Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Femmes : Le passé de l’homme !

Femmes : Le passé de l’homme !

Tout va pour le mieux dans le monde merveilleux des hommes sauf pour les femmes... !

Au siècle passé, on soulignait les mérites de la conquête progressive des droits pour la femme (enfin) presqu’équivalents à ceux des hommes.
Depuis le passage au XXIè siècle et la "découverte de la mondialisation" qui met en lumière un délitement des valeurs de l’Occident globalement contesté dans sa suprématie économico-politique, le mouvement connait un net ralentissement et même un recul dans l’équilibre fragile du respect des droits des femmes.
 
Place des femmes en temps de guerre.
___________________________________________
Afrique du Sud :
 
On ne parle pas de Cape Town (la ville du Cap, l’une des trois capitales du pays) mais de Rape Town, littéralement « la ville du viol ». Il faut dire que le viol se porte bien dans la Nation Arc-en-ciel. Selon un récent sondage, trois-quarts des hommes ont commencé à violer lorsqu’ils étaient adolescents, pour moitié ils ont déjà violé plusieurs fois et un sur vingt l’a fait il y a moins d’un an. (Novopress)
 
RDC :
 
Les femmes subissent des viols en réunion, souvent devant leur famille et leur communauté. Il existe de nombreux cas où des parents masculins sont forcés sous la menace d’une arme à feu de violer leur propre fille, leur mère ou leur soeur", a-t-elle expliqué, à l’issue de onze jours d’investigations au Congo-Kinshasa. "Les femmes sont fréquemment blessées par balles ou par arme blanche dans leurs organes génitaux, après avoir été violées. Des femmes ayant survécu à des mois d’esclavage m’ont dit que leur tortionnaires les avaient forcées à manger des excréments ou la chair humaine de proches tués", a-t-elle ajouté. Elle cite pour exemple une conversation avec une fillette de dix ans hospitalisée dans l’établissement, et qui avait été enlevée avec ses parents : "elle a dû être opérée d’urgence parce que ses tortionnaires lui avaient planté une branche dans les organes génitaux." (AuFéminin)
 
Ils ont tranché les cœurs et autres organes de leurs victimes et forcé les familles (des victimes) à les manger(...). Une fillette a été exécutée, dépecée et ensuite mangée ». C’est ce qu’a affirmé mercredi un porte-parole des Nations-Unies, lorsqu’il a communiqué les résultats d’une enquête menée sur les atrocités dans le nord-est de la République démocratique du Congo. « Ces groupes armés sont composés d’éléments incontrôlables » issus du Mouvement de libération du Congo (soutenu par l’Ouganda) et de deux factions de moindre ampleur, a ajouté Patricia Tome.

Des enquêteurs ont été envoyés dans la région, près de la frontière ougandaise, à la suite de combats qui selon des ONG, ont provoqué la fuite de 155.000 personnes depuis la mi-octobre. Ils se sont poursuivis en dépit de l’accord de paix conclu en décembre pour mettre un terme à la guerre civile en RD du Congo, qui, depuis 1998, a fait, autour de deux millions de morts. « La mission d’enquête a recueilli des témoignages qui parlent de pillages, de viols systématiques ainsi que d’exécutions sommaires et d’enlèvements », a expliqué Mme Tome. « Cela a été présenté à la population comme une campagne de vaccination, incluant le pillage de toutes les maisons et le viol de toutes les femmes » a continué Tome. (Aujourd’hui)
 
Témoignages de victimes :
 
Que ce soit les FDLR ou les Maï-Maï, c’est toujours pareil. Ils kidnappent toutes les femmes du village à partir de 13 ans.
Arrivés dans la forêt, on nous regarde et celles qui pèsent moins de 50 kilos sont exécutées. D’autres ont moins de chance. Ils leur tranchent les seins et les mangent, persuadés alors de bénéficier de pouvoirs magiques. J’ai vu ces femmes agoniser et on ne pouvait rien faire pour elles. C’était horrible…
Nous vivions nues. On devait assouvir les besoins sexuels de tous les soldats. J’ai été violée parfois plus de dix fois dans une même journée. Ils cherchent de l’or dans nos vagins.
Mais je m’estime chanceuse, j’ai vu des femmes enceintes qu’ils ont enterrées vivantes pour que la terre soit fertile. » (Rue89)
 
CAMEROUN :
 
C’est une pratique devenue courante au Cameroun. Les mères des jeunes Africaines mutilent les seins de leurs filles avec des pierres brûlantes et du charbon ardent. Le but ? Les protéger des hommes et plus particulièrement des violeurs. C’est ce qui en ressort d’un documentaire impressionnant.Cette pratique, aussi douloureuse que barbare, touche une fille sur quatre au Cameroun. Mais pour les mères de toutes ces victimes, qui jouent un rôle capital dans la plupart des cas, cette souffrance est devenue une obligation.Elles ont à peine 9 ans Selon un documentaire vidéo, les femmes espèrent protéger leurs filles.
 
En mutilant leurs seins, elles pensent les rendre moins attractives aux yeux des hommes. Et donc de les protéger également des violeurs et des pratiques sexuelles en tous genres. (7/7)
 
GUINEE
 
Témoignages :

Une femme de ménage de 26 ans ayant subi un viol collectif perpétré par trois membres de la Garde présidentielle dans le stade a raconté en sanglotant comment une femme a été violée puis tuée d’une balle dans le ventre : Ils ont déchiré mon pantalon avec un couteau et trois m’ont violée, l’un après l’autre. Ils ont pointé leurs armes sur moi, en disant qu’ils allaient me tuer, et ils m’ont frappée avec leurs fusils. Après avoir fini, ils m’ont frappée dans mon sexe. Au même moment, j’ai vu une petite fille à environ cinq mètres de l’endroit où j’ai été violée. Après avoir fini avec elle, l’un d’eux lui a tiré dans le ventre là où elle était couchée. Ils lui ont tiré dessus avec un de leurs fusils. (AllAfrica).

En résumé:__ 

Des nombreux cas précédents, on notera que, malgré le "Politiquement correct" associé à la repentance occidentale généralisée, les peuples décolonisés depuis des décennies ont su, malheureusement, régresser assez vite en renouant avec des pratiques, croyances locales et rites barbares complaisamment autorisées par des potentats locaux qui y voient un moyen de contrôle facile sur des populations en souffrance.

De manière objective, moins polémique et plus générale, les viols et diverses exactions commises à l’encontre des femmes ne sont, hélas, pas confinés en un seul temps et lieu mais qu’au contraire ceux-ci sont l’apanage de toutes les guerres sur tous les continents et que très certainement, les récits de toutes les femmes qui en sont les victimes rivalisent de barbaries et d’horreurs.

 
Place de certaines femmes...en temps de paix.
____________________________________________________
Le repassage des seins est une forme de protection imaginée et validée sur des décennies par certaines mamans pour protéger leurs filles du regard “malsain” de certains hommes. Une sorte de contraception pour éviter parait-il des grossesses non souhaitées, une protection pour freiner leur puberté.
Que dire des familles qui suppriment les bébés filles parce que leur futur mariage entraînerait des dépenses de dot qu’ils estiment ne pouvoir assumer.
 
Au vu de ce qui précède, il faudrait presque se rassurer en considérant comme anecdotiques voire futiles les coutumes archaïques actuellement imposées aux femmes y compris à celles qui vivent dans les sociétés occidentales dites "démocratiques et laïques" ? (burqua, voiles, séparation hommes-femmes, sorties surveillées ou interdites) quoiqu’il serait intéressant de se poser la question de savoir en vertu de quel droit supérieur, hormis le prosélytisme et l’affichage d’une infériorité des femmes vis à vis des hommes qui, en référence aux écrits religieux (Coran) datant du 7è ! siècle, conseillent fortement ou obligent les femmes à porter publiquement un signe distinctif et propre à une foi censée être personnelle et réservée à la sphère soit privée, soit en des lieux de culte consacrés. (Autre article : Religions : Opium du peuple...) http://infotox.skynetblogs.be/archive/2008/06/04/religion...
 
Comparaison n’est pas raison, cette ostentation peut rappeler à certains (juifs) des temps où cette différence visible n’était pas franchement considérée comme signes d’émancipation et recherche d’une multiculturalité apaisée...ainsi que de manière plus philosophique, tout groupe ou personne qui, au nom d’une doctrine, propagande se voit soumis à des codes particuliers qui lui fait perdre son indépendance de choix personnel devient inexistant d’autant plus si ces codes le différencie nettement de l’ensemble de la société dans laquelle il est censé s’épanouir en harmonie et non en opposition.
 
Sauf que l’insidieuse discrimination à l’instruction, la soumission à des règles vestimentaires et de comportements que l’on pourrait qualifier d’apartheid sexuel a de beaux jours devant lui grâce à l’appui d’une foi religieuse sexiste la plus souvent mise en évidence par la religion musulmane mais aussi, ne le sous-estimons pas, prônées par les églises évangéliques appuyées politiquement par le Tea party aux USA.
 
D’autant que les sociétés occidentales en totale perte de valeurs et d’influence renoncent à la défense de leurs valeurs, au demeurant aussi valables que celles défendues par d’autres formes de société, et accompagnent cette montée en puissance de préceptes religieux importés supérieurs aux lois dites démocratiques sous le prétexte hypocrite et fallacieux de tolérance, d’intégration et du seul mot autorisé actuellement : multiculturalité ! qui voit notamment dans l’enseignement en pointe dans la diversité culturelle devenir rapidement des centres monocultes au sein desquels les enseignantes non voilées se font régulièrement insultées, bousculées sans parler des coups et agressions à l’arme blanche en cas de remarques pédagogiques jugées offensantes pour un élève qui ne supporte pas l’autorité de la femme, ce que le pouvoir organisateur tente de camoufler préférant soit confier ces postes à des femmes plus en accord vestimentaire avec cette "nouvelle" majorité des élèves, soit ne plus engager que des hommes quand ce ne sont pas les cours qui se voient tout bonnement réadaptés aux exigences culturelles et cultuelles.
 
Autant l’ingérence peut apparaître à beaucoup et à raison comme n’étant qu’une facette "noble" d’un post-colonialisme en ce que le message qui veut que certains croient leurs valeurs si supérieures à celles des autres qu’ils s’arrogent le droit de l’imposer fût-ce par la force, autant l’abandon de ces mêmes valeurs au sein de ces sociétés occidentales fait la preuve d’irresponsabilité historico-politique et, contrairement à ce que d’aucuns prétendent espérer, ne fera que plonger encore plus rapidement ces sociétés dans un gigantesque chaos mondialisé dominé par l’intransigeante violence du plus fort.
 
Néanmoins, relevons comme quelque peu paradoxal l’argument de la prétendue défense de l’égalité entre hommes et femmes lorsque l’on voit qu’aucun "croyant" de quelque religion aussi stricte soit-elle ne se prive de la prostitution féminine pourtant rarement voilée...ni de sites pornographiques ou de trouver, sur les sites de socialisation, les noms de différentes origines repris sur les listes d’amis de filles aux photos dénudées sans oublier le recours aux seins nus en "soutien" ! de n’importe quelle cause médicale, publicitaire ou pour finir, l’inégalité persistante en matière de salaires ou l’abandon de carrière à l’arrivée d’enfants pour celles que leurs compagnons appellent affectueusement leur "moitié" plutôt que leur égale qui confirme que, pour la plupart, le droit des hommes est supérieur aux droits des femmes restreints aux "plaisirs" du compagnon, du ménage et de la garde des enfants !
 
A cela vient s’ajouter la violence domestique qui comme son nom l’indique vise celle qui se commet à domicile au sein d’une famille et/ou d’un "couple" et qui est en augmentation sensible d’autant que souvent celle-ci est couverte par l’approbation coupable et complice de la famille et/ou de l’entourage allant jusqu’au meurtre de la femme qui aurait eu le malheur de vouloir se soustraire à cet enfer en tentant la séparation considérée comme insupportable par l’homme qui avec l’assentiment de la justice considérera qu’il s’agit d’un irrépressible coup de folie conduisant à un banal crime passionnel !. (Article INFOTOX : Femmes : Je vous aime, un peu, beaucoup... : http://infotox.skynetblogs.be/archive/2010/03/08/femmes-j...).
 
A ce propos, le paroxysme de la négation de la femme semble être atteint avec l’importation d’une autre pratique répandue hors Occident de mariages forcés dans lesquels la fille parfois âgée d’à peine 3 ans ! (Inde, Népal) est simplement promise (vendue) à un homme que la plupart du temps elle ne connait que la nuit de noces, ce qui n’est rien d’autre qu’un viol dont les parents si aimants ! sont les instigateurs allant jusqu’à égorger leur fille sous couvert de crime d’honneur (notions d’honneur ? sujettes à la religion) lorsque celle-ci a le malheur de fréquenter un homme de la "mauvaise" religion !
 
Parmi les nombreux renoncements aux quelques valeurs restantes des sociétés occidentales et dans la course effrénée à la satisfaction des minorités visibles et revendicatrices, la polygamie et autres formes de vie en communautés en opposition à la quête de la monogamie serait, comme le souligne Jacques Attali (Amours) la prochaine étape vue par cet ex conseiller de F. Mitterrand, espérons-le meilleur économiste que philosophe, comme une évolution positive d’épanouissement alors que dans les faits, et à l’exemple des sociétés surtout africaines qui le vivent, rares voire inexistantes sont les femmes qui se retrouvent à la tête d’un "harem masculin" ! confirmant en cela énième forme de prédominance de l’homme.
 
De même peut-on se demander si la lutte contre la pédophilie aurait autant d’acuité si l’écrasante majorité des victimes n’étaient pas des garçons mais plutôt des filles.
 
Cela parait exagéré comme propos sauf qu’il est factuel qu’une fille déposant plainte pour viol, ne fut-ce que 5 ans après les faits, a de fortes (mal) chances de voir son action déboutée pour manques de preuves alors qu’un homme qui entame une action identique 40 ! ans après les faits (avec prime de culpabilité automatique envers les curés...) se voit dédommagé et soulagé de voir ce bourreau emprisonné.
 
Par parenthèse, il faut vraiment être croyant et/ou crédule pour avaler la couleuvre selon laquelle si l’on en croit les révélations actuelles, surtout dominées par la crainte de heurts et protestations violentes émanant d’autres communautés nettement moins passives, seule la religion catholique engendrerait des pervers sexuels.
 
Regrettable de constater que le XXIè siècle ne sera probablement pas le siècle qui verra la raison laïque l’emporter sur ces croyances, sectes et religions figées dans le siècle qui les a vus naître qui ne transmettent que messages de clivages et de soumissions respectifs dont la formulation simpliste vise à l’endoctrinement (enrôlement) des masses trop souvent peu instruites et qui se satisfont des avantages que leur procurent les pays accueillants d’autant que ceux-ci, constat d’échec de l’intégration multicultuelle oblige, aménagent lois et règlements de vie en commun non plus au nom de la société globale mais bien en fonction des particularismes des différentes communautés qui la composent et malheureusement pour les femmes, cela devrait se solder dans la plupart des cas par une régression de leurs droits. 
 
Lien article INFOTOX : http://infotox.skynetblogs.be/archive/2010/11/09/afrique.html 
 
Article écrit par Pol et Mick.

Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • dupont dupont 17 novembre 2010 13:00

    Femmes, je vous aime... Bleues, saignantes ou à point ?


    • dupont dupont 17 novembre 2010 16:57

      A tous les moinsseurs, ce n’est pas du cynisme mais du désespoir. Je ferai attention la prochaine fois.


    • Krokodilo Krokodilo 17 novembre 2010 13:02

      Ca fait froid dans le dos, mais c’est toujours utile de rappeler ce qui se passe quand le vernis de civilisation craque ou que le code moral de la société, quel qu’il soit, n’a pas été inculqué aux enfants soldats devenus grands.
      Il est également utile de se rapeler que les valeurs ocidentales sont elles aussi fragiles : on estime que 100 à 300.000 viols ont été commis par l’armée russe sur les femmes et jeunes filles de Berlin en 45, certes ivres de rage après les atrocités nazies en URSS, mais comme d’habitude ce sont les civils qui paient le prix le plus lourd des guerres. 10.000 femes suicidées à Berlin. Et l’armée américaine aussi a commis des viols durant cette même guerre.


      • titi 17 novembre 2010 13:22

        Et l’armée d’Afrique (France Libre) en a également commis en Italie...


      • ARMINIUS ARMINIUS 17 novembre 2010 17:05

        Et pourtant l’excellent livre « une femme à Berlin » rapporte : « il vaut mieux un ivan sur le ventre qu’un amerloque au dessus de la tête » d’autant que l’héroïne de cette histoire vraie, comme toutes les berlinoises de l’époque ne peut compter que sur la générosité de la soldatesque russe pour ne pas crever de faim, elles et leurs familles !


      • Krokodilo Krokodilo 18 novembre 2010 11:25

        A qui répondez-vous ? Votre commentaire est confus, ai-je dit que les nazis ont apporté du chocolat et des bondons en URSS ?


      • juluch 17 novembre 2010 13:21

        Et ben !!!


        pauvres femmes !! Toujours victimes de pratiques barbares !!

        Valait mieux le temps des colonies.

        • kemilein 17 novembre 2010 13:31

          elle est horrible cette image, on a l’impression qu’ils vont l’amputer comme ça directe

          on sent une sorte de sadisme...

          ça fait froid dans le dos.


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 novembre 2010 13:44

          l’ humanité  ?


          • kemilein 17 novembre 2010 13:59

            y’a rien de plus inhumain qu’un humain.. rien n’est inhumain, tout est animal. (et les deux se confondent -encore une fois, a moins qu’un Homme soit un végétal ou un minéral, c’est un animal)


          • Dominique Giraudet Dominique Giraudet 17 novembre 2010 16:05

            Vous dites : « y’a rien de plus inhumain qu’un humain.. rien n’est inhumain, tout est animal. (et les deux se confondent -encore une fois, a moins qu’un Homme soit un végétal ou un minéral, c’est un animal) »

             Je dirai plutôt que l ’homme malgré son statut d’espèce animale , de type « mammifère » doté d’ un cortex censé faire de lui un animal évolué , cet être ne prouve pas de par son vécu historique et actuel,quotidien qu ’il est réellement un animal évolué . Notons que le fameux test de Milgram a fonctionné avec les êtres humains mais pas avec les animaux qui ont « refusé de jouer le jeu » et donc de faire souffrir leurs semblables . De fait je serai tenté de dire que je ne sais pas ce qu’est l ’homme mais que je sais par contre une chose : c’est qu’il n’est pas encore « humain » . 


          • kemilein 17 novembre 2010 23:07

            tout a fait d’accord, c’est un raccourci que j’emploie.

            c’est un Animal évolué, ou prétendument tel, il a donné naissance à la culture, a une forme de technologie plus avancée.
            ceci dit, sa (ses) relation(s) avec ses congénères reste primaire, bestiale, indigne de ses capacités.


          • Tiberius Tiberius 17 novembre 2010 14:05

            Eh oui la sauvagerie se porte bien. Elle s’exporte, immigre et s’étend lentement à toute la planète. Bientôt les sauvages violeront, tueront et mangeront des femmes en réunion jusqu’en France, et les bonnes âmes vous diront que le viol et les maltraitances ont toujours existé en Occident...


            • Abderraouf 17 novembre 2010 15:54

              Comme vous dites,

              En France, une femme est violée toutes les deux heures, mais ça n’a rien à voir avec le viol d’importation que vous promettent les sauvages. En effet, votre viol à vous est certifié NF en sus d’un label de qualité aux exigences drastiques le fameux certificat CE, rien à voir je vous dis...

              Et puis en France, une femme tombe tous les trois jours sous les coups de son compagnon, cela dit jamais un assassin français ne s’abaisserait jusqu’à manger sa victime quelle horreur, c’est tout juste digne des sauvages ça. Non, chez vous, il faut reconnaître que les assassins ont une certaine classe…
              http://www.madinin-art.net/socio_cul/1_femme_meurt_tls_3jours.html

              Enfin, à propos des sauvages qui voudraient exporter chez vous leur us barbares, soyez rassuré, en lieu d’importation, je parlerais plutôt d’échanges commerciaux en bonne intelligence avec (cocorico), une balance commerciale nettement en faveur du royaume des gaules :
              http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/1931399001004/les-viols-pendant-la-guerre-d-algerie.fr.html

              Un sauvage aussi... qui vous en emm... quiquine


            • Tiberius Tiberius 17 novembre 2010 17:07

              @ Abderraouf

              Eh bien trêve d’hypocrisie et parlons donc de ces femmes violées en France ! 

              Nous savons pertinemment que la plupart d’entre elles sont issues de l’immigration et vivent dans des banlieues elles-mêmes à très forte population immigrée. A quelques rares faits divers près, ce ne sont pas les femmes occidentales vivant en province dans leur joli petit pavillon qui sont les cibles principales des viols en réunion, mais celles qui vivent là où s’entassent tous les migrants. Alors OUI, une bonne partie de cette planète est encore sauvage et OUI nous faisons entrer sciemment cette sauvagerie chez nous pour l’unique et égoïste satisfaction d’entreprises avides de main d’œuvre bon marché, mais dans l’impossibilité de délocaliser leur production. 


            • dupont dupont 17 novembre 2010 17:19

              M’sieur Abderraouf,
              Faut pas vous mettre en colère comme ça. Et aller chercher des exactions commises il y a 50 ans pour faire contrepoids , c’est tiré par les cheveux, d’autant plus que de l’autre côté il y aurait aussi des choses à dire . Là on est en face de la sauvagerie la plus insoutenable et pratiquée à grande échelle (sauf si vous arrivez à prouver que ces faits sont faux). Ce n’est pas en lançant un concours des horreurs au cours des siècles que vous arriverez à minimiser ou justifier ces crimes. La question est comment peut-on en arriver là et que peut-on faire pour éradiquer ce mal.
              La solidarité continentale, c’est bien, jusqu’à un certain point et là, il est dépassé.


            • Abderraouf 17 novembre 2010 17:40

              Et les agresseurs ? 
              Personnes mises en cause
              (statistiques Ministère de l’Intérieur 1997)
              Hommes : 96,3 %
              Femmes : 3,7 %
              Les condamnations pour viol et autres agressions sexuelles en 1996 comptaient 14,1 % de mineurs et 5,5 % de plus de 60 ans (Ministère de la Justice).

              Personnes condamnées
              (statistiques Ministère de la Justice 1996)
              Hommes : 99 %
              Femmes : 1 % Les études montrent que la plupart des agressions sont préméditées, une réalité qui vient invalider le fait que le viol correspondrait à une « pulsion irrépressible et incontrôlable ».
               91 % des personnes condamnées sont de nationalité française

               16,8 % appartiennent à des professions médicales et paramédicales
                13,1 % exercent les métiers de l’enseignement, de l’animation ou de la petite enfance
               14,8 % ont des responsabilités d’encadrement (PDG, ingénieur, énarque, gérant de bar, entrepreneur, chef de service, ...)
                12,7 % exercent les métiers de la loi et de l’ordre (policier, militaire, gendarme, attaché parlementaire, etc.)
              ... soit 57,4 % des personnes condamnées.

              Le violeur n’est très majoritairement ni étranger, ni célibataire (vivant seul), ni asocial, ni impulsif. Dans la plupart des cas, il est parfaitement intégré à la société, marié (ou vivant maritalement) avec des enfants.
              Le statut socio-économique n’est pas du tout un facteur déterminant.
              http://www.sosfemmes.com/violences/viol_chiffres.htm

              Tiberius... heu… non non rien.

              M’sieur Dupont,

              En colère ? Du tout.

              Lancer un concours des horreurs ? Non, je réponds juste à Tiberius qui craint une importation nuisible de nuisibles… en essayant de lui expliquer que ce n’est pas la police aux frontières qui éradiquera les violences faites aux femmes en occident.

              Prouver que ces « faits » sont faux. Ça me rappelle le « c’est bien vrai ce mensonge là », comment voudriez-vous que je prouve que des « faits » seraient faux ?
              Et de deux, parlons en des « faits » voulez-vous ?

              Dans l’article il est question d’un sondage en Afrique du Sud avec des résultats, qu’en pensez-vous ? A mon humble avis puisqu’il est question d’un sondage et que les résultats sont ceux-là, les questions ne pouvaient être que :
              1.  Etes-vous protégé pendant le viol ?
              2.  Violez-vous le samedi Soir ou seulement le Dimanche matin ?  
              3.  Décrivant vos réalisations personnelles, diriez-vous plutôt que vous avez violé 1 femelle, 2 ou plus de 3 ?

              Vous n’avez pas à me croire sur parole, relisez juste l’article et ce qu’il rapporte je cite « selon un sondage », puis vous m’expliquerez si vous voulez-bien ce que vous entendez par « faits » dont je devrais prouver qu’ils sont faux ?


            • Tiberius Tiberius 17 novembre 2010 18:20

              Les statistiques auxquelles vous vous référez, sont celles pour lesquelles une plainte a été déposée soit à peine un sixième des viols estimés.

              On estime que près de 6 femmes sont violées en France toutes les heures et 85% de ces viols sont commis sur des femmes qui ne déposeront pas plainte de sorte que leurs violeurs ne seront pas recensés dans les statistiques « officielles ». Or nous savons pertinemment que cette grande majorité de femmes violées et silencieuses sont issues principalement des banlieues à forte population immigrée et sont évidemment souvent elles-mêmes d’origine immigrée.

              De surcroît, il suffit de naître en France pour avoir la nationalité mais il ne suffit pas d’acquérir cette nationalité pour acquérir la culture occidentale. Savoir que le violeur est français ne nous indique donc pas grand chose. L’augmentation de la violence faite aux femmes avec l’immigration en dit peut-être bien plus long sur le fond de ce phénomène.


            • dupont dupont 17 novembre 2010 18:22

              M’sieur Abderraouf,

              Des faits faux ce sont des mensonges ou des manipulations. D’ailleurs dans ce domaine vous vous y entendez, vous n’auriez pas dû faire celui qui ne comprend pas. Si le sondage d’Afrique du Sud vous amène à douter, vous avez d’autres éléments par la suite en RdC, au Cameroun qui amènent à réfléchir et à condamner tout de go même si on ne sait pas ce qui motive ces horreurs et même si par ailleurs d’autres plus affreuses encore ont été commises. Quant à votre lien sur les viols en France, vous l’interprétez comme bon vous semble, ce n’est pas très honnête non plus. Le commentaire est issu de stats tirées des appels téléphoniques adressés à un collectif contre le viol en 98 et n’est en rien exhaustif.
              En début d’article nous avons d’autres chiffres pour 2005, je vous invite à les relire.


            • Abderraouf 17 novembre 2010 19:24

              Ah Tiberius, Tiberius je vous livre des statistiques officielles de vos deux ministères concernés et vous persistez avec vos « On estime » et autres « On sait pertinemment », vous n’êtes visiblement pas un matheux vous, ce n’est pas un reproche je m’explique :
              85% de 6 c’est 5.1 femmes violées par heure qui selon vous ne déposeraient pas plainte, soit : 44 676 par an. 

              Et comme vous parlez de grande majorité, allez rien que pour vous je ne prendrai pas 90%, grande majorité se limitera à 75% deal ?

              Attendez que je reprenne la calculette. Ça nous fait donc 33507 mammas en boubous ou foulards, beurettes et jeunes franco-africaines qui seraient chaque année violées sans déposer plainte.

              Soyons fous, je vous l’accorde. Oui sauf que la moitié n’étant pas mariée, il va bien falloir que 16753.5 (j’y tiens au .5), opérations de reconstitution de l’Hymen et autant soit 16753.5 d’avortements clandestins (s’il vous plait souvenez-vous motus), en France…

              Est-il vraiment besoin de continuer cet échange smiley

              M’sieur Dupont,

              Pour le coup je crois que c’est vous qui vous énervez…

              Vous ne m’en voudrez pas si je passe sur votre définition des « faits » faux qui seraient des mensonges ou des manipulations, il s’agit là de contorsions qui ne méritent pas qu’on s’y attarde davantage. Vous avez écrit trop vite, ça arrive à tout le monde.
              Je vous cite : « Appels téléphoniques adressés à un collectif contre le viol ? » L’extrait que je donne, vient de statistiques ministérielles, il faut (hélas), lire avant de réagir, faute de quoi on risque effectivement de dire n’importe quoi.

              Mais revenons à ce qui semble vous tenir à cœur, je ne doute pas du tout que ces atrocités aient lieu au quotidien en Afrique, je souligne simplement qu’un peu de rigueur dans les sources ne nuit pas. Alors maintenant que j’ai « avoué » ne pas douter de l’existence de ce genre de pratiques que voudriez-vous que j’en déduise ? Qu’il y a bien sauvagerie ? En effet oui, Qu’elle est inadmissible ? Sans hésitation aucune. Qu’il faut que les hommes soient protégés dans leurs droits à commencer par les plus vulnérables d’entre eux ? Plutôt dix fois qu’une.

              Et alors…

              Cet « aveu », pourrait-il faire avancer le chmilblick ou encore arriver à faire autre chose qu’une belle jambe aux victimes (sans jeu de mots cynique) ? J’en doute.

              Et puis en vertu de quelle logique, est-ce que ce genre de violence dans le tiers monde, pourrait vous dédouaner de votre responsabilité collective à vous, dans les violences subies aux femmes chez vous, devant votre propre palier ?

              Ça vous rassure que ça existe AUSSI ailleurs en plus trash ? Evidemment que non, vous vous en moquez royalement, comme du sort de toutes victimes, que vous placez du reste implicitement dans un même sac dont tout ce que vous savez c’est qu’il n’a rien à faire chez vous. En fait, vous avez parfaitement le droit d’avoir cette opinion là, ça n’est pas du tout le sujet, mais par contre ne prenez pas les autres pour des cons, lorsque vous prétendez démontrer des corrélations qui n’existent que dans votre esprit. J’ai un scoop pour vous, la malhonnêteté … ce serait plutôt ça.

              Plus grand chose à vous dire, Salam.


            • Waldgänger 17 novembre 2010 19:31

              @ Abderraouf,

              Bon courage smiley

            • Tiberius Tiberius 17 novembre 2010 19:53

              48.000 femmes violées en France selon les estimations dont 8.000 seulement recensées par les statistiques officielles soit à peine plus de 15% (16,66666666666667% puisque la précision du chiffre semble avoir pour vous une grande importance...)

              Je me base sur ces estimations car les statistiques officielles ne reflètent pas la qualité de vie des femmes dans mon pays, qualité de vie qui, dans les faits, après s’être longtemps améliorée, se dégrade aujourd’hui de façon flagrante et rapide et ceci pour les raisons que je vous ai indiquées.


            • Tiberius Tiberius 17 novembre 2010 20:04

              Du reste,« à ce que j’ai cru comprendre », les femmes qui se font violer sont rarement celles qui portent la burqua ou autres vêtement bien engonçant conforme à la tradition islamique... Et l’hymen des femmes violées importe peu aux barbares qui voient en elles des putes parce qu’elles sont habillées en occidentales.


            • dupont dupont 18 novembre 2010 10:34

              Monsieur Abderraouf,
              Non, non, ne s’énerve pas M’sieur Dupont. Il relève simplement votre mauvaise foi et vos circonvolutions qui vont de pair. Par contre vous, vous énervez, votre couplet final en est la démonstration et le vernis de suffisance, que vous vous attachiez à afficher jusqu’à présent, craque.

              Quant à ce que je pense ou ressens face à l’horreur pas besoin d’interprète comme vous qui de plus traduit mal. Encore une fois, on n’était pas dans un concours d’horreurs mais face à des faits (regardez s’il n’y a pas là de quoi ergoter à nouveau) monstrueux. Je n’ai nulle envie de les hiérarchiser par rapport à ceux qui se dérouleraient sur mon palier. Je pense simplement qu’ils représentent l’horreur  à grande échelle. Malhonnête moi, peut-être un peu effectivement, je ne voudrais pas que ces « façons de faire » soient effectives ou importées dans mon pays, par quiconque, d’où qu’il vienne. De même je ne souhaite pas que des Landru, des Petiot, des Fourniret soient exportés vers d’autres pays afin d’établir un équilibre de la sauvagerie entre les peuples.

              Quant à l’article (stats), j’insiste : relisez-le, vous l’avez interprété comme vous souhaitiez qu’il soit. Votre acharnement à vouloir prouver que certains sont autant voire plus affreux que d’autres  dénote un je ne sais quoi… Monsieur Abderraouf, l’Occident n’est pas parfait, loin de là.Est-il pire ? Il me semble que vous aimeriez bien le prouver.

              Salam Bonne journée.


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 17 novembre 2010 14:37

              Il y a quelque chose qui me gêne dans cet article, c’est la méthode de juxtaposer le récit de crimes de guerre avec le pb de l’égalité homme-femme. Méthode qui tend à faire l’amalgame entre des différences sociales et les pires crimes de guerre.

              Ça donne l’impression de mettre tous ces pbs sur le même plan comme si ces pbs étaient tous d’ordre sexiste et que tous les hommes étaient des criminels en puissance même sans le savoir et que finalement ils étaient tous coupables.

               Les crimes de guerre ont toujours existé et si les femmes sont les premières victimes c’est parce que les soldats sont des hommes. Et, il ne faut pas croire que si les soldats étaient des femmes ce serait mieux.

              On a eu l’exemple de cette militaire qui montre bien que ce genre de situation amène aux mêmes dérives :

              http://www.20minutes.fr/article/588473/monde-une-jeune-militaire-israelienne-se-prend-en-photo-avec-des-prisonniers-palestiniens

              Ne pas oublier que dans ce genre de phénomène l’effet psychologique de groupe est très important. Qu’il s’agisse d’un groupe d’hommes ou de femmes en position de force ils et elles sont capables du même genre d’exaction. La mixité évite ce genre de pb.

              De manière plus générale je trouve cette manière de vouloir construire la femme contre l’homme et de les diviser assez détestable. La guerre des sexes est une impasse qui nous mènera tous dans un mur, les hommes comme les femmes.

              J’ajouterais que vouloir culpabiliser les hommes d’ici avec des faits lointains dans le temps comme dans l’espace est improductif en plus d’être injuste. Prenez-vous en aux vrais coupables et défendez les victimes de là-bas.

               


              • _Ulysse_ _Ulysse_ 17 novembre 2010 14:47

                Au vu des deux derniers liens, la mixité de permet pas d’éviter ce genre de pb.


              • La sentinelle La sentinelle 17 novembre 2010 18:58

                Bonjour

                Désolé de vous contredire sur ce point, mais la mixité ou la présence de la femme dans une armée ou dans un peuple ne change pas grand chose aux atrocités commises.

                Dans certaines tribus d’amérique du sud, les victimes étaient laissé aux femmes et enduraient les pires supplices, également en Indochine/Vietnam et en Algérie ou certains témoignages sont édifiants à ce sujet. Cela est également arrivé en France, notamment dans l’épouvantable massacre des gardes Suisses pendant la révolution et pendant la libération.

                L’ armée rouge qui a perpétré des massacres en Allemagne, mais aussi en Ukraine et en Pologne était mixte et cela n’a visiblement pas changé grand chose.En Irak, l’armée Américaine était mixte et ça n’a pas empéché des femmes d’apparaitre en « bonne position » sur des photos connues de tous.

                Ne faites pas une opposition hommes méchants/ femmes gentilles ; ce serait faux. Il n’y a qu’a se rappeler des faits divers récents ou de très jeunes femmes ont commis des actes de barbaries particulièrement violents.

                Si effectivement le viol est l’apanage de hommes, les hommes tombés entre les mains de ces femmes ne violeront plus jamais.

                A+


              • La sentinelle La sentinelle 17 novembre 2010 19:01

                Bobjour

                Désolé Ulysse, je n’ai pas posté au bon endroit.... Je suis donc d’accord avec vous, hélas.

                A+


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 novembre 2010 14:39

                Bonjour,

                Le plus de l’humain est sa capacité à se renier jusqu’à l’inhumain, car être ou ne pas être humain, la question de conscience en est bien à ce stade posée. Mais la raison de cette dérive malsaine généralisée est la parabole télévisée qui diffuse le cancer consumériste et avive l’image sexuelle de la femme qui s’exhibe à toute heure. Ceci nous remet à l’esprit le rôle du voile de pudeur dans la religion musulmane et la guerre qui est perpétrée contre elle, par le sionisme juif... 

                Votre article est insoutenable et témoigne du fait indéniable que seule une extinction de masse pourra mettre un terme à ces affreuses histoires quotidiennes. Une seule image de mutilation comme celle que vous éditez est déjà une agression pour les sens. Franchement, si j’étais Dieu, je ferais tout péter, tout de suite. Point terminé !


                • Antoine Diederick 17 novembre 2010 16:56

                  ouf et heureusement vous n’êtes pas Dieu , Elizabeth Sion smiley


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 novembre 2010 23:16

                  Antoine, par bonheur, je ne suis pas Dieu, mais si j’étais lui, je tendrais ce piège bien malin pour réveiller les conscience des humains. Après une vie d’homme violeur, longue vie de mutilateur physique et moral, et après la mort, Dieu lui offrira une jolie réincarnation....en femme... ! Avec évidemment le cursus équivalent à subir...Bonne chance à tous !


                • kemilein 17 novembre 2010 23:28

                  « qui diffuse le cancer consumériste et avive l’image sexuelle de la femme qui s’exhibe à toute heure »

                  l’ « exhibition » la nudité la sexualité le désir, ne sont pas pour moi le problème.
                  quand bien même les actes se passeraient dans la rue à la vue de tous (comme tous les animaux de la terre), le problème c’est le regard-jugement culturel (pire encore cultuel) qu’on porte dessus

                  une femme (homme aussi) qui se met en valeur, voir qui aime être nue, voir n’est pas gênée d’être regarder pendant un acte sensuel-érotique-sexuel, culturellement ça choque... c’est idiot et culturellement débile.

                  si nous étions une société intelligente le coït même ne serait pas tabou, ni même censuré.
                  c’est une chose naturelle, vous me parlerez évidement d’intimité, toute relative, principalement culturelle et hérité d’un monde cultualisé... on a pu voir dans nombre de tribu africaine amazonienne mongole (les nomades) que les relations sexuelles étaient pratiquées à la vue de tous, parfois même à coté de tous.


                • Redj Redj 17 novembre 2010 15:13

                  On aimerait que notre « bouddhiste laïque docteur es violence aux femmes » s’insurge et condamne sans appel ces atrocités. Malheureusement cet article ne vise pas les musulmans...


                  • easy easy 17 novembre 2010 15:19

                    «  »«  »«  »" Au siècle passé, on soulignait les mérites de la conquête progressive des droits pour la femme (enfin) presqu’équivalents à ceux des hommes.

                    Depuis le passage au XXIè siècle et la « découverte de la mondialisation » qui met en lumière un délitement des valeurs de l’Occident globalement contesté dans sa suprématie économico-politique, le mouvement connait un net ralentissement et même un recul dans l’équilibre fragile du respect des droits des femmes. «  »«  »«  »

                    L’auteur ne prouve pas le lien de cause à effet mais je crois que ça peut jouer son rôle. Pas forcément au moment même du viol (le violeur massacreur ne pense probablement pas à la déroute de l’Occident quand il opère) mais ensuite, quand il s’agirait de s’en expliquer devant un tribunal alors oui, la ruine de l’Occident donc de ses valeurs, peuvent être invoquées « Vous êtes mal placés pour donner des leçons »


                    Concernant le fond de ce problème, qui est celui de la violence physique donc de la force brute dans laquelle l’homme l’emporte forcément sur la femme, je trouve que ces dernières manquent de réactivité.
                    Les femmes seraient des hommes, elles s’organiseraient mieux ; Je ne dis pas que ça les sauverait complètement mais au moins verrait-on une ligne de défense.

                    La réactivité, l’organisation en défense serait-elle alors génétique et liée au sexe ?
                    Pourquoi pas. Si ça se trouve, l’agressivité étant liée au sexe masculin, la réactivité, la stratégie de défense serait son pendant et serait alors également liée au sexe masculin.


                    Je cherche dans l’Histoire des exemples où des femmes se seraient organisées en défense active mais je n’en vois pas. Face au rouleau compresseur, elles n’ont que le réflexe ultime de se suicider.

                    Au cas par cas, on voit des femmes développer de la défense active et aussi de l’agressivité. Mais s’organiser à plusieurs en défense ou en agressivité, c’est rare de leur part (on ne voit ça que dans quelques cas qui font la manchette des journaux : « 3 filles séquestrent et torturent une personne »)


                    Autant les hommes ont de tous temps organisé les chasses, les défenses actives et passives, autant ils ont élaboré des discours justifiant leurs actes agressifs ou défensifs collectifs, autant les femmes n’y ont quasiment jamais participé.
                    Je ne vois aucune femme à l’origine d’un château fort, d’une frontière, d’un char d’assault, d’une épée, d’une constitution, d’une philosophie, d’une éthique, d’une morale, d’un projet de société. Non pas qu’il n’y en ait jamais eu qui se soient lancées dans ces aventures mais c’est surtout que ces quelques aventurières auront agi seules et que leur mouvement se sera dilué dans le machisme général.

                    Le seul mouvement important car collectif de la part des femmes est celui récent du féminisme. Mais il est né en Occident et en parallèle au discours anti esclavagiste. Il aurait donc pris le train du respect du plus faible qui était déjà en marche.
                    On pourrait me disputer la question de l’antériorité en posant qu’Olympe de Gouges avait déjà fait très fort bien avant Schoelcher mais je poserais alors Montaigne ou la Boétie, on m’opposerait alors Ipathie et on n’en finirait pas.


                    Quoi qu’il en soit, initiatrices ou suiveuses d’idées plus respectueuses du plus faible, les féministes du XIXème ont su s’organiser. Pourquoi aujourd’hui, des femmes, infiniment plus torturées qu’elles ne s’organisent-elles pas à l’instar de leurs aînées du XIXème ?

                    Ou quelle serait le concept nouveau susceptible d’avoir un impact ? 

                    En Chine, sans rien dire ni faire de spécial, des femmes peuvent devenir très très riches en devenant business woman. Pour autant que leur fortune les protège des coups, ça semble indiquer qu’elles peuvent s’en sortir en faisant de grosses affaires, comme les hommes. Mais comme il est impossible que toutes les femmes deviennent milliardaires, la voie du business n’est pas leur solution globale.



                    Il faut donc trouver une autre voie.

                    Je pense à un point sur lequel il faudrait réfléchir.
                    Nous avons sous les yeux le cas de Polanski d’un côté et ces cas de violence maximale qui sont rapportés dans cet article.
                    Que se passe-t-il, au fond et au niveau mondial, quand un Polanski qui n’a en aucun endroit usé de force physique et encore moins d’arme, qui n’a pas versé la moindre goutte de sang ni menacé de quoi que ce soit, risque une incarcération très longue corellée à la mort (soit par suicide en prison, soit par assassinat de la part de codétenus) ?
                    Il me semble que ça indique à tous qu’il n’y a aucune solution intermédiaire négociable entre ce qu’un homme peut faire dans le cadre du strictement permis et celui de la sauvagerie la plus totale.
                    Il se pourrait même, étant constaté le peu de représailles que risquent les très violents, surtout quand ils sont armés et agissent en groupe, que toute solution (permettez-moi le mot) intermédiaire apparaisse moins valable.

                    In fine, Polanski échappera peut-être à une lorde condamnation mais ne perdons pas de vue les injures et incantations les plus extrêmes à son adresse « Faut lui couper les couilles à cette ordure » qui n’ont pas manqué de fuser, ici compris.


                    Prenons le cas de Peau d’âne.
                    On a un père amoureux de sa fille. Il est dans un tourbillon passionnel, il fait tout ce qu’il peut pour séduire sa fille. Elle aura succombé ou pas on l’ignore, il semble que non. Si elle avait succombé que dirions-nous de ce père ? Certains, pas tous bien entendu, diront qu’il l’a violée et parce qu’elle était mineure, boum 20 ans, perpet donc mort.
                    Il n’y aura eu aucune violence, rien de comparable à ce qui est rapporté ici mais ce père serait très lourdement condamné, en tous cas sur le papier et en tous cas par certains.

                    En mettant dans le même sac à ordures le père de Peau d’âne et ces mecs qui torturent les femmes en série, mais vraiment physiquement, à les tuer dans les pires souffrances, on rend la question du jugement de l’abus complètement absurde.

                    Si l’on jugeait le vol d’une pomme aussi gravement (sur le papier et par les injures) qu’un cambriolage avec tortures, je ne vois pas pourquoi les vilains n’iraient pas directement au pire. Heureusement, nous sommes très majoritaires à considérer qu’un vol de cerise n’est pas bien grave (et du reste, malgré cette tolérance commune, nous ne sommes pas submergés de rapines).


                    Ce que je dis là vaut pour Sarkozy (ou Frédéric Mitterrand concernant ses boxeurs). A partir du moment où il se prend plus d’injures que le pire des dictateurs, à partir du moment où il en prend même beaucoup plus dans la gueule, pourquoi se retiendrait-il ? Au point où il en est, quelle condamnation ou injure supplémentaire risque-t-il à voler toute la caisse ou à vendre en douce une bombe à Ben Laden ?

                    Les condamnations toujours plus excessives (au moins sur le papier) font perdre le sens de la justice, de la mesure du bien, du mal et du presque. A une radicalisation des jugements ne peuvent succéder que des positionnements et des actes radicaux.

                    Est-ce que les femmes de France jouent un rôle de modération dans les jugements, dans les condamnations au moins verbales ?
                    Pas que je sache. Il me semble au contraire qu’elles emboitent le plus souvent le pas le plus sévère, le plus radical des hommes.

                    Mais peut-être avez-vous un avis différent. 

                    • Antoine Diederick 17 novembre 2010 17:02

                      réaction à coté de la plaque, bref « on » s’écoute écrire ....


                    • Antoine Diederick 17 novembre 2010 17:03

                      wouahhhh kes kon s’écoute à écrire...


                    • Crab2 17 novembre 2010 15:31

                      Les religions duelle et la double morale

                      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/07/01/les-religions-duelle-et-la-double-morale.html

                      Commencement [s]

                      Écouter l’enregistrement de France culture en fin de texte

                      France culture

                      Étienne KLEIN

                      Michel Cassé

                      et les Bogdanoff

                      -Sur

                      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/11/02/medias-et-croyance1.html


                      Ou directement sur

                      http://blvids.free.fr/Commencement-%20en%20question.mp3


                      • Antoine Diederick 17 novembre 2010 17:00

                        au Crabe n° 2

                        kes ke cela à a voir avec le thème de l’article ; votre commentaire... ?


                      • glopy1 17 novembre 2010 16:07

                        Votre article en 2 parties est assez exhaustif, d’un coté il nous developpe avec des faits détaillés les horreurs actuelles (on peut parler aussi des passages a l’acide) et dasn le 2 eme volet nous met en garde sur la remontée dans nos sociétés occidentales de pression faite aux femmes.

                        cela n’est pas lié au fait comme décrit au dessus que ce sont des militaires qui opprime. C’est simplement lié au fait tout bête que l’homme a la force physique et que c’est par cet unique moyen qu’il asservi la femme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès