Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Génocide du Rwanda : Français non-coupables ?

Génocide du Rwanda : Français non-coupables ?

On n’entend plus que ça, "accusations inacceptables". Le ministère français des Affaires étrangères crie au scandale, accusant la commission indépendante, je dis bien indépendante, qui a rendu publiques, mardi 5 juillet, après avoir communiqué officiellement aux autorités françaises, ses conclusions relatives au génocide de 1994.
On comprend mieux le déplacement en catastrophe de Bernard Kouchner, en janvier.

Jusqu’à quand donnerons-nous des leçons aux Africains, refusant aujourd’hui, les conclusions d’une vraie enquête indépendante ? Le Quai d’Orsay dit s’appuyer sur les conclusions de 1998 de Paul Quilès, plusieurs fois ministre de François Mitterrand, qui, en rendant son rapport, était député et président de la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale.

Au nom de quoi donc, considérant que nul n’est censé ignorer la loi, les mis en cause occidentaux de ce génocide rwandais, seraient-ils épargnés parce que Blancs ? Sommes-nous donc exempts de faute quand on connaît notre passé glorieux de génocidaires ? J’en veux pour preuve la sortie d’Alain Juppé, ancien haut responsable à cette époque qui accuse les Rwandais de vouloir réécrire l’Histoire.

Ce qui est amusant dans l’histoire c’est que, tous ceux que le Rwanda accusait, pour peu qu’ils soient Noirs, les autorités françaises s’exécutaient. Aujourd’hui, d’ailleurs, on compte six ressortissants de ce pays que la France a arrêté. Pourquoi, quand il s’agit cette fois des siens, elle, la France, lance des cris d’orfraie, en refusant de se plier ? Ô non coupables !

C’est la Françafrique, dans toute son exaltation, avec, d’un côté, les bons, axe du bien, fait de Blancs, et de l’autre, l’axe du mal, les Noirs. Puis, nous allons crier au loup, accusant les autres de faire une politique anti-européenne alors que nous ne respectons rien et les méprisons.

Avant de terminer ce propos, ceux qui doivent répondre de ce crime devant le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda) sont donc : à titre posthume, François Mitterrand, puis, les vivants, Alain Juppé, Edouard Balladur, Dominique de Villepin et bien d’autres.

Que l’hypocrisie s’arrête. "Africa want to be free", nous dit Tiken Jah Fakoly.

Documents joints à cet article

Génocide du Rwanda : Français non-coupables ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.36/5   (94 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Radix Radix 8 août 2008 12:29

    Bonjour

    "Jusqu’à quand donnerons-nous des leçons aux Africains, refusant aujourd’hui, les conclusions d’une vraie enquête indépendante ?"

    Cette phrase décrédibilise votre article !

    Qualifié "d’enquête indépendante "une enquête" menée par un gouvernement accusé d’avoir commandité l’attentat contre l’ancien président du Rwanda déclenchant ainsi le génocide c’est se moquer du monde !

    Le but de cette "enquête indépendante" c’est que la justice française abandonne les poursuites contre le président actuel pour l’attentat contre l’avion présidentiel de l’ancien président.
    Le fait que vous n’en parlez même pas prouve une partialité imbécile.

    Radix


    • Allain Jules Allain Jules 8 août 2008 13:36

      Désolé, je m’inscris en faux face à vos allégations. Pensez-vous vraiment que cette commission, parce que africaine, pas du gouvernement rwandais comme vous dites, ne serait pas crédible ? L’opération Turquoisse des français a été catastrophique. Ce sont des faits, pas un point de vue que j’exprime.

      http://www.quebecoislibre.org/031220-11.htm


    • Radix Radix 8 août 2008 14:27

      Ben voyons !

      La commission d’enquête est Rwandaise et ses conclusions sont présentées par le ministre de la justice rwandaise Tharcisse Karugamarama.
      Elle est où votre "commission africaine indépendante" ?
      A ce train là bientôt ce sera la France qui sera accusée de génocide !
      Il ne manque pas d’air Kagame, il est prêt à tout pour s’exonérer de la moindre responsabilité dans les évènements qui ont déclenchés ce massacre.

      Radix


    • Allain Jules Allain Jules 8 août 2008 14:40

      Radix,

      Savez-vous que la France s’appuie aussi sur un rapport franco-français ? Je n’accuse pas la France, non. Les faits, encore les faits. C’est ce qu’il faut privélégier. Pourquoi lorsque le même gouvernement rwandais demandait aux autorités françaises d’arrêter des génocidaires, elles s’exécutaient ? Ceci ne semble pas vous interpeller. C’est trop facile d’accuser Kagamé, que je ne lave d’aucun soupçon, de manipuler la commission. Mais, sommes-nous blanc comme neige ? NON.


    • Radix Radix 8 août 2008 15:02

      Que le gouvernement français se soit trompé dans l’analyse de la situation au Rwanda, je suis d’accord.
      Qu’il soit complice du génocide car, suivant les accords avec le gouvernement Rwandais précédent, il entraînait son armée c’est pousser le bouchon un peu loin et pourtant c’est un des arguments principaux de l’accusation de cette "commission indépendante" !
      Ils entraînaient aussi les civils au maniement de la machette ?
      Car je vous rappelle que ce sont des civils qui ont commis ce massacre, mais visiblement vous l’avez oublier !
      Quand à l’opération Turquoise elle est arrivée après les massacres, il me paraît difficile de la mettre en cause dans les évènements.

      Je le répète "l’indépendance" de cette commission est une farce !

      Toute cette opération est un contre-feux allumé par Kagamé pour protéger sa petite personne des lourdes accusations qui pèsent sur lui.


      Radix


    • Allain Jules Allain Jules 8 août 2008 15:13

      @Radix,

      Avez-vous suivi l’affaire du militaire de Carcassone, le sous-officier qui avait tiré par mégarde dans la foule ? Les "qui" ont été les premiers à condamner ? Les généraux, non ? Donc, vouloir présenter cet épisode triste du Rwanda alors que nous étions impliqués, avec l’armée sur place, chercher à dédouaner les autorités français et par conséquent ceux qui étaient en poste, c’est pas très honnête. Encore une fois, un seul homme, ne peut discréditer d’autres.

      Vous n’êtes en rien coupable de ce qui s’est passé là-bas, moi non plus. Tous les français n’étaient pas collabos à la fin !


    • Stephane Guezenec Stephane Guezenec 8 août 2008 16:06

      L’auteur de cet article a du mal à admettre que les africains, comme tous les hommes, ont en eux une bête fauve qui sommeille. Depuis 50 ans il est vrai que les rôles sont assez facilement répartis : d’un côté les mauvais blancs, de l’autre les bons noirs. Cette vision du monde a donc du mal à intégrer le fait que des africains puissent être des génocidaires racistes, et elle cherche à toute force le coupable blanc qu’on lui cache forcément. Comme c’est  ce que cherche également la "commission indépendante" de Monsieur Kagamé, l’auteur de cet arcticle, et tous les défenseurs de cette thèse pathétique saluent ses conclusions et respirent : leur vision du monde est sauve. Cela s’appelle des idiots utiles (à Monsieur Kagamé). Les américains, en ne bombardant pas Auschwitz, sont autant responsables de la solution finale que les français du génocide rwandais. Rions de bon coeur devant tant de stupidité, d’idiotie, de mauvaise foi et d’ignorance crasse.


    • Allain Jules Allain Jules 8 août 2008 16:25

      A votre propos cher monsieur, je ne répondrai pas par l’invective dont vous faites pour étaler vos connaissances magiques il me semble.

      On parle d’un génocide que pouvait empêcher les troupes françaises. Il n’y a de toutes les façons aucun manichéisme comme vous voulez insinuer.

      Je vais vous poser une question simple : en quoi la commission Paul Quiles, serait-elle plus crédible que celle des rwandais (indépendante) malgré ce refus caractéristiques ?

      Renseignez-vous bien, avant de déblatérer en accusant les autres de méconnaissances.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 août 2008 20:12

      @ Stéphane Guezenec

      "Rions de bon coeur devant tant de stupidité, d’idiotie, de mauvaise foi et d’ignorance crasse."

      Assurément, vous pouvez nous faire la leçon. Vous êtes un maître en la matière !

      J’espère que l’histoire vous donnera tort. C’est-à-dire que j’espère que la France aura un jour à répondre devant une juridiction internationale, pourquoi pas africaine, des crimes commis au Rwanda.
      Si cela ne vient pas, j’espère que vos enfants seront moins obtus que vous et vous ferons enfin éprouver un sentiment de honte.

      C’est la première chose que l’on ressent en tant que français lorsqu’on a une once de responsabilité devant une telle abomination dont certains de nos dirigeants se sont rendus coupables dans l’accomplissement des finalités de la Françafrique.

      Il n’y a pas de paix possible sans que les coupables reconnaissent leur fait. La France doit le faire. Repentance et réparation, voilà ce qui est nécessaire.


    • LE CHAT LE CHAT 8 août 2008 12:44

      c’est tout pareil avec les yankees qui ne peuvent être jugés que chez eux avec bienveillance pour leurs crimes de guerre !


      • fonzibrain fonzibrain 8 août 2008 12:51

        parce que ya encore des gens qui croient que c’est des noirs qui se sont entretué gratuitement !

        hé bien !!


        pourtant divers livres ont traité le sujet,François-Xavier Verschave, en particulier

        il y a aussi la faute de l’eglise catholoque et monseigneur perraudin


        u moment où le Rwanda enterre ses morts, et la communauté rwandaise et plusieurs amis du Rwanda dénoncent le génocide et ses conséquences ; au moment où des enfants mutilés durant le génocide errent sur la colline ou sont internés dans des centres psychiatriques, où de jeunes enfants violées à l’âge de huit ans et contaminées par le virus du VIH n’attendent que la mort, Mgr André Perraudin publie son livre, “Un évêque au Rwanda, témoigne”, un refrain de ses incantations haineuses contre les tutsi. A travers le prisme d’une anthropologie ethno-raciste du début du siècle dernier (Cf. Hans Meyer, Les Barundi, 1916), Mgr Perraudin parle d’une « mentalité de mensonge, de calomnie et de perfidie », qui aurait imprégné les Tutsi.

        Le livre retrace l’activité religieuse du prélat et s’attarde sur le jugement politique qui le conduisit à rédiger sa Lettre pastorale (11 février 1959), prélude des massacres de 1959, 1963, 1973 et le génocide de 1994. Il ne parle presque pas du génocide des tutsi de 1994.

        Chaque fois, Mgr Perraudin prend le soin de justifier les massacres récurrents qui ont frappé les tutsi. Selon lui, les massacres de 1959 étaient la conséquence de « l’aveuglement des Tutsi, qui ont refusé de partager le pouvoir quand il en était encore temps ».

        Quelques mois après le génocide de 1994, Mgr Perraudin s’exprimait dans La Croix : « Il faut souligner que les affrontements qui provoquèrent ces victimes résultaient des attaques de Tutsi réfugiés à l’extérieur du pays ». (Mgr André Perraudin, La Croix, 25 octobre 1995).

        Prenant la guerre comme preuve de légitimité du génocide des tutsi, Mgr Perraudin dit que le génocide de 1994 ne serait qu’une simple réaction de légitime défense de la population hutue. Au final, à l’appui des diverses déclarations faites par Mgr Perraudin, dans le passé et aujourd’hui, il affirme que les tutsi sont responsables de leur propre mort.

        A la fin de son livre, Mgr Perraudin écrit : « Sans hésitation on doit affirmer que la première et principale cause du génocide tutsi d’avril 1994 est l’attaque du pays par les Tutsi eux-mêmes ».

        On s’attendrait à un mea culpa d’une personne assagie par l’âge et attendrie par les horreurs du génocide. Les années n’y ont rien changé : on est devant un jusqu’auboutiste dont le cheval de bataille a toujours été la haine des tutsi.

        Encore une fois le livre-témoignage de Mgr Perraudin se lit comme une illustration de l’argumentation moderne des tenants de la négation du génocide des Tutsi. L’auteur du « livre-témoignage » n’échappe pas à la catégorie de ceux « qui travestissent l’histoire du Rwanda » comme il l’écrit dans son livre.

        Le respect de la mémoire des victimes exige que tout acte dénigrant la portée du génocide soit poursuivi et puni par la loi. Ainsi dans le Code pénal suisse Art 261 bis ; « Celui qui publiquement aura incité à la haine ou à la discrimination envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance raciale, ethnique ou religieuse : celui qui …niera, minimisera grossièrement ou cherchera à justifier un génocide ou d’autres crimes contre l’humanité : …sera puni de l’emprisonnement ou de l’amende.

        Une telle punition serait à la hauteur des dégâts de la politique ethnisante de Mgr André Perraudin, des dégâts qu’il faut réparer.

        Fondation Ntarama

        Le 14 avril 2003

        • Francis Francis 8 août 2008 17:07

          Ah ben voilà, enfin quelqu’un qui cite Verschave !

          La DST est loin d’être blanche dans cette affaire, on parle même d’officiers français qui auraient donnés de véritables "cours de torture" aux futurs tortionnaires. En tout état de cause, ce ne sont pas les cries d’orfraie du Quai qui me feront changer d’avis, le jour où il motiveront leur réaction, point par point, on en reparlera. En attendant, l’histoire de la France et de ses dirigeants avec l’Afrique ne plaide pas en sa faveur !


          • GB 8 août 2008 19:00

            La France est un merveilleux pays qui protège les plus faibles. Quand les Africains étaient colonisés, ils ont défendu le pays, enrôlés malgré eux dans un conflit qui ne les concernaient pas. Ils ont été tués ou blessés et pour prix de leurs douleurs ils ont reçu des pensions ridicules pendant nombres d’années. C’était pour leur bien, car dans leurs pays ils auraient suscité des jalousies avec leurs infirmités normalement récompensées.

            Plus tard, toujours progressiste la France a fait appel à des immigrés. Les sans papiers étaient les bienvenus pour mieux les exploiter, « mais on le savait pas ».

            Entassés dans des ghettos pour ne pas qu’ils s’échappent vers de grandes écoles, le chômage est arrivé. Teigneux, ils n’arrivaient pas à entrer à l’ENA mais dans les universités moins barricadées. Heureusement, sinon ils y auraient des ministres fils d’émigrés à la place des brillants technocrates qui ont su gérer de façon magistrale les finances du pays.

            Les mêmes qui ont géré le conflit rwandais avec les méthodes pacifistes des guerres d’Indochine et d’Algérie.


            • ASINUS 8 août 2008 19:08

              .bis repetita placent

              c’ est une constante de voir beaucoup attribuer aux occidentaux l origine
              des conflits et massacres Africains ou autres.

               La France n est pas exempte d erreur dans la region des grands lacs ,
              mais attibuer l instigation voir la perpetrations des massacres a la France
              releve de l injure a l encontre de nos militaires ,
              mais aussi d un comportement finallement raciste
              croire que l homme africain ne peut etre capable seul de complots,
              de duplicité de gestion politique et militaire de conflits ethniques,
              de real politik jusqu au massacre
               c est ignorer l intelligence qu il faut pour se maintenir a tout les echelons de pouvoir dans ces pays . J ai connus des vieux sages analphabetes tchadiens qui en auraient remontrés a nos senateurs
              ou ministre les plus madrés ;
              n est ce pas la finallement un leger complexe de superiorité de la part
              de certains donneurs de leçons que de croire l homo africus
              incapable de se passer de mentor pour ce comporter a l instar des autres peuples et nations .


              • jidejeandominique jidejeandominique 8 août 2008 19:51

                Il est vraiment dommage qu’une personne avec un tel bagage intellectuel rédige un article qui tient plus de l’invective partisane que d’une réflexion profonde sur un sujet aussi important.


                • Allain Jules Allain Jules 8 août 2008 22:07

                  @jidejeandominique,

                  Bonsoir.

                  Permettez-moi de vous dire qu’il ne s’agit nullement d’un travail intellectuel. Je n’use non plus de l’invective pour étaler une thèse. Je ne dis pas non plus que ce sont des paroles d’évangiles. En revanche, sur quoi vous vous basez pour dire que j’insulte ? Qui donc ?

                  On ne peut pas, d’un côté, extrader les ressortissants rwandais qu’exige le Gouvernement Kagamé, et de l’autre, refuser lorsque les nôtres sont à leur tour soupçonnés. Sommes-nous infaillibles ? Blanc comme neige ?

                  Chacun sait ceci que je vous laisse découvrir :

                  l’exfiltration vers l’ex-Zaïre, sous couvert de l’opération « humanitaire » Turquoise, d’une grande partie des commanditaires et exécutants du génocide et enfin, la stratégie de propagande négationniste reflètent la continuité d’une politique mûrement réfléchie dont les conséquences, au vu des informations disponibles à l’Elysée dès le début des années 90, étaient très largement prévisibles. C’est ainsi, en toute connaissance de cause, que cette minorité de responsables politiques et militaires a maintenu la France sur le cap de la complicité active avant, pendant et après le génocide.

                  http://www.genocidemadeinfrance.com/

                  Je dis simplement que nous devons reconnaître nos fautes, au lieu de tirer sur Kagamé qui n’est nullement exempt de quoi que ce soit, loin s’en faut, mais, attention de se mettre à dos tout le monde, on risque d’être pénalisé à l’avenir.


                • Allain Jules Allain Jules 8 août 2008 22:08

                  @M. Arthur Marge,

                  Merci d’apporter des éléments qui illuminent cet article polémique.


                • Ludewic Mac Kwin De Davy 8 août 2008 23:20

                  Les Etats-Unis ont presenté leurs excuses au peuple rwandais pour leur responsabilité dans le genocide, la belgique aussi, à quand la "Grande" France ? Ah oui.. c’est vrai Kouchner a dit qu’il y avait une "faute" commise, oui mais laquelle ? L’homme au sac de riz ne l’a pas precisé..


                  • Allain Jules Allain Jules 9 août 2008 00:39

                    @Ludewic Mac Kwin De Davy,

                    Bonsoir et merci.

                    T’es de quelle ville au Cameroun ? Je connais très bien d’où ma question.

                    @+


                  • Ludewic Mac Kwin De Davy 9 août 2008 01:10

                    Yaoundé (pour les fetes de Noel et de fin d’année) - New York (presentement et pour le reste de l’année).. Peace Bro’..


                    • kabreras kabreras 9 août 2008 04:58

                      Evidement, que ce soit la France ou n’importe qui, il est toujours tres facile de supporter les accusations contre tous les autres ...
                      Le jour ou cela arrive à etre à cause de nous c’est un autrer probleme car nos elites se croyant infaillibles, elles ne peuvent accepter d’etre prise en défaut.


                      • Innsa 9 août 2008 10:32

                        Ce qui me surprend le plus dans cette affaire est que homme de gauche comme homme de droite en France se serre les coudes pour dire qu’ils n’ont rien a voir avec le génocide. Il n’y a pas de divergences, même minime entre hommes politiques de tout bord : la France est innocente.
                        Quand il s’agit de critiquer notre gouvernement sur ses actions en France, on est tous présents. On voit en nos hommes politiques des faux culs, des menteurs, parfois même des incompétents. On manifeste, on fait grève etc.
                        Mais lorsqu’il s’agit de critiquer notre gouvernement sur ses actions en Afrique, d’un seul coup, on a une entière confiance en l’honnêteté et en l’intégrité de nos hommes politiques.

                        Même des gens comme Lerna ont toute confiance en Mitterrand et aux socialistes de l’époque. (Mais uniquement pour ce qui concerne le Rwanda). Rien que cela mérite une enquête !


                        • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 9 août 2008 21:03

                          Evidemment l’implication directe du gouvernent Balladur de 1994 + l’Elysée Mitterrand (donc des représentants du pays) dans le génocide de plus de 1 million de personnes (la plupart sous la torture) est quelque chose de difficile à encaisser et à accepter. Quoi de plus normal !

                          Surtout quand il y a eu une campagne dans les médias en 1994 (et aussi après) afin d’ignorer et par la suite de minimiser le nombre de victimes. C’est d’ailleurs à ce moment précis que j’ai pu mesurer concrètement le gouffre de désinformation dont tout les français étaient les victimes.

                          Depuis bien sûr toute la classe politique et les médias cherchent par tous les moyens à nous prouver qu’ils sont blancs comme neige et innocents comme l’agneau qui nait. Ce qui en dit long sur leur effroyable cynisme. Heureusement que la communauté internationale a décidé en 1945 que les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles ce qui rend les coupables potentiels un peu moins tranquilles...

                          Je me souviens très bien qu’après la soit disant humanitaire opération "Turquoise" le journal de Fr 2 ne faisait que des reportages sur les camps de réfugiés aux Zaïre qui avaient fui l’avance du FPR (qui a mis fin au génocide), alors que ces réfugiés Hutus avaient massacré leurs voisins et que les hommes étaient les « Interhamwés » milice du Hutu power génocidaire.

                          Pour ne rien savoir, c’est pas compliqué, il suffit de se laisser aller, de ne pas trop s’informer de ne pas chercher à savoir, après tout ça se passe très loin tout ça, d’ingurgiter la pâtée prédigérée servie par les télés et journaux. Il est vrai qu’en 1994 internet en était à ses débuts et peu de gens l’avait à leur disposition, je pense qu’il serait plus difficile maintenant de massacrer 1 million de personnes en catimini, sans que ça se sache sur le Web.

                          Quand aux responsabilités de la France dans ce génocide, elles sont écrasantes. Il n’y a qu’à consulter de nombreux sites sur la question comme :

                           http://survie.org/

                           http://izuba.info/Nuitrwandaise/spip.php?article77

                           http://www.afrik.com/article12053.html

                           de voir le documentaire : http://programmes.france3.fr/6324071-fr.php

                           http://cec.rwanda.free.fr/

                           http://survie67.free.fr/Rwanda/Divers/attentat.htm


                          et bien d’autres encore, cherchez vous même...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès