Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Escalade de la situation dans le Donbass - L’OSCE couvre (...)

Escalade de la situation dans le Donbass - L’OSCE couvre l’Ukraine et la Pologne lance un pavé dans la mare

Hier soir, fut une nouvelle fois une nuit de terreur pour la population civile de la République Populaire de Donetsk (RPD), et surtout pour celle de la périphérie de la capitale.

Dès 18 h, l'armée ukrainienne se déchaîne contre la périphérie de Donetsk et celle de Yasinovataya, tirant au total 135 obus d'artillerie et de mortier sur ces zones.

« De 18 h à minuit, la partie ukrainienne a bombardé les localités de Troudovskoye et Alexandrovka dans le district de Petrovskyi à Donetsk, ainsi que l'aéroport et la zone industrielle. Sur ces sites, 127 obus de mortier de 82 mm et 120 mm ont été tirés, ainsi que huit obus d'artillerie de 122 mm » a déclaré un officiel de la RPD.

La zone de Gorlovka n'a pas non plus été épargnée la nuit dernière, avec pas moins de 15 tirs de mortier sur le village de Zaïtsevo.

L'armée ukrainienne a aussi utilisé des véhicules de combat d'infanterie, des lance-grenades et des armes légères la nuit dernière. Et si dans ces zones les victimes et destructions occasionnées doivent encore être précisées, plus au Sud, à Sakhanka, un civil de 53 ans a été blessé lors du bombardement de cette zone par l'armée ukrainienne avec des mortiers de 82 mm.

La nuit précédente dans cette même zone, deux civils ont été blessés lors des bombardements et 15 maisons ont été endommagées. Et hier, deux soldats de l'armée de la RPD sont morts et un autre a été capturé par l'armée ukrainienne lors d'une attaque menée par un groupe de sabotage ukrainien. Cette attaque a été couverte par des tirs de diversion à l'artillerie et au mortier sur la zone, depuis les positions de l'armée ukrainienne près de la ville de Shirokino, proche de la ligne de front.

Des bombardements que l'OSCE a refusé d'enregistrer en violation totale de son mandat :

« Hier les observateurs de l'OSCE ont refusé d'enregistrer les bombardements des villages du Sud de la République et d'aider à rétablir le cessez-le-feu », a souligné le représentant du commandement opérationnel de l'armée de la RPD.

Décidément plus çà va et plus on se demande à quoi sert l'OSCE. Surtout quand on voit son silence face à l'arrivée sur le front de nouveaux équipements militaires et snipers étrangers côté ukrainien.

Les services de renseignement de la République Populaire de Donetsk, ont ainsi détecté la présence de mortiers lourds et de snipers américains, près de Gorlovka.

« Nos services de renseignement continuent de repérer des pièces d'équipement militaire des FAU qui seront détruites si les punisseurs lancent une offensive. Ainsi, près de la localité de Mayorsk (à 1,5 km de la ligne de contact), près du pont, nous avons détecté les positions de tir de six mortiers de 120 mm » a déclaré Édouard Bassourine, commandant en second du commandement opérationnel de l'armée de la RPD.

« En outre, nos services de renseignement ont établi la présence de snipers qui sont arrivés dans la zone de l'OAT depuis les États-Unis. Nous rassemblons à présent les faits prouvant leur activité criminelle contre les habitants du Donbass  », a ajouté Bassourine.

Malgré ces violations flagrantes des accords signés à Minsk, l'armée de la RPD, elle, continue de respecter ces mêmes accords. Ainsi suite au désengagement des forces armées qui a pu enfin avoir lieu à Petrovskoye, les démineurs de l'armée de la RPD ont commencé le déminage de la zone, comme convenu dans l'accord de désengagement.

Néanmoins, une reprise des hostilités semble imminente, sur fond de mécontentement populaire croissant en Ukraine et tensions grandissantes entre l'Ukraine et la Pologne (pourtant un de ses plus fervents soutiens), après le lancement du film « Volyn », du réalisateur Wojciech Smarzowski.

Ce dernier a tenu via ce film à exposer le massacre des Polonais de Volhynie par les nationalistes ukrainiens pendant la Seconde Guerre Mondiale. Un épisode que les autorités ukrainiennes actuelles voudraient bien cacher aux yeux du monde, car il montre le véritable visage des « héros de l'Ukraine » que sont Bandera et ses sbires collaborationnistes.

Comme à l'époque de la sortie du documentaire de Paul Moreira, « Ukraine : les masques de la révolution », ce film a déclenché un véritable tollé en Ukraine, les médias ukrainiens se déchaînant littéralement contre lui.

Pourtant ce film parle de faits historiquement prouvés, et rappelle que si des millions d'Ukrainiens ont combattu les nazis au sein de l'armée rouge pendant la Seconde Guerre Mondiale, des centaines de milliers de nationalistes ukrainiens, y compris l'Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) et l'Armée Insurrectionnelle Ukrainienne (UPA), ont collaboré avec les forces nazies lors de leur occupation de ce qui étaient les territoires polonais et ukrainiens.

En plus de campagnes de meurtres de masse contre les juifs, les tziganes, les prisonniers de guerre soviétiques et les anti-fascistes ukrainiens, les nationalistes de l'UPA ont mené une vaste campagne de nettoyage ethnique visant la minorité polonaise dans l'Ouest de l'Ukraine. D'après les historiens, ce génocide (reconnu comme tel depuis peu par la Pologne) a fait entre 80 000 et 120 000 morts, majoritairement des femmes et des enfants, entre 1943 et 1945.

Un épisode qui rappelle tristement le génocide en cours dans le Donbass, et sur lequel les gouvernements occidentaux ferment les yeux, pendant qu'ils agitent le chiffon humanitaire devant l'ONU concernant la population civile Syrienne afin de sauver leur « investissement » djihadiste à Alep.

Les deux résolutions, russes et française, sur ce dossier ayant été toutes deux refusées, la confrontation entre le bloc occidental et la Russie et ses alliés semble désormais inéluctable. La seule question qui reste c'est où et quand aura lieu l'étincelle qui mettra le feu aux poudres ?

Christelle Néant


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 10 octobre 17:11

    L’OSCE ne sert à rien alors cela ne sert à rien de s’offusquer à chaque fois de son inutilité comme si c’était une grande nouvelle... surtout toujours dans le même conflit à 3 jours d’intervalle...


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 octobre 18:09

      @Leonard
      Sauf que l’OSCE étant imposée par les accords de Minsk comme « arbitre neutre » il est de notre devoir de signaler ses manquements. Même si c’est tous les trois jours.


    • Attilax Attilax 10 octobre 17:11

      Courage, le pire n’est jamais certain. Parfois, un grain de sable suffit à gripper les rouages des plans les mieux ficelés. Espérons que ce sera le cas en Ukraine et en Syrie en ce qui concerne les plans américains, qui commencent sérieusement à prendre l’eau de partout et qui mettent le monde entier en danger... Merci pour ces infos.


      • Christelle Néant Christelle Néant 10 octobre 18:03

        @Attilax
        J’espère aussi....


      • chantecler chantecler 10 octobre 18:15

        Bonsoir ,
        Décidément les bonnes nouvelles se font de plus en plus rares ...
        Ici , là et ailleurs ...
        Pour l’ OSCE c’est pas vraiment étonnant :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_pour_la_s%C3%A9curit%C3%A9_et_la_coop%C3%A9ration_en_Europe


        • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 08:48

           l’OSCE c’est l’Europe dans toute sa splendeur , pourrie par les Mekel Hollande et tout le reste .....


          • njama njama 11 octobre 09:54

            Vaut mieux tard que jamais ! ... smiley

            Un ex-diplomate français suggère que Washington pourrait être à l’origine de la crise ukrainienne

            Ambassadeur de France à Moscou jusqu’en 2013, Jean de Gliniasty estime que les Européens auraient dû « donner » Sébastopol à la Crimée et juge que la Crimée a « toujours été russe ».

             
            Jean de Gliniasty est en colère, très en colère. Rencontré en marge du forum de Saint-Pétersbourg, l’ex-ambassadeur de France à Moscou, qui ne cache pas ses vues pro-russes, s’emporte contre les « erreurs » de la diplomatie européenne et française à l’égard du dossier ukrainien. « C’est cinq ans de travail qui ont été ruinés », regrette celui qui représenta les intérêts de la France à Moscou de mai 2009 à octobre 2013, quittant la capitale russe au moment des grandes manifestations ukrainiennes de Maïdan qui débouchèrent sur un changement de régime, puis sur l’annexion de la Crimée et la guerre dans le Donbass.

            Durant ces cinq années, il s’est fait l’avocat infatigable des chefs d’entreprises françaises en Russie, qui l’appréciaient en retour, quitte à minimiser les conséquences du tour de vis imposé par Vladimir Poutine à la société civile après son retour au Kremlin en 2012. Des vue qui lui ont été reprochées parfois au quai d’Orsay. « Ce n’était pas compliqué », dit-il : « il fallait notamment donner Sébastopol à la Russie et garantir le statut de la langue russe en Crimée ». Et l’avis de Kiev dans tout cela ? « Mais la Crimée n’a jamais appartenu à l’Ukraine, elle a toujours été russe », s’emporte Jean de Gliniasty, négligeant le fait que la péninsule a été offerte en cadeau par Nikita Khrouchtchev à l’Ukraine en 1954.

            Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

            source : Égalité & Réconciliation


            • njama njama 11 octobre 10:02

              note : L’article a été repris par E&R le 11 octobre 2016, la source lefigaro.fr est du 21/06/205
              du réchauffé  ? oui, un peu, il faut le dire, mais en même temps il n’a pas pris une ride. Un petit rappel ne fait pas de mal ...


            • njama njama 11 octobre 11:28

              Le buzz des médias en ce moment ce sont les tergiversations et pas de danse de François Hollande, à croire qu’il s’est égaré dans la salle des pas perdus, attendant comme Godot je ne sais quel train ... va-t-il recevoir Poutine à Paris, telle est la question ! recevra ? recevra pas ?

              Ce qu’il y a d’étrange avec tout ce tapage médiatique sur le venue de Poutine, c’est que tout le monde en oublie la raison principale !

              Certes c’est un voyage prévu de longue date, mais dont l’objet essentiel n’est pas du tout de rencontrer François Hollande, lequel en tant qu’hôte se devait d’un point de vue protocolaire de recevoir son homologue, Vladimir Poutine.

              Donc en plus, d’attiser la poutinophobie ambiante, les médias en masquent la portée spirituelle …, et culturelle, et civilisationnelle ! Cherche-t-on à tuer l’événement  ?

              Cette visite, dont la portée est « culturelle » plus précisément, pouvait être dissociée des questions internationales et de la Syrie, comme de l’Ukraine. Hollande le fait exprès ???? ou se laisse-t-il influencer par quelques cris d’orfraies qui hurlent au scandale

               Le 19 octobre est prévue  l’inauguration du Centre Culturel Orthodoxe qui a été construit en plein cœur de Paris, lequel comprend une église, orthodoxe, surmontée de spectaculaires dômes dorés, une école bilingue franco-russe, une salle de concert, un café, …

              http://www.wilmotte.com/fr/projet/404/Centre-Spirituel-et-Culturel-Orthodoxe-Russe

              De plus Vladimir devrait visiter la Collection Chtchoukine, du nom éponyme de Sergueï Chtchoukine, grand mécène et collectionneur russe « visionnaire » de l’art moderne français du début du 20eme siècle
              http://www.fondationlouisvuitton.fr/expositions/icones-de-l-art-moderne.html

              Face aux polémiques, source Russie.info  :

              Ainsi, comme le souligne le journal L’Echos, l’hypothèse d’une venue de Vladimir Poutine, sans rencontre avec son homologue français, est possible.

              Le journal rappelle qu’en France, il existe plusieurs degrés de protocole pour l’accueil d’un chef d’État. Le plus élevé est celui de la « visite d’État », signe d’une proximité forte avec le pays invité, avec son lot de cérémonies et dîners. Pour des rencontres moins fastueuses, peuvent être choisis le « voyage officiel », le voyage de travail, ou encore le voyage privé.

              Si cette dernière solution est choisie, Vladimir Poutine pourrait très bien se rendre directement à l’inauguration de « son » église orthodoxe, sans passer par la case Hollande.

              http://www.russieinfo.com/polemique-autour-de-la-visite-de-poutine-paris-le-19-octobre-2016-10-10


              • howahkan howahkan 11 octobre 13:10

                @njama

                Salut..Poutine ne vient pas en France ainsi en a t’il décidé...un accident est si vite arrivé..en plus
                voir ici


              • njama njama 11 octobre 14:32

                Je viens de voir ça ...
                Vladimir a été sympa, le camarade Hollande boguait à n’en plus finir, il l’ a sorti de ses inter_minables hésitations en reportant à plus tard


              • Laurent 47 11 octobre 14:09

                Le Donbass n’appartient plus à l’Ukraine depuis très longtemps ! Petit rappel de la réalité historique :
                Le 17 Juillet 1959, par la Loi Publique n° 86-90, dite de la semaine des nations captives, le Congrès américain à l’unanimité, a voté l’indépendance de la république du Donbass, en la séparant de l’Ukraine ( cette république avait été appelée Cossackia initialement ).
                Cette république comprend notamment les villes de Donetz et de Lougansk, actuellement bombardées par les milices néo-nazies ukrainiennes.
                Chaque année, à la date anniversaire, le Congrès américain a prorogé cette déclaration d’indépendance, et le 17 Juillet 2015, Barack Obama l’a entérinée à nouveau !
                Donc Kiev fait la guerre à son voisin le Donbass, lequel voisin est protégé par les Etats-Unis, garants de son intégrité territoriale depuis 57 ans !
                A tous ceux qui ne croient pas ce que je dis, tellement c’est hallucinant, je conseille de faire comme moi, et de chercher sur le Net !
                Quand je dis que les américains sont vraiment tarés...


                • baldis30 11 octobre 22:38

                  bonsoir,


                  dans le domaine de l’histoire contemporaine on ne peut oublier que bien des ukrainiens s’engagèrent dans l’armée « Vlassov ». C’est une composante à rajouter aux causes du conflit ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès