Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Faut-il toujours « supporter » les dictateurs ?

Faut-il toujours « supporter » les dictateurs ?

Il est de bon ton de critiquer les démocraties occidentales lorsqu’elles interviennent militairement dans un pays pour y terrasser un dictateur devenu insupportable. Les soupçons sur de possibles motivations d’ordre économique ou stratégique derrière l’action militaire inondent la toile, mais une certitude reste tapie jusque dans la conscience de celui qui s’emploie à critiquer. C’est que le dictateur déchu était indiscutablement un salaud et que pour rien au monde on aimerait vivre sous son règne. Il est devenu, au fil du temps, un véritable boulet pour son pays, une impasse politique pour son peuple et une obsession pour la communauté internationale. 

Une situation assez édifiante est en train de se dérouler autour de la Corée du Nord, une dictature insupportable qui tient la communauté internationale en haleine et dont la liquidation pourrait intervenir d’un moment à l’autre.

En effet, le dictateur nord-coréen ne finit plus de se déchaîner contre son voisin, la Corée du Sud et son allié américain. Depuis des mois, le jeune tyran (30 ans) appelle à la mobilisation générale, jure d’envahir la Corée du Sud et d’écraser Washington. La télévision nationale diffuse des vidéos de plus en plus agressives montrant des missiles qui s’abattent sur la Maison Blanche et des parachutistes sautant sur Séoul et s’emparant de la capitale sud-coréenne.

Ce n’est pas la première fois que Pyongyang se conduise de manière aussi extravagante. Cette « stratégie du fou », pour reprendre l’expression de Henry Kissinger, consiste, pour un dirigeant, à faire n’importe quoi pour montrer qu’il est dangereux et ainsi obliger la communauté internationale à adopter une attitude plus conciliante vis-à-vis du régime et mener des actions de solidarité avec le peuple subissant le régime du « dictateur fou ».

Ainsi, à maintes reprises, de l’aide alimentaire a été fournie par les organisations humanitaires aux populations nord-coréennes. Les ONG ont découvert un pays ruiné, un peuple exsangue mourant de famine pendant que le régime gaspille le peu de ressources dont il dispose pour poursuivre des programmes militaires complètement absurdes. Une situation qui dure depuis les soixante-cinq ans ans de la dictature communiste, la dernière du monde, et qui est destinée à durer si rien n’est entrepris.

Car le régime de Pyongyang est une combinaison mortifère de communisme, de dictature militaire et de dynastie, la dynastie des Kim. Aucun espoir de changement n’est permis, encore moins de démocratie. On a pu croire que quelque chose changerait avec la mort de Kim Jong-Il le 17 décembre 2011, mais le spectacle livré par la foule aux funérailles, a suffi à donner une idée de la suite des évènements.

En effet, tout un peuple fut « obligé de pleurer ». Les images de ces hommes, ces femmes et ses enfants, obligés de pleurer et de larmoyer sous la surveillance tyrannique des agents du régime, était au-delà de l’imaginable. Mais cela n’est rien face au calvaire des 300 mille travailleurs forcés[1] qui triment dans un mélange de Buchenwald et de camp du Goulag. Les funérailles étaient présidées par le jeune fils de l’illustre disparu et qui lui a, naturellement, succédé. Kim Jong-un. On en est donc là.

Comme son père Kim Jong-il et son arrière-père Kim Il-Sung, le jeune dirigeant Kim Jong-un, décrit comme instable[2], mène le pays de façon paranoïaque, obligeant Américains, Sud-Coréens, Japonais, voire l’ONU, à se mettre en alerte au gré de ses sautes d’humeur. Les Etats-Unis, pour la énième fois, sont obligés de redéployer des navires, des avions de combat et de relancer des manœuvres militaires dans la région augmentant le risque d’une étincelle qui risquerait déclenche un embrasement général, tout le monde étant maintenant sur les nerfs. Des provocations à répétition et des mobilisations en face, comme si le monde n’avait que ça à faire…

Le problème, c’est qu’on ne peut pas décider de ne rien faire. Car même si un grand nombre des provocations nord-coréennes ne sont pas suivies d’effet, il y a déjà eu des passages à l’acte extrêmement dramatiques. Rien qu'en 2010, Pyongyang a utilisé un mini-sous-marin pour couler le navire sud-coréen Cheonan et a bombardé l'île sud-coréenne de Yeonpyeong. Pour dire que toutes les provocations de Pyongyang ne sont pas à prendre à la légère parce que ce pays est non seulement déjà passé à l’acte, mais surtout dispose de capacités militaires bien réelles (plusieurs lancements réussis de missiles, et même d’un satellite) et pourrait à tout moment faire très mal.

Les Sud-Coréens appellent, à chaque fois, leurs autorités à réagir avec fermeté. Le nouveau Président, Madame Park Geun-Hye, a cette fois-ci promis de réagir fermement aux provocations de son difficile voisin du Nord. Une posture qui pourrait précipiter le déclenchement d’une nouvelle guerre de Corée. Bien entendu, les Etats-Unis et leurs alliés traditionnels s’impliqueraient ce qui mettrait définitivement fin à une dictature que peu de gens dans le monde s’empresseraient à regretter.

Il restera, bien entendu, d’autres dictateurs sur la planète et la question de leur liquidation, dans la foulée de celle de Pyongyang (si elle se produit) se posera naturellement. Car avant d’être un problème pour la communauté internationale, un dictateur est, avant tout, un problème pour son peuple. Ce dernier n’a que les miettes des droits que tolère le dictateur. Ainsi, en Irak de Saddam Hussein, on pouvait manger et étudier, mais ne jamais critiquer le pouvoir. En Libye, on mangeait et on gagnait de l’argent, mais le premier qui contestait le Guide avait son billet pour l’au-delà. En Corée du Nord, on a juste le droit de « parader » à la gloire du « dieu » Président. En Syrie, on n’ose pas imaginer le sort des gens si jamais Al-Assad parvenait à reprend le contrôle du pays. Il faudrait se suicider ou s’exiler à vie. Mais il y a pire.

En Afrique, les dictateurs font massacrer des populations par milliers, provoquent des guerres de pillage , tirent sur des manifestants à mains nues, font violer les femmes en masse et assurent l’impunité aux exécutants.

Le premier qui lève son petit doigt passe à la trappe. Etrangers comme nationaux. Ainsi Kadhafi pouvait emprisonner des infirmières bulgares et venir planter sa toile au cœur de la Patrie des droits de l’Homme.

Prenant le pouvoir en marchant sur les corps de leurs prédécesseurs, les dictateurs se consacrent, par-dessus tout, à l’élimination systématique de leurs opposants, des opposants potentiels, voire d’une partie de la population juste considérée comme « hostile ». Le pays se vide de toute voix autre que celle du tyran au pouvoir. Le seul salut consiste à l’exil à vie ou la soumission aux violations quotidiennes des droits de l’Homme (meurtres, enlèvements, arrestations et détentions arbitraire, spoliation,…). Une fois cette phase réussie, les dictateurs deviennent arrogants, mégalomanes et dangereux au-delà de leurs seuls peuples.

Comment donc « supporter » le règne des personnages se conduisant de la sorte ? Quant aux modalités de leur éviction, par les armées des grandes puissances, c’est un autre débat. Mais on peut se contenter de dire « bon débarras !... »

Boniface MUSAVULI



 


Moyenne des avis sur cet article :  1.52/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Don Michael Corleone Don Michael Corleone 6 avril 2013 13:25

    Mon ami n’as-tu pas encore compris que ce monde est régi par la loi du plus fort ? Qu’il n’y a pas de justice ici-bas sauf celle du plus fort ? Si tu veux lutter contre les dictateurs je te souhaite bonne chance. Comme a dit un certain Pierre Hillard, parler de bons ou méchants au plan international est vraiment puéril. Il y a ceux qui vous arrangent et ceux qui ne vous arrangent pas, mis à part ça on peut aisément blablater pendant des siècles ça ne changera rien au problème. Où était la justice quand les étasuniens sont allés dévaster l’Iraq ? Peut-être pour sécuriser les ADM que l’on ne trouve nulle part, autre excuse bidon. Pour insérer la démocratie dans un pays qui ne sait sans doute pas ce que ça veut dire. Foutaises que ceci et que des idiots utiles aient cru ceci et continuent de croire la propagande des mêmes contre la Syrie ou d’autres pays renforce ce qu’a dit Churchill qui disait que le meilleur argument contre la démocratie était 5 minutes de discussion avec le citoyen moyen. Citoyen, un bien grand mot mais qui s’applique à si peu de personnes. Tes jérémiades sont assez agaçantes, tout comme l’hypocrisie des dirigeants occidentaux, cette nomenklatura qui monopolise le pouvoir et qui est pourrie jusqu’à l’os comme le démontrent les affaires récentes. En vérité pour le moment il est permis de rêver mais pas pour longtemps hélas. 


    • MUSAVULI MUSAVULI 6 avril 2013 15:02

      Don Michael,

      Vous dites : « Comme a dit un certain Pierre Hillard, parler de bons ou méchants au plan international est vraiment puéril. Il y a ceux qui vous arrangent et ceux qui ne vous arrangent pas ». C’est tout dit. Ouvrez une lorgnette sur la vie des populations dans une dictature. Vous pourriez vous mettre à penser comme moi. Je ne parle pas « de bons et des méchants ». Je parle des dirigeants devenus assez fous pour représenter une menace collective. Après avoir « tué » tous leurs opposants et soumis toutes les institutions de régulation nationales, ils deviennent des menaces pour la sécurité internationale. D’Hitler au plus petit dictateur africain, en passant par Saddam Hussein et Kadhafi, le parcours est identique. Une prise de pouvoir dans un bain de sang, l’élimination physique des opposants, la soumission des institutions et des corps de régulation démocratique (gouvernement, autorité judiciaire, parlement, syndicats, société civile,...). Ensuite, une guerre internationale (Irak-Iran, Irak-Koweit, Libye-Tchad, Zaïre/Mobutu - Angola, Rwanda/Kagamé - Congo, Ouganda/Idi Amin - Tanzanie, et bientôt Corée du Nord contre Corée du Sud). Il ne s’agit donc pas de bons et des méchants. Il s’agit, pour être direct, des « fous au pouvoir » et des « gens normaux » qui subissent leurs caprices mégalomaniaques.

    • leypanou 6 avril 2013 13:35

      Le propagandiste de la guerre pseudo-humanitaire est très prolifique. Je comprends un peu mieux pourquoi certains pays chassent des pseudo-ONG qui ne servent que de paravent à des activités plus douteuses.


      • tf1Goupie 6 avril 2013 14:59

        Mais ici-même on adore les dictateurs, surtout s’ils se revendiquent du Communisme.

        Et si jamais la communauté internationale envisageait de s’en prendre au frappé Kim-jong, on s’empressera de dire qu’il y a du pétrole en Corée du Nord.


        • MUSAVULI MUSAVULI 6 avril 2013 15:11

          « Mais ici-même on adore les dictateurs ».

          Une naïveté qui s’estompe le jour où on voit débarquer les chars de Staline à Prague, ou qu’on explose dans un avion de la PanAm sur ordre de Kadhafi ou, comme Koweitien, on finisse écrasé par les chenilles des chars de Saddam Hussein.
          Cet angélisme pour les dictateurs est vraiment navrant.

        • flesh flesh 6 avril 2013 15:53

          Il ne s’agit pas de défendre les dictateurs, les enfants.. il s’agit de dénoncer le deux poids deux mesures de l’impérialisme occidental, qui a ses « gentils » dictateurs (Pinochet, Shah d’Iran, monarques du Golfe, etc, etc, etc) et ses « méchants » dictateurs, qu’il déloge à coup de milliers de bombes et de milliers (voire de millions) de morts civils. Si l’on suivait votre logique, on trouverait Hitler sympathique puisqu’il a attaqué Staline.


        • titi 6 avril 2013 16:18

          « poids deux mesures de l’impérialisme occidental, qui a ses « gentils » dictateurs (Pinochet, Shah d’Iran, monarques du Golfe, etc, etc, etc) et ses « méchants » »

          Pinochet et le shah d’Iran... pourquoi ne pas remonter Satrapes ?


        • titi 6 avril 2013 16:19

          .. remonter aux Satrapes


        • flesh flesh 6 avril 2013 16:27

          Parce que c’est trop vieux. D’autres questions ?


        • MUSAVULI MUSAVULI 6 avril 2013 17:07

          Si seulement Hitler n’avait attaqué que Staline... c’est vrai, de nombreux « capitalistes » français et anglais ont toléré l’émergence du Führer allemand en espérant qu’il débarrasserait le monde de la menace communiste. Il ont fermé l’oeuil sur les exactions auxquelles se livraient les Nazis à l’intérieur de l’Allemagne. Jusqu’au jour où Hitler, parce que « dictateur » et un peu « fou » a eu l’idée d’attaquer tout le monde. C’est comme ça que fonctionnent les dictateurs.


        • CASS. CASS. 9 avril 2013 17:52

          hitler encore un pantin des dictateurs rothschildiens


        • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 6 avril 2013 16:56

          Bonjour,


          J’ai cru voir le non de kissinger, alors kissinger, grand ami de Nixon, grand humaniste lui aussi d’après un bon nombre d’asiatiques, kissinger et Rockfeller, le Bilderberg on y arrive, oui oui vous avez raison allons chassez tous ces vilain dictateurs, je suis sûre que les irakien sont plus heureux aujourd’hui, si, si.
          Puis on va parler aussi des paires de burnes des nos chers casque bleu, paires de burnes qu’ils faut vider bien sur, vous savez les casques bleu, ceux qui sont chargé de faire régner l’ordre après qu.on ai chasser les vilains . Alors la on va allez discuter avec les jeunes filles slaves, demander leur ce quelles en pense. Celle qui n’en sont pas morte ou devenu toxico, ils etaient tellement sympa ces casque bleu. Puis on va allez punir les méchants mais pas tous quand même hein, bon ce qui sont sympa avec nous par exemple. L’Arabie saoudite, la Chine ....bon allez j’arrête parce que ça me gonfle de lire des truc pareil

          Franck
           

          • MUSAVULI MUSAVULI 6 avril 2013 17:25

            Saddam Hussein était devenu une impasse. L’Irak se mourait. Le pays était à l’agonie, en partie, à cause des sanctions internationales. Des sanctions tout de même adoptées contre un dictateur qui avait tué son propre peuple à coup de gaz moutarde. En ex-Yougoslavie, c’était aussi une impasse avec les milices serbes. En Corée du Nord, c’est actuellement une impasse. Le monde ne peut pas continuer à vivre avec ce « dingue » qui balance des bombes au-dessus des têtes des gens, même s’il s’agit de les essayer.

            Je partage toutefois votre constat qu’une fois l’intervention contre le dictateur achevée, le pays devient un champ de ruine. A qui la faute ? Vaste question.

          • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 6 avril 2013 17:25

            Un oublie,


            Qui a aider la plus part du temps ces dictateur a prendre le pouvoir ??

            Allez un petit effort.

            Je vous aide, nous, ainsi que d’autre pays européen, les USA....

            Et pour terminer qui a fournie le pétrole et par la suite le carburant de synthétique au nazi pour leur chars, camion, avion, ext ext 

            Allez la aussi un petit effort .... Allés je vous aide un peu les pétroliers américain non ??

            La thune, le fric, le pouvoir il n’y a que ça qui les intéressent, les peuples ils s’en cogne.

            Ouvrer les yeux cher Mr et SVP ne citer pas des gens soit disant de bonne fois comme Kissinger 

            lorsque vous voulez dénoncer les vilains dictateurs 

            Cordialement

            Franck

            • MUSAVULI MUSAVULI 6 avril 2013 17:36

              Je n’ai cité Kissinger qu’au sujet de la stratégie du fou.


            • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 6 avril 2013 17:32

              Le jour ou dans nos pays on aura de vrais démocratie, mais aussi une vision humaine, tourner vers l’humain, son bien être et son développement intellectuel et pourquoi pas artistique, ou l’économie respectera la biodiversité de nos territoires, et des hommes la je croirai vraiment au bonne intention de nos gouvernant lorqu’ils vont a la chasse au dictateur.

              Pour l’instant ce ne sont a mon avis que des bonimenteur qui envois nos militaires aux charbon pour que la finance et le grand patronat continue a se goinfrer.

              Cordialement

              Franck

              • lautrecote 6 avril 2013 18:27

                Oh les pauvres z’américains « ...obligés de redéployer des navires, des avions de combat et de relancer des manœuvres militaires dans la régio... » ! (c’est moi qui souligne)


                • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 6 avril 2013 19:25

                  Il est vrais que vous n’avez citer kissinger que pour sa citation, mais rien que son nom me fait hérisser le poil


                  Si vous avez le temps voici une vidéo qui vous donneras une petite idées sur la grande humanité de ce cher henry


                  Cordialement

                  Franck



                  • MUSAVULI MUSAVULI 7 avril 2013 16:08

                    Cher Frank,
                    J’ai vu la vidéo. Mais je répète que je n’ai cité Kissinger que pour lui « chiper » la définition des « dictateurs fous ». En France, lorsqu’on est de gauche et qu’on veut appuyer un argument de lutte contre l’immigration on dit : « ce n’est pas parce que Le Pen dit qu’il pleut et qu’il pleut, que je ne dois pas dire qu’il pleut ». Ce n’est pas parce que Kissinger donne une définition pertinente du « dictateur fou » qu’il faut se priver de la reprendre. J’espère que c’est maintenant claire dans votre esprit.


                  • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 6 avril 2013 21:13

                    Henri veuillez m’excuser



                    • filo... 6 avril 2013 23:37

                      Un article à l’envers de bon sens.
                      Et de venir avec se frotter sur AV relève du masochisme.

                      Avez vous réellement besoin de ça ?


                      • Pingouin094 Pingouin094 11 avril 2013 09:21

                        Un message très beau sur le plan théorique, totalement farfelu d’un point de vue réel.

                        Il convient tout d’abord de rappeler que la Corée du Nord possède l’arme nucléaire et donc la capacité de dissuasion qui va avec. Ni les USA ni la Corée du Sud ni personne ne prendront le risque d’une guerre avec la Corée du Nord dont la conséquence pourrait être l’explosion d’une bombe nucléaire sur une zone civile de Corée du Sud.

                        Au delà, rappelons que la Corée du Nord est protégée par deux puissantes dictatures, la Chine et la Russie. Deux dictatures qui savent que leur intérêt bien compris est de défendre leurs « frères » dictateurs qui risqueraient de se faire renverser, pour décourager toute velléité de leur imposer le même sort. On voit comment la Russie défend le régime Syrien, imaginez ce que feraient la Chine et la Russie si on venait à s’en prendre à la Corée du Nord. Ce qu’elles ont déjà fait d’ailleurs, la guerre de Corée a déjà eu lieu, faut-il le rappeler.

                        Notons également que la Corée du Sud, est elle-même loin d’être un pays parfaitement démocratique. La Corée du Sud a connu un régime dictatorial dans les années 60-70 (soutenu par les USA) et reste aujourd’hui un pays « fort » comme on dit. La présidente actuelle de la Corée du Sud n’est autre que la fille de l’ancien dictateur ...

                        Enfin, disons que les démocraties occidentales ont a plusieurs reprises tentées au XXIème siècle d’exporter la démocratie au bout du fusil. Le résultat est loin d’être un succès brillant : Afghanistan, Irak, Lybie ne parle pas vraiment en faveur de la solution militaire importée de l’extérieur pour qui se renseigne sur ce que deviennent ses pays une fois la « victoire » acquise.
                        Même un soutien purement financier à une opposition résolument pacifiste a parfois tendance à dériver. Il n’y a qu’à voir ce qu’est devenu l’Ukraine d’aujourd’hui pour s’en assurer.

                        Et rappelons que meme pétrie de bonnes intentions, les capacités militaires des pays occidentaux ne sont tout simplement pas suffisante pour imposer la démocratie dans le monde entier. Sachant qu’il a fallu 10 ans aux USA pour sortir d’Irak, qu’ils ne sont pas encore sortie d’Afghanistan, que la situation dans ces pays est toujours loin d’être satisfaisante, même si on en acceptait le principe, au rythme de 15 ans par dictature, dans combien de siècles seront nous débarassé de toutes les dictatures du monde ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès