Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Grippe porcine : contact virulent avec le progrès pour les Indiens (...)

Grippe porcine : contact virulent avec le progrès pour les Indiens d’Amazonie

Et autres peuples indigènes...

« Les clients Noirs c’étaient des indigènes qui en bavaient d’envie. Les clients, c’étaient des indigènes assez délurés pour oser s’approcher de nous, les Blancs, une sélection en somme. Les autres de nègres, moins dessalés, préféraient demeurer à distance. L’instinct. Mais les plus dégourdis, les plus contaminés, devenaient des commis de magasin... »

Voyage au bout de la nuit -LF Céline-

Peuples indigènes  : ce sont ceux qui peuplaient exclusivement ces terres avant leur colonisation, il y a seulement quelques siècles. Les peuples indigènes contemporains sont les descendants de ceux qui ont survécu aux massacres, aux maladies et à l’oppression, conséquences de la colonisation. Le continent asiatique a connu pendant près de 100 000 ans des vagues successives de migrations, de sorte que de nombreuses populations peuvent vivre dans la même région depuis des milliers d’années, sans en être pour autant les « premiers » habitants. La notion de peuple indigène se fonde alors sur un mode de vie dit « traditionnel » (...) et une relation particulière à leur territoire qui les distingue de la société dominante. (source : Survival )

Si ces peuples ne sont plus, officiellement, menacés comme le furent leurs ancêtres, ils constituent néanmoins les populations les plus vulnérables et les plus à risque d’extinction par épidémie. Disséminés par-ci par-là sur un territoire encore inexploité, source de toutes les convoitises, légales ou illégales, les peuples autochtones résistent comme ils peuvent contre la spoliation de ce qui reste de leur terre. Une terre, qui constitue encore aujourd’hui, un enjeu économique assez puissant pour plaçer la survie des indigènes au rang des préoccupations secondaires des gouvernements nationaux, alliés indéfectibles des industries étrangères, dans la fabrication de leurs destins tragiques.

 


L’histoire des Grands Andamanais, habitants d’une ile d’Asie, est un drame qui se répètera jusqu’à une fin probablement prochaine, de tous les peuples traditionnels, peu nombreux mais qui occupent les dernières régions vierges de la planète, ou en tous cas, encore dépourvues de Mc Donald et autres enseignes de notre temps. Alors qu’ils étaient 5000 avant l’arrivée des Anglais, il y a 150 ans, les Grands Andamanais ne sont plus qu’une petite quarantaine aujourd’hui. Très hostiles au comportement des colons qui voulaient les déloger de leur terre, les habitants de l’île furent les victimes d’une riposte inégale qui affecta grandement leur nombre mais qui ne les tua pas tous. Les colons décidèrent alors, dans un soubresaut d’humanité, de confiner les Andamanais dans des "camps-refuges" où ils étaient relativement bien traités, plutôt que de se fatiguer à les éliminer jusqu’au dernier. Les nombreux résistants cachés dans la forêt rejoignirent alors cette réserve, mais pour y mourir bientôt de maladie. Le choc "micobiologique" fut bien plus déterminant que le "choc civilisationnel" dans ce qui ressemblera bientôt à l’extinction d’un peuple.

Sur une autre ile de la région, les Jarawa, chassés de leur territoire côtier par les braconniers, s’exilèrent de plus en plus vers l’intérieur de la forêt, jusqu’à, ce que, poussés dans leur dernier retranchement, ils se sont retrouvés sur la route principale, et donc, en contact avec les premiers villages. Forcés de vivre dans cette "réserve", coincés entre les trafiquants et la grand route, les Jarawa firent rapidement les frais de leur déplacement et de leur nouveau mode de vie loin de leur statut séculaire de pêcheurs-cueilleurs, loin de l’océan et des poissons...au bord de la route. En 1999, la moitié de la population des Jarawa fut victime d’une épidémie de rougeole et de pneumonie. Devenus aujourd’hui l’attraction touristique du coin, quand ils ne sombrent pas dans la prostitution ou l’alcoolisme, les Jarawa, comme les autres peuples indigènes soumis au même sort malheureux, se suicident ou disparaissent à petit feu, dans la misère et la maladie, alourdissant encore le bilan morbide des populations autochtones décimées par le contact "brutal" avec le progrès, la modernité et donc la maladie.

Ces ethnocides des populations isolées entrées en contact avec la "civilisation" avaient alarmés dans d’autres régions du monde. Au Brésil, Sydney Possuelo responsable du Département des tribus inconnues au sein de la FUNAI - Fondation, sous la tutelle du Gouvernement brésilien, chargée de préserver les tribus isolés- fut un ardent défenseur de la cause au sein de l’institution, avant d’être licencié, après 30 ans de service, lorsque qu’il s’est opposé médiatiquement, à son boss, Mércio Pereira Gomes, président de la dite fondation, qui avait, en 2005, tenu à l’agence Reuters, des propos dignes d’un investisseur potentiel, 

"Les Indiens brésiliens ont trop de terres et il faut que le Suprême tribunal fédéral fixe une limite et mette fin à cette situation. »

Alors qu’au début de sa carrière, Sydney, entrait systématiquement en relation avec les populations isolées qu’il avait repéré, il fut obliger de constater, au fil du temps, que chacune de ses visites avait eu des conséquences plutôt désastreuses sur la santé de ces populations à l’immunité vulnérable. Indigéniste devenu indigeste à ses employeurs, vendeurs d’ absurdités qu’il entendait et qu’il ne pouvait ignorer, Possuelo, continua malgré tout à côtoyer, cette fois de loin, les Indiens du Brésil, dans le souci de leur prodiguer aide ou protection et surtout pour tenter de délimiter leurs territoires en zones interdites à toute intrusion humaine étrangère. Sydney Possuelo, n’a pas caché pas ses regrets d’avoir péché par ignorance, lui qui a dirigé 8 "premiers contacts" avec des populations qui vivaient paisiblement avant de le rencontrer :

" Qu’ont gagné les Indiens à nous connaître ? Ils ont perdu leur autonomie, leurs traditions et contracté des maladies. Une expérience traumatisante. Dans leur univers mental, rien n’explique en effet cette rencontre. Ni leur cosmogonie, ni leur mythologie, ni leurs valeurs. C’est une forme de génocide ! »

Selon ce spécialiste de la mortalité des indigènes contactés, près de la moitié des individus d’un groupe meurent quelques mois après la première visite extérieure. Parfois la mortalité est plus importante et certaines tribus brésiliennes ont vu 3/4 de leur population décimée après un seul contact. Unique peut-être, mais suffisant pour permettre la diffusion de virus banaux comme ceux du rhume ou de la grippe. Inoffensifs pour nous, mais létaux pour ces populations démunies de toute immunité contre ces maladies à vecteur humain, la grippe, la tuberculose et d’autres pathologies apparues, souvent par la propagation de germes diffusés "malencontreusement" par des individus innocents. Parfois de simples ouvriers des usines de forage, des anthropologues ou des missionnaires évangélistes, sûrs de leur bon droit ou pleins de bonne foi, mais totalement inconscients de leur nocivité microbiologique.

Pour lutter contre les effets néfastes de ces "premiers contacts", Sydney a essayé tant bien que mal, avec quelques centaines de volontaires, d’assurer une surveillance des "points d’entrée habituels de ces territoires isolés d’Amazonie ; Mais tout le monde imagine aisément qu’il est difficile, voire impossible d’empêcher l’intrusion de virus aussi quelconque soit-il, au travers de ces misérables filtres humains pourtant plein de bonne volonté...

D’ailleurs, aujourd’hui, on apprend que le virus le plus craint de la planète, a touché la tribu Matsigenka, installée le long d’un fleuve de l’Amazonie péruvienne. Récemment 7 cas de grippe porcine auraient été détectés parmi les habitants du village, situé à proximité du territoire d’Indiens isolés volontairement et avec lesquels, ils entretiendraient, cependant, des contacts épisodiques. Si ces populations presque isolées étaient infectées par ce virus si contagieux, aucun doute ne serait plus permis quand à l’issue - annoncée - d’une telle épidémie : ce serait véritablement la fin d’un monde que tous les spécialistes prédisent dans leur pire scénario catastrophe... mais tout à fait plausible. Car aucun vaccin, aucun traitement, aucune aide, aussi providentielle soit-elle, ne pourra empêcher un virus de traverser une frontière par inadvertance. Nul ne pourra sauver les populations démunies contre un virus importé involontairement jusqu’au régions les plus reculées de la planète, même celles réputées les plus inaccessibles pour l’homme...Rien d’infranchissable pour les virus des alentours en somme...

Stephen Corry, directeur de survival International, s’exprime, à juste titre, sur ce foyer de grippe péruvien, avec pessimisme et gravité, même s’il oublie de citer dans sa liste des vecteurs potentiels de maladie, les ouvriers des compagnies minières qui nient purement et simplement l’existence de certaines populations autochtones dans les territoires qu’ils exploitent :

"Ces nouvelles sont très alarmantes. Les peuples isolés à travers le monde sont déjà confrontés aux bûcherons et fermiers illégaux ainsi qu’aux braconniers et touristes zélés qui empiètent sur leurs territoires et leur transmettent des maladies contre lesquelles ils n’ont aucune immunité. En période de pandémie, il est encore plus urgent de reconnaître et protéger leurs droits territoriaux avant qu’il ne soit trop tard (...) En Australie, près d’un Aborigène sur dix meurt de la grippe A, alors que leur espérance de vie est déjà de 15 à 20 ans inférieure à celle des non-Aborigènes. Au Canada, le taux d’infection parmi les communautés des Premières Nations au Manitoba est de 130 pour 100 000, alors qu’il n’est que de 24 pour 100 000 parmi la population dans son ensemble "

Le directeur régional des services de santé de Cusco, Santiago Saco Mendez, cité par l’agence officielle Andina se veut, quant à lui rassurant, pendant que les experts parlent d’une contagion qui serait dévastatrice :

"Le groupe d’Indigènes affectés a reçu le traitement adéquat. Ils ont réagi favorablement et sont en train de guérir. Il n’y a aucun problème majeur, ils sont hors de danger"

Le problème majeur n’est-il pas qu’on peut annoncer officiellement aujourd’hui, comme une prédiction fataliste mais irréfutable, que les derniers peuples indigènes d’Amazonie risquent de disparaître d’une manière inéluctable, presque naturelle et sans autre coupable qu’un germe banal... juste à cause de quelques postillons dans la sarbacane ?


 

vidéo survival :

http://www.survivalfrance.org/actu/4026

 

Sources :

Jo Woodman et Sophie Grig : "Le progrès peut tuer" :

http://www.survivalfrance.org/files/related_material/604_1098_progres_survival.pdf

Peuples indigènes des iles Andaman

http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/les_peuples_indigenes_des_iles_andaman.asp

Nathalie Jouat : "peuples indigènes : foutons leur la paix"

http://www.naturavox.fr/Peuples-indigenes-Foutons-leur-la-paix.html

Bernadette Arnaud, Géo, mars 2003

Indiens d’Amazonie : Les tribus primitives sous haute protection

AU CŒUR DE L’AMAZONIE

Scott Wallace, National Geographic, août 2003

ces 2 articles 2003 à lire ici :

http://feelily.spaces.live.com/blog/cns !E7F772BC0E272C2C !162.entry

Jeanine Vidal : La Funai officiellement contre les Indiens

http://www.csia-nitassinan.org/lettre34_bresil.htm

Agoravox : la grippe H1N1 menace la survie des Indiens d’Amazonie

http://www.agoravox.fr/actualites/actu-en-bref/article/la-grippea-h1n1-menace-la-survie-60204

 

Pour plus d’informations
Sophie Baillon 00 33 (0)1 42 41 44 10
sb@survivalfrance.org
 

Pour plus d’informations sur les impacts du "développement" sur la santé des peuples indigènes : http://www.survivalfrance.org/campagnes/progrespeuttuer

http://www.andaman.org/BOOK/news_a&n/1995-99/1995-99.htm


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 août 2009 02:55

    Bonsoir,

    les infos aujourd’hui annonçaient que c’est l’Australie qui avait diffusé le virus vers la Nouvelle Calédonie et même Vanuatu. immédiatement, des cohortes de médecins vont être envoyés dans les îles pour lutter contre l’hiver austral qui sévit là bas ( -30° ...enfin, moins de 30° ). Nous allons surement être inondés de reportages sur les conditions de cette répétition générale, suivie par les cinquantes caméras tournant en continu, où toutes les plus jolies infirmières des écoles de santé se sont porté volontaires pour relever le défi...

    Ce serait dommage que toutes les îles paradisiaques du Pacifique soient infestées parce que toute la jet-sex compte s’y donner rendez vous cet hiver, comme on le perçoit très bien sur cette carte : http://maps.google.fr/maps?f=q&source=s_q&hl=fr&geocode=&q=nouvelle+cal%C3%A9donie&sll=-12.125264,130.605469&sspn=38.072561,81.650391&ie=UTF8&ll=-11.616592,166.849537&spn=0.018958,0.039868&t=h&z=15

    Est il possible de rappeler que pour éviter la contamination, ii suffit de s’isoler un mois...


    • Ramila Parks Ramila Parks 22 août 2009 04:23

      « Est il possible de rappeler que pour éviter la contamination, il suffit de s’isoler un mois... »

      ...Sur une ile vierge ?

      Je suis partante mais je crains que l’isolement volontaire ne soit plus qu’une utopie, même pour les tribus indigènes, alors pour nous n’en parlons pas...Notre destin c’est de sortir couverts...Après les préservatifs, bonjour les masques...elle est pas belle la vie en promiscuité ?

      Merci pour vos infos Lisa ...et bonjour matinal !


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 août 2009 09:41

        Merci Ramila et bravo pour ton courage,

        j’ai appris une autre bonne nouvelle, sont atteintes aussi Wallys et Futuna, et surtout la Polynésie...j’ai toujours rêve d’y aller et là, vraiment, il n’y a plus à hésiter, je veux bien me porter volontaire pour aller faire barrière à ce violent poison,

        Le problème, c’est que rien que de se rendre dans les contrées concernées pour observation, on rompt ainsi l’isolement des îles vierges...

        J’osai pas y aller, mais si tu es partante...

        Bonjour matinal à toi. L.S.


      • Internaute Internaute 22 août 2009 10:03

        Je n’ai pas bien compris la première phrase « Les clients noirs c’étaient des indigènes qui en bavaient d’envie ». Les noirs sont des colonisateurs introduits comme esclaves aprés l’arrivée des européens. Les indigènes sont les tribus d’indiens venus on ne sait trop comment (il y a plusieurs théories) d’Asie il y a bien longtemps.

        Cet article est terrible et le pire est qu’il n’y a rien à faire. Le développement démographique met en contact des civilations qui ont un tel décalage que les plus vulnérables sont condamnés à disparaître. Est-ce mieux de les laisser tranquile dans des réserves qui, de notre point de vue, ne sont que de grands zoos où l’on peut observer à la jumelle une indienne allaitant son petit ? Avec la meilleure volonté du monde, les canadiens ont détruit leurs esquimaux et les russes leurs yakouts.

        Je viens d’apprendre qu’au Cost-Rica les indiens ont le droit de vote depuis 1999. Au moins on a bonne conscience. Il y a deux-cent ans les missionaires les tuaient avec la grippe en ayant l’esprit tranquile pour leur avoir porté la bonne parole. Aujourd’hui on les tue toujours massivement avec la grippe en ayant la bonne conscience de leur avoir apporté la démocratie. Maintenant qu’ils sont démocrates ils peuvent crever en paix.


        • Arcane 22 août 2009 12:15


          Ah ...... ..Ah .......  Atchoum !


          • herve33 22 août 2009 14:10

            Qu’est ce qu’on va pouvoir coller sur le dos de cette satanée grippe A , l’extinction des indiens d’Amazonie , l’accentuation de la crise financière et économique , les futures lois liberticides , la future loi martiale et les pleins pouvoirs dictatoriales pour celui qui nous sert de Président ..

            Les indiens d’Amazonie souffrent surtout de l’exploitation de la forêt primaire par les multinationales du bois , de la canne à sucre et de l’huile de palme .

            C’est la disparition de leurs territoires qui les fera disparaitre .

            La grippe ou n’importe quelle maladie tuera peut-etre pas mal d’entre eux , mais la nature est faite de manière à ce que certains individus developpent des résistances à n’importe quelle maladie et se reproduise ensuite , sinon cela ferait bien longtemps que l’humanité aurait disparu .


            • BA 22 août 2009 14:10

              Grippe A  : une école fermée à La Réunion.

              L’école Saint Gabriel située à La Montagne, dans la commune de Saint Denis, est contrainte de fermer ses portes en raison de 35 cas avérés de grippe A (H1N1) recensés parmi les élèves de cet établissement scolaire.

              http://buzzsante.com/epidemies-pandemies/grippe-ah1n1/grippe-a-h1n1-une-ecole-fermee-a-la-reunion-527.html

               

              Polynésie française  : le préfet ordonne la fermeture de 38 écoles primaires, 183 classes, ainsi que 8 collèges.

              Désormais, les cinq archipels sont touchés par la grippe ainsi que la plupart des îles. Le record de contamination est détenu curieusement par l’île de Rapa (600 habitants), pourtant la commune la plus méridionale de l’ensemble français, à 1.300 km de Tahiti. Quant au secteur éducatif, 38 écoles et 183 classes du primaire ont été fermées, ainsi que huit collèges et 183 classes du secondaire.

              http://www.france-info.com/spip.php?article332916&theme=29&sous_theme=30


              • xray 22 août 2009 17:22


                Médical terreur ! 

                Ne vous fatiguez pas. Les virus médicaux sont toujours imaginaires. 

                Une imposture de curés 
                En matière médicale, les virus n’existent pas. 
                Le mot « Virus » est une explication  « passe partout » dans le cadre d’une arnaque médicale. 

                La cuisine diabolique des croyances  (Le Sida) 
                http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/25/la-cuisine-diabolique-des-croyances/ 

                Les virus de curés 
                http://levirusmachin.hautetfort.com/
                 



                • Ramila Parks Ramila Parks 22 août 2009 23:54

                  « Le mot « Virus » est une explication « passe partout » dans le cadre d’une arnaque médicale.  »

                  Virus, passe-partout, explication d’une arnaque

                  Nous sommes d’accord...Maintenant, à quoi sert cette arnaque ?

                  dans le cas des tribus isolés, les spécialistes ne sont pas dans l’expectative, ils savent qu’ils sont condamnés à disparaître à cause de l’exploitation commerciale de leur territoire et du contact forcé avec le « progrès » ....Alors je suis d’accord avec vous, ke virus est bien passe-partout e constituera une belle explication, opportune et non condamnable politiquement



                  • Ramila Parks Ramila Parks 22 août 2009 23:58

                    Désolée, un bug m’empêche de corriger les fautes mais vous aurez compris que ce sont pas les spécialistes qui sont condamnés à disparaître mais bien les tribus isolées

                     smiley


                    • BA 23 août 2009 13:40

                      Les Nouvelles de Tahiti, samedi 22 août 2009  :

                      Les classes resteront ouvertes.

                      L’épidémie de grippe A progresse, trop vite apparemment pour être jugulée. À l’instar de la Nouvelle-Calédonie, le ministère de la Santé polynésien a donc décidé de ne plus recommander de fermetures de classes ou d’établissements scolaires. En revanche, les classes et établissements actuellement fermés devront le rester durant toute la durée qui leur aura été préconisée.

                      Aujourd’hui, 38 écoles, 183 classes de l’enseignement primaire, huit établissements scolaires et 183 classes de l’enseignement secondaire ont été fermés.

                      Par ailleurs, depuis hier, les parents des élèves du collège de Notre Dame des anges sont priés de garder leurs enfants. Le collège sera fermé jusqu’au 31 août en raison de l’épidémie. Mais ce sera le dernier établissement dans ce cas.

                      Désormais, le ministère invite « les parents des enfants malades à rester vigilants et à les garder à domicile. (...) Il est également rappelé aux directions des écoles et établissements scolaires que lorsqu’un enfant réintègre l’école après avoir épuisé les jours de repos prescrits par le médecin, il est admis de plein droit en classe sans avoir à fournir de certificat de non contagiosité ».

                      http://www.lesnouvelles.pf/fenua/societe/3763-les-classes-resteront-ouvertes.html


                      • BA 24 août 2009 09:33

                        Grippe A  : deux morts en Nouvelle-Calédonie  ; ils étaient tous les deux en bonne santé.

                        Les autorités sanitaires de Nouvelle-Calédonie ont annoncé lundi 24 août deux décès dus à la grippe A(H1N1), sur des personnes en bonne santé.

                        Ces deux décès portent à cinq le nombre total de cas mortels liés au nouveau virus dans l’archipel du Pacifique. Les précédents avaient concerné des personnes présentant des terrains à risque.

                        Un homme de 30 ans « est décédé le 21 août des suites d’une pneumopathie provoquée par la grippe A(H1N1) », a précisé la DASS (Direction des affaires sanitaires et sociales) de Nouvelle-Calédonie dans un communiqué. Il était hospitalisé depuis le 14 août à Nouméa et a été rapidement transféré en unité de soins intensifs.

                        Le lendemain, une femme de 46 ans hospitalisée depuis le 17 août a succombé de même des suites d’une pneumopathie.

                        « Ces deux patients ne présentaient aucun facteur de risque connu », a ajouté la DASS.

                        http://www.lexpress.fr/actualites/2/deux-nouveaux-deces-en-nouvelle-caledonie-lies-au-h1n1_781893.html

                        Ah bon ?

                        Depuis le mois de mars, on nous répète que le virus ne tue que les personnes qui souffrent de pathologie grave.

                        Et aujourd’hui, on apprend qu’un jeune homme de 30 ans et une femme de 46 ans sont morts de la grippe A, alors qu’ils étaient tous les deux en bonne santé.


                        Faudrait savoir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès