Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Haro sur les homos en Afrique ! : l’UE à la rescousse des « criminels (...)

Haro sur les homos en Afrique ! : l’UE à la rescousse des « criminels »

Au Cameroun, dans la rue, il n’est pas rare de voir deux hommes marcher main dans la main. Est-ce un couple ? Certainement pas répond-t-on horrifié, ici c’est simplement un signe d’amitié et fi de l’homosexualité ! Les homos, on ne les voit jamais et on les entend peu, et pour cause : selon l’article 347 bis du code pénal camerounais, « Est puni d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20.000 à 200.000 francs [CFA, ndlr] toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe ». L’UE vient de financer un projet qui défend les minorités sexuelles au Cameroun. On l’accuse d’être hors la loi.

Homosexualité, crimes et châtiments

 En novembre 2010, l’ONG Human Rights Watch a publié deux rapports alarmants sur la situation des LGBT [lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, ndlr] dans deux pays d’Afrique  : Craindre pour sa vie, violences contre les hommes gays et perçus comme tels au Sénégal et Criminalisation des identités, atteintes aux droits humains au Cameroun fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Les deux rapports recueillent des témoignages et analysent des faits similaires : arrestations arbitraires, passage à tabac, maltraitance et manque de soins médicaux dans les prisons, stigmatisation et rejet par la société. Les préjugés et la discrimination à l’encontre des homosexuels (ou perçus comme tels) se fondent bien souvent sur la condamnation d’une manière d’être, de se comporter. Les personnes qui n’adoptent pas une attitude « typiquement féminine » ou masculine sont suspectées, ostracisées, parfois même dénoncées. Un homme sénégalais témoigne : « En fait, ils ne m'ont pas pris en train d'avoir des relations sexuelles mais l'ont déduit à partir du lieu où je me trouvais et de la manière dont j'étais habillé. Ils m'ont déshabillé et m'ont frappé. Je suis resté en détention pendant deux mois » (in Craindre pour sa vie)

 Le phénomène des « outing »

 Cette homophobie omniprésente peut prendre ainsi des contours irrationnels : les homosexuels sont accusés de pratiques sataniques, et on les soupçonne de faire partie de sectes occultes ou de loges maçonniques toutes puissantes. Ainsi, en 2006, un scandale éclate au Cameroun lorsqu’un journaliste de La Météo publie une liste d’homosexuels présumés, assumant tous des fonctions importantes au sein du gouvernement. La presse se déchaîne et alimente le brasier, gonflant la liste, incriminant d’autres personnalités publiques sans pourtant appuyer leurs allégations sur des faits précis. La rumeur enfle et fait feu de tout bois. Les ventes montent en flèche lorsque l’Anecdote fait paraître sa Une flamboyante : « le Top 50 des homosexuels présumés du Cameroun », suivie par la Nouvelle Afrique qui dévoile pour sa part « la liste des pédés ». L’homosexualité apparaît alors comme une sorte d’outre malfaisante, dans laquelle se fourvoient les ennemis du peuple, les corrompus, les cooptés, les bandits du pouvoir : dans tout le pays, on parle « d’homocratie ». Aujourd’hui, plus de quatre ans après ce phénomène des outing, on parle encore de ces listes avec un air mi-figue mi-raisin. Marine, étudiante en droit à l’université de Yaoundé, avoue que c’est « exagéré », mais confie qu’un de ces professeurs a établi, lors d’un cours dans un amphithéâtre, que certains entrent en politique par la voie de l’homosexualité…

 L’Union Européene lance le « paemh » dans la mare

 À la suite de son appel à propositions pour défendre les droits des personnes vulnérables et stigmatisées, l’Union Européenne a accepté de financer un projet d’aide et d’encadrement aux minorités sexuelles : le paemh (au départ le projet devait précisément porter sur les minorités homosexuelles, mais - politiquement correct oblige- le projet a changé d’intitulé à la dernière minute). Le journal Le Jour a révélé que ce projet dispose d’un budget de 300 000 euros [200 millions de FCFA] et vise à appuyer les actions de trois associations camerounaises : le sidado, le cofenho (collectif des familles d’enfants homosexuels) et l’adefho (association de défense des homosexuels). Le paemh a notamment pour but de sensibiliser l’opinion publique aux questions liées aux minorités sexuelles, de contribuer à réduire les interpellations abusives et également d’apporter aux détenus accusés d’homosexualité une assistance matérielle, judiciaire et médicale. Tout cela reste vague mais inutile de demander des précisions : l’Union Européenne a verrouillé ses communications, et les responsables du projet ont l’interdiction formelle d’en parler aux journalistes. Le paemh touche un sujet à ce point impopulaire que l’UE espère un plop discret, plutôt qu’un éclat retentissant…

 Tirs croisés

 Il faut dire également que le courageux paemh rencontre dès sa naissance de nombreuses hostilités : Maître Alice Nkom, avocate œuvrant depuis longtemps pour la défense des homosexuels et présidente de l’adefho, a déclaré au journal Têtu avoir reçu des menaces de mort depuis l’annonce du projet ; et pourrait être passible d’emprisonnement pour avoir demandé le soutien de l’UE sur un projet qui remet en cause la loi 347 bis. D’autre part, une certaine presse accuse également l’UE d’agir hors la loi et contre la souveraineté de l’Etat. Le Journal l’Anecdote (encore lui !) remet sur table l’idée d’un complot homosexuel. Extrait d’un article du 12 janvier 2011 : « S'agit-il d'une campagne de lobbying qui vise à une déréglementation d'une société qui se veut pourtant émergente à tout point de vue ?  » Sur la toile, un article d’un journaliste et porte-parole du Rassemblement de la jeunesse Camerounaise (Rjc), circule : Cameroun, L'Union Européenne finance l'homosexualité : Financement de l'illégalité. Sur le blog de la Rjc, un billet haineux appelle à une fatwa contre les homosexuels et rappelle que chacun doit rester chez soi : « Zenmour dénonce la polygamie en France. D'accord, il a raison, c'est la loi en France, c'est leur culture. Chez nous aussi, un homme n'encule pas un autre, c'est la loi, c'est notre culture, respectez-la. Respectez nos valeurs, et gardez les vôtres. » - Élégant…

A cela, Stéphane Koche, le coordinateur du paemh, avait déjà répondu dans une précédente interview : « Quand nous avons commencé ce combat, l’Union Européenne n’était pas là. Nous avons mené ce combat parce que des Camerounais souffrent de cette exclusion dans leur pays. Donc, ce n’est pas une dynamique qui vient de l’extérieur. […] Quand nous avons commencé ce combat, la question était taboue. Elle l’est encore mais aujourd’hui, on en débat plus facilement. On peut ne plus se cacher et parler de la question. Ça prouve qu’il y a au moins un pas qui est en train d’être franchi dans les mentalités. Il y a des gens qui comprennent quand on prend le temps de leur expliquer et qui vous remercient au demeurant. Il y a, dans notre pays, des autorités qui ne savent pas que des personnes sont discriminées sur la base de leur orientation sexuelle. Et ça, ce sont des gens sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour mener nos activités de plaidoyer. »

 Pas de ça chez nous

 Chemin faisant, le paemh continue d’attiser les passions au Cameroun (en témoignent les commentaires vifs des internautes sur ce sujet), et se trouve au centre d’une « crise diplomatique », selon le quotidien Mutations. En effet, le vendredi 14 janvier, le ministre camerounais des Affaires Etrangères, Henri Eyebe Ayissi, a convoqué le chef de la délégation européenne, Raoul Mateus Paula, pour lui faire part de la désapprobation du gouvernement quant à ce financement qui soutient des associations illégales. Un coup fatal porté à la cause des homosexuels au Cameroun ? En attendant, en dehors des plates-bandes de l’Etat, le débat est relancé.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • anty 19 janvier 2011 12:33

    1) Il ne faut pas parler des minorités mais des ultra minorités (1.4% selon une enquête faite sur un échantillon de 420 000 personnes en Grande Bretagne)

    2)Il ne faut confondre l’homophobie et une lutte contre des moeurs que l’occident veut imposer
    au monde entier .

    3)Les homosexuels sont d’autant moins nombreux que les règles sont claires en ce qui le concerne dans la société (les sociétés musulmanes en sont un exemple mais on peut parler également de la Chine où le développement de l’homosexualité est très négligeable selon certains spécialistes )


    • pjf971 19 janvier 2011 16:39

      Vos points 1,2 et 3 sont des contre-vérités flagrantes et insupportables, proches du terrorisme intellectuel.

      Quant à l’occident qui veut imposer des mœurs au monde entier, il y a vraiment de quoi mourir de rire !
      L’homosexualité existe depuis toujours dans tous les pays du monde. Simplement, elle est plus ou moins sauvagement réprimée. Ce qui fait que les « sondages » n’ont absolument aucune valeur, les « sondés » répondant bien entendu dans le sens du « sexuellement correct ».


    • anty 19 janvier 2011 19:24

      Le terrorisme intellectuelle c’est grossir les chiffres (10% d’homo dans la population française )
      alors que les chiffres des spécialistes vont chaque année à la baisse constante

      Quelques chiffres
      Chaque année la gay pride de Paris annonce des chiffres proche d’un million de participants
      sauf en 2010 ou les chiffres de la police (vérifiables ) n’annonce que 35 000 de participants

      La gay pride européenne à Varsovie quant àelle n’a compté que 8000 participants(chiffre de la police polonaise ) là où les organisateurs tablaient sur au moins 120 000 de participants


    • anty 19 janvier 2011 12:50

      Une nouvelle réconfortante

      Un sondage d’Antenne 2 déclare que 54% de français sont contre le mariage homo...


      • Numero 19 Numero 19 19 janvier 2011 13:18

        A force de traiter les dirigeants d’enculés... :D

        Par contre, se baser sur des chiffres potentiellements inexacts (dans une société où l’homosexualité est mal vue, vas faire un sondage avec des résultats fiables) pour agir est assez délicat.

        De plus, je ne vois pas l’intérêt de l’UE à venir imposer sa vision dans un autre pays. Les intéressés ne sont pas plus stupides que d’autres, et savent très bien se débrouiller par eux-mêmes.

        Qu’on arrête de fourrer notre nez dans les affaires des autres. La poutre et la paille, comme disait l’autre.


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 21 janvier 2011 13:36

          Vu le faible degré de développement depuis l’indépendance de ces territoires, j’en doute fortement.


        • ali8 19 janvier 2011 16:28

          @ l’auteur

          revenez faire un article quand les fonds de UE seront à destination, pour qui de droit

          si gérés par un homologue de Bush (pour Haïti) les bénéficiaires en verront la couleur quand les poules auront des dents

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Flora Boffy


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès