Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > États-Unis : les républicains doivent se réinventer

États-Unis : les républicains doivent se réinventer

 Le Parti républicain aura du mal à s’en remettre. Malgré le marasme économique, le « Grand Old Party » a subi sa deuxième défaite de rang face à Barack Obama. Et c’est tout le microcosme politico-médiatique qui se questionne désormais quant à son avenir. Contre leurs adversaires démocrates, pourtant hautement diabolisés, les républicains ont perdu plus que des plumes. Ils ont dû renoncer aux modérés, aux indécis, aux minorités, aux jeunes, aux homosexuels, aux femmes ou encore aux catégories défavorisées. Un piètre bilan électoral qui confine à la faillite politique. Acculé à droite par une base farouchement conservatrice, le GOP se voit contraint d’adopter des positions propres à s’aliéner la moitié de l’électorat américain. Bousculé par le remuant Tea Party, boudé par une partie du mouvement libertarien, il tente de gagner leur faveur en radicalisant son discours, perdant de vue les inéluctables réalités de la sociologie électorale. Cette droitisation, brouillonne et excessive, repose sur la volonté de répondre aux exigences des plus intransigeants. Une stratégie vouée à l’échec, qui occasionne aujourd’hui une crise idéologique majeure.

 

La radicalisation en marche

 L’histoire du parti de l’éléphant regorge de débats acharnés. Ainsi, mécontent de la politique menée par les républicains, Theodore Roosevelt opte pour une candidature dissidente en 1912 et se présente contre le président sortant, William H. Taft. L’émiettement des voix permet au démocrate Woodrow Wilson de remporter le scrutin. Dans les années 1940, Robert Taft, le fer de lance des conservateurs, et Thomas Dewey, nominé à deux reprises pour les présidentielles, se livrent une bataille idéologique sans merci. Le mouvement se divise. La frange conservatrice et pro-business se heurte à la résistance des modérés, favorables à certaines mesures du New Deal. Au début des années 1950, le maccarthysme signe un tournant historique, consacrant définitivement l’influence de la droite du Parti républicain. En 1964, la nomination de Barry Goldwater durcit un peu plus le GOP. Le sénateur de l’Arizona se montre clairement hostile aux programmes sociaux et aux droits civiques. Il l’emporte lors des primaires face à Nelson Rockefeller, une grande figure de la cause modérée. La tendance initiée par Goldwater se concrétise en 1980, lorsque Ronald Reagan, l’ancien gouverneur de Californie, accède à la Maison-Blanche. C’est le summum politique des conservateurs. S’ensuivront d’autres virages à droite : la révolution de Newt Gingrich en 1995, le néo-conservatisme de George W. Bush au début des années 2000 ou encore l’émergence récente du Tea Party et du mouvement libertarien. Ces événements – cet aggiornamento ? – ont progressivement mis un terme aux accords bipartisans, pourtant essentiels à la bonne marche des affaires publiques. En outre, ces radicalisations successives ont éloigné le GOP des indépendants et de catégories entières d’électeurs, alors que les États-Unis se diversifient indéniablement, faisant montre d’une population toujours plus composite. Une faiblesse que les évolutions de la sociologie électorale pourraient rendre fatale aux républicains.

 

L’indispensable repositionnement

 Pour se refaire une santé, le Parti républicain devra convaincre au-delà de ses soutiens traditionnels, à savoir les Blancs, les pratiquants, les ruraux et les plus âgés. Car, s’il ne se réinvente pas, il laissera un boulevard électoral aux démocrates. D’où la nécessité d’apaiser son discours, d’infléchir certaines positions devenues trop dogmatiques, de s’ouvrir à la jeunesse et aux minorités ou encore de révolutionner sa pensée quant aux grands enjeux sociétaux – le mariage pour tous, l’avortement, les changements climatiques. Les défaites de Richard Mourdock et de Todd Akin, deux républicains notoirement opposés à l’IVG, rappellent que les postures outrancières ne paient plus. Le GOP ne peut plus se soustraire à une indispensable refonte idéologique. Il est peut-être temps de redéfinir les positionnements adoptés en vue de remettre le parti en ordre de marche. Et de donner enfin leur chance à des candidats issus des minorités. Marco Rubio ou Susana Martinez n’attendent que cela. La survie du « Grand Old Party » en dépendra assurément.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • julius 1ER 14 novembre 2012 17:55

    « on peut mentir une fois à tout le monde mais on ne peut pas mentir au monde tout le temps »

    Abraham Lincoln


    • L’immigré 15 novembre 2012 08:41

      Le parti Républicain est un parti notoirement conservateur. Comme tout parti conservateur, il est hostile à toute réforme risquant de remettre en cause sa vision archaïque de la société.
      J’ai justifié ma prise de position en faveur d’Obama pour protester contre cette vision belliqueuse et complètement has been du GOP, d’autant plus que des rigolos comme le « old-fashioned, out-dated, and narrow-minded » Tea Party à la sauce Sarah Palin soutiennent ce GOP. L’erreur de trop, à mon avis.
      La société américaine est entrain de changer : les minorités d’aujourd’hui seront la majorité de demain. Je dirais même que la société américaine est entrain de muter ou de se métamorphoser. Ces minorités veulent un parti calme soucieux des différences culturelles, humainement capable de les secourir en cas de coup dur et sachant regarder vers l’avenir, en clair, un parti démocrate. Le GOP est excessivement business-oriented et sec dans sa manière d’aborder les problèmes : implacable dans sa vision des relations entre les personnes (tout se paie), le GOP souhaita des coupes budgétaires des plus drastiques dans tout ce qui concerne le Welfarism à l’américaine, c’est-à-dire, remettre en cause tous les acquis sociaux actuels et futurs. Le GOP n’a pas su voir (ou n’a pas voulu voir) ces futures mutations. Est-ce par crainte de perdre un électorat proche des idées du Tea-party ? Nul ne le saura jamais vraiment, je pense.

      Un repositionnement ?
      Avec des gens comme
      Sarah Palin, je me demande comment cela serait possible. Je crains fort que la remise en cause ne soit pas inscrite dans les gènes de ce genre de parti. Un électrochoc à la Benjamin Franklin ne serait pas de trop : suite au passage de Sandy, Bloomberg, maire républicain de New-York, décida de soutenir le démocrate Obama. Si Sandy n’était pas passée par New-York, son maire aurait-il soutenu Obama ? Pas sûr...

      Un éléphant ça trompe énormément, mais, pour une fois, il mérite largement son bonnet d’âne... (pour ceux qui comprennent)


      • L’immigré 15 novembre 2012 12:01

        « leurs institutions conservatrices »
        Lesquelles ? Soyez plus précis, monsieur le caricaturiste.


      • DanielD2 DanielD2 15 novembre 2012 12:44

        Comment gagner une élection qui se joue à quelques % quand les noirs et les latinos votent massivement pour un type qui leur ressemble, alors que les blancs continuent encore de jouer le jeu en votant les deux partis, mais de moins en moins et pour combien de temps ? 


        Les blancs vont progressivement abandonner le parti démocrate, et on aura des USA coupés en deux. C’est ce qui est en train de se produire, encore un pays mutli-ethnique qui va dans le mur comme la plupart des pays multi-ethnique. Une pétition au Texas demandant la sécession a déjà quelques centaines de milliers de signature, parce qu’ils en ont marre d’Obama, ça promet ...

        • L’immigré 15 novembre 2012 16:38

          Stop trolling, stupid guy ! Shame on you ! Grow up !


        • joelim joelim 15 novembre 2012 14:04

          Le parti républicain doit disparaitre de la surface du temps.


          Ça nous fera des vacances (nous : l’humanité).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès