Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Erdogan et la Russie : Les dessous d’une réconciliation

Erdogan et la Russie : Les dessous d’une réconciliation

La rencontre des présidents turc, Recep Tayyeb Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, fait couler beaucoup d’encre depuis quelques semaines. Les analyses se multiplient, malgré la rareté des informations. Plusieurs hypothèses se juxtaposent pour tenter de cerner ce qui a pu se passer précisément entre les deux hommes à Saint Pétersbourg.

Certains analystes énoncent qu’Erdogan s’est rapproché de la Russie afin de faire pression sur les Etats-Unis. Cette théorie est plausible mais pas durable. Le président turc n’a pas les moyens de maintenir longtemps la pression sur ses amis américains, afin de venger leur implication dans le coup d’Etat raté en Turquie. Le camp occidental, avec à sa tête les Etats-Unis, possède un certain nombre de cartes qui peuvent être utilisées lorsque les péripéties d’Erdogan commencent à déranger.

S’il est vrai que le président turc souhaite prouver aux Etats occidentaux qu’ils peuvent être remplacés par la Russie, il sera contraint à l’avenir de choisir son camp. A l’heure actuelle, le président Erdogan balance entre les Etats-Unis et la Russie, son repositionnement ne va pas être sans conséquences sur l’avenir politique de la Turquie. Cependant, le rapprochement entre Poutine et Erdogan a eu lieu sur fond d’intérêts communs et d’arrangements mutuels à un moment où les deux hommes ont des relations mitigées d’une part avec les Etats-Unis et d’autre part avec l’Europe. Il convient de préciser que la rencontre ne porte aucun caractère extraordinaire puisque le rendez-vous était déjà fixé, sauf que les événements l’ont précipité.

Sans aucun doute, la réconciliation entre les présidents Erdogan et Poutine bénéficie d’une façon ou d’une autre au président Bachar Al-Assad, à l’armée et au peuple syrien. Pourtant, la Syrie n’est pas la priorité du président turc. Les avancées positives que la Syrie peut obtenir dans sa guerre contre le terrorisme sont uniquement dues aux efforts des syriens, des institutions, de l’armée et du peuple, ainsi qu’à l’habilité politico-diplomatique des dirigeants syriens à obtenir la cessation de la guerre sur leur territoire.

Bon nombre de personnes se réjouissent des rumeurs médiatiques révélant que le président turc va fermer sa frontière pour empêcher le passage des terroristes vers la Syrie. Il convient de préciser que la frontière syro-turque est de 900 Km. Les kurdes contrôlent une partie du côté syrien. Quant à la Turquie, elle ne fermera pas sa frontière avec la Syrie pour empêcher le transit des mercenaires vers la Syrie avant d’avoir la garantie que les kurdes ne créeront pas un Etat indépendant et autonome à sa frontière.

Robert Fisk[1] nous explique qu’Erdogan a fait abattre un avion russe, ce qui ne l’a pas empêché de serrer la main à Poutine, et pourra faire pareil avec Assad. Si la prospection de R. Fisk se réalisait, quelle serait la posture qu’adopterait Erdogan vis-à-vis de ses alliés saoudiens, quataris et israéliens ?

Dans les faits, le président Erdogan ne peut pas se réconcilier avec Assad tant que la guerre fait encore rage en Syrie. Une réconciliation avec Assad serait un désaveu de la part d’Erdogan pour son projet ottoman qui avait comme point de départ la Syrie. Cependant le président turc n’a pas les moyens de changer seul ses positions envers la Syrie, tant que le camp auquel il appartient n’est pas encore revenu à la raison. Cette donne politique n’est pas imminente puisque les dirigeants arabes et occidentaux, ainsi que leurs presses respectives, persistent dans le mensonge à propos de ce qui se passe réellement en Syrie. Mais le président Bachar Al-Assad et le peuple syrien accepteront-ils une éventuelle réconciliation et à quelles conditions ?

Quant aux Etats-Unis, ils prennent à contrepied la visite du président Erdogan en Russie déclarant à plusieurs reprises que la rencontre (Erdogan/Poutine) n’impacte pas les intérêts des Etats-Unis puisque la Turquie et la Russie soutiennent Daech en Syrie. Les Etats-Unis continuent à biaiser afin d’éviter d’assumer leur échec en Syrie. Washington accuse la Turquie de soutenir l’organisation Etat islamique ce qui n’est pas un scoop. Mais les déclarations des Etats-Unis signifient qu’à chaque fois qu’un de leurs amis se rapprochent de la Russie ou encore de l’Iran, il va se voir accuser de soutenir l’Etat islamique. Il convient de préciser que la Turquie n’a pas pu soutenir cette organisation terroriste sans liens avec les Etats-Unis.

Multiples sont les intérêts de la Russie nécessitant de courtiser le président turc. Le premier est de tenter un dénouement de la situation en Syrie, étant donné que le conflit syrien va commencer à coûter à la Russie bien plus que les investissements prévus. Les Etats-Unis, comme Moscou, ne peuvent pas se passer entièrement de la Turquie. La Russie a besoin d’Erdogan pour passer son gazoduc en Europe. Quant aux Etat-Unis, ils peuvent au besoin trouver un compromis avec le président turc concernant Fehtullah Gülen afin de ramener la Turquie sous leur coupe. Cela ne fera pas de la Turquie un carrefour stratégique entre les Etats-Unis et la Russie. Les Etats-Unis vont tenter également d’éviter que la Russie ait de l’influence au sein de l’OTAN à travers les dirigeants turcs. Actuellement ce qui prime au Moyen-Orient sont en priorité les intérêts…

Enfin, si Russes, Turcs, et Iraniens se rencontrent[2], cela ne signifie en aucun cas la fin de la guerre en Syrie.

Antoine Charpentier | 22 août 2016

[1] Robert FISK, « Erdogan’s meeting with Putin will tell us what the future holds for Syria », www.independent.com

[2] Les rencontres et les relations économiques turques et iraniennes n’ont pas cessé malgré le conflit syrien.

Quelques liens :

  • Al-Mayadeen, Les jeux des nations, avec le journaliste Sami Kleib, 08-10-2016
  • Thomas GROVE, « Turkey’s Erdogan patches up relations with Putin, www.wsj.com, 09-08-2016
  • Robert FISK, « Erdogan’s meeting with Putin will tell us what the future holds for Syria », www.independent.com
  • Amine ABOU RACHED, « La pénitence du Sultan face au Tsar à propos de la Syrie », www. Al-Manar, 12-08-2016

Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

153 réactions à cet article    


  • Robert GIL Robert GIL 23 août 11:37

    « Le gros du problème avec les Russes c’est qu’ils ont placé leur pays à proximité des installations de l’OTAN et qu’ils y ont même mis leur armée … quels fourbes ces Russes  !! »
    ... lire la suite


    • chantecler chantecler 23 août 11:46

      @Robert GIL
      Ah oui !
      Quand un pays est belliqueux il s’arrange toujours pour rejeter la responsabilité d’une guerre sur le camp d’en face !
      C’est une constante .


    • chantecler chantecler 23 août 11:44

      Si vous voulez !
      Mais j’aurais préféré que vous nous parliez du Liban, car en ce qui concerne la Turquie j’ai des infos un peu différentes .


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 août 08:48

        @chantecler



        « en ce qui concerne la Turquie j’ai des infos un peu différentes . »

        merci de nous les communiquer !

      • roman_garev 23 août 11:49

        @l’auteur

        « Multiples sont les intérêts de la Russie nécessitant de courtiser le président turc. »
        Ah bon ? Alors vous devez avoir une vision tout à fait particulière des choses (du type noir=blanc et vice versa). Où avez-vous vu Poutine courtisant Erdogan ? C’est juste le contraire. Les intérêts de la Russie dans la Turquie sont importantes, c’est vrai, mais ceux de la Turquie dans la Russie en sont mille fois plus.

        « Il convient de préciser que la rencontre ne porte aucun caractère extraordinaire puisque le rendez-vous était déjà fixé, sauf que les événements l’ont précipité. »
        Mais ce qui convient de préciser de loin davantage, c’est que la visite d’Erdogan était la 1ère visite étrangère depuis le putsch et que Poutine a été le premier chef d’État auquel Erdogan a parlé. Sans parler de ce que c’était Erdogan qui sollicitait cette rencontre (même avant le putsch) et qui a nommé Poutine « mon cher ami Vladimir » plusieurs fois lors de sa visite à St-Pétersbourg

        Et comme ça, tout l’article. Très loin de la vérité.

        • izarn 24 août 11:09

          @roman_garev
          Oui. En effet les relations entre Erdogan et la Russie étaient déja détendues. Ce qui a provoqué le putch militaire par les factieux « stay behind » de l’OTAN.
          Enorme sottise qui signait de façon manifeste à Erdogan la responsabilité des américains dans l’affaire du Su 24 russe.
          De plus il est possible que ce soit le FSB qui ai sauvé in extremis Erdogan de la mort.
          Pourquoi ? Mais parcequ’il était devenu un allié.
          Je pense qu’Erdogan s’est fait roulé par son état major, et qu’en plus il a découvert, grace à Poutine, que l’état turc était infesté de félons, prets à obéir à Washington...


        • Daniel Roux Daniel Roux 24 août 14:13

          @roman_garev

          Je remonte ce commentaire que je vous adresse pour qu’il soit plus visible par vos lecteurs.

          @roman_garev

          Chère madame,

          C’est vous qui êtes intervenue sur l’un de mes commentaires.

          Vous admettez faire partie d’un office de propagande russe chargé de promouvoir et de défendre Vladimir le Grand, chasseur de fauves et pêcheur de poissons, et accessoirement les intérêts de la Russie.

          Faites lui part que j’admire son combat contre les puissances du mal mais que je réprouve ses méthodes criminelles contre ses opposants et ses invasions de pays souverains limitrophes.

          Je ne vous juge pas, vous faites votre travail mais ceux qui vous lisent devaient le savoir. 

          Voilà, c’est fait.

          Bien à vous, je vous laisse le dernier mot.



        • Antoine-Noura Charpentier Antoine-Noura Charpentier 24 août 18:54
          @tonimarus45

          Relisez bien l’article

          Merci

        • Loulou20150 (---.---.112.218) 26 août 22:38

          @Daniel Roux
          Cher Daniel, Je suppose que vous faite allusion a l’Ukraine, c’est oublier un peu vite le fait que les ’Ukrainien ont subie un push des USA (et Israhell) et que la Crimée qui a toujours été une terre Russe a votée a 95% pour son rattachement a la Russie. Je sais vous faite votre boulot de troll, vous ne voulez pas que la vérité vous gène aux entournures 


        • Layly Victor Layly Victor 27 août 10:10

          @Loulou20150
          Vous perdez votre temps

          Ce Daniel Roux, c’est un idéologue fanatique anti Russe.
          Il n’a pas compris, comme beaucoup de Français et la totalité des journaleux, que l’avenir du peuple français n’est pas dans l’alignement sur le reich germano-israélo-US mais dans l’amitié avec le grand peuple Russe. Pourtant, ça crève les yeux. Mais les idéologues sont nés pour être aveugles.

        • roman_garev 23 août 11:57

          « Enfin, si Russes, Turcs, et Iraniens se rencontrent, cela ne signifie en aucun cas la fin de la guerre en Syrie. »


          Ne signifie pas, c’est vrai, mais marque le début de cette fin, c’est sûr.

          L’auteur ne cache même pas sa déception devant une fin éventuelle de cette guerre (pourtant inévitable vu que c’est la Russie qui s’y est prise).

          • Alren Alren 23 août 12:39

            @roman_garev

            Je suis sceptique sur une rencontre entre des Iraniens chiites et des Turcs sunnites, car les dirigeants iraniens manquent d’habileté diplomatique.

            Ce qui n’est pas étonnant vu que des religieux ne peuvent avoir une analyse dépassionnée de la situation. J’en veux pour preuve la maladresse du ministre iranien de la défense proclamant que les bombardiers russes doivent quitter le territoire iranien sous prétexte que la Constitution iranienne interdit que des « troupes » étrangères stationnent sur le territoire national.

            Or cette puissance aérienne installée chez eux n’a rien à voir avec des fantassins et sert les intérêts iraniens.

            Une diplomatie plus retorse de professionnels expérimentés, aurait sûrement trouvé le moyen de concilier la Constitution avec le besoin actuel.


          • roman_garev 23 août 13:09

            @Alren

            Vous pouvez être mille fois sceptique, mais les faits sont là. Et d’ailleurs qui (sauf vous) parle des rencontres bilatérales entre les Iraniens et les Turcs ? Vous inventez des fables pour les réfuter ensuite ?
            C’est la Russie qui parle à la Turquie, à l’Iran, à l’Irak, à l’Afghanistan, aux Saoudes, etc. Et elle ne manque point, elle, d’habileté diplomatique. Un ministre iranien maladroit ni personne d’autre n’y fera rien. Vous allez le voir, Monsieur le Sceptique.

          • Alren Alren 23 août 19:35

            @roman_garev

            Je n’ai pas parlé de relations bilatérales. Mais de délégations russe, turque et iranienne s’asseyant autour de la même table.
            Quant au fait que les Iraniens ont demandé le départ des Russes et de leurs bombardiers du territoire iranien, c’est une certitude que vous ne contestez pas et pour cause et malheureusement c’est un un signe fort.

            M. Garev, j’aimerais comme vous que la Russie joue un rôle plus important dans l’écrasement de daesh mais elle doit composer avec des pays dirigés par des religieux (dont Erdogan), qui posent partout et toujours des problèmes.

            Enfin, comme vous le dites, nous verrons bien ...


          • alinea alinea 23 août 22:52

            @JC_Lavau
            Cela paraît plus logique, et correspond aux informations que j’avais ! les iraniens sont tout sauf des cons inconséquents !!


          • roman_garev 23 août 23:03

            @Alren

            « Mais de délégations russe, turque et iranienne s’asseyant autour de la même table. »
            Ah bon ? Encore moins vraisemblable. Où avez-vous entendu parler d’une telle réunion trilatérale ?
            « Quant au fait que les Iraniens ont demandé le départ des Russes et de leurs bombardiers du territoire iranien, c’est une certitude que vous ne contestez pas et pour cause »
            En russe on parle dans les cas pareils du « téléphone détraqué ». C’est lorsqu’on rapporte un fait pas précisément, mais avec des modifications qui paraissent mineures mais qui changent en fait la signification de ce fait. 
            Justement comme ici : personne n’a demandé le départ des Russes ni de leurs bombardiers du territoire iranien, ils l’ont fait eux-mêmes. Voulez-vous que je vous cherche la citation exacte du ministre iranien ou bien vous le saurez faire vous-même ?
            D’ailleurs c’est inutile, car le président du parlement iranien Ali Laridjani vient de réfuter cette désinformation ou plutôt ce malentendu (lien en russe) : « Les vols ne sont pas arrêtés. L’Iran et la Russie sont des alliés dans la lutte contre le terrorisme. » Il a ajouté que la base à Hamedan n’est offerte à personne à titre constant, mais est utilisée pour le ravitaillement.
            Donc on a fait d’une mouche un éléphant.

          • roman_garev 23 août 23:06

            @alinea

            Je m’abstiendrais de parler des Iraniens comme d’une masse homogène. Il y a des forces politiques différentes dedans...

          • JC_Lavau JC_Lavau 23 août 23:33

            @roman_garev
            Question matérielle qui n’est abordée par personne : à Hmeymim, on ne se contente pas de refaire le plein en carburant et munitions. Les mécanos revérifient tout.
            Qui revérifie quoi à Hamedan ? Il faut des mécaniciens et leur équipement, spécialisés sur SU34 et sur TU22M3.
            Ils ne travaillent pas seulement avec leur bite et leur couteau pour assurer la maintenance indispensable...


          • izarn 24 août 11:18

            @roman_garev
            Si Erdogan lache Daesh, s’en est fini d’eux, assez rapidement en Syrie. Peut-etre pas en Irak ou les ricains surement leur feront un petit nid douillet, si Trump n’est pas élu....


          • roman_garev 24 août 14:57

            @izarn

            Oui, c’est très important. Et c’est justement la cause réelle d’une « reconciliation » de la part de la Russie, qui sait bien mettre en relief le principal.

            À noter que justement aujourd’hui Erdogan accueille Joe Biden (venu sans doute le menacer à l’étasunienne). N’empêche, dans quelques jours Erdogan se rend à l’Iran. Donc toutes mes excuses à Alren, le dialogue irano-turque aura lieu, lui aussi...

          • leypanou 23 août 13:19

            J’ai lu récemment que le PM turc ou le Ministre des Affaires Etrangères ont encore dit que B al-Assad peut rester lors d’une transition (autrement dit, les Turcs veulent avoir leur mot à dire sur qui peut diriger la Syrie) : avec ce genre de prise de prise de position, le vrai changement risque de prendre du temps.

            Si la Russie continue à penser que le choix de qui dirigera la Syrie incombe aux Syriens eux-mêmes, les points de divergence ne risquent pas de changer.

            Je pense que la Turquie n’en est qu’au début de ses troubles, si elle veut vraiment prendre de la distance vis-à-vis de l’empire et de ses « amis ». Pour l’empire, on ne lâche pas facilement ses « amis » comme çà.


            • izarn 24 août 11:23

              @leypanou
              Je crois que vous avez manqué le train : Quand on manque de se faire flinguer par ses propres « amis » ; ça change la psychologie. Il y a un avant et un aprés.
              Erdogan ne peut pas laisser passer ça, à mon avis s’est impossible, son pouvoir serait en jeu, vis à vis des turcs. Je pense qu’Erdogan n’est pas un capitaine de pédalo, meme si on ne l’aime pas.


            • zygzornifle zygzornifle 23 août 15:40

              comme Merkel et son vice chancelier Hollande fourbissent la Turquie rêvant d’une grande Europe Saoudite Poutine leur fait un pied de nez ....


              • agent ananas agent ananas 23 août 17:36

                Un peu trop tôt pour se réjouir d’un pivot turc en direction de la Russie, comme le dit si bien Andre Vltchek .
                Voyons voir le résultat de la rencontre aujourd’hui entre Erdogan et Joe Biden...


                • soi même 23 août 18:34

                  Si Poutine a un intérêt commun avec Erdogan c’est le coup d’état manqué qui est la clé.
                  Je pense pas que Poutine a une affection particulièrement chaleur vis à vis d’Erdogan, par contre que la Turquie soit rentré dans une turbulence intérieur devient un atout incontestable pour la Russie.

                  Dans cette affaire la Russie a tout à gagné à jouer le renversement d’alliance de la Turquie.

                  Surtout Erdogan n’est pas en réalité un grand diplomate, et ressemble plus à un opportunisme diplomatique qui arrive à se brouillé avec à peut près toutes les grandes puissances international et régionale .

                  Son revirent vis à vis de la Russie qui ressemble plus un volte-face désespéré à s’ accroché à son pouvoir qui a particulièrement trembè au vue de sa fureur des purges qui est en train de pratiqué dans son pays.

                  Et se subite rapprochement vis à vis de la Russie, et pour Erdogan un moyen de retrouvé un répits économie qui est devenus essange depuis l’embargo Russe .

                  Le grand Erdogan qui n’existe pas à faire chanté aussi bien la Russie, l’UE, les États Unis, Israël en définitif et venue à Moscou se faire pardonné.

                  En ce sens pour la Russie qui a tous à gagné dans cette affaire et plus particulièrement si cela peut compliqué la libre circulation de la flottille de l’Otan en Mer Noire cela n’est pas à négligé Erdogan soit celui qui met des bâtons dans les rouages de l’Otan.

                  Le siège de la base aérienne d’Incirlik est un début des embrouilles d’Erogan avec l’Otan.
                  Le pas suivant se fait dans le Kurdistan Syrien .


                  • soi même 25 août 13:49

                    Au vue des dernières informatisions, la Russie ce serait fait dupé ? comme tous cela tourne aussi bien dans l’information et la désinformation, je peu s’attendre à tous tellement la Turquie est devenue une poudrière.


                  • Daniel Roux Daniel Roux 23 août 19:39

                    Erdogan conduit la Turquie à la guerre civile. Depuis qu’il est au pouvoir, il s’acharne à supprimer par tous les moyens, toute opposition à sa folle ambition personnelle de devenir le nouveau sultan. Son modèle, c’est Poutine et ses manœuvres alambiquées pour rester au pouvoir.

                    Il sait qu’il va bientôt devoir se démasquer et apparaître tel qu’il est vraiment, un dictateur dur qui s’est servi des urnes pour arriver au pouvoir et qui ne le lâchera plus, quoi qu’il en coûte au peuple Turc.

                    La dictature affichée comme telle, est incompatible avec le modèle européen qui préfère une dictature douce, floue, non personnalisée, légaliste, comme aux USA.

                    Erdogan qui est fou, mais pas idiot, choisit logiquement le camps de ceux de son espèce.

                    Jusqu’à ce point, ce commentaire n’est pas un jugement moral, dure ou douce, une dictature reste une dictature.

                    Il reste que les dictatures dures sont violentes, assassines et torturantes. Elles occasionnent plus de souffrances pour les gens qui s’y opposent ou simplement, protestent.
                     


                    • leypanou 23 août 21:50

                      @Daniel Roux
                      Son modèle, c’est Poutine et ses manœuvres alambiquées pour rester au pouvoir. : quelles manœuvres alambiquées ? A-t-il modifié la constitution récemment pour pouvoir se représenter ou est-ce la mort du célèbre opposant Nemtsov qui ne représente pas grand-chose sauf pour le journal Le Monde qui vous fait écrire çà ?

                      Jusqu’à ce point, ce commentaire n’est pas un jugement moral, dure ou douce, une dictature reste une dictature. : si vous commencez déjà par donner votre définition de la dictature pour qu’on puisse vérifier s’il ne s’agit pas tout simplement de délires poutinophobes classiques ici en France, dont les MSM sont coutumiers.


                    • roman_garev 23 août 23:12

                      @Daniel Roux


                      Ah bon ? Avez-vous des exemples de ces soi-disant « manœuvres alambiquées pour rester au pouvoir » de la part de Poutine ? On est curieux.

                    • Daniel Roux Daniel Roux 24 août 07:59

                      @roman_garev et Leypanou

                      Chers défendeurs de l’indéfendable, poutinolâtres, veilleurs médiatiques d’intérêts étrangers, partisans inconditionnels d’idéologies surannées.

                      Pourquoi posez-vous toujours des questions dont vous connaissez la réponse et pourquoi niez-vous toujours l’évidence ? Parce que vous êtes des outils de propagande.

                      D’un autre côté, cela permet de démonter les arnaques. Vous n’êtes donc pas inutiles.

                      Se faire élire Président, détruire l’opposition, se faire ré élire Président, détruire les médias indépendants, faire élire Président son premier ministre, se faire ré ré lire en truquant les élections, j’appelle cela des manœuvres alambiquées. Poutine est un dictateur.

                      Le résultat est qu’il n’y a pas d’alternance en Russie et que c’est toujours le même qui est au pouvoir.

                      Ce n’est pas parce que l’empire transatlantique conduit une politique immonde que les autres sentent la rose. Les crimes des uns, n’ont jamais justifié les crimes des autres.

                      La guerre, toujours la guerre, les crimes toujours les crimes et toujours les mêmes victimes de ces luttes d’influence et de pouvoir, les pauvres gens.


                    • roman_garev 24 août 08:34

                      @Daniel Roux

                      Vous-même n’êtes rien d’autre qu’un outil de propagande, car la propagande, comme d’ailleurs la guerre, soit-elle froide ou chaude, est toujours menée par les deux côtés. À noter que de ces deux côtés l’une est toujours celui d’agression, et vous, vous vous trouvez justement de ce côté-là, donc du côté injuste et méprisé, qui est attendu par un tribunal futur.
                      De quels « crimes des autres » parlez-vous ?
                      Le même qui est au pouvoir ? Et alors ? Est-ce un crime ? Est-ce une preuve de dictature ? Avez-vous entendu parler de Singapore avec plus de 30 ans de présidence d’une même personne ? Mais parle-t-on d’une dictature à Singapore ?
                      L’Ukraine change ses présidents comme une dame aisée ses gants. Et alors ? Le sondage récent a révélé que le meilleur d’entre eux (30 % de votes) était justement Ianoukouvitch, accusé par le maïdan nazi d’être un dictateur.
                      Ce n’est pas à vous de déterminer qui est dictateur et qui ne l’est plus. Votre dictateur à vous reste au pouvoir des décennies et y restera toujours, il se trouve à l’outre-Atlantique. C’est le capital étasunien. Les noms de ces marionnettes qui sont censées de vous donner la fausse image d’une démocratie changent (Bush, Obama, Sarkozy, Hollande, Merkel...), mais rien ne change dans cette dictature, la vraie. 
                      Je vous plains sincérement, on vous a transformés en idiots utiles. 

                    • leypanou 24 août 08:41

                      @Daniel Roux
                      Se faire élire Président, détruire l’opposition, se faire ré élire Président, détruire les médias indépendants, faire élire Président son premier ministre, se faire ré ré lire en truquant les élections, j’appelle cela des manœuvres alambiquées.:1)depuis quand se faire élire président est une marque de dictature ? Hollande est un dictateur alors. 2)détruire l’opposition, pas nécessaire, elle se détruit elle-même par manque de crédibilité. Quelle crédibilité peut par exemple avoir un oligarque que n’importe quel inculte politiquement sait lié aux intérêts étrangers 3)détruire les médias indépendants : lesquels ?

                      Pour l’opposition, c’est encore plus complexe que çà. Les Medvedev et ses amis sont l’opposition en Russie.

                      On peut peut-être reprocher beaucoup de choses à Poutine mais pas d’être un dictateur.


                    • roman_garev 24 août 08:48

                      @leypanou

                      Pour le soi-disant crime d’avoir « détruit les médias indépendants », surtout n’espérez pas à avoir une réponse de sa part. Ses merdias (vraiment indépendants, haha) lui ont annoncé cela en oubliant de les mentionner (faute de cette liste), donc il n’a qu’à répéter ce cliché magique sans preuves, auquel il croit comme en Dieu. Pauvre idiot utile...

                    • Daniel Roux Daniel Roux 24 août 09:58

                      @roman_garev et Leypanou

                      Bing ! Bang ! Ping ! Pong ! Ah, les braves gens ! Les beaux monstres qui nous font crever avec leurs misérables ambitions, leur mégalomanie, leur avidité, leur paranoïa. L’histoire humaine est pleine de ces criminels heureusement mortels, que vous soutenez.

                      Pour Hollande et plus largement, la 5ème république :

                      http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-illusion-democratique-181445

                      Et si, ne vous en déplaise, c’est à moi et à tous ceux que cela concerne, de dénoncer les dictatures et les dictateurs, qu’ils soient de péta ou snock.

                      Remerciez Agoravox de permettre la libre expression d’opinions. Dites-vous que c’est le prix à payer pour pouvoir répandre vos lamentables propagandes, les vôtres mais aussi celles de vos semblables, pour d’autres idéologies concurrentes et tout autant criminelles.


                    • Tozzzzz (---.---.143.32) 24 août 10:11

                      @Daniel Roux

                      Erdogan qui est fou, mais pas idiot, choisit logiquement le camps de ceux de son espèce.

                      Drôle.


                    • Tozzzzz (---.---.143.32) 24 août 10:13

                      @Daniel Roux

                      poutinolâtres

                      Vive poutine !j aime bien ça fout des hémorroïdes à dany le roux .


                    • Tozzzzz (---.---.143.32) 24 août 10:15

                      @Daniel Roux

                      Se faire élire Président, détruire l’opposition, se faire ré élire Président, détruire les médias indépendants, faire élire Président son premier ministre, se faire ré ré lire en truquant les élections, j’appelle cela des manœuvres alambiquées. Poutine est un dictateur.

                      Toute la crétinerie condensé en un seul paragrappelle. Bravo dany bel effort.


                    • Tozzzzz (---.---.143.32) 24 août 10:18

                      @Daniel Roux

                      Ce n’est pas parce que l’empire transatlantique conduit une politique immonde que les autres sentent la rose. Les crimes des uns, n’ont jamais justifié les crimes des autres.

                      Putain que j adore ce refrain qui va nous mener directement a :

                      La guerre, toujours la guerre, les crimes toujours les crimes et toujours les mêmes victimes de ces luttes d’influence et de pouvoir, les pauvres gens.

                      We are the world we are the children.combien ça coute Daniel ?


                    • Tozzzzz (---.---.143.32) 24 août 10:20

                      @Daniel Roux

                      Et si, ne vous en déplaise, c’est à moi et à tous ceux que cela concerne, de dénoncer les dictatures et les dictateurs, qu’ils soient de péta ou snock.

                      Mieux vaut en rire dany le roux va pacifier le monde avec ses petits bras muscles.sans déconner.

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès