Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Eveline Safir Lavalette, hommage à une combattante, hommage à une dame, une (...)

Eveline Safir Lavalette, hommage à une combattante, hommage à une dame, une grande !

La combattante de la cause nationale algérienne, Evelyne Safir est décédée vendredi 25 Avril 2014 à l’âge de 87ans. Elle a été inhumée samedi 26 Avril à Alger, au cimetière chrétien de Diar Essâada (El-Madania) en Algérie en présence d’historiens, de philosophes et d’anciens combattants.

Eveline Lavalette, militante d’abord...

Eveline Lavalette est née en 1927 à Alger. Enfant de colons installés en Algérie depuis trois générations, elle a grandi à Rouiba.

Très vite, elle est attirée par le militantisme, et en 1951 elle a adhéré à l'Association de la jeunesse algérienne pour l’action sociale (AJAAS). L'association est composée de musulmans, catholiques, protestants, juifs et laïcs, son but est l’éducation des jeunes, dans une vision réelle de l’Algérie d’alors.

Durant son parcours d’adhérente, elle découvre les conditions de vie des populations rurales "indigènes" et la pauvreté des secours publics par rapport à la population européenne. Elle a rencontré en même temps des responsables et des membres de tous les mouvements – scouts, étudiants, travailleurs et intellectuels où sont abordés les problèmes quotidiens des jeunes : sociaux, culturels, économiques.

Eveline Lavalette, combattante…

En 1955, un an après le début de l’insurrection en Algérie, elle rejoint les rangs du Front de libération nationale (FLN). Elle épouse la cause nationale de libération. Son engagement s’est fixé lorsqu’elle découvre durant ses années de militantisme, la dure vie menée par les Algériens.

Elle participe à l’impression semi clandestine d’une revue pro FLN dénonçant les injustices du colonialisme. Très investie dans cette cause, le FLN finit par l’engager comme agent de liaison ; elle sera notamment chargée de l’impression des tracts, le transport de matériel, l’hébergement chez elle des combattants du FLN.

En 1956, elle participe à l’impression du premier numéro du journal clandestin El Moudjahid qui est l’organe de communication du FLN. Puis, elle lancera l’appel à la grève des étudiants de février 1956 et participera à l’écriture de la lettre d’Ahmed Zabana à ses parents, guillotiné en juin 1956.

Arrêté le 13 novembre 1956 par la police française, torturée, détenue de 1956 à 1957 – à Oran - Orléansville - puis à la Centrale de Maison-Carré, elle est libérée en 1959.

Eveline Lavalette, une femme libre et indépendante

À l’indépendance de l’Algérie, elle est élue à l’Assemblée constituante puis à l’Assemblée nationale en 1964, elle participe à l’étude et la mise en place du système éducatif. Elle occupera à partir de 1968, jusqu'à sa retraite, diverses fonctions au ministère du Travail et dans l'administration locale.

En 2013, elle publie son autobiographie : « Juste algérienne… comme une tissure ». De ce livre, elle disait : « J’ai toujours écrit. Mais pas pour être éditée. C’est une amie, la journaliste Ghania Mouffok qui m’a encouragée à le faire . » Elle y raconte avec tendresse les grands moments de sa vie. De son combat. Elle décrit aussi mais brièvement, les années de terrorisme dans la région de Médéa où elle vivait : "comme une tissure" disait-elle.

Française d’origine ; algérienne de cœur : c’était Eveline Safir Lavalette.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 29 avril 2014 11:42

    Et on imagine l’immense fierté qu’elle devait éprouver en voyant ce que l’Algérie est devenue en cinquante-deux ans d’indépendance !


    • jaja jaja 29 avril 2014 12:38

      Merci pour cet article... Je vais lire son bouquin... Hommage à toutes celles et tous ceux qui se sont battus pour leurs convictions anti-colonialistes alors que la majorité de leur entourage faisaient front avec les soudards écrasant le peuple algérien sous la botte !
      L’occasion pour moi d’avoir une pensée émue pour mon amie Mireille Szatan-Glaymann, aujourd’hui disparue, avocate du FLN, enlevée par les fascistes de Susini a qui elle a pu échapper.... et à tous ceux de la Fédération de France du FLN qui ont milité avec elle à l’occasion de la lutte des foyers Sonacotra ou après au GISTI....


      • kitamissa kitamissa 29 avril 2014 14:24

        De mieux en mieux , de la propagande FLN ici ..une bande d’assassins autant pour leurs coreligionnaires pour semer la terreur et forcer les Algériens à épouser leur cause sous peine des pires représailles , que pour les Européens souvent modestes,employés, ouvriers, petits agriculteurs et travailleurs toute catégorie...


        Maintenant ils sont au pouvoir et contrôlent tout !

        Pauvre Algérie qui a cru tout gagner en 1962, et ses chômeurs prêts à foutre le camp n’importe où quitte à galérer ailleurs !!

        c’est beau l’utopie n’est ce pas,mais c’est plus tard qu’on se rend compte que ça mène au chaos !!

        • Xenozoid Xenozoid 29 avril 2014 14:31

          c’est beau l’utopie n’est ce pas,mais c’est plus tard qu’on se rend compte que ça mène au chaos !!

          kitamissa,le cod ,le fln fait comme tout les pouvoirs,il veut le conservé,pauvre francais qui on osé changer et y croire,depuis l’aventure ,c’est beau l’utopie n’est ce pas,mais c’est plus tard qu’on se rend compte que ça mène au chaos !!c’est beau l’imperialisme francais ? n’est ce pas ?les autres sont pas francais pas beaux,les pauvres....aller je remet une couche,t’es nationaliste ?


        • QAmonBra AmonBraQ 29 avril 2014 19:01

          Merci @ l’auteur pour le partage de l’info.

          Qu’ils aient lutté suivant leurs moyens en France ou en Algérie, ce sont ces français là qui, à eux seuls, ont sauvé l’honneur de la patrie des droits de l’homme et qui font que je reste encore fier de ma France, comme l’a si bien chanté Jean Ferrat, malgré les tartufes qui la dirigent et l’ont transformée à leur image : Une carpette pour banksters psychopathes.


          • Anouar3 30 avril 2014 02:11

            Bel article, merci !

            Le combat de la défunte mérite respect et qu’il demeure inoubliable et inscrit dans l’histoire de l’Algérie ! Cette dame est un exemple de noblesse, de sacrifices et d’idéaux très élevés de liberté et d’humanités ! Hommages à cette Algérienne inoubliable !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

naima semache

naima semache
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès