Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Guerre Russie-Géorgie : un an après (deuxième partie)

Guerre Russie-Géorgie : un an après (deuxième partie)

Par « étranger proche », les Russes entendent en fait l’ensemble des pays du Caucase qui faisaient jadis partie de l’URSS et qui, après des « révolutions colorées » le plus souvent encouragées par l’Occident, se sont, les uns après les autres, affranchis de la tutelle du grand frère soviétique. Passé le temps d’euphorie liée à un semblant de vent démocratique, ces pays (n’est ce pas que c’est le cas de l’Ukraine ?) se rendent maintenant compte que, tout compte fait, leur avenir reste toujours lié à celui de la Russie : en ces temps de crise économique mondiale et d’incertitude, ils ne peuvent rien espérer ni des Etats-Unis ni de l’Europe qui leur avaient pourtant fait miroiter tant de belles choses et de bonheur.

En ne s’en tenant qu’à la Géorgie par exemple, de quelle aide matérielle et financière ce pays peut-il se targuer d’avoir bénéficié de la part de l’Occident ? Peut-on dire Niet, comme disent les Russes ? Non, pas tout à fait. Lors de mes recherches sur Internet, j’ai trouvé un papier de l’Institut français de géostratégie qui est relativement récent puisqu’il date du 29 août 2008 où il est clairement indiqué que l’aide américaine à la Géorgie s’élevait à un milliard de dollars et ce depuis 1992. Ce qui, il faut le reconnaître, n’est pas rien ! En fait, les américains ne donnent rien pour rien. C’est parce que la Géorgie est située dans une région, le sud du Caucase, à potentiel énergétique assez important que les américains s’intéressent à ce pays. Ils pensent le plus logiquement du monde d’ailleurs qu’en y mettant un pied, ils réussiront à s’assurer du contrôle de cette région où les Russes ont nettement perdu de leur influence depuis l’éclatement de l’URSS. Sauf que les Russes, qui ne sont pas dupes, ne se laisseront pas faire facilement. Là, on chasse dans leur pré carré ! Il est donc tout à fait normal qu’ils réagissent de la façon la plus brutale qui soit comme ils l’ont fait lors de la guerre de cinq jours qui les a opposés à la Géorgie.
 
 Par ailleurs, la Géorgie a bénéficié ces dernières années d’une aide en matériel militaire plus ou moins sophistiqué (3) dont des drones provenant pour une grande partie de l’Etat d’Israël. Israël a même envoyé des instructeurs militaires pour former la toute jeune armée de la Géorgie. En fait, c’est pour se rapprocher géographiquement de l’Iran qu’Israël s’implique corps et âme si je puis dire dans les affaires militaires de ce pays qui aspire par ailleurs à intégrer l’OTAN le plutôt possible ; il paraît même que les Israéliens ont établi des bases militaires sur le territoire de la Géorgie qui leur permettraient, le cas échéant, d’intervenir rapidement contre l’Iran sans avoir donc à faire de longues distances et sans avoir à demander l’autorisation de survol par leur aviation de pays qui leur sont plus ou moins hostiles (Syrie, Irak, par exemple). La Géorgie ne se rend peut-être pas compte ou en tous les cas ne semble pas savoir où elle met les pieds, mais cette politique risque de l’impliquer dans un conflit beaucoup plus grave que celui du mois d’août de l’année dernière. Un conflit à dimension plus que régionale où il lui sera beaucoup plus difficile de tirer son épingle du jeu ! L’Iran sait très bien qu’il est dans l’œil du cyclone de l’Occident et que tôt ou tard il sera attaqué. Les avertissements des pays de l’Occident à l’Iran pour que celui-ci mette un terme à son programme nucléaire se font insistants ces derniers temps d’ailleurs ; Rien que cette semaine, lors de leur rencontre à Londres, le premier ministre britannique Gordon Brown et son homologue israélien Benjamin Netanyahu ont réitéré cet avertissement. Et la main tendue de Barack Obama ne le restera pas pour longtemps encore. Les américains se sont donné un délai de six mois avant de pouvoir prendre des décisions et d’agir. L’Iran sait qu’il est actuellement en sursis et que le jour où il devra rendre des comptes à "la communauté internationale" approche à grands pas ; mais il s’entête et continue à produire de l’uranium. De part et d’autre donc, la course contre la montre est engagée. A ce train-là, dans quelques semaines l’on saura quelle alternative a finalement pris le dessus : "le bombardement de l’Iran ou la bombe iranienne".
 
Une attaque qui proviendrait de la Géorgie servirait plus l’Iran qu’elle ne le desservirait puisque de toute évidence la Russie se trouverait de facto impliquée dans ce conflit qui aurait pris naissance à son "étranger proche".
.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Nho 26 août 2009 11:44

    L’Iran affirme qu’il ne cherche pas à développer l’arme nucléaire, que ce serait d’ailleurs contraire à la religion musulmane.

    Personne ne peut prouver que l’Iran développe un nucléaire militaire. Le programme nucléaire iranien est un prétexte. Alors pourquoi attaquer l’Iran ? Pour l’énergie ? Pour l’importance géostratégique ? D’autres raisons cachées ?

    Voyez par exemple cet article sur les pressions exercées par l’occident sur El Baradai :

    http://original.antiwar.com/porter/2009/08/25/elbaradei-foes-leaked-stories-to-force-his-hand-on-iran/

    La Russie est aujourd’hui encerclée. Toutes les manoeuvres des USA, OTAN, Israel autour du territoire russe servent à mon avis à forcer les russes de ne pas intervenir en cas d’attaque sur l’Iran.

    Votre article est plus nuancé que le précédent, et je vous en remercie.


    • franck2010 26 août 2009 12:35

      Je vois la Russie moins encerclée qu’il y a un an et les nouvelles tentatives des USA largement moins crédibles.

      Et, j’espère bien que le programme nucléaire iranien sera finalisé avec un essai thermonucléaire à ciel ouvert dans un de leur désert .

      On est d’accord sur rien !


    • Nho 26 août 2009 12:47

      On est d’accord sur rien !

      Pas sûr.

      Personnellement, j’aimerais voir les iraniens en possession de la bombe atomique. Mais ont-ils un programme nucléaire militaire ? rien de moins sûr.

      Que l’encerclement de la Russie soit efficace ou non, il est à mon avis difficile d’en juger. Le fait est que la Russie est encerclée. Ce que j’avance, c’est que cet encerclement est lié aux désirs de bombardement de l’Iran par certains.


    • monbula 26 août 2009 14:50

      Pourquoi incluez-vous la Russie dans ce conflit ?

      Quel est son intérêt ? Cacheriez-vous ce fait : 3ème guerre mondiale si la Russie s’y engageait ?

      En laissant de côté la stratégie militaire, l’intérêt serait de ne pas bouger pour les russes et d"éviter une 3ème guerre mondiale.
      D’attendre et d’en tirer un grand avantage = opinions mondiales en sa faveur.

      Alors, l’Oncle Sam et ses alliés deviendraient les MECHANTS.

      La Russie a, on en est sûr, équipé l’Iran de batteries défensives importantes.
      Pour l’offensif.... ?


    • monbula 26 août 2009 15:29

      Encerclée ou pas, suggérez-vous... Maisi les sous marins servent aussi parfois.

      http://tf1.lci.fr/infos/monde/ameriques/0,,4506048,00-les-deux-sous-marins-russes-qui-affolent-washington-.html


    • Julius Julius 26 août 2009 18:16

      Russie encerclée ? Consultez votre atlas ! Seulment moins de 20% de la frontière russe est avec les membres et candidats de l’OTAN.


    • Ahlen Ahlen 26 août 2009 14:06

      L’auteur a tendance à pencher du côté des « prédateurs » en se faisant leur porte-parole. Je rejoins NHO disant que l’Iran s’est interdit officiellement d’avoir une arme nucléaire. Par contre, ceux qui rêvent de « l’irakisation » de l’Iran se vantent de l’immensité de leur arsenal.

      Le journalisme alternatif devrait nous épargner ce genre d’amalgame tendancieux propre aux imbéciles qui se complaisent dans la domination, la soumission ou simplement dans la lâcheté.

      Dans l’affaire qui nous préoccupe, il ne s’agit pas seulement de la Géorgie ou de l’Iran, mais carrément de la Russie ! Les pays limitrophes de la Russie ne sont, en fait, qu’un pont vers celle-ci. Si la Russie n’a pas les moyens de protéger ce pont pour échapper elle même au pire, que peut alors faire l’Iran ou la Géorgie ?


      • monbula 26 août 2009 15:06

        Vous dîtes :
        Dans l’affaire qui nous préoccupe, il ne s’agit pas seulement de la Géorgie ou de l’Iran, mais carrément de la Russie ! Les pays limitrophes de la Russie ne sont, en fait, qu’un pont vers celle-ci. Si la Russie n’a pas les moyens de protéger ce pont pour échapper elle même au pire, que peut alors faire l’Iran ou la Géorgie ?

        Jouer la carte illusion Iran mais attaquer en réalité, la Russie, n’est-ce pas jouer à la roulette ?

        Irakiser l’Iran... Je souhaite du courage à l’Otan à s’occuper des 3 pays situés côte à côte : Irak ( pays non stabilisé ), Iran, Afghanistan.( pas très stable ).

        Un bluff, peut-être, mais envisagé par les USA... L’Iran à côté de l’Otan attaque la Russie. L’Iran deviendrait in facto, une plus grande puissance régionale.


      • monbula 26 août 2009 15:14

        J’habite en Dordogne et depuis 3 semaines, les avions de combat, Bases en Gironde et Charente ( Marignane et Cognac ) ne cessent pas de voler en moyenne et basse altitude sur nos têtes. Du jamais vu.... Bizarre....


        • Ali 26 août 2009 19:31

          @ monbula

          rien d’anormal


        • monbula 26 août 2009 19:41

          Vous êtes sûr....


          • Nho 26 août 2009 16:58

            Oui, article intéressant. Qu’on peut contrebalancer avec ceux-ci par exemple :

            http://www.dedefensa.org/article-biden_ou_le_surrealisme_arrose_27_07_2009.html

            http://www.dedefensa.org/article-situation_des_relations_usa-georgie-russie_10_08_2009.html

            Personnellement, le vrai état des relations Russie-USA m’échappe complètement. Elles paraissent suffisamment tendues pour que des sous-marins nucléaires russes se laissent apercevoir à proximité des côtes des États-Unis, comme vous le signalez, ou encore que Chine et Russie s’allient dans un avertissement aux USA : « Si Israel attaque Iran, notre réponse sera la guerre mondiale » (http://www.cfciowa.org/K017/index.php?option=com_content&view=article&id=255:russia-china-warn-us-that-israeli-attack-on-iran-means-world-war&catid=4:national-news&Itemid=7) - je ne sais pas quelle crédibilité accorder à ce dernier article).

            Mais en même temps, la Russie est le seul pays qui peut riposter à une attaque nucléaire américaine (c’est à dire que les États-Unis ne peuvent détruire tout l’arsenal nucléaire russe en une série de frappes). Sans compter que les États-Unis sont affaiblis par leurs différentes guerres...

            Ce qui me semble le plus plausible, c’est que les menaces d’un côté comme de l’autre (les menaces russes en particulier) sont suffisamment convaincantes pour que chacun reste sagement de « son côté » de la frontière... Enfin, je l’espère


            • monbula 26 août 2009 17:28

              Je vous remercie pour les liens surtout celui de Defenfensa que j’avais perdu.

              Je l’espère, vous dîtes... Comme tout le monde a part les s’en va en guerre ;

              USA, la partie de poker menteur et côté russe, la partie d’échecs....

              C’est pour cela qu’on a dû mal à suivre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès