Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment reconstruire Haïti...

Comment reconstruire Haïti...

Reconstruire Haïti, c’est aussi reconstruire un Etat, un gouvernement, des Institutions. Les titres de chapitre existent - c’est un acquis -, mais sous ces intitulés il n’y a plus rien. Avant le séisme il n’y avait pas grand-chose puisque l’Onu assurait l’essentiel de l’action administrative, notamment la sécurité. Après le séisme, l’Etat n’est plus qu’une fiction, au mieux une construction intellectuelle, quand ce n’est tout simplement pas une virtualité. Il y a bien un Président, un Premier Ministre et quelques autres personnalités du gouvernement ou des corps constitués qui peuvent faire entendre leurs voix, mais il est évident qu’ils n’ont plus aucune influence sur le cours des choses. Ils n’avaient que très peu de moyens, aujourd’hui ils n’en n’ont plus : ce n’est pas avec des phrases qu’on déblais les décombres mais avec des bulldozers. L’intervention étrangère s’est faite avec leur agrément, mais ce n’est qu’une formule employée par les Etats étrangers pour préciser qu’ils n’ont pas l’intention d’envahir Haïti et de mettre l’île sous leur coupe. Bien évidemment ! Pour en tirer d’ailleurs quels avantages ? voilà bien la question préalable que devraient se poser les censeurs qui crient à l’invasion ! Mais on se fait entendre avec ce qu’on peut...
 
Au-delà de l’argent qu’il faut mobiliser pour Haïti - un plan Marshal de plus - c’est d’abord en terme de moyens matériels et humains, en terme d’organisation et de planification qu’il faut penser. Soyons clair le gouvernement d’Haïti n’en a pas les moyens – ni aujourd’hui ni demain. Les Haïtiens qui penseraient qu’il suffirait que les grandes puissances leur ouvrent des lignes de crédit généreuses pour leur permettre de reconstruire eux-mêmes leur pays se tromperaient lourdement. L’intervention étrangère est donc incontournable. C’est elle qui avec ses navires va remettre le port en service ; c’est elle seule qui peut avec ses avions cargos apporter rapidement le matériel de première urgence pour les hôpitaux par exemple ; c’est par hélicoptère que l’on surmontera le manque de routes, que l’on approvisionnera les pays en carburant... etc. Ce que les gouvernements haïtiens n’ont jamais su faire depuis des décennies, l’aide étrangère doit le faire en quelques mois ou quelques années.
 
Comment donc articuler cette action avec la souveraineté d’un Etat démocratique ? telle est la question à laquelle doivent répondre les chancelleries et le Conseil de sécurité de l’Onu - non pas pour donner satisfaction à Chavez et ses épigones, mais pour répondre efficacement à l’attente du peuple haïtien. Van Rompuy et Catherine Ashton auraient dû formuler des propositions ; on ne les a pas entendus. Hélas ! Or l’Europe peut, à défaut de mobiliser les mêmes moyens que les Etats-Unis (et la proximité géographique de ces derniers n’est pas étrangère à cela), être aussi (en plus d’un donateur important) un facilitateur pour la reconstruction en mettant en place des procédures adaptées. Le gouvernement haïtien doit rester le décideur, mais les programmes d’intervention, la planification, la mise en œuvre des moyens est évidemment du ressort des « étrangers ».
 
On peut évoquer - mutatis mutandis - le schéma appliqué en France depuis plus de cinquante ans dans les sociétés d’économie mixte (SEM) au sein desquelles le pouvoir de décision est aux hommes politiques, mais l’action proprement dite (l’emploi des moyens et des hommes) du ressort d’une technostructure indépendante. Ça a marché, puisque la reconstruction d’après guerre s’est beaucoup appuyée sur ses SEM. Pourquoi ne pas imaginer un système homothétique pour Haïti, le temps de la reconstruction... et de son accompagnement dans le temps jusqu’à ce qu’un Etat réel soit durablement en place.

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Bardamu 27 janvier 2010 11:13

    A-t-on détruit Haïti que pour mieux la reconstruire façon états-unienne, avec infrastructures et mines à ciel ouvert à la clé ?

    Plus le mensonge est grand, mieux il passe... et quand le mensonge est sismique, n’est-ce pas « stupeur et tremblements » en la foule ébaubie, alors ?


    • manusan 27 janvier 2010 12:57

      Quoi ? vous n’êtes pas au courant ?

      le séisme serait le resultat d’une arme US ultra secrète : la Bombe nucléaire sismique. Parait même qu’elle est responsable du tremblement de terre du Sichuan.

      http://www.lepost.fr/article/2010/01/26/1907772_la-russie-accuse-les-usa-d-avoir-provoque-le-seisme-de-haiti.html

      http://www.voltairenet.org/article163692.html

      Morice, tu te ramollis


      • manusan 27 janvier 2010 12:58

        j’oubliais bien sûr : s’il y a un tremblement de terre en Iran dans quelques mois, soyez pas surpris.


      • lala 27 janvier 2010 16:23

        C’est dans les possibilités.

        Ne serait ce pas le positionnement des chinois sur l’amérique latine et sa destabilisation que les ricains ne peuvent accepter


      • agent orange agent orange 27 janvier 2010 12:59

        Reconstruire Haïti en langage sarkorien, ça donne :
        « Il faut déblayer la rocaille au Kouchner ».


        • Yena-Marre Yena-Marre 27 janvier 2010 14:12

          Aux normes anti-sismiques.


          • Yena-Marre Yena-Marre 27 janvier 2010 14:17

            Plus serieusement, je crois qu’il faut veiller à ce que les haitiens restent maitres chez eux.Je ne crois pas beucoup au désinteressement des généreux pays donateurs.


            • carmina carmina 27 janvier 2010 19:18

              tout à fait d’accord,
              l’auteur se demande très naivement où serait l’intérêt des US
              simplissime :
              l’or en quantité dans le sous sol
              5 fois plus de pétrole qu’au vénézuela pourtant bien fourni
              de l’iridium en quantité, métal très rare utilisé pour l’armement.
              En fait haiti est riche, comme les terres africaines. mais on s’arrange pour qu’il leur soit impossible de l’exploiter en installant des dictateurs.soyez surs que cette misère et ce chaos sont entretenus.
              tous les pays où les us se trouvent ont des richesses du sous sol.
              la situation géographique de haiti permet de prendre en pince chavez puisque les us ont déjà installé des bases américaines en colombie...


            • Yena-Marre Yena-Marre 27 janvier 2010 22:05

              Mais oui Carmina, le mois dernier les haitiens vivaient avec un dollard/jour et bien que cette situation soit connue, pas grand monde pour s’en émouvoir.


            • l’arbre 29 janvier 2010 17:32

              j’ai lu un article sur naturavox où il est question de construction de maison en sacs de terre où sable , le tout recouvert de ?? . Cela à l« air » très" habitable , la construction est à la portée du premier quidam valide , ces constructions ne sont pas les seules , proposées  ! Aussi des ong pour lesquelles le profit n’est pas le but , pourraient s’unir pour mettre en chantier ce procédé .les Haitiens seraient les principaux intéréssés et bénéficiaires . Cela est évidant que pour les batiment publics , c’est un peu juste , mais il y avait tellement de bidonvilles sur les collines . Il est évident que ces genres de constructions sont de nature anti-sismiques . Je lance un appel : qui voudrait s’y coller , merci à l’avance pour ceux qui auront le courage ( il faut vaincre les préjugées , et accepter qu’il n’y aurait de profits pécuniers !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès