Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Florence Cassez ou l’incongruité d’une affaire d’état

Florence Cassez ou l’incongruité d’une affaire d’état

Vous ne pouvez pas avoir échappé au matraquage médiatique de la « victime Florence Cassez » : matin, midi et soir, le journal de la chaîne publique accompagne de quelques mots indignés la photo de la jolie et fragile jeune femme au regard félin si triste derrière ses barreaux.

Condamnée à 60 ans de prison pour complicité d’enlèvements et séquestration, elle émeut la France entière. Si nous étions certains de sa culpabilité, serions-nous tant émus par cette manipulation médiatique ? Sans doute non !

Alors posons-nous la question de sa culpabilité. Avez-vous lu, entendu, su qu’elle était innocente ? Non. Les images de son arrestation ne sont pas celles d’un flagrant délit mais ont été tournées lors de la reconstitution. C’est un fait avéré qui ne prouve ni son innocence ni sa culpabilité. Elle a été déclarée coupable au cours d’un procès où témoins, victimes et complices ont certifié sa participation aux exactions. Au nom de quoi, parce qu’elle est française ne devrait-elle pas être responsable de ses actes au Mexique ?

La condamnation à 60 ans de prison nous parait disproportionnée pour un simple rôle de complice. Monsieur Calderon a, depuis son élection, engagé une guerre ouverte contre les narcotrafiquants, auteurs de la majorité des enlèvements, car ce fléau mexicain concerne toutes les couches sociales de la population. Les narcos enlèvent chaque année entre 1500 et 2000 enfants dans toutes les classes sociales. Plus de la moitié sont assassinés, rançon payée ou non. Dans les milieux défavorisés, les enlèvements sont un moyen de pression sociale. Les familles des classes moyennes qui affrontent ce problème, n’ont d’autres recours que de vendre l’intégralité de leurs biens ( la voiture qui leur permet de travailler, la cabane achetée à crédit…) pour tenter de sauver leur enfant. Un enfant de 10 ans a été une des victimes de la bande à laquelle Florence Cassez appartenait. Serions-nous si tolérant avec elle si nous vivions avec la peur au ventre pour nos proches ?

L’état français a t’il le droit de créer un conflit diplomatique pour F.C ? Florence Cassez habitait au Mexique depuis de nombreuses années, tout comme son frère créateur d’une entreprise mexicaine. Elle vivait avec un criminel dont elle partageait le niveau de vie élevé. Elle était un « citoyen » mexicain, pas une touriste de passage. De plus, l’état mexicain a proposé qu’elle purge sa peine en France à la condition que la décision de la justice mexicaine soit respectée. L’état français n’a pas formellement pris cet engagement. F.C. est donc restée en prison au Mexique, avec un traitement de faveur (accès aux médias, au téléphone…).

Comment pour un individu, dont la condamnation n’est pas le fruit d’un hasard malencontreux, l’état français peut-il compromettre les relations étroites qui se sont tissées historiquement et culturellement avec cet extraordinaire pays qu’est le Mexique ?

Faut-il annuler l’année du Mexique en France ? Monsieur Calderon s’est indigné que cet évènement amical, festif et culturel soit dédié à une femme condamnée à 60 ans de prison. On ne peut que le comprendre ! Cependant, le Mexique et la France ont autant de fascination réciproque que d’amour et il serait bien triste, pour cette affaire qui aurait dû rester ce qu’elle est : un fait divers, d’anéantir cette occasion précieuse et rare de partager, de découvrir, de reconnaître le délicieux fumet d’une gastronomie sidérante, l’incroyable sens de la vie de ce peuple multiethnique, l’étrange colonisation du catholicisme sur de fortes croyances animistes, l’histoire d’une succession fascinante d’empires majestueux qui disparaissent engloutis en quelques années, un territoire immense aux multiples visages, des villes gigantesques et surréalistes… De France le Mexique est insondable, exubérant et mystérieux. Cette année, il vient poser un pied sur notre terre, accueillons-le !


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • TSS 21 février 2011 10:06

    elle n’a pas vu les otages arriver dans l’hacienda ,elle ne voyait pas les gorilles armés qui se

     promenaient un peu partout et les cellules ...nada ,elle ne voyait rien ,c’est du roman... !!


    • Oresias 21 février 2011 12:25

      Elle n’est pas la seule à n’avoir rien vu, puisque du petit personnel, extérieur à la hacienda avait les clés (étrange pratique pour un gang de kidnappeurs, vous ne trouvez pas ?), et n’y avait jamais rien vu de louche. Mais ces témoins essentiels à décharge n’ont pas été entendus.


      En France, on a bien mis hors de cause l’époux de Véronique Courgeau, ignorant des crimes commis par son épouse...

      A une époque, la France entière aurait bien lynché les prévenus de l’affaire d’Outreau. Grâce à un consciencieux travail des médias.
      La différence, c’est qu’ici la justice admet parfois ses erreurs.

      Au Mexique, il en est hors de question, car cela mettrait à mal de tristes individus avides de pouvoir (Genaro Garcia Luna, pour ne pas citer directement le Président), qui avaient trouvé à l’époque dans cette affaire une aubaine providentielle pour redorer le blason de la Police, particulièrement incompétente pour résoudre les affaires de kidnapping qui gangrènent le pays. Guère étonnant d’ailleurs quand 10% des kidnappeurs se révèlent être des flics...

    • Tarouilan Tarouilan 21 février 2011 12:44

      Ha, si Sarkoff...... réagissait de la même manière aux « erreurs » judiciaires trés graves et quotidiennes en France, souvent entierement fabriquées dans l’antre des « fraternelles » qui vérolent la police et la justice, dans notre ripoublique........ !


    • Séverine 21 mars 2011 22:28

      @ Oresias
      Merci de rappeler ces faits, tant il est évident que la plupart de ceux qui donnent leur avis sur cette affaire n’ont jamais pris la peine de consulter les nombreux sites, y compris en Belgique, au Canada, et même au Mexique, qui démontrent que l’instruction à charge a été totalement manipulée. Personne ne peut prouver son innocence, c’est à l’accusation de prouver la culpabilité, et pas avec des faits truqués.

      Et curieux de constater que Florence Cassez a été condamnée pour complicité avec un preneur d’otage, qui, lui, n’est pas encore passé en jugement, donc est encore réputé innocent d’après la constitution mexicaine... cherchez l’erreur...


    • Alpo47 Alpo47 21 février 2011 11:34

      Moi, je vois deux possibilités :
      - F.Cassez est coupable, au moins de complicité d’enlèvements au Mexique, dans ce cas la loi Mexicaine doit s’appliquer.
      - Ou bien, elle n’a rien à se reprocher. Dans ce cas, il faut l’aider à faire valoir ses Droits.

      Et mon opinion, pas forcément bien informée, est que même s’il y a un montage des autorités, il me semble invraisemblable de vivre avec un ravisseur professionnel sans rien savoir de ces activités.
      Par conséquent ...


        • easy easy 21 février 2011 13:13

          Il me semble que depuis La case de l’oncle Tom, d’Harriet Beecher Stowe (vous m’enrichirez éventuellement de meilleures références), il se pose, en tous cas en Occident et après les cas du genre Marie de Médicis et autres Antoinette, que la fille est, sinon une sainte, en tous cas bien plus sainte que le garçon.

          Je fais certainement partie de ceux qui ont lu ce livre, qui ont lu Les Misérables et qui ont été bercés par cette image.

          Malgré ce que la vie m’a montré, je reste encore très ancré dans cette conviction qui veut que les filles soient essentiellement des Cosette ou des Thelma et Louise.

          Du coup, moi et quelques autres ayant les mêmes visions, nous sommes surpris, incrédules devant des cas où à l’évidence, une fille aura eu des pensées vraiments mauvaises, méchantes, cruelles.

          Quand je vois une fille enfermer un chat vivant dans une poubelle, quand j’en vois une autre jeter des chiots dans un torrent, quand je vois une mère tuer son enfant en le plaçant dans une machine à laver d’une laverie automatique, quand je vois une Cassez être complice de crapuleries mortelles, je vacille.

          Et pourtant.



          • easy easy 21 février 2011 13:24

            Oops : Catherine et non Marie de Medicis


          • boris boris 21 février 2011 13:20

            L’affaire n’est pas claire, c’est un fait, ceci dit mérite t’elle une condamnation aussi lourde ?

            A mon avis ,non ! 60 de prison qui plus est mexicaine, cela me semble un tantinet un peu trop pour être juste la petite amie d’un kidnapeur qui lui les mérites amplement.

            Pour avoir lu sa courte biographie, c’est une jeune femme assez frivole qui ne vivait que pour les fringues et accessoirement collectionneuse de flirts, c’est fort possible qu’elle n’ai rien vu venir de la part de son ami truand. Et même en admettant qu’elle fût complice, la note est plutôt salée.

            En l’état, il est donc tout à fait normal en tant que citoyenne Française que nous fassions pressions pour un obtenir une révision de son jugement et une extradition.

            Sur ce dossier , je suis d’accord que Sarkozy - encore lui- à été en dessous de tout et qu’il a encore une fois voulu jouer les matamores, détruisant par ce fait les peu de chances de Florence Cassez de se sortir de ce merdier.


            • cathy30 cathy30 21 février 2011 13:39

              La justice mexicaine n’a pas prouvé la complicité de Cassez dans les enlèvements. Sa culpabilité est seulement d’avoir vécu avec un kidnappeur et d’avoir fermé les yeux sur l’immonde, ce qui n’est déjà pas mal. Est ce que cela vaut 60 ans ? Est-ce que condamner cette fille à 90 ans n’allait pas créer un effet électrochoc ? Attendons la suite, mais je suis certaine qu’une somme bien rondelette va suivre pour son transfert.


              • Fergus Fergus 21 février 2011 14:09

                Bonjour, Cathy.

                Difficile effectivement de savoir quelle est la part de culpabilité ou de légèreté de Florence Cassez. Cela dit, il est naturel que la France tente, sinon de la faire grâcier, au moins de la faire rapatrier avec, à la clé, une libération dans quelques années après la fin du mandat de Calderon.

                Mais tout cela devait être négocié dans le secret des cabinets, en aucun cas sur la place publique, meilleur moyen de braquer à la fois la population mexicaine et ses dirigeants. Quant à MAM, toujours aussi nulle, qui insulte la justice du Mexique et désigne Florence Cassez pas son seul prénom, comme s’il s’agissait d’une intime et non d’une possible coupable de complicité de crime, on croit rêver !


              • cathy30 cathy30 21 février 2011 16:28

                bonjour Fergus
                tu as raison, quelque soit sa culpabilité, elle n’est vraiment pas aidée dans cette affaire. Elle est entourée de gens qui ne cherchent qu’à faire le buzz autour d’elle.


              • paul 21 février 2011 14:18

                Otage ou en prison à l’étranger, il faut surtout espérer que Sarko-zorro ne s’en occupe pas, sinon c’est cuit , rapé .foutu .


                • John Eastwood 2 John Eastwood 2 21 février 2011 14:55

                  Et encore un article qui omet de mentionner la responsabilite de l’avocat Francais, Franck Berton, qui a refuse, dans sa defense, d’admettre la moindre responsabilite a cette femme.

                  Selon sa defense, elle connaissait a peine le chef du gang, n’a jamais entendu parler de ces enlevements, etait la par hasard, juste venue recuperer des affaires, etc... Et si on l’arretait, c’etait une injustice de plus dans un pays corrompu, ou la police est corrompue, ou tous le monde est corrompu, magistrats inclus.... Pas tres malin.

                  Alors qu’elle etait au moins informee et meritait quelques annees de prison pour non assistance a personne en danger.... Il aurait pu limiter la peine a 2-3 ans en mettant en avant sa faiblesse, sa naivete, mais non, il a joue au plus fort, et elle a pris 20 ans je crois, il a fait appel sans rien reconnaitre, elle a pris 60 ans...

                  Mais Berton connait bien les medias... alors faute d’avoir ete honnete et bon au Mexique, il fout la merde pour justifier son salaire et implique lles medias, les chtis qui s’identifient a cette affaire, les reseaux lilois, les politiques, les associations feministes, ....

                  Et plus il insiste dans son mensonge, et plus elle restera en prison.... 

                  Seule issue, avouer sa participation et s’excuser aupres des victimes.


                  • Fergus Fergus 21 février 2011 17:04

                    Bonjour , John.

                    Le pire étant que Berton a probablement manipulé les parents de Florence Cassez pour les impliquer dans une médiatisation débile et contreproductive. Jusqu’à leur faire demander l’annulation de l’Année du Mexique en France : une pure folie diplomatique ! N’oublions pas, quel que soit le fond du dossier, que le Mexique est un grand état peuplé de gens fiers, rien à voir avec une principauté d’opérette !


                  • pingveno 21 février 2011 17:44

                    Avez-vous lu, entendu, su qu’elle était innocente ? Non. Les images de son arrestation ne sont pas celles d’un flagrant délit mais ont été tournées lors de la reconstitution. C’est un fait avéré qui ne prouve ni son innocence ni sa culpabilité.

                    Certes à ceci près que le fait que ce soit une reconstitution n’a été reconnu qu’après coup par la police mexicaine, quand les preuves de ce fait s’accumulaient.
                    Dans le droit français une telle faute de la police aurait constitué un vice de forme, donc un doute - et le doute doit profiter à l’accusé. Ce qui ne veut pas dire qu’elle est innocentée, nous sommes d’accord.
                    Après vous me direz, on voit tout le temps dans les séries américaines des avocats (voir des présumés criminels) qui apprennent à jouer avec les vices de forme. Mais c’est toujours plus équitable qu’un Etat où la police a le droit de commettre des fautes et de les assumer comme telles impunément.


                    • Fergus Fergus 21 février 2011 19:25

                      Bonjour, Pingveno.

                      Une petite précision : le vice de forme ne peut introduire de doute, il débouche mécaniquement sur l’annulation d’une procédure (ou d’une partie de procédure), indépendamment sans que soit évoquée l’innocence ou la culpabilité de l’individu qui en bénéficie.


                    • Pelmato 21 février 2011 19:27

                      Je ne comprends pas pourquoi on aiderait pas non plus Michaël Blanc…


                      • charles-edouard charles-edouard 21 février 2011 19:42

                        c’est dinque le nombre de français et française innocent , qui purge des peines dans des prisons à l’étrange

                        les prisons sont remplis d’innocent 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès