Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > France et Israel, deux pays (2) mûrs pour un vrai changement

France et Israel, deux pays (2) mûrs pour un vrai changement

Nous avons vu dans le premier article ("France et Israel, deux pays (1) aux évolutions bloquées") que les systèmes politiques des deux pays sont à bout de souffle, du fait d'un système électoral inadapté (extrême, chacun dans une direction opposée) : majoritaire pour la France, sans aucune part de proportionnelle, et proportionnelle intégrale pour Israel.

Nous verrons ici que les guerres, les crises et les moments importants, pour des pays, continents ou pour le monde, obéissent à des cycles, souvent multiples de 20 ans. Car c’est l’arrivée d’une nouvelle génération, qui a besoin de faire sa propre expérience, ou qui avec son sang neuf et son énergie différente repose des questions essentielles.

Et, pour la France comme pour Israel, le moment est venu (en 2014 - 2015) pour un véritable changement.

Des cycles d'environ 20 - 22 ans pour le monde, et des cycles moitiés d'environ 11 ans

1ère guerre mondialeFaites en l'expérience, demandez à votre entourage "quelles sont les 3 ou 4 dates importantes, pour le monde, au cours du 20e siècle ?". Invariablement les deux guerres mondiales sont citées, ainsi que la chute du Mur de Berlin et l'effondrement des régimes communistes. Et très souvent les événements de mai 68, en France (et aussi en 68 la résistance à la guerre du Vietnam aux Etats Unis, et des événements en Allemagne), le printemps de Prague et l'arrivée des chars russes pour y mettre fin.

2ème guerre mondialeEt nous constatons alors que ces événements (entre fin d'un événement et début d'un autre) sont séparés d'environ 20 - 22 ans. (pour des précisions, et des exemples assez détaillés, voir ce que nous écrivions, il y a 9 ans, dans le 2ème encadré un peu plus bas)

Un phénomène qui touche aussi les entreprises, et les générations successives d'un même produit !

Ce phénomène touche aussi les entreprises, qui sont des organisations humaines, soumises aux humeurs des individus et groupes, et les produits qu'elles conçoivent et produisent.

Citroen Evasion, Peugeot 806... et Fiat UlyssePrenons l'exemple de la fusion entre Citröen et Peugeot, en 1975, il fallut attendre 19 ans pour voir la première plateforme commune pour les modèles Evasion en 1994 (et encore, il s'agissait d'une plateforme commune avec Fiat et Lancia) [1], Saxo et Berlingo en 1996.

"La cohabitation des deux marques va s'avérer difficile durant plus de vingt ans." (Wikipedia, "Citroen, les années Peugeot, des débuts difficiles").

D'autres exemples peuvent être pris dans l'aéronautique, ou le spatial :

  • il y eut 20 ans entre le premier vol du premier Airbus (A300, en 1972), et le premier vol de son successeur l'A330 (en novembre 1992), et 21 ans de plus pour le premier vol du nouvel A350 (juin 2013)
  • 12 ans entre le premier vol du Boeing 747 (1969) et celui du 767 (1969), 13 ans avant celui du 777 (1994), et il devait y avoir 12 ans encore pour le 787, qui a volé avec 3 ans de retard en 2009
  • Le CFM-56, sous une aile de Boeing 737entre le premier avion militaire franco-allemand de transport : Transall (1er vol en 1963) et le deuxième, européen cette fois, l'A400M (1er vol en 2009, avec trois ans de retard), il y eut 2 x 23 ans
  • 40 ans entre le premier réacteur d'avion CFM 56 (1974) et son successeur LEAP, construits par la filiale 50 50 Snecma - General Electric, réacteur le plus vendu dans le monde depuis 20 ans
  • 10 ans entre Ariane 4 (1986) et Ariane 5 (1996), et 21 ans pour Ariane 5 ME (2017).

Ce ne sont que quelques exemples, la liste serait facile à étendre (missiles M4, M45, M51, 38 ans entre deux avions mythiques : le Concorde et l'Airbus A380, etc.).

 

De même pour la France, et pour Israel, y compris depuis 1945

Cité bombardéeRevenons aux événements importants pour un pays. Si vous faites la même expérience que précédemment, sur les dates importantes pour la France, on vous dira, pour la période récente : 1945 fin de la guerre, mai 68, mai 1981 la gauche au pouvoir, 1990 début d'une longue crise économique suite à la guerre du Golfe, et peut-être : 1955, où l'affaire algérienne est inscrite à l'ordre du jour à l'Assemblée générale de l'ONU - 1958 retour du Général de Gaulle, 21 avril 2002 Le Pen au 2e tour de l'élection présidentielle.

De même pour Israel : 1948, création de l'Etat d'Israel, 1967 Guerre des 6 jours - 1973 Guerre du Kippour, 1992 élection de Yitzhak Rabin - 1993 accords d'Oslo - 1995 assasinat de Yitzhak Rabin.

Car cette règle pour le monde fonctionne aussi pour les pays (cf encadré plus bas), avec quelques particularismes locaux. A condition, pour éviter certaines difficultés dans l'établissement des dates à prendre en compte, de considérer deux événements importants très proches (et liés l'un à l'autre) comme un seul événement (comme pour les guerres mondiales) : plus une guerre dure longtemps (plusieurs années), plus elle affecte durablement une part plus importante de population.

Prix Nobel, accords d'OsloAinsi la période entre l'élection et l'assassinat de Y. Rabin a été très riche d'événements en Israel, et avec les Palestiniens (avec une embellie économique entre Israeliens et Palestiniens [4]). Et la guerre du Kippour (1973) est en quelque sorte une réplique de la guerre de 1967, elle a d'ailleurs marqué le début du rapprochement de l'Egypte avec Israel (qui s'est rendu compte qu'une guerre ultérieure ne serait probablement pas si 'facile' qu'en 1967), et les accords de Camp David.

Les écarts sont alors de :

  • 23 ans entre 1945 et 1968, et 22 ans entre 1968 et 1990 début de crise), pour la France
  • 19 ans (entre 1948 et 1967, entre 1973 et 1992) pour Israel

La différence dans ces écarts peut sembler importante (entre France et Israel), et affaiblir la théorie que nous présentons, mais elle nous semble au contraire très lieé à l'explication que nous en donnons (une nouvelle génération qui arrive), puisque la population est plus jeune en Israel : l’âge médian en France est assez élevé (36,3 ans en 2000), alors qu'il n'est que de 29,7 ans en Israel  [5].

Bien sûr nous sommes conscient de ce qu'il ne peut s'agir que d'ordres de grandeur, pour ces événements qui font intervenir de très nombreux facteurs. Mais en nous servant de ces nombres, nous avions pu prédire, avec succès :

  • que les 'printemps arabes' en Libye et en Tunisie allaient déboucher sur une chute de ces deux régimes (ce qui ne veut malheureusement pas dire que la situation actuelle en Libye soit intéressante... ces cycles indiquent des changements, pas nécessairement vers le mieux !)
  • alors que ce ne serait probablement pas le cas dans plusieurs autres pays arabes.

 

Les événements majeurs suivent des cycles de 20-22 ans (ce que nous écrivions il y a 9 ans)

Le siège de Paris, 1870"Il en est des guerres comme des crises et des moments importants, pour des pays ou des continents, voire pour le monde : ces événements importants obéissent à des cycles, souvent multiples de 20 ans.

Pourquoi ? C’est simplement l’arrivée d’une nouvelle génération, qui a besoin de faire sa propre expérience, ou qui avec son sang neuf et son énergie différente repose des questions essentielles.

Quelques exemples dans l’histoire récente :

En Europe :
- la guerre de 1870
- puis celle de 1914 (2 fois 22 ans)
- et celle de 1939 (21 ans après 1918)
- et 1992 (2 fois 23 ans après 1945) retour des guerres dans les Balkans (ex Yougoslavie)

Pour le monde :
Jongleur mur de Berlin, 1989- les deux guerres mondiales (21 ans entre 1918 et 1939)
- les événements de 1968, à la fois aux Etats Unis, en France et en Tchéchoslovaquie (23 ans après 1945)
- l’effondrement des régimes soviétiques et des pays d’Europe de l’Est [1] (21 ans après 1968), événement majeur pour le monde, suivi de très peu de la 1ère Guerre du Golfe (1991), en quelque sorte "3e guerre mondiale", et ce 23 ans après 1968.

En économie et en politique ces cycles d’une vingtaine d’années se vérifient également, pour la France :
- 1936 le Front populaire (22 ans après 1914)
- 1958 le retour de de Gaulle et la 5e république
- 1981 la gauche au pouvoir
- et le 21 avril 2002, 21 ans après 1981 ?

Ces périodes de environ 22 ans se retrouvent dans l’histoire de France également au 19e siècle : 1870 22 ans après la révolution de 1848, et 44 ans avant : 1804 Napoléon empereur..."

 

Toujours pour Israel : du changement à partir de 2014...

L'assassinat de Y. Rabin en 1995 a été une date très importante pour Israel et les Israéliens.

Yitzhak Rabin, Bill Clinton, Yasser Arafat, 1993Faut-il rappeler que c'est lors d'une manifestation monstre qu'il a été assassiné "Le 4 novembre 1995, Yigal Amir, un juif religieux d'extrême droite, descendait Rabin de trois balles dans le dos, à Tel-Aviv, dans le but affiché de faire capoter le processus de paix. Cet assassinat, commis à l'issue d'une manifestation pacifiste monstre, a plongé le pays dans la stupeur, alors que naissait l'espoir d'une possible issue au conflit israélo-palestinien." [6] ? 

Faut-il aussi rappeler qu'une autre manifestation monstre, deux ans après, réunissait 300 000 personnes en sa mémoire. "La place, baptisée du nom de Rabin, n'a pas pu contenir la foule immense qui n'arrêtait pas d'affluer depuis les boulevards avoisinants". "il s'agit de la plus grande manifestation de l'histoire d'Israel", a déclaré le chef du Parti travailliste, Ehud Barak. à la foule innombrable qui arborait des pancartes "Sauvez la paix", "Nous n'oublierons pas" ou encore de grandes photos de Yitzhak Rabin. [7]

Il est donc naturel de prendre 1995 comme une date clé dans l'histoire récente d'Israel, Or 19 ans (ou un peu plus, 20 ou 21 ans pour tenir compte aussi du vieillissement de la population israélienne) nous amènent à 2014, 2015 ou 2016  !

Il est donc temps d'insister auprès d'Israel, après ces combats (compréhensibles) à Gaza contre le Hamas, ainsi qu'après ceux anti Hezbollah au Liban, qui montrent que des actions exclusivement militaires ne permettront rien de durable.

« La Paix maintenant ». ManifestationEt ceci alors que plusieurs sondages faits dans les deux camps montrent que la paix est souhaitée, des deux côtés, et ce depuis plusieurs années :

  • ... "une large majorité au sein des deux peuples s'accordait alors à considérer, sans autres détails, qu'un accord de paix pouvait être trouvé sous la houlette de leurs dirigeants actuels (Ariel Sharon et Mahmoud Abbas). Un mois plus tard, les responsables des deux organismes, Yaacov Shamir du côté israélien, et Khallil Shakiki du côté palestinien, ont voulu explorer précisément les contours d'un accord possible. Les résultats, rendus publics dans un communiqué commun en date du 18 janvier 2005, sont très intéressants" (voir le site www.pcpsr.org et http://www.upjf.org/fr/1370-isra%C3... )
  • "56 % des Israéliens soutiendraient des discussions avec le Hamas dans le but d'aboutir à une solution avec les Palestiniens." 78 % des Israéliens soutiennent ces négociations" [8]
  • sondages réguliers : www.pcpsr.org , dont le récent commun (juin 2014). Avec la conclusion : 62% des Israéliens et 54% des Palestiniens soutiennent une solution avec deux états.

 

... La paix maintenant !

Deux peuples, deux étatsCe qui nous conforte dans la possibilité d'un réglement historique, c'est la conjonction de plusieurs événements ou situations :

  • Israel se retrouve, après ces opérations militaires à Gaza, dans une situation mitigée, comme après les dernières opérations au Sud Liban, vis à vis du Hezbollah. Et comme après la guerre du Kippour, qui n'avait pas vu une victoire éclatante de Tashal comme en 1967. Les Israeliens constatent donc l'impasse que représente une attitude exclusivement militaire, l'évidence est encore plus criante : il faut une solution négociée !
  • le contexte international (régional) y est propice, puisque les événements en Irak imposent des changements importants au niveau diplomatique pour plusieurs pays occidentaux : Etats Unis, Royaume Uni, Allemagne, France, ainsi que par rapport à l'Iran.. Toute la région est ainsi concernée par ces changements très importants.
  • et une autre date est à prendre en compte, la fin du deuxième mandat de Barak Obama en 2016. Ne voudra-t-il pas faire comme Bill Clinton, qui avait intensément agi en faveur des accords d'Oslo, ainsi que dans le processus de paix en Irlande du Nord ?

Barack ObamaMalheureusement la dernière décision de dirigeants Israeliens de s'approprier 400 hectares de terres situées en Cisjordanie dans le secteur de Bethléem [9] ne va évidemment pas dans le bon sens !

Car ce caractère cyclique n'est pas fatal, inéluctable, et il ne peut pas empêcher des décisions contre-productives...

Et il revient bien sûr aux dirigeants, et/ou aux peuples d'en saisir l'opportunité.

En particulier, dans ce cas précis, il revient au Président états-unien, seul capable d'imposer quelque chose à Israel, d'intervenir, et de tordre le bras aux dirigeants israeliens, s'il le faut, pour enfin créer les conditions d'une paix durable, à laquelle tous aspirent, sauf bien sûr les extrémistes des deux camps.

Et en France, le changement (de la gauche) c'est maintenant !

Revenons en France. Nous avons vu que, 22 ans après 1968, 1990 a été le début d'une longue crise économique, dont le summum a été en 1993. C'était juste après une embellie économique majeure, en 1989, suite notamment aux effets positifs des réformes libérales de 1986-1988 ; mais cette embellie avait été brutalement interrompue du fait de la 1ère guerre du Golfe, en préparation dès 1990.

Si nous datons cette crise de son début en 1990 et de son summum en 1993, alors 22 ans après nous amènent à ... 2015 ! Ce qui correspond aussi à 47 ans après 1968, soit 2 x 23.5 ans.

Cette date correspond donc bien à nos critères, d'autant que : Taux de chômage en France depuis 1975

  • elle suit deux périodes en lesquelles une majorité de Français avaient mis beaucoup (trop) d'espoir : l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, et celle de François Hollande en 2012.
  • dans les deux cas la désillusion fut importante. Pour des raisons un peu différentes, mais cela ne change pas cette chute importante de popularité, des deux Présidents, très vite après leur élection. Cette chute de popularité est encore plus forte pour François Hollande, car son programme électoral était encore plus porteur d'ambigüités : il falllait plaire à l'extrême gauche, et à la gauche de la gauche), alors que les Français ont bien perçu que la crise de 2008 - 2011 a vraiment plombé la situation pour Nicolas Sarkozy [10].

Et deux ans après 2012, nous sommes dans une situation comparable à 1983 [11], lorsque, 2 ans seulement après la victoire de l'Union de la Gauche [12], déséquilibre du commerce extérieur record et crise du franc obligent, il fut évident qu'il fallait corriger le cap économique, et renoncer à une bonne partie des promesses électorales !

De manière similaire aux deux déconvenues israéliennes, par rapport au Hezbolllah et au Hamas, les Français vivent d'amères désillusions, après ces deux élections qui déchantent. Et même les électeurs de gauche veulent des décisions enfin efficaces, pour sortir de cette crise sans fin, et de ce chômage de masse, qui a repris une hausse quasi constante depuis quelques années.

C'est en fait un "déjà vu" de 2005 et de son funeste Référendum. A la suite duquel nous écrivions [13] :

Election présidentielle 2002"Les Français ont donc voté massivement (à 70%), et nettement pour le Non (55%). Ce vote confirme et amplifie les précédents avertissements (abstention grandissante, vote FN à la hausse, grandes grèves de 1995, séisme du 21 avril 2002, régionales et européennes 2004) à des hommes politiques peu courageux ou déconnectés des réalités.

Car ceux qui ont voté NON ont surtout exprimé un fort mécontentement par rapport à la situation économique et sociale du pays (à 40% et même 50%) : d’après un sondage "sortie des urnes" ils sont seulement 36% (c’est-à-dire seulement 20% des votants !) à avoir voté contre le Traité Constitutionnel, mais c’est l’Europe, la France et les Français qui en feront les frais. Résultats 10 mai 1981_carte de France

Prenons un peu de recul. Puisque les événements majeurs se produisent tous les 20 ou 40 ans, le vote NON pourrait bien être en fait une réédition du vote de mai 1981 et l’annonce d’une crise majeure un peu plus tard (vers 2010, 40 ans après 68 ?).

Prémonitoire, non ?

En tout cas, nous verrons dans le prochain article ("France, un pays (3) où le déclic vient d'avoir lieu, comme après mai 68") des éléments complémentaires, et en particulier pourquoi le gouvernement ET LES FRANCAIS sont prêts pour ce changement majeur que nous annonçons pour 2014 - 2015.

Notes

[1] Wikipedia, Citroen, les années Peugeot, de timides progrès

[2] Agoravox, 25 août 2014 "Deux satellites Galileo pas nés sous une bonne orbite !"

[3] Agoravox, 2 septembre 2014 "Galileo, Soyouz, Arianespace... et le management de projet (international)"

[4] Wikipedia, Economie d'Israel, années 1990 "Le processus de paix israélo-palestinien, lancé par la conférence de Madrid de 1991 et qui a conduit aux Accords d'Oslo en 1993 et au traité de paix israélo-jordanien en 1994, a grandement profité à l'économie israélienne en mettant un terme à l'isolement économique du pays et en favorisant une intégration régionale et une ouverture des relations économiques avec ses voisins. Cela a également marqué le début d'une augmentation des exportations israéliennes vers l'Asie de l'Est et des investissements étrangers en Israël."

[5] Wikipedia, Demographics of Israel

[6] Libération, 3 novembre 2007 "Le crime sans fin de Yigal Amir"

[7] L'Humanité, 10 novembre 1997 "Pour Rabin et pour la paix"

[8] Courrier international, 22 octobre 2010, "Israel - Palestine, un sondage étonnant"

[9] Le Monde, 31 août 2014 "Israël veut s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie"

[10] Nous ne faisons pas partie des fans de l'ancien Président, et nous étions parmi ceux qui insistaient pour que de vraies réformes soient faites. Mais la crise n'a pas facilité les choses !

[11] Wikipedia, Tournant de la rigueur en 1983

[12] Après une très longue période d'opposition, encore plus longue que pour les 10 ans de droite entre 2002 et 2012

[13] Libéral et Social, 30 mai 2005 "Un NON annonciateur d’une crise majeure, genre mai 68, avant 2010 ? L’expérience de 1981-1983 n’a pas suffi : la France a voté NON, tentée par un repli faussement salvateur".


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 9 septembre 2014 10:33

    J’ai beau chercher, je ne vois pas ce qui n’est passé d’important autour de 1994, il y a 20 ans. Ni ce qui s’est passé en 1974. Ni en 1954. Ni en 1934.


    Clairement, il n’y a pas 20 ans entre 1914 et 1939, ni entre 1939 et 1968, etc, etc...

    Si on ne prend que ces 3 événements, on trouve des cycles entre 25 et 39 ans. Autant dire qu’il n’a a pas de cycle du tout.

    Quand à votre espoir naïf de voir le peuple se réveiller, je ne veux pas casser votre rêve, mais c’est pas prêt d’arriver. La dernière fois qu’il s’est réveillé, c’était ... non attendez je cherche ... 1789 ?

    Petite question, c’est quoi le rapport avec Israël ? Pourquoi vous n’avez pas pris le Népal ou la Birmanie plutôt en exemple ? Israël est un petit pays sans importance, qui n’a aucun rapport avec la France, à part que la France condamne tout ce qu’il fait régulièrement.

    • Laurent Simon 9 septembre 2014 11:58

      @bibou1324 « J’ai beau chercher... » Vous pouvez vous faire plus idiot que vous n’êtes, si vous avez lu l’article, vous avez bien vu qu’il ne s’agit pas de faire une théorie simplissime avec qqch tous les 20 ans, exactement.
      La crise que nous avons vécu à partir de 1990 a été tellement importante qu’elle a vu une 2e cohabitation à partir de 1993, qui a d’ailleurs été une catastrophe électorale pour la gauche, comme rarement ! (cf Wikipedia « Élections législatives françaises de 1993 » regardez le graphique de l’Assemblée Nationale, pour vous en convaincre, si nécessaire).
      Vous pouvez tourner en dérision cet article, bien sûr. Mais cela n’occultera pas les faits sous-jacents, qui sont incontestables.

      "Quand à votre espoir naïf de voir le peuple se réveiller, je ne veux pas casser votre rêve, mais c’est pas prêt d’arriver. La dernière fois... , c’était ... ... 1789 ?«   Il y a de très nombreuses manières pour un peuple de se réveiller, et toutes ne sont pas idéales, loin de là. Et toutes ne débouchent pas forcément sur du mieux, immédiatement.
      La 3e partie de l’article évoquera plus ces aspects, ce n’est pas parce que j’annonçais qqch (qui est d’ailleurs en train de se passer, avec la baisse de popularité de F Hollande, sans équivalent par son ampleur et sa rapidité, et avec les autres événements que nous vivons depuis quelques semaines et mois...) que c’est nécessairement réjouissant. Mais l’étude des systèmes complexes montre qu’en »bordure du chaos« , il peut se passer des choses exceptionnelles (cf »L’évolution au bord du chaos« , avec une préface du co-fondateur de Agoravox, et »Manager en bordure du chaos« par exemple).

       »c’est quoi le rapport avec Israël ?« Au cas où vous n’auriez pas remarqué, il y a eu des événements cet été dans cette région...
      Et il se trouve que l’analogie est très forte, avec deux fortes désillusions récentes, dans les deux cas, qui pour Israel crée une situation analogue à 1973, qui a permis dans la foulée la signature de la paix avec l’Egypte. Ce qui n’est pas rien.

       »un petit pays sans importance«  pas pour la paix du monde, et évidemment dans cette région, et pour l’extrémisme islamiste, même si c’est souvent un prétexte.

       »qui n’a aucun rapport avec la France« Allez voir en banlieue, et parmi ceux qui vont faire le djihad en Syrie, Irak ... si cela n’a pas de rapport avec la France

       »à part que la France condamne tout ce qu’il fait régulièrement" La France essaye d’avoir une position équilibrée, dans ses rapports avec les différents pays et régimes de la région. La France condamne souvent, peut-être pas assez d’ailleurs, tout ce qui met de l’huile sur le feu dans la région, et pas seulement du côté d’Israel.


    • Laurent Simon 9 septembre 2014 15:34

      complément : « rapport avec Israël ? » Dans la première partie de l’article, il était intéressant de prendre deux pays ayant deux systèmes électoraux diamétralement opposés. Et de constater que les deux aboutissaient à un blocage.


    • Laurent Simon 9 septembre 2014 23:10

      « rapport avec Israël ? » (suite) : en fait il est justement intéressant de prendre un pays assez différent de la France, sur un certain nombre de critères : lieu (continent différent), taille, population, pays neuf / pays plus ancien. D’autres comparaisons auraient été possibles, en Europe, mais il se trouve que cette comparaison fournit pas mal d’analogies intéressantes.
      Et que, comme par hasard, ll y a des événements importants dans les deux pays actuellement.


    • Gnostic GNOSTIC 9 septembre 2014 10:36


      En tout cas, nous verrons dans le prochain article pourquoi le gouvernement ET LES FRANCAIS sont prêts pour ce changement majeur que nous annonçons pour 2014 - 2015.

       

      Et en 2015 nous voyons (dans la boule de cristal) :

       

      Un citoyen franco-israélien ultra populaire et qui fait l’unanimité

       

      BHL Président

       

       smiley


      • ecolittoral ecolittoral 9 septembre 2014 14:06

        Même constat que bibou1324  !

        C’est un article tiré par les cheveux.

        Aucun rapport entre la France et ses 2000 ans d’histoire et un pays artificiel âgé de quelques dizaines d’années.

        D’ailleurs, rien ne dit que ce pays existera encore dans 10 ans. Il ne tient que par la protection du grand frère américain et la collaboration aveugle de quelques pays européens.

        Quand aux cycles, sachant qu’il se produit tous sortes d’évènements dont l’importance est fonction de ce qu’on en retient, je peux très bien inventer des cycles de 8, 10, 30 ans.

        De plus, nous sommes dans une situation ou tous les pays sont dépendants des autres. C’est ce qu’on appelle la mondialisation. Mondialisation sur le déclin.

        Personne ne sait ce qui va se produire, quel sera l’élément déclencheur, quel sera l’impact sur chaque pays et quels sont ceux qui s’en sortiront sans trop de dégât.

        La majorité des Israéliens et des Palestiniens en ont marre de cette guerre sans fin...

        C’est bien de le souligner...parce que c’est vrai !

        Seule issue, un seul pays du Liban à l’Egypte. Plus de bande de Gaza ou d’Israël.

        Un seul pays...ou on doit s’attendre au pire pour l’avenir de cette région.


        • Laurent Simon 10 septembre 2014 08:56

          « tiré par les cheveux » ? Les événements politiques majeurs en France, dont les résultats des élections qui sont un tournant incontestable (raz de marée), pour la période récente : fin de la 2e guerre 1945, 5e république 1958 (13 ans), 1968 (mai et les élections en juin « chambre introuvable » à droite, 10 ans), 1981 (Mitterrand, gauche au pouvoir, dissolution, chambre très à gauche, 13 ans), 1993 (législatives, raz de marée à droite, 12 ans) . Ce qui fait 5 dates en 48 ans = 4 X 12 ans en moyenne.
          Il n’y a pas eu depuis 1993 une élection autant « raz de marée ». Mais 12 ans après 1993, un événement majeur : 2005 et son référendum !

          "Quant aux cycles, sachant qu’il se produit tous sortes d’évènements dont l’importance est fonction de ce qu’on en retient, je peux très bien inventer des cycles de 8, 10, 30 ans."

          Oui vous pouvez inventer ce que vous voulez. Mais si vous partez des dates incontestables, vous tombez nécessairement sur ce que je dis.


        • Laurent Simon 10 septembre 2014 09:02

          « Aucun rapport entre la France et ses 2000 ans d’histoire et un pays artificiel âgé de quelques dizaines d’années. » C’est ce que vous dites, mais il est clair que les situations sont très différentes. C’est pour cela que la comparaison est intéressante : si des analogies sont constatées entre les deux pays, il y a probablement quelque chose d’instructif.


        • claude-michel claude-michel 9 septembre 2014 14:32

          Monsieur simon...vous pourriez peut être respecter les opinions qui ne sont pas les votre.. ?

          Ou alors faut pas faire d’article... !

          • Laurent Simon 9 septembre 2014 15:31

            @Claude Michel C’est parce que je respecte les autres, y compris leur intelligence (celle de bibou1324 et des autres lecteurs), que j’ai fait ce commentaire ! Avoir une opinion c’est une chose, faire une caricature d’un article en est une autre. Ou alors, c’est tout à fait possible, bibou1324 n’a pas lu l’article, hypothèse que je mentionne, mais qui ne lui permet pas de faire une telle caricature.
            Remarquez aussi que j’ai pris le temps de lui répondre très directement : il ne voit rien en 1994, mais en 1993 ?


          • egos 9 septembre 2014 19:03

            @l’auteur


            si un parallèle existe réellement entre les développements socio-politiques de France d’ Israel,
            alors nous sommes prêts pour une prise de pouvoir FN sur une période de 5 décennies, 
            suivie d’un éclatement de cette organisation en micro-partis ie Shass, Israel Beytenou et toute une clique de groupuscules plus bellicistes à chaque nouvelle dissidence.
            en perspective la reconquête et la colonisation de l’Afrique du Nord, 
            dans le style assez similaire de Bugeaud ou Netanyahou

            • Massada Massada 9 septembre 2014 20:21
              Aucun rapport entre la France et ses 2000 ans d’histoire et un pays artificiel âgé de quelques dizaines d’années.
              D’ailleurs, rien ne dit que ce pays existera encore dans 10 ans.


              Comment se fait-il qu’Israël un pays d’à peine plus de 7 millions d’habitants, fondé il y a 60 ans, constamment en guerre depuis et ne disposant d’aucune ressource naturelle soit à l’origine de la création et du développement de davantage d’entreprises de haute technologie que des pays plus importants, plus anciens et qui vivent en paix comme le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée du sud, le Canada, le Royaume-Uni ou la France ?

              La « Chuptza » israélienne, le goût du risque et la tolérance à l’échec sont des éléments que l’on ne retrouve pratiquement nul par ailleurs dans le monde. Et certainement pas dans une France frileuse et vieille.

              La population israélienne compte parmi les plus hétérogènes au monde avec quelque soixante-dix nationalités différentes. Ici c’est un incroyable melting-pot

              ici on travail 45 heures semaines contre 35 en France smiley

              Un pays entier qui avance, ne s’arrêt jamais au risque d’être détruit, confronté perpétuellement à des périls mettant en cause sont existence même. Voilà notre moteur, l’adversité comme la nécessité de survivre sont mère de l’inventivité. 

              Si je devais compter sur la pérennité d’un pays, Israël a certainement plus de chance qu’une France endormie, perdant ses traditions, son lien social et envahie par une islamisation incontrôlée.

              • Laurent Simon 9 septembre 2014 21:37

                @Massada Je ne connais pas vraiment Israel, je n’y suis jamais allé, ce qui limite la pertinence de ce que je dis ci-après. Mais a priori je suis tout à fait d’accord avec ce que vous dites. Sauf la dernière ligne : « envahie par une islamisation incontrôlée. »
                Il ne faut pas exagérer !
                A la fois envahie et islamisation sont des termes
                inappropriés.


              • Massada Massada 10 septembre 2014 07:27

                Vous avez raison, c’est provocateur et caricatural


              • heliogabale heliogabale 9 septembre 2014 23:12

                Bonjour,

                peut-être que ce lien va affiner la réflexion de l’auteur : http://en.wikipedia.org/wiki/Strauss%E2%80%93Howe_generational_theory

                Le cycle serait plutôt de 80 ans et si vous vous plongez dans l’histoire de France, vous verrez qu’environ tous les 80 ans il y a une grande déflagration :

                1940 : Défaite face à l’Allemagne puis occupation
                1870-1871 : Défaite face à l’Allemagne puis occupation puis perte de l’Alsace-Moselle puis Commune de Paris
                1789 : Convocation des États généraux puis prise de la Bastille, fin de la féodalité
                1715 : mort de Louis XIV, la France ruinée - banqueroute de Law en 1720
                1648-1649 : la Fronde
                1572 : massacre de la Saint-Barthélémy
                1493 : perte des comté de l’Artois, de Bourgogne et de Roussillon par Charles VIII
                1415 : défaite à Azincourt (guerre de cent ans)
                1356 : Jean Le Bon fait prisonnier à la bataille de Poitiers (guerre de cent ans), pour retrouver sa liberté il doit céder tout le Sud-Ouest aux Plantagenêt
                etc.

                Bref, vous voyez que si l’on reste fidèle à cette suite, la grande explosion est assez proche...


                • Laurent Simon 10 septembre 2014 09:43

                  Merci heliogabale , je cherchais cela depuis longtemps ! Les cycles étaient trop évidents, il y avait nécessairement quelqu’un qui les avait trouvés avant moi (mais la page Wikipedia est seulement en anglais) !

                  La théorie résumée dans cette page Wikipédia fait état de cycles générationnels de 20 - 22 ans (c’est exactement ce que j’avais trouvé et publié dans mon article de 2005), et de « super-cycle » (c’est mon terme) de 4 générations, donc 80 à 88 ans. La théorie évoque la période 1929 - 1945. Ce qui ferait, si on part de 1929, ou plus exactement de 1930 en France (1932 en Allemagne) 2010 - 2018, dont le milieu est 2014...

                  Indépendamment de cette théorie, si vous demandez aux Français les dates récentes importantes, en politique, il vous dira : 2002 (LePen au 2e tour), 2005 (NON au référendum).
                  Et si vous demandez à un politologue, il ajoutera 2014 : deux défaites magistrales de la gauche (municipales, européennes), score historique du FN aux européennes (25%, contre 6% en 2009, 10% en 2004), et effondrement comme jamais de la côte de popularité du Président : 13% au dernier sondage.

                  2005, c’est 12 ans après 1993. (et 2002, c’est 21 ans après 81). Et que vous preniez 2002 ou 2005 (+12 ans), vous tombez sur la période 2014 - 2017... qui se trouve exactement dans la période citée plus haut (2010 - 2018)
                  Si en revanche vous préférez ne pas tenir compte de ces dates 2002 et 2005, et ne prenez en compte que 1993, alors la période 2014 - 2017 (date prévue des présidentielles et législatives) correspond à + 21 ou + 24 ans...

                  La conclusion que j’en tire : cette période 2014 - 2017 est nécessairement particulière (c’est de toute façon une conclusion de n’importe quel politologue, étant donnée la situation présente, avec 13% de popularité pour F.Hollande, et ces résultats calamiteux de la gauche en 2014). Et puisque les Français sont prêts pour des réformes majeures (selon les sondages), il faut les faire maintenant ! (c’est ce qui sera développé dans la 3e partie de l’article). D’autant que des élections anticipées prendraient tout le monde de court, aucun programme n’étant prêt, ni à gauche, ni à droite ; ni bien sûr à l’extrême droite, puisque les mesures prônées par le FN sont contradictoires et irréalistes.


                • Laurent Simon 10 septembre 2014 10:20

                  « si l’on reste fidèle à cette suite, la grande explosion est assez proche... »
                  1929 + 78 ans, aux Etats unis = 2007 la crise des subprimes
                  1930 + 81 ans = 2011 en Europe, la crise de l’euro, qui aurait pu être gigantesque...

                  Cette théorie des 80 ans (4 générations) est effectivement intéressante !


                • Laurent Simon 10 septembre 2014 10:53

                  La page Wikipedia ne date que de 2010, et en anglais seulement. Le premier livre « Generations » date de 1991. Dans l’ouvrage « The fourth turning », les auteurs de la théorie comparent aux quatre saisons des pays tempérés, qui se déroulement dans le même ordre, mais avec des variations légères dans le timing :
                  "In their book, The Fourth Turning, however, Strauss and Howe emphasize that the precise boundaries of generations and turnings are erratic. The generational rhythm is not like certain simple, inorganic cycles in physics or astronomy, where time and periodicity can be predicted to the second. Instead, it resembles the complex, organic cycles of biology, where basic intervals endure but precise timing is difficult to predict. Strauss and Howe compare the saecular rhythm to the four seasons, which inevitably occur in the same order, but with slightly varying timing"


                  • zygzornifle zygzornifle 10 septembre 2014 12:03

                    Israël mure peut être mais France pourrie par la politique de l’UMP et maintenant du PS ....


                    • Laurent Simon 10 septembre 2014 12:43

                      « ..France pourrie par la politique de l’UMP et maintenant du PS .... » Ce n’est pas ce que je dis, mais votre logique va dans le sens de ce que je dis :
                      2 amères désillusions ! qui annoncent un changement majeur. Pour le reste, la France mûre, voir la prochaine partie de l’article, où je m’appuie sur les sondages : la majeure partie des français attend des réformes, efficaces, et leurs attentes ne correspondent pas aux idéologies étatistes (reprises d’ailleurs par le FN) qui ont fait la preuve de leur inefficacité (contre le chômage en particulier), depuis des décennies.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès