Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Falcone & Borsellino - « La mafia fuori dallo stato ! »

Falcone & Borsellino - « La mafia fuori dallo stato ! »

Le 23 mai est la date anniversaire de l'attentat au Juge Falcone. Petit retour sur les évènements.

Un "scoop" a secoué dernièrement toute l'Italie : Il y aurait eu parmi les mandataires de l'assassinat des Juges Falcone et Borsellino (photo) des hommes d'Etat.

En vérité, tout le monde -parmi ceux qui se sont intéressés à ces 3 années sanglantes (1991 à 1994) où il y eut une opposition frontale entre le crime organisé et l'état Italien- tout le monde se doutait qu'il devait y avoir des appuis aux plus hauts niveaux de l'état pour permettre ces attentats. Mais voilà, une enquête de La Repubblica rouvre le débat. Pendant la semaine, les politiques ont fait semblant de découvrir l'eau chaude et se sont montrés scandalisés en réclamant que vérité soit faite. Mais pas de panique pour les hommes de l'ombre, comme d'habitude en Italie, on recommencera bientôt à parler des cuisses de Miss Padania et de la énième résurrection de l'Unto Berlusconi, et tout sera oublié. Je saisi donc ici l'occasion de sensibiliser le lecteur Français qui a la mémoire (un peu) moins courte que son cousin Italien. J'en profite au passage pour vous donner l'image du crime organisé tel qu'elle est perçue en Italie, je vous garantis que ça change des films de Scorsese & Co.

Les plus jeunes d'entre vous ne se souviennent sûrement pas de Giovanni Falcone et Paolo Borsellino. Ces deux juges de Palerme ont été les premiers à instruire un procès sérieux contre le crime organisé en Italie, le fameux "Maxi processo" qui s'est soldé en 1992 par 360 condamnations dont 19 perpétuités et 2 665 années de prison.

Ces deux juges ont payé au prix fort leur sens de l'état et du devoir républicain. Le 23 mai 1992, Giovanni Falcone saute avec sa femme et ses gardes du corps sur une charge de 500kg de trinitrotoluène positionné sous une autoroute. Le 19 Juillet 1992, Paolo Borsellino et ses 5 gardes sont assassinés avec une charge de 100kg disposée dans le coffre d'une FIAT 126 en bas de chez sa mère.

corsera flaconeVous allez me dire : "ces deux hommes étaient des héros !". Oui. Enfin non. Ce sont des martyrs plutôt. Car leur œuvre pour la légalité n'a pas trouvé un terrain très fertile auprès de l'opinion publique de l'époque, et encore moins auprès des hommes politiques en place. Ils étaient accusés d'être des "rouges", des juges communistes (argument réutilisé par Berlusconi ensuite lors de ces déboires judiciaires) alors qu'en réalité ils étaient tous les deux très, très à droite (MSI). Ils ont été entravés dans leur travail par l'état (mutation sanction après le maxi procès), ils ont été calomniés. Ils ont été menacés de mort et ont subi plusieurs attentats à la bombe avant de succomber. Depuis leur mort, alors qu'en façade ils sont intouchables et que personne n'ose les critiquer publiquement, il y a tout de même chaque année des tentatives de délégitimation de la part de certains hommes politiques (toujours les mêmes). Un exemple de ces tentatives de délégitimation, c'est la polémique lancée par Emilio Fede à l'encontre de Roberto Saviano (visionnage ici), Fede étant à l'époque le directeur du journal de Rete4 et chien (oui, on peut le dire) de Berlusconi.

Revenons à notre scoop. Quelles personnalités de l'état auraient donc pu pactiser avec le diable ? Les services secrets ? Certains ministres ? Le chef du gouvernement ? Aujourd'hui, nous n'en savons rien, sinon que les services secrets et certains personnages dans la hiérarchie des forces de l'ordre ont trafiqué des preuves, et ralentit les enquêtes. Certains repentis mettent en cause l'actuel président du Conseil Silvio Berlusconi et son bras droit Marcello Dell'Utri, qui alors n'étaient pas encore entrés en Politique. Une petite chronologie des évènements peut nous aider à analyser la situation et à nous projeter dans ce qui s'est passé ensuite en Italie.

 

1992 Janvier. Maxi procès

Confirmation à la surprise générale, de la sentence du maxi procès de Palerme (premier grand procès du Pool anti mafia des juges Falcone et Borsellino) qui se déroule dans un bunker spécialement construit pour l'occasion : 360 condamnés, 2665 ans de prison plus 19 perpétuités distribuées. Révolte de la sphère mafieuse pour une soit disante "parole non respectée" en référence à un arrangement entre l'état et l'organisation criminelle. Ci contre la menace en parfait style mafieu de Michele Greco à la cour)

 

1992 Février, 17. Tangentopoli

Arrestation de Mario Chiesa, à partir de là Tangentopoli éclate dans les médias nationaux et internationaux (Opération "Main propres" suite aux scandales de corruption du monde politique et économique). C'est l'implosion de la classe politique italienne. C'est la fin de la Democratie Chrétienne (DC). C'est la fin de Andreotti au pouvoir après 40 ans de DC.

Qui est Andreotti ? La magistrature (sentence d'appel du procès, 2 mai 2003) distingue les faits allant jusqu'à 1980 et ceux successifs : Jusqu'au printemps 1980 Andreotti a "commis le crime de participation à l'association mafieuse Cosa Nostra "[crime n'existant pas en France ]. Ce crime est extinct pour cause de prescription. Pour tous les faits successifs à 1980, Andreotti est absous. La sentence parle en outre d'une "authentique, stable e amicale disponibilité de l'accusé envers les mafieux jusqu'au printemps 1980". En cassation (15 octobre 2004), la cour confirme et précise dans les motivations "la sentence a révisé son jugement non plus en une simple disponibilité mais en une plus ample et juridiquement significative collaboration avec l'association mafieuse Cosa Nostra". En termes plus compréhensibles, Andreotti était le référent politique de la Mafia au sein de l'Etat.

Avec Tangentopoli et la fin de la DC, il se crée un vide politique : la mafia cherche un nouvel interlocuteur.

 

1992-1993 Guerre frontale contre l'Etat

1992, mai. Attentat au juge Giovanni Falcone.

1992, Juillet. Attentat au juge Paolo Borsellino.

1993, Janvier. Salvatore Riina, présumé chef de Cosa Nostra est arrêté. De nombreuses polémiques éclatent suite à la non perquisition du refuge du fugitif.

1993, Mai. Attentat à la galerie des Offices de Florence.

1993, Mai. Attentat à Maurizio Costanzo (présentateur emblématique de la télévision italienne, maître maçonnique de la loge P2 alors que Berlusconi n'était encore qu'un simple adhérent. Costanzo était en outre contre la naissance du parti Forza Italia)

1993, Juillet. Attentat de la rue palestro, Milan

1993, Juillet. Deux attentats à Rome

1993, Décembre. Attentat (avorté pour "causes techniques") au stade Olympique de Rome.

 

1994, Création de Forza Italia et retour au calme

En Janvier, Marcello Dell’Utri et Silvio Berlusconi créent Forza Italia.

Au même moment, un deuxième attentat au stade olympique de Rome est cette fois-ci annulée au dernier moment par les mandataires à l'aide d'un appel téléphonique aux exécuteurs.

 

Mon interprétation fantaisiste : je ne pense pas que Berlusconi soit directement lié aux attentats de Falcone et Borsellino. Peut être a-t-il au plus fermé un oeil. Je crois par contre qu'il a été, par calcul ou par obligation, le nouveau référent politique de Cosa Nostra & Co. depuis la chute de la DC.

Son entrée soudaine en politique en 1994, son amitié avec Dell'Utri, le fait qu'il ait eu chez lui un mafieux notoire (V. Mangano) pendant 2 ans etc. me font penser qu'il a profité des votes* de la Mafia (au moins en 1994) en promettant peut être de faciliter les choses à l'organisation criminelle (une des principales requêtes de Cosa Nostra est la suppression du fameux article 41 bis, le régime carcéral dur pour les mafieux). Berlusconi, profitant du fait que Cosa Nostra est en chute libre au profit de la 'Ndrangheta calabraise, n'a pour l'instant pas tenu ces (éventuelles) promesses. Ont peut donc penser que certains repentis ont eu envie de raconter des choses sur Berlusca, notamment sur l'origine de sa fortune, pour se venger de l'état et le forcer à "coopérer". Cet article de La Repubblica (pour les italophones) et cet article de l'Express permettent d'approfondir le sujet . 

 

* on estime que le vote mafieux représente entre 2% et 3% au niveau national, (+ de 50% au niveau des élections locales dans certaines communes). C’est énorme. Pour s'en rendre compte il suffit d'imaginer ce qui se serait passé si Ségolène Royale en 2007 avait eu accès à 2% supplémentaires.

 


Vidéo :

"Dégoûté par un gouvernement qui n'a pas su protéger son mari, Agnese Borsellino a refusé les funérailles d'état, et a choisi une cérémonie privée excluant les hommes politiques. Ceux-ci ont obtenu leur "journée de la passion" en se rendant aux funérailles des gardes du corps de P. Borsellino. A' l'arrivée des politiques, la foule, furieuse, a rompu les cordons de sécurité au cri de "fuori la Mafia dallo Stato" "

 https://www.youtube.com/watch?v=rr5umA_cEp8

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 mai 2014 13:19

    Héros ou martyrs ,qu’importe ;ils sont des exemples .


    • UcCaBaRuCcA UcCaBaRuCcA 21 mai 2014 13:35

      Tout à fait, mais je souhaitais par cette phrase insister sur le fait que ces exemples que sont Falcone et Borsellino ont été vilipendés, maltraités et accusés d’infamie par la classe politique de l’époque (et celle actuelle, bien que plus mesurément).
      J’ai aussi un sérieux problème avec le terme de « héros » qui pour moi n’a aucun sens. Je pense rendre beaucoup plus hommage à Falcone et Borsellino en disant que c’étaient des hommes qui faisaient leur métier consciencieusement. Voilà tout. Après, on peut effectivement dire qu’exercer consciencieusement le métier de juges dans certains endroits relève de l’héroïsme, mais cela me semble si pessimiste que je préfère considérer qu’ils étaient tout simplement normaux dans un monde de fou.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

UcCaBaRuCcA

UcCaBaRuCcA
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès