Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Epidémie de fièvre Ebola en Guinée

Epidémie de fièvre Ebola en Guinée

Le virus Ebola se propage inexorablement sur le continent africain. Il a touché pour la première fois le sud de la Guinée au début du mois de février et a déjà fait au moins 59 morts. Focus sur l’épidémie de fièvre Ebola dans ce pays d’Afrique occidentale.

59 décès au minimum

Des dizaines de morts ont été déjà recensés dans le sud de la Guinée. L’Unicef (le Fonds des Nations unies pour l’enfance) a annoncé dans un communiqué que l’épidémie a atteint Conakry après une rapide propagation dans les préfectures de Kissidougou, Guéckédou et Macenta. Le dernier bilan communiqué par les autorités fait état de 59 décès au minimum parmi les 80 personnes ayant contracté le virus.

Ce pays a été épargné jusqu’ici par cette fièvre hémorragique mortelle. Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) craignent que cette pathologie grave ne se répande à son tour un pays voisin, la Sierra Leone, où des cas présentant les symptômes de la fièvre Ebola ont été signalés.

Un taux de mortalité très élevé

Selon l’OMS, le taux de mortalité des malades atteints de cette pathologie est de 90%. La transmission se fait par contact direct avec les tissus des patients infectés, le sang ou les liquides biologiques. Jusqu’à présent, les chercheurs n’ont trouvé ni le moyen de la traiter, ni un vaccin pour s’en prémunir. La manifestation du virus Ebola se traduit par une forte poussée de fièvre, des vomissements accompagnés de diarrhées. Le sujet éprouve une grosse fatigue et saigne parfois. Selon un haut responsable au ministère de la Santé guinéen, le diagnostic de l’épidémie a été réalisé en France, à Lyon.

Une lutte difficile pour les autorités guinéennes

Les autorités sanitaires guinéennes avouent être débordées sur le terrain. La lutte contre l’épidémie s’annonce difficile, car elles doivent se débrouiller avec le peu de moyens dont elles disposent et avec le concours des organisations internationales, comme l’Unicef, l’OMS et MSF (médecins sans frontières). Du matériel médical spécifique a été expédié dans les régions affectées par la maladie. Les services sanitaires ont aussi imposé à la population des consignes strictes pour les cérémonies funèbres pour éviter la propagation du virus. 

Les actions d’urgence de l’Unicef et de MSF

De son côté, l’Unicef a livré 5 tonnes de médicaments dans les zones les plus touchées, pour soigner les malades. Divers équipements médicaux ont également fait partie du lot expédié. Comme cette organisation appréhende une rapide propagation de l’épidémie eu égard à la faiblesse des infrastructures sanitaires existantes, elle a pris des mesures d’urgence afin de diminuer les risques pour les enfants. Elle a aussi augmenté la communication en vue de sensibiliser la population et le personnel médical sur les dispositions à prendre pour éviter d’attraper la maladie. Au moins 8 agents de santé sont en effet décédés depuis le début de l’épidémie.

MSF (Médecins sans frontières) vient également de lancer une intervention d’urgence en Guinée. L’équipe composée de 24 infirmiers, logisticiens, médecins et spécialistes de l’assainissement et de l’hygiène déjà sur le terrain sera renforcée très prochainement. Par ailleurs, une structure servant à isoler les cas suspects a été installée à Guéckédou, une autre étant prévue être mis en place à Macenta. Deux avions en provenance de la France et de la Belgique livreront incessamment 33 tonnes de matériel. Ces organisations internationales travaillent en collaboration avec les autorités guinéennes.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 28 mars 2014 13:53

    Il viens d’où ce virus ?


    • doctorix doctorix 28 mars 2014 15:20

      Des laboratoires de l’armée américaine, tiens...

      La dépopulation de l’Afrique est un sujet de première importance chez les élites, telles que Bill Gates, Rockefeller, Bush et autres bienfaiteurs de l’humanité.

      Le développement du virus avait apparemment deux objectifs : (1) Arme politique / ethnique à utiliser contre les gens de couleur et (2) la réduction programmatique de la population.

      Le 29 juillet 1969, quelques jours après que le Département de la Défense ait demandé au Congrès 10 millions de dollars de financement pour la recherche « d’un agent pathogène biologique synthétique, une substance qui n’existe pas dans la nature et contre laquelle il n’est pas possible de développer une immunité naturelle », le Président de la Task Force républicaine sur Earth Resources and Population (Population et ressources terrestres), l’honorable George H.W. Bush a souligné le besoin urgent d’actions destinées au contrôle de la population pour faire face à la « crise croissante dans le Tiers Monde ».

      http://lesmoutonsenrages.fr/2013/07/24/le-virus-du-sida-a-ete-cree-artificiellement-confirmation-documentee/


    • Talion Talion 28 mars 2014 15:37

      Je crois qu’à la base le réservoir biologique de cette saloperie c’est une population de chauve-souris qui vit dans cette région et qui est ce que l’on appelle un « porteur sain ».

      Il suffit que les habitants de ce secteur aient consommé de la « viande de brousse » contaminée et on a alors un magnifique début d’épidémie en perspective.

      La seule chose rassurante en ce qui concerne cette maladie, c’est qu’elle a très peu de chance de se diffuser au delà du continent africain étant donné que l’Europe et une partie de l’Asie-Mineure ont a priori déjà été ravagées par des épidémies de fièvres hémorragiques similaires au moyen-âge (et que l’on a à jusqu’à il y a peu improprement considéré être des épidémie de peste bubonique) conférant ainsi à leurs habitants (par sélection... Hum... « naturelle ») des facteurs génétiques qui les rendent moins susceptibles de succomber à ce genre d’infection.

      http://www.unknowncountry.com/news/black-death-found-be-ebola#ixzz2x004bFXO


    • Ronfladonf Ronfladonf 28 mars 2014 15:56

      On parle pas du sida là...


    • Talion Talion 28 mars 2014 16:34

      « On parle pas du sida là... »

      Les gènes de résistance anti-virale sont à priori les mêmes.


    • Ronfladonf Ronfladonf 28 mars 2014 17:04

      Sans une petite explication, c’était pas super évident


      Désolé


    • Talion Talion 28 mars 2014 19:12

      Il n’y a pas de mal...

      Il faut dire que moi non plus je ne comprends pas trop pourquoi ce gène de résistance peut protéger face à différents virus, mais étant donné que je l’ai vu affirmé de manière répétée dans différents articles...

      Probablement que ces derniers ont une méthode similaire pour pénétrer à l’intérieur de nos cellules.


    • foufouille foufouille 28 mars 2014 20:46

      si le virus est similaire ou a le même type d’attaque, c’est plus facile pour nos globules blancs de le reconnaître
      comme pour la grippe


    • epicure 28 mars 2014 21:22

      Oui c’est des virus qui se trouvent chez des animaux de la forêt tropicale en général qui en sont porteurs sains, qui entrent rarement en contact avec l’homme. Mais avec la déforestation et tout ça, il y a de plus en plus de risque de contacts entre les animaux porteurs sains et les hommes, par des captures ou par la chasse notamment.

      La seule « qualité » sanitaire d’ébola c’est qu’il ne se propage qu’au contact direct avec les sécrétions, le sang, ce qui réduit les possibilités de transmission entre personnes, ceci limite la vitesse de propagation et le nombre de contaminations. les périodes hémorragiques étant celles où la possibilité de contamination est la plus grande.
      Mais du coup le personnel soignant est trés exposé s’il ne prend pas de mesures (d’où les 8 morts déjà).
      Et là où il est vicieux c’est lors des cérémonies funéraires, où le corps infecté est manipulé par les personnes s’occupant de l’enterrement, ce qui répand la maladie.
      C’est comme ça qu’au final des villages entiers peuvent vite se faire contaminer à partir d’une seule infection initiale, et malheureusement se faire dépeupler par une épidémie d’ébola, d’où les recommandations sur les enterrements.

      Enfin pour ce qui est des fièvres hémorragiques en europe il y avait eu le virus de marburg, qui avait ravagé un laboratoire allemand de la ville de marburg ( importé d’afrique équatoriale ) , mais ce virus a un taux de mortalité moindre qu’ébola, et les européens n’avaient pas de résistance spécifique à ce virus.


    • Talion Talion 29 mars 2014 00:29

      « si le virus est similaire ou a le même type d’attaque, c’est plus facile pour nos globules blancs de le reconnaître
      comme pour la grippe »

      Je pense que c’est plutôt son mécanisme de pénétration cellulaire qui est dores et déjà bloqué.

      Si je devais risquer une analogie simpliste, je dirais que le trousseau de clef dont ce virus dispose n’est plus adapté à la nouvelle serrure de la cellule depuis que cette dernière a été changée suite aux épidémies du moyen-âge. ^^


    • Surya Surya 28 mars 2014 19:55

      J’espère que cette épidémie va se terminer très vite parce que ça doit être affreux pour les gens cette angoisse permanente d’être les prochains sur la liste.
      Si les personnes apportant les soins aux malades peuvent être protégées, ou en partie protégés, par des masques faciaux, entre autres, comme je l’ai lu dans cet article, ce serait bien que la population des régions contaminées puisse bénéficier elle aussi de ces protections, puisque visiblement aucun traitement spécifique de la malade n’existe à l’heure actuelle. J’espère que c’est déjà le cas, mais si ça ne l’est pas, ça ne devrait pas nous coûter trop cher d’envoyer quelques milliers de masques et autres protections sur place, et ça ne devrait pas être trop compliqué à organiser (du moins je l’espère) pour les associations. Même si ça n’est pas à 100% efficace pour se prémunir de la maladie, c’est tout de même mieux d’être en partie protégés que pas protégés du tout.
      Je viens de me connecter sur les sites de la Croix Rouge et Médecins sans Frontière, la Croix Rouge lance entre autres un appel aux dons car la situation est « préoccupante en Ukraine », mais je n’ai rien vu sur Ebola, et Médecins Sans Frontières en parle puisqu’ils agissent, mais ne lance pas d’appel au don pour ce problème spécifique, du moins pas encore, ça va peut être venir. Mais faudrait que ça vienne vite !
      Si l’épidémie d’Ebola en Guinée n’est pas une situation d’extrême urgence, je ne sais pas comment il faut appeler ça...


      • Ouallonsnous ? 30 mars 2014 10:50

        Perdez vos illusions Surya !

        « Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) craignent que cette pathologie grave ne se répande à son tour un pays voisin, »

         

        L’auteur ne dit pas tous où est naïve : l’OMS cornaquée par les USA comme toutes les instances de l’ONU, n’attend qu’une chose, que cette pathologie essaime dans les pays africains voisins et ensuite dans le monde, sauf le monde anglo-yankee évidemment !


      • Montdragon Montdragon 28 mars 2014 20:19

        @Talion :
        tu as raison, l’Afrique Noire a été protégée des pestes justiniennes et noire, et toutes les merdes venues des amériques...lors de l’échange colombien.
        Nous sommes immunisés mais méfiance tout de même.


        • Talion Talion 29 mars 2014 00:24

          Ouais, enfin quand on dit « immunisé », il faut quand même préciser que c’est seulement grosso-modo 10% de la population européenne (ce qui est déjà beaucoup, il faut quand même l’admettre ^^ )...

          Cela représente certes un coussin protecteur, mais il y a quand même des chances sérieuses d’assister à une belle hécatombe si cette merde débarque chez nous.


        • mortelune mortelune 29 mars 2014 07:52

          Comme par hasard quelqu’un va venir de là-bas et le ramener en Europe. Comme un hasard ne vient jamais seul, les médias vont ameuter et crier à la pandémie et les lobbies pharmacos vont s’en mettre plein les poches. On a déjà vu le film plusieurs fois et la dernière fois ce fut un film qui a creusé la dette...



          • Talion Talion 29 mars 2014 11:20

            « ...et les lobbies pharmacos vont s’en mettre plein les poches. »

            Il n’y a aucun traitement... Ce virus est mortel dans 50 à 90% des cas.


          • claude-michel claude-michel 29 mars 2014 10:31

            Cebola vie en Afrique.. ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès