Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Evo Moralés : Pour sauver la Terre, finissons-en avec le capitalisme

Evo Moralés : Pour sauver la Terre, finissons-en avec le capitalisme

Prenant acte de l’échec du Sommet de Copenhague et de l’absence d’accord entre les pays participants, le président Bolivien Evo Moralés a annoncé que son pays organisera en avril 2010 un un Sommet Mondial des Peuples. Un sommet alternatif, sans chefs d’Etat et délégations officielles, uniquement composé d’experts, d’universitaires et de mouvements sociaux, dans l’objectif de peser sur le prochain Sommet sur le Changement climatique qui se déroulera en décembre 2010 au Mexique.

Evo Moralés estime que l’échec de Copenhague est imputable aux nations industrialisées qui ont seulement choisi d’analyser les effets du changement climatique, et non pas les causes. “Les causes du réchauffement global de la planète viennent de l’industrialisation illimitée et déraisonnable promu par les grandes puissances qui ont contaminé l’atmosphère et mettent en danger la vie des êtres vivants, et pas seulement des humains”.

Le président d’origine amérindienne juge que la crise écologique actuelle est avant tout une crise de civilisation dont la solution ne réside pas dans la voie technologique mais, dans une remise en cause du système capitaliste. “Il est nécessaire de comprendre que sa maladie a un nom : le système capitaliste mondialisé. Il n’est pas suffisant, pas juste, de dire que le changement climatique est le résultat de l’activité des êtres humains. Il est nécessaire de dire que c’est un système, une façon de penser et de sentir, une façon de produire la richesse et la pauvreté, un mode de “développement” qui nous conduisent au bord de l’abîme” a-t-il notamment déclaré dernièrement.

Au delà de son dogmatisme l’approche d’Evo Moralés se singularise au moins par deux points. D’une part l’exemplarité qu’il prête aux populations autochtones au regard de leur faculté à vivre en harmonie avec leur environnement, notamment leur absence de marchandisation et d’exploitation de la terre. D’autre part, ce qui constitue son cheval de bataille : l’adoption par l’ONU d’une déclaration des droits de la Terre nourricière (Pachamama). On pourrait en rajouter un troisième, le refus de voir privatiser certains biens considérés comme communs, l’eau en particulier.

Avec une réélection réussie et un système économique dominant qui a frisé l’infarctus, 2009 a bien failli voir le président Moralés doublement exaucé. Reste la question existentielle. Existe-t-il une vie économique après le capitalisme ? En l’absence de modèle alternatif, on peut en douter.

L’erreur serait pourtant de ne voir dans l’épisode de 2009 qu’une simple crise qui débouchera tôt ou tard par un retour “à la normale”. Plus que d’une poussée de fièvre épisodique le collapsus auquel nous avons échappé témoigne d’une mutation irréversible de l’économie internationale dans un monde qui après des siècles d’expansion voit aujourd’hui ses horizons se réduire.

Un monde s’achève, un nouveau reste à inventer. Tout l’enjeu est donc de sortir de cette “crise” autrement que comme nous y sommes rentrés, a minima par une refondation du capitalisme. 

A priori pourtant, la leçon n’a pas été comprise par tout le monde. Le secteur de la finance en particulier qui a renoué avec ses vieux démons démontrant ainsi une nouvelle fois que l’appât du gain prime sur tout. L’intelligence entre autres, si l’on considère que celle-ci ne consiste pas à ne pas faire d’erreurs mais plutôt, à ne pas les réitérer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 décembre 2009 12:32

    N’en déplaise à Morales, il est possible d’opter franchement pour un authentique capitalisme anthopocentrique et philanthropique.


    • boris boris 28 décembre 2009 21:26

      Salut Llabrés,

      Vous nous fatiguez un poil avec votre « nouvel ordre économique français équitable », on parle là de la planéte pas de la seule France.

      C’est le système mondial qui est pourri, si cela pouvait être juste la France, ça serait des « vacances ».


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 décembre 2009 21:42

      boris (xxx.xxx.xxx.92) 28 décembre 21:26 
      « Vous nous fatiguez un poil avec votre »nouvel ordre économique français équitable« 
      Vous n’êtes pas obligé de lire.

       »on parle là de la planéte pas de la seule France« .
      Si vous m’aviez bien lu, vous vous seriez rendu compte que ce que je propose pourrait être étendu à la planète :
       »La proposition du Parti Capitaliste Français (60 millions d’habitants) pourrait être reprise par un Parti Capitaliste Européen (600 millions d’habitants) ou par un Parti Capitaliste Mondial (6 milliards d’habitants)« .

      Dans un autre commentaire , vous avez dit :
       »un système copératif, c’est pas idiot bien sur mais pour lancer un tel système à l’instar de la « fondation Nobel » pris comme exemple dans votre lien, il faudra le capitaliser à hauteur de plusieurs dizaines voire de centaine de milliards d’euros, cet argent il faudra bien le prendre quelque part« .
      Encore une fois, si vous m’aviez bien lu, vous vous seriez rendu compte que les Français pourraient faire l’effort d’épargne suffisant, pendant la durée suffisante.
       »Le problème du financement de la période d’épargne peut également paraître insurmontable. Les Français disposent de plus de ressources qu’il y paraît. Tout d’abord, chaque année, les Français épargnent, en moyenne, 15 % de leur revenu. Au­-delà de cela, il convient de rappeler que, chaque année, les Français misent plus de 20 milliards d’Euros dans des jeux de hasard ( soit quasiment les 21,900 milliards d’Euros nécessaires en première année de la phase d’épargne)".

      Conclusion :
      Je continuerai à promouvoir ma proposition de Nouvel Ordre Économique Français Équitable dussé-je vous fatiguer...


    • boris boris 28 décembre 2009 22:03

      Vous pouvez en parler tout votre saoul, d’ici peu de temps le français moyen qui joue au casino où à d’autres jeux de hasard n’aura plus le sou de toute maniére.

      Il faut prendre le fric là où il est , ce n’est pas une question de taxe supplémentaire, c’est tout simplement vital.

      Vous pensez sincérement que la plupart des gens qui ont du mal à joindre les deux bouts, vont pouvoir épargner pour votre projet ?


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 décembre 2009 22:08

      À propos de la planète :
      Ce que je propose n’entrave aucunement la croissance économique. De plus, cette croissance sera respectueuse de l’écologie pour autant que les « nouveaux possédants » de l’économie capitaliste voudront être écologistes.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 décembre 2009 22:16

      boris (xxx.xxx.xxx.92) 28 décembre 22:03 

      « Il faut prendre le fric là où il est , ce n’est pas une question de taxe supplémentaire, c’est tout simplement vital ».
      Vous aussi vous répétez. Cela ne rend pas vos propositions plus originales.

      "Vous pensez sincérement que la plupart des gens qui ont du mal à joindre les deux bouts, vont pouvoir épargner pour votre projet ?"
      S’il advient que les citoyens-électeurs soient un jour convaincus par ma proposition, ils trouveront les modalités requises pour prendre leur destin en main et financer leur projet.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 décembre 2009 15:45

      Erratum

      « anthropocentrique »

      (mieux vaut tard que jamais)


    • JL JL 28 décembre 2009 13:03

      La morale du capitalisme c’est l’impôt. Ses deux mamelles sont la croissance et la spoliation.

      « Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi, la société n’est qu’un rêve de prédateur. » (Daniel Pennac)


      • Tony Pirard 28 décembre 2009 13:21

        C’est difficile savoir,si quand Morales parle,la voix que sort est de lui-même ou de Chavez.....C’est incroyable quand quelqu’un perds la crédulité et devient en un perroquet d’autre. De temps en temps,nous voyons surgir les profète à découvir la « roue carré ».

         Aprés tout,il dira...« Le meilleur système,c’est le...Bolivarisme... ! »


        • Gabriel Gabriel 28 décembre 2009 14:44

          Capitalisme ou communisme, les deux sont catastrophique surtout sous l’égide de menteurs égocentriques. Peut-être qu’un nouveau modèle se prénommant altruisme pourrait nous détourner du précipice vers lequel on se précipite.  


          • Png persona-nongrata 28 décembre 2009 15:35


            Vive les hommes et les peuples libres !!!

            A mort le capitalo-sionisme spéculatif source de tous les malheurs du monde !

            • Jean-paul 29 décembre 2009 04:06

              @ persona nongratas
              Allez le dire aux Chinois .


            • casp casp 3 janvier 2010 16:14

              Salut personna.
              Ce sympathique gentil de pas mélanger tous les sujets dans un joyeux pot-pourri.
              Vous avez eu votre Bac j’imagine ? Vous avez eu de la philo et du français comme matière non ?
              On vous a appris à disserter, à tenir des arguments etc...

              Donc logiquement , vous devriez en toute intelligence comprendre que si le sionisme, peux poser problème et soulever des questions, ce n’est clairement pas ici le sujet. Et vous savez ce que vaux un hors sujet j’imagine.
              L’impact du sionisme sur l’écologie et le capitalisme étant relativement minime.
              Puis ce que clairement Israel est un pays récent et minuscule n’ayant pas eu vraiment son mot à dire dans un systême économique dont l’origine remonte des siècles avant la fondation d’israel.

              De plus ne vous sentez pas obliger de rajouter un « tous les malheurs du monde ».. C’est très réducteur. Comme si il pouvait exister un ou deux méchants bouc émissaire dont l’élimination pouvait résoudre les problème.

              Cordialement.


            • MarcDS MarcDS 28 décembre 2009 15:45

              Le capitalisme comme le communisme étant productivistes, aucun des deux systèmes n’est capable de prendre en compte la finitude de la Terre, et donc de contrôler l’énorme pouvoir que l’homme a acquis sur son environnement. C’est pour cela que l’idée de Morales d’une déclaration des droits de la Terre nourricière à adopter par l’ONU me semble excellente : elle devrait constituer la base d’un nouveau modèle de société, remettant ainsi en cause les dogmes de la croissance infinie et du matérialisme.


              • anny paule 28 décembre 2009 16:32

                La pensée de Moralès est beaucoup plus profonde qu’on le croit. Il existe chez lui la conception d’une sorte d’harmonie naturelle entre la Terre nourricière et les humains qui l’habitent et la partagent avec toutes les espèces vivantes. 
                Si nous nous targuons, depuis peu, d’écologie, nous sommes à mille coudées de la conscience qu’ont les Indiens et les Latinos (non pollués par l’argent roi) del’importance du vivant, de sa diversité... Dans nos sociétés occidentales, l’écologie (« écologisme ») est une mode, et non un principe absolu (sinon, nous n’en serions pas rendus là où nous en sommes). La conscience d’autrui,(comme un autre soi-même) chez Moralès, est un second principe (un peu à la manière de la « common decency » chère à Orwell). (cf. Documentaire : Hartos Evos aqui hay, de Victor Ulloque et Manuel Ruiz Montalegre).
                Ce discours, tout comme celui de Chavez, dérange car il s’incrit en faux par rapport à la pensée dite « post-moderne » de nos pays occidentaux basés sur le productivisme, l’individualisme, la soit-disant « libre concurrence » et l’argent roi.
                Si nous voulons que ce XXI° siècle ne soit pas celui de toutes les Fins (fin des ressources, fin de l’humanité, fin de la planète nourricière), il serait bon de prendre en compte certaines formes de sagesses ancestrales (que nous avons gommées allègrement au nom de principes capitalistes), afin de faire régner la concorde, afin que tous ceux qui peuplent notre Terre puissent vivre décemment.
                Nos gouvernements (des pays qui se prétendent civilisés) devraient réfléchir à autre chose qu’un futur immédiat, devraient reprendre le pas sur la toute puissance des lobbies financiers... Copenhague fut un exemple de non sommet et de soumission des Présidents, censés nous représenter, aux volontés des puissances financières.
                Le Discours de Moralès, tout comme celui de Chavez tranchent avec les non discours concensuels des autres, et c’est en cela qu’ils sont dérangeants. Pourtant, ils invitent à réfléchir avant que le pire ne se produise. 


                • boris boris 28 décembre 2009 21:21

                  Logique c’est un Amérindien !

                  Le renouveau, si renouveau il y a, ne pourra que passer par des idées de personnes dont les génes ne sont pas trop dissolues où leurs âmes reste encore attachées à la terre mére.


                • Jean-paul 29 décembre 2009 04:04

                  @ Boris
                  Vous parlez du perroquet de Chavez ....


                • morice morice 28 décembre 2009 17:47

                  A priori pourtant, la leçon n’a pas été comprise par tout le monde. 


                  hélas, je me demande quand ça changera....

                  • joebardoc joebardoc 28 décembre 2009 19:27

                    Bravo evo morales de tenir un discours non consensuel et d’aborder de front le vrai problème de notre époque qui est à la fois économique (le crise financière), écologique (le réchauffement) et de ressources (la raréfaction des hydrocarbures).
                    C’est un problème global et un véritable défi planetaire qui n’aura comme solution à long terme qu’un changement de politique économique avec la recherche d’un nouveau mode de fonctionnement de nos sociétés
                    C’est d’un président comme celui-ci qu’on aurait besoin et non pas d’un sarkosy qui n’a rien compris au problème, puisqu’il se dit écologiste en signant le pacte de nicolas hulot, mais dont la seule option pour sortir de la crise est d’espérer de la croissance...
                    Par ailleurs, aucun de nos dirigeants actuels n’a parlé de la crise économique lors des élections de 2007, soit parce qu’ils ne l’ont pas vu venir (auquel cas ils sont incompétents), soit parce qu’ils nous l’ont caché (auquel cas ce sont des menteurs)
                    Cette crise ne fait que commencer, et va évoluer par vagues de quelques mois avec des passages en récession entrecoupés de nouveaux épisodes de croissance qui feront dire que la situation est sous controle. A chaque nouvel épisode de récession on cherchera un nouveau bouc émissaire sans vraiment regarder notre propre modele économique.
                    Merci Evo Morales de nous ouvrir les yeux et de monter que certains dirigeants peuvent avoir une vision à moyen et long terme.


                    • ELCHETORIX 28 décembre 2009 19:43

                      Bonsoir l’auteur , votre article est très intéressant et je vous en remercie .
                      Je suis donc d’accord lorsque vous exposez les propos du « sage » MORALES , surtout lorsqu’il propose à l’ONU « la déclaration des droits de la terre » !
                      Néanmoins , lors de votre conclusion qui propose une refonte du capitalisme ou son amélioration , à mon humble avis , je propose l’anéantissement de ce capitalisme qui amène la situation des peuples et de la terre en cet état catastrophique .
                      Car ce système n’a qu’un seul but ; le profit immédiat , sans tenir compte de l’environnement et du social ( le bien - être et mieux - vivre des peuples ) , qui est caractérisé par la cupidité des financiers et banquiers internationaux qui , après avoir été renfloués par les états ( nationalisation des pertes astronomiques ) , continuent à spéculer de plus belle ; ce qui est la dérive la plus cynique et éhontée du système capitaliste mortifère et diviseur des peuples qui vont subir de plus en plus la misère et la baisse du niveau de vie pour le plus grand nombre .
                      Il faut donc se libérer du jour oppresseur de ce système , et , cela , au niveau mondial .
                      Meilleurs voeux à tous les gens de changement !
                      RA .


                      • Jean-paul 29 décembre 2009 04:02

                        Baisse du niveau de vie pour le grand nombre ?Allez le dire a la Chine.


                      • ELCHETORIX 3 janvier 2010 16:59

                        @ Jean-Paul , lisez le dernier commentaire du 03 janvier de dom , lisez-le attentivement , tout est dit et justement écris ce n’est même plus un problème de droite ou de gauche , cela ne veut plus rien dire , c’est un problème du devenir de l’humanité donc de vos enfants ou petits-enfants de vous-même et de tout le monde sur cette terre .
                        Mais le commentateur dresse un tableau édifiant d’un prochain avenir , donc veuillez lire ce constat !
                        RA .


                      • Patapom Patapom 28 décembre 2009 23:59

                        Pourvu que 2010 soit l’année de ce changement tant espéré !
                        Pourvu qu’on trouve enfin de vrais penseurs qui proposeront des idées simples et efficaces pour changer ce modèle économique nauséabond !
                        Pourvu que les prochaines années soient celles de la sagesse et de l’empathie !
                        Je garde l’espoir malgré tout : les solutions sont en chacun de nous, il suffit de faire quelques efforts pour vaincre cette apathie dans laquelle nous sommes plongés depuis si longtemps...

                        Meilleurs voeux à vous et à notre planète ! ^_^


                        • Jean-paul 29 décembre 2009 04:00

                          @ Patapon
                          Des idees ,des idees ........


                          • frédéric lyon 29 décembre 2009 07:14

                            Evo Morales ?


                            Qui est ce peigne-cul ? Tout de même, Joseph Staline et Mao Tse Toung avaient une autre trempe, il n’ a plus que des seconds couteaux pour s’attaquer au « capitalisme » !

                            Et des illuminés pour les suivre.

                            • Ecométa Ecométa 29 décembre 2009 10:16

                              @Par Frère Voiture

                              Roules, roules ma poule : fonces droit dans le mur... 


                            • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 29 décembre 2009 12:54

                              Toujours aussi taré le lyon, à quand l’euthanasie, ça nous ferait des vacances ?...


                            • Ecométa Ecométa 29 décembre 2009 10:08

                              Les causes du réchauffement global de la planète viennent de l’industrialisation illimitée et déraisonnable promu par les grandes puissances qui ont contaminé l’atmosphère et mettent en danger la vie des êtres vivants, et pas seulement des humains”.

                              Je partage entièrement le point de vu du Président Bolivien !

                              Un développement durable implique une économie durable et non une économie de fuite en avant rationalo économico technoscientiste : une économie du changement pour le changement ! Une économie, qui, par les principes (rationalo mathématico technoscientiste) qui la dominent, oblige à cette fuite en avant… autrement tout s’écroule ! Il en va ainsi des économies d’échelle et autres systèmes de réduction des coûts systématique, et même du capitalisme, qui plus est, d’un capitalisme exclusivement financier (l’argent pour l’argent) ; autant de concepts exclusivement quantitativistes, utilisés de façon totalement crétine par des protagonistes qui ne veulent pas voir leurs limites ! Des protagonistes, qui par un aveuglement paradigmatique des plus particulier, spécialisé, trop spécialisé, spécialisé au spécieux, au fallacieux, ne veulent pas admettre qu’arriver un moment, à force d’abus des choses, il se produit des effets contraires, ce que, Ivan Illich appelait des « seuils contreproductifs » !

                              En effet, Ivan Illich avait constaté, qu’au-delà d’un certain seuil de développement, les grands services institutionnalisés, mais il en va de même pour les grandes firmes capitalistes, en fait de tout systèmes publics ou privés, par une certaine forme de monopole, ou plus exactement de monopolisation, ou encore d’exclusive ; que ces grands services ou systèmes, au titre desquels on peut aussi placer le libéralisme économique, poursuivent au bout d’un certain temps des finalités opposées à celles qu’à l’origine ils fondaient !

                              Tout système, et forcément, à ses limites, mais voila, les tenants de ces systèmes, souvent par aveuglement paradigmatique, par dogmatisme, ne veulent pas voir ces limites !

                              Comme d’habitude, les « politiques », en fait tous ces « politiciens » adepte du politisme, sont en retard sur l’évolution de leur société ou Nation respective. Laisser s’exprimer la société civile pour faire pression sur les politiciens ; je trouve l’analyse du Président Bolivien, comme ses proposition, des plus pertinentes !

                              Vous dites : « Au delà de son dogmatisme l’approche d’Evo Moralés… 

                              Personnellement, faire émerger un souci commun à l’humanité que ne perçoivent pas les politiciens qui nous dirigent, je ne vois là qu’une réflexions de bon sens, de sens commun, et pas du dogmatisme, et surtout pas du communisme. Il y a plus de dogmatisme dans un capitalisme usage paroxysmique du capital, dans un capitalisme qui réduit l’économie au seul moyen d’investissement qu’est le capital ou au seul moyen d’échange qu’est la monnaie ou l’argent ; que dans les propositions du Président Moralès.

                              Visiblement ils n’ont pas compris ces politiciens, et pour cause, que l’économie telle que nous la pratiquons, l’ « économisme » en fait, l’économie pour l’économie, une économie qui se regarde technoscientifiquement le nombril, déjà à peine digne des siècles passés et certainement pas du 21 è siècle ; que cette économie est responsable de la plus parts de nos difficultés ! Bien sûr celles environnementale, qui par un sursaut de conscience commune intéressent beaucoup de gens, mais également celles démocratiques et républicaines, qui, visiblement comme par une sorte de fatalisme systémique indépassable pour certains, intéressent beaucoup moins !

                              Système combien complexe, le problème de l’économie, de la science économique moderne, c’est qu’il n’y a pas d’ingénieur système, qu’il n’y a que des spécialiste, qui financiers, qui monétaristes, qui spécialistes de la production, des coût, des prix… , qui, chacun, tirent la couverture à eux ! Nous pratiquons des politiques de réduction des prix par les coûts, et, qui plus est, de manière systématique, ceci, sans en mesurer pleinement les conséquences ; comme si les coûts ne faisaient que les prix ! Il se trouve que si coûts font les prix, et sans aucun doute ils les font, qu’en même temps ils font aussi les revenus… que réduire systématiquement les coûts revient tout aussi systématiquement à réduire les revenus : qu’alors l’économie se réduit comme peau de chagrin !

                              Nous ne faisons pas réellement de l’économie mais exclusivement, ce qui n’est pas tout à fait la même chose, du capitalisme ; qui plus est, et véritable cercle vicieux, exclusivement du « capitalisme financier » : tout simplement de la cavalerie financière entre banques sur des produits dérivés et sous jacent essentiellement virtuels ! Entendons- nous bien, il ne s’agit pas d’être contre le « capital » qui est un moyen utile et nécessaire à l’économie, mais plus subtilement, d’être contre la capitalisme, véritable dogme… réduction de l’économie au seul capital… au seul moyen économique qu’est le capital ! Le tout est plus que la simple somme de ses parties, et honnêtement, d’un point de vue de l’entendement intellectuel, d’une intégrité intellectuelle indéfectible, on ne peut pas réduire un système complexe à un des éléments, qui plus est de simple moyen, qui le constitue.

                              C’est l’Etat, nos gouvernements, par l’économie politique (pour les affaires publiques, pour le plus grand nombre), par une économie politique raisonnée et raisonnable, la plus autonome possible (aux environs de 60 à 70 %), autant qualitative que quantitative, même plus quantitative, équilibrée, et non par une économie qui se regarde technoscientifiquement le nombril ; l’Etat qui doit jouer le rôle d’ingénieur système en économie ! Une économie politique « nationale » et « sociétale », et soyons subtiles, enlevons nos gros brodequins rationalo technoscientistes ; une économie nationale mais pas nationaliste, sociétale mais pas socialiste, d’une communauté d’intérêts mais pas communiste ! Bref, une économie ouverte par un système d’échanges internationaux complémentaires des économies nationales, sans concurrence, ceci, pour nos manques et nos surplus qui ne manqueront pas d’intervenir car la perfection n’existe pas… même technoscientifiquement : surtout pas technoscientifiquement ! La Nature, les états de nature, sont bien plus efficace que la science, elle, et ils le prouvent depuis le commencement des temps !

                              Résolvons le problème crucial de l’économie, et comme par miracle, comme par enchantement, sans résoudre pour autant tous nos problèmes, nous en résoudrons une bonne partie !


                              • Ecométa Ecométa 29 décembre 2009 11:39

                                @Par Alchimie

                                Quelle naïveté… à l’égard de quoi, du capitalisme, du communisme… l’un comme l’autre sont des paroxysmes et n’ont rien de raisonnable ; naïveté à l’égard de l’exploitation ancestrales de certains sur d’autres !

                                Quelle malhonnêteté… celle de croire que le système doit profiter à tout le monde et non à quelques uns !

                                Qui est responsable des dégâts écologiques ?

                                Ce sont les tenants et les aboutissants d’une économie du moyen pour le moyen, d’un capitalisme qui se regarde pseudo technoscientifiquement le nombril, ceci, sans aucune autre forme de considération, réellement économique ou sociétale ; les tenants et les aboutissants de l’argent pour l’argent, du profit à tout prix et n’importe quel prix !

                                Le capital est utile à l’économie mais pas le capitalisme qui est, et doit être considéré comme une hérésie économique ! Restez dans la pensée unique… accrochez vous au dogme capitaliste… de toute façon, pur dogme, et à ce titre n’étant pas réformable, il va finir comme le communisme car il participe, entre autres choses, du même combat : le productivisme avec des ressources forcément limitées et des pratiques économiques qui ne peuvent pas durer !

                                Il n’est pas question de limiter le développement mais de le maîtriser, de sortir du « laisser faire et laisser aller » des siècles antérieurs auxquels nous somme visiblement revenus et de plus belle encore ! Il est question de se développer autrement, de manière rationnelle, au regard de la Nature et des « Etats de nature », et non rationaliste… paroxysme de rationalité et plus rationalité !


                              • Kelson 29 décembre 2009 12:29

                                « Et qui c’est qui roule en voiture, c’est le capitalisme ou bien vous et moi ? »

                                Certes, le citoyen ou le consommateur est au final l’acteur principale du système. Mais le concevoir en dehors du système lui même, comme si il avait une liberté totale d’action est aberrant.

                                On ne peut pas dire que le problème et/ou la solution se trouvent uniquement du coté politique ou du coté de la société civile. Les deux doivent évoluer.


                              • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 29 décembre 2009 12:50

                                Vive Morales et Chavez, soutenons leurs initiatives qui tranchent avec la propagande (et les agissements) nord étasunienne (ainsi que la non moins toxique européenne et précisément française). Le scandale du soutien des putschistes militaires honduriens contre un président élu est la preuve irréfutable du soutien de Washington à toute les dictatures fascistes qui se montrent soumises au dictat économique US. 


                                Le même système néocolonialiste, c’est à dire le pillage sans vergogne des matières premières des pays africains est pratiqué par la bande de mafieux sous les ordres du guide suprême Nabot Léon 1er (alias Sarkozy) tout en soutenant les présidents ubus qui maintiennent leurs populations dans la misère !!...



                                • Jean-paul 29 décembre 2009 20:07

                                  @ Marcel Chapoutier .
                                  Pars vivre au Venezuela mais n’oublie pas de t’ armer + gardes du corps ,kidnappings ,meurtres,vols etc....
                                  Tu a beau adore Chavez et Morales la bas tu n’es qu’un sale gringo .


                                • Darkfox 29 décembre 2009 13:06

                                  Bonjour,

                                  Tout d abord et je rejoins certains articles d’Agorax, nous ne savons toujours pas si nous sommes ou nous ne sommes pas les instigateurs de ce réchauffement climatique ( qui est d’ailleurs, pour nous focaliser sur un truc le CO2.. c’est mieux que de focaliser sur les vrai problèmes , métaux lourds , pesticides etc .. mais c’est un autre débat) et nous donne « enfin » une conscience écologique « ou au moins un début car on pense surtout à son porte monnaie...

                                  Ensuite vous reprenez les paroles de Mr Moralés en y associant vos pensées, les latinos seraient plus écolos que nous, je peux vous affirmer que c’est juste une vue d’esprit car l’esprit écologique n’y est pas et je le vois tous les jours ...(passez à la fête de la lumière en Colombie , vous verrez toutes les villes avec des animations et des éclairages à vous faire pleurer edf.)
                                  Quand aux amérindiens , nous n’avons que les belles images d’eux . Il est vrai que les Espagnols et les Portugais ont massacrés ces peuples néanmoins revenir à leur époque ne me remonte pas le moral.. un petit sacrifice de vierge empalée à l’endroit où on construit un temple , c’est toujours sympa. (l’Amérique du Sud avait du bon en ce temps là ..). Bref on repart sur un vieux truc et utilisé depuis des centaines d’année .. »avant c’était mieux..."

                                  Or Il ne propose pas d’alternative si ce n’est de venir demander des sous aux méchants riches pollueurs (et un peu neuneu ) que nous sommes(c’est vrai que les pays pauvres sont des modèles pour ce qui est de la corruption , jamais aucun président africains ou latinos n’ira piocher dans les milliards qu’on lui donne pour faire d’autres choses avec ) . Mais alors pourquoi ne fait il pas plutôt une idée originale avec ses amis tel Mr Chavez et protégent la mère nature à la base... en bloquant les exportations de pétroles et en faisant des sites moins polluant pour ses mines d’or et d’argent et en investissant à fond dans l’écologie ...

                                  Comme il le dit la terre n’appartient à personne , l’eau non plus mais bon la pollution que sa pollulation (agriculteur ,etc..) va y mettre qui la prend ? De plus la démographie n’est pas la même et la gestion est très différentes , revenir en arrière et une abération.

                                  Je suis pour une écologie intelligente mais par pour entendre des aneries de personnes qui souhaitent retourner à l’âge de la pierre taillée car ils oublient que l’espérence de vie y était de 30 ans ...

                                   

                                   


                                  • Kelson 29 décembre 2009 13:36

                                    @ Darkfox

                                    "(...) personnes qui souhaitent retourner à l’âge de la pierre taillée car ils oublient que l’espérence de vie y était de 30 ans ..."

                                    Personne n’a parlé de cela... à part vous ?


                                  • Ecométa Ecométa 29 décembre 2009 14:04

                                    @kelson 

                                    On ne peut pas dire que le problème et/ou la solution se trouvent uniquement du coté politique ou du coté de la société civile. Les deux doivent évoluer.

                                    Bien sûr ! Mais la société évolue, ce sont les politiciens et les économistes, qui, comme d’habitude, sont à la traîne et même à la ramasse !

                                    @Darkfox

                                     
                                    Effectivement, qui, ici, parle de retourner à l’âge de pierre ; personne à par vous !



                                    Il est simplement question de se développer autrement, dans le respect de la « Nature » et des « états de nature »… dont la nature humaine ; dans le respect du principe d’Humanité, sans exploitation des uns par les autres, en toute autonomie, individuelle comme collective, et pour la satisfaction de tous et non de seulement quelques uns !


                                  • Mohammed MADJOUR Mohammed 3 janvier 2010 13:08

                                    C’est bien on commence à me comprendre, depuis le temps que je crache sur la politique irresponsable !

                                    Envoyez-moi un invitation monsieur Moralés, nous arriverons bien un jour à raisonner les visages pales !

                                    Dites-leurs pour commencer qu’en regardant monter la fusée « Ariane » vers le ciel, vous n’êtes point impressionné mais au contraire vous avez envie de pisser en l’air ... de dégoût !

                                    Autrement vous n’êtes pas un vrai Indien !


                                    Mohammed.


                                    • dom y loulou dom 3 janvier 2010 15:15

                                      L’unique problème que nous avons sur ce monde et qui entraine TOUS les autres, pollutions, malnutrition, déséquilibres écologiques, sociaux, monétaires... TOUS, c’est la décision politique par le haut, plus précisément par ne oligarchie que personne n’a élue et qui se proclame es maîtres depuis 4000 ans. AUjourd’hui ils sont mis en lumière.

                                      La déresponsabilisation sévit dans des populations habituées à tant de divertissements que ceux-ci l’emportent toujours sur la nécessité de se mobiliser pour ne pas laisser une oligarchie de banquiers continuer à massacrer l’humanité alors qu’ils ont presque réussi à imposer leur gouvernement mondial DICTATORIAL sur la planète à Copenhagen pendant que des hallucinés pensaient réellement que ces gens veulent tout à coup sauver les baleines... mais ils échangent la coscience du plomb qu’on respire dans les villes contre une peur idiote du CO2... juste pour nous TAXER !!! Au même titre ils font oublier le risque de choper la sclérose en plaques contre une peur infantile de la grippe !!!

                                      Faut le faire pour soutenir une telle merde systémique !!!

                                       On nous submerge sous les bidules électroniques et on se prend pour des génies, on adule des héros de sports et on se prend pour des champions, on bidouille des musiques jouées par d’autres, on remix et on se prend pour un compositeur, tout va en ce sens, la paupérisation des savoir-faire pour la médiocrité aux visages déifiés. Et la plupart ne songent qu’à voir leur visage sur une quelconque affiche de gala. 

                                      En réalité l’esclavage est déjà là, le gouvernement mondial sévit déjà, le common wealth appelle impunément au meurtre de 3 milliards de personnes dans les plus brefs délais et que voit-on ? Les champions font leur paris-dakar comme si tout allait parfaitement bien dans le meilleur des mondes et pas un seul politicien officiel pour s’offusquer des propos tenus !?!?!

                                      Il n’y a pas trente six mille possibilités contrairement à ce que vous semblez tous croire.

                                      On n’aura jamais autant cru ou pas quand aujourd’hui l’esprit peut tout comprendre, tout SAVOIR, jusqu’à l^histoire complète de l’humanité et d’être ainsi tenus sous le joug d’archi-milliardaires qui flippent uniquement de perdre le contrôle sur la psyché des aom.


                                      La décision politique a deux voies possibles dans un système établi en forme de pyramide que nous connaissons. Nos voeux pieux ne changeront pas la nature de ceux qui imposent cette pyramide sur la réalité de l’humanité. Ceux-ci établissent une dictaure et se sont arrangés avec les politiques pour nous VENDRE aux système banquier.

                                      C’est déjà fait alors que nous discutons ici comme si des éons de liberté nous attendaient et des maschmallows à profusions galactiques !!!

                                      Nous sommes tous des esclaves déjà si nous ne voulons pas voir MAINTENANT que les dettes nationales serviront à nous faire travailler gratos dans des camps de travail tels Auschwitz qui sont déjà construits.

                                      car cette oligarchie est la même qui finança les nazis et ils sont non-seulement toujours en place, mais ils décident absolument de toutes les taxes qui nous étranglent tous et dépopulent déjà depuis des décennies, surtout en afrique n’est-ce pas et l’ONU est devenue un organisme de renforcement de leur pouvoir quand elle devait uniquement servir à discuter entre nations !!!

                                      Mais qu’est-ce qu’on blablate encore ici ???

                                      Alors on continue à mendier auprès de ces assassins de civilisation ? On manifeste ? Et c’est quoi d’autre que de mendier, exiger, revendiquer impuissants devant des bourreaux de l’humanité qui suivent un agenda où 95% de l’humanité est sensée disparaitre en disant merci ? 

                                      A chaque manifestation ils doivent se dire que tout va bien, les gens ne sortent pas des gonds établis pour eux et tournent en rond dans un cirque dont le cadre se réduit de jour en jour.

                                      On continue à se déresponsabiliser sur d’autres tout en se croyant très malins et retourner constamment aux divertissments qui nous sont fournis comme à des singes dans une cage.
                                       
                                      Alors OU nous reprenons notre destin commun en main et ETABLISSONS NOUS-MEMES un nouveau sysème où la décision provient de la base de la pyramide et fera chuter ces tyrans tellement immensément riches qu’ils pourraient éradiquer toute forme de misère sur cette planète ou c’est une acceptation servile qui prend le dessus et finit sa course à la déshumanisation, parce que manifestement ils n’ont pas accumulé pour redistribuer, mais pour tous nous piller.


                                      Songez que 500 personnes en ce monde ont chacune un revenu supérieur à celui de 416 millions de pauvres, si de telles inégalités ne sont même pas conscientisées par le nombre, la dictature du « meilleur des mondes » est déjà assurée avec des camps de la mort pour rembourser les dettes que nous ont mis les banquiers sur le dos.

                                      Leurs dettes. 

                                      Rester aveugle à ce fait et continuer à vouloir s’amuser en cherchant la normalité dans les médias pour se rassurer va nous coûter TOUTES les libertés que connaissent encore les aom d’aujourd’hui.

                                      David Rockefeller, l’empereur pétrolier et pharmaceutique a vanté le système de Mao comme le plus efficace que l’histoire ait connue...un capitaliste ? Un libéral ? Vraiment ? Vous voilà prévenus.

                                      Et je suis fatigué de redire les remèdes quand on les a dit un bon million de fois.

                                      ne les appliquons pas t c’est le RIFD micro chip sous la peau qui contrôlera jusqu’aux minutes que vous prenez pour pisser.

                                      En réalité nous ne décidons d’absolument plus rien déjà et aucun qui ne soit de la bonne famille des 500 millions qui devraient survivre au massacre annoncé n’ont d’autres boulots que celui d’esclaves pour des gens qui se prennent pour des dieux et qui sont une bande de prédateurs ineptes et qui ne SUPPORTENT PAS nos esprits inventifs.

                                      La démocratie est déjà morte et à moins de la faire revivre par élan populaire la dictature va tout boucler, dans quelques mois vous n’arriverez même plus à vous souvenir de qui vous étiez tant les neuro-toxiques et les agents cancérigènes sont partout.

                                      La réalité ne dépend pas de nos voeux pieux ni de nos volontés ni de nos beaux phrasés, elle dépend entièrement de ce que nous acceptons de voir comme étant la richesse suprême. 

                                      Qu’est-ce qui vaut le plus ? L’argent qui vous permet d’acheter une pomme ou la pomme elle-même ?

                                      Alors je vais vous dire un moyen qui deviendra fatalement une nécessité.

                                      L’argent ne vaut plus rien puisque toutes les productions occidentales ont été délocalisées en asie... l’argent de l’occident ne vaut plus que la dette qu’il nous met sur le dos.

                                      Alors franchement les producteurs... rendez l’argent qui ne vaut rien aux banquiers et GARDEZ VOS PRODUCTIONS.

                                      Qu’ils se gavent donc de l’or qu’ils aiment tant les endetteurs !! 

                                      Et pour ceux qui ne produisent rien, apprenez un artisanat, un service, un entretien de la vie que vous échangerez.

                                      Sans cette réapropriation de notre réalité le « lifting » du squelette moribond de la machine de guerre impériale continuera inexorablement. Voyez l’état de notre planète et des inégalités et des injustices HURLANTES, voilà leurs fruits aux oligarches autoproclamés !!

                                      Continuerez-vous à travailler pour eux ?

                                      Mais continuez à croire que vos petites personnes sont plus importantes, comme ils vous le montrent dans les écrans et le culte des personalités et que les gloires que vous pouvez récolter en championnats organisés tous azimuts en véritables bétaillères sont plus vitales que la survie sur terre et notre esclavage à tous est déjà garanti.



                                      Arrêtez de mendier auprès des oligarches, vous ne les avez pas élus et ils ne sont pas légitimes pour des salaires de misère qu’ils nous lancent comme nous lançons des cacahouettes aux singes.

                                      Voter pour l’une ou l’autre de leurs marionettes laissera toujours les rennes dans leurs mains, c’est LEUR système tandis qu’on nous persuade que c’est bien le nôtre et que dans ce processus la seule chose qui soit assurée est le fait que toutes les richesses se concentrent dans quelques mains, au détriment du plus grand nombre, de la vie et de tous les équilibres biologiques.

                                      GARDEZ VOS PRODUCTIONS !!! Ne vous soumettez plus aux corporations esclavagistes, rouvrons les marchés populaires tellement massivement que toute alimentation reste bien dans nos mains et pas dans celle des corporations esclavagistes.

                                      renoncez et vos enfants vous demanderont pourquoi ils doivent vivre dans un monde où la seule liberté qu’ils auront sera de choisir entre du red bull fluoridé ou du coca light aspartamé.


                                      bonne journée quand même.


                                      • Jérôme M. 3 janvier 2010 18:16

                                        Evo Morales, Hugo Chavez, Fidel Castro, Hervé Kempf, Simon Bolivar, beaucoup de personnalités différentes, mais un point sur lequel ils s’accordent, et que je partage intimement. Le capitalisme est un système fonctionnant comme le cancer. Il exploite les ressources qui l’entoure, et rend notre planète malade.

                                        Je ne vois qu’une seule issue : Irradier, Irradiquer, chimiotiser cette tumeur maligne.

                                        Pour ne pas oublier :


                                        • Loup des mers 4 janvier 2010 00:09

                                          « Un nouveau modéle reste à inventer ». Vous plaisantez j’espère ? Il faut vous mettre à jour mon vieux. Le nouveau modèle on le connait, l’UMP qui n’en rate pas une ne s’y est pas trompé d’ailleurs en signant une protocole avec son premier promoteur : le PCC.

                                          Et oui, le voila le modéle de demain, que tout le monde admire, avec sa croissance à 2 chiffres qui resiste même au pire recession mondiale.

                                          Vous avez aimé la démocratie médiatique impérialiste de consomation des USA ?

                                          Vous allez adorer le capitalisme bureaucratique de partie unique de la République Populaire de Chine.

                                          Regarder comme ils sont bons, eux ! Ils ne s’emmerdent pas avec la démocratie, eux ! Quand le chef dit, « Dieu le veut », tout le monde dit « amen », chez eux !

                                          Le nouveau modèle est la, ne vous inquiétez pas : le capitalisme totalitaire. Le Medef en révait, la Chine « Communiste » l’a fait.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès