Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Haro sur Lula, ce pelé, ce galeux dont viendrait tout le mal (...)

Haro sur Lula, ce pelé, ce galeux dont viendrait tout le mal !

Écoutez les beaux-parleurs des machines à bruits et des lucarnes à décerveler ; parcourez, en vous bouchant le nez, les écrits des plumitifs aux ordres dans les canards-laquais. Tous pourrissent Lula et Dilma Rousseff comme ils pourrissaient Chavez et font de même avec son successeur Maduro.

 

Ils présentent les images d'immenses foules descendant dans la rue pour réclamer «  l'impeachment » - le terme est significatif ! - de la présidente brésilienne démocratiquement élue. La corruption est le prétexte (comme si elle ,n'existait pas ailleurs). La réalité c'est que l'Oncle Sam, à la manœuvre, veut remettre ses sales pattes sur toute l'Amérique du Sud, qu'il a toujours considéré comme son pré carré. Avec les méthodes qui lui réussissaient si bien dans les années soixante-soixante-et-dix, le temps béni pour les Yankees de Pinochet et Kissinger.

Mais il faut savoir que ceux qui manifestent, fussent-ils des millions dans l'ensemble de ce pays gigantesque, appartiennent à « l'élite », aux privilégiés, aux propriétaires, à ces classes moyennes supérieures qui jouissent de voir leur juge-marionnette, le dénommé Sergio Moro, initiateur du mouvement «  lava jaro » (lavage rapide) - inspiré (de loin) par l'opération « mani pulite » contre les politicards complices des mafias en Italie – menacer Lula, l’icône des pauvres.

Ce qu'ils veulent, les nantis brésiliens soutenus, poussés, aiguillonnés en sous-main par les Étasuniens, c'est salir les représentants des pauvres, des sans-grades, des toujours-perdants, des exploités, des sans-dents qui ont retrouvé leur fierté, leurs espoirs, leur dignité avec Lula, cet ouvrier arrivé, sans violence, par les urnes, aux plus hautes fonctions. Ce qu'ils oublient, ces fossoyeurs de la démocratie, c'est qu'en quelques années, Lula a fait passé son pays de la récession, à une croissance continue de plus de 7 % par an. Ce qu'ils ne supportent pas, ces profiteurs à la solde de étranger, c'est qu'ils doivent rendre des comptes, payer leurs impôts, obéir aux lois que le peuple s'est donné. Ce qu'ils tentent, avec l'appui étasunien et la CIA en manœuvres sournoises, c'est de reprendre le pouvoir. Tous les pouvoirs.

Pour discréditer le pouvoir populaire en place, ils s'appuient sur les difficultés actuelles du pays dont l'économie est avant tout basé sur l'exportation de matières premières et subissant ainsi de plein fouet le ralentissement de la demande mondiale, et particulièrement chinoise, de ces matières premières.

Profitant du fait que les projecteurs de l'actualité mondiale sont braqués sur le foutoir du Moyen-Orient, sur l'Afrique et en Ukraine, les Yankees attaquent tous azimuts en Amérique latine. Ils mobilisent des montagnes de dollars (sortis de la planche à billet) pour manipuler tous les groupes de pression possibles – oligarchies locales, clergés, et surtout presses locales et internationales totalement dédiées à, conditionner les opinions publiques. C'est ce qui se passe actuellement au Brésil. Leur but : faire tomber tous les gouvernements du continent qui échappent à leur emprise. Particulièrement ciblés : le Brésil, le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, l'Argentine. Les Yankees ont déjà la main-mise sur le Mexique, le Honduras, le Chili, la Colombie, le Paraguay, le Pérou. Ils y disposent d'appuis stratégiques voire de bases militaires plus ou moins secrètes à partir desquelles leurs « forces spéciales » peuvent à tout moment donner la main, organiser, aider physiquement les manifestations tendant à renverser les gouvernements émergents.

 

Plus encore que le Brésil, c'est le Venezuela qui est visé. Parce qu'il exerce une influence sur les autres pays latinos et surtout parce qu'il possède les réserves de pétrole les plus importantes du monde. D'où les manœuvres conjointes des USA et de l'Arabie saoudite pour faire chuter le prix du pétrole et ainsi mettre à genoux non seulement le Venezuela, mais encore la Russie, autre cible privilégiée des politicards voyous de Washington.

Par le mensonge, la manipulation, une « morale » maison, les USA tentent par tous les moyens de discréditer ceux qui s'opposent à leurs basses œuvres. Ce qu'ils font avec Lula, ils le font aussi avec Evo Morales en Bolivie, avec Correa en Equateur, etc.

 

Lula, Morales, Correa. Trop proches des intérêts de leurs peuples pour plaire aux prédateurs yankees. Ne nous laissons pas enfumer par les me(r)dias aux ordres et soutenons-les.

 

Photo X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • tf1Groupie 17 mars 13:18

    Parce que Lula n’est pas un nanti peut-être ?

    L’auteur a du défendre Cahuzac en son temps.
    Parce que quand on soutient la corruption au Brésil on la soutient partout.

    Il y a quelques années Lula disait :
    « Quand un pauvre vole il finit en prison, quand un riche vole il devient ministre ».

    Eh bien apparemment Lula va obtenir un poste de ministre.

    Et Victor applaudit des deux mains.


    • Le421 Le421 18 mars 07:49

      @tf1Groupie
      Il serait peut-être utile de précisé que Lula est « soupçonné » de corruption et qu’il n’est pas jugé.
      J’en connais un petit paquet, en France, qui ont des mises en accusation par paquet de dix et qui ont pignon sur rue à la télé.
      La différence ?
      Suivant qu’ils sont de gauche (jugés coupables d’office) ou de droite...
      Il suffit d’écouter Pujadas ou Pernaut pour comprendre qui est qui.


    • Trelawney Trelawney 18 mars 08:02

      @Le421
      J’en connais un petit paquet, en France, qui ont des mises en accusation par paquet de dix et qui ont pignon sur rue à la télé.

      Lula est quand même mis en examen pour une grave affaire de spoliation et de corruption, c’est un peu plus que « soupçonné ». En France je connais les époux Balkani, Sarkozy, Coppé, Cahuzac etc. Est-ce que vraiment ils doivent servir d’exemple pour un pays comme le Brésil ?


    • Petit Lait 17 mars 13:51

      Article intéressant ce jour justement, dans le journal Suisse « Le Temps », sur l’une de vos idoles Chavez et son régime : http://www.letemps.ch/monde/2016/03/16/venezuela-aux-portes-dictature


      Bien entendu, vous allez « nier en bloque » en criant à la propagande et au mensonge, et lorsque cela ne sera plus possible, vous justifierez le tout au nom du bien être des couches défavorisées de la population. Il y a toujours des gens pour justifier les abus de pouvoir (j’allais écrire « dictature »... me suis ravisé de justesse, et pourtant...)....

      Moi ce qui m’a frappé dans cette article, c’est la description d’un bidonville de Caracas, haut-lieux des partisans chavistes : ces gens ont l’aire si pauvres et démunis, je n’ai pu que me demander ce qu’avait bien pu faire pour eux le pouvoir chaviste durant toutes ces années... la réponse qui m’est venue à l’esprit est : rien, sinon pas grand-chose... Et pourtant, ils continuent à y croire.... comme vous manifestement.... 

      Quant à Lula... b’in Lula..... on dirait quand même bien qu’il a bien trempé les mains dans le pétrole de Petrobras.... Au mieux, à moins qu’il ait vécu sur Mars, sans moyen de communication avec son gouvernent durant toutes ces années, il était largement au courant de ce qui se passait, tant les implications pouvoir politique / Petrobras on l’aire ténues... dans ce cas précis, la corruption est généralisée, prétendre le contraire est une insulte aux brésiliens qui en subissent aujourd’hui les conséquences !

      • Le421 Le421 18 mars 07:51

        @Petit Lait
        Vous parlez des bidonvilles de Caracas. Vous avez l’air d’un connaisseur, alors je vous demande si ces lieux ont été créés du temps de Chavez ??


      • Garibaldi2 18 mars 11:53

        @Petit Lait

        Quand un article (celui de Le Temps) commence par un mensonge aussi grotesque que : ’’Le régime chaviste a réagi à la victoire de l’opposition aux élections législatives en réduisant les prérogatives du parlement. Comme il a tenté, depuis son installation, d’affaiblir tous les contre-pouvoirs potentiels...’’, on est en droit de douter totalement de l’honnêteté de son auteur. Et vous ajoutez : ’’(j’allais écrire « dictature »... me suis ravisé de justesse, et pourtant…)’’.

        Justement, et pourtant ...

        La constitution du Vénézuéla (orthographe ’’à la française’’), approuvée par référendum en 1999, sous Chavez, instaure la possibilité pour le peuple de convoquer un référendum révocatoire qui permet de destituer n’importe quel gouvernant, fonctionnaire ou administrateur public, y compris le Président, avant la fin de son mandat. Ce référendum révocatoire doit être demandé par une pétition respectant un certain quorum (nombre valide de signatures). Cette nouvelle procédure a été mise en œuvre pour la première fois lors d’un référendum en 2004, qui visait à destituer le président Chavez. Cependant, le référendum n’a pas rassemblé une majorité nécessaire pour destituer le Président.

        Dans son article 71, cette constitution prévoit que : Les matières de droit international pourront être soumises à référendum consultatif sur l’initiative du Président (e) de la République en Conseil des Ministres ; après accord de l’Assemblée Nationale, approuvé par un vote à la majorité de ses membres ; ou à la demande d’un nombre qui ne saurait être inférieur à dix pour cent des électeurs et électrices du registre d’état civil et électoral.

        Dans son article 72 : Toutes les charges et magistratures de l’élection populaire sont révocables. Passée la moitié de la période à laquelle a été élu le ou la fonctionnaire, un nombre qui ne peut être inférieur à vingt pour cent des électeurs ou électrices inscrit(e)s dans la circonscription correspondante pourra solliciter la convocation d’un référendum pour révoquer son mandat….

        Article 73 : Seront soumis à référendum les projets de loi en discussion à l’Assemblée Nationale, décidés par au moins les deux tiers des membres, si le référendum est adopté avec une participation de vingt-cinq pour cent des électeurs et des électrices, inscrit(e)s sur le registre de l’état civil et électoral, le projet correspondant sera, érigé en loi.

        Les traités, conventions ou accord internationaux qui pourront compromettre la souveraineté nationale ou transférer des compétences à des organes supranationaux, pourront être soumis à référendum sur initiative du Président ou de la Présidente de la République en Conseil des Ministres ; par le vote des deux tiers des membres de l’assemblée ; ou par quinze pour cent des électeurs ou électrices inscrit(e)s sur le registre d’état civil ou électoral.

        Article 74 : Seront soumis à référendum, pour être abrogées totalement ou partiellement, les lois dont l’abrogation est demandée sur l’initiative d’un nombre qui ne peut être inférieur à dix pour cent des électeurs ou électrices inscrit(e)s sur le registre d’état civil et électoral ou par le Président ou la Présidente de la République en Conseil des Ministres.

        Pourront également être soumis à référendum abrogatoire les décrets ayant force de loi que dicte le Président ou la Présidente de la République en utilisant les attributions prévues dans l’alinéa 8 de l’article 236 de cette Constitution, quand il serait sollicité par un nombre qui ne peut être inférieur à cinq pour cent des électeurs ou électrices inscrit(e)s sur le registre d’état civil et électoral.

        Pour valider le référendum abrogatoire, sera indispensable la participation de quarante pour cent des électeurs ou électrices inscrit(e)s sur le registre d’état civil et électoral.

        Alors soit vous êtes un imbécile qui ne connaît rien du sujet dont il parle, soit vous êtes un perroquet propagandiste qui reprend le discours médiatique convenu des chiens de garde sur le Vénézuéla.

        Vous poursuivez par : ’’Moi ce qui m’a frappé dans cette article, c’est la description d’un bidonville de Caracas, haut-lieux des partisans chavistes : ces gens ont l’aire si pauvres et démunis, je n’ai pu que me demander ce qu’avait bien pu faire pour eux le pouvoir chaviste durant toutes ces années... la réponse qui m’est venue à l’esprit est : rien, sinon pas grand-chose... Et pourtant, ils continuent à y croire.... comme vous manifestement…’’

        Je n’ai pas trouvé dans cet article ’’la description d’un bidonville de Caracas, haut-lieux des partisans chavistes’’ , mais il convient de commenter votre ’’pas grand-chose’’.

        Le ’’pas grand-chose’’ c’est l’inscription dans la constitution que : Pour garantir le droit à la santé, l’État créera et exercera l’action Directrice et gérera un système public national de santé, de caractère intersectoriel, décentralisé et participatif intégré au système de la sécurité sociale, régi par les principes de la gratuité universelle(Article 84)

        Le ’’pas grand-chose’’ c’est aussi l’article 103 qui dit que toute personne a droit à une éducation complète, de qualité, permanente, égalitaire dans ses conditions et opportunités, sans autre limitation que celles découlant de ses aptitudes, sa vocation et ses aspirations. L’éducation est obligatoire à tous les niveaux, depuis la maternelle jusqu’au niveau moyen diversifié ; l’intégration dans les institutions de l’État et la gratuité jusqu’au niveau post-universitaire.

        Si le Vénézuéla (qui partait de très loin) n’a pas une économie florissante, c’est moins dû aux graves erreurs économiques de Chavez qu’à la chute des cours du brut et à la guerre économique, pour ne pas parler de sabotage, que lui mènent les USA, et les riches Vénézuéliens qui n’ont jamais admis que le pouvoir puisse leur échapper. Il est extrêmement facile de plonger un pays fragile dans le chaos économique, on se souvient de la ’’grêve des camionneurs’’ au Chili.


      • papakill papakill 18 mars 12:25

        @Petit Lait

        Difficile de se baser sur un article comme celui que vous donnez en lien.
        Je viens de le lire et effectivement la situation dépeinte est affreuse.

        Le souci, comme l’article de Victor d’ailleurs, c’est finalement de trouver les faits au milieu de quantité de commentaires subjectifs de la part des auteurs pour se faire son propre avis.

        Dans votre article, qu’est-ce qui est vrai finalement ? Comment le savoir ?

        Prenons l’exemple de ce passage :
        « Les milieux académiques, foyers traditionnels de pensée critique, sont pareillement harcelés. A commencer par les universités dites autonomes, dont le statut, imaginé par Simon Bolivar en personne, est censé garantir la liberté de recherche et d’enseignement. « Le pouvoir chaviste a multiplié les initiatives pour les mettre à sa botte, dénonce Luis Millan, professeur au sein de la plus prestigieuse d’entre elles, l’Université centrale du Venezuela. Il a tenté notamment d’imposer un nouveau mode d’élection des recteurs et des doyens en violation de sa propre Constitution. Et il se mêle de domaines étrangers à ses compétences comme la gestion du budget et la sélection des étudiants »
        Je ne vois là que le ressenti de l’auteur mais le seul fait dont je peux être quasi certain qu’il est vrai est qu’un un nouveau mode d’élection des recteurs et des doyens a été proposé. C’est tout. Dans tout ce passage il n’y a que ça qui puisse être non contesté, le reste n’est qu’avis personnel
        « harcelés », « pour les mettre à sa botte », « imposer », « en violation de sa propre constitution ».
        Finalement on ne sait pas du tout ce qu’il y a vraiment derrière ces mots incitant à la réaction.
         
        Si on se pose 5 min, qu’on met de côté ce que l’on souhaite (que le gouvernement Chavez soit pourri ou idéal) et que l’on lit l’article (celui où d’autres, et cela fonctionne pour chaque contexte) on se rend vite compte que très peu de faits peuvent être sortis.

        C’est vraiment diffcile de se faire un avis.

        Moi j’aimerai que le gouvernement Chavez soit vraiment un gouvernement différent du mien (France) qui souhaite supprimer les inégalités et plein d’autres choses humaines.
        Mais c’est juste ce que je souhaite, est-ce la réalité je ne sais pas.

        Bon finalement tout ce baratin pour dire que l’article en lien ne m’a pas convaincu, pas plus que l’article de Victor car cela manque de faits.

        On devrait mettre des catégories d’article : Article propagande, article factuel, etc.. :)

        PS : Comme Garibaldi je n’ai pas trouvé le passage sur le bidonville.


      • zygzornifle zygzornifle 17 mars 14:46

        Lula a fait l’ENA je suppose !!!!


        • Petit Lait 17 mars 16:22

          « D’où les manœuvres conjointes des USA et de l’Arabie saoudite pour faire chuter le prix du pétrole » : désolé, mais là votre démonstration (soit-dit en passant faites de belles tirades, mais sans jamais exprimer aucune preuve ni aucun fait, à telle point que je suis étonné de trouver tel article sur un site que se veux « d’information » et plus encore « citoyen », donc au minimum « responsable ») ne tient pas : si l’Arabie saoudite a bien fait tourner à fond ses puits pour faire baisser les prix, c’est justement pour anéantir l’industrie du pétrole des USA, basée sur les extraction de schiste, bien plus onéreuses ! Avec des prix plus élevés, les USA pouvaient produire du pétrole et assurer leur indépendance. Au niveau de prix actuel ils ne peuvent plus, ce qui pèse lourdement sur leur économie et stratégiquement, sur leur indépendance ! 


          Comme quoi, toute théorie par trop belle et simpliste n’est pas forcement juste !

            • Petit Lait 17 mars 16:35

              @Ouallonsnous ?

              Désolé, Mr Ouallonsnous, mais les faits justement, pourriez-vous les évoquer, ceux qui sont la réalité selon vous ? Pas des théories, mais bien des faits ? Car qu’une corruption à large échelle ait eu lieux au Brésille via l’entreprise d’état Petrobras, est un fait ! Que Lula et sa famille soient impliqués, il y aurait des preuves. Et dans tous les cas, il y a de très fortes suspicions, tant la corruption est généralisée, que au moins il était au courant. 

              Pour Chavez, une fois encore, ce qui est relaté dans l’article que j’ai mis en lien ne sont que des faits. 

              Donc quels sont les vôtres de faits, que je dénierais « mordicus » et qui démontrent que j’ai tort ? 

              Je vous renvoie à mon premier commentaire : vous commencer par nier et crier à la propagande. Bientôt, ne pouvant justifier de vos dires par des faits et des preuves, vous allez justifier tout cela au nom du bien-être de la population la plus défavorisée... Mais posez-vous une question : dans tous ces merveilleux pays d’Amérique latine dans lesquels vos idoles ont été à l’ouvre depuis bientôt 15 ou 20 ans, quels ont été les progrès réalisés sur les conditions de vie des plus défavorisés ? 

            • tf1Groupie 17 mars 20:14

              @Ouallonsnous ?

              Quels faits ?

              Prétendre que les USA font baisser le prix du petrole alors que cela entraine à la faillite tout le secteur du petrole de schiste, c’est cela un fait ??

              Bref, vous en êtes alors réduits à des attaques personnelles.
              Effectivement vous ne savez pas où vous allez.  smiley


            • Ouallonsnous ? 17 mars 22:11

              @Petit Lait et tf1groupie,

              « quels ont été les progrès réalisés sur les conditions de vie des plus défavorisés ? »

              Merci de me fournir un exemple de ce que vous et vos semblables dénient aux régimes de gouvernements populaires cibles des attaques des néo-cons revanchards !


            • Le421 Le421 18 mars 07:53

              @Petit Lait
              Confusion entre les bas résille et le Brésil... Petit lap-suce !! smiley


            • Le421 Le421 18 mars 07:54

              @Petit Lait
              il y aurait des preuves...

              Tout est dans le « aurait ».
              Ce temps s’appelle le conditionnel, et comme son nom l’indique, les faits sont « conditionnés ».


            • Julien30 Julien30 18 mars 09:20

              @Ouallonsnous ?
              « quels ont été les progrès réalisés sur les conditions de vie des plus défavorisés ? »« 


              Bref vous êtes totalement incapable de répondre, vous soutenez Lula par principe sans même savoir de quoi vous parlez car ce »brave" homme est de gôche, ce qui suffit à votre esprit critique très aiguisé.

            • Garibaldi2 18 mars 13:06

              @tf1Groupie

              C’est vous qui ne savez pas où vont les USA ! Le fait que l’Arabie Saoudite, allié(e) inconditionnel(le) des USA depuis l’entrevue entre Roosevelt et Ibn Saoud en 1945, continue de produire du pétrole à tout va, n’est destiné qu’à assécher les réserves de Poutines en devises, puisque la vente de pétrole et la principale source de devises de la Russie. Accessoirement ça affecte aussi les ressources du Vénézuéla et de l’Iran. De plus le pétrole de schiste produit aux US ne supporte aucun frais de transport, ce qui n’est pas négligeable dans l’équation. Si vous pensez que l’Arabie Saoudite peut mener une politique mettant en cause les intérêts stratégiques des USA, c’est que vous habitez sur une autre planète.

              La théorie selon laquelle l’Arabie saoudite voulait tuer la production de pétrole de schiste aux USA était une théorie simpliste, ne tenant pas compte qu’il faut toujours, comme aux échecs, faire la balance entre risque et bénéfice. Lire cet article pour comprendre : http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/021681065715-contre-toute-attente-la-production-de-petrole-de-schiste-americain-continue-de-resister-1198649.php.


            • Garibaldi2 18 mars 13:46

              EST la principale source ....


            • Ouallonsnous ? 30 mars 18:20

              @Julien30

              Est de gauche toutes les personnes et tous les processus permettant la satisfaction du maximum de besoins pour le plus grand nombre d’êtres humains.

              Quand à répondre dans le détail, prenez vous par la main !


            • oncle archibald 17 mars 16:43

              Peut être bien que « les nantis brésiliens » aimeraient changer de gouvernement et poussent devant eux les pauvres, les sans-grades, les exploités, pour le faire tomber. Comme dans toute révolution, la nôtre de 1789 comprise, les bourgeois utilisent la colère du peuple pour virer ceux qui gênent leurs ambitions.

              Peut être bien que vous avez raison, mais pour autant est-ce que les « sans-dents » qui étaient fiers d’avoir enfin à la tête du pays un Président issu de leurs rangs n’ont-ils pas horriblement mal au cul en constatant que lui aussi était corrompu ? Qui l’a obligé à en croquer ? Personne, c’est juste parce que « tout le monde le fait » et c’est tellement tentant. Mais voilà les « sens dents » eux croyaient qu’il ne le ferait pas ! Ils sont cons ces pauvres, ils croient les politiques pour peux qu’ils pensent qu’ils sont « de leur bord » !!

              Comme le rappelle TF1 groupie Lula disait : « Quand un pauvre vole il finit en prison, quand un riche vole il devient ministre ». Ca leur plaisait bien ce discours aux « sans dents », mais Lula est devenu riche et Madame Dilma Roussef vient de lui offrir un poste de ministre, pas pour qu’il fasse la volonté du peuple non, le peuple tout le monde s’en fout, juste pour qu’il puisse échapper à la justice.

              Décevant non ? Surtout pour les naïfs et les endoctrinés.


              • aimable 18 mars 07:22

                ce juge de droite , a certainement la mémoire courte car du temps ou les siens étaient au pouvoir la corruption était leur spécialité , les «  corrompus » de celui-ci sont des petits et ne leur vont pas a la cheville,mais ne dit -on pas que les braconniers font les meilleurs gardes chasses .
                les coups d’état de cette droite sont également nombreux et ils n’étaient pas démocrates , les militaires Argentins avaient du prendre exemple sur eux !


                • Trelawney Trelawney 18 mars 08:16

                  Lula a certainement fait de belles choses au Brésil, mais la gauche reste la gauche et dès qu’elle est élue, elle retombe vite dans ses travers à savoir : le pouvoir pour le pouvoir.

                  Je ne suis pas étonné qu’il est mis la main dans le peau de confiture, parce que c’est comme cela c’est dans leur gêne. A la base on vient du peuple, puis on est élu et on fréquente les grands (milliardaires, nababs, dictateurs etc) de ce monde et on se veux l’égal de ces personnages, alors on investi avec l’argent du pays pour des grandes manifestation qui vous rendra télégénique le temps de la manifestation et le lendemain ce sera le peuple qui se réveillera avec la gueule de bois. On aura ainsi ramené son pays le Brésil à l’âge de pierre alors que lors de promesses électorales on avait dit « que le Brésil deviendrait un grand pays ». Pendant ce temps les rapaces de tout poil auront dépouillés l’endroit et auront pris soin de refiler quelques valises de billets aux dirigeants élus (merci la démocratie), comme cela en plus de s’approprier les richesses on renvoie les Lula et consort dans la favéla du départ et on détruit les structures sociales et économiques du pays des fois qu’après il y aurait encore quelque chose à grappiller.

                  Conclusion : on ne fait jamais des pur sang avec des mules


                  • aimable 18 mars 09:16

                    @Trelawney
                    sauf que les pur sang ne servent a rien , ils font partis des privilèges de certains nantis , tandis que les mules elles, je n’ai pas besoin de faire leurs éloges , ce sont des travailleuses   smiley


                  • Trelawney Trelawney 18 mars 10:23

                    @aimable
                    Les pur sang font bien sur la photo, tandis que les mules ne servent qu’à transporter des charges et accessoirement à faire de l’ombre pour son propriétaire


                  • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 18 mars 09:25

                    Lula et Rousseff (catho de gauche, sorte de Ségolène Royal brésilienne), des amis de ce gros machin de Katia Abreu, la « tronçonneuse », membre du PMDB qui conserve l’héritage idéologique de la junte militaire...
                    http://www.redeto.com.br/noticia-8700-katia-abreu-acompanha-dilma-na-abertura-da-colheita-da-safra.html#.Vuu0JebsSM8
                    Ah ces sacrés défenseurs des pauvres (et ce discours du bon gros Babar progressiste-développementaliste fasciné par la gauche sud-américaine !!! ) ! Même sous la dictature d’extrême-droite, les peuples autochtones n’étaient pas moins bien traités.


                    • Yohan Yohan 18 mars 17:05

                      Ce Lula, c’est l’équivalent de Cazeneuve. Fais ce que je dis et surtout pas ce que je fais, comme d’hab avec les socialos


                      • Trelawney Trelawney 18 mars 17:47

                        On n’est plus dans les années 60 où les américains devaient éviter que l’Amérique latine passe dans le camps des communiste. Et franchement les USA en on rien à faire d’un pays comme le Brésil, qui ne représente rien pour eux.

                        Une fois que cela est dit, que c’est-il passé au Brésil avec Petrobras ? Au départ il y a 15 ans, c’est une simple affaire de « contrôle des marchés publics » comme on en a connu dans les années 80 avec l’affaire URBA. Des entreprise se réunissent secrètement pour définir à l’avance qui sera adjudicataire de l’offre de prix pour les commandes publiques. Pour cela une entreprise est à la manœuvre (Petrobras) et des personnes sont chargés d’organiser la diffusion des dessous de table et la répartition de ceux-ci. Ces personnes sont un consultant Alberto Youssef (rien à voire avec Dilma c’est un homonyme) et le directeur du segment Raffinage et approvisionnement de la Petrobras, Paulo Roberto Costa. L’opération est réparti sur tous les territoires du Brésil et vise à financer (en plus des fonctionnaires) les principaux partis au pouvoir à savoir le PT (Dilma et Lula), du PMDB (proche de la bourgeoisie et de l’ancienne extrême droite) et du PP parti progressiste proche de l’ancienne junte et allié du PT.

                        Au début c’était de petites sommes n’excédant pas quelque centaines de milliers d’euro, mais avec les travaux de la coupe du monde et des jeux olympiques c’est très vite monter en charge pour atteindre la somme (estimé à la baisse) de 2.5 milliards d’euro. C’est une estimation de la police fédérale et tout le monde (politiques, entrepreneurs, fonctionnaires) ont eut leur part de ce trafic (net d’impôt).

                        Au Brésil le juge peut réduire la peine d’un prisonnier à condition qu’il avoue tout et dénonce ses complice. C’est ce qu’on fait Alberto Youssef qui n’a fait que 15 mois de prisons sur les 5 ans et Paulo Roberto Costa. Et comme ils avaient des documents, ils ont tout dit. Le gouverneur Eduardo Campos , la sénatrice Gleisi Hoffmann, l’ex-président du PSDB, Sergio Guerra vont très prochainement se retrouver en prison sauf Guerra qui est mort en 2015.

                        Lula n’a été que le témoin de l’histoire, mais il concentre les attaques du Juge Sergio Moro , qui veut le mettre en prison pour le forcer à avouer qui étaient les organisateurs du temps où ils étaient président et tous les regards se tournent sur Dilma Youssef. On comprend mieux pourquoi elle veut qu’il soit ministre. Ca lui permettra de sauver sa peau. de toute façon Moro perd peu à peu son instruction au profit du procureur Rodrigo Janot, qui veut conduire l’affaire, au niveau du STF, Tribunal Suprême Fédéral, la plus haute instance de justice pour y condamner tous les politiques

                        Quant aux brésiliens qui manifestent, ils ne le font pas que pour ce scandale, mais aussi pour l’augmentation des prix, la récession économique et aussi le retour de la police (corrompue) dans les favelas


                        • Sun Tzu Sun Tzu 18 mars 18:54

                          Le Brésil est un des pays les plus inégalitaires au monde, et cela depuis bien avant Lula. Les elites brésiliennes se sont appropriées les immenses richesses du pays depuis des décennies. Elles vivent comme des nababs et elles ont toujours tout fait pour maintenir le peuple dans l’ignorance, l’alcool, la samba etc... L’education secondaire publique est l’une des pires au monde, la sante publique mieux vaut ne pas tomber malade quand on est pauvre. Bref, Lula et son PT ont perturbe cette « tranquillité » depuis 12 ans. Minha vida minha casa a tout de meme sorti des millions de brésiliens de la plus totale pauvreté grace a une meilleure redistribution des recettes publiques. Les elites au pouvoir avant cela ne s’en sont jamais préoccupé. Alors oui, Petrobras a servi d’instrument de financement du PT pour gagner les elections. Rien de choquant la ; on se bat avec ses armes. La corruption me direz-vous ? Elle est a tout les étages de la vie politique et de la justice brésilienne. Il n’y a qu’a voir le niveau de vie de ces gens la sur place. C’est dans l’idiosyncrasie brésilienne et ce n’est pas pres d’en disparaître. Si on comprend cela, on comprend aisément que l’on assiste a une tentative de coup d’état par manipulation de l’opinion sur un president démocratiquement élu. parlant des USA, leur passe dans la region ne plaide pas vraiment en leur faveur, et quand d’immenses intérêts géopolitiques et économiques sont en jeu (le Brésil est quand meme la 7eme économie du monde et la puissance régionale) la CIA , les Frères Koch et tout le saint-tremblement yankee n’a aucun scrupule a s’asseoir sur le suffrage universel (dixit Pinochet, Maidan). Les neocons ont vraiment les moyens aujourd’hui de faire prendre au bon peuple des vessies pour des lanternes.


                          • VICTOR VICTOR 19 mars 09:00

                            @Sun Tzu

                            Tout est dit. Et bien dit. Merci, on se sent moins seul... Voilà qui change de tout ce dégueulis de commentaires qui crachent sur Lula, Chavez, Correa, Morales et tous ceux qui ,ont « l’impudence » de dénoncer les sales pattes yankees sur leurs pays respectifs.
                            Comme vous dites, cher Sun Tzu, ces héros sortis des sans-dents luttent avec leurs armes.
                            Et ce qui se passe au Brésil EST une tentative de coup d’état fomenté comme toujours par la CIA et autres officine nauséabondes à la solde des banksters yankees.

                            Banzaïe !


                          • fcpgismo fcpgismo 18 mars 18:54

                            Très bon comme toujours, mais en plus tous ces commentaires de larbins, qui prennent la défense de leurs maîtres, les très riches, les hyper prédateurs, pour encore plus leur lécher le cul j’adore.

                            Quels âmes de boues ils n’ont qu’une envie devenir esclave. Victor Hugo

                            • pullenacier 18 mars 20:40

                              @fcpgismo
                              eh l’attardé ! si t’as toujours pas compris que lula faisait partie des maîtres, épargne nous tes commentaires de merde de beauf qui se croit au-dessus du lot


                            • pullenacier 18 mars 20:41

                              de beauf de gauche


                            • Laurent 47 21 mars 18:29

                              Un petit détail qui semble avoir été oublié dans l’analyse :
                              Les B.R.I.C.S. sont composés du Brésil, de la Russie, de la Chine, de l’Inde, et de l’Afrique du Sud.
                              Cette organisation souhaite y intégrer à plus ou moins long terme deux pays : le Venezuela et Cuba.
                              A noter qu’il ne s’agit que d’une organisation purement économique.
                              Donc il y a le feu au lac à Washington, et des troubles « démocratiques » ( on connait la chanson ) éclatent au Brésil et au Venezuela, tandis que Barack Obama se précipite à la Havane pour renouer les liens avec Cuba ( en attachant les poignets de Raul Castro, je suppose ) !
                              Comme la Chine et la Russie ont déjà posé des jalons à Cuba, et dans tous les pays d’Amérique Latine qui font partie de l’UNASUR et de la CELAC et qui souhaitent coopérer avec la Chine et la Russie, les Etats-Unis commencent à se faire du souci pour leur hégémonie !
                              Après avoir cerné ces deux pays de bases militaires, il ne peuvent pas supporter l’idée que la Chine et la Russie puissent arriver à faire la même chose autour des Etats-Unis !
                              Or ni la Chine ni la Russie ne sont des va-t-en guerre, mais leurs dirigeants ne sont pas naïfs pour autant ( si vis pacem para bellum ).
                              Et Raul Castro ne s’engagera envers Washington que s’il obtient la fermeture de Guantanamo, et la levée totale des sanctions américaines contre Cuba ( qui sont à l’origine du rationnement qui s’est installé sur l’île et des mesures de restrictions que le gouvernement de Fidel Castro a dû prendre pour y faire face ).
                              Croyez-moi : le Congrès américain ne va pas lâcher le morceau si facilement, tant la connerie de ses membres est inguérissable !

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès