Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Et après ?

A voir, plus de cinq ans après, le pays ne pas pouvoir se relever, et être aujourd’hui dans une situation économique et sociale pire que sous Saddam Hussein, on s’était dit que cette invasion n’avait pas tourné rond dès le début. Les premières décisions sentent l’amateurisme le plus total. Les effets de l’occupation désorganisée se font sentir tout de suite : on pille sous les yeux des caméras du monde entier le prestigieux musée de Bagdad, les stocks de munitions conventionnelles accumulées par le tyran ne sont même pas gardées et disparaissent, volatilisées en quelques jours, bref ce n’est pas une armée qui vient de débarquer, mais bien une équipe de footballeurs américains ou de base-ball en goguette, qui, le soir venu, tire sur tout ce qui bouge. Ou conduit en ville comme dans un jeu vidéo, à tamponner toutes les voitures irakiennes sur le passage, comme on a pu le voir dans une effarante vidéo. Même chose pour la nourriture ou les rires obscènes des soldats. Les Américains se comportent en maîtres, et s’aperçoivent quelques semaines après qu’on les déteste. Leur mépris est immense. Leur attitude stupéfiante et abjecte. Leur irresponsabilité totale.

On avait beau avoir tout prévu lors de leur arrivée avec des agences de com’ gouvernementales ayant distribué des petits drapeaux pour jouer aux libérateurs, organisé en grandes pompes la chute de la statue de Saddam dans des circonstances affligeantes de mise en scène théâtrale, avec public sélectionné et même déguisé, rien n’y a fait : en deux mois pas plus nos fameux libérateurs, par leur comportement odieux, ont réussi la prouesse de passer de statut de libérateur en celui d’occupant détesté. Des gamins jusqu’ici non-partisans sont devenus des résistants à cette occupation qui a multiplié les erreurs et les provocations : des familles entières assassinées en représailles d’un soldat tué, des mercenaires qui tirent dans la foule pour le plaisir, et toutes les petites humiliations comme cette autre scène affligeante où un soldat juché à l’arrière d’une Humvee jette des bouteilles d’eau en faisant courir, courir et courir des pauvres gamins qui crèvent de dysenterie à boire l’eau polluée d’un réseau de distribution qui n’est toujours pas réparé, cinq années après. Les sommes qui lui étaient destinées ont été englouties ailleurs. Où, on ne sait pas, mais on a bien quelques pistes, dont celle d’un gouvernement de mafieux qui vit grassement sur le malheur de son peuple.


On s’en doutait, donc, de cette impréparation totale, mais aujourd’hui, on en a la preuve, en provenance d’une enquête réalisée par les sénateurs américains et des historiens. Elle est effarante. L’amateurisme à ce point est digne de l’armée d’Idi Amin Dada. Et le pire, c’est qu’on a tout fait à la tête de l’armée pour tenter d’étouffer les remontées de la base, qui constatait jour après jour que rien n’était comme prévu. Jusqu’à aller couper des têtes au sommet même de l’establishment militaire. Souvenez-vous, en 2003, Saddam juste capturé, on récompense ses auteurs en les mutant ailleurs : Tommy Franks, général trois étoiles, vire toute la direction de commandants de Bagdad dans les semaines qui suivent, décapitant l’organisation qui tentait péniblement de se mettre en place. Le constat des militaires eux-mêmes, aujourd’hui, est sévère “The move was sudden and caught most of the senior commanders in Iraq unaware,” dit le NYT. En citant cette enquête de 700 pages qui taille des croupières au régime de W. Bush, obnubilé par sa seule gloriole et non par la gestion d’un pays conquis, cadet de ses soucis.

L’armée américaine sur place avait bien de quoi finir par capturer le dictateur, mais sans plus : rien ne lui permettait de tenir le pays sous sa coupe. On sait qu’aujourd’hui Paul Bremer III, viré depuis lui aussi, est devenu un des plus farouches opposants de l’administration Bush dont il a pourtant été l’ambassadeur irakien. Il évaluait à 500 000 hommes environ les besoins sur place. Il en aura le tiers, à tout casser. Sans oublier l’incroyable bévue consistant à se séparer des cadres du parti de Saddam, piliers du régime, certes, mais aussi et surtout responsables à tous les niveaux de son administration. Les évincer, c’est ruiner tout espoir d’organisation du pays : plus d’électricité, de distribution d’eau, de banque centrale, jusqu’aux bureaux de poste et la police locale, démantelée elle aussi. Un régime totalitaire s’infiltre partout, et vouloir s’en débarrasser d’un revers de main une erreur monumentale. En France, en 1945, de Gaulle l’avait bien compris, à devoir composer avec des gens comme Papon, dont on ignorait alors le degré d’implication. Papon et d’autres, dont on vous a déjà parlé et qui sont passés au travers des mailles du filet, à se la couler douce le restant de leur vie, voire à s’acheter des hôtels prestigieux. Et amnistiés très tôt. C’est pourtant ce que vont faire les Américains, sans se soucier du contenu d’un rapport de huit pages écrit par un fin connaisseur de la région qui s’appelle Ryan Crocker, l’un des rares de haut rang à parler la langue du pays. Enrôlé depuis sous la casquette de nouvel ambassadeur, tentant misérablement lors de la dernière commission sénatoriale de justifier les actions de son collègue le général Petraeus, récemment nommé au poste de commandant en chef des armées en Irak.

Aujourd’hui, confronté à ce qui est devenu une situation ingérable, les langues se délient au sein de l’armée américaine. Le colonel Thomas G. Torrance, commandant de la 3e division d’artillerie dénonce sans ambiguïté le gâchis : "I can remember asking the question during our war gaming and the development of our plan, ‘OK, we are in Baghdad, what next ?’ No real good answers came forth". Pas une seule réponse de l’état-major à la question : que fait-on après, maintenant qu’on a conquis le pays ? L’impréparation est totale, et à tous les niveaux : pendant que l’on s’efforce de souder des bouts de tôle sur des Humvees devenues des passoires à Kalachnikovs, les troupes au sol doivent se débrouiller avec leur peu de savoir du terrain. On les a entraînées à se battre derrière des chars en plein désert, elles sont à pied en ville sans aucune formation à la guérilla urbaine et se font tirer comme des lapins, dénonce le lieutenant-colonel Troy Perry, responsable écœuré du 68th Armor Regiment. Franks, aux ordres de l’équipe de Bush, n’écoutera aucun conseiller : le colonel Kevin Benson lui indique pourtant, en qualité de membre de la planification aux armées, qu’il lui faudra tabler sur au moins 300 000 hommes pour contrôler l’ensemble du pays. Et ce avec le soutien de l’infrastructure baassiste existante. Rien n’y fera : cet imbécile de Franks, qui tient une victoire militaire facile dans ses mains, pense qu’il en sera de même pour le civil : "In line with the prewar planning and general euphoria at the rapid crumbling of the Saddam regime, Franks continued to plan for a very limited role for U.S. ground forces in Iraq.” Selon lui, le pays, une fois conquis, va marcher tout seul. C’est oublier les fondements même de la réalité du moment : le pétrole n’est plus pompé, les ports ne s’approvisionnent plus, l’électricité n’est plus produite pour la simple raison qu’il n’y a plus de fonctionnaires en place pour décider quoi faire et quand. Un pays repose sur ses fonctionnaires. Même dans les pays où le privé fait sa loi, il faut bien y passer. Et là, plus aucun gestionnaire de présent : le pays se retrouve du jour au lendemain paralysé.

Franks vire également dans la foulée le général McKiernan, à la surprise générale. C’est le chef des troupes alliées. Un commandant général est nommé, le lieutenant-général Ricardo S. Sanchez, qui manque d’expérience. Un général observant son arrivée en est catastrophé : “It took us months, six or seven or eight months, to get some semblance of a headquarters together so Sanchez could at least begin to function effectively.” La direction de l’armée vient de se prendre six mois minimum d’imprécisions supplémentaires, ce qui laisse largement le temps aux insurgés de s’organiser. Les dépôts d’armes ne seront pratiquement pas surveillés avant : on y vole toujours les obus qui vont être disséminés sur toutes les routes où passent les Humvees ou les chars Abrams. Leur déclenchement par téléphone portable devient la norme, les IEDs sont inventées et provoquent un vrai massacre chez les soldats. L’armée met plus de deux ans à s’en rendre compte, organisant des palliatifs comme l’épisode grotesque du montage d’éléments blindés au-dessus des jeeps. Alors qu’elle sautent par le dessous, avec leur fond plat qui est transpercé comme rien. Depuis, après quatre années d’imprécisions et de tergiversations, les Américains ont réagi en commandant plus de 7 000 véhicules MRAP à fond en V censés éviter les déflagrations. Les engins sont ruineux, lourds et fort peu manœuvrants. Et surtout enferment les soldats derrière des vitres blindées, ne permettant plus aucun contact avec les populations. Les soldats sont protégés, mais toujours plus détestés : qui ont ces extraterrestres qui s’enferment dans leur bulle d’acier et de verre ? Déjà qu’aucun d’entre eux ne savait la langue du pays... le contact avec la population, à bord de ces MRAP hermétiques est désormais inexistant. Les Américains sont clairement passés sous le statut d’occupant méprisant les populations locales. A Bagdad, le découpage des quartiers par des murs de béton de plusieurs mètres de haut et les barrages filtrants ont certes fait baisser le taux d’attentats, mais ruine l’économie : faire circuler n’importe quel produit qui doit être soupesé et passé aux rayons X devient une galère innommable. Les Irakiens découvrent les joies des barrages israéliens de la bande de Gaza, lieux de toutes les humiliations.

L’impréparation a été à tous les niveaux. L’occupation américaine est un patch constant. Jusqu’aux supplétifs, recrutés à la hâte, ces harkis de la guerre irakienne. Tant qu’ils fonctionnent sur leurs deux jambes, ça va. Mais ne comptez pas sur l’administration irakienne inexistante ou sur l’armée américaine pour les aider en cas... d’accident. Un nombre incroyable de blessés de la police irakienne se retrouve ainsi démuni de tout : aucune aide, aucun argent (ils étaient payés à la journée !), aucun soin... et l’obligation de se cacher pour la plupart, de crainte des représailles des opposants à l’invasion américaine, pour qui ils sont des traîtres. Dans un article poignant, le New York Times revient sur ces "abandonnés" dignes qui auront tout perdu dans l’histoire, y compris l’honneur de leur famille. Selon l’article, beaucoup d’estropiés ne reçoivent aucune pension, alors que les soldats américains eux sont pris en charge par leur administration. Deux poids deux mesures encore, qui ne sont pas faits pour inciter à s’engager dans le camp du pouvoir en place. Tout est fait pour les dissuader : les armes sont de mauvaise qualité, on refile les vieilles Humvees repeintes à la hâte, bref on les envoie au casse-pipe avec un sous-équipement chronique déplorable. L’article évoque le chiffre pour 2006 de 8 000 blessés et 4 000 morts parmi les supplétifs qui ont déjà payé le prix fort, en ayant autant de pertes que de soldats américains... sans avoir eu les honneurs des médias. Et ce, que pour les policiers, sans compter l’armée irakienne nouvellement reconstituée. Un chiffre effarant de 60 000 blessés est avancé... par Donald Rumsfeld lui-même, dans une conférence de 2006 : "roughly twice the rate of all coalition forces.” Les Irakiens paient un lourd tribut à leur engagement derrière les troupes américaines. Pour les soins aux blessés, c’est le temps de la galère : 25 % des médecins ont fui le pays. Un estropié résume clairement les disparités : “I lost a leg and can barely walk. I see on TV in the U.S. they lose two legs and they are running races. Why don’t they do the same for us in Iraq ?”. Deux poids deux mesures, et un mépris évident pour ceux qui les aident, voilà ce qui résume la situation actuelle des Américains en Irak. Le départ des soldats, s’il a lieu, va raviver les haines communautaires, les Irakiens vont se déchirer et on ne donne pas l’ombre d’une chance au gouvernement fantoche existant face à la puissance de l’emprise de Sadr. Et après ? What next ? Le chaos pur et simple ? Voilà ce qui attend... Obama ou McCain.

Moyenne des avis sur cet article :  3.65/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

809 réactions à cet article    


  • Castor 9 juillet 2008 12:28

    Salut Momo !

    Peux pas faire plus ces jours-ci...désolé !

    Mais...I’ll be back soon (pour faire mon geek) !!!


    • Cascabel Cascabel 9 juillet 2008 21:39

      Relever toutes les insultes, tous les coups bas, toutes les diffamations de morice ?
      Résumer ses articles alambiqués au possible ?
      Manger tous les jours du nazi jusqu’à la nausée ?

      Réfléchisez-y quand même avant de vous lancer, on ne vous en voudra pas si vous vous rétractez.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 juillet 2008 01:25

      Aux 50 censeurs. Vous avez droit à votre opinion. Sur ce fil, toutefois, vous etes sun troll. L’article ne parle pas de Morice, mais des atrocités américaines en Irak. Ces atrocités me préoccupent plus que votre opinion de Morice. Ce sont les commentaires comme les vôtres que je souhaiterais voir disparaître d’agoravox. Notez que je vous dis tout ca poliment....

      Cela dit, je n’ai aucune sympathie ni aucune pitié pour les Américains en Irak, mais je ne perd plus une minute à en dire du mal : ceux qui n’ont pas compris ne comprendront jamais. Je suis heureux, cependant, que des gens comme Morice le rappellent... 

      Je crois que le vrai chatiment de l’Amérique sera quand ses mercenaires et sa soldatesque mercenarisée rentreront aux USA et commettront sur leurs concitoyens les horreurs auxquelles ils se seront entraînés ailleurs. Deja 2 000 000 de criminels dans les geoles USA.... il faudra faire de la place.


    • Cascabel Cascabel 10 juillet 2008 15:04

      @ P. Allard

       Vous êtes-vous posé la question pourquoi vos articles ne sont pas trollés et ceux de morice oui ?
      Croyez-vous peut-être que morice dérange plus ?
      Vous seriez bien modeste alors.
      Morice est un autotroll. Il écrit pour se défouler, le sujet de ses articles ne l’intéresse guerre. J’en ai fait les frais personnellement.
      Une fois il m’est arrivé de vous contredire, assez durement même. Vous aviez écrit sur Obama et vous vous montriez optimiste à son égard. M’avez-vous insulté pour avoir pris le contre-pied ? M’avez vous rangé dans un tiroir, collé une étiquette ?
      Au lieu de cela vous m’avez répondu poliment, celon vos habitudes. Pas de procès d’intention, pas d’insultes, pas de diffamation. Rien de perso. Avec vous on se concentre sur le sujet de l’article, comme il se doit. Résultat, vous n’êtes pas trollé.


    • charlie 9 juillet 2008 12:33

      Entiérement d’accord avec toi morice : Les premières décisions sentent l’amateurisme le plus total.

      Il faudra faire beaucoup mieux en Iran...avec le professionnalisme reconnu d’ISRAEL et la nouvelle armée Française (on vire les amateurs pour des pros...) version SARKOZY !


      • Sahtellil Sahtellil 10 juillet 2008 11:41

        Charlie,

        Il ne faudrait pas plus d’une dizaine de tes clones (estampillés d’origine contrôlée) aux postes-clés pour faire du monde un bain de sang généralisé...

        Heureusement qu’il n’y a pas de bouton rouge sur ton clavier. smiley

        BMD



      • Stephan Hoebeeck Stephanesh 9 juillet 2008 13:49

         mal au ventre de rire LOL


      • Atavus 9 juillet 2008 16:07

        Mais ou peut on voter


      • Djanel 9 juillet 2008 16:23

        Staphanesh je sais que tu n’as pas ri et toi aussi tu es donc un menteur.


      • Djanel 9 juillet 2008 19:31

        Quant à vous papy roi du ridicule lorsque vous dites sachez que vous ne savez rien, vous montrer tel que vous êtes : absurde. Votre raisonnement est un non-sens. Se vanter de savoir qu’on ne sait rien, c’est affirmer que l’on sait quelque chose. Hein ! On veut singer Socrate ici mais il n’était qu’un sophiste comme vous. Si vous vous vantez de savoir que vous ne savez rien comment pouvez prétendre par la suite savoir que vous ne savez rien puisque vous dites que vous ne savez rien tout en disant que vous le savez. Donc vous savez quelque chose. A partir de là vous ne pouvez plus dire que vous ne savez rien sans vous contredire puisque vous avez dit que vous saviez. Ce raisonnement ne peut pas aboutir comme un chat jouant avec sa queue ne pourra jamais l’attraper. C’est un sophisme qu’on appelle vulgairement un cercle vicieux. Vous confondez dans votre raisonnement la connaissance pris comme objet. C’est à dire une représente du concept de connaissance que vous contemplez hors de soi donc perceptible : et ensuite dans un jugement vous appliquez ce concept négativement à vous-même. C’est à dire à l’idée que vous faites de vous-même. Çà ne concorde pas car la simple conscience de nous avons de même ne peut pas être un objet hors de soi pour nous même. L’ego ou le moi n’est pas un concept mais une intuition et non pas un objet. Même pour le narcissique car l’image qu’il voit apparaître de lui-même dans le reflet de sa flaque d’eau ne peut pas être lui car la question qui se posera ensuite est celle-ci : Mais qui est donc la personne qui contemple son image Narcisse. Tu es double, c’est bien là ton problème.

         

        Pauvre papy, je sens que vous allez attraper des migraines avec moi.


      • brieli67 10 juillet 2008 19:53

        Qui te dis que je suis juif, ormi moi-même... qui te dis que je suis ancien rédacteur... ormi moi-même... qui te dis que je vote contre tes articles.... ormi moi-même... "


        TROIS FOIS LA MÊME DOUBLE-FAUTE !! DEVINEZ QUI ? DEVINEZ QUOI ? 

        recherchez ORMI dans les textes sur Avox. Divine surprise tombent Lerma Lyon.....et Félicie aussi !

        Comme de bien entendu par ce crible de "tic" vous allez retrouver vos auteurs favoris Léon Morice Emile dw Carlo Carlito Marsu... et bien d’autres. Y a pas que les IP.


        • Olga Olga 9 juillet 2008 14:32

          @ZEN

          Il me paraît bien vu, le dernier article, sur le plan secret pour l’occupation sans fin de l’Irak. Les américains n’ont pas du tout l’intention de partir. Et ils n’ont rien fait pour que ce départ soit envisageable à court terme. Comme le souligne Morice, ils n’ont jamais eu l’intention de redresser ce pays meurtri : Juste maintenir le chaos ambiant et engraisser les mutinationales qui profitent de cette situation. Et qui sont d’ailleurs à l’origine de cette guerre. N’en déplaise à certains, on ne le répétera jamais assez...
          Les semaines à venir risquent d’être riches en enseignements sur le futur de cette région, qui s’annonce des plus sombres...


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 9 juillet 2008 15:00

           @ olga 

          Inexact.

          Les américains ont commis des erreurs stratégiques graves en Irak

          a) Bush a oublié que la démocratie policée et harmonieuse n’est pas le régime naturel de l’être humain, il a oublié que les humains sont férocement concurrent les uns des autres, cela se manifeste très bien dans la guerre économique ou les tensions entre pays. Ce genre de concurrence, si il semble à un groupe qu’il a trop à perdre, et que ce groupe est fortement militarisé peut ou va enclencher une lutte qui sera armée.

          b) Pour stabiliser le pays, ils devaient négocier avec le parti Baas de Saddham Hussein, Bush a cru qu’il pourrait séparer les sunites du parti baas, chasser les baasistes de tous les rouages de l’administration iraquienne fut son erreur majeur, car cela a laissé le pays sans défenses. Aujourd’hui ce qui stabilise l’Irak est justement que les baas réintègrent l’armée et l’administration irakienne.

          La guerre a été bien menée, la paix a été perdue... 

          Le comportement de quelques soldats américains ne fut pas exemplaire, mais bon imaginer autre chose d’une armée d’occupation est un leurre, ensuite c’est la fait d’une minorité. L’épuisement physique des troupes rend aussi la situation préoccupante. Maintenant si il a régné une certaine discipline dans l’armée US, ce fut moins le cas chez les contractor. 

          Les images de tortures d’abou graib ont aussi donné une image négative. On est dans le monde arabe, des sévices à caractère sexuel sont flippants...












        • Olga Olga 9 juillet 2008 18:05

          @Stephanesh

          Que les les américains aient "commis des erreurs stratégiques graves en Irak", ça ne fait aucun doute.
          La première était d’envahir l’Irak.
          La deuxième était de ne pas avoir de plan pour stabiliser le pays. Etait-ce une erreur, ou une volonté de laisser le pays dans le chaos, afin d’avoir une raison pour y rester le plus longtemps possible ?
          A mon avis, un peu des deux, mais je pense qu’il y avait, de toute façon, une volonté de s’installer durablement en Irak, de la part des américains.


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 9 juillet 2008 18:27

           @ olga

          S’installer durablement en Irak, oui mais quelques milliers d’hommes pas plus.

          Ils avaient un plan mais il était faux, soit dit en passant les généraux du pentagone et les israéliens avaient prévenu, mais bush a écouté personne

          Le chaos c’est à dire la guerre asymétrique ne les arrange pas pour plusieurs raisons.


          - Elle cause des bavures, ce qui est mauvais pour l’image de marque


          - Quelque soit les troupes envoyées, elles sont systématiquement pas assez nombreuses, parce qu’il y aura tjrs un endroit sans surveillances.


          - De plus le mieux que puisse obtenir dans ce genre de guerre est un calme précaire.

          Envahir l’Irak s’explique par plusieurs raisons


          - l’arabie saoudite considérée comme peu ou pas fiable


          - le pétrole et ses contradictions (les champs pétrolifères étaient gravement endommagé, il fallait reprendre l’exploitation, avant qu’ils ne deviennent inexploitables. ils étaient donc confronter à une série de choix contradictoires entre eux, soit négocier avec saddham et lever les sanctions, ce qui aurait été vu comme un grave échec de la précédente guerre du golf, soit envahir l’Irak)


          - Villepin et compagnie étaient surtout convaincu que la guerre contre l’Irak provoquerait de graves remous en France et au MO en général. Finalement les troubles sont surtout en Irak même, ce qu’ils n’ont pas cru.

          Maintenant quand on regardera dans 20 ou 30 ans on verra plus clair de l’échec ou de la réussite de cette guerre. Mais il n’empêche que les chiites se sentent majoritairement plus irakien que chiites, il y a donc une évolution, même l’armée du mehdi s’éloigne de l’Iran, ils sont bien placés pour savoir le mal qu’a fait la guerre irano-US par procuration à leur pays. Les sunites se rendent aussi compte que la réponse al-qaida, qu’ils ont soutenu a causé un tort énorme à leur pays.





           


        • Olga Olga 9 juillet 2008 19:47

          @Stephanesh

          "Elle cause des bavures, ce qui est mauvais pour l’image de marque "
          Quand on vient raconter des mensonges énormes à l’ONU, on ne se soucie pas vraiment de son image de marque...

          " Quelque soit les troupes envoyées, elles sont systématiquement pas assez nombreuses, parce qu’il y aura tjrs un endroit sans surveillances. "
          Mais ça permet quand même de garder un contingent très important en Irak ; ce qui était sûrement le but recherché

          " l’arabie saoudite considérée comme peu ou pas fiable "
          Les relations entre les Bush et les monarques pétroliers saoudiens sont très bonnes depuis des années.

          " ils étaient donc confronter à une série de choix contradictoires entre eux, soit négocier avec saddham et lever les sanctions, ce qui aurait été vu comme un grave échec de la précédente guerre du golf, soit envahir l’Irak. "
          Les néocons ne voulaient pas négocier ou faire pression sur Saddam par l’intermédiare de l’ONU. Ils voulaient envahir l’Irak et l’envisageait avant même que Bush soit au pouvoir.

          " Mais il n’empêche que les chiites se sentent majoritairement plus irakien que chiites, il y a donc une évolution, même l’armée du mehdi s’éloigne de l’Iran, ils sont bien placés pour savoir le mal qu’a fait la guerre irano-US par procuration à leur pays. Les sunites se rendent aussi compte que la réponse al-qaida, qu’ils ont soutenu a causé un tort énorme à leur pays. "

          Vous savez que les chiites se sentent majoritairement plus irakien que chiites. Vous avez fait un sondage auprès des chiites ?
          Vous savez que l’armée du mehdi s’éloigne de l’Iran. Vous avez des contacts dans cette "armée" ?
          Et vous arrivez à connaître la pensée des sunnites. Un don de voyance ?


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 9 juillet 2008 20:09

          Olga dit " Quand on vient raconter des mensonges énormes à l’ONU, on ne se soucie pas vraiment de son image de marque... "

          En fait Cheney était sécretaire à la défense en 91, et en 92 les inspections de l’AIEA ont révélé que Saddham était à quelques mois de maîtriser l’arme nucléaire (plan, parties, etc.) Or la CIA n’en savait rien, depuis Cheney est en quelque sorte parano "Ce n’est pas parce qu’on ne voit rien qu’il n’y a rien". On peut se souvenir du réarmement de la reichswehr dans les années 20, malgré le contrôle militaire et les inspections des alliés. (par exemple les aviateurs allemands s’entrainaient en lituanie, lettonie (à l’époque indépendants de l’URSS), mais aussi en Lettonie.

          Olga dit "Mais ça permet quand même de garder un contingent très important en Irak ; ce qui était sûrement le but recherché" 

          Justement non, la guerre asymétrique ne permet pas ou rarement d’engranger des victoires nettes et deviennent rapidement impopulaire (viet nam, irak) Guerre asymétrique désigne une guerre dont l’ennemi est insignifiant, a des moyens insignifiants, mais peu imposer de lourdes pertes à un ennemi pourtant très supérieur en nombre et en armement. Israel a choisi de négocier un accord sécuritaire avec le hamas, parce que la surenchères entre groupes islamiques rend la situation préoccupante. La défaite de l’armée allemande s’explique en partie par les actions de partisans en URSS et en yougoslavie (Si je me souviens bien 12 divisions allemandes étaient immobilisées par les partisans de Tito, qui étaient faiblement armés, pas motorisés, et n’ont jamais dépassé les 30000 hommes si j m s bien) à titre d’exemple une division allemande comprend approximativement 20000 hommes, je vous laisse faire les comptes vous mêmes, à signaler qu’ils étaient aidé par 200000 collaborateurs croates (les oustachis). Vosu comprenez bien que si ces 12 divisions avaient été positionnées en France cela aurait été très délicat pour les alliés et pour le débarquement (j’ai parlé de mémoire, je pars manger, je vérifie et je réponds à la suite + tard)




        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 9 juillet 2008 20:55

           Les relations entre Bush et les monarques pétroliers sont en tensions


           Les néocons ont mal évalué le MO, qu’ils ne connaissent que par oui-dire. Quils voulaient envahir l’irak ne fait pas de doute (en réalité dans les mois qui ont précédé l’invasion de l’Irak, les néo cons cherchaient à intervenir en Chine, ils cherches d’ailleurs tjrs à le faire, cela vous montre à quel point les américains ne sont pas intéressés à maintenir des troupes importantes en Irak qu’ils utiliseraient mieux contre la Chine...)



        • Cascabel Cascabel 9 juillet 2008 22:02

          Vous vous prenez la tête avec cette guerre.
          Premièrement, le chaos est voulu du début. Le but des "USA" n’est pas le pétrole proprement dit mais l’accès au pétrole. Ils veulent dominer la Chine en s’emparant du robinet. L’Irak, est le cadet de leur soucis.
          Du pétrole, les USA ils en ont énormément. Les réserves du Colorado sont plus importantes que celles de l’Arabie Saoudite, donc vous voyez-bien qu’ils ne sont pas encore étranglés sur le plan énergétique.
          On peut se demander pourquoi entretiennent-ils ce chaos ? Pour une raison très simple, c’est le prétexte pour eux de rester et de dominer la région.
          Ensuite il serait très naif de croire que le fiston Bush décide de quoi que ce soit. Il fait partie d’un jeu dans lequel on lui demande de jouer un rôle : présentateur président. Ca entretient l’illusion démocratique et tout le monde est content.
          Qui décide donc ? Secret et bouche cousue, on etre là dans un domaine confidentiel.


        • Lino Pralino La Praline 9 juillet 2008 12:48

           Une citation de "Morice" : 

          "Il n’y pas plus de djihad que de beurre au derrière." 

          http://www.agoravox.fr/comment...




          smiley


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 juillet 2008 16:40

            par La Praline (IP:xxx.x09.132.37) le 9 juillet 2008 à 12H48

             
            Une citation de "Morice" :

            "Il n’y pas plus de djihad que de beurre au derrière."



            Y dit ça parce qu’ c ’est du beurre Président...


          • Lino Pralino La Praline 9 juillet 2008 12:51

             Voici le bon lien vers la citation de "Morice" :

            http://www.agoravox.fr/commentaire_static.php3?id_article=41874&id_forum=1765921

            Mes confuses pour l’incident technique. smiley


            • charlie 9 juillet 2008 12:52

              Tu sais morice nous n’en serions peut être pas la si le monde s’était mobilisé contre la dictature de saddam...mais à l’époque, certains étaient contre toute intervention...ne faisons pas la même erreur avec l’Iran.

              Tous contre l’IRAN, pour renverser le régime islamo fasciste des mollahs et des pasdarans ! 

              Merci morice de nous ouvrir les yeux .


              • Nobody knows me Nobody knows me 9 juillet 2008 17:16

                mais à l’époque, certains étaient contre toute intervention...ne faisons pas la même erreur avec l’Iran.

                Qu’est-ce qu’il est drôle Charlie aujourd’hui. Toujours cette mauvaise foi et/ou ignorance à propos du fricotage de Saddam avec diverses démocraties à l’époque...
                Je suis tout hilare.


              • sisyphe sisyphe 9 juillet 2008 18:57

                Bof ! le Charlie fait sa propagande sioniste, comme d’habitude, comme toujours, en bon petit valet du mossad, porte-parole des va-t-en-guerre, et larbin de Bush...


              • sisyphe sisyphe 9 juillet 2008 19:16

                Et, comme presque toujours, pour un article de Morice, c’est le grand coup de pied dans la trollinière
                Ils sont venus, ils sont tous là,
                Y a même rocla et puis charlie
                Ils se défoulent à tout vâââââââââ.....

                Tous les véreux, les péteux, les foireux, les neu-neus, à poster leurs cacas nerveux...
                Quand on a rien à exposer que son insondable vacuité ou sa propagande de ruisseau, faut bien passer son temps...
                Alors, on défoule ses petites frustrations, sa bile amère, son fiel venimeux, ses rengorgements, ses refoulements, ses petits complexes et ses gros dégueulis ; en espérant que ça soulage de ses incapacités, de sa médiocrité, de sa mesquinerie, de sa veulerie, de sa petite servilité....

                Profitez en, les trolls : chez vous, ça doit être si triste, si creux, si vide....

                Sinon, Maurice, bon article, qui décrit bien la situation à laquelle tout être doué d’un minimum d’intelligence pouvait s’attendre, et la totale incurie des abrutis à la tête de l’empire en décomposition totale. Espérons qu’il n’y aura pas un nouveau sursaut de meurtrière bétise pour finir d’embraser cette région.
                Que le feu du ciel s’abatte sur les assassins d’outre-alantique


              • el bourrico 9 juillet 2008 12:55

                Après ?

                Ben ils s’en trouvent encore pour dire que ce que les Américains ont fait était très bien, et que si c’était à refaire, il faudrait le refaire, qu’on est con de na pas les avoir suivi. En dehors de ça ? rien de neuf, les gens la bas sont toujours dans la merde, pour la plus grande gloire des entreprises US.

                Dis moi juge Dredd, y aurais pas un poste de censeur pour l’équipe Lerma & associés ? Y aura plus de monde que pour celui sur Morice tu crois pas ?


                • el bourrico 9 juillet 2008 12:59

                  Charlie mais quel con, mais quel con.

                  Les américains ont soutenus Saddam pendant des années, comme nous d’ailleurs, tu nous vois demander sont renverser, contre la volonté des Etats unis ? Je sais pas ce qu’il leur à fait qui leur a pas plu, mais du jour au lendemain, il est devenu le gros méchant... hilarant non ?

                  D’ailleurs, espèce d’andouille sans cervelle, nous le soutenions car il faisait écran à l’Iran, et nous avons vendus des armes aux deux camps en les encourageant à la guerre.

                  La prochaine fois, ferme ta gueule et met tes smileys, au moins t’auras l’air moins con.


                • charlie 9 juillet 2008 13:16

                  la bourrique...l’irak était notre ami ???
                  merde alors...et le koweit aussi ???
                  Bon et bien tant pis pour le régime islamo fasciste dl’iran...


                • Cascabel Cascabel 9 juillet 2008 22:14

                  La gracieuse Allbright a elle même reconnu que le renversement du Shah était bien l’oeuvre de la CIA. En d’autre termes, ce sont les USA qui ont encouragé l’islamisme dans la région.
                  En Occident on traitait alors le Shah de fasciste et on soutenait Khomeini, le gros barbu. La gauche bien pensente se félicitait de la chute du "tyran".


                • maxim maxim 9 juillet 2008 13:07

                  ils sont beaux les Hummers en blanc et bleu ..

                  à Fontainebleau ,il y en a un noir ,entiérement customisé par son proprio ,pas mal non plus ,j’espère qu’il arrive à voir une Twingo au feu rouge !

                  on a l’impression d’un remake du film Duel !


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 juillet 2008 13:08

                    Mais c ’est notre Morice , alors , des nouvelles de Madme ?


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 9 juillet 2008 13:18

                      No comment


                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 9 juillet 2008 13:37

                        Moi pas troller Morice et le féliciter pour avoir battu le nombre de visites sur 30 jours, 115 000

                        Le précédent record datait de quelques mois, 114 000 je crois


                      • charlie 9 juillet 2008 13:42

                        NANARD...morice a été visité 115000 fois ???
                        quelle gourmande !


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 juillet 2008 13:56

                        Morice vous avez pas mal d’ avoir été visité 1150000 fois ? , bravo pour votre endurance vous avez bien fait de pas vous hétaïre ...


                      • Yohan Yohan 9 juillet 2008 18:36

                        115000 ont vu de la lumière et sont ressortis dans le noir sur la pointe des pieds


                      • brieli67 10 juillet 2008 19:56

                        Qui te dis que je suis juif, ormi moi-même... qui te dis que je suis ancien rédacteur... ormi moi-même... qui te dis que je vote contre tes articles.... ormi moi-même... "


                        TROIS FOIS LA MÊME DOUBLE-FAUTE !! DEVINEZ QUI ? DEVINEZ QUOI ? 

                        recherchez ORMI dans les textes sur Avox. Divine surprise tombent Lerma Lyon.....et Félicie aussi !

                        Comme de bien entendu par ce crible de "tic" vous allez retrouver vos auteurs favoris Léon Morice Emile dw Carlo Carlito Marsu... et bien d’autres. Y a pas que les IP.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès