Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Grèce : Tsipras dit « OXI ! » - NON ! aux ultimatum germano-européens

Grèce : Tsipras dit « OXI ! » - NON ! aux ultimatum germano-européens

Le premier ministre grec Tsipras n'a pas été impressionné par la volonté d'étranglement financier de l'Union européenne, sous la pression de la Frau Furher Merkel et avec le concours – la complicité – de la Banque centrale européenne. La BCE a tiré la première – prenant là une position politique qui outrepasse ses attributions – en annonçant couper les vivres aux banques grecques le jour même où se réunissait pour la première fois le Parlement grec fraîchement sorti des urnes !

Dans un discours musclé ce dernier dimanche soir devant le Parlement, le premier ministre grec a martelé vouloir tenir toutes les promesses de son parti et notamment les mesures sociales. Il ne cache pas pour autant que la situation financière de son pays est très tendue puisque les rentrées fiscales ne sont pas encore au rendez-vous et que les riches profiteurs de l'ancien régime accélèrent la fuite des capitaux. Georges Stathakis, le solide ministre de l'économie grec estime que la Grèce a besoin de 4 à 5 milliards d'euros jusqu'en juin, le temps de négocier un nouvel accord avec ses créanciers. Et il n'hésite pas à agiter le spectre de la faillite de son pays « pour 5 milliards ! », à cause de la cuistrerie d'une Europe des banksters qui n'a d'Union que le nom.

Malgré les sourires faux-cul des dirigeants européens, Hollande et Renzi en premiers, les dirigeants européens s'alignent sur les diktats de la Teutonne en restant intransigeants, menaçant à mots de moins en moins couverts de jeter la Grèce hors de la zone euro (le « grexit » agité par Merkel). L'ultimatum est là : « Où vous acceptez entièrement le plan d'austérité signé par le gouvernement précédant, ou vous dégagez ».

L'Europe donne donc jusqu'au 16 février à la Grèce pour accepter l'extension du « plan de sauvetage » (! !??). Mais accepter ce diktat, c'est revoir la troïka honnie revenir à Athènes, contrôler toutes les décisions du gouvernement, mettre son veto sur ce qui ne lui plaît pas, continuer à humilier un pays qui a démocratiquement dit NON dans les urnes. Hors de question a dit et redit Tsipras, soutenu en cela par la majorité des Grecs, descendus dans la rue pour apporter leur soutien à leur nouveau gouvernement. Tsipras assume : il met un terme à ce « plan de sauvetage » et refuse les crédits qui vont avec. Entre la liberté, la dignité et quelques aumônes, il a choisi. Dans l'honneur.

Lors de leur tournée européenne, les responsables grecs ont demandé un crédit-relais ainsi qu'un peu de temps pour construire un véritable État et mettre en place de véritables réformes, notamment en matière d'évasion fiscale. On leur répond avec un ultimatum inacceptable...

Et la France, que dit-elle ? Hollande a reçu à bras ouverts le premier ministre grec, laissant penser qu'il se ferait l’intermédiaire, l'avocat de la Grèce auprès de l'Allemagne et des autres pays d'Europe. Mais il a suffi que la Teutonne fronce les sourcils pour qu'il s'aligne servilement...

Parlons-en de l'Allemagne... Elle s'assoit avec morgue sur ses Hénaurmes crimes passés. La nouvelle présidente du parlement grec, Zoé Konstantopoulou, a confirmé la réactivation de la structure sur les réparations de guerre dues à la Grèce par l'Allemagne, jamais honorées. Une facture qui s'élèverait à 163 milliards d'euros ! Et il y a d'autres contentieux, pas à l'avantage de l'Allemagne. Les responsables grecs disent vouloir rouvrir aussi des enquêtes sur des pots-de-vin qui auraient été versés par des sociétés allemandes à des fonctionnaires grecs et autres malversations où apparaissent des noms comme Siemens, Mercédès, BMW... Accusations de corruption balayés d'un revers de main méprisant par Wolfgang Schaüble, le ministre allemand des finances.

Le 12 février, les ministres des finances de l'eurogroupe se sont séparés sur un échec, plusieurs pays membres cosndidérant que le programme de mise sous tutelle budgétaire en cours doit continuer. « OXI ! » Pas question a rétorqué Georges Stathakis, après consultation de Tsipras.

L'Union européenne prend donc le risque de sacrifier un des pays emblème de l'Europe pour 5 malheureux milliards. Á comparer avec les milliers de milliards que cette même Europe laisse s'échapper en magouilles fiscales, grâce à la complicité d'un pays confetti voyou, le Luxembourg, dont le metteur en scène de ces magouilles a été placé à la tête de la Commission. Ça donne envie de dégueuler...

Mais ils vont probablement baisser leur caquet les intransigeants de l'UE, du FMI et de la BCE ainsi que les bourreaux de la troïka. Car Tsipras agitent subtilement la menace d'accepter l'argent frais dont il a besoin...de Poutine ! Ce qui donne des boutons à tous ceux qui voient avec panique Moscou prendre encore plus d'influence en Europe !


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • 59jeannot 13 février 2015 08:43

    bravo Tsipras

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 février 2015 01:01

      Si Tsipras est serieux – ce que j’hésite à croire - il va :

       

      1 Nationaliser et prendre physiquement le contrôle de toutes les institutions financiéres  de Grèce ;

      2 Conclure avec la Chine un accord pour le rachat integral de la dette grecque et son remboursement sur 50 ans

      3 Décréter la sortie immédiate de la Grece de l’UE et de la zone Euro, en émettant au prix du marche des drachmes qui deviendront la seule monnaie légale en Grece

      4 Signer un accord de défense avec la Russie  et inviter la flotte russe aux ports grecs de la Méditerrannée

      5 Mettre en détention tous ceux en autorité accusés d’avoir conclu depuis 5 ans des ententes commerciales manifestement défavoables a la Grece. APRES, le justice suivra son cours

       

      En un mot, la Gréce, trahie et bafouée, changerat de camp. Attention ! L’’impact sur l’equilibre mondial des forces serait significatif. Assez grave pour qu’on cherche à convaincre Tsipras de ne pas le faire…. Je pense qu’on s’entendra.

       

      Pierre JC Allard


    • devphil30 devphil30 13 février 2015 09:44
      Bravo les Grecs 
      Bravo Tsipras 

      Bientôt les Espagnols et ensuite à qui le tour en Europe de prendre son destin en main , de sortir de ce carcan Europeo Atlantiste qui nous conduit à l’abîme social et humain.

      Philippe 


      • Sharpshooter - Snoopy86 sharpshooter 13 février 2015 10:35

        « L’Union européenne prend donc le risque de sacrifier un des pays emblème de l’Europe pour 5 malheureux milliards »

        Il semble que vous en ayiez oublié 107 déjà abandonnés et 362 en cours

        Total 469 milliards donnés en pure perte à un peuple d’escrocs qui se gave depuis bientôt quinze ans sur le dos du contribuable européen

        Cocu et content, vous en redemandez

        Vivement le Grexit ....


        • Philippeflorin 13 février 2015 14:18

          Sharpshooter, Dites-moi... 

          Ces milliards versés à la Grèce... ou sont-ils maintenant...
          Je ne crois qu’ils aient servis à engraisser le peuple grec... Disons plutôt qu’ils sont en train de s’enfuir avec les corrompus qui s’expatrient comme des voleurs...
          Et le schémas est le même dans toute l’Europe...
          Cocu... sûrement pas... entubé... sûrement (pour l’instant)... mais par contre super content pour les grecs...


        • lsga lsga 13 février 2015 15:49

          Un peuple, enfin, une population pour être exact.

           
          La population française, elle, se gave depuis 150 ans sur le dos de l’Afrique. 

        • Gauche Normale Gauche Normale 13 février 2015 18:53

          Dans cette dernière phrase, Lsga, vous dédouanez la bourgeoisie. Mais peut-être que c’est le peuple qui dispose de son armée là-bas et pas du tout les capitalistes Areva, Bolorré, Lagardère, Orange...


        • lsga lsga 13 février 2015 19:34

          la population française soutient massivement les politiques militaristes de sa bourgeoisie, c’est l’objectif même des États Providence, instauré par Otto Von Bismarck (pas vraiment un prolo).

           
          La population française a un niveau de vie largement supérieur à celui des africains, la sécurité social française est financée par les emplois dans l’industrie impérialiste, et les hôpitaux, écoles, et routes sont construit grâce au sang de l’Afrique. Oui, l’immense majorité de la population française le sait, et le veut. C’est pour cela d’ailleurs que la Droite a gagné presque toutes les élections en France. L’État Providence est une politique de Droite (Bismarck, Beveridge, Keynes, De Gaulle), les gens ont tendance à l’oublier. 
           


        • Gauche Normale Gauche Normale 13 février 2015 19:52

          Oui, mais ça c’est pas grave puisque vous ne cessez de nous dire que vous êtes pour le capitalisme (vous ne le dites pas comme ça mais c’est tout comme) au motif que son extension va « agrandir le prolétariat ». J’attends toujours. Du coup, j’en déduit que vous êtes pour les guerres menées par la France en Afrique et en Irak ?


        • Gauche Normale Gauche Normale 13 février 2015 19:54

          « C’est pour cela d’ailleurs que la Droite a gagné presque toutes les élections en France »

          Pourquoi, « presque » ? Vous avez déjà vu la gauche diriger la France, à un moment ou un autre ?

        • lsga lsga 13 février 2015 19:56

          non, je suis pour la mondialisation, pour l’agrandissement des marchés, pour la concentration du Capital, car cela unit le prolétariat à des échelles toujours plus grande, et cela accélère la fin du Capitalisme. Bref, pour le libre échange, contre le protectionnisme, comme mon maître à penser, Karl Marx. 

           
          Visiblement, vous ne comprenez pas la différence entre « résistance » et « révolution ». La résistance au Capitalisme est réactionnaire par nature

        • Gauche Normale Gauche Normale 13 février 2015 20:06

          Bah j’attends toujours la « révolution mondiale »... qui n’arrivera jamais. Je suis loin de m’en réjouir, mais c’est l’évidence. Vous êtes prêts à nouer des pactes avec le diable en échange d’union du prolétariat qui ne pointe désespérément pas le bout de son nez.


          Sinon, au lieu de vous en prendre souvent à des commentateurs de gauche pas assez « révolutionnaires » à votre goût, pourquoi n’argumentez-vous jamais contre des commentateurs FN et DLR nombreux sur ce site pour prouver que le protectionnisme qu’ils réclament est une bêtise ?

        • lsga lsga 13 février 2015 20:32

          d’accord, vous ne croyez pas dans la révolution mondiale (c’est votre droit le plus strict), donc, merci d’arrêtez de vous prétendre communiste, car c’est le concept centrale du communisme. 

           
          J’ai passez presque deux ans à me battre contre le FN. Maintenant, comme Tsipras l’a clairement montré, le risque fasciste vient de gauche. 

        • trobador 14 février 2015 00:53

          Désolé de te contredire pauvre abruti mais la révolution mondiale n’était pas au programme des communards de 1871. Arrếte de ramener ta poire idiote - le communisme est un mot issu de la révolte des parisiens en 1871. Ne confond pas communisme avec marxisme s’il te plaît. Contente toi de faire la pub des US et de tes amis sionistes.


        • trobador 14 février 2015 00:57

          Et crache sur la France si c’est le rôle que t’assignent tes employeurs.


        • Gauche Normale Gauche Normale 14 février 2015 10:27

          Personnellement, j’aurai envie d’être communiste (du moins au sens où vous l’entendez) lorsqu’il aura autre chose à me proposer que quelque chose qui n’arrivera jamais. La dernière fois qu’il y a eu de grandes manifestations sur le globe, c’était en hommage à Charlie Hebdo, et encore...


        • Erdal 14 février 2015 12:49

          Si tout le monde pensait comme toi c’est sûr que ça n’arrivera jamais...


        • Gauche Normale Gauche Normale 14 février 2015 17:21

          @Erdal

          J’ai pas l’impression que vous fassiez grand chose pour que tout le monde pense comme vous, en attendant.

          Cette « révolution mondiale », c’est pour quand ? La dernière fois qu’il y a eu quelque chose de mondial, c’est ceux qui ont clamé « Je suis Charlie ». La dernière fois qu’il y a eu une grève générale en France, c’était en 1995, il y a 20 ans ! Et si Juppé a été contraint de reculer, Jospin a pu mener la politique antiouvrière de son prédécesseur sans entrave.

        • coinfinger 15 février 2015 17:44

          C’est curieux , moi j’ai pas du tout cette impression , j’ai plutot l’impression ue ce sont les oligarchies qui s’unissent à une échelle toujours plus grande . Le prolétariat à mesure s’en prend à plus faible que lui , français contre Arabe ou Africain , par exemple . Mais c’est peut étre qu’une impression , en tout cas manque une prémisse , dans le raisonnement .
          Dictature du prolétariat est une formule bizarre , contradictoire pour tout dire . Si le prolétariat a le pouvoir réel , pourquoi une dictature ? Inversement il n’est plus prolétariat . Il a quelque chose de plus que ses enfants .
          Pour K Marx c’est pas génant , au contraire , c’est un dialecticien . Pour les Marxistes çà l’est plus parce qu’ils nous tiennent des raisonnements dans la logique d’Aristote .

          Alors pourquoi le prolétariat s’émanciperait ? Parce que : prémisse manquante , d’autres dominants , exclus de la dominance , feraientt alliance , moyennant concessions , pour prendre la place . C’est çà le vrai mouvement , ce n’est pas le triomphe de la Vraie Foi .


        • doslu doslu 13 février 2015 10:54

          une petite video qui remonte le moral
          quand le peuple est uni

          https://www.youtube.com/watch?v=9udiY4m4Y98


          • Spartacus Spartacus 13 février 2015 11:03
            Les poules rouges découvrent une paire de ciseaux.
            Mais dans le package, les gauchistes ne comprennent même pas aujourd’hui qu’un prêt russe ne vaut rien de rien.

            La découverte de la démagogie gauchiste.....Promesses de raser gratos avec l’argent des autres.

            Smic +200€. 
            Retraites géantes. 
            Promesses de fonctionnaires payés à faire des trous et d’autres à les reboucher.
            Le tout sans un seul centime pour payer....

            Pauvres grecs. Ils font les frais de décennies d’abus de dépenses publiques à arroser sans compter des inemployables et des emplois fictifs de fonctionnaires. 

            Plombé par le socialisme, il feront faillite avec le communisme....

            On ne soigne pas un malade avec la même idéologie qui a rendu malade. Comme tous les pays communistes.

            Quelle est drôle cette mentalité Bolchevique d’insulter ce qui ont la possibilité de vous sauver. Et fricoter et embrasser ceux qui ne lèveront pas le petit doigt pour des paniers percés.

            -Curieux ma bonne dame après ces insultes envers l’Allemagne qu’elle dise « démerdez vous ».
            -Curieux ma bonne dame après comme première mesure d’avoir viré les chinois de l’appel d’offre du port du Piree, les chinois vous disent « démerdez vous ».

            Quand au zozoterie Gauchistes qui ferait croire que Poutine filmera du pognon. On est mort de rire.
            Les européens ne demandent que cela.

            Après les félicitations aux Russes pour leur hégémonisme, ils vont découvrir ahuris qu’ils prêtent a des taux 1000 fois plus usuraires que les européens. 

            Et qu’entre un prêt européen cautionné par les européens avec qui on tergiverse un peu et un prêt russe. Le pret Russe, il faudra le rembourser et sans délais et ne pas tergiverser comme il le font avec une europe qui n’aurait jamais du prêter a des irresponsables.

            • agent ananas agent ananas 13 février 2015 12:42

              Contrairement à ce qu’affirme Spartacu, la dette grecque n’est pas le résultat de la pléthore de fonctionnaires ou même de l’évasion fiscale.
              La dette grecque est liée en grande partie à ses dépenses de défense. D’après les chiffres du SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute), la Grèce était entre 2002 et 2008 le 4ème acheteur d’armes dans le monde (aujourd’hui à la 10ème place).
              Les principaux dealers d’armes de la Grèce sont : la France, l’Allemagne et les US, pour des mirages, sous-marins, F16 et 1300 tanks. Bref, de quoi reconquérir l’Empire d’Alexandre le Grand ?
              Le SIPRI démontre que si les dépenses de défense de la Grèce (7% de son GDP) étaient alignées sur le taux de celui des pays européens (2,2% en moyenne), elle aurait économisé 150 milliards d’euros environs. Soit plus que sa dernère tranche d’emprunts.

              Aujourd’hui la France eructe des cocoricos pour enfin avoir vendu une poignée de Rafales à l’Egypte. Comment ce pays va t’il les payer ? En pressant davantage comme un citron une population appauvrie ? A moins que l’Arabie saoudite paye la facture pour étendre son influence en distillant son poison wahhabite...


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 février 2015 00:01

              @ Victor. 


              « Tsipras agitent subtilement la menace d’accepter l’argent frais dont il a besoin...de Poutine »  DITES M’EN PLUS !!!  C’est la bonne riposte évidente. mai je ne trouve rien sur le net qui corrobore qu’elle soit dejà sur la table.... Si la Russie et la Chine -qui en ont largement les moyens - renflouent la Grece et l’ancre en Méditerranée comme un protectorat aux couleurs des BRICS, le monde va completement basculer.

              Je ne crois pas qu’on laissera ca arriver : les USA préfèreraient une guerre globale immediate, car le temps ne travaile pas pour eux.... On se retrouve dans la situation dangereuse de 1914, quand des puissances de deuxieme ordre pourraient, par un concours de circonstances, faire adopter leur agenda par les grandes...

              pierre jc allard

            • Spartacus Spartacus 14 février 2015 10:08

              Tsipras c’est juste fait envoyé chier. Et en beauté.


              Simplement c’est dans la presse anglo-saxonne mais pas repris par l’AFP gauchiste et votre prose gauchiste.

              En allant voir Poutine, il a vu que les taux d’intérêts de la Russie étaient le quadruple de ceux européens. Et les conditions de remboursement c’est cash et sans délais ou négociations comme avec les européens.....

              Il a jeté un mollard en l’air et il lui retombe sur la gueule. En fait les européen adoreraient que les russes prêtent aux Grecs....Et se débarrasser de ce pays maintenant communiste....Que les Grecs aillent rejoindre le Venezuela, la Biélorussie ou Cuba...Ces jolis pays au bonheur économique pour tous.....

              En allant voir les chinois, ils lui ont dit. Mais ta première mesure a été de nous chasser de l’appel d’offre du port du Pirée. Va donc te faire foutre.....A été leur réponse.

            • Musardin Musardin 13 février 2015 12:59

              Yassou Victor,

              Comme toujours excellent article. Quand à Spartacus : « skasmos malaka skata » comme on dit chez nous !


              • VICTOR VICTOR 13 février 2015 13:53

                Epharisto polli ! 

                ευχαριστώ πολύ

              • Spartacus Spartacus 13 février 2015 16:13

                En Grèce ils disent entre eux : on pratique comme au foot le 4-4-2 : l’inspecteur du fisc prend 4 pour lui, vous en laisse 4 et en donne 2 à l’Etat pour se justifier de son travail.


                Corruption maximum comme dans tous les pays gauchistes....
                C’’est certain ils vont rembourser les dettes....Les plus riches sont les fonctionnaires inspecteurs des impôts....

              • Musardin Musardin 13 février 2015 17:14

                Stin kalymnos ... (kai Camargue episis  ?)


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 février 2015 15:38

                Dès l’élection de ce gouvernement j’avais dit qu’il opterait pour le chantage face à « l’Europe » et c’est ce qu’il fait. C’est « l’Europe » qui a peur et non pas les Grecs qui visiblement n’ont rien à perdre ! Ils sont en train de jouer sur l’avenir de cette « union » qui n’a en ce moment aucune consistance !


                • Spartacus Spartacus 13 février 2015 16:22
                  C’est en septembre que naissent les crises.
                  Qui parie pour la date de la faillite en septembre ?
                  http://www.economist.com/blogs/freeexchange/2012/06/dating-crises

                  Pauvres Grec cocus du socialisme, vont maintenant êtres cocus du communisme.

                  Voyez du positif. La Grèce est le laboratoire de l’endettement. 

                  La préfiguration du futur de la France.

                  • lsga lsga 13 février 2015 16:32

                    et d’après toi, en quoi Tsipras est communiste ?


                  • cyberfurax 13 février 2015 17:00

                    @ Spartacus,

                    je suis toujours étonné de trouver des gens convaincus d’échapper au destin commun de leurs contemporains, cette pensée ancrée sur la certitude de posséder la lumière qui fait défaut à l’autre.

                    Monsieur, votre pensée dogmatique ne repose que sur l’acceptation du postulat que la réforme de 1973 a été une bonne chose pour les peuples. La mienne, tout aussi dogmatique que la votre, au sens littéral du terme, s’oppose sur ce point fondamental à la votre.

                    Ces postulats ont le mérite, même antagoniste, d’exister, servant ainsi un troisième dogme qui ne devrait jamais quitter votre pensée, la démocratie. Il faut mettre un terme à cette construction aberrante qui broie les peuples au lieu de les servir. La Grèce a déjà payé ses dettes en capital, les intérêts sont de la spoliation pure et simple à ce niveau de racket. Pourquoi payer l’argent ?


                  • Musardin Musardin 13 février 2015 17:17

                    kleíste to stóma sas. On t’a déjà dit


                  • Spartacus Spartacus 13 février 2015 21:38

                    @cyberfurax

                    Il n’y a pas de « lumière » mais la particularité de disposer de son propre libre arbitre plus facilement qu’un salarié ou un fonctionnaire. 
                    C’est le pouvoir de ne pas se contenter d’un mimétisme sociétal engendré par une dépendance ou la soumission à une autorité (l’état ou un plus puissant)
                    .C’est l’avantage d’avoir pris tôt sa liberté. 

                    Quand à la réforme de 1973, elle n’a jamais existé sauf dans la prose gauchiste. Ce n’est qu’une loi de formalité qui confirmait ce qui se faisait depuis toujours. 
                    Avant 1973, la capacité de création monétaire de l’État était limitée par les accords de Bretton Woods. 

                    C’est exactement ce que les gauchistes ne comprennent pas. Le pouvoir de créer de la monnaie ou pas n’a aucune importance, si personne n’est là pour acheter ou utiliser votre monnaie. La valeur de la monnaie c’est la confiance
                    C’est exactement le problème que vous ne comprenez pas. La Grèce même avec une dette « énorme » pourrait emprunter mais n’inspire pas confiance. 
                    Votre gauchiste à la tête de l’état Grec n’a pas promis des investissements pour fabrique de la richesse utile à tout le monde, il demande de l’argent pour brûler.

                    Prenons un exemple que vous pouvez comprendre.
                    -Dans la rue une personne BCBG, bien habillée vous demande poliment 100€ car elle est désespérée, a perdu son porte monnaie et a besoin de prendre son train. 
                    90% des gens vont lui donner de l’argent.
                    -Dans la rue une autre personne SDF, qui sent l’alcool, vous demande 100€ pour s’acheter du vin pour faire plaisir.
                    Seulement 10% lui donneront de l’argent.

                    Et savez vous donnez facilement à la personne BCGB ? 
                    Parce que pour vous jugez instinctivement l’utilité et la finalité de votre don. 
                    C’est le comportement utilitariste que possède l’homme. 

                    Et bien c’est pareil pour la Grèce.

                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 février 2015 01:38

                    @ Spartacus


                    Je n’aurais pas crû que viendraitt le jour où j’approuverais un de vos commentaire. Pourtant, nous y sommes... « La valeur de la monnaie c’est la confiance. »

                    En effet, toute monnaie, sans valeur intrinsèque, repose totalement sur la confiance : la crédibilité de l’emetteur et la crédulité de celui qui l’accepte.... Les deux (2) facteurs découlant de l’action des médias, au ordres du Pouvoir .... 

                    Combien de temps durera encore la transe, avant que le charme cesse d’opérer et que même les plus jocrisses voient que tout cet argent ne vaut rien, symbole vide d’une richesse qui n’existe plus ?

                    PJCA


                  • JL JL 14 février 2015 08:14

                    Bonjour PJCA,

                    vous dites avec Spartacus, que la valeur de la monnaie c’est la confiance. C’est une erreur car cela aurait pour corolaire que l’émetteur en soit digne, et que la meilleure monnaie serait celle du plus vertueux. Rien n’est plus faux comme on sait.

                    Je vous suggère cette lecture (Une page, dans Alternatives économiques) :

                    La monnaie entre violence et confiance Michel Aglietta et André Orléan

                    Et je ne vous parle pas des armées du prince !


                  • Spartacus Spartacus 14 février 2015 09:48

                    @JL

                    Absurde de voir du « social » dans la monnaie. 
                    La monnaie est « utilitariste ».
                    Votre téléphone mobile est fabriqué avec des matières premières rançonnées par des cartels de tueurs des tribus du Congo.
                    Votre dignité vous fait passer de mobile ? Non. 
                    L’argent n’a pas d’odeur. 


                  • JL JL 14 février 2015 18:40

                    spartakès,

                    Je ne dirais pas ça comme vous mais comme ceci : les matières premières des tribus du Congo (c’est votre exemple) sont protégées par des milices étatiques contre les soulèvements provoqués par les Spartacus locaux .

                    Par ailleurs, les pollutions engendrées par les industries minière provoquent des hausses phénoménales de cancers qui vont faire le bonheur des labos pharmaceutiques.

                    Ces méthodes barbares permettent davantage de profits vu que ce sont les consommateurs-contribuables qui paient ces milices étatiques, et les guerres qu’elles provoquent.


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 février 2015 02:05

                    Je ne vois pas le rapport entre la confiance qu’’inspire une monnaie et la vertu de l’emetteur qui l’en endrait digne..... les arméées du prince, dont vous ne me parlez pas sont bien au conraire un des principaux facteurs qui inspirent la confiance.Je ccrois que nous avons ici un probleme de semantique.


                    PJCA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès