Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Guinée : nouvel échec

Guinée : nouvel échec

Les syndicats guinéens n’acceptent pas la nomination de monsieur Eugène Camara au poste de Premier ministre et affirment que, dans ces conditions, ils ne pourront pas accéder à la demande des autorités concernant la levée du mot d’ordre de grève générale, car ce dernier est jugé trop proche du président Lansana Conté. La rencontre tenue ce mercredi 21 février 2007 s’est terminée comme toutes les précédentes en échec après deux heures de discussions au Palais du Peuple. En s’adressant aux religieux et députés qui étaient présents, les dirigeants syndicaux ont souligné que le peuple ne veut pas accepter cette nomination : « Si vous ne nous croyez pas, essayez donc de convaincre le peuple ». Il est étonnant de voir comment ce monsieur Eugène Camara s’accroche à ce siège qui met le pays en émoi. Il pourrait démissionner, mais ce serait trop lui demander.

Les mouvements syndicaux guinéens n’acceptent pas la nomination de monsieur Eugène Camara au poste de Premier ministre. Ils estiment que l’entrée en fonction du nouveau chef du gouvernement, nommé le 9 février dernier, contrarie l’accord conclu le 27 janvier 2007 avec les autorités, prévoyant la nomination d’un Premier ministre de consensus ainsi que la libération des personnes détenues lors des manifestations. Les entretiens dits de concertation avaient rassemblé les dirigeants syndicaux, les présidents de l’Assemblée nationale, du Conseil économique et social et la Cour suprême, sous la médiation de chefs religieux et de membres du patronat.

La prolongation de l’état de siège pourrait être envisagée

Monsieur Lansana Conté, le président guinéen avait décrété l’Etat de siège le 12 février 2007. Cette situation doit se prolonger, au moins, jusqu’au vendredi 23 févrierdans l’espoir d’une amélioration de la situation. Le président Lansana Conté avait justifié ces mesures d’exception, dont le respect du couvre feu et le renforcement des pouvoirs des forces armées, comme moyens indispensables pour éviter une guerre civile. Etant donné le statut quo entre les parties, il n’est pas exclu que l’état de siège soit prolongé. Les députés guinéens ont été convoqués pour une session plénière le vendredi 23 février à 10 heures locales à l’Assemblée nationale, et ce « conformément aux dispositions de l’article 74 de la loi fondamentale ». Cet article établit que l’état de siège cesse d’être en vigueur douze jours après avoir été proclamé, à moins que l’Assemblé nationale « n’en autorise la prorogation pour un délai qu’elle fixe ».

En clair, le pays reste paralysé, à la fois par cet état de siège et par la grève générale qui bloque l’activité économique depuis le 10 janvier. La Guinée est sous contrôle militaire depuis bientôt dix jours. La capitale guinéenne vit au ralenti. La majorité des entreprises sont fermées. Les commerces, les administrations et les écoles le sont également. Afin d’ éviter une paralysie totale du pays, les dockers du port de Conakry ont instauré un service minimum.

Des inquiétudes régionales se font sentir

La crise en Guinée inquiète la communauté internationale et tout particulièrement les dirigeants des pays voisins. La présidente du Liberia, madame Ellen Johnson Sirleaf, et le président de la Sierra Léone, monsieur Ahmad Tejan Kabbah ont été reçus, mercredi à Conakry, par le président Lansana Conté. « Nous avons dit au président de Guinée qu’il doit écouter les syndicats pour que la situation ne s’aggrave pas », a souligné la présidente libérienne à Monrovia. Il faut noter que le Liberia et la Sierra Leone ont été ravagés par des guerres civiles meurtrières, durant les années 90. Madame Ellen Johnson Sirleaf avait aussi estimé que « la situation en Guinée est très inquiétante », notamment au regard de la délicate question de mercenaires libériens qui auraient été recrutés en territoire guinéen, selon plusieurs sources.

L’avis du président de la CEDEAO

L’avis du président de la Cedeao est attendu. Le président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Blaise Campaoré, devrait s’exprimer prochainement sur la situation en Guinée. Ses « recommandations » sont attendues avec beaucoup d’intérêt dans toute la région, suite à la visite « exploratoire » effectuée à Conakry par les émissaires de cette organisation : l’ancien président nigérian Ibrahima Babangida et le président de la Commission de la Cedeao, Mohammed Ibn Kambas.

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) a décidé vendredi dernier d’appuyer une enquête nationale guinéenne sur les violences politiques dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA « a condamné fermement l’usage disproportionné de la force et la répression contre les manifestants qui ont occasionné de nombreuses pertes en vies humaines ». Le gouvernement de Conakry s’est déclaré favorable à un règlement pacifique de la crise, tout en excluant le départ du président Conté, âgé de 73 ans, qui est au pouvoir depuis 1984.

Les Nations unies et plusieurs organisations humanitaires ont déploré l’intervention de forces armées guinéennes, après la proclamation de l’état de siège. Les responsables de Reporters sans frontières à Paris se sont insurgés, notamment, contre la censure qui a été imposée de facto à la presse de Conakry.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 22 février 2007 16:43

    Aux dernières nouvelles, la situation reste figée. Nul ne sait si Lansana Conté va écouter le désavoeu de son peuple à l’encontre de son premier ministre ami Camara. Espèrons que le président guinéen ne restera pas entêté.


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 24 février 2007 17:48

      Il est dommage que cet article n’ait suscité aucun commentaire. Je m’intéresse beaucoup à l’Afrique pour en avoir traité dans ces pages d’AgoraVox. Je peux suivre de très loin - il va sans dire - la situation qui prévaut dans certains pays, dont bien évidemment la Guinée. J’ai l’intime conviction si les forces d’opposition maintiennent leur pression sur le président Lansana Conté, elles pourront faire bouger les choses. Comme vous l’indiquez, les pressions également des pays voisins ne pourront tenir pour indifférente l’attitude de Lansana Conté qui s’accroche désespérément au pouvoir. Une retraite aurait pourtant été bien indiquée pour Lansana Conté.

      Pierre R.

      Montréal, Québec

      p.s. : Yahoo a repris votre article qui pourra ainsi connaître une plus large diffusion. Mince consolation.


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 24 février 2007 17:50

        Petite erreur : il s’agit plutôt de Google, édition canadienne :

        http://news.google.ca/nwshp?ie=UTF-8&oe=UTF-8&hl=fr&tab=wn&q=

        Pierre R.

        Montréal, Québec


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 25 février 2007 00:34

          Bonjour Pierre R du Canada. Merci pour l’information. Vous avez tenu des propos bien appropriés au sujet de Lansana Conté. Il pourrait prendre une retraite bien méritée. Sauf qu’il n’en prend pas le chemin avec l’attitude d’obstination et de fermeté qu’il affiche à l’encontre des manifestants. smiley


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 25 février 2007 00:45

          Le continent africain a toujours connu des dirigeants entêtés. Ils se prennent pour le « nombril » de leur pays. Ils se croient indispensables, voire incontournables. Ils pensent détenir la VERITE. Dès qu’ils ont le pouvoir, ils ne veulent plus le lâcher. Pour eux , c’est à qui va piller le plus les richesses du pays.


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 25 février 2007 00:55

          Qui va exercer le plus le NEPOTISME, qui va se venger d’une famille d’une autre ethnie qui aurait porter préjudice à sa famille. Les dirigeants africains qui ont cette mentalité ne pensent pas forcément à l’intérêt de leur peuple. J’aurais honte si j’avais été un chef d’Etat africain de voir mon pays traité de « CORROMPU » ou encore tourné en DERISION à cause de ma mauvaise gestion. Les chefs d’Etat africain non élus démocratiquement n’en font qu’à leur tête. Il est à se demander si l’intérêt du peuple est envisagé.


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 25 février 2007 00:56

          Que de dirigeants achètent des hôtels particuliers en France (Lyon, Paris, la Côte d’azur...) et en Suisse (Bâle, Zurich...)... Je suis adminratif devant des gars comme MANDELA, ou DIOUF qui ont su partir (soit d’eux-mêmes ou par des élections). Il est à noter que les pays où ces dirigeants vieillissant s’accrochent tournent mal, lors de leur décès ou après un coup d’état. Messieurs Bongo, Biya, Sassou Nguesso et même Moubarak...) doivent penser à instaurer une démocratie, sinon le CHAOS guette et ça fait peur pour toutes les personnes qui vont souffrir.... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès