Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Farc/Uribe/Sarkozy : A quel jeu jouent-ils ?

Farc/Uribe/Sarkozy : A quel jeu jouent-ils ?

Depuis une dizaine de jours les nouvelles s’enchaînent, Uribe prépare la libération des guérilleros qui auraient accepté le plan gouvernemental de démobilisation. Les FARC s’entêtent à dire que les promesses d’Uribe sont un rideau de fumée pour cacher le scandale de la parapolitique, qui a pris des proportions inquiétantes pour la stabilité du gouvernement.

Sarkozy a mis du sien dans l’histoire, il est soi-disant en contact régulier avec son homologue colombien, voulant garantir la non-intervention armée des militaires colombien pour sauver les otages. Il cherche aussi à faciliter les discussions avec la guérilla.

En France les journaux titrent à l’optimiste, une grande avancée vers la libération des otages, voire même une grande avancée vers la paix. Cependant, au jour d’aujourd’hui, il n’existe toujours aucune garantie de la bonne volonté des Farc de suivre ce mouvement de “paix”.

Essayer de comprendre les petits jeux de chacun n’est pas une tâche facile dans l’ambiance régnante. Que cherche Sarkozy ? Pourquoi les Farc accepteraient-elles de libérer les otages sans rien y gagner ? Pourquoi Uribe a-t-il changé sa stratégie de manière si abrupte ?

Pour Sarkozy, l’explication des élections à venir et l’envie de faire la une des journaux comme étant le grand sauveur d’Ingrid Betancourt, et par la même occasion faire mieux que son prédécesseur, n’est pas à négliger. Cependant cette vision s’arrête au court terme, et il ne faut pas oublier que les relations franco-colombiennes sont réduites depuis plusieurs années à cause de cette histoire. La libération d’Ingrid permettrait le renouement de ces relations. La Colombie est actuellement très attractive pour investir, ce serait dommage pour la France de perdre des opportunités. Sarkozy est sans doute prêt à plus qu’on ne peut l’imaginer pour terminer avec cette histoire. Imaginer une rançon n’est pas complètement absurde, la France n’en serait pas à son coup d’essai pour libérer ses citoyens séquestrés.

Uribe est évidemment intéressé par l’affaire, surtout en cette période, où sa crédibilité internationale est remise en question, principalement aux Etats-Unis. Dans ce sens, Uribe est en train de réaliser un coup risqué mais majestueux. Son revirement politique est palpable seulement au niveau interne, c’est-à-dire que s’il “perd” il perdra seulement de la crédibilité dans ses rangs. La majorité des Uribistes n’étant favorables à aucune discussion avec les Farc. Perdre signifie que les Farc refusent de relâcher ne serait-ce qu’une partie des otages, alors qu’il aurait fait libérer plusieurs centaines de prisonniers. Ce “perdre” ne l’est pas forcément au niveau international, car il démontre au monde une certaine ouverture, un effort vers la paix et une volonté d’avancer, ce qui, surtout en Europe, est très important. Donc ce “perdre” est en réalité un “gagner moins”.

Quant aux FARC , ils se retrouvent coincés ; difficile de sortir de ce piège tendu par Uribe. S’ils acceptent de libérer des otages, leur possibilité d’être des “stars” d’un jour avec une zone démilitarisée est fichue. Pire encore s’ils refusent, car ils perdraient de la crédibilité en France et probablement en Europe, se reléguant au vulgaire statut d’organisation terroriste avec qui il est impossible de discuter. Une brève application de la théorie de jeu nous dirait que les Farc vont relâcher une partie des otages, pour “perdre moins”. Fait qu’ils devraient nier jusqu’au dernier moment pour tenter de décrédibiliser Uribe, espérant qu’il fasse marche arrière.

Uribe sortirait alors grand vainqueur, ouvrant la porte à une négociation plus ample et Sarkozy serait le sauveur de Jeanne d’arc. La seule véritable perdante est la justice colombienne, Uribe lui passant par-dessus sans grande préoccupation. Le pouvoir du politique qui, dans certains cas bien particuliers, s’avère nécessaire pour l’avancée d’un pays.


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 6 juin 2007 11:37

    Franchement à lire cet article,il n’y aurait que du mauvais dans la démarche de Sarkozy.

    Et vous parler de Me Ingrid Betancourt, comme d’une jeanne d’arc ?

    Franchement,vous préférez le status quo ?


    • Niamastrachno Niamastrachno 6 juin 2007 18:11

      Ce serait un comble oui : 5 ans au gouvernement pour régler le problème en un mois...

      Visiblement ca ne vous gène pas trop... Vous ne vous posez même pas de question, c’est trop drôle...

      Ce ne vous laisse même pas un arrière goût bizarre pour ce qui va se produire après les législatives ? Amorphes ou quoi ? il faut sortir les mirettes de leurs bocaux, ouvrir les pavillons, et cesser de se tortiller les fesses sur le tabouret du gargarisme, vous vous mettez dans le noir à ce p’tit jeu c’est pas bien, vous ne verrez plus rien une fois la lumière faite...


    • vivelecentre 6 juin 2007 18:58

      il y a quelque chose qui a du m’échapper.....

      Sarkozy était déjà président depuis 5 ans ?

      Faut que j’aille voir mon doc ! je dois avoir des sérieux problèmes de mémoire...


    • funram funram 7 juin 2007 00:51

      Certes non, M. Sarkozy n’a pas été notre président depuis 5 ans. Il aura simplement été le numéro 2 du gouvernement de part sa position de ministre de l’intérieur (position hiérarchique que partage cette position avec le ministère des finances et de l’industrie), ainsi que numéro 1 du gouvernement à égalité avec Dominique de Villepin de part les prérogatives qui lui ont été accordées au titre de sa position de ministre d’état (le ministre d’état du gouvernement dispose de prérogatives normallement seules appanages du Premier Ministre... le droit de convoquer le conseil ministériel extraordinaire, par exemple).

      De plus, durant ces 5 années et de manière crescendo, M. Sarkozy s’est imposé comme la figure gouvernementale dominante, empietant ici et là sur les terrains dévolus par exemple à la justice, à l’éducation, à la santé, aux finances et aux affaires étrangères. Si le Président de la République reste le chef de la diplomatie française, il faut bien avouer que depuis ces trois dernières années, M. Chirac a largement concédé la majeure partie de ces responsabilités à ses deux ministres forts : MM. De Villepin et Sarkozy (il a même essayé de faire de Mme Alliot-Marie une figure de proue de la diplomatie française). De fait, ces trois dernières années n’ont pas été marquées par grand chose de probant avec l’Amérique du Sud, alors que les 9 années précédentes qu’il passa à l’Elysée ont toutes été marquées par au moins un haut fait diplomatique et de politique extérieur qui lui était entièrement dû.

      Dans les faits, M. Sarkozy avait donc largement possibilité de parlementer avec les autorités colombiennes, tout comme il l’avait fait avec la Russie (où on a d’ailleurs frôlé l’incident diplomatique), l’Egypte, la Côte d’Ivoire (malgré la « chasse gardée » de Chirac en matière de politique africaine), la Corée du Sud et les USA, pour ne citer que les importants dossiers de la diplomatie française où il a agit ces dernières années au détriment de sa fonction de ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 juin 2007 02:46

      A Calmos. Je crois que vous vous leurrez sur l’influence d’une libération d’Ingrid Betancourt sur le résultat des législatives. Ceux qui ont les bons sondages en main pourraient sans doute aujourd’hui donner les résultats avec une infime marge d’erreur. Cela dit, je ne sais pas « à quels jeux ils jouent », mais nous en apprendrons beaucoup sur le style de jeu de notre nouveau Président.. et c’est ce qui importe, car je crois qu’on se trompe grossièrement si on croit connaître son véritable agenda.

      Quant à la Colombie - un pays que je connais bien et que je respecte - je vois dans le marc de mon café la création d’un parti sympathique a Chavez et au concept de Gran Colombia, ce qui pourrait provoquer de grosses étincelles. La France, en effet, gagnerait a se positionner dans cette région.

      http://www.nouvellesociete.org/5136.html

      Pierre JC Allard


    • dimanchesoir 7 juin 2007 09:17

      procès d’intention déplorable ...


    • Ronny Ronny 6 juin 2007 12:08

      @ auteur

      Je suis peut être un serial sceptique, mais l’histoire et la petite histoire nous apprend à l’être ! Une question me taraude, d’autant plus qu’elle n’est jamais abordée par les media...

      Les elections approchent... Ce n’est pas la première fois que l’on aura libéré des otages à ce moment crucial. Cela s’etait passé aux USA il n’y a pas si longtemps. Plus près de nous, entre les deux tours de la presidentielle (de 88 ?), les otages du Liban avaient été libérés. Sans contrepartie avait on dit à l’époque dans les deux cas ! On nous avait pris à cette époque pour des charlots.

      De fait, D. Robert dans « Revelation$ » indique que R. Reagan avait versé en 1981 une rançon pour la libération des otages d’Iran (montant 7 millions de dollars), le tout tracé dans les fameux listings de Clearstream, à destination de la Banque Nationale d’Algérie... De même, une note de la DST révélait que la libération des otages français au Liban faisait suite au payement d’une rançon, payement organisé par les fabuleux duetistes Pasqua/Marchaini. On se rappelera à cette occasion qu’un système de « rétro-commission » avait été évoqué. La juge révost-Desprez enquétait sur ce système, détaillé par Le Monde... Le 23 janvier 2001, d’ailleurs, le contrôleur général Jean-Jacques Martini exposait par écrit les renseignements livrés par la source de la DST, persuadée du détournement d’une partie de la rançon de 3 millions de dollars débloquée par l’Etat français et conservée par les négociateurs, en l’occurrence Jean-Charles Marchiani et Iskandar Safa...

      Alors I am just asking two questions :

      a) qu’a-t-on donné en échange à Uribe pour qu’il libère son prisonnier de marque et aux FARC pour qu’elles réagissent à cette libération (armes, argent, ?). Cela doit être assez gros pour avoir produit ce changement d’attitude si marqué !

      b) y a t il eu, encore une fois, des retrocommissions récupérées, et par qui, questions qui se posent sachant que l’actuel gouvernement descend en droite (c’est le mot qui convient) ligne du RPR et qu’il ne peut pas ne pas bénéficier des relations troubles qui ont fait les beaux jours de ce parti.


      • LaEr LaEr 6 juin 2007 12:25

        Ce n’est pas la première fois que Sarko joue aux libérateurs d’otages pour faire grimper sa cote de popularité... Souvenez vous de l’affaire « Human Bombe » en mai 1993. L’action de NS, passée pour héroique dans les médias, a été vivement critiquée par les responsables des opérations, qui ont plus parlé de mise en danger des otages que d’actes héroiques.

        « Le rôle exact de Nicolas Sarkozy dans les négociations avec le preneur d’otage ne fait pas l’unanimité. Interviewés dans l’émission »Faites entrer l’accusé« diffusée sur France 2 le 15 juillet 2004, Jean Pierre About, journaliste, Pierre Lyon-Caen, ancien Procureur de la République, Aimé Touitou, ancien directeur de la Police Nationale des Hauts de Seine expliquent comment Nicolas Sarkozy s’est imposé dans la cellule de crise et face aux journalistes. Dans l’émission »lundi investigation« , diffusée sur Canal + le 6 juin 2005, Pierre Lyon-Caen revient sur l’affaire : »il a le réflexe, qui montre l’animal politique, de faire venir le seul homme de communication, le pompier chargé de la communication, qui avait une caméra« . Le reportage indique que l’attitude de Nicolas Sarkozy a conduit le preneur d’otage à rompre les négociations, et que Charles Pasqua a décidé d’éloigner Nicolas Sarkozy du site de la prise d’otages. »

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_la_maternelle_de_Neuilly


      • chevsinclair 6 juin 2007 13:41

        c est pas la 1ere fois non plus que ceux qui ne bougent jamais, et restent derrière leur téléviseurs LCD (fraichement acquis), sont les premiers à commenter, à critiquer... Il s’agit d’une part importante de la population malheureusement, se croyant très intelligente, et qui réussi à lire entre les lignes, quand nous, pauvres citoyens, nous n’y comprenons rien !

        Ce sont les mêmes qui pondent les pires horreurs sur les complots judéo-maçonniques, les mêmes qui croient que Ben Laden a travaillé pour la CIA, les mêmes qui voient des complots partout et le mal derrière chaque personne qui ne pense pas comme eux.

        Dans la vie y a ceux qui agissent et ceux qui restent le cul sur leur chaise, et qui phosphorent. Visiblement, ici, ça phosphore grave.


      • LaEr LaEr 6 juin 2007 14:22

        Vous faites dans la caricature, ce n’est pas et ce ne sera jamais un argument.

        Il n’est nullement questions de complots, mais seulement de récupération médiatique, jeux auquel nos politiques s’essayent depuis longtemps, mais où Mister President excelle...

        En effte, dans la vie, il y a « ceux qui agissent et ceux qui restent le cul sur leur chaise » à gober bien sagement les « nouvelles » officielles.... Et il a ceux qui comme nous, essayent encore d’avoir un esprit critique et qui voient plus loin que « le pain et les jeux ».

        La réflexion n’a jamais empêcher d’agir, c’est même le moteur des toutes les actions saines... Si vous ne voulez pas comprendre, c’est votre problème... Mais alors ne venez pas sur Agoravox. ;).

        J’ai un lien qui vous conviendra mieux : http://lachaine.tf1.fr/lachaine/forum/0,,2131095,00.html

        PS : le fait que Ben Laden ait travaillé avec la CIA n’est pas une théorie complotiste ni même un secret, c’est un fait avéré et même reconnu par la maison blanche. A l’époque ou Ben Laden et les US avaient le même ennemi commun : l’Union soviétique..... Maintenant, qu’il ait travaillé avec la CIA pour le 11 sept.... ça, je ne m’avancerais pas sur le sujet...


      • tonio tonio 6 juin 2007 16:33

        @ Ronny

        Bien d’accord avec l’idée de la libération en période électoral.. D’ailleurs Uribe l’a vaguement sous entendu lors de son dernier discours : « pourquoi avant le 7 juin... je ne sais pas c’est Sarkozy qui me l’a demandé »

        Pour répondre à tes questions je crois qu’il faut voir le contexte, Uribe est confronté à un problème de taille avec les US... les aides (militaires et autres) sont en diminution... Aujourd’hui même Uribe s’est fait recevoir aux USA avec une promesse de diminution de 10% d’aide... Pour qu’il puisse mené sa guerre il en a besoin. La France de Sarko est une bonne solution de rechange....


      • etonne 6 juin 2007 12:08

        Pour moi la logique pourrait être :

        1) W. Bush demande à NS une présence Française en Irak (WB en a besoin pour justifier sa propre politique)

        2) W. Bush fait pression sur Uribe

        3) I. Betancourt est libérée

        4) NS à un bénéfice immédiat

        5) dans quelques mois des français anonymes payeront les pots cassés

        etonne


        • Anto 6 juin 2007 13:32

          oui et bientôt les FARC vont demander à ce que leur interlocuteur en France soit Didier Julia


          • CAMBRONNE CAMBRONNE 6 juin 2007 14:00

            TONIO

            Trés bon article clair et concis qui me parait assez réaliste sur le rôle des uns et des autres .

            Votre position sur place donne de la crédibilité à vos conclusions .

            Vous ne vous contentez pas des explications simplistes auxquelles on est habitué sur ce site : du genre SARKO fait tout ça pour gagner les élections .

            La reprise des relations avec la Colombie me parait beaucoup plus intéressante .

            Salut et fraternité .


            • tonio tonio 6 juin 2007 16:40

              Merci ... j’avoue que j’espère avoir raison ... sur la fin heureuse. La Colombie en a besoin, et même si je suis profondément anti-Uribiste, je crois que la déstabilisation de son gouvernement serait une catastrophe pour le pays.

              Comme je le dis dans mon article les élections ont quelque chose à voir, sur la date en tout cas... par contre je crois qu’il y a d’autres raisons à l’implication de Sarko dans l’affaire.


            • bernard29 candidat 007 6 juin 2007 17:17

              Je ne vois pas quel serait l’intérêt pour les FARCs de libérer Indgrid Bétancourt. C’est sans doute l’otage qui leur procure la meilleure communication internationale et même peut être une certaine protection contre des assauts militaires intempestifs de la part du gouvernement Uribe. La famille Bétancourt voulait même que Sarkosi en parle au G8.

              Pourquoi les FARCS ne libéreraient’ils pas quelques otages, sauf Indgrid Bétancourt. ?


              • tonio tonio 6 juin 2007 17:42

                L’intérêt pour les FARC ? .. ce que je dis dans mon article. D’avoir un interlocuteur qui le reconnait comme un acteur avec lequel on peut discuter et non comme de simple terroriste sans foi ni loi...

                Libérer d’autres otages et pas Ingrid pourrait être une option, c’est sûr.. simplement ils perdrait tout espoir de discussion avec la France.


              • Bois-Guisbert 6 juin 2007 17:32

                Et vous parler de Me Ingrid Betancourt, comme d’une jeanne d’arc ?

                Franchement,vous préférez le status quo ?

                Franchement, vous dites ? Alors, très franchement, rien qu’en France, on est quelques dizaines de millions à s’en foutre comme de Colin-Tampon !


                • dimanchesoir 7 juin 2007 09:20

                  « Franchement, vous dites ? Alors, très franchement, rien qu’en France, on est quelques dizaines de millions à s’en foutre comme de Colin-Tampon ! »

                  très franchement : +1


                • Esteban Manchego Esteban Manchego 6 juin 2007 19:19

                  Je trouve l’article un peu décevant,il n’y a pas vraiment d’info nouvelle ou d’analyse très poussée. Dommage, le titre était alléchant...


                  • jeremy 6 juin 2007 21:03

                    Bonjour,

                    Je trouve au contraire cet article intéressant et notamment pour la réflexions qu’il amène autour du terrorisme et de son instrumentalisation au cours de l’Histoire de Néron au 11 septembre ... Du terrorisme d’Etat pour brider les libertés individuelles au terrorisme civil pour les récupérer , etc. Les exemples sont légions .

                    Quoiqu’il en soit, ne pensez vous pas qu’il y ait eut une négociation à trois , Colombie-USA-France avec le deal suivant :
                    - USA à Colombie : Bon nos relations sont pas terribles en ce moment, voulez-vous les améliorer en faisant quelque chose pour notre amis le nouveau Président français ?
                    - Colombie acquiesce.
                    - USA à Colombie : alors négociez avec les Farcs et accepté une partie de leur condition, à l’Israélienne, de façon unilatéral , au pire , vous gagnerez moins ! Vous allez voir ça marche à tous les coups smiley
                    - USA à France : Chère amie, vous connaissez bien entendu le vieux coups politique de faire libérer un otage symbolique quelques jours avant des élections ? Nous vous offrons la possibilité de faire croire que vous avez mis la pression à Colombie pour qu’elle négocie la libération d’Ingrid !
                    - France à USA : Super génial !
                    - USA à France : Oui, mais vous savez aussi que nous avons besoin de vous dans notre guerre internationale contre le terrorisme et se serait bien vu que vous nous aidiez plus que plus en Afghanistan , en y restant malgré l’envie de votre état major d’en partir et un consacrant encore plus de moyens !
                    - France à USA : Top là !

                    Alors ? Scénario improbable ? Pas si sur ...

                    Reste que comme tout le monde ou presque , ne soyons pas cynique, si cela aboutit à sa libération, alors pourquoi pas ...


                    • Kormin Kormin 6 juin 2007 22:00

                      J’aimerais bien que les médias et les politiques fassent de même avec le soldat franco-israélien Gilad Shalit

                      J’ai la triste impression qu’il y a eux poids deux mesures dans le traitement des otages...

                      Ca me rapelle aussi Aida Duvaltier, qui n’a pas fais grand bruit par rapport à Ingrid.


                      • Bois-Guisbert 7 juin 2007 01:05

                        J’ai commis l’« erreur » de dire, ici, que quelques dizaines de millions de Français se foutent du sort de Mme Betancourt, people et politicienne, comme de Colin-Tampon.

                        Mon intervention a été censurée. Je serais curieux de savoir si c’est parce que ma remarque est contraire à la vérité ou si c’est parce c’est une chose qu’il ne faut pas dire...


                        • dimanchesoir 7 juin 2007 09:21

                          je le répète : +1 je ne vois pas l’insulte non plus, chacun participe au débat il me semble cela ne remet pas en cause le bien-fondé de l’article ici publié


                        • Esteban Manchego Esteban Manchego 9 juin 2007 19:53

                          Je ne sais pas combien de millions de français s’en foutent, mais en tout cas moi je vous rejoins. Il y a quand même des choses plus importantes dans le monde et cette dame n’est pas la seule otage... Mais on comprend tout si effectivement il y a des liens avec de villepin et d’autres personnes haut placées. D’où cette overdose médiatique.


                        • Christoff_M Christoff_M 7 juin 2007 01:18

                          Je pense que CHIRAC n’avait pas les mêmes principes de de négociation, mais il était plutôt inefficace, ausssi mauvais que son premier ministre Mr De Villepin qui a lui aussi tenté un coup d’éclat avant la fin de son mandat mais qui s’est ramassé un râteau... et donc il ne s’est pas vanté !!

                          Est ce qu’on parlerait tant de cette charmante BETANCOURT si elle n’avait pas comme belle famille la famille Galouzeau de Villepinte ??

                          Dernière chose, on approche des élections donc il ne faut pas se leurrer, N.SARKOZY met le paquet mais je ne pense pas qu’il arrivera à une libération...


                          • Michel Koutouzis Michel Koutouzis 7 juin 2007 08:06

                            En Colombie, une partie importante de la population vit quotidiennement la peur au ventre. La guerre à la drogue, la guerre aux pauvres, la guerre des paramilitaires, de la criminalité organisée, celle des FARC, la violence des grands propriétaires terriens ou des exploitants des mines d’émeraudes (parfois ce sont les mêmes), perpétuent une tradition de férocité où la vie (surtout celle des humbles) n’est pas grand-chose. Le président Uribe, triomphalement réélu dernièrement est un ultra néo-conservateur, aussi bien au niveau économique qu’au niveau politique. L’opposition, elle, peine à exister. Comme soulignait l’économiste Francisco Thoumi, ce pays est en « régression structurelle ». Cela concerne l’économie, les médias, l’action sociale, la privatisation de la violence, ou la nature financière (souvent douteuse) des investissements étrangers. Le fameux « jeu à trois bandes » entre le gouvernement, les paramilitaires et les FARC, -qui cache mal la connivence entre les deux premiers- est financé par la cocaïne, ce qui a permis, entre autres, à dépasser plusieurs seuils de violence en faisant partout dans le monde le bonheur des marchands d’armes. Les enlèvements, en tant qu’industrie lucrative, comme discours politique ou comme pression diplomatique ont pris le dessus sur les rapports de force politiques et sociaux nécessaires à toute démocratie. Ils sont le miroir d’une société qui ne conçoit plus pour toute solution qu’un rapport de force qui présuppose que l’on s’octroie le droit de la vie ou de la mort, non seulement de l’adversaire mais de toute personne, même étrangère au conflit. Certes, il faut tout faire pour mettre un terme à la captivité d’Ingrid Betancourt. Et comme l’a maintes fois souligné sa propre famille, ne pas s’arrêter en si bon chemin et libérer les centaines d’otages qui croupissent dans les campements de fortune en pleine jungle mais aussi dans les geôles d’Etat ou privées. Il faut « exporter » les habitudes colombiennes, introduire des seuils de rapports de force élevés entre la communauté internationale et le gouvernement colombien. Il faut enfin faire comprendre à son grand protecteur, les Etats-Unis, que le gouvernement colombien n’a rien à désirer à tous ceux que Washington désigne comme des « pays voyous ».


                            • Internaute Internaute 7 juin 2007 09:39

                              « Cependant cette vision s’arrête au court terme, et il ne faut pas oublier que les relations franco-colombiennes sont réduites depuis plusieurs années à cause de cette histoire. »

                              J’avoue ne pas comprendre cette histoire. Mme. Bettancourt est une citoyenne colombienne, mariée puis je crois divorcée d’un citoyen français. Son sort est malheureux mais si on se place sur le plan de l’équité des situations il me semble qu’il existe une quantité de bi-nationaux africains qui ont un sort bien plus épouvantable en Afrique.

                              Alors, qu’à donc de si spécial Mme. Bettancourt ? Ceci reste l’énigme à découvrir. Pourquoi le sort d’un seul individu mettrait-il en péril les relations entre Etats ? Que je sache, il ne s’agit pas de la fille de notre Président. A titre de comparaison les tortures américaines d’Abu-graïb et les mauvais traitements que subissent (qu’on subi) des français à Guantanamo n’empêchent nullement de bonnes relations entre la France et les USA. Réciproquement, le fait que des français aient fait sauter les tours de NY ne crée pas de problèmes particulier entre nos pays.

                              Quel est donc le charme particulier de l’affaire Bettancourt ?

                              Le cas Bettancourt n’a rien d’une affaire d’Etat et devrait traité par la section consulaire de l’Ambassade de France à Bogota. Rien de plus.

                              On en arrive à l’incroyable imposture que la question de la menace américaine en Europe avec le relancement de la course aux armements sera traitée, si elle l’est, au même niveau que le cas Bettancourt.


                              • zets zets 7 juin 2007 10:31

                                la réponse est simple : la soeur d’ingrid fut amante de De Villepin, elle même fut son elève à Sciences Po, entre les deux existe une relation d’amitié forte. Sa mère n’avait d’ailleurs pas hésité à contacter directement celui qui était alors ministre des affaires etrangères pour aller chercher Ingrid dans la forêt, lorsqu’il a envoyé un avion avec des agents des forces spéciales sans même en parler ni au ministre de la défense ni au président chirac, créant un incident diplomatique avec le Brésil.

                                pour de bonnes infos, lire « Ingrid Bétancourt, affaire de coeur ou raison d’état » de Jacques Thomet.


                              • vivelecentre 7 juin 2007 20:43

                                et vous , dans l’histoire, vous etiez le concierge ?


                              • zets zets 9 juin 2007 23:02

                                ça c’est de la remarque qui vole bien haut, merci pour votre participation.


                              • Con fut Cius Con fut Cius 13 juin 2007 15:31

                                Oui mais cette histoire de libération a aussi été reprise par la gauche ! Que se soit Sarkozy ou Royal, les deux ont renouvellé leurs appels à la libération pendant la campagne présidentielle ! Et ségolène ne l’a pas fait pour les yeux doux de Villepin

                                cela dit je reste aussi frappé de cet élan de générosité à plusieurs vitesse !

                                Mais bon si ça peut sauver quun à la limite


                              • Louis BAPTISTE 7 juin 2007 09:52

                                Si vous résumez le travail du Président de la République sur ce dossier à vouloir « gagner les élections », à vouloir « faire la une des journaux », à vouloir être « le grand sauveur d’Ingrid Betancourt » et à vouloir « faire mieux que son prédécesseur », je me permets de vous dire que vous n’avez rien compris à l’action politique.


                                • Christoff_M Christoff_M 7 juin 2007 11:15

                                  si vous etes si clairvoyant expliquez nous ce que l’on a à gagner ou plutot à perdre dans ce guepier ôur aller sortir une femme qui par inconscience s’est prise dans une toile d’arraignée... s’il n’y avait pzs un lien avec des familles dirigeantes, il y a longtemps que l’on aurait cessé ce cinéma


                                  • Nuts 9 juin 2007 11:10

                                    @ Louis Baptiste

                                    Moi je résume le travail du Président actuel à ce que tu énonce... J’attends donc tes lumières pour m’apprendre ce qu’est l’action politique !


                                    • ernst 9 juin 2007 20:34

                                      Et ça ne gêne personne que le Président français se présente en médiateur entre la drogue et la drogue ?...

                                      Qu’est-ce que veulent les Farc ?... 800 km2 où on leur foute la paix, où ils pourront faire leurs affaires à l’aise.Fort à parier que si Bétancourt sort, ce ne sera pas contre des noyaux de cerise.

                                      Malheureusement pour le franmac qui claironne que c’est tout de la parano, que ceux qui travaillent ne voient de complots nulle part, j’assure que la grande internationale maçonne sud-Américaine est partie prenante dans le trafic. Tous les Maçons sud américains, de l’Argentine à la Colombie en passant par la Bolivie et le Vénézuela, tous verrouillent, contrôlent le Marché.Où passent de si gracieuses vacances des types comme Balkany et Schuller sinon à St Domingue, tous deux à la loge« Silence » ?...

                                      Croyez vous que l’« apprenti » de Passe-quoi à la Loge « Silence », je veux dire Sarkozy, n’ait aucune possibilité de négociation avec la Mafia ?... Est-ce à dire que nous laisserons sans broncher se faire des « échanges » aussi douteux sans réagir ?... pauvre France...

                                      Un salut fraternel au BAF désinformateur ci-dessus.Celui qui ne voit de complot nulle part. Il serait temps qu’il demande un peu de « lumière »...


                                      • moebius 9 juin 2007 22:52

                                        panier de crabe, une intervention musclé s’impose sinon pourissement


                                        • Gilles Gilles 10 juin 2007 13:59

                                          Et si sarkozy se bougeait le cul pour faire libérér les français détenus en Turquie, Indonésie, malaisie, entre autre, pour des motifs foireux ou ridicules. Des français parfois simplement disparus ou détenus au secret et torturés (comme en Turquie) qui ont le malheur de porter un patronyme Kurde, ou des gars incarcéré à vie ou condamnés à mort pour possession de petite quantité de drogue (sans que parfois aucune preuves ne viennent étayer qu’ils soient vraiment coupables) , hein ?

                                          Mais évidemment c’est moins médiatique que la passionaria Ingrid ! En écoutant les infos se serait Sarkozy qui a poussé Uribe a libérer un haut ponte des Farc, sans garanties aucune qu’il ne continuera pas son combat meurtrier, pour servir d’intermédiaire à une ééventuelle libération d’Ingrid.(sans garanties là aussi) . Super, un super terroriste avec du sang sur les mains remis en liberté pour peut être éventuellement aider à une libération prometteuse en terme d’images !


                                          • Gilles Gilles 10 juin 2007 16:50

                                            « Pire encore s’ils refusent, car ils perdraient de la crédibilité en France et probablement en Europe, se reléguant au vulgaire statut d’organisation terroriste avec qui il est impossible de discuter »

                                            Heu.....je crois bien que les Farc se fichent de ce que l’opinion pense, et surtout en France. Ils sont déjà catalogués comme terroristes et ils savent bien qu’aprés la fin de cette histoire, les français les oublierons totalement laissant les colombiens à leurs sempiternels problèmes.

                                            Quant à l’Europe, ils doivent plus parler de cette affaire dans les jités plus du fait de l’action surprenante de la France que sur le fond du sujet

                                            Leur but est de récupérer le max d’otages et de pognon contre les leurs, et ensuite, comme d’habitude, ils en prendront d’autres et tout continuera comme avant, point barre. Qu’Uribe hésite à renter dans ce jeu est à mon avis compréhensible car il sait pertinemment que le petit jeu des échanges d’otages dure depuis des lustres et que ce n’est pas fini, surtout si on leur donne gain de cause


                                          • Christoff_M Christoff_M 10 juin 2007 22:38

                                            Betancourt est ce qu’elle est, mais aller négocier avec les FARC, n’est ce pas leur donner beaucoup de crédits...

                                            Et surtout n’est ce pas de l’incitation à l’enlèvement !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès