Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Goulag, vous avez dit goulag ?

Goulag, vous avez dit goulag ?

Guantanamo : depuis le 11 janvier 2002, date du premier transfert de prisonniers de la "guerre contre le terrorisme" sur la base navale américaine située sur l’île de Cuba, ce nom symbolise la détention illégale et la torture pour les défenseurs des droits de l’Homme. Cinq cents terroristes présumés de trente-cinq nationalités y sont encore emprisonnés.

Récemment, tant Amnesty International que Human Rights Watch, les deux principales organisations internationales de défense des droits de l’Homme, ont une nouvelle fois dénoncé la torture à Guantanamo et demandé la fermeture de ce "goulag de notre époque" (Amnesty International, Rapport 2005).

Quatre ans après l’ouverture de la prison de Guantanamo, dont la création a pu répondre à une nécessité dans la première phase d’une guerre d’un nouveau type, il est effectivement temps de juger ou de libérer ses captifs sans délai. Et d’y enquêter officiellement sur les accusations de tortures et de mauvais traitements depuis 2002.

Mais comment ne pas relever par ailleurs l’indifférence, et même la complaisance coupable, de bien des belles âmes soucieuses des détenus de Guantanamo, à l’égard du sort réservé, sur la même île de Cuba, par la dictature de Fidel Castro, à ses prisonniers politiques ? Pourtant, quelques kilomètres seulement séparent le "goulag de notre époque" du goulag tropical, bien plus ancien et féroce, dont l’accès est interdit à la Croix-Rouge internationale et aux organisations de défense des droits de l’Homme...

Si les dénonciations à l’égard du centre américain de détention de Guantanamo font régulièrement la une des médias, ce n’est pas le cas de celles concernant les quelque deux cents prisons et camps d’internement castristes. Le dernier rapport de la Commission cubaine pour les droits de l’Homme, qui fait référence au sujet de la répression à Cuba, n’a pas eu beaucoup d’écho. Mais il est vrai que montrer du doigt George W. Bush a meilleure presse que rappeler la cruauté du maître de La Havane...


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Un enseignant trentenaire (---.---.56.116) 24 janvier 2006 12:38

    Vous avez sans doute raison, mais peut-être G.W. Bush s’attirerait-il moins de critiques en adoptant un profile un peu plus bas et modeste. Prétendre qu’on agit plus ou moins au nom de Dieu et violer tous les jours la base de la base du christianisme a savoir l’un des 10 commandement : tu ne tueras point, en appliquant la peine de mort dans sont pays. Vouloir apporter la liberté a des pays étrangés « opprimés » alors que l’on accumule dans le sien les législations liberticides ( cf. Patriot Act ). Se faire le champion de la démocratie alors qu’on a été élu dans des conditions plus que douteuses qui fleurent bon la fraude éléctorale. Se faire le champion de l’égalité quand on voit les deux poids , deux mesures du traitement des victimes noirs ou blanches lors de l’engloutissement de la Nouvelle Orléans. Défendre farouchement les droits de l’homme alors que l’on fait torturer ses prisonniers politiques à l’étranger pour avoir les mains propres sur son propre territoire. Frapper fort militairement contre des adversaires peu dangereux ( l’Irak de la première guerre du Golfe, 4ème meilleur armée du monde, laissez moi rire ) alors que l’on se montre d’une rare patience vis-à-vis de dictatures dotées de l’arme nucléaire ( cf. Corée du Nord ).

    Tout cela n’incite guère à l’indulgence vis-à-vis du chef de l’Etat qui se prétend le pays le plus puissant du monde et s’affirme ouvertement comme le gendarme de la planète.

    Enfin je rappelle que c’est l’Amerique qui par son intransigeance stupide a jeté Fidèle Castro dans les bras de l’URSS lorsque le dictateur cubain a pris le pouvoir. Et pourtant, plus tard elle ne s’est pas génée pour porter au pouvoir des dictatures ou les soutenir quand cela servait ses interêts.


    • BB (---.---.139.70) 24 janvier 2006 13:35

      Bonjour,

      Vous laissez sous entendre que les « belles âmes soucieuses des détenus de Guantanamo » n’agissent que pour nuire à l’image de M. Bush et approuvent les tortures pratiquées à Cuba.

      Il ne faudrait peut-être pas mettre toutes les « belles ames » dans le même pannier, mais bon, c’est votre théorie.

      Par contre, quand un premier ministre francais par à Pékin brader nos technologies pour le petit sous, on entend pas grand monde évoquer le respect des droits de l’homme dans l’empire chinois et son Guantanamo Tibétain...


      • (---.---.48.85) 24 janvier 2006 14:41

        Monsieur,

        "Cuba, où il y a ni disparus, ni meurtres, ni tortures, subit depuis trente ans un blocus qui entraine d’immenses privations pour son peuple et freine son développement.

        Beinusz Szmukler, président de l’Association Américaine des Juristes - 1994"

        Amnesty dit a peu près la meme chose.

        « Carte de presse » est-il mentionné en fin de votre article ? Vous devriez la rendre.

        Et votre source (reprise par Le Monde, oui je sais) est risible. Plus d’une ONG française l’a apprise à ses dépens (et ses dépenses).

        Viktor Dedaj journaliste (sans carte)

        auteur de « Cuba est une île » et « Les Etats-Unis, De Mal Empire »


        • (---.---.91.178) 24 janvier 2006 15:13

          Voulez vous dire que Cuba est une zone de liberté ? Si oui je rêve !


        • Hertoghe (---.---.244.88) 24 janvier 2006 18:12

          Une source de 1994 pour rendre compte de la situation des droits de l’Homme à Cuba en... 2006 !!!

          Quant à l’Association américaine des juristes, soyons sérieux et rappelons qu’il s’agit d’une organisation sympathisante active du régime castriste qui participait par exemple en octobre 2000 à La Havane à une manifestation officielle, avec Fidel Castro à sa tête...

          « Ni disparus, ni meurtres, ni tortures », reprenez-vous à votre compte.

          Mon billet concerne la situation dans la prison de Guantanamo et celle prévalant dans le système pénitentiaire castriste. Sur la base navale américaine, personne n’a jamais parlé non plus de disparus ou de meurtres...

          Par contre, de torture, oui... Etes-vous sérieux en affirmant qu’il n’y a pas de torture au paradis de votre ami Castro ?

          Amnesty International dit, d’après vous, « à peu près la même chose ». Il a une drôle de gueule votre « à peu près... » :

          « Selon plusieurs sources, des prisonniers ont fait l’objet de mauvais traitements et ont été, entre autres, roués de coups de pied et passés à tabac. » (Rapport 2005)

          « La dernière visite d’Amnesty International à Cuba remonte à l’année 1998. Depuis, l’organisation n’a pas obtenu l’autorisation de se rendre dans le pays. » (Rapport 2005)

          Comme vous le savez, un régime totalitaire n’a aucune nécessité d’utiliser la pratique des disparitions ou des meurtres politiques, comme l’ont fait les régimes d’extrême-droite latino-américains souvent soutenus par les Etats-Unis. Mais le système de répression cubain, installé par les Est-Allemands durant la guerre froide, est redoutablement efficace :

          « President Fidel Castro, now in his forty-seventh year in power, shows no willingness to consider even minor reforms. Instead, his government continues to enforce political conformity using criminal prosecutions, long- and short-term detentions, mob harassment, police warnings, surveillance, house arrests, travel restrictions, and politically-motivated dismissals from employment. The end result is that Cubans are systematically denied basic rights to free expression, association, assembly, privacy, movement, and due process of law. » (Human Rights Watch, rapport 2006)

          Comme vous le savez également, à ses débuts, le régime castriste a fusillé à tour de bras, après des parodies de procès et sous l’autorité d’Ernesto Che Guevara. Et, en 1989, après un procès dans le plus pur style stalinien, Castro a fait fusillé son ancien compagnon de route, le général Ochoa, ainsi que plusieurs officiers séduits par l’ouverture démocratique en URSS. Ne s’agissait-il pas de meurtres politiques ? Quant aux disparus, il y en a eu des milliers parmi ceux qui ont tenté de joindre la Floride par la mer pour fuir la dictature...

          Enfin, je vous rappelle que Cuba n’est l’objet d’aucun blocus, mais d’un embargo, ce qui est très différent.

          Quant à Elizardo Sanchez et la Commission cubaine pour les droits de l’homme, vous pouvez la considérer risible. Tant Amnesty International que Human Rights Watch, l’ONU ou l’Union européenne estiment qu’il s’agit de l’organisation de référence pour les droits de l’Homme à Cuba. Mais libre à vous d’adopter la phraséologie du régime cubain et de ses compagnons de route pour discréditer tout opposant à Castro...

          Mais citez-nous ces ONG qui estiment « risible » l’organisation d’Elizardo Sanchez. Je serais ravi de leur demander directement des explications.

          Non, finalement, tout bien considéré, je vais garder ma carte de presse. Au moins par solidarité avec les nombreux journalistes cubains indépendants détenus pour la simple raison d’avoir voulu informer sur la réalité de Cuba.

          Visiblement, la non possession d’une carte de presse n’est pas une garantie d’indépendance d’esprit... smiley


        • Hertoghe (---.---.244.88) 24 janvier 2006 18:22

          Une dernière chose, cher Viktor Dedaj, pour clarifier votre position... et vous faciliter la dialectique :

          Estimez-vous légitime de dénoncer la situation des prisonniers de Guantanamo et de ne pas dénoncer celle des détenus du régime cubain ?

          Oui ou non ?


        • (---.---.106.136) 26 janvier 2006 21:35

          Ah, le coup de l’embargo v blocus... parler de blocus est exagéré, c’est vrai. Le terme exact serait « tentative de blocus ». Blocus est donc une exagération, mais « embargo » est un mensonge.

          On ne compte pas le nombre d’intimidations pratiquées par le gouvernement US pour décourager et compliquer les choses. Vous n’avez pas l’air d’être vraiment au courant. Dommage, ca évite de dire trop de betises.

          J’invite les internautes à faire une recherche google sur James Sabzali, juste pour un exemple. Et que dire de l’amende de 80 millions d’euros infligé par les US à l’union des banques suisses en nov. 2005 ? Oh, et puis cette entreprises espagnole poussée à la faillite pour avoir vendu des pièces informatiques à Cuba.

          Tiens, parlant d’informatique, lisez les conditions d’utilisation de Windows.

          J’invite tout le monde à lire les lois US Torricelli et Helms-Burton, La section 201, qui a été utilisée par les US contre Pernod Ricard, la loi Cuban Adjustment Act, hum, quoi d’autre ? Ah oui, les votes depuis 15 ans à l’assemblée générale de l’ONU qui condamnent chaque année à des majorités écrasantes le « blocus », pas l’embargo.

          Ah oui, et le plan powell d’avril 2005 (450 pages !) qui prévoit toutes les mesures pour renforcer « l’embargo » et la prise de contrôle de Cuba après le « castrisme ».

          etc, etc...

          Vous dites « embargo » comme si vous saviez de quoi vous parliez. Je suis sur que vous seriez incapable de dire de quoi il s’agit exactement... Je n’ai pas vu un seul journaliste, dans aucun reportage, tenter ne serait-ce que de donner le début d’une explication de ce qu’est concrètement le « blocus » US, en quoi ca consiste exactement, etc... Alors ne faites pas semblant, please...

          Le rapport d’Amnesty sur Cuba, pris comme ca, fait peur. Maintenant, posez le à coté de celui de (pratiquement) n’importe quel pays du tiers monde. D’un coup, ca rassure.

          Au fait, que disent les rapports d’AI sur les US, ou sur les pays alliés des US ? C’est marrant, on ne les mentionne jamais ceux-là... Etrange, non ?

          Alors les analyses sur Cuba qui occultent la moitié de l’histoire (les 3500 attentats contre Cuba, par ex. Et Posada Carriles, on n’en parle pas ? étrange...) , on a déja vu ce qu’ils donnent : ca ne fait que 15 ans qu’ils se trompent dans leurs pronostics.

          Et ben... on se demande pourquoi.

          VD


        • (---.---.106.136) 26 janvier 2006 21:37

          pour répondre à la question : ma réponse serait plutot « oui », mais son explication serait trop longue ce soir.

          VD


        • Philippe Boisnard Philippe Boisnard 24 janvier 2006 19:58

          Certes vous avez raison de rappeler Guantanamo, mais reste à réfléchir sur l’affaire des bases secrètes de la CIA (site qui recoupe des news Reuter de novembre et décembre, concernant cette affaire). Ce qui se posent comme questions tient non pas seulement au niveau de ce que cela implique quant : 1/ aux accords internationaux ; 2/ aux critères éthiques et/ou ragmatiques qui en constituent la décision (cf. Machiavel, Le Prince, chap. XVIII) ; 3/ à la réaction et aux motifs de celle-ci de la part des chefs d’Etat Européen ; 4/ la réaction ou la latence de la part des citoyens.


          • (---.---.102.65) 24 janvier 2006 22:27

            Ce qu’il y a de bien avec ce rédacteur, c’est qu’on a jamais de surprise en le lisant. Il va retrouver du boulot rapidement, moi je vous le dis.

            Les lecteurs qui veulent se faire une idée de Fidel Castro peuvent télécharger « Moi, Fidel Castro », interview avec Ignacio Ramonet.

            (une VRAIE interview, pas une truquée à la PPDA)


            • Hertoghe (---.---.244.88) 25 janvier 2006 08:29

              Ramonet qui interviewe son éditeur, Castro, et en fait un livre... Connivence, vous avez dit connivence...


            • Nicolas Aubert (---.---.104.91) 25 janvier 2006 01:34

              Je dois avouer que votre amour de l’Amérique transpire dans chacun de vos écrits !! Quelle passion ! Enfin, utiliser Guantanamo pour parler de Castro, c’est certe géographiquement juste, mais tellement tiré par les cheveux. Quoiqu’il en soit, vous qui semblez si fière de la politique américaine en Amérique du sud et dans les Caraîbes, pourriez vous nous expliquer comment était la vie des cubains avant Castro, du temps des casinos, de la Mafia, etc.. Je suis sur que ce ne devait pas être des plus sympathique, et pourtant, vos chers Etats-Unis en était les instigateurs. Et SVP, si vous pouviez aussi me raconter l’histoire de la chute d’Alliendé, çela me ravirais !


              • Nicolas Aubert (---.---.104.91) 25 janvier 2006 01:37

                Petit rappel, Aliendé était un président démocratiquement élu.


              • un enseignant trentenaire (---.---.56.116) 25 janvier 2006 09:06

                Je suis d’accord avec vous Nicolas, regardez mon commentaire du début.


              • Calb (---.---.154.130) 25 janvier 2006 10:07

                ahlalala ! il est quand même comique de lire un article que l’on croit destiné à critiquer le camp de guantanamo, pour ensuite se retrouver en pleine propagande anticastriste !

                moi aussi, si je veux, je peux faire un article qui critique, par exemple, la France et sa politique colonialiste et finir par glisser gentiment sur les abus du régime algérien ! c’est faisable !


              • (---.---.115.170) 25 janvier 2006 10:21

                Par contre la possession d’une carte de presse... Y’a un de vos « collègues » qui a traité Posada Carriles d’EX-terroriste, récemment, et Chavez d’antisémite...

                Soyons sérieux, les « journalistes » dont vous parlez, ne seraient pas considérés comme « journalistes » meme en France. Evidemment, par empathie, vous y croyez et vous vous solidarisez. C’est fait pour ça, d’ailleurs.

                Ah, au fait, j’ai mené une enquête sur place sur l’arrestation de ces « journalistes » en interviewant notamment les diplomates occidentaux en poste à l’époque à la Havane (tous des procastristes ?). Voir le chapitre « dans les jardins des ambassades » du livre « cuba est une île ».

                Le coup des « mauvais traitements » dans les prisons cubaines, on connait. Valladarès, Rivero...

                Mes références sont celles d’une organisation professionnelle menant une enquête sur place. D’autres organisations abondent dans ce sens, OXFAM par exemple, mais si vous voulez faire des listes, on les fera... Cela dit, j’ai quand même ma propre expérience en la matière aussi.

                Cuba ne laisse pas enquêter ? Mais parce que Cuba en a marre d’être toujours la seule et unique à être toujours « inspectée »... Cuba est mille fois plus « inspectée » « scrutée » « dénoncée » que la base de Guantanamo, vous plaisantez ou quoi ?

                A quand remonte la dernière « manif pro droits de l’homme devant l’ambassade de Guantanamo ? » Ha, ha, ha.

                Je répète, Cuba ne fait pas partie des pays où l’on pratique la torture, point. Et ca a l’air d’en rendre certains malades.

                Vous osez, je dis bien osez, comparer Cuba à la base de Guantanamo ?

                La torture, c’est votre esprit.

                Viktor Dedaj


                • Hertoghe (---.---.244.88) 25 janvier 2006 11:29

                  Dans quelques années ou quelques mois, quand Fidel nous aura quitté, nous reparlerons de tout cela, cher Viktor, dans La Havane libérée... Mais, comme Franco, il faudra attendre l’issue biologique, car je ne crois pas qu’il prendra le risque d’une sortie démocratique, à l’image d’Augusto Pinochet au Chili ou de Daniel Ortega au Nicaragua... Wait and see, l’histoire jugera...


                • Nicolas Aubert (---.---.104.90) 25 janvier 2006 12:40

                  Comprendre Pinochet ou ortega c’est quand même mieux que Castro !!!! C’est un point de vue, de fanatique pro US !


                • Mathieu (---.---.44.33) 25 janvier 2006 13:48

                  Il a dit ça ? Moi qui croyais naïvement qu’il soulevait des questions sans minimiser les fautes des uns ni... occulter celles des autres.


                • Hertoghe (---.---.244.88) 25 janvier 2006 18:06

                  Cher Nicolas Aubert, revoyez vos classiques : Daniel Ortega n’était pas un dirigeant pro-US... smiley


                • Hertoghe (---.---.244.88) 25 janvier 2006 18:08

                  Merci Mathieu, il est agréable de se sentir compris... smiley


                • (---.---.106.136) 26 janvier 2006 21:12

                  Bof, ca ne fait que 15 ans que tous les pronostics s’avèrent erronnés sur Cuba. Je prends donc tous les paris.

                  VD


                • Scaton l’africain (---.---.1.1) 25 janvier 2006 13:00

                  Quel rapport entre Cuba et Guantanamo si ce n’est géographique ? Plus ça va et plus j’ai de la sympathie pour Castro et ses idées (tout le monde ne peut avoir envie d’un monde où d’un côté on a les puissants et de l’autre les faibles qui sont corvéables à souhait = capitalisme). Alors que la plupart des pays donneurs de leçon ont abandonné les pakistanais à leur pauvres sorts, seuls Cuba a envoyé des médecins et des infirmières d’Etat sur place sans demander de contrepartie mais simplement pcq il y a des êtres humains qui souffrent et qui en ont besoin. Ah oui c’est vrai on a donné pour le Tsunami, pas pour le Pakistan pas pour l’Iran, pas pour l’Afrique, pas pour l’amérique du sud...et on doit avoir la conscience tranquille alors que...excusez je suis hors sujet.


                  • BB (---.---.251.206) 25 janvier 2006 14:17

                    J’insiste, les manifestants de Tiananmen sont toujours emprisonnés, les camps de redressement par le travail, la justice sommaire, les executions en chaine, les tortures et mauvais traitements, bien réels.

                    C’est vrai qu’avec 10% de croissance on est tout de suite plus respectable et d’une moralité libérale irréprochable. On n’a même le droit d’être communiste ! Pour ce qui est de Castro et Cuba, ce grain de sable économique, là on peut casser du coco sans risque.

                    La fin justifie les moyens et tous les moyens sont bons pour glorifier le monde de Bush...


                  • Mathieu (---.---.44.33) 25 janvier 2006 16:13

                    C’est vrai !

                    Mais pourquoi l’article n’aurait-il pas le droit de se contenter de mettre en parallèle 2 situations géographiquement - très - proches ?

                    Et pourquoi faudrait-il obligatoirement opposer à la « faute Guantanamo » l’intégralité (au moins !!!) des fautes considérées comme adverses pour être crédible ?


                  • BB (---.---.149.213) 26 janvier 2006 15:29

                    Beaucoup d’articles se « contentent de » pour prêcher les vertus morales d’une certaine vision de l’économie.

                    Il ne faudrait pas refaire l’erreur du 19 mai 2005, cette fois il s’agit de bien préparer le terrain, y compris sur Agoravox.

                    Et puis si on y prends pas garde cette montée anti-libérale pourrait bien réveiller des velléités communistes.

                    Vous avez lu le titre de l’article, il fait référence au débat actuel sur les crimes communistes, après la loi française sur les colonies cette fois c’est l’Europe politique qui cherche à réécrire l’histoire, pourquoi ?

                    Et pourquoi maintenant ?

                    Cuba est un tel symbole de la guerre froide qu’il est impossible de ne voir dans ce choix de comparaison que la proximité géographique.

                    Les pays où l’on pratique la torture ne manquent pas sur terre malheureusement, sur ce terrain les USA se doivent d’être irréprochables, sinon c’est tout un monde qui n’est plus crédible.

                    Les journalistes qui aujourd’hui jouent à Guantanamo/Cuba ne l’auraient peut-être pas fait sous Mitterrand, il faut savoir s’opposer dans le sens du courrant...


                  • Christophe (---.---.58.18) 26 janvier 2006 00:03

                    Juste pour illustrer :

                    Castro se revendique-t-il ardent défenseur des Droits de l’Homme ?

                    Bush se revendique-t-il ardent défenseur des Droits de l’Homme ?

                    Si les deux réponses sont oui, il y a deux menteurs ; si les deux réponses sont non, il y a deux honnêtes dirigeants ; si une seule réponse est oui, il n’y a qu’un seul menteur. Dans ce cas, devinez qui il est ?

                    NOTA : Cela ne pardonne aucune torture !

                    Désolé pour cette vision très simpliste. smiley


                    • (---.---.106.136) 26 janvier 2006 22:18

                      dernière chose (pardon d’être un peu brouillon) : pouvez vous indiquer l’action menée par RSF suite à votre licenciement ? Je suis très curieux.

                      VD


                      • (---.---.83.132) 1er février 2006 18:04

                        C’est peut-être que Fidel ne donne pas quotidiennement des leçon de droit et de démocratie à la planète !! Enfin c’est tellement évident, les US de Bush dérapent dans tous les secteurs qui faisaient l’admiration du monde, une fois une seule vous pourriez l’admettre !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès