équipe qui a calculé le rendement de 800%), sans aucune supercherie d’aucune sorte, ni source d’énergie cachée. Mais, étant donné qu’il n’existe pas de principes physiques reconnus selon lesquels on peut expliquer le fonctionnement de la machine, ce même bureau des brevets l’a informé qu’il ne pouvait donc pas délivrer de brevets. Point final : question réglée. Imaginez donc de quelle curiosité scientifique ils font donc preuve ? Devant l’insistance de l’inventeur qui se bat depuis 18 ans pour faire reconnaître son invention, une commission d’étude composée de physiciens compétents s’est réunie en présence de Mr Newman, mandatée pat les organismes officiels pour désavouer son invention, mais c’est le contraire qui s’est passé. Les scientifiques étaient tellement intéressés par les résultats de Mr Newman ainsi que par son modèle théorique, que la petite réunion d’une heure qu’ils avaient prévue s’est vue durer de nombreuses heures, et beaucoup voulaient trouver des moyens pour creuser la question. Ces conclusions n’étant pas celles qui avaient été espérées par les instigateurs de la réunion, ils ont dé-mandaté la commission et ont rédigé leur propre conclusion : sans intérêt.

      Un physicien (ph. D.) indépendant venu démontrer une supercherie a lui aussi du s’en remettre à l’évidence de la réalité face à nos hautes idées de ce qu’elle devrait être et s’est rallié à la cause de Mr Newman avec qui il travaille depuis plusieurs années à l’élaboration d’une théorie solide. Imaginez-vous que cela existe depuis 20 ans : en avez-vous déjà entendu parler ? Non, puisque au contraire tout est fait pour enterrer la question. Aujourd’hui, Mr Newman est parti travailler au Japon avec une équipe d’industriels qui ont l’idée de construire une voiture propulsée par son moteur à énergie libre.

      Machine de Palma

      Un autre américain , un physicien (ph. D.) a conçu une machine à énergie libre : Mr Bruce De Palma. Il s’est vu confisquer son invention par les autorités officielles parce qu’il s’en servait pour alimenter en énergie électrique toute sa maison gratuitement. Interdiction lui a été faite d’en reconstruire une. Il a dû aller lui aussi travailler avec des Japonais, qui travaillent actuellement avec lui à perfectionner un défaut de surchauffe de son moteur à énergie libre, qui ne peut pas fonctionner de manière continue opérationnellement.

      Dans quelques années peut-être (cela dépendre de la puissance des lobbys énergétiques pétroliers, nucléaires,... et de manière générale de tous ceux qu’un énergie à très faible coût empêcherait de s’enrichir, ainsi que de la très grande inertie des milieux scientifiques, due à leur orgueil et leur impossibilité d’admettre leur modestie face aux nombreuses inconnues de l’univers), des engins fonctionnant à l’aide de machines à énergie libre seront sur le marché, mais ce sera alors par la force des choses, et pas grâce à la bonne volonté.

      Je préciserais enfin qu’un ancien astronaute américain très intéressé et très conscient de l’extrême utilité de cette nouvelle branche inexplorée par la science tente depuis quelques années de réunir toutes les personnes et les informations en relation avec les systèmes à énergie libre, au niveau international, et a constitué un centre de connaissance à cet effet. Devant autant de réaction négative, ce n’est qu’ainsi que les choses ont des chances d’avancer : le proverbe dit : « l’union fait la force ».

      Tout le détail des informations techniques, ainsi que la bibliographie pouvant être acquise dans le commerce pourra être trouvé dans les sites suivants qui regroupent de nombreux rapports d’expériences et liens vers des sites sur l’énergie libre :

      Science Hobbyst-Free Energy Devices : Vaste quantité de liens et d’informations sur les machines à énergie libre, l’antigravité, etc.

      The Quest of overunity : Excellent site sur lequel vous trouverez des rapports très détaillés sur les schémas de construction, les principes de fonctionnement et les mesures expérimentales de fonctionnement d’une grande variété de machines à énergie libre, machine à antigravité, etc. Toutes les expériences sont passionnantes et les rapports effectués très pertinents. Consultez aussi les expériences sur la machine de Joseph Newman.

      The Home of Primordial Energy : Si vous voulez en savoir plus sur la machine de De Palma dont la photo est dans cette page.

      Joseph Newman’s web site : Site de Joseph Newman.

      Secrets et désinformation : Vous donnera accès à de très nombreux liens vers des sites sur énergie libre et autres choses bien mystérieuses toutes plus intéressantes les unes que les autres.

      Moteur Développement International : Ce site ne traite pas de machines à énergie libre, mais il présente un type de moteur à air comprimé non polluant permettant de propulser des véhicules à bonne vitesse pour un petit prix (plus sympa que le moteur électrique), et bien sûr on voit encore qu’il existe des alternatives aux moteurs à carburant pétrolier mais tans que le lobby pétrolier sera aussi puissant... Petite note : l’inventeur du moteur est français !

      Point Zéro : Page francophone sur l’énergie libre appelée aussi énergie du point zéro. De très nombreux liens, les dernières nouveautés, etc.

      Space Energy Access System : En anglais. Projet dirigé par Mr Steven M. Greer, dont le but est de mettre en place des systèmes d’alimentation gratuits et disponibles pour la planète entière (et les pays pauvres notamment) à l’aide de l’énergie libre ; pour lutter contre les déficits d’énergie et surtout les énergies polluantes actuelles ; de manière pratique, et afin de lutter aussi contre la main mise des lobbys énergétiques sur les énergies classiques, à des fins économiques. Leur plan d’action est ambitieux mais part de bases éclairées.


    • Michel (---.---.105.197) 29 novembre 2006 20:23

      « Ce n’est pas l’accroissement de la population mondiale qui cause problème. Celle-ci a doublé de 1970 à 1995, mais elle va croître beaucoup moins vite dans le futur »

      ça va croitre (beaucoup ?) moins vite mais ça va croitre quand meme ! On s’en sort pas à 6.5 milliards avec tous les problèmes écologiques qui existent (energie, faim, epuisement des ressources (demandez aux pecheurs bretons comment se porte leur secteur), artificialisation des territoites...) et y’en a qui pensent encore qu’à 8 milliards (vers 2025) ça ira mieux...

      A combien estimez vous le nombre d’habitants que peut contenir notre planète pour vivre en subsistance (c’est à dire ni en croissance, ni en décroissance) avec des ressources renouvelables ? Sans se poser cette question (et essayer d’y apporter des réponses (éthiques), pas facile, je vous le concède.), je vois pas trop comment on peut traiter de questions écologiques telle que celle de la malnutrition de masse.


    • Michel Monette 30 novembre 2006 01:02

      Si l’on se fie aux chiffres de la FAO, la population sera mieux nourrie en 2030. Il y a aussi ceci lien sur Radio-Canada : « Alors que, dans les années 1960 et 1970, les scientifiques nous mettaient en garde contre un dépassement de la capacité agricole de la planète, aujourd’hui ils sont plus optimistes. » La surpopulation : menace ou chimère ? Et ceci : « Malgré l’existence de contraintes liées à la disponibilité des terres et de l’eau, mais aussi à l’environnement, cet objectif [multiplier par deux la production agricole mondiale pour répondre aux besoins au cours des 30 prochaines années] ne semble pas hors de portée. Par contre, le défi majeur portera sur la sécurité alimentaire. » Bernard Conte. La planète pourra-t-elle toujours répondre aux besoins alimentaires de ses habitants ? Colloque Planète en danger ! (2004)

      Il est évident que la consommation globale de l’humanité (pas seulement ses besoins en nourriture), menace d’aggraver sérieusement la situation. Quand je dis que la Terre peut nourrir une population même croissante, je dis en même temps qu’elle ne le fera qu’en changeant toutes ses habitudes de consommation, particulièrement les habitudes occidentales.


    • alexandre (---.---.212.108) 30 novembre 2006 11:30

      Votre manière de traiter l’accroissement naturel de certaines populations me semble superficiel et entaché d’un tabou. C’est un sujet tabou aussi en France car les journalistes ne l’évoquent quasiment jamais lorsqu’ils parlent des problèmes de l’Afrique. Ce que vous ne dites pas c’est que la plupart des pays du monde sont aujourd’hui au taux de renouvellement des générations (L’Amérique et l’Asie dans leur ensemble) et que certains comme l’Europe ainsi que le Canada et le Japon par exemple sont très en dessous et verront leur population diminuer ce qui n’est pas forcément en mal. Le problème c’est l’Afrique (et quelques pays musulmans du moyen orient). L’afrique subsaharienne notamment. Pratiquement aucun développement économique et une population qui double tous les 20 ans. Va-t-on nous faire croire qu’il n’y a aucun lien entre la misère, les tensions , les génocides et nettoyage ethniques (Darfour, liberia Burundi, Rwanda, Congo, ...) de populations qui vivent majoritairement du travail de la terre et dont le nombre croit à toute vitesse. Certes la démographie n’explique pas tout mais c’est un facteur a ne pas négliger et surtout à ne pas écarter par principe du cadre de réflexion lorsque l’on cherche à soulager la misère humaine. Et cela n’a pas de lien avec l’islam car les 2 bombes démographiques africaines l’Ethiopie et le Nigeria ont des populations mi-chrétienne mi-musulmane.


    • alexandre (---.---.212.108) 30 novembre 2006 12:25

      Je ne partage pas votre point de vue monsieur Monette. Visitez la France et vous verrez le nombre de terres agricoles laissées à l’abandon, reboisées pour payer moins d’impôts (taxe foncière), en jachère pour toucher des subventions européennes (eh oui !), etc.

      La surface cultivée diminue d’année en année. Pourquoi ? La productivité de l’agriculture intensive (engrais, semences sélectionnées, élevage en batterie, ...) rendent inutile la mise en culture de toutes ces terres et à l’exportation il y a trop de concurrence, étant donné le niveau des charges et des salaires en France sauf sur des produits de luxe les cours mondiaux des aliments sont trop bas pour le paysan français. Ne pas manger de viande en France produirait plus de jachère moins de paysans, certainement pas moins de mal nourris en Afrique. Je préfèrerais savoir ce que je bouffe. Je n’achète plus que du lait « bio » mais je ne suis pas vraiment sur que les vaches ne bouffent pas de farine ou de protéines malgré l’appellation. Une agriculture produisant de la nourriture de meilleure qualité serait sans doute un progrès pour les « riches » par contre les « pauvres » risquerait de crever de faim car sans agriculture extensive je doute que la Planète puisse supporter une telle population.


    • Cyrrus Smith (enseignant en physique) (---.---.73.171) 1er décembre 2006 18:09

      Tiens encore un inventeur du mouvement perpetuel.  smiley

      Cette machine à énergie libre me fait penser à la super source d’énergie décrite dans Stargate l’e2pz ou « extracteur d’énergie du point zéro »  smiley

      Evidement ! Comment ne pas y avoir pensé plus tôt ! Ce sont les extra terrestres, qui en fait sont les grands anciens de Mu et de l’Atlantide qui agissent dans l’ombre parce que l’humanité n’est pas encore assez mure pour utiliser un tel pouvoir.

      Il faudrait juste que l’auteur du message mette de vrais liens vers les URL des sites qu’il décrit.

      En attendant quelle rigolade !

      Sadi Carnot et ses principes pourtant ultra vérifiés peuvent aller se rabiller !  smiley


    • Marie Pierre (---.---.213.164) 29 novembre 2006 11:58

      Bonjour M. Monette,

      Depuis quelques années, la spiruline est cultivée au Mali http://www.spirulineequitable.com . Des équipes forment les femmes maliennes à cette culture. Pourquoi des femmes ? Parce qu’elles sont plus efficaces, plus aptes et surtout plus conscientes que la famine ne doit pas être une fatalité. Il en est de même pour les microcrédits bien utilisés par les femmes.

      Vous soulignez, à juste titre, le risque que les biocarburants peuvent induire. En Amérique, les consommateurs de maïs s’inquiètent de la flambée des prix, liée aux biocarburants.


      • wired 29 novembre 2006 13:33

        Personne ne sent vraiment concerné par la Faim dans le monde. J’étais allé à la journée contre la faim il y a quelques mois au Trocadéro et il y avait vraiement peu de monde. Que faire ? Agir indviduellement et donner de l’argent à des assocs ? Il faudrait faire pression sur les gouvernements pour qu’ils mettent en place des vrais solutions viables...Ce n’est pas digne de l’humanité avec le niveau technologique atteint que ce problème existe encore... Mais bon ce problème à de multiples causes aussi bien politique, que climatique, que le niveau de dév etc.. dans les pays concernés... Assez fataliste sur ce coup là. smiley


        • Michel Monette 29 novembre 2006 13:51

          Pour ma part, je n’ai plus de voiture et je ne consomme plus de viande. Deux gestes simples qui peuvent être répétés des millions de fois et finir par faire une grande différence.

          « Consumer Power »


        • mjmb (---.---.45.2) 29 novembre 2006 14:28

          Pardonnez moi, mais je n’arrive pas à vous suivre : est ce que nous ne vivons pas dans un monde ou le nombre de gens obèses ou en surpoids est semblable à celui des sous-alimentés ?

          Que les pays suralimentés transforment sur place leurs excédents en biocarburants serait peut être plutôt une solution(?).

          Le problême de la distribution de la nourriture produite dans les pays riches vers les pays en insuffisance alimentaire est quasiment insoluble : tout ce qui s’apparente aux produits frais ne voyage pas et ne se stocke pas sans perdre une grosse partie de sa valeur nutritive. C’est peut être une cause d’obésité dans les pays développés : la recherche instinctive de vitamines, oligo éléments (et autres probablement inconnus) dans une alimentation bon marché qui a perdu la moitié de sa valeur à cet égard.

          Une alimentation de qualité doit être produite sur place, et voyager le moins possible.


          • Michel Monette 29 novembre 2006 19:47

            Prenez le temps d’écouter la vidéo de Lester Brown, cela va vous aider à comprendre. Ce que je souligne pour ma part, c’est que la sous-alimentation est liée à la pauvreté, pas au manque de nourriture. Si le coût des aliments augmente parce que les producteurs trouvent des débouchés intéressants dans la production d’énergie, cela n’aide pas à résoudre le problème.


          • Demian West (---.---.154.239) 29 novembre 2006 14:34

            Choc écologique des civilisations.

            La proposition de pacte écologique par Nicolas Hulot, et si on la mettait en symétrie avec les craintes de choc des civilisations entre occident et islam, pourrait inaugurer une mutation culturelle et sociale, en manière de basculement radical par le biais des politiques. En effet, d’une part l’occident est désormais très-contraint de reconnaître ses errances technologiques ou de progès vers la civilisation virtuelle ou immatérielle, qui ont constitué l’essence même de sa raison civilisatrice. Et d’autre part, nous serions en occident, d’ores et déjà, comme précipités à reconnaître au plus vite des suites plus favorables aux modes de vie, pauvres assez : soient des modes de vie qui seraient moins tournés ou contendus vers les fins d’un temps linéaire tout vers le progrès et ses consommations, qui a rongé le socle même sur lequel nous prétendions avancer encore.

            Par ainsi, ce clash entre Occident et Orient, un peu conçu dans la fabrique des médias qui s’échappent en roue libre dans le conflit occident chrétien/islam, se révèle-t-il aussi un débat en forme de compte réglé entre utopistes des techno-sciences et les modérateurs tiers-mondistes ou plus écologistes. Puisqu’il est désormais accepté qu’il y aurait plusieurs lignes de force civilisationnelles, et que la ligne qui détranche nettement l’une de l’autre serait le retour à l’antique duetto : matière/esprit ou conquêtes des territoires et des richesse qui seraient résolument opposées aux fins de la spiritualité soit de la religion, et enfin vers un temps plus cyclique.

            C’est pourquoi, nous osons entrevoir une sorte de progrès au rebours, qui se dessinerait : et dans l’occident quand il rejoindrait les forces des pays pauvres ou émergents du tiers-monde. Soit, parce que le niveau de vie de toute une population occidentale rejoindrait déjà et par force de nécessité, le niveau de vie d’en-dessous. Et tout parce que ce serait la condition même de la survie de l’ensemble de l’espèce. Tout comme l’islam, qui constitue à l’évidence l’autre noyau civilisateur, s’épand en retour et depuis des lustres en Occident, comme pour y instiller de la religion ou de la fiance qui y manquerait, et comme pour ajouter à l’équilibre de ces forces spirituelles et matérielles qui sauraient mettre en oeuvre une survie probable dans un monde écologique et social devenu hostile.

            Car, il faudra vraisemblablement beaucoup de foi, pour survivre bientôt dans un monde dont la matérialité aura été si vitement gâchée. Et en fin d’évolution, pour atteindre au confort absolu d’une seule génération qui aura dévoré tout le repas, un peu comme les sybarites pompéiens déjeunèrent si près du volcan, nous aurions donc gâché une chance qui ne se présenterait à nouveau et dans un cycle écologique, qu’après d’inconcevables milliasses d’éternités.

            Demian West


            • moniroje moniroje 29 novembre 2006 15:03

              « ...Des équipes forment les femmes maliennes à cette culture. Pourquoi des femmes ? Parce qu’elles sont plus efficaces, plus aptes et surtout plus conscientes que la famine ne doit pas être une fatalité... »

              Pas assez informé pour enrichir ce débat grave, sinon dire ma crainte que l’agriculture au service de l’énergie ne risque-t-elle pas d’oublier son but essentiel : que chacun puisse manger à sa faim ?

              Mais bon, j’ai relevé de Marie-Pierre la citation ci-dessus : c’est bien vrai ce qu’elle dit. Là-bas, depuis la nuit des temps, c’est les femmes qui triment sur un sol sec et dur comme du béton sous un soleil de feu. Pendant ce temps, les hommes palabrent à l’ombre des tamariniers ou du baobab. Du moins, il en était ainsi du temps de mon enfance ; et Marie-Pierre me montre que cela ne semble pas avoir changé.


              • gem gem 29 novembre 2006 15:46

                Votre article oublie juste deux choses pourtant assez importantes

                1) si des gens manquent de nourriture, ce n’est pas parce qu’il manque de la nourriture sur la terre, mais essentiellement parce qu’on les empêche de se nourrir, pour les tuer ou les faire partir (au Darfour, par exemple). Pas la peine de nous faire le coup de la culpabilisation alimentaire...

                2) tôt ou tard, la population humaine va rencontrer une limite. Des microbes, des polluants, le manque d’eau ou de nourriture, etc., peu importe, mais une limite. C’est mathématique et physique. Bio-carburant ou pas.


                • Michel Monette 30 novembre 2006 01:15

                  Je nuancerais un peu vos propos. Il est vrai que des populations sont volontairement affamées et c’est une honte qui devrait tous nous faire rougir. Cependant, il y a aussi les dysfonctionnement des économies qui causent des situations d’extrême pauvreté. Il faut en être conscient et trouver des solutions (parce que LA solution, alors là, oubliez ça !)

                  Quand à la possibilité de pandémies, elle existera hélas toujours.


                • parkway (---.---.18.161) 30 novembre 2006 12:48

                  gem,

                  je dirais même plus, que cette fuite en avant de notre société matérialiste du fric est peut-être un lapsus avant coureur de la fin de notre monde...

                  et pas besoin d’être dans une secte pour en prendre conscience !


                • français moyen (---.---.80.104) 29 novembre 2006 17:04

                  Merci à l’auteur de l’article de nous rappeler que nous ne sommes pas seuls sur terre et que la principale différence entre un pays riche et un pays pauvre est que l’un doit de l’argent à l’autre (devinez lequel ?). Dommage que l’article mélange les histoires d’énergies-biomasse avec la misère. Mais après tout on n’aurait peut-être pas lu l’article s’il avait s’agit d’une mainte association millionnaire réclamant de l’argent pour soulager la faim du monde.

                  Il faut créer une FONDATION UNIVERSELLE POUR LA VIE pour tous ceux qui ont faim et soif. Sans aucunes arrières pensées que ce soit. C’est à la fois facile et difficile à faire. Mais, après tout, on n’a qu’une vie n’est-ce pas ? Qui m’aime et aime son prochain me suive (si les webmasters d’AGORAX me le permettent, je publierai un article à ce sujet quand j’en serai digne). En attendant donnez quand même un peu de tune à ceux qui font la manche à coté de vous. C’est bientôt Noël ! Merci pour eux.


                  • EDARI (---.---.70.111) 29 novembre 2006 17:38

                    @ Michel Monette

                    « Pour ma part, je n’ai plus de voiture et je ne consomme plus de viande »

                    Que va-t-on faire des millions de travailleurs de l’industrie automobile si tout le monde fait comme vous ?

                    Des chômeurs pour commencer et des mal nourris par la suite, Non ?

                    Je ne pense pas qu’ils auront les moyens de s’acheter de la viande, même si vous n’en mangez plus.


                    • français moyen (---.---.80.104) 29 novembre 2006 18:10

                      Je suis d’accord qu’il ne sert à rien (actuellement) de se priver de viande ou de voiture. Certes un animal consomme, pour se nourrir, vingt fois plus de végétaux qu’un être humain a besoin pour vivre. Et, en le mangeant, nous ne récupérons qu’une infime partie de la totalité de cette énergie. Mais nous ne sommes pas encore prêts à cette évolution. Et que deviendrons les éleveurs ? Concernant les travailleurs de l’automobile, la question revient à : que faire des ouvriers fabriquants de yatchs, de villas luxueuses, de piscines privées, de ferrari, de parcours de golf, de pêcheurs d’esturgeons...ils ne gagnent pas plus d’argent que nous ! Mais d’où provient le déséquilibre de ce monde ? Faut-il tant de pauvres et de crèves-la-faim pour si peu de d’hommes heureux ? Et combien parmi nous, ne donnerait pas son âme au diable pour vivre une seconde milliardaire ?


                    • Michel Monette 29 novembre 2006 19:59

                      Cela devient intéressant. À votre place, je ne m’inquiéterais pas trop de l’avenir des travailleurs de l’industrie automobile parce que nous serions de plus en plus nombreux à ne plus acheter de voiture. Il y aura sûrement des alternatives, tout comme il y en a eu avant l’automobile smiley Plus sérieusement, chacun peut faire sa part à sa façon. Lisez le texte du lien « mangez moins de viande ».


                    • parkway (---.---.18.161) 30 novembre 2006 12:52

                      « Et combien parmi nous, ne donnerait pas son âme au diable pour vivre une seconde milliardaire ? »

                      le diable n’esxiste pas, les hommes sont là pour l’inventer...

                      donc, on peut la vendre à un homme...

                      de là, à dire que les miliardaires sont des vendus, il n’ a qu’un pas, ... que je fais !


                    • loga (---.---.48.65) 29 novembre 2006 17:50

                      la Norvége roule au méthane produit par les déchets alimentaires traditionnelles (Restes de caracasse d animaux ou simplement les restes de votre salade ou autres..) le tri des déchets est plus évolués.

                      La chine avait restreint la natalité devront nous en arriver à ce stade quelque soit la religion ?.

                      Les pays qui ont faim ont des difficultés grandissantes de climat et aussi malheureusement de guerre . Si on investisait l équivalent d une arme en formation agricole ou en pompe cela serait géniale ...mais c est un rêve

                      le biocarburant est un vaste coup financier des producteurs et de certaines marques de voitures .


                      • (---.---.26.46) 29 novembre 2006 21:44

                        Il faut se preparer à un grand chambardement, et il me semble (presqu’à sourire) que la plus grande difficulté qui nous attend et de devoir intégrer la notion du partage total, de la planétarisation du vivant et des énergies. Nous nous sommes développés dans le conflit, nous ne survivrons que dans l’entente. Avec le recul il nous apparait presque impossible que l’homme résolve les problèmes auquels il est confronté et qu’il a créés par sa dynamique particulière de développement.

                        Peut-être était-elle nécessaire pour faire « monter » le monde ou nous sommes aujourd’hui, mais il est aussi vrai que nous ne pouvons/pourrons continuer ainsi.

                        L’homme voulait dominer le monde, les forces de la nature, il a confonté sa volonté de puissance aux forces qui l’environnent. L’illusion à marché quelques milliers d’années, l’heure de la mise au point et en passe d’advenir.

                        Ne devrions nous pas plutot nous réjouir de la fin du déséquilibre mondial, certes cela parait inquiétant, mais nous serons obligés de régler des problèmes. N’avons nous pas acquis une immense ouverture qui nous permette d’organiser une meilleure vie, dans l’entente, sur terre.

                        Il nous reste à redevelopper notre humanité pour que des solutions surgissent, l’ironie voudrait que nous y soyons contraints.

                        Je ne voudrais pas passer pour un humaniste béat car en fait je crois que le combat le plus difficile qui nous attend se situe en nous-mêmes. Accepter que nous ne sommes pas les maîtres du monde et que c’est dans l’arrangement mondial que reside obligatoirement l’avenir de l’homme.

                        (pour l’auteur, je suis aussi végétalien, depuis pas mal d’années, et en bonne santé)


                        • EDARI (---.---.33.159) 30 novembre 2006 08:22

                          @ Michel Monette

                          Une article dans l’Espress du 23/11/2006, une alternative pour la viande :

                          « Ce soir on mange du clone. Malgré l’hostilité de l’opinion, la vente de produits d’animaux issus du clonage pourrait être bientôt autorisée outre-Atlantique. Et rien n’interdirait leur importation en France. »

                          « Plusieurs sociétés amèricaines proposent déjà aux éleveurs de dupliquer leurs bêtes favorites (15.000 dollars pour un taureau ou 4.000 dollars pour un porc) »

                          « Ce procédé reste encore très délicat et très coûteux à réaliser, mais il commence à être bien maîtrisé : il pourrait devenir rentable et se répandre, notamment sur le marché amèricain, d’ici trois à quatre ans »

                          A suivre, non ?


                          • Michel Monette 1er décembre 2006 01:35

                            Le seul petit problème est que le clone mange autant que l’animal dont il est issu.


                          • seb59 (---.---.180.194) 30 novembre 2006 10:15

                            « 800 millions de mal nourris »

                            Il est peut etre la, le probleme. Etait la vie et la croissance demographique dans ces pays avant que les organisations humanitaires interviennent ?

                            Y a avait t’il autant de naissances, d’enfants et de familles mal nourries ?

                            Je me demande si en aidant legerement ces pays, nous n’avons pas crées nous meme à l’acroissement du nombre de mal nourris. Car ils sont « mal nourris » et pas « non nourris ». Nous leur donnons juste assez de nourriture pour qu’ils soient en situation de detresse.

                            Il a toujours été difficile de se nourrir dans des regions desertiques, peu fertiles, ou ravagées par des guerres ethniques. La demographie devaient vraisemblablement s’adapter d’elle meme avant l’arrivée des occidentaux.


                            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 30 novembre 2006 11:03

                              http://www.coupdegueule.com/spagnolo.htm

                              Voir mon coup de gueule sur mon post du jeudi 8 mars 2001

                              http://www.coupdegueule.com/image.htm

                              @+ P@py


                              • seb59 (---.---.180.194) 30 novembre 2006 14:21

                                @papy

                                Ca veut dire quoi monsieur papy ? qu’on va (nous francais) alimenter 800 millions de mal nourris avec les croquettes pour chat ?

                                Soyons realistes : meme en recuperant les denrées alimentaires exedentaires en france (ou en occident), on ne pourra pas nourrir 800 millions de personnes.

                                D’ailleurs, c’est quoi « mal nourris ». Mal nourris par rapport à un occidental ?

                                Car le repas « standard » (et historique) d’un jeune homme vivant dans les steppes africaines doit etre surement tres different de celui d’un parisien.


                              • EDARI (---.---.197.107) 30 novembre 2006 11:15

                                d’accord avec seb59

                                Avant que les occidentaux n’arrivent en Afrique, la mortalité infantile était importante et la maladie tuait également beaucoup, c’est certainement malheureux à dire mais la démographie n’était pas ce qu’elle est actuellement, même s’il n’y a pas plus de naissance qu’il y a un siècle.

                                Il y a beaucoup plus de gens qui vivent et pas plus de nourriture, sinon moins, compte tenu que la sécheresse s’étend sur le territoire.

                                Donc, plutôt que de donner de l’argent qui va n’importe où sauf aux mal nourris, il faut les aider à cultiver ce qu’ils ont besoin pour se nourrir, ne serait-ce qu’en leur donnant des pompes qui fonctionnent avec des groupes électrogènes, de façon qu’il puissent au moins avoir l’eau pour irriguer leurs cultures, car c’est l’eau qui manque le plus.


                                • Alfred (---.---.71.55) 30 novembre 2006 12:34

                                  Les choses ne sont pas simples et montrent une incohérence inouïe dans les relations « nord sud ».Mais chez nous les mentalités sont très loin des préoccupations du partage des denrées. On préfère très souvent jeter la nourriture (super marchés,collectivités) plutôt que de la donner aux gens qui en auraient besoin, y compris à nos propres concitoyens. Alors quand à nourrir de lointains « sauvages métèques » c’est de plus en plus une illusion et c’est pas « Papy le poulet »qui va dire le contraire ,(il pourrait un peu faire un petit effort plutôt que de nous balancer son lien,il n’y a pas + fainéant qu’un retraité,il peut toujours attendre que je le suive )...


                                  • parkway (---.---.18.161) 30 novembre 2006 12:57

                                    alfred,

                                    j’ai un ami qui travaille à carrefour depuis des lustres ; il m’a confirmé que à Dijon des cartons entiers d’aliments ayant dépassé la date de péremption vont aux associations.

                                    Donc, ne soyons pas si catégorique.

                                    Si vous allez voir dans une décharge, y trouvez-vous les tonnes de nourriture induites par ce dont vous parlez ?


                                  • freddy (---.---.73.241) 30 novembre 2006 13:07

                                    1/ le zimbabwe était un gros producteur ou le pam achetait pour d’autres pays d’afrique,actuellement le pam doit les aider 2/ crise en cote d’ivoire la production vivriére a chuté de 60% 3/Rdc plus de trains,plus de routes plus de bateaux sur le fleuve,les villes sont dificilement ravitaillées 4/energie.la capacité de production des chutes d’inga est supérieure a toute le consomation de l’afrique ,les turbines sont en panne la belgique 39000 km et 10 mio d’habitants a un pib egal a la moitié du pib de toute l’afrique noire En 1960 la population de l’afrique noire était de 6% de la population mondiale et sa part de commerce de 6% actuellement la population est de 16 % et sa part de commerce de 2%

                                    A lire : l’afrque noire est mal partie Dumont Négrologie Stephen Smith God bless africa Bernard Lugan Les catapila Venance Konan Allah n’est pas obligé Ahmadou Kourouma Afrique 2025 Futurs aficains

                                    Bonne lecture a tous


                                    • Tom Tom (---.---.253.163) 30 novembre 2006 16:03

                                      — 67% des terres agricoles sont utilisées pour produire la nourriture d’elevage et les paturages. Pour produire la meme quantité de calorie vegetale il en faudrait 5 fois moins. (source : FAO)
                                      — La production d’un kilo de viande necessite autant d’eau que celle d’une douche quotidienne pendant un an (débit de 7l/min pendant 7 min, source World Watch Institute) (je met cet exemple pour le plaisir)

                                      La liste des méfaits sur l’environnement de la production carnée est interminable ....Si on augmente la population cela devient catastrophique et si en plus on commence a avoir besoin de terrain pour la production de bio carburant on va pas s’en sortir.

                                      Un geste simple, manger moins de viande, c’est pas tres compliqué, tres bon, economique et excellent pour la santé.


                                      • gerardlionel (---.---.132.94) 30 novembre 2006 17:08

                                        Rappellera-t’on jamais assez « l’Inégalité des échanges » !

                                        Qui fixe les prix des matières premières ? les bourses de Londres, Paris New-York...et dans l’interêt de qui ?

                                        Qui s’inquiète de comment sont réparties les aides aux pays sous-développés( ou plutôt a ces gouvernements le plus souvent corrompus) ? ces différentes aides en céréales par (ex : blé, riz ou maïs) qui ruinent les petits producteurs locaux !

                                        Et ces derniers combats contre l’OMC des petits producteurs de coton ruinés par le coton subventionné US ?

                                        Il y a là plus que des problèmes de nourriture, il y a là des systèmes qui maintiennent ces pays dans une dépendance envers les anciennes puissances coloniales, et celles qui rêvent de prendre le relai(Chine et USA).


                                        • benalgue (---.---.139.175) 2 décembre 2006 12:06

                                          à l’auteur contrairement à vous je pense comme certain que la demographie est un problème primordiale pour notre planète....bien sur on peut toujours faire des caluls sur le rendement de notre bonne vieille terre changer radicalement notre mode de vie. ( ce qui me semble d’ailleurs indispensable pour lutter contre la faim l’effet de serre le manque d’eau etc etc )mais moins l’on est mieux on vivra...ex : vivre à deux dans un 2 pièces ou à 10 y a pas photo. j’ai vecu 4 années à mayotte dont la population ne cesse de croitre alors que ce petit cailloux n’a presque pas d’eau potable...avant il y avait auto régulation mais notre medecine a changé la donne la france injecte de l’argent ce ,qui attire une immigration forte...et dire qu’il y a encore trentes ans ces gens vivaient penards de ceuillette et de pêche...demains ils auront des problèmes pour ce nourrir se loger etc etc non pas demain aujourd’hui déjà demain pourrait être pire encore...je raconte tout ça parceque si on oubli le reste du monde etq ue nous prenions mayotte comme etant le monde faut pas être sorti de st cir pour se rendre compte que ce cailloux ne peux pas supporter plus de population...cad leur donner un bout de terrain pour manger. bien à vous


                                          • Michel Monette 2 décembre 2006 18:27

                                            Bon article sur la situation de Mayotte dans Le Monde Diplomatique : Mayotte entre deux mondes. Il s’y est créé artificiellement un oasis de prospérité qui attire inévitablement les habitants des alentours. Vous avez tout à fait raison de souligner qu’il y a une limite à ce que peut supporter démographiquement l’île. Ce n’est cependant pas la politique actuelle de répression qui va règler la situation, mais une politique d’aide au développement des pays entourant Mayotte en accord avec le discours officiel. Je ne puis que reprendre, à ce propos, Le Monde Diplomatique :

                                            « Nos Départements d’Outre-Mer doivent s’intégrer à leur environnement géographique », répètent les officiels français. Le tout répressif tourne le dos à cette antienne. Faute de co-développement, de coopération avec les voisins, c’est « l’environnement géographique » qui s’impose à Mayotte.

                                          • Michel (---.---.130.209) 2 décembre 2006 19:56

                                            qui est-ce qui parle de « repression », sinon vous ?

                                            Benalgue parle de traiter un aspect important que vous semblez soit considérer comme secondaire, soit éviter parce que c’est « mal » de parler de regulation de population (un trait commun qu’on retrouve chez beaucoup d’ecologiques « bien pensants »).

                                            Ce problème (évident selon moi) de surpopulation, je le compare souvent à la problématique des gaz à effets de serre. Pour ceux-ci on a mondialement établi le protocole de Kyoto. On peut le critiquer (je ne suis pas le dernier à le faire) en disant qu’il est insuffisant, que ces objectifs ne vont pas assez loin, que certains pays ne participent pas ... etc... Mais ce protocole a au moins le mérite d’exister, c’est à dire qu’il y a eu une reflexion sur un problème donné à l’echelle mondiale. ça veut dire qu’on a eu le courage de regarder un problème en face et d’essayer de trouver des solutions. Toute cette reflexion n’a pas l’ombre du début de commencement pour la démographie mondiale. Je trouve ça affligeant. Particulièrement pour tous les pauv’pitchouns qui naissent en ce moment qui vont devoir partager la Terre non pas avec 6.5 milliards de personnes mais avec 8-9 miliards d’ici 20 ans et certains dans des conditions de vie épouventable. Pauvres gamins, qui n’ont pas demander à naitre et qui vont s’en prendre plein la gueule pendant toute leur vie. C’est très louable de vouloir manger moins de viande, de ne pas prendre sa voiture... etc... Loin de moi l’idée de critiquer ça. Mais meme si vous arriviez à mobiliser des millions de personnes (ce dont je doute, mais bon c’est un autre sujet) pendant ce temps la population mondiale (et tous les besoins de nourriture, d’hygiène, de bien-etre qui lui sont associés) augmente en terme de milliards ! Vous etes trois ordres de grandeur en-dessous. La portée de ce genre de geste individuels (meme s’ils se veulent constructifs et meme s’ils sont utiles) est dérisoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès