Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Future banque mondiale des « pauvres » : La Chine irrite les (...)

Future banque mondiale des « pauvres » : La Chine irrite les BRICS

Les pays émergents, en tout cas les plus riches d’entre eux, se veulent « décomplexés ». Afin de posséder les outils économiques allant de pair avec le nouveau poids qu’ils représentent désormais dans le concert mondial, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) entendent s’exonérer du FMI et de la Banque mondiale pour financer leurs infrastructures. Surtout la Chine …

Devant les désirs hégémoniques visibles de Pékin, les autres partenaires sont d’une prudence de lynx. Du coup, la création de la structure concurrente aux grands financiers mondiaux actuels risque de se hâter lentement.

En effet, les intentions des BRICS relèvent pour l’heure plus du chiffon rouge à l’attention de Christine Lagarde (NDLR : la directrice générale du FMI) que de la bombe définitivement programmée et réglée.

Ils avancent donc à pas comptés pour créer leur banque de développement : la « New Development Bank », NDB. Mais il ne s’agit encore seulement que d’un principe arrêté par ceux qui dessinent pourtant de plus en plus précisément le paysage économique mondial.

Réunis cette semaine pour leur cinquième sommet à Durban en Afrique du Sud, les BRICS ont chiffré à 4.500 milliards de dollars leurs besoin en infrastructures pour d’ici 2018.

Mais le capital de départ de la NDB, voulu idéalement à 50 milliards de dollars (10 milliards par pays) ne va pas être simple à collecter.

Les Russes, prudents, proposent deux milliards par Etat. Ce qui a soulagé les Sud africains un tantinet soucieux de sortir la somme initialement prévue : 10 milliards de dollars représenteraient environ 2,5% du Produit intérieur brut de Pretoria.

La politique des fondateurs de la New Development Bank sera plutôt de parler des projets, d’abord, et des sommes pour les réaliser, ensuite.

La nouvelle banque, lorsqu’elle ouvrira ses portes, sera aussi un peu déséquilibrée de part le poids relatif de ses membres. La Chine, virtuellement première puissance économique mondiale, présente une force de frappe infiniment plus conséquente que ses petits copains.

On se tâte également sur la localisation du siège de la NDB que Jacob Zuma, le président sud Africain aimerait accueillir au sein de la nation arc-en-ciel.

Pour le moment, le désir de rivaliser avec la banque mondiale ou le FMI semble au moins aussi important dans les esprits que celui de disposer d’un outil favorisant les infrastructures supportant le commerce.

Au départ, les BRICS devaient aussi mettre en réserve une partie de leurs réserves de changes (au total 4.400 milliards de dollars dont les trois quarts détenus par Pékin), à hauteur de 200 milliards afin d’intervenir en cas de choc conjoncturel. La somme envisagée a finalement été divisée par deux à Durban.

Les débats y ont été quelque peu contenus par la crainte de voir les nouvelles institutions des BRICS se retrouver de fait sous la coupe du grand frère chinois, très présent sur le continent africain, et dont les richesses produites sont supérieures de 25% à ceux des quatre autres partenaires réunis.

Pékin devra donc s’attacher à apaiser les inquiétudes d’ici les prochains rendez-vous des BRICS : le G20 de Saint-Pétersbourg en septembre et le futur sommet des BRICS au Brésil prévu en 2014.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • latortue latortue 29 mars 2013 09:35

     lire tres instructif

    La Chine a cet immense avantage d’être capable de se projeter loin dans l’avenir, de se fixer des objectifs clairs et de mettre tous les moyens en œuvre pour les atteindre. La patience et la persévérance sont ses forces.

    Or il se pourrait bien que l’un des objectifs majeurs de Pékin soit d’imposer le Yuan comme monnaie internationale en réalisant le plus grand holp up de tous les temps : un « hold up » sur l’or physique. Disons-le clairement : la Chine est en train de prendre le contrôle du marché physique de l’or

    En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-pourquoi-chine-main-basse-marche-physique-or-isabelle-mouilleseaux-310854.html#1GFhqZvaqw62heA5.99
    Pékin a signé un accord avec plus de 20 pays (Argentine, Australie, Brésil, EAU, Japon, etc.) qui reconnaissent le yuan comme monnaie officielle des transactions internationales au détriment du dollar. Pour la monnaie américaine cela signifie l’abandon d’une partie du marché financier international.
    http://eburnienews.net/index.php/2013/03/le-dragon-chinois-et-lours-russe-ont-taille-les-griffes-de-laigle-americain/


    • leypanou 29 mars 2013 15:46


      " un des objectifs majeurs de Pékin soit d’imposer le Yuan comme monnaie internationale en réalisant le plus grand holp up de tous les temps «  : cela a l’air de vous chagriner non ? Et pour le dollar, depuis X années, cela a été un hold up ou non, en particulier la non convertibilité du dollar en or, décidée par R Nixon dans les années 1970 ?

      J’ai même lu quelque part que M Khadaffi était devenu trop »gênant" car il voulait créer une monnaie africaine, i.e se libérer du joug du FMI et consorts (le FMI a été créé pour assujettir l’économie mondiale aux intérêts US (cf Michael Hudson The Origin and Fundamentals of US World Dominance). Si l’objectif donné à la Chine est vrai, cela risque d’être un morceau autrement plus gros que la Libye et Khadafi.


    • hopeless 29 mars 2013 20:57
      « Devant les désirs hégémoniques visibles de Pékin, ... »

      Houlà, les méchants chinois veulent contrôler la planète et faire des misères aux si gentils US et leur dollar ? Curieux comment on peut détecter sur quelques mots d’un article son orientation propagandiste, pro-US en l’occurrence. 

      Les BRICS ne sont pas des pays émergents, ce sont des pays en pleine croissance économique et qui ne veulent pas se plier à un système basé sur le dollar US, entièrement sous le contrôle de la mafia financière occidentale. Des « non-alignés économiques » en quelque sorte. Plutôt rassurant pour l’avenir du monde, et il faut donc soutenir et encourager ce mouvement.

      Je lis aussi dans le titre « La Chine irrite les BRICS »

      Non, la Chine n’irrite surement pas les BRICS, il y a un seulement un désaccord ponctuel sur les modalités de fonctionnement de cette nouvelle banque, et on peut faire confiance au pragmatisme de ce groupe pour arriver rapidement à un accord sur ce point.

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 31 mars 2013 13:10

        En clair, soucieux de s’émanciper du grand méchant USA, les petits pays grandissant se réunissent et fondent leur petit ONU à eux.


        Et puis ils s’aperçoivent que si tous sont égaux, certains le sont plus que d’autre. Et que Pékin aimerait bien se tailler la part du lion.

        Au final, au lieu d’être dans une structure inégalitaire dominée par les USA, ils se retrouvent dans une structure inégalitaire dominée par la Chine.

        Je sais pas si c’est un progrès.

        • ecolittoral ecolittoral 6 avril 2013 14:46

          Un capital de 50 milliards de dollars US. Ça donnera combien quand le dollar se sera effondré ?

          Que le yuan soit utilisé comme monnaie d’échange par certains, pourquoi pas ? 
          Mais, cette monnaie est en train de perdre de sa valeur, pilotée par Pékin comme le dollar par la FED.
          Quand auxBRICS. 
          A mon avis, avec les incertitudes actuelles dans tous les domaines, chacun a intérêt à monter des partenariats et diversifier les échanges avec ceux qui le peuvent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès