Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Guerre du Donbass - Entre espoir d’une solution politique et (...)

Guerre du Donbass - Entre espoir d’une solution politique et désabusement

Le 25 octobre 2016, nous étions sur les positions de l'armée de la République Populaire de Donetsk (RPD) à Zaïtsevo, ce petit village au Nord de Gorlovka, qui n'a jamais entendu le silence du cessez-le-feu, pourtant promis par les accords de Minsk.

Alors que la campagne pour l'élection présidentielle américaine était encore en cours, et l'identité du futur président des États-Unis toujours incertaine, nous avons interrogé l'un des soldats de l'unité, surnommé « Rocker », ainsi que le commandant Jelezny, sur la situation quotidienne sur place, mais aussi sur la façon dont ils voient l'évolution future du conflit. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ces deux visions sont diamétralement opposées.

« Rocker », pense que le conflit se réglera par des moyens politiques, comptant peut-être sur l'élection de Trump pour amener à un rapprochement entre les États-Unis et la Russie, et un apaisement des tensions via une baisse du soutien américain au gouvernement ukrainien actuel. Il parle aussi dans cette interview de la situation quotidienne, des raisons de son engagement et de l'évolution de la compréhension des événements en Ukraine :

Mais malgré cette élection, le blocage complet de la mise en œuvre des accords de Minsk par l'Ukraine est de plus en plus évident. Les bombardements aux armes lourdes se poursuivent à un rythme effréné chaque jour et chaque nuit (encore 224 obus d'artillerie et de mortier lourds ont été tirés la nuit dernière par l'armée ukrainienne et 891 bombardements ont été effectués en tout ces dernières 24 heures).

Depuis six jours, le nombre de bombardements quotidien se maintient à des niveaux dangereux, avec en moyenne 800 bombardements par jour :

Et du côté de la résolution politique du conflit, la situation n'est guère meilleure. À Minsk, après avoir essayé de retarder les discussions concernant l'application de la formule Steinmeier (du nom du ministre allemand des Affaires étrangères qui avait proposé cette formule pour faire avancer la mise en œuvre des accords de Minsk), la représentante ukrainienne a fini par avouer que l'Ukraine n'était pas d'accord avec cette formule et refusait de l'appliquer car elle aurait été imposée à l'Ukraine. Une formule pourtant approuvée par Porochenko lors de la réunion au format Normandie.

Cette nouvelle tentative d'échapper à ses obligations de la part de l'Ukraine commence à lasser les représentants des Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk à Minsk, mais aussi l'OSCE, qui a décidé d'évaluer le niveau de mise en œuvre des accords de Minsk concernant la sécurité (retrait des armes lourdes et désengagement des forces armées).

Ce blocage n'augure rien de bon pour la résolution pacifique du conflit, et habitué de ces sabotages à répétition par l'Ukraine des accords qu'elle a pourtant signés, le commandant Jelezny nous a livré une vision plus sombre de l'avenir de ce conflit, considérant que la résolution pacifique ne marchait pas et que les discussions politiques n'amenaient aucun changement :

Une vision des choses qui ne risque pas d'être améliorée par la façon dont l'Ukraine met en œuvre la démobilisation de ses soldats. En effet malgré la signature du décret de démobilisation de la 6e vague de conscription par Porochenko, les commandants d'unités de l'armée ukrainienne n'en font qu'à leur tête, avec parfois des conséquences désastreuses.

Ainsi dans la 10e brigade d'assaut de montagne, un soldat qui devait être démobilisé s'est adressé à son supérieur afin de quitter l'armée. Le refus brutal de l'officier a dégénéré en bagarre avec le soldat concerné, sur qui il a fini par tirer. Réalisant les conséquences de cet incident, l'officier s'est suicidé.

Et ce ne sont pas les nouvelles venant de Crimée, avec l'arrestation d'un nouveau groupe de saboteurs ukrainiens par le FSB, ni les appels de Savtchenko à Donald Trump, à peine élu, afin que ce dernier renforce les sanctions anti-russes et augmente le soutien militaire à l'Ukraine, qui vont donner l'espoir d'une amélioration des relations entre l'Ukraine et la Russie.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan 10 novembre 17:27

    Salut n’est il pas trop tôt pour savoir ce que Trump va faire et ne pas faire , là et ailleurs..cela me semble être une inconnue avant tout non ?
     smiley


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 18:34

      @howahkan
      Oui il y a un gros point d’interrogation sur ce que Trump fera une fois officiellement en place.


    • roman_garev 10 novembre 17:42

      La junte de Kiev, normalement, obéit aux instructions de Washington (à présent c’est Joe Biden qui téléphone à Porochenko tant qu’il le lui semble utile).

      Aujourd’hui Trump se rencontre avec Obama.
      Si Trump veut mettre fin aux bombardements ukrainiens au Donbass, il pourrait demander Obama l’ordonner.
      Si Obama consent... si l’engeance nommée « forces armées ukrainiennes » obéit à Porochenko...
      Enfin, un tas de « si ».
      Aujourd’hui on a eu l’info (ou l’intox) que Trump veut publier les photos de satellite étasuninien de Boeing MH17 abattu... Mais quand ? Maintenant ou après son inauguration ? On va voir

      • njama njama 11 novembre 12:42

        @roman_garev
        Trump veut publier les photos de satellite étasuninien de Boeing MH17 abattu...
        Les russes ont les mêmes il faut leur rappeler, ne pas arrêter de la publier

        The assertion was supported by a space photo made presumably by a US or UK spy satellite at the moment of attack at 1:19:47 PM UTC on July 17, 2014.

        The satellite image evidencing that Malaysian Boeing MH17 (top of picture) was shot down by a Ukrainian warplane (bottom left).

        The picture, which clearly shows the launch from the left wing fighter exactly the cockpit, was attached to the e-mail. The landscape, weather, aircraft sizes on picture are fully consistent with the circumstances of the accident.

        lire la suite : njama 18 novembre 2014 11:15 http://www.agoravox.fr/commentaire4168588

        l’enquête est revenue mystérieusement par les médias vers la thèse d’un tir de DCA avec un missile BUK, car c’était le seul moyen de faire peser la responsabilité sur les séparatistes pro-russes et donc sur la Russie vu que il avait été établi qu’aucun avion de chasse russe n’était alors présent dans l’espace aérien ukrainien. Si l’enquête dit aujourd’hui que le Boeing a été ébattu par un BUK, (ce qui ne change rien au crash et aux victimes) elle ne nomme personne responsable pour autant, mais elle blanchit l’aviation ukrainienne, alors que des tas de faits concordent sur la thèse du SU-25
        http://www.agoravox.fr/commentaire4698228


      • roman_garev 10 novembre 18:03

        « nous avons interrogé ...aussi sur la façon dont ils voient l’évolution future du conflit. »

        Avec tout mon respect, cette deuxième question était inutile.
        Ce n’est pas à ces braves soldats (et même pas à leur commandant suprême) à pouvoir y répondre. D’où la différence de leurs réponses : ils ne pouvaient que donner libre cours à leur imagination.


        • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 18:37

          @roman_garev
          En effet la réponse dépend de chacun et de sa vision des choses. Mais ce sont eux qui la mènent sur le terrain cette guerre. C’est eux qui la vivent au quotidien. Il est donc normal qu’on leur demande de quelle façon ils la perçoivent et quelle évolution ils envisagent pour ce conflit. C’est eux qui payent et paieront de leur sang et de leurs vies l’évolution de cette guerre.


        • roman_garev 10 novembre 19:09

          @Christelle Néant
          Tout ça c’est vrai, mais leur demander le développement futur des choses...

          Même Zakhartchenko ne saurait pas vous répondre.

        • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 19:11

          @roman_garev
          En effet mais nous estimons que son avis, comme celui des soldats est intéressant. Même s’il n’y a aucune certitude là dedans, seulement des avis. Mais cela donne une bonne idée globale de ce que les gens envisagent et souhaitent.


        • Dom66 Dom66 10 novembre 19:01

          Encore une fois merci pour les news, maintient une attention sur cette partie de l’Europe oubliée par nos journalopes.  

          Moi non plus je ne pense pas à une solution politique, ce qui calmerait les nazis de Kiev c’est une déculotté, et un arrêt de l’aide de l’Occident.

          Bonne continuation.


          • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 19:12

            @Dom66
            Merci. J’ai aussi peu d’espoirs concernant une résolution pacifique du conflit.


          • roman_garev 11 novembre 08:25

            Lors de sa conversation publiée aujourd’hui, le 11 novembre, avec l’écrivain et le député de la Douma (parlement russe) Sergueï Chargounov, le chef de la RPD Alexandre Zakhartchenko, en répondant à la question de Chargounov « Combien de temps tout cela [la guerre] durera encore ? », a répliqué : 


            « Sergeï, puis-je moi vous demander ? Combien de temps tout cela durera encore ? Allez, je vous repose cette même question. 
            Croyez-moi, cette question-ci, je voudrais la poser non seulement à vous, mais à la Douma, au gouvernement, à la Russie en général. 
            Nous, les Russes, faisons la guerre ici déjà plus de deux ans. Ce sont les Russes qui habitent ici, et nous voulons revenir à notre patrie, à la Russie. 
            Combien de temps encore devons-nous faire la guerre ici ? Quoi encore devons-nous faire ? Expliquez-nous, et nous ferons cela, nous reconquerrons ce qu’il faudra, nous tiendrons. Seulement expliquez-nous ce que nous devons faire, où devons-nous en venir, de quoi devons-nous nous emparer, comment devons-nous aider ce processus de retour, afin qu’il aboutisse le plus vite possible. »
            (à suivre)

            • Christelle Néant Christelle Néant 11 novembre 08:30

              @roman_garev
              Merci pour cette traduction smiley Réponse très intéressante et très juste.


            • roman_garev 11 novembre 08:50

              (Suite)

              Après avoir abordé d’autres sujets, Chargounov a demandé : « Que se passe-t-il au Donbass avec la guerre et la paix ? »
              Zakhartchenko : « Je vais vous révéler un grand secret : nous n’avons pas de paix ! C’est la guerre qui est en cours ici. Mais une opinion publique est en train d’être forgée, qu’un processus de paix soit en cours ici. On essaie de régler le problème par voie de paix. Mais avec ces brutes qui se trouvent à un demi-kilomètre d’ici, il n’est possible de parler d’aucun paix. »
              Chargounov : « Que diriez-vous aux gens en Russie ? »
              Zakhartchenko : « Je le disais autrefois et je répète. Merci à la Patrie ! Merci au peuple russe ! Merci pour avoir l’honneur de naître dans ce pays et pour ce que ce sang coule dans mes veines.
              Et je voudrais demander encore. Compatriotes ! Que devons-nous faire encore pour revenir chez nous ? Pour que, enfin, les millions de gens russes qui habitent ici, reviennent là d’où nous avons tous sorti ? »

              • Christelle Néant Christelle Néant 11 novembre 10:33

                @roman_garev
                Merci de nouveau pour cette traduction smiley


              • roman_garev 11 novembre 09:18

                (Suite 2 : mon opinion à moi)

                Ce n’est pas pour rien que Chargounov, écrivain en vogue en Russie, ami fervent du Donbass de longue date, devenu il y a peu député du parlement russe renouvelé, publie aujourd’hui cette conversation sur son site. En fait c’est un appel au peuple russe, à haute voix, clair et simple, de cesser enfin cette politique vague et indistincte, politique d’autruche menée jusque-là par le pouvoir russe envers le Donbass moyennant des médiateurs de l’ombre tel que Sourkov.
                La situation mondiale vient de changer radicalement après les élections aux États-Unis.
                Obama, suite à sa rencontre d’hier avec Trump, vient d’ordonner, pour la première fois depuis les années, l’élimination par les drones des chefs du Front al-Nosra en Syrie, jusqu’à présent restés impunis. 
                Cela change en Syrie, donc cela va changer inévitablement au Donbass. J’éspère qu’il sera bientôt question de reconnaître officiellement les républiques de Donbass par la Russie et de leur apporter un appui militaire ouvert. Une autre éventualité serait de leur donner l’ordre de passer à l’offensive pour chasser ces « brutes » d’armée ukrainienne dehors les frontières des oblasts de Donetsk et de Lougansk, en les aidant, comme d’hab, à la dérobée.
                De toute façon, cela va bouger, et bouger fort. Bon courage au Donbass !


                • Christelle Néant Christelle Néant 11 novembre 10:32

                  @roman_garev
                  Je pense aussi que ca va bouger. mais comme Zakharchenko je reste prudente sur ce que Trump va apporter comme changements jusqu’à ce que je les vois ;)


                • roman_garev 11 novembre 11:02

                  @Christelle Néant
                  Humm, et ce changement cardinal déjà apporté par Trump en un seul jour (voir mon lien en haut vers le Washington Post), vous ne le voyez pas ?

                  Et juste le jour de son élection il a lancé aux journalistes d’Al-Jazeera qui essayaient de l’interviewer : « You guys are going out of business ! » (merci de traduire cela correctement en français, en russe c’est « Вы, парни, уже не при делах ! »
                  Pour moi il est évident, que Porochenko et autres zombies de Kiev sont pour Trump de même « out of business ».
                  Ça suffit largement à la Russie pour changer la donne au Donbass.

                • roman_garev 11 novembre 11:12

                  @roman_garev
                  Pour ceux qui ne parlent pas l’anglais, voici ma traduction : « Vous, les gars, vous êtes hors d’affaire ! »

                  Les « gars » de Kiev, je pense, ont eu assez de promptitude pour prendre ces paroles de même à leur compte.
                  En tout cas, la promptitude, ce n’est pas ce qui manque à Poutine... smiley

                • Christelle Néant Christelle Néant 11 novembre 11:49

                  @roman_garev
                  Je dirais « les gars vous êtes hors-jeu » smiley C’est en effet un très bon signe, mais pour le moment on en est aux paroles, une fois en place il y a plein de neo-cons dans l’appareil administratif US qu’il va devoir dégager s’il veut avoir les coudées franches. Donc je suis optimiste mais j’attends du concret avant de sortir le champagne. smiley


                • Christelle Néant Christelle Néant 11 novembre 11:51

                  @Christelle Néant
                  Je précise du concret ici dans le Donbass smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès