Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Guerres et massacres au Congo : Faut-il « surveiller » les Américains (...)

Guerres et massacres au Congo : Faut-il « surveiller » les Américains ?

A priori deux pays et deux peuples n’ayant rien à voir l’un avec l’autre. La République Démocratique du Congo et la Syrie. Sauf d’être les cibles concomitantes de l’Amérique et de ses alliés militaires. Quelles que soient les explications qui pourront être fournies pour justifier ces actions, les Etats-Unis se révèlent être un empire militaire assez inquiétant. Mais l’occasion tombe à point nommé. Il était temps de savoir ce que subit un peuple, les Congolais, meurtri de façon récurrente dans le silence de la communauté internationale par deux alliés des Etats-Unis. Les attaques rwando-ougandaises devaient être menées juste pendant que Washington « absorbe » l’actualité internationale. 

Il a fallu du temps pour relever de troublantes coïncidences entre les emballements médiatiques déclenchés par Washington et les déclenchements des opérations armées contre le Congo à partir du Rwanda et de l’Ouganda, deux puissants alliés du Pentagone en Afrique accueillant des coopérants militaires américains. La dernière semaine du mois de septembre a été marquée par une montée de fièvre, Washington s’apprêtant à mener des frappes contre la Syrie. C’est exactement le moment que choisit le Rwanda pour dépêcher plusieurs bataillons sous le couvert du M23 dans l’Est du Congo et bombarder la ville de Goma en violation de plusieurs règles du droit international dont la Charte de l’ONU prohibant les actes d’agression et les dispositions du Statut de Rome sur les crimes de guerre et crimes contre l’humanité (bombardement des populations civiles). L’opération est « heureusement » un tragique fiasco pour Kigali, l’armée congolaise et les troupes tanzaniennes de la brigade d’intervention de l’ONU ayant réussi à repousser l’agression. C’est aussi le moment que choisit l’Ouganda, à la grande surprise des Congolais, pour franchir la frontière et occuper le territoire de Mahagi au Nord-Est du Congo. La violence des attaques et leur coordination interpellent. Hasard de calendrier ? Sûrement pas.

De troublantes coïncidences

Il y a près d’un an, en novembre 2012, les armées rwandaise et ougandaise avaient lancé une opération éclair dans l’Est du Congo sous couvert du M23 qui se termina par la prise de Goma. Personne n’avait relevé que les médias internationaux étaient absorbés par la campagne présidentielle américaine. On avait tenu l’opinion internationale en haleine sur une possible défaite de Barack Obama face à Mitt Romney, juste ce qu’il faut pour passer sous silence la fulgurante opération que les deux alliés militaires des Etats-Unis, Museveni et Kagamé, menaient dans l’Est du Congo. Un hasard de calendrier là aussi ?... Certainement pas.

PNG - 1.5 Mo
Le M23 dans les rues de Goma

En tout cas, les coïncidences se multiplient et ne laissent guère de place à l’hypothèse de simples hasards de calendrier.

Il y a cinq ans, en octobre-novembre 2008, le CNDP, l’ancêtre du M23, moribond quelques semaines seulement auparavant, s’était révélé d’une puissance de feu étrangement déroutante. L’armée congolaise fut balayée au bout de quelques jours de combats. Des milliers de soldats et de civils congolais furent jetés dans la nature, terrifiés par des massacres comme celui de Kiwanja. Les autorités congolaises signèrent un véritable acte de capitulation que sont les fameux accords du 23 mars 2009 et acceptèrent, sur instruction de l’administration Obama[1], l’entrée des bataillons rwandais sur le territoire congolais. Officiellement pour traquer les rebelles hutus rwandais des FDLR. L’accord fut en réalité un piège qui permit au Rwanda de disposer d’une véritable armée parallèle dans l’Est du Congo comme cela a fini par être révélé. Une armée de chevaux de Troie en mission pour drainer les minerais de l’Est du Congo vers le Rwanda[2] où s’activent des multinationales impliquées dans le trafic des minerais de sang[3], anglo-saxonnes pour la plupart.

Ce qu’on a oublié de relever, c’est que cette humiliante déroute de l’armée congolaise se produisit au moment où le « monde entier » accompagnait le premier président noir à la Maison Blanche. Personne n’aurait imaginé que pendant ce grand moment de frénésie planétaire aux cris de « yes we can », des mains occultes orchestraient un énième carnage dans l’Est du Congo, à l’insu de l’opinion internationale. Une fois la fièvre électorale retombée aux Etats-Unis, plus un seul coup de feu ne fut tiré par les combattants rwando-ougandais. Du moins, jusqu’à la « prochaine occasion ».

Les mystères de la Première Guerre du Congo

Ça commence à faire beaucoup. Il semble que dès la Première Guerre du Congo, il fallait relever le lien entre les grands moments de l’actualité internationale « orchestrée » par les Etats-Unis et le lancement des opérations militaires contre le Congo.

En effet, on s’est longtemps demandé comment un pays de la taille du Rwanda, qui sortait d’une guerre qui l’avait saigné sur le plan démographique et ruiné sur le plan économique, a pu acquérir la capacité de terrasser un mastodonte de la taille du Zaïre (90 fois plus grand que le Rwanda) et mené ses troupes jusqu’à Kinshasa, en moins de six mois. Les recherches entreprises plus tard ont révélé que plusieurs pays avaient été mêlés à l’atroce « aventure ». Mais la vitesse avec laquelle cette coalition s’était formée laissait perplexe. Des mains secrètes avaient tout entrepris pour que des Rwandais, des Ougandais, des Burundais, des Angolais, des Zimbabwéens, et surtout des Américains, des Britanniques et même des Israéliens se retrouvent tout d’un coup ensemble, à ce moment précis, pour mener l’assaut contre le Zaïre du Maréchal Mobutu.

Là aussi, un hasard de calendrier ? Surtout pas ! Le « monde entier » était alors scotché devant les écrans pour « accompagner » Bill Clinton vers son second mandat face au républicain Bob Dole. Personne, ou presque, ne prêta attention à la boucherie qui se déroulait dans les forêts du Congo et à une intense, mais discrète, activité de l’armée américaine dans la région des Grands Lacs. Personne n’avait prêté attention à l’intérêt croissant des Etats-Unis pour les ressources du Continent africain, exprimé quelques années plus tôt par l’administration Clinton et aux effets dévastateurs que ces intérêts étaient au point de produire sur le Congo, pays particulièrement visé par Washington. Personne ne prêtait attention aux dirigeants avec qui les Etats-Unis faisaient alliance en Afrique (Museveni et Kagamé) et à la calamité qu’ils mijotaient contre le Congo et qu’il a fallu quelques années pour commencer à comprendre[4].

Lorsque la pression médiatique retombe, et que Bill Clinton finit de s’installer confortablement dans son second mandat, le dernier coup de feu a été tiré au Congo. Tout redevient calme. Sauf que le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (HCR) ne retrouve plus ses réfugiés hutus. Entre 100.000 et 400.000 d’entre eux ont disparu, comme avalé par un trou noir. Les témoignages sont étouffés, discutables, mais lorsqu’on met la main dessus, on imagine aisément l’ampleur de l’horreur qui vient de se dérouler, à une « vitesse éclair », dans les forêts du Congo. On sait seulement que les auteurs de ce massacre « de haute volée » n’ont jamais été inquiétés. Ca, au moins, ça ne peut pas être le fait du hasard, les crimes ayant bel et bien été commis. Il faudra attendre 2010, c’est-à-dire 14 ans, pour que les enquêteurs de l’ONU produisent un premier rapport[5], assez timide, mais suffisant pour ouvrir juste une lorgnette sur cette effroyable « exploit militaire ». Moins de six mois… Il doit y avoir un chef d’orchestre doué d’un génie froid derrière ces menées macabres.

SOS pour les populations du Congo !

On est naturellement dérouté par l’idée que « la plus grande démocratie du monde » puisse être mêlée[6] à ces guerres de massacre. Mais on ne peut pas non plus ne pas soulever des interrogations sur Washington qui dispose de coopérants militaires très entreprenant[7] au Rwanda et en Ouganda. Museveni et Kagamé peuvent-ils vraiment envoyer des troupes à répétition dans l’Est du Congo à l’insu du Pentagone et des coopérants militaires américains ? Des questions embarrassantes, mais qui devraient susciter l’extrême vigilance sur le sort des Congolais. En tout cas, il va falloir désormais surveiller l’actualité internationale dominée par les Etats-Unis. Que les dirigeants américains soient de bonne foi ou pas, par rapport aux tragédies à répétition qui déciment femmes et enfants dans l’Est du Congo, les coïncidences deviennent suffisamment inquiétantes pour que l’histoire à venir du Congo, face aux Etats-Unis, puisse faire l’objet d’une rigoureuse surveillance. Ne serait-ce que par compassion pour les populations innocentes de l’Est du Congo qui ne demandent qu’à vivre et qui méritent meilleur traitement de la part des « grands pays civilisés ».

Paranoïaque ou échaudé à raison ?

On peut déjà commencer à s’inquiéter pour 2016, une année annoncée pour être à risque. Le Président Kabila finit son second mandat et on ne sait toujours pas s’il envisage de se maintenir au pouvoir. Mais surtout, de l’autre côté de l’Atlantique, le Président Obama va céder son fauteuil, limitation à deux mandats oblige. Coïncidence explosive… Pour une fois, les « amis » du peuple congolais seraient bien inspirés de ne point se passionner pour la campagne présidentielle américaine. C’est le contexte idéal dont profitent les « bouchers » de tous poils pour massacrer des populations sans défense dans l'Est du Congo. Mais en attendant 2016, il va falloir suivre avec attention une possible intervention américaine en Syrie. On sait que le Rwanda, allié de Washington, masse des troupes dans la ville frontalière de Gisenyi[8]. Au premier bombardement en Syrie, ces troupes pourraient déferler sur Goma.

Et il y a déjà des indices qui devraient inquiéter au plus haut point. L’envoyée spéciale de l’ONU, Mary Robinsonproche de Londres et Washington, répète à qui veut l’entendre qu’il faut une solution négociée à la crise actuelle de l’Est du Congo[9]. Que faut-il négocier avec les individus qui ont largué des bombes sur la population de Goma et de Gisenyi ? Que faut-il négocier avec les individus qui avaient pillé Goma en novembre 2012 et violé des dizaines de femmes[10] ? Faut-il que le Congo réintègre dans son armée de nouveaux Ntaganda qui ont longtemps paralysé le pays sur le plan de la défense ? Les appels à la négociation laissent les Congolais perplexes. On demande l’impensable à un peuple, mais ce n’est pas le sujet qui devrait retenir l’attention. Il faut penser à une prochaine attaque qui se prépare, les discours sur une « solution négociée » ne servant qu’à distraire l’armée et la population pour faciliter la victoire aux armées d’agression.

Décidément, le Congo est la cible de trop de coups fourrés et de complots meurtriers qui commencent seulement à livrer quelques indices. Le péril est que trop de monde s’y trouve mêlé.

On s’est longtemps demandé comment est-il possible qu’au 21ème siècle la mort de six millions de personnes passe quasiment à l’insu de l’opinion internationale. Il n’est pas rare, de se retrouver en Occident avec des gens qui ne savent même pas situer la République Démocratique du Congo sur la carte. Le pays où se déroule le plus grand massacre du monde est un illustre inconnu de l’actualité internationale. On commence à y voir clair.

En faisant coïncider les attaques contre le Congo avec les grands moments de l’actualité internationale, on a chaque fois créé un épais rideau de fumée que l’opinion internationale peine toujours à percer. Quel média serait aujourd’hui audible en parlant du M23 pendant que le monde retient son souffle dans l’angoisse d’une possible attaque américaine contre la Syrie ? Et pourtant des dizaines[11], voire des centaines de soldats rwandais viennent de périr dans les batailles au nord de Goma. Une bérézina qui aurait pu « bénéficier » d’une couverture médiatique planétaire. Incognito… Sauf pour les familles des soldats rwandais.

Mais qui aurait imaginé une telle coordination des opérations armées contre deux pays si différents (RD Congo et Syrie). Des agents au Pentagone ?

On aboutit à l’angoissante conclusion que les massacres des populations dans l’Est du Congo, depuis maintenant 17 ans, ont les allures d’un «  chef-d’œuvre » ultra-macabre réalisé de main de maître suivant un timing rigoureusement calibré.

Effrayant…

Boniface MUSAVULI

PNG - 1.5 Mo
Moment de deuil après le massacre de Kiwanja

 


[6] Pierre Péan, Carnage - Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Éditions Fayard novembre 2010, pp. pp. 339-390.

 



Sur le même thème

RD Congo 2016 : Trois exigences pour sauver 2016
RD Congo – LRA : Des soldats américains au Congo ?
RD Congo : Un pays encerclé militairement ?
La RD Congo, victime d’un complot international ?
RD Congo 2016 : Face au coup de force...


Les réactions les plus appréciées

  • Par FRIDA (---.---.---.146) 5 septembre 2013 08:52
    FRIDA

    @Musavuli

    Je tiens à vous remercier de votre persévérance à nous parler de ce confit.
    Je suis attentivement les évènements qui touche le Congo, et j’apprécie vos articles le sortant de l’indifférence ambiante.
    Un pays et une population qui souffrent depuis bien longtemps. Ce qui est terrible, c’est faire habituer les gens à des situations tragiques, qui deviennent à leurs yeux banales... ou comme naturelle, inhérente à certains pays et peuples.

Réactions à cet article

  • Par FRIDA (---.---.---.146) 5 septembre 2013 08:52
    FRIDA

    @Musavuli

    Je tiens à vous remercier de votre persévérance à nous parler de ce confit.
    Je suis attentivement les évènements qui touche le Congo, et j’apprécie vos articles le sortant de l’indifférence ambiante.
    Un pays et une population qui souffrent depuis bien longtemps. Ce qui est terrible, c’est faire habituer les gens à des situations tragiques, qui deviennent à leurs yeux banales... ou comme naturelle, inhérente à certains pays et peuples.

    • Par asterix (---.---.---.194) 5 septembre 2013 21:14

      Bonjour Musavuli,

      Je partage entièreme,t l’avis de Madame Frida ci-dessus. Cela fait des mois que tu nous décrit l’effroyable situation de l’est du Congo.
      Avec d’autant plus de mérites que tu étais peu commenté.
      Un peu comme si ton information n’était pas à la mode. Quelque chose qu’on lit en passant.
      Et subitement, voilà qu’en abordant toujours le même sujet, mais encore une fois sur un angle différent, les lecteurs te suivent. Les commentateurs aussi.
      Je les engage à relire tous tes écrits, principalement ceux concernant le processus électoral, la filiation de Kabila, les enjeux économiques du coltran.
      Il faut croire que le lecteur « général » finit par ne s’intéresser à un sujet qu’à partir de son anti-américanisme. Et voilà subitement que ton lectorat se multiplie par trois !.
      Quel dommage pour tout ce que tu nous a livré jusqu’ici !
      Ceci dit, ton analyse est d’une logique implacable. 7 millions de morts dans l’indifférence générale. Jamais Kigali et Kampala ne seraient arrivés à faire cela tout seuls.
      Encore une fois l’Oncle Sam ?
      Les coincidences que tu relève permettent de le penser.
       Chapeau bas pour tout ce que tu nous a livré jusqu’ici.. 
       

  • Par Buddha (---.---.---.143) 5 septembre 2013 09:22
    howahkan Hotah

     les humains refusent partout de coopérer..ce qu’ils veulent c’est avoir plus que les autres alors hélas ce cauchemar qui se reproduit depuis des siècles n’ a pour le moment aucune raison de s’arrêter...a en mourir de pleurer..

    la premier etape est que l’occident se dise : oui nous sommes des criminels....çà n’exclut personne d’autre mais il faut balayer devant sa porte

  • Par Corinne Colas (---.---.---.164) 5 septembre 2013 14:16
    Corinne Colas
    Les salles de rédaction officielles ne sont pas à la hauteur... 

    Excellentissime article ! 

    Avec leur fringale, les « démocraties » occidentales bien brutales en réalité (et construites sur des génocides), seraient embêtées si elles étaient obligées de composer avec des pays stables. C’est vrai que les indicateurs ne sont pas à l’amélioration mais c’est parce que l’exploitation du Congo (et d’autres nombreux pays d’Afrique) se perpétue sous d’autres formes. 

    La violence a un « bel » avenir malheureusement. 



  • Par tinga (---.---.---.165) 5 septembre 2013 14:32

    Merci pour vos articles, pour ce qui est du titre je dirais que ce n’est plus « surveiller » mais bien « punir » les usa pour leur politique génocidaire qui devrait être à l’ordre du jour. Comme le montre très bien votre analyse, l’ existence d’un agenda macabre fait peu de doute, et qui profite du racisme patent des médias occidentaux, « guerres tribales », odieux, même ici sur agoravox vos articles ne suscitent pas assez de commentaires au regard de la gravité des événements rapportés ainsi que de leurs implications dans les sinistres projets franco-américains. 

  • Par cilce92 (---.---.---.222) 5 septembre 2013 18:17

    Toujours aussi pertinent et passionnant à lire !
    Merci M. Musavuli !

    Cécile

  • Par Don Michael Corleone (---.---.---.53) 5 septembre 2013 19:48
    Don Michael Corleone

    Ce qui est tragique c’est que les africains noirs eux-mêmes ne semblent pas préoccuper par le sort terrifiant de nos frères et soeurs congolais. Je vis en Afrique noire et franchement les gens parlent de tout sauf de la RDC et j’en suis affligé. Certains passent leur vie devant France 24 qui nous casse les oreilles avec la tragédie syrienne. Pas que je minimise la tragédie syrienne mais pourquoi ne souffle-t-on mot de la catastrophe congolaise ? En tout cas je remercie l’auteur pour sa persévérance sur ce thème et je compte faire suivre ses articles.

  • Par soi même (---.---.---.146) 5 septembre 2013 20:13
    soi même

    A mon humble avis, les américain mérite un coup de pied au cul planétaire !

  • Par Bertrand Loubard (---.---.---.198) 8 septembre 2013 16:28

    Au nom des pays de l’Union européenne, réunis le 07/09/2013 à Vilnius en Lituanie Catherine Ashton a déclaré : « Le monde ne peut rester les bras croisés ».

    Ne croyez pas que cet élan de sincérité bien compréhensible, l’émotion spontanée de cette Communauté Internationale, amie des peuples, soient destinés aux martyrs des génocides rwandais et congolais. Non, c’était à propos de la crise Syrienne, bien évidemment.

    Car le »Plus jamais ça"….cela se mérite… !. Il faut avoir le droit de l’invoquer, au nom de certaines victimes innocentes (dont l’évocation du sang ne doit pas êtres souillée pas celle du sang d’autres victimes, « moins » innocentes, au sens « orwellien ») ….. ! Le « devoir de mémoire » se convoque d’une façon sélective, ne se brade pas…Il faut le mériter … !

    Parmi la Communauté Internationale (,amie du… etc…) ce devoir de ne pas « rester les bras croisés » s’est toujours manifesté, suivant diverses formes dans presque chaque pays, mais suivant les opportunités, bien entendu.

    En France, par exemple on se souvient de la guerre d’Algérie et du « bras d’honneur » récent du vice-président de l’UMP Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense, le 01/11/2012 au ministre algérien Mohamed Cherif Abbas (ministre des anciens Combattants).

    De même pour la Belgique dont il ne faut pas rappeler l’œuvre civilisatrice au Congo où les mains étaient, en toute justice, coupées, justement, pour que les nègres s’attaquent au travail à « bras raccourcis ».

    Le peuple allemand, lui, a le droit de rappeler à l’humanité le caractère inhumain, cruel et dégradant de l’usage honteux de l’ypérite et des chambres à gaz, lui qui a connu le régime nazi qui les a utilisés à « tour de bras ».

    L’Angleterre n’a pas oublié Lord Kitson et la guerre Mau-Mau pour soutenir le « bras armé » de Kagamé qu’est le M23.

    Mais, actuellement, il est évident qu’avec Susan Rice nous sommes en bonne main, nous saisissons à « bras-le-corps », sa proposition de "regarder ailleurs" qu’au Rwanda ou en Ouganda quant il s’agit de la RDC. Avec Samantha Power, nous resterons les « bras ballants » ne voyant que des effets collatéraux dans nos interventions humanitaires mais des génocides dans les réactions de nos « ennemis ».

    Mary Robinson sera directe avec Kigali. Elle sera polie et ferme : sans être accueillie à « bras ouverts » elle dira cependant à Kagamé : "S’il vous plaît, Monsieur, veuillez accepté les excuses de Monsieur Ban Ki Moon".

    Il n’y a certainement pas de coordination dans l’advenue des atrocités qui se commettent simultanément de par le monde. Il n’y a que les rapports qui en sont faits qui sont parfaitement planifiés, synchronisés. Il faut que les crimes de guerre que nous commettons soient présentés comme légitime défense préventive, dans la presse « mainstream ». Celle-la même qui occulte d’une manière simultanée les crimes contre l’humanité que nous commanditons à nos tchi-tchi boys.

    Combien encore de Kibého, Guernica sans Picasso. Combien encore de Tingi-Tingi, « Nuits et Brouillards » sans Ferrat.

    Ils ne sont pas resté les bras croisés, tant de morts les bras en croix.

  • Par le moine du côté obscur (---.---.---.73) 8 septembre 2013 22:01
    le moine du côté obscur

    je dois dire merci à l’auteur (avec lequel je l’avoue je n’ai toujours pas été d’accord sur d’autres sujets) pour ses nombreux articles sur la tragédie un peu trop occultée par les médias du peuple congolais. Oui c’est une tragédie actuelle et qui se déroule dans l’indifférence presque générale alors qu’on nous rabat les oreilles avec des tragédies plus anciennes. Mais si ceux qui disent « plus jamais ça » étaient cohérents avec eux-mêmes tout serait mis en oeuvre pour arrêter le massacre. Mais le drame est que cette tragédie va de pair sans aucun doute avec les profits douteux de certaines multinationales et les envies barbares de certaines créatures qui n’ont d’humaine que l’apparence. Certains font comme si la RDC était une mine géante qui n’était pas habitée. Trop peu de gens en parlent de cette tragédie et le mérite donc de l’auteur n’en est que plus grand. Puisse ces sincères et nobles efforts touchés le coeur en premier lieu des africains qui font mime d’ignorer cette tragédie avant tout africaine mais aussi humaine et qui est la honte de toute l’humanité. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires