Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Evo Morales - Un Indien qui doit gérer par référendums !

Evo Morales - Un Indien qui doit gérer par référendums !

C’est fait. « La Bolivie (10 millions d’habitants) est un État unitaire social de droit plurinational communautaire, libre, indépendant, souverain, démocratique, interculturel, décentralisé et avec des autonomies  ». Plus de 3,8 millions d’électeurs Boliviens étaient appelés aux urnes pour se prononcer sur la nouvelle Constitution. Le « oui » l’emporterait avec 56,8% des voix contre 43,2% pour le « non », d’après deux sondages réalisés à la sortie des urnes. Les 2.700 bureaux de vote étaient surveillés par 200 observateurs de l’OEA (Organisation des États américains), de l’Unasur (Union des nations sud-américaines) et de l’Union Européenne.

_____________________

Après le Venezuela, l’Equateur, la Colombie, Evo Morales entend changer la Constitution de son pays, trop liée, à ses yeux, au capitalisme et au passé colonial. Morales, un indien Aymara au pouvoir depuis trois ans, est le premier président bolivien issu de la communauté indigène à gouverner la Bolivie depuis sa fondation, il y a 183 ans. Il avait facilement remporté, en août dernier, un referendum sur son maintien au pouvoir avec 67% des voix. Evo Morales a fait de ce scrutin sur la nouvelle constitution un autre plébiscite. En cas d’adoption du projet, Evo Morales, élu en 2005, pourra se représenter pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête d’une nouvelle Bolivie. La majorité de la population bolivienne est d’origine indienne mais la vie politique et économique a longtemps été dominée par une petite élite sociale d’origine européenne.

Comme le rappelle l’Université Laval de Québec : « La Bolivie est un pays multilingue avec une bonne quarantaine de langues, presque toutes amérindiennes. Quelque 43 % des Boliviens parlent l’espagnol comme langue maternelle. La Bolivie ne compte que quatre langues importantes, si l’on prend comme critère celles parlées par 10 000 locuteurs ou plus : le quechua (36,4 %), l’aymara (22,5 %), le guarani (0,2 %) et le chiquito (0,2 %). Quelques autres langues sont parlées par quelques milliers de locuteurs, mais l’immense majorité des langues autochtones de la Bolivie est en voie d’extinction. Il n’est pas rare de dénombrer quelques dizaines de locuteurs pour plusieurs petites langues ».

C’est tout de même une constitution largement édulcorée qui a été présentée au vote des Boliviens. Plus de 150 articles sur 400 ont été modifiés pour que le Sénat, dominé par la droite, accepte de convoquer le référendum. Ses détracteurs disent qu’elle est confuse et parfois contradictoire. La nouvelle constitution entend donner une meilleure représentation aux Indiens au Congrès et leur octroie plus d’autonomie dans leurs régions. Elle vise à redonner leur place aux langues et aux traditions culturelles du monde indien. « Nous avons souffert pendant 500 ans, alors nous voterons oui pour ne pas souffrir 500 ans de plus », déclarait à Reuters Simon Cussi, 51 ans, chef d’un groupe de paysans indigènes.

La Bolivie sera un pays laïc. La constitution consacre la séparation de l’État et de l’Église catholique. Elle reconnaîtra plutôt le culte de la Pachamama, la Terre-mère, divinité omniprésente dans les religions andines. Les Églises catholique et protestante ont élevé la voix pour critiquer cette constitution, se disant convaincues qu’elle ouvrait la voie à une légalisation de l’avortement et au mariage homosexuel. L’État se verra confier un plus grand contrôle sur la vie économique et sur la gestion des ressources naturelles en particulier, après une première vague de nationalisations dans les secteurs énergétique ou des télécoms.

Au désespoir des grands propriétaires et entreprises, la nouvelle constitution donne des droits et des statuts particuliers à 36 nations indigènes laissées pour compte depuis des siècles. La redistribution des terres et la limitation de la taille des propriétés ont déclenché les foudres des grands propriétaires terriens, éleveurs ou cultivateurs de soja à un point tel que le pays est venu au bord de l’implosion : les électeurs sont appelés à se prononcer entre deux superficies maximales (5.000 ou 10.000 hectares). La constitution imposera de fait une taille maximale aux propriétés agricoles, loi qui ne sera pas rétroactive, toutefois, et combattra les inégalités sociales les plus criantes. En cas d’un « oui » victorieux à l’échelle du pays, les préfets autonomistes ont déclaré qu’ils rejetteront quand même la constitution si le « non » gagne chez eux. À l’heure de la rédaction de cette analyse, quatre des neuf provinces auraient rejeté le texte, selon les sondages sortis des urnes.

Evo Morales n’est pas au bout de ses peines pour autant.

La Bolivie est au cœur de plusieurs convoitises, notamment dans le secteur énergétique. La Bolivie dispose des deuxièmes réserves de gaz naturel (710 Gm3 en 2007) d’Amérique du sud, après celles du Venezuela. À deux jours d’un référendum populaire sur la nouvelle Constitution du pays, Evo Morales a nationalisé la pétrolière Chaco, gérée par la société Panamerican Energy (PAE), à capitaux argentins et britanniques. « Petit à petit nous récupérons nos entreprises », a déclaré le président bolivien. PAE n’apprécie pas : « elle défendra devant toutes les instances ses intérêts légitimes  ». La compagnie publique des hydrocarbures YPFB prendra le contrôle de 99% des actions de Chaco.

Conséquence de ces nationalisations : les compagnies pétrolières étrangères opérant en Bolivie ont reporté leurs investissements dans l’exploration et l’exploitation de gisements de gaz.

Le lithium est un enjeu important dans la fabrication des batteries. Notamment, celles des automobiles non performantes. Son prix est passé d’environ 350 dollars la tonne, en 2003, à près de 3 000 dollars en 2008. On l’extrait surtout en Argentine, au Chili et au Tibet. Les réserves mondiales du métal devraient s’épuiser totalement d’ici 2200, d’après les experts. Mais voilà. La Bolivie posséderait 40 à 50% des réserves mondiales de lithium. Il se trouve sous le lac salé fossile du Salar d’Uyuni, vestige d’un lac d’eau de mer asséché et plus vaste désert de sel au monde. La Bolivie veut créer une filière industrielle du lithium, incluant une usine de fabrication de batteries. Pour cela, elle aura besoin de main-d’œuvre spécialisée. Ses récentes nationalisations ne sont pas de nature à communiquer un vent d’optimisme aux investisseurs. Times a qualifié la Bolivie de petite « Arabie saoudite du lithium », comme le rapporte Énergie 2007. Pour sa part, Forbes penche plutôt du côté du Chili : « Chile is the Saudi Arabia of lithium ».

Mitsubishi estime que la demande de lithium dépassera l’offre dans les 10 ans et pronostique une pénurie en 2015. Le spécialiste des batteries A123, le vice-président Ric Fulop, a un avis différent. Il se dit assuré qu’il y a assez de lithium sur la terre pour « plusieurs milliards » de voitures électriques ». Les enjeux mondiaux sur le lithium feront de la Bolivie un point de mire sous haute pression.

Le groupe Bolloré, rapporte le quotidien Le Monde, cherche à acquérir une mine d’exploitation de lithium, en Bolivie notamment. Selon M. Bolloré, la technologie choisie pour les batteries, « le lithium-métal-polymère », est supérieure à tout ce qui est envisagé par les concurrents actuellement, tant en matière de sécurité qu’en matière d’autonomie. Le groupe Boloré n’est pas seul évidemment à rechercher le lithium bolivien. Les grands constructeurs automobiles des États-Unis sont sur la piste : « la plupart des réserves de lithium nécessaires à la production de batteries pour ces véhicules se trouvent en Bolivie, dont le Président très à gauche, n’est pas très proche des États-Unis », écrit le Times. Evo Morales ne veut ni exploitation massive et destructrice, ni compagnies étrangères, et vient de signer un décret pour installer un site d’exploitation national mais très limité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 26 janvier 2009 11:50

     @ Pierre

    Très bon article, objectif et bien documenté comme d’habitude. Evo Morales parviendra-t-il à éviter la guerre civile et la partition de son pays ? Pas sûr. Je viens de revoir le magnifique film de Werner Herzog Aguirre ou la colère de Dieu. Ce qu’on fait les conquistadores en Amérique du Sud est une atrocité, et il est légitime que les indiens recouvrent un minimum de pouvoir sur leur destinée. Que Pachamama détrône la Vierge Marie qui a usurpé sa place, ce ne serait que justice mythologique !


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 26 janvier 2009 12:45

      Marsu

      Il ne serait que juste et raisonnable, en effet, que les indiens retrouvent leurs droits et qu’ils profitent pleinement de l’usufruit des exploitations des ressources naturelles du pays. Evo Morales semble franchir lentement mais sûrement les obstacles qui se dressent devant lui. Prochaine étape : sa réélection et l’adoption des lois afférentes à la mise en place de la nouvelle Constitution. Il faudra également voir comment le pays va survivre à la crise économique mondiale qui touche tout autant l’Amérique latine.

      Pierre R.


      • Bois-Guisbert 26 janvier 2009 12:51

        La majorité de la population bolivienne est d’origine indienne mais la vie politique et économique a longtemps été dominée par une petite élite sociale d’origine européenne.

        Comme qui dirait par ceux qui avaient un peu de compétences...

        Evo Morales ne veut ni exploitation massive et destructrice, ni compagnies étrangères, et vient de signer un décret pour installer un site d’exploitation national mais très limité.

        La Faillite, nous voici smiley


        • Nobody knows me Nobody knows me 26 janvier 2009 13:56

          Parlons-en des compétences, déforestations massives, coups d’Etat, support aux dictatures, ... Tout ce qu’on a réussi, c’est de foutre le milieu naturel en vrac et d’affamer les populations ! Et ça vient faire le malin avec sa supériorité bien européenne.
          On commence à connaître votre refrain et votre amour pour les fascos. Bullshit !


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 26 janvier 2009 13:05

          Bois-Guibert

          Il me semble au contraire qu’Evo Morales cherche à nationaliser les profits pour les redistribuer à son peuple alors que des pays, comme la France et les États-Unis, nationalisent les pertes pour sauver les banques qui n’ont pas toutes montré une plus grande compétence que les indiens boliviens.

          Pierre R.


          • Nobody knows me Nobody knows me 26 janvier 2009 14:27

            Ce qu’on peut faire, c’est caler notre cher bois-guibert dans la forêt amazonienne et analyser ses compétences pour pas crever en moins de 3 jours.


          • L'enfoiré L’enfoiré 26 janvier 2009 17:58

            Pierre,

            Le pétrole donne l’énergie de nos autos pour un « certain » temps.

            Le plomb est l’accumulateur électrique de nos autos pour 72%.

            Le coltan est le minerai du sang du Congo pour nos téléphones portables.

            Le lithium est le conservateur d’énergie de nos batteries dans nos PC pour encore un « certain » temps.

            Ils sont tous toxiques. Ils ont tous leurs points forts et leur points faibles. Donc on cherche, on puise, on exploite. Le « on » n’est pas celui que l’on croit souvent.

            Je viens de changer ma batterie au lithium sur mon PC. Deux ans, seulement après son achat, je croyais pouvoir continuer plus longtemps. J’ai lu que c’est normal dans un magazine spécialisé.

            Je n’ai pas encore lu un seul article qui expliquait de manière incontestable et confirmer par tous, la manière de prolonger son usage. Le marchant disait qu’il faut, une fois chargé, la sortir du circuit quand on travaille sur le secteur. Les magazines n’en parlait pas vraiment, mais disait qu’il ne fallait pas attendre la décharge complète pour la recharger. Mais, qu’une fois par mois, c’était nécessaire.

            Quand on veut être consommateur responsable, c’est pas facile. Cela sortait peut-être du cadre de l’article, mais je me devais de le dire. smiley


            • jacques jacques 27 janvier 2009 09:22

              "Le marchant disait qu’il faut, une fois chargé, la sortir du circuit quand on travaille sur le secteur." J’en suis pas si sur les batteries servent aussi de tampon de régulation et de filtrage ,appelles le fabricant ,car les compétances techniques du marchand doivent être du niveau changement d’ampoule(hier j’avais un vendeur SFR qui m’expliquait que la voix-ip était indépendante de l’adsl).


            • samedi 26 janvier 2009 20:23

              Le pauvre, j’espère qu’il va s’en sortir.

              Zapatero a eu du mal au début lui aussi.

              Il faut que les Boliviens restent soudés face aux exploiteurs. Que Morales prenne conseil avec ses homologues. Petit à petit, s’imposeront justice et démocratie.

              Mais enfin, déjà 5000 hectares c’est énorme .... Plus l’église, la tâche devient ardue.

              Bon courage !




              • franc 26 janvier 2009 20:36

                Encore un coup porté contre le capitalisme mondialiste --------------------------c’est le retour de l’Etat-Nation socialiste

                il n’ ya pas que l’argent qui compte ,il y a aussi les valeurs et les cultures des peuples

                ce n’est plus la France qui donne des leçons au monde ,c’est un petit pays du monde latino-américain qui donne une leçon à la France

                les lumières de la France sont éteintes

                A quand une révolution pour l’éclairer à nouveau


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 27 janvier 2009 07:03

                  L’enfoiré

                  Je connais peu les voitures n’ayant jamais eu, dans ma vie, le loisir d’en conduire. C’est vous dire mon ignorance de la chose mécanique. Mais vous soulevez un point par contre qui montre bien l’état encore expérimental de cette option des batteriers au lithium.

                  Pierre R.


                  • vincent jacques 27 janvier 2009 10:24

                    bravo, ! vive la vraie démocratie. bon courage et bonne chance au peuple bolivien et a son président

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès