Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Géorgie : le réveil de l’ours russe

Géorgie : le réveil de l’ours russe

“On ne tire pas impunément les moustaches du vieux lion qui dort”, déclarait il y a peu Charles Pasqua à l’adresse de Patrick Devedjian à propos du Conseil général des Hauts-de-Seine. La métaphore est transposable au conflit qui oppose depuis quelques jours Russes et Géorgiens. Américains et surtout Européens ont une large part de responsabilité dans cet embrasement du Caucase. En modifiant les frontières internationales avec la création de l’Etat kosovar, en laissant croire aux Etats qui ceinturent la Fédération russe qu’ils avaient une légitimité à rejoindre l’Union européenne et l’Otan, Européens et Américains ont créé les conditions de la réplique russe. Reste désormais à savoir où s’arrêtera l’escalade militaire et, quelles seront les conséquences pour les anciens pays satellites soviétiques qui avaient pensé un peu précipitamment s’affranchir définitivement de leur imposant voisin.

Bataille pour un confetti. Quelques jours après le début du conflit, il se confirme que la question de l’Ossétie du Sud n’aura été que le prétexte qu’attendait Moscou pour remettre au pas le petit Etat géorgien. Le président géorgien a pensé à tort que ses relations privilégiées avec l’ami américain lui donnaient carte blanche pour régler une “simple affaire intérieure”, les volontés indépendantistes d’Ossètes russophones.

Sa principale erreur aura été de prendre à partie le contingent des 500 Casques bleus russes, ce qui constitue une violation caractérisée du droit international. Violation pour violation, les Russes ont réagi en franchissant les frontières d’un Etat souverain. Un partout pourrait-on dire, si les populations civiles prises en tenaille n’étaient, comme d’habitude, les principales victimes. D’incursion, le scénario a tourné en un véritable conflit dont l’issue militaire est sans suspense. Que peuvent faire les 27 000 soldats géorgiens face au rouleau compresseur russe ?

Moscou profite de la question ossète pour détruire les infrastructures militaires géorgiennes d’autant que la Géorgie était candidate déclarée pour rejoindre l’Otan. Le Kremlin étale sa puissance et indique sans ambages qu’elle ne laissera plus faire n’importe quoi à ses portes. Il tord ainsi le coup au sentiment d’impunité qui s’est développé ces dernières années sous les sirènes européennes et américaines.

Faute de vouloir déterminer un périmètre, l’UE a pris le risque de susciter de vives déceptions en laissant croire que tous les ex-pays de l’Est ont vocation à la rejoindre. L’ambiguïté est largement utilisée par l’actuel président géorgien qui n’omet pas de placer le drapeau européen en arrière-plan de toutes ses interventions TV alors qu’en fait son pays est uniquement membre du Conseil de l’Europe.

La crise géorgienne rappelle à ceux qui balayaient l’argument d’un simple revers de la main que l’intégration trop rapide d’Etats instables constitue un réel risque de guerre pour toute l’Union. Intégrer à tout-va, c’est aussi faire siennes des frontières à haut risque. Il ne s’agit plus d’une hypothèse d’école liée à la frontière potentielle avec l’Irak en cas d’adhésion de la Turquie. Depuis l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie en 2007, l’UE est sur la mer Noire dans une zone géostratégique explosive.

Il y aura bien un avant et un après 8 août 2008, date de début du conflit. La course à l’Est pour l’UE et l’Otan se trouve stoppée nette. La Russie entend bien se reconstituer outre sa sphère d’influence, un no man’s land où seule la neutralité des Etats concernés sera admise. Non sans rappeler des épisodes de sinistre mémoire comme les Sudètes, le nouvel empire russe, qui a retrouvé des couleurs à travers la manne financière des hydrocarbures, se montre particulièrement attentionné vis-à-vis de minorités russophones de ses anciennes républiques.

Malgré les mises en garde répétées, tous les observateurs avisés soulignent l’effet boîte de Pandore que constitue la naissance d’un Etat Kosovar indépendant voulue par Américains et Européens contre l’avis de la Fédération de Russie. Un dangereux précédent en termes de bricolage de frontières dans une région où la question des minorités et des tracés territoriaux est ultrasensible.

Ce conflit rappelle aux Européens qu’au-delà de leur puissance économique ils sont des nains politiques et militaires. Alors que, dimanche, Washington dénonçait avec fermeté une "agression" de la Russie contre un Etat souverain, et accusait Moscou de vouloir changer un gouvernement démocratiquement élu, l’UE par la voix de la présidence française, tenait un discours très modéré dicté par une volonté de médiation.

La tâche s’annonce ardue pour Nicolas Sarkozy qui rêvait sans doute d’une présidence de l’Union moins agitée. Sa crédibilité internationale future dépendra de sa capacité à parvenir à un accord au sein de l’UE. Les clivages d’hier risquent de ressurgir dans le couple franco-allemand avec un président français précautionneux à l’égard du Kremlin et une chancelière allemande beaucoup plus intransigeante, chef de proue des autres pays membres, anciens du bloc de l’Est.

Dans ce contexte, l’été 2008 apparaît comme celui de tous les dangers. Alors que Daniel Cohn-Bendit essuie un tir nourri des dirigeants de l’UMP pour avoir oser faire un parallèle avec 1936 à propos des jeux Olympiques, on peut à la lumière des événements du Caucase se demander si, au contraire, il n’a pas décelé avec pertinence un bégaiement de l’Histoire.

 

NB : la Vidéo 3 explique le dessous des cartes à partir de
la situation tchétchène.






Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Echo Echo 12 août 2008 12:51

    La Russie en 2008 n’a aucun rapport avec un vieux lion endormi. Je la percois plutot comme un jeune tigre aux aguets.

    La guerre froide et ses consequences ne sont plus d’actualite, alors oubliez le vieux lion et l’ours.


    • Matéo34 Matéo34 12 août 2008 13:40

      Bonjour,

      Article intéressant et constructif, bien qu’il ne prenne pas en compte les intérets et les conflits opposant les USA et la Russie. Le commentaire de echo est complètement erroné.
      Il n’y a aucun réveil de l’ours car il ne s’est jamais endormi : La Russie Tsariste, comme l’ Union soviétique (puisque celle-ci n’est pas une parenthèse dans l’histoire de la Russie) ont poursuivi les memes intérets. C’est intérets s’opposant à ceux des puissances occidentales puis des USA, il y a toujours eu friction. C’est la continuité historique...

      Je ne suis pas d’accord avec la fin : le jours DCB sera visionnaire, cela se saura. De plus, cette façon de comparer tout et n’importe quoi aux accords de Munich, c’est proprement abject.

      Bonne journée.

      Mathieu



    • Echo Echo 12 août 2008 14:07

      Nostalgie quand tu nous tiens !

      La Russie est un pays neuf.

      Et, ne vous en deplaise, elle sera, et pour longtemps, imprevisible.


    • Alexandre 12 août 2008 15:23

      Un pays neuf rafistolé avec du vieux !


    • Djanel 12 août 2008 13:21

      Un petit rappel de l’histoire est nécessaire.
      .

      L’Ossétie a été divisée en deux en 91 en 92. L’Ossétie du Nord qui est devenue une république de la fédération russe et l’Ossétie du sud qui est restée en Géorgie. L’Ossétie du sud voudrait rejoindre l’Ossétie du Nord pour reconstituer l’Ossétie historique. Il faut donc savoir que les Ossétiens ne sont pas des Géorgiens. Staline qui était géorgien, annexa l’Ossétie à la Géorgie. Le conflit est apparu lors du démantèlement de la fédération russe.

      Les déclarations de Bush sont fallacieuses en accusant les Russes d’avoir envahit la Géorgie, ils ne sont présensts qu’en Ossétie. Bush ose même parler au nom de l’Europe ici « Ces actions menacent les relations avec les Etats-Unis et l’Europe » De quel droit ose t’il parler en notre nom. La Pologne et d’autres pays de l’Est nouvellement adhérents à l’union européenne veulent nous entraîner dans un conflit avec les Russes.

      Il nous faudra donc rester vigilant pour rester en dehors de ce conflit car la Géorgie n’est pas une nation européenne. Nous devrions interdire au président Géorgien d’afficher le drapeau de L’U.E au coté de celui de la Géorgie dans ses apparitions officielles.

      Nous ne ferons certainement pas la guerre pour satisfaire le délire d’un Polonais ou d’un Tchèque ou d’un Ukrainien. La France est une puissance mondiale, elle devrait avoir sa propre vision des évènements mondiales sans qu’il soit nécessaire que les autres nations lui dictent ce qu’elle doit faire ou penser. Sarkozy sera t’il à la hauteur pour détendre la situation ? Peut-être avec la photo nous montrant ses bonnes relations avec Poutine à moins qu’il y ait encore une entourloupe médiatique quand Poutine serre chaleureusement son gamin dans ses bras ?


      • Djanel 12 août 2008 13:52

        .

        .

        Les courants d’air sont furtifs. Nous les ressentons sans jamais les voir.


      • Julius Julius 12 août 2008 16:16

        > Nous ne ferons certainement pas la guerre pour satisfaire le délire d’un Polonais ou d’un Tchèque ou d’un Ukrainien.

        Ils le savent. Ils se souviennent de Munich. C’est pourquoi ils comptent sur les États-Unis pour la protection de leur indépendance.


      • Sylvie et Nicolas Sylvie et Nicolas 12 août 2008 16:49

        Commencent à me faire bien marrer ces allusions fumeuses à Munich.
        Faut il rappeler ici que Pologne et Hongrie ont participé au dépeçage de la Tchécoslovaquie, dépeçage dont naquit la Slovaquie, qui participa plus tard à l’attaque de la Pologne et fit la suite de la guerre au côté des Nazis. S’il n’y avait eu les Soviétiques, tout ce beau monde serait encore gouverné par des Gauleiter.


      • Julius Julius 12 août 2008 16:59

        Tout cela a été explicitement autorisé par la France et l’Angleterre. Ils ont violé le traité avec la Tchécoslovaquie. La conséquence a été 6 années de l’occupation Allemande et 40 ans de l’occupation Russe.

        La leçon est simple : Ne comptez pas sur l’Europe pour la protection.


      • Sylvie et Nicolas Sylvie et Nicolas 12 août 2008 21:49

        @Julius
        Oui ! C’est valable pour la France aussi. On pouvait leur défoncer la gueule en 36... La période la plus abjecte de notre Histoire. Celle d’un vieux pays vérolé et misérablement arrogant, qui n’a du qu’aux efforts de l’Armée Rouge à l’est de ne pas chanter encore aujourd’hui "Maréchal, nous voilà" . Tout cela n’ a définitivement rien à voir avec le sujet et il faudrait arrêter de déconner avec ces allusions à la noix.
        Sauf que je trouve que ces nationalismes "cryogénisés" d’Europe orienale puent.


      • Djanel 12 août 2008 22:56

        Léon, vous tirez à coté.

        .

        L’Ossétie est une nation car il y a une identité nationale. La séparation de l’Ossétie en celle du Nord qui est restée dans la fédération russe et celle du sud qui est rattachée la Géorgie, remonte à Staline ce qui n’est pas vieux. Deux générations, celle du grand-père au petit-fils. Pas plus. Votre argument nous ramenant sur le moyen-âge est donc fallacieux.

        Cette identité régionale est exacerbée par les Russes d’un coté qui en ont besoin pour leur politique de reconquête du Caucase mais aussi par le comportement des géorgiens qui veulent s’imposer par la force ce qui unifie les ossétitiens à vouloir se séparer d’eux. Comment dit-on ? Ossétiens, Ossetitiens ? C’est vrai que la population se réclamant de l’Ossétie n’est pas nombreuse mais ils existent et méritent aussi qu’on les protège d’une disparition au même titre que toutes les espèces vivantes menacées d’extermination. En plus ce sont des être humains !

        Néanmoins la Grande Russie est une fédération et dans ce sens, elle reconnaît les identités régionales mais il faut faire attention avec le nationaliste russe qui n’aime pas qu’on veuille se séparer d’elle, par exemple les tchétchènes. C’est plutôt maussade.


      • Sylvie et Nicolas Sylvie et Nicolas 12 août 2008 23:01

        Pouce !
        Toute la question me semble là.
        Les Ossètes ne demandent pas l’indépendance mais leur rattachement à la Fédération de Russie (Cf. les dernières déclarations d’aujourd’hui même).
        Toute le contraire d’un "petit pays absurde" .


      • Julius Julius 12 août 2008 23:44

        > qui n’a du qu’aux efforts de l’Armée Rouge à l’est de ne pas chanter encore aujourd’hui "Maréchal, nous voilà" .

        La France a une chance d’être libérée par les Américains et non par les Russes. Libération par l’Armée rouge rapidement changé dans la longue occupation (qui a duré jusqu’au quatre-vingt-dix). Certains pays (l’Ukraine, pays baltes, Pologne) ont été occupés par les Russes, même avant l’occupation par les Allemands. Et cette (très récent) l’histoire n’est pas déconnecté de l’agression actuelle contre la Géorgie.


      • Julius Julius 12 août 2008 23:56

        > Tout cela n’ a définitivement rien à voir avec le sujet

        Si Sarkozy & Comp. réussira à envoyer l’armée Russe de la Géorgie, je vais d’accord pour dire que le parallèle avec traité de Munich n’est pas plus valable. Mais les Russes sont encore en Géorgie .. Alors permettez-nous attendre et voir smiley


      • Internaute Internaute 12 août 2008 13:46

        Les américains sèment le vent autour de la Russie et récolteront la tempête. Avec leurs complices israéliens ils vont de provocations en provocations et en même temps annoncent que la Russie dépasserait la ligne rouge en installant du matériel militaire à Cuba. Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. La Géorgie est remplie de conseillers et d’armes israéliens, deuxième nationalité du Ministre de la Défense.

        L’avenir est à la réunification de la Russie comme l’a été l’Allemagne. Les plus gros morceaux à intégrer sont d’abord la Biélo-russie et l’Ukraine. Cette dernière sera le plus difficile à raccrocher, peut-être que seule la partie industrielle et russe du Donblas sera rattachée à la mère patrie.


        • patogas2008 12 août 2008 16:32

          encore un qui choisi clairement son camp et puisque c’est ainsi sachez que le notre est effectivement du coté des démocraties occidentales avec leur défaut et leur qualités en attendant tout le monde aura noté que c’est encore un qui crache dans la soupe ici en france , mais si il fait si bon vivre en russie (qui va annexer l’ukraine d’apres vos souhaits ( les ukrainiens doivent etre super content d’apprendre ça ) pourquoi ne pas y retourner à moscou c’est à l’est !

          quand a sortir l’exemple de cuba c’est grotesque ce que les russes ( soviétiques ) ont essayé à l’époque c’est mettre des missiles nucléaires à 1000 kms des etats unis , si il n’y avait pas eu un type comme kennedy à la maison blanche mais un genre poutine , on imagine ce qui serait devenu de cuba , un tas de cendre !!! et le monde avec !! je rappelle qu’il n’y aeu aucun mort étant donné que les usa ont fait un simple blocus !! ce qu’aurait pu faire aisement poutine en georgie épargnant des milliers de vie russes ossetes et georgiennes , mais ça c’est le cadet de son souci ,


        • FYI FYI 13 août 2008 15:06

          Les américains ont eu un certain TRUMAN, qui a fait exploser 2 bombes atomiques sur une nation ’le Japon’ en ruine total, économique et militaire... Poutine, lui, ne l’a jamais fait.
          Si les Russes reprennent leur place dans le cercle des puissances avec une politique économique différente des ultra-libéraux, les occidentaux ont encore une chance de vivre correctement. Car la peur Russe va les calmer une bonne fois pour toute.


        • marc 15 août 2008 18:27

          Patogas

          Vous êtes bien sûr de savoir où est située Cuba ?? Ne parlez pas trop du grotesque deq autres .


        • MagicBuster 12 août 2008 14:41

          Accéssoirement les Chinois sont les alliés des russes. Les américains peuvent râler autant qu’ils veulent , ils ne sont plus les leader du monde.  !!!!!!!!!!! Et ce n’est que le début de la fin des US !!!!!!!!!!!

          Malheur au président Français qui est le dernier supporteur US. Faisont le tomber avant que ce ne soit lui . . .


          • TALL 12 août 2008 14:46

            Que la Russie profite de la bêtise du président georgien pour faire entrer à terme l’Ossétie du sud et l’Abkhasie dans la fédération russe, ce serait assez compréhensible.
            Par contre, que les Russes envisagent une invasion + large et durable de la Georgie me laisse sceptique.

            Car au sud de la Georgie, il y a le fameux pipeline BTC, très important pour l’occident ( il véhicule 1M barils / jour ). Et prendre le contrôle de ce pipeline serait considéré par les anglo-saxons comme un casus belli ( BP en est l’actionnaire principal à 30% ). Or, Poutine n’étant pas un imbécile, ça m’étonnerait qu’il s’aventure dans une confrontation aussi brutale avec l’occident. La Russie n’en a pas les moyens.


            • Djanel 12 août 2008 16:55

              Monsieur Tall

              .

              Soyons aimable entre nous et discutons. Je partage votre jugement sur le Président géorgien qui n’est qu’un imbécile qui ne comprend rien à la géopolitique en se réclamant de l’Europe de l’ouest. Il fait des confusions car la Pologne et les autres pays issus du bloc soviétique ne pourront pas nous imposer leurs vues car le centre des décisions en Europe de l’ouest, appartient encore aux 6 pays membres originels de L’U.E. Toute la construction européenne repose sur la réconciliation franco-allemande à laquelle il faut ajouter l’Italie et le Benelux.

              Les Belges ainsi que les Hollandais ont tout intérêt à consolider l’entente franco-allemande pour ne plus être pris en tenaille comme ce fut le cas durant les deux guerres mondiales car ces deux pays devinrent le champ de bataille durant les conflits (franco-allemand). Je viens de reconstituer l’Europe des six sans l’Angleterre qui va adhérer plus tard grâce à Pompidou et aussi parce de Gaulle ne pouvait plus s’y opposer.

              Or depuis quelque temps les USA ont marginalisé la France après le refus de Chirac de participer à la guerre du golf. Ils ont cru que Sarkozy allait être plus conciliant mais voilà qu’il fait des mamours à Poutine. Embrassade et que je t’embrasse et Poutine en rajoute. Sarkozy sans l’avoir voulu est entré sur-le-champ de bataille et il traîne avec lui toute l’histoire de la France. Il va passer un sale quart d’heure. Son intérêt est d’empêcher une escalade du conflit qui pourrait détruire sa politique européenne d’avoir ratifié le traité européen contre le refus des Français lors du référendum. Attention à l’expansion de l’Europe sur des territoires lointains et qui nous amène des situations de guerre qui ne nous concernent pas. Il y a donc un problème pour Sarkozy qui risque de se faire attaquer sur le traité de Lisbonne. Je rappelle le score du référendum à plus de 56% alors que le parti socialiste a fait campagne pour avec l’UMP ce qui veut dire… ha.. que la France n’est pas divisée entre la gauche et la droite mais pour ou contre cette Europe qui a perdu ses concepts d’origines et que nous ne contrôlons plus. Ce sont les néo-conservateurs anglo-saxons qui mène la danse.

              Tu vois Tall. Penses-tu que Sarkozy aura la dimension d’un de Gaule pour envoyer paître les Américains en disant que l’Ossétie doit être réunifié. Où est le problème pour la Géorgie puisque historiquement l’Ossétie et la Géorgie sont deux nations différentes et que chacune peut exister indépendamment l’une de l’autre sans que cela ne les détruise ?

              Aura t’il ce courage.

              Quant au pipe line Tall, les Américains n’ont pas d’intérêt à ce que le conflit éclate car le pipe line pourrait disparaître sous le feu d’un bombardement… et qui verrait dans ces conditions sa note pétrolière augmenter ? Et son approvisionnement compromis ? Nous autres les Européens ?

              Tu vois là, j’ai comme une vague impression que le petit roquet de Président Géorgien devra retourner à sa niche car je ne crois pas que Bush prenne le risque exciter les passions guerrières des européens de l’Ouest qu’il ne contrôle pas, tant que la France sera encore en dehors de l’OTAN.

              N’a pas prévu ça Sarko, et il s’est mis sur le dos l’armée française avec ses jugements intempestifs sur l’accident de Carcassonne.

              Il devra penser à renforcer notre armée et non pas à l’affaiblir en privatisant les services militaires. Attention Sarkozy car ici se sont les forcent vivent de la France qui sont en jeux et seulement une armée nationale est capable de soutenir cet effort et non pas l’OTAN.

              Notre président doit défendre notre intérêt national à la condition qu’il ait pu l’identifier. Nous verrons bien.

              Encore anti-ricain se poste Tall mais purement français qu’un belge ne saurait comprendre.


            • LE CHAT LE CHAT 12 août 2008 14:52

              dernières nouvelles , la Belgique a affrété un avion cargo pour Tsbilissi rempli de tampax . Il parait que les ours arrivent en Géorgie ! smiley


              • LE CHAT LE CHAT 12 août 2008 14:58

                L’ambiguïté est largement utilisée par l’actuel président géorgien qui n’omet pas de placer le drapeau européen en arrière-plan de toutes ses interventions TV

                en quoi ce pays est plus européen que la Turquie ????


              • TALL 12 août 2008 15:10

                Tant qu’on ne menace pas les pipelines de pâtée pour chat, on s’en tamponne, hein ? smiley


              • Antoine Diederick 12 août 2008 23:21

                en rien plus européen que la Turquie !


              • Yannick Harrel Yannick Harrel 12 août 2008 16:57

                @ l’auteur,

                Bonjour,

                Sa principale erreur aura été de prendre à partie le contingent des 500 Casques bleus russes, ce qui constitue une violation caractérisée du droit international. Violation pour violation, les Russes ont réagi en franchissant les frontières d’un Etat souverain. Un partout pourrait-on dire, si les populations civiles prises en tenaille n’étaient, comme d’habitude, les principales victimes. D’incursion, le scénario a tourné en un véritable conflit dont l’issue militaire est sans suspense. Que peuvent faire les 27 000 soldats géorgiens face au rouleau compresseur russe ?

                En réalité le Droit International a été violé depuis belle lurette. Déjà avec l’invasion de l’Irak sans mandat de l’ONU et autorisation du Conseil de Sécurité en 2003 et ensuite en 2008 avec la reconnaissance unilatérale de quelques pays (occidentaux ou pro-occidentaux) du Kosovo au mépris de la résolution 1244 de l’ONU. La Russie a encaissé avec très mauvaise humeur toutes ces avanies, ainsi que la précipitation de l’exécutif US à placer des missiles et radars à ses portes (République Tchèque et Pologne). C’en était trop pour la Russie...

                Les autorités Géorgiennes ont commis une erreur monumentale en voulant reprendre l’Ossétie du sud par la force, et comme vous le dites, elle a surestimé l’activisme de la communauté internationale. Etats-Unis en tête...

                Je ne donne pas cher de la peau de Saakachvili à la tête du pays après un tel fiasco. Il sera encore soutenu par les occidentaux mais je pense que tout réarmement de ce pays du Caucase par l’OTAN serait un quasi casus-belli pour la Russie qui a montré qu’elle n’entendait plus que l’on se foute ouvertement d’elle en toute impunité.

                Cordialement


                • sale bête 12 août 2008 22:18

                  à savoir que medved diminutif de medvedev signifie ours en russe !



                  • Antoine Diederick 12 août 2008 23:24

                    euhhh et il ne faut point vendre la peau de l’ours avant que de l’avoir....

                    quoique le réchauffement climatique verra bien les populations d’ours se métamorphoser... !


                  • Antoine Diederick 12 août 2008 23:28

                    le "principe europe" sert de faire valoir aux espérances US , ce n’est qu’un motif que l’on brode pour satisfaire des besoins étrangers à l’Europe et ce depuis 1945 ...

                    bonne nuit....enseignons donc à nos enfants ce que sera leur avenir s’ils acceptent cette sous -culture que l’on prépare...révolte du bon sens il nous faut y opposer !


                  • Philou017 Philou017 13 août 2008 03:08

                    A lire, ce témoignage de Ieva Rucevska , membre d’une mission humanitaire en Ossétie via la Géorgie, récemment.
                    Hallucinant.
                    www.rezocitoyen.org/spip.php

                    Je crois que l’on n’a pas idée de la haine inter ethnique là-bas.



                    • abersabil abersabil 15 août 2008 19:37

                       Et si l’attaque géorgienne contre l’Ossétie (avec l’aval des USA) était une histoire de tâter le pool de la Russie afin tester sa réaction ( a relier avec les installations de radars antimissile en Pologne et en Tchéquie )


                      • abersabil abersabil 16 août 2008 14:58

                        "Evidentes interactions entre cercles au pouvoir et médias audiovisuels"

                        Je ne vous le fait pas redire deux fois, dire que Mr Sarkozy fait l’intermédiaire entre Géorgiens et Russes, alors que personne ne l’a invité a jouer ce rôle, si ce n’est courir au secours de la Géorgie en prévision d’une débâcle certaine, et ce, sur un signe du maître Bush qui n’ose pas prêter le flanc, des lors qu’il a affaire à un ours agacé ; reliant mes propos aux médias Français qui ont débattu sur la question(TF1, F2..etc.) , tous sous la coupe de ces mêmes cercles, chapotés par le néo con français, franchement pro américain jusqu’au bout des ongles, rien que pour cela, il perd toute crédibilité aux yeux des Russes, qui ne sont pas dupes ; il est plus qu’évident que ce sieur joue le jeu américain.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès