Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Exclusif : Houdini battu ! - BP et la grande illusion du puit B qui (...)

Exclusif : Houdini battu ! - BP et la grande illusion du puit B qui n’a jamais été colmaté

Madames et messieurs, British Petroleum (BP) a menti à toute la population - encore une fois - à propos de ce qui se passe réellement dans le golfe du Mexique suite à l’explosion de la plateforme du Deepwater Horizon le 20 avril dernier, qu’elle louait de l’opérateur Transocean Ltd.

Sauf que cette fois-ci, la manipulation de la réalité dépasse tout entendement. Suite aux efforts infructueux continuels durant tout l’été de colmater la plus importante fuite de pétrole de l’histoire des États-Unis, BP a plutôt opté pour tromper la population en présentant un colmatage d’un autre puits. Vous avez bien lu : BP, avec l’aide de l’administration Obama et des médias traditionnels, ont procédé à un spectacle orwellien de miroirs et de fumée en colmatant un autre puits que celui qui avait explosé le 20 avril.

Ces affirmations ne sont pas à prendre à la légère et elles sont soutenues par des évidences et preuves qui sont soumises à l’examen des lecteurs et des lectrices.

Tout d’abord, il est important de prendre connaissance du document officiel produit par British Petroleum conjointement avec le US Minerals Management Service (MMS). Selon ce document public, il existe deux puits dans la région où le déversement s’est produit. Le premier, le Puits "A" (Well A), a été percé plus tôt cette année et a rencontré des problèmes et fut par la suite colmaté et abandonné. Cela a été confirmé lors de l’émission américaine "60 minutes" de CBS par un témoin, Mike Williams (vidéo disponible ici). Par la suite, le Puits "B" (Well B) a été percé pour finalement résulter en l’explosion et la destruction de la plateforme du Deepwater Horizon. (Prendre note que dans le document se trouve une erreur de rédaction à la page 10 du MMS PDF concernant la coordonnée Y pour le Puits B. La coordonnée est correctement inscrite en page 3 et 11. Vous remarquerez que la personne (dyslexique ?) qui a écrit le rapport a inversé un ’1’ et un ’4’ à la page 10. Ceci est important parce qu’une grande confusion pourrait en résulter : la véritable coordonnée du Puits B devrait être Y=10431494, et non pas Y=10434194)

Cela est clairement visible en première page du document de BP et du MMS. BP a reçu la permission du MMS de percer deux puits dans le bloc "252 Mississippi Canyon Area" (MC252). La localisation du bloc porte le numéro OCS-G 32306 et à l’intérieur de celui-ci se trouve inscrit le Puits A et le Puits B qui furent tous deux prévus et approuvés par le MMS. Voilà l’information cruciale que BP, le gouvernement américain et les grands médias ont omis de révéler au public. Tout cela est clairement indiqué sur la carte fournie par BP à la page 3 du même document, où il est possible de voir exactement le positionnement du Puits A et B. En page 8, dans la section "Tentative Schedule of Proposed Activities", on peut y voir le début proposé des travaux des deux puits et du délais de 100 jours accordés pour réaliser les travaux aux deux emplacements qui sont décrits comme devant être "percés et ensuite temporairement abandonnés". Il semble que BP et Transocean n’ont pas su respecter les délais prescrits, mais il n’en demeure pas moins que deux puits ont été percés ; le Puits A et ensuite le Puits B.

Venant soutenir l’évidence que ces deux puits furent bel et bien percés, se trouve cet autre document officiel datant du 27 avril 2010 concernant les deux autres puits de secours devant être percés d’urgence pour intercepter et aider à colmater le Puits B qui a explosé le 10 avril 2010, entrainant la destruction du Deepwater Horizon. Ces deux puits de secours portent les noms de Puits "C" et Puits "D", tel que visible en première page.

Voir aussi cette courte vidéo qui révèle leur mensonge. La coordonnée X, dans le coin en haut à gauche de l’écran du ROV (ROV est un sigle en anglais pour Remote Operated Vehicle - littéralement, « véhicule commandé à distance ») est ce qui nous intéresse. Elle est en fait inscrite à côté de la lettre "E" pour "East", mais lorsqu’on retourne au plan initial d’exploration que BP a fourni, cela signifie l’axe X sur la carte du fond marin. L’image de la vidéo est quelque peu floue, mais il est possible d’y distinguer : "E : 1202512.35". Quelques secondes plus tard, on peut apercevoir une autre coordonnée : "E : 1202879.69". Ensuite, quelques autres secondes après, lorsque la scène change de nouveau, le ROV se situe à "E : 1202496.94".

http://www.youtube.com/watch?v=2dptPPsmdFY&feature=player_embedded

De retour au document PDF ci-haut mentionné du Minerals Management Service — BP a demandé les permis pour forer le Puits A situé à "X:1202803.88" et le Puits B à "X : 1202514.00". Aussi clair que le jour. Deux puits furent percés, rapporté seulement qu’à une ou deux reprises par les médias.

BP répand de la désinformation. Ces deux images comparatives (cliquez pour agrandir) prouvent bien l’existence des deux puits forés, à deux emplacements distinctifs.

Ci-dessous, vous trouverez des images supplémentaires pour documenter tout cela davantage.

Ici, une image du plan de BP pour le forage du Puits A, suivi d’une capture d’écran de la seconde des trois prises de vue provenant de la vidéo ci-haut :

Voici une autre vidéo capturée le 13 juin 2010 montrant le ROV à "X : 1202800.32", bien que les chiffres changent légèrement alors qu’il est ballotté par le courant océanique. Ceci n’est qu’à un cheveu de "X-1202803.88", où le Puits A se trouve, et cette fine distance est celle du ROV le séparant de l’équipement lui-même. Le ROV fait donc face au Puits A :

http://www.youtube.com/watch?v=kYOuAFo3mQ8&feature=player_embedded

 

Maintenant que le Puits A a été repéré, lieu où se trouve les véhicules commandés à distance de BP, voici des images plus rares. Changement de site : on aperçoit l’emplacement du Puits B, tel que documenté dans les plans que BP a soumis au gouvernement, suivi par les captures d’écran de la première et troisième scène de la première vidéo de RT présentée ci-haut.

En ne faisant paraitre dans le médias que l’existence d’un puits alors qu’il en existe véritablement deux, soit que BP ment délibérément ou donne de la fausse information pour tenter de lancer les observateurs sur de fausses pistes. Deux puits, deux emplacements distincts, deux têtes de puits et tout le reste de l’équipement. Nonobstant ces faits, les vidéos des sous-marins Skandi montrent le Puits A sur les réseaux télévisés comme étant le puits qu’ils prétendent avoir colmaté, alors qu’on peut clairement apercevoir un puits à l’endroit "B" qui continue toujours de rejeter du pétrole dans la vidéo Youtube .

Maintenant que l’existence de ces deux puits est bien établie, bien que BP a officiellement dénié cette information, allant jusqu’à nier avoir reçu la permission de percer le Puits B, comment savoir si BP a réellement présenté des images du colmatage du bon puits, c’est-à-dire du Puits "B" qui a explosé le 20 avril et déversé des milliards de litres de pétrole, au lieu du "A" ?

Il suffit simplement de porter attention aux coordonnées de positionnement ultra-précises des robots sous-marins que BP a utilisé pour travailler sur les puits et qui nous ont fourni les images vues à la télévision, et de les comparer avec les coordonnées citées dans le document de BP et du MMS (Ceci est exposé en détail dans cette série de 4 vidéos).

Les documents de BP montrent la localisation du Puits A à "X:1202803.88" et leur ROV indique "X-1202802.63". Les plans d’exploration de BP indiquent que le Puits B devait être foré à "X:1202514.00" et leur ROV apparait positionné en face d’un différent puits avec d’importantes fuites de pétrole situé à "X-1202476.56". Les coordonnées des ROV ne peuvent jamais être exactement les mêmes que celles indiquées dans le document de BP, parce que ces dernières sont l’emplacement précis du centre du puits. Pour avoir exactement les mêmes chiffres à la décimale près, les ROVs devraient filmer directement à l’intérieur des caissons des puits, ce qui est, évidemment, impossible. De plus, les robots sous-marins doivent maintenir une certaine distance entre eux et du centre du puits pour être en mesure de filmer ce que BP veut voir.

Un exemple frappant de ce tour de manège est disponible dans cette vidéo de MSNBC du 18 juin 2010 à l’émission Countdown de Keith Olbermann. Alors que Olbermann et son invité discutent du Puits B, les coordonnées que montre le ROV indiquent qu’on nous montre en réalité le Puits A :

http://www.youtube.com/watch?v=295kZa1-pE8&feature=player_embedded

BP a annoncé au monde entier que le puits (B) ayant explosé le 20 avril et entrainé la perte du Deepwater Horizon aurait finalement été colmaté entre le 16 et le 19 juillet 2010. Notez bien encore une fois les coordonnées du ROV dans cette vidéo de BP datant du 16 juillet 2010. BP prétend avoir colmaté le Puits B alors qu’on nous montre des images du Puits A :

http://www.youtube.com/watch?v=Ev_IPueV9mI&feature=player_embedded

Voilà. Le Deepwater Horizon forait au second site et BP a menti. Tout ce qu’on a besoin de faire est de regarder les images et les coordonnées du Puits A et Puits B pour constater qu’il y a effectivement deux sites, deux puits exploités et que les deux avaient d’importantes fuites et qu’on nous a présenté, à la fin juillet, le Puits A qui semble avoir été proprement colmaté.

Nous aurions évidemment besoin d’explications de la part de BP et du gouvernement américain pour faire la lumière sur tout cela, mais nous pouvons théoriser de façon assez précise que l’explosion géante qui est provenue du fond marin et remontée jusqu’à la surface à travers la plateforme de forage, la faisant ainsi exploser, fut assez puissante pour aussi endommager le Puits A, qui se trouve qu’à quelques dizaines ou centaines de mètres du Puits B. Des rapports ont indiqué que le bloc obturateur de puits (BOP) aurait été projeté à des kilomètres de distance du site du Puits B par la force de l’explosion.

Il est alors fort possible que les deux puits furent endommagés et que le Puits B, où le Deepwater était en train de travailler, est totalement détruit si l’histoire du BOP est correcte. BP a probablement présenté le site A dans 99,9% des cas pour faire en sorte qu’il puisse mettre en place cette charade de remplacement du bouchon sur celui-là, qui avait initialement été colmaté en 2009 avant la venue de l’ouragan qui avait soufflé dans la région. Ils ont accidentellement laissé les images en direct des ROVs Skandi rouler à quelques reprises et heureusement, des gens qui ne savaient pas ce qu’ils avaient entre les mains les ont téléversés (uploaded) sur Youtube. Elles ont par la suite été trouvées - trois vidéos du pétrole provenant d’un puits que BP déclare n’avoir jamais construit.

Le Puits B est encore là, si tout cela est correct, toujours détruit et ce à point tel qu’il est impossible de le colmater à son embouchure. Et même s’il pouvait l’être, BP a rapporté avoir trouvé des fuites provenant du caisson, signifiant que même s’il arrivait à colmater avec succès ce puits, le pétrole continuerait de s’échapper du caisson fracassé ainsi que du fond marin où plusieurs cheminées se sont formées. Mais on a déclaré à la population qu’il n’existe pas, alors on s’imagine que c’est le cas. Même si ces images prouvent le contraire.

François Marginean

Source : L’incroyable arnaque de BP : le puits (B) qui n’a jamais été colmaté ; Les 7 du Québec et CentPapiers

Voir aussi la Chaine L’Autre Monde

Autres articles à consulter dans cette série sur la catastrophe de BP :
- BP, les médias et Obama mentent : impossible de colmater le volcan de pétrole

- Pandémie de pétrole

- Deepwater Horizon – Le geyser de pétrole se poursuit

- Le Tchernobyl des pétrolières


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (94 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • fonzibrain fonzibrain 1er septembre 2010 13:23

    hello


    que pensez vous de cette histoire de gulf stream perturbé par le pétrole et les dispersants


    je trouve ça tellement dingue que j’ai bcp de mal à y croire.

    qu’en pensez vous


    • zototo 1er septembre 2010 16:53

      Du point du vue du chimiste, une telle quantité de pétrole dans l’eau, dilué ou pas, change les propriétés physique de l’eau : viscosité, salinité, effet sur les propriétés calorimétriques.


      Techniquement, y a de quoi perturber le gulfstream, la question étant de savoir en quelle proportion...

      Dans tout les cas, le pouvoir donnera la même explication : « BP n’y est pour rien, c’est votre faute en laissant l’eau couler quand vous vous lavez les dents »

    • François M. 1er septembre 2010 13:58

      Que c’est fort possible. Des satellites ont déjà enregistré des perturbations et il est tout à fait possible que la modification des propriétés chimiques de l’eau influence la dynamique extrêmement complexe des courants marin et des systèmes océaniques. Il serait absolument présomptueux de prétendre que nous comprenons vraiment le fonctionnement tous ces systèmes.

      De plus, on commence déjà à s’apercevoir dans les régions entourant le golfe que les pluies transportent le Corexit et le largue sur les régions côtières. Observez bien dans les mois prochains : je prédis une vague de gens malade, atteints de « mystérieuses » maladies ou problèmes de santé « bizarres » (genre effets secondaire de l’agent orange) ; et aussi de « nouvelles maladies » affectant les récoltes et la végétation. Bien sûr, il ne s’agira pas du pétrole, du benzène et autres gaz toxiques, ou du Corexit. Bien évidemment.


      • fonzibrain fonzibrain 1er septembre 2010 14:32

        tu te rends compte comme c’est grave.


        si le gulf stream est perturbé, mon projet de devenir autonome à la campagne risque d’en prendre un coup, on ne lutte pas contre le climat....


      • François M. 1er septembre 2010 16:20

        C’est très grave, je ne pense pas qu’on se doute encore vraiment de l’étendue des conséquences que cette catastrophe aura dans les prochaines DÉCENNIES. Nous n’en avons pas encore conscience. C’est complètement débile.

        C’est pourquoi j’ai intitulé mon premier article de la série : Le Tchernobyl des pétrolières .

        Certains pensaient que j’exagérais avec le titre...


      • fwed fwed 2 septembre 2010 00:03

        Avec une telle quantité de pétrole il y aura effectivement des répercutions sur la densité et les différentes propriétés thermiques qui permettent à la zone d’être un réservoir de chaleur. Le gulf stream déjà atténué part l’apport d’eau douce provenant de la fonte des glaces pourrait s’arrêter mais il est impossible d’en être sûr..Nous aurions des hivers identiques à ceux du Québec je crois...


      • Gourmet 1er septembre 2010 14:20

        Tentons de clarifier les choses :)

        Pour mémoire, donc, en coordonnées Lambert (Zone IV).
        Les coordonnées Lambert sont en mètres :
         Puit A : 1 202 803,88 / 10 431 617
         Puit B : 1 202 514 / 10 431 494


        Voici donc, en gros, les puits tels qu’ils seraient positionnés sur une carte.

         A +

         B +

        Bref.
        Dans les photos de video du puit A que l’on peut voir dans l’article, le MSV est situé à qq mètres du puit lui-même (6 mètres environ). Ce que l’on voit donc (et étant donné que
        l’objectif de la caméra doit avoir une focale standard de l’ordre de 50 mm [24x36]) a une largeur de 2 mètres et une hauteur de 3 mètres.
        L’éclairement, la distance, tout cela colle à peu près.
        Bon, ça ne fuit pas des masses. En tout cas pas suffisamment pour déverser 800 000 litres par jour. On est là tout au plus à 100 000 litres.
        Mais le puit A est censé ne pas exister ou, dans tous les cas, être bouché. qq dizaines de milliers de litres par jour pour un truc bouché c’est toujours trop.


        Dans les photos de video du puit B, le MSV est situé sur le même méridien que le puits B à qq mètres près mais à 800 mètres au nord de ce dernier (10432285 - 10431494) !
        La prise de vue est également 27 mètres plus profonde que celle du puit A.
        800 mètres à 5 000 mètres de profondeur, j’ignorais qu’on voyait aussi bien surtout avec la quantité de fonds marins que cet épanchement doit remuer !
        Dans tous les cas l’éclairage est d’enfer ! Des millions de watts au bas mot.
        Ceci d’autant que le puit a l’air tout proche (à moins que les tubes au premier plan aient des dimensions de plusieurs centaines de mètres de diamètre !).

        La question est donc toute conne : les dernières videos ne peuvent être celles du puit B.
        D’où viennent-elles donc ?
        S’agit-il d’un des puits de dérivation ? C et D n’existaient pas, en principe, en mai-juin 2010. Alors ? E, F, G, Z ?
        Ou les coordonnées remontées par les MSV sont tripatouillées et donc fausses ? Ou les dates ?

        Hum ?

        db


        • Hieronymus Hieronymus 1er septembre 2010 15:04

          merci pour cet article tres documente de reinformation
          c’est le genre de « pepites » que je recherche sur AV ..


          • Redrogers 1er septembre 2010 15:24

            Merci pour cet article très intéressant !
            Des fois, ça donne envie de remettre la potence au goût du jour...


            • François M. 1er septembre 2010 15:44

              Il est peut temps, effectivement, de remettre à l’ordre du jour les guillotines et cie. Certains CEO, politiciens et propriétaire de médias comprendraient peut-être raison...

              Mais au lieu de cela, le président qui a perdu la direction de BP, Tony Hayward, a de bonne chance de recevoir un bonus de $20 millions en partant.

              Si ce n’est pas un monde à l’envers, je me demande ce que c’est...

              - CEO Tony Hayward set to leave BP with $20m payout


            • François M. 1er septembre 2010 16:02

              Je voulais écrire « il serait peut-être temps... »


            • friedrich 2 septembre 2010 00:19

              La guillotine c’ est oldschool, jetons les plutôt au beau milieu d’ une nappe de pétrole en feu depuis un hélico, après torture sadique préalable... sans oublier leur collègues qui bossent dans d’ autres secteurs, comme la finance, les média, l’ industrie, l’ armée, la politique... et rendons ainsi enviable le sort tragique de notre arrogant Louis XVI.


            • François M. 1er septembre 2010 15:58

              @Hieronymus

              C’est tout mon plaisir !

              Vous savez maintenant où me trouver. Ici, bien sûr, sur Agoravox, et aussi à ces différents endroits :

              - Les 7 du Québec


              CentPapiers


              L’Autre Monde, CHOQ FM, la radio de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM)


              Chaine de L’Autre Monde sur Youtube
              (très pratique pour les vidéos qu’on peut poster partout !)


              • tchoo 1er septembre 2010 15:59

                les deux puits seraient à environ 370 m l’un de l’autre.

                Ils était exploités par la même plate-forme, je suppose ?


                • François M. 1er septembre 2010 16:05

                  La plateforme a dû être déplacée pour être assez précisément au-dessus du puits à forer. Avez-vous la source pour ce 370m ? Cela vient des plans exploratoires ou de l’emplacement physique final ?


                • denis84 1er septembre 2010 16:02

                  En tout cas,si l’article dit vrai,BP pourrait constituer un excellent point de chute pour Eric Woerth lorsque son chef aura été contraint de le virer !!

                  Bonjour chez vous


                  • Pyrathome pyralene 1er septembre 2010 16:08

                    Excellent article et infos pas surprenantes du tout, effectivement, ils mentent depuis le début mais ils ont su brouiller les pistes....merci de rassembler l’écheveau !!
                    L’argent de BP pour indemniser les victimes de ce désastre ne sert qu’à la corruption....et on continu.....mensonges, mensonges et mensonges....
                    Punaise, ça va faire mal à la fin.....


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er septembre 2010 16:34

                      Bonjour collègue


                      Dans le monde de fous où nous vivons, il y a finalement peu de médias traditionnels qui reprendront d’abord cette nouvelle ; empoisonner les océans et déplacer le Gulf Stream sera perçu aux pupitres comme un détail de l’Histoire, mais….

                      Mais il y a des élections législatives aux USA en novembre. Si ce qui est dit ici est corroboré avant que l’on ait fait disparaitre les preuves documentaires - et la fuite elle-meme, bien sûr, ne disparaîtra pas si facilement - il y a matière è demander la mise en tutelle et éventuellement la confiscation des avoirs de BP. 

                      Si on établit la complicité du gouvernement, on pourrait certainement procéder à l’impeachment de Obama. Voila ce qui si, devrait intéresser les médias… si on les fait taire, on aura fait un pas de plus vers une dictature aux USA.

                      A suivre, François, mais soyez prudent.

                      PIerre JC Allard

                      • François M. 1er septembre 2010 17:09

                        Je ferais peut-être mieux de commencer à me promener avec une veste pare-balles !

                        BP laisse une piste suspecte de corps morts qui semble « connectés ». Étrange ??? À vous de décider. smiley)

                        N’y a-til pas eu un contracteur de BP qui a été frappé et tué par une voiture ? Matt Simmons et sa crise de coeur ou sa noyade (ils en viennent même qu’à hésiter dans la « cause officielle » de sa mort… Deux autres contracteurs de BP se sont suicidés… et, bien sûr, le sénateur Ted Stevens (qui avait des liens avec BP) et son crash d’avion en Alaska. Et quoi d’autre ????

                        - Boat explosion in Buras injures several fishermen

                        A boat explosion in Buras has left several people injured, including a former Plaquemines Parish councilman.


                      • Croa Croa 2 septembre 2010 23:40

                        « Je ferais peut-être mieux de commencer à me promener avec une veste pare-balles !  »

                        Ne crains rien François
                        , AgoraVox ne refait pas l’évangile ! Pour ça il y a la télè... Où tu n’aura jamais la parole, justement ! Ni même l’honneur d’une brève nécrologique pour laquelle ils n’ont aucun intérêt à ce qu’elle survienne !


                      • cmoy patou 1er septembre 2010 16:44

                        J’ai failli tomber de ma chaise en lisant votre article, je pense comme vous que si BP a fait cette manipulation et que le pétrole continue de s’échapper celà va faire des dégâts considérables autant sinon plus que tchernobyl à moins que pipole 1er ne décrète que la pollution engendrée s’arrète toute seule faute de frontières ?


                        Mais dans quel monde j’erre ?

                        • zototo 1er septembre 2010 17:05

                          Bon article !


                          J’ai une question ; qui peut mettre des votes négatifs a cet articles ?
                          Je ne vois pas des masses de solution a part « sombre inconscient »

                          Bref, les USA ne disent rien pour les élections de mi-mandat...et pour la suite c’est pas grave vu que la crise économique les enverra directement dans les bras de la dictature...

                          • François M. 1er septembre 2010 17:16

                            Ce qui est étrange, pour vous conter une petite histoire, c’est que dès que l’article a été publié, il y a eu un premier vote qui s’est placé qui était négatif et montrait donc la barre à 100% rouge !

                            Disons que ça m’a fait rire !

                            Mais bon, peut-être que certains pensent qu’on fait encore dans les « théories de la conspiration », vous savez, ce mot fourre-tout pour discréditer tout ce qui ne fait pas l’affaire du pouvoir en place, de l’ordre établi, des « décideurs ».... smiley


                          • Croa Croa 2 septembre 2010 23:48

                            « qui peut mettre des votes négatifs a cet articles ? »

                            La théorie de François fait peur. Elle est hélas possible, connaissant BP (et tous les autres) prêts à tout pour leurs affaires et bien plus que mentir !

                            La vérité est assez insaisissable. smiley D’ailleurs je n’ai pas voté !


                            • François M. 1er septembre 2010 17:21

                              Pas en retard, mais plutôt prudent et patient pour vérifier et contre-vérifier les informations avant de les présenter.

                              J’ai d’ailleurs publié un commentaire ci-haut, exactement en même temps que vous (! !!) à propos de Simmons et encore plus !


                            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 1er septembre 2010 17:18

                              Bonjour, palpitant comme du morice, mais bien dans notre temps présent et notre actualité, et non pas copié / collé sur wiki ou reader’rs digest de 1963 que je lisais déjà le soir à 9 ans...

                              A noter une chose, si ce pétrole brut se verse dans l’atlantique, et qu’il traine entre deux eaux ou bien au fond, il s’en ira alors dans l’autre sens que vers l’Europe puisque le courant du gulf stream est en surface.

                              Finalement, l’affaire Boeurk, c’est de la roupie de sansonnet pour bourgeois bandithommes à coté...


                              • François M. 1er septembre 2010 17:24

                                Bingo !

                                C’est ça qui est à suivre....


                              • goc goc 1er septembre 2010 17:39

                                l’histoire de l’arrêt du gulfstream doit être pris avec sérieux

                                je ne pense pas que la marée noire puisse, à elle seule, être responsable d’un arrêt du courant, par contre elle pourrait être un élément perturbateur de ce courant, car il ne faut pas oublier qu’on est déjà a un stade délicat, avec le réchauffement du climat et la fonte du permafrost, fonte qui envoi des millions de litres d’eau douce dans la mer arctique, et donc modifiant sa salinité (c’est ce phénomène qui permet au gulfstream de repartir vers le sud)

                                donc si d’un coté on bloque le retour d’un courant et de l’autre on perturbe son départ, on va vite se retrouver avec l’arrêt brutal du courant, par manque d’eau, c’est un peu comme si on fermait les deux péages aux deux extrémité d’une autoroute, au bout d’un moment, l’autoroute se trouve bloquée, par un bouchon géant


                                • Croa Croa 2 septembre 2010 23:52

                                  L’arrêt non, effectivement !

                                  Mais la destruction de la vie qu’il recèle, sûrement ! C’est tout aussi grave smiley


                                • asterix asterix 1er septembre 2010 17:50

                                  Merci mille fois pour ce reportage modèle du genre.
                                  L’ONU doit interdire sine die tout forage dans les couches abiotiques de la planète.
                                  Les Russes sur terre, les Américains en mer, le résultat a été le même, la pression a tout fait exploser. Et effectivement, si les rejets continuent, ce sera la plus grande catastrophe écologique de tous les temps.
                                  Bonne information, mauvaise nouvelle.


                                  • Corben Dallas Corben Dallas 1er septembre 2010 17:55

                                    Avis d’expert Russe sur la fuite :

                                    http://www.conspipedia.fr/?p=1299


                                    • pierrot123 1er septembre 2010 18:09

                                      Bon, alors, on est foutus ?


                                      • Philou017 Philou017 1er septembre 2010 18:18

                                        Bravo pour les recherches. Sur Matthew Simmons, j’ai trouvé un article en Français ou il est rapporté ces affirmations :

                                        "D’après lui, le bout de tuyau de 6 pouces (puits A) qui laissait échapper le pétrole et qui a été bouché par BP n’a rien à voir avec l’étendue des dégâts constatés car bien trop petit pour laisser échapper 100 000+ barrils par jour, et trop petit également pour avoir explosé le BOP de 200 tonnes en tête de puits ainsi que la plateforme"

                                        http://www.mediapart.fr/club/blog/vincent-verschoore/150810/matthew-simmons-bp-et-la-maree-noire

                                        Sur wikipédia, plus de précisions sur une de ses interview (essai de traduction) :

                                         * Aussi, précédemment, le 26 mai 2010, Matthew Simmons était un invité au ’ Show de Dylan Ratigan ’ sur MSNBC, où il a expliqué ses raisons de croire que la fuite de pétrole d’Horizon Deepwater concernait non seulement la fuite filmée par la caméra vidéo BP des ROV [véhicules télécommandés], mais une autre, une fuite beaucoup plus grande, à plusieurs miles de distance :

                                        SIMMONS : ... quand vous regardez l’élévateur [sur la vidéo BP en direct], vous vous rendez compte que vous regardez un élévateur de vingt et un 1/2 pouces de circonférence et ca ressemble là quelque part au milieu à des déchirures de six et une de sept pouces sur le sommet. Ainsi la substance qui sort- cela semble beaucoup, mais j’ai vu en réalité qu’un poisson blanc y est passé et en est sorti blanc. Donc j’ai dit, ce n’est pas la même chose que ce truc brun, visqueux, orange qu’ils ont trouvé à sept miles de distance. Et je crois toujours que ce qui est arrivé est que l’élévateur a fait sauter la tête de puits et il s’est accroché sur le derrick ; donc vous avez eu un mile de pétrole à l’intérieur et c’est un concentré vraiment léger. Donc c’est ce qu’ils essayent en réalité de sortir. Donc ce n’est pas sûr que - heureusement ils ont placé le bouchon correctement. Mais maintenant ils doivent voir s’il prendra la boue. Il prendra probablement la boue. Mais alors ils ne devraient pas se tromper qur le fait qu’ils ont arrêté la fuite ; ils devraient maintenant y aller et dire, ’ comprenons vraiment d’où la substance provenait, ’ parce QUE SI C’EST le trou et l’enveloppe qui sont abimés, nous avons un énorme problème.

                                        RATIGAN : ... donc vous dites que la vidéo nous tous regardons maintenant n’est pas la seule fuite, c’est que que vous dites ?

                                        SIMMONS : c’est une fuite minuscule et ce que les scientifiques disent de l’observation de cette diffusion colorée - c’est maintenant plus grand que le Maryland et le Delaware réunis et épais de plusieurs centaines de pieds et c’est une substance visqueuse - cela ne sort pas de là ; ils pensent qu’il coule 120,000 barils par jour. Il devrait presque être aussi grand que cela pour couler aussi fort.

                                        RATIGAN : Et où croyez-vous que la deuxième sortie se situe par rapport à ce que nous voyons sur la vidéo, Matt ?

                                        SIMMONS : Ce que le navire de recherche a trouvé il y a une semaine dimanche [dans les actualités du 16 mai 2010] était cette masse géante à environ six miles de distance et ensuite cette couche énorme de matière visqueuse sur le fond océanique ... c’est presque certain - je veux dire, peut-être que c’est une fracture naturelle - je pense que c’est là où est la tête de puits.

                                        http://en.wikipedia.org/wiki/Matthew_Simmons


                                        • Philou017 Philou017 1er septembre 2010 19:56

                                          Je ne suis pas vraiment convaincu par cette histoire de fuite d’un second puits. Ca ne ma parait pas clair.

                                          Il faut savoir qu’il y a des failles sur les fond du golfe du Mexique, et qu’il arrive que le pétrole s’échappe par là, comme le dit cet article, qui décrit des milliers de puits abandonnés :

                                          «  »Cette étude montre également que 27 000 des 50 000 puits qui ont été forés dans le Golfe dans le cadre de baux fédéraux sont aujourd’hui abandonnés. Environ 23 500 sont colmatés définitivement et 12 500 autres sont bouchés sur une portion, mais ont l’autorisation de maintenir une autre portion en activité.

                                          En général, le MMS apprend l’existence d’une fuite dans le Golfe lorsque quelqu’un la découvre par hasard. Le Laboratoire de sécurité marine des garde-côtes gère un peu plus de 200 cas de pollution chaque année. Mais Wayne Gronlund, un responsable des garde-côtes, précise qu’il est souvent impossible de savoir si une fuite provient d’un puits ou de ces failles naturelles au fond de la mer qui laissent s’échapper des milliers de barils de pétrole chaque année.«  »
                                          http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/292137/plus-de-27-000-puits-de-petrole-abandonnes-dans-le-golfe-du-mexique

                                          Et si le pétrole s’échappait par des failles naturelles, aggravées ou provoquées par les « 6 éruptions » successives (dont la dernière qui a explosé la plate-forme), comme le suggère cet auteur :

                                          Une nouvelle vidéo suggère des fractures supplémentaire au fond de la mer puissent être arrivées aboutissant aux nouveaux conduits gaz/pétroliers formés à l’extérieur du secteur du BOP sur le fond de la mer (Vidéo vue dans la nuit de dimanche à lundi du 23 mai 2010 d’un certain type d’explosion près de la caméra robotisée). Si le nouveau conduit (approximativement de 12 pouces dans le diamètre) s’est formé peut-être aucune des approches actuelles de BP ne va marcher incluant des tirs de rebut (junk shots) ou des lourdes opérations avec de la boue (appelées « Top Kill »). Il n’est plus clair qu’en raison de la nature fracturée de ce réservoir près de la surface de fond de la mer que quoi que ce soit puisse encore complètement arrêter les flux pétroliers et de gaz dans les six mois suivants.

                                          S’appuyant sur Math Simmons, il propose d’utiliser des charges nucléaires afin de réorienter les flux de fuite :

                                          Le robinet secondaire va directement dans l’enveloppe de pipeline souterrain qui dirige le pétrole à haute pression et le gaz du réservoir dans la valve endommagée de BP pour dérouter le pétrole dans une nouvelle enveloppe de pipeline pourrait être utilisé pour installer un explosif (c’est-à-dire la charge nucléaire à 18000 pieds - la technique revendiquée par Matt Simmons qui aurait été utilisée par les russes pour arrêter des éruptions de puits de pétrole sous-marines massives) afin de casser le pipeline à haute pression alimentant en pétrole et en gaz la surface puisque le « Top Kill » BP ne marche pas.
                                          http://www.marketoracle.co.uk/Article19923.html

                                          Sur les failles au fond de la mer, voir aussi :
                                          Oil And Gas Leaks From Cracks In Seabed Confirmed – Videos Show Gulf Oil Spill Leaking From Seafloor

                                          NOAA Finds Several Leaks In Cracks On Gulf Seafloor ; Leaks Where Also Caused By IXTOC Blowout

                                          D’autres pages intéressantes :
                                          http://catastrophist.wordpress.com/2010/08/19/mc252_did_bp_cap_well-a_or_well-b/

                                          http://fintandunne.com/BP-Immaculate-Deception.htm

                                          http://current.com/1lkpn4c


                                        • Png persona-nongrata 1er septembre 2010 18:19

                                          Trés bon article !!!

                                          A tous les coups c’est Al-Quaida branche golfe du mexique ( AQGM) qui a du sabotter le puit B .....

                                          Ils sont ou les trôlls ? Y’a matiére les gars là !!



                                          • patroc 1er septembre 2010 19:12

                                            Excellent article !.. Celui-là, il passera nul part ailleurs, vous pouvez en être sûr !.. Merci..


                                            • François M. 1er septembre 2010 19:19

                                              ...ailleurs que dans les médias alternatifs !

                                              L’article en soi fait du kilométrage sur plusieurs sites maintenant, repris par plusieurs blogueurs et sites de nouvelles alternatives.

                                              Pour ce qui est des médias de masse... oubliez ça, c’est clair !


                                            • Amelia Amelia 1er septembre 2010 19:19

                                              Ce soir sur ARTE : La face cachée du pétrole, documentaire d’Eric Laurent. 

                                               

                                              • pallas 1er septembre 2010 19:38

                                                François M.

                                                Une information, quatres Pétroliers il y a quelques semaines ont fait une petite conférence de presse, dont l’information est passé uniquement sur BFM Radio, pour dire qu’ils ce préparaient à contre carré une marée noire gigantesque dans le Golfe Du Mexique.

                                                Tous les pétroliers du monde sont dans cette zone (il n’y a pas que BP), nous assistons à une catastrophe apocalyptique, auquel les informations sont cachées, par exemple les fissures qui dégage du méthane, pétrole, etc etc.

                                                La planète est déjà très fortement affaiblie et nous sommes dans la sixième extinction massive d’espèce, la plus violente qui soit, cette catastrophe apocalyptique ne fait que rajouter le surplus des dégâts.

                                                Les médias discutent du réchauffement climatique pour éviter de parler du changement Chimique de l’Atmosphère ainsi que de l’Océan qui est d’une gravité sans précédent.

                                                Par exemple la disparition Massive de la quasi totalité des insectes sur la Planete, auquel les observateurs ont constaté ce phénomène et jamais un seul mot dans quelque soit le média ou sites alternatifs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

François M.


Voir ses articles







Palmarès