Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Espagne : ETA, espoir et méfiance

Espagne : ETA, espoir et méfiance

Avec sa déclaration de cessez-le-feu permanent à partir du 24 mars 2006, l’organisation terroriste ETA suscite beaucoup d’espoirs mais aussi de méfiance en Espagne. Le caractère « permanent » de celui-ci semble dépasser le stade des simples « trêves » ou cessez-le-feu auxquels l’organisation avait consenti dans le passé (en janvier 1989 ou septembre 1998). Il n’empêche que cette nouvelle démarche, certes porteuse d’espoir, ne peut faire oublier la nature de l’organisation et son tragique bilan depuis sa fondation le 31 juillet 1959, avec plus de huit cents morts (dont le plus grand nombre tués alors que l’Espagne s’était dotée d’institutions démocratiques et que le peuple espagnol, dans toutes ses composantes, pouvait librement choisir ses représentants et inscrire son développement dans le cadre d’un Etat de droit moderne). Rappelons-nous le massacre de l’Hypercor à Barcelone et ses 21 morts le 19 juin 1987, ou la très longue liste d’élus municipaux, quelle que soit leur sensibilité politique, assassinés de sang-froid au Pays basque espagnol.

Certes, l’organisation fait, avec son appel, une démarche significative. Mais celui-ci n’est que la conséquence d’une évolution d’un rapport de forces aujourd’hui très défavorable à l’organisation. En effet, les rapports géostratégiques ayant radicalement évolué depuis le début des années 1990, les soutiens financiers ou logistiques apportés par certains Etats aux luttes armées menées par tel ou tel groupe ont quasiment disparu. De plus, la pression exercée conjointement par les polices espagnoles et françaises sur l’organisation ont fragilisé de façon très significative les capacités opérationnelles de la structure, qui ne disposerait plus que de trois commandos « itinérants » en Espagne, réduisant ainsi ses moyens de pression, et donc sa capacité de nuisance. Il faut également souligner que l’évolution du processus irlandais et l’annonce de la fin de la lutte armée par l’IRA en juillet 2005 ne pouvaient que fragiliser d’autant la « légitimité politique » du combat mené par l’organisation basque et mettre à mal la crédibilité de sa « vitrine politique » légale. Enfin, n’omettons pas de signaler l’impact psychologique représenté par l’attentat de la gare d’Atocha sur un inconscient collectif maintenant traumatisé par la violence aveugle.

Alors, la déclaration d’ETA est certes très intéressante, mais seul un désarmement similaire à celui engagé par l’IRA et vérifiable par des parties indépendantes peut rendre la crédible, dans les faits.. L’absence de toute initiative en ce sens pourrait être interprétée comme une tactique de l’organisation, cherchant ainsi à gagner du temps afin de redéployer ses structures logistiques et opérationnelles actuellement mises à mal. Quant aux notions d’autodétermination et de territorialité sous-tendus par le texte, il ne faut pas omettre de souligner que le pays basque espagnol bénéficie déjà d’une très large autonomie. De plus, l’approche politique qui est faite de ces concepts est différente selon qu’on est Biscayen ou Navarrais, et, pour l’heure, elle n’a jamais fait l’objet d’une validation majoritaire par les électeurs basques à l’occasion de différents scrutins. Par ailleurs, la volonté d’ETA d’associer la France à une résolution politique de ce qui ne ressort que des affaires intérieures espagnoles apparaît comme une manœuvre politique, d’autant plus significative que les électeurs domiciliés en pays basque français ne semblent, par leurs votes actuels, n’accorder qu’une audience très limitée à ses théories.

Thierry Costedoat est Lieutenant - Colonel (réserve opérationnelle), responsable opérationnel du Cabinet d’ingénierie stratégique pour la sécurité, ancien auditeur de l’IHEDN et de l’IHESI et stagiaire au Centre de défense NRBC de l’Armée de terre, ci2s.org


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Scipion (---.---.75.221) 3 mai 2006 14:45

    Personnellement, j’ai déjà été surpris que le trésor de guerre de l’ETA lui permette de survivre si longtemps à l’élimination de ses sponsors moscovites...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès