Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Hillary Clinton en pôle position dans la course à la Maison (...)

Hillary Clinton en pôle position dans la course à la Maison Blanche

Alors que la course à l'investiture républicaine bat son plein depuis plusieurs semaines et semble plus indécise que jamais, (Trump est désormais talonné par Cruz), celle au sein du parti démocrate semble être déjà jouée depuis très longtemps, comme l'atteste les derniers chiffres en faveurs d'Hillary Clinton, plus que jamais candidate à la présidence Américaine..

Le débat programmé hier soir n'a sans doute pas permis de bouleverser la hiérarchie, déjà très clairement établie en faveur de l'ex sénatrice de New York, qui bénéficie désormais de près de 60% des intentions de votes démocrates, contre seulement 34% pour Bernie Sanders et moins de 5% pour Martin O'Malley, le maire de Baltimore, troisième et dernier candidat encore en lice. Oratrice hors pair, Hillary parvient à déjouer tous les pièges présentées à elle, notamment après l'affaire Benghazi, qui ne lui a au final quasiment coûté qu'une légère baisse dans les sondages, vite récupérés par l'agacement des électeurs envers les manières radicales de Bernie Saunders, qui aborde trop souvent des idéaux que l'on pourrait juger de néo marxistes, incompatibles avec la politique néo libérale américaine.

 
Impliqué en plus dans une affaire d'espionnage depuis quelques jours, où un membre de son parti est accusé d'avoir pénétré des documents confidentiels appartenant à Hillary Clinton, Sanders à tenu à présenter ses excuses à l'ex First Lady, ouvrant ainsi le débat dans un climat beaucoup plus propice à la discussion que celui du Grand Old Party Mercredi soir, où l'affrontement entre Trump et ses adversaires fut beaucoup plus engagé.
 
Le ton pris par Sanders et O'Malley envers l'ex First Lady hier soir aura été assez dénué d'enthousiasme, même si il faut reconnaître au sénateur du Vermont ses attaques ciblés mais répétitives envers Clinton.
 
"Je crains que la secrétaire Clinton soit trop favorable aux politiques de changement de régime et trop agressive, sans penser aux conséquences souvent imprévisibles. "
 
Ici, Saunders fait référence - pour la énième fois dans cette course à l'investiture - au vote favorable accordé par Hillary à une intervention militaire en Irak en 2002, qui lui a depuis été très reproché et utilisé contre elle, afin de décrédibiliser sa politique étrangère. Saunders tente ainsi de montrer son désaccord d'un changement de régime en Syrie, souhaité depuis longtemps par l'ancienne secrétaire d'état, qui affirme se concentrer autant sur l'état Islamique que sur le sort d'Assad. Le sénateur du Vermont ne crit pas beaucoup aux transitions politiques au moyen Orient, prenant exemple du cas Saddam Hussein où Muhhamar Kadhafi, dont les deux pays sont aujourd'hui dans une claire impasse politique.
 
"Ce n'est pas Assad qui attaque notre pays, c'est l'état Islamique."
 
De manière très habile et comme depuis le début de la présidentielle, Clinton a tenu à démontrer sa volonté d'une politique étrangère américaine plus agressive, qui proposerait ainsi selon elle une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Syrie et un changement rapide de gouvernement. L'accord signé hier par l'Onu devrait ainsi aider à justifier et à crédibiliser les propositions de l'ex First Lady, qui a tout de même montré par le passé sa capacité à faire face et à régler des conflits étrangers lorsqu’elle était secrétaire d'état, notamment en Israël ou en Libye. Hillary a également énoncé lors de ce débat les bienfaits qu'apporterait une transition en Syrie sur les migrations internationales, qui se verraient diminués de manière radicale si la guerre venait effectivement à se restreindre en Syrie. Saunders préfère lui prôner le repli sur soi en affirmant que les États Unis ne pourront pas être éternellement les «  policiers du monde  » et laisser les pays arabes s'occuper de combattre Daech, qui n'est pas pour lui la priorité il faut le rappeler.
 
L'ancien sénateur du Vermont a également peiné à exprimer clairement les grandes lignes de sa politique économique, qui se cantonne depuis le début de son entrée en course par une ligne « radicale » qui vise uniquement à attaquer Wall Street, accompagné également d'une hausse du salaire minimum- ce qui sans aucun doute est la principale raison de sa position élevé jusqu'ici dans les sondages-. Hillary Clinton a tenu elle à tenir une ligne neutre, informant qu'elle ne favoriserait en aucun cas les entrepreneurs de Wall Street -notamment pour mettre fin aux allégations qui pèsent sur le financement de sa campagne- mais ne contribuerait pas non plus les « détruire », comme compte le faire Sanders. Quand le sénateur de Vermont affirme que « les Patrons des multinationales aimeront Hillary mais ne m'aimeront pas », celle ci répond d'un cinglant «  Ils seront obligés de m'aimer", continuant ainsi sa prospection de soutiens, qui semblent désormais émaner de presque toutes les classes sociales.
 
La classe moyenne également, à laquelle Hillary a récemment promis une non augmentation des impôts pronés devrait plus adhérer en sa faveur, plutôt qu'à un Sanders aux idées radicales révolutionnaires qui semblent très proches parfois du communisme, mais très éloignés des attentes de l'électorat américain, que Sanders parvient uniquement à séduire du côté des minorités et des classes populaires.
 
Annoncé longtemps gagnant dans l'Iowa, qui sera le premier état à se prononcer en Février prochain, Sauders a semble t-il perdu de nombreux soutiens dans cet état clé, qui devrait largement revenir à Clinton selon les derniers sondages. L'ex secrétaire d'état a compris la leçon de la campagne présidentielle de 2008, lorsque elle avait ,sure de sa victoire , délaissée l'Iowa à Barack Obama, qui l'avait finalement devancé en accumulant les soutiens. Prospectant sur tous les domaines, Hillary tente de se frayer un chemin sûr dans cette campagne afin de pouvoir au plus vite s'assurer le droit de concourir pour la maison blanche, ce qui pour le moment semble fonctionner à merveille.
 
 
En plus de présenter un discours politique concret et en adéquation avec les attentes de tous les Américains, Hillary a donc la chance de se retrouver dans un contexte ultra favorable cette année, où lui font face seulement deux adversaires, dont un (O'Malley) qui ne semble pas s'investir totalement dans la lutte pour l'élection finale. L'agressivité de Bernie Saunders envers le capitalisme et le milieu boursier apparentés à sa politique jugée « Gauchiste » joue également en faveur de Clinton, qui est clairement souhaité pour concourir au sein de son parti et ainsi succéder à Barack Obama. Le léger flux de débats organisés par le parti démocrate joue également en sa faveur, tandis que l'affaire d'espionnage dont a été victime Saunders a largement été reprise par la direction du parti Démocrate, qui a interdit l'équipe du candidat d'accéder à certaines données d'électeurs.
 
Hillary en est bien conscient et prépare déjà aujourd'hui le sprint final de son marathon qui doit l'amener sur le parvis du Capitole en Janvier 2017.
 
Ses prises de position « anti Trump » hier soir lors du débat ont ainsi été parfaitement orchestré à des fins de lutte anti terroriste.
« Je suis inquiète que le discours des républicains, surtout de Donald Trump , envoie le message aux musulmans aux Etats-Unis et dans le monde entier d' un choc des civilisations, et l'idée d'un complot occidental ou de guerre contre l’islam, qui je pense, attisent les flammes de la radicalisation »
 
On peut assez facilement être en accord avec cette supposition, qui pourrait également contribuer l'électorat Républicain à se tourner envers Hillary Clinton en cas de désignation de Mr Trump, toujours largement en tête des sondages.
 
Lors de sa récente visite dans le Minnesota, elle a tenu à exposer concrètement son plan de lutte contre Daech, qui sembled'une part beaucoup plus concret que celui proposé par les Trump, Cruz et consorts, mais également que celui jugé trop défensif du gouvernement Obama.
 
Tour en restant dans la ligne de son prédécesseur, dont elle essaye seulement d'améliorer la politique étrangère, Mme Clinton a ainsi appelée en premier lieu à combattre la libre circulation des armes plutôt que l'immigration (même si celle ci doit être contrôlé selon elle) comme le suggère Donald Trump, tout en appelant les grandes entreprises de technologies (Facebook, Twitter…) à aider pleinement le gouvernement américain dans sa lutte contre le terrorisme. La limitation de recrutement par l'état Islamique est également une priorité pou Hillary, qui estime ainsi « stupide » d'imaginer une intervention au sol américaine ce qui ne contribuerait qu'a provoquer un afflux de partisans pour l'EI. L'ancienne secrétaire d'état a appelé néanmoins à la nécessité de vaincre l'état Islamique
« Nous vaincrons ces nouveaux ennemis comme nous avons vaincu ceux qui nous avaient menacés par le passé, car ce que nous faisons actuellement n’est pas suffisant . Nous devons non seulement contenir mais également vaincre l'EI en briser son élan et ses arrières »
 
Un combat qui devrait s'appuyer selon toute vraisemblance avec les pays du golfe, où Hillary Clinton et les États Unis ont tenté et parfois réussi à nouer de véritables politique d'apaisement comme en Iran où en Afghanistan, ce qui pourrait leur permettre aujourd'hui d'envisager une coalition Arabe, qui semble prendre peu à peur forme, comme l’énonce l'appel récent de l'Iran et le récent accord entre les pays du Golfe pour créer une coalition anti-EI, ce qui devrait tout de même prendre un peu de temps.
 
 
 
Sans être parfaite, Hillary Clinton semble prête à prendre le contrôle de la maison blanche, notamment grâce l’expérience de ses erreurs passées, qu'elle ne répète quasiment plus comme l'atteste sa magistrale gestion des « fausses affaires » des mails privés et de « Benghazi », qui n'ont que contribué à confirmer sa formidable expérience politique, laquelle pourrait bien faire d'elle la première femme présidente des États Unis en Novembre prochain….

Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 21 décembre 2015 09:02

    Salut..étonnamment ,quoique ayant fait du marketing cela sautait aux yeux, peu après l’ élection de barry sotero, enfin Obama, j’avais dit comme une boutade sérieuse que si j’étais en charge du marketing us après Obama, une femme « blanche » serait parfaite pour le rôle..puis ensuite un homme blanc, puis une femme noire et je finissais la série par un handicapé moteur président (te) .alors là au choix du moment ,selon le but recherché....

    cela occupe ;hélas, la superficialité de beaucoup

    vous vous rappelez l’espoir de certains avec Barry Sotero, ou en est t’ on aujourd’hui ???

    demain ce sera la même chose....jusqu’au moment ou rien ne le fera plus....


    • howahkan howahkan Hotah 21 décembre 2015 09:56

      @howahkan Hotah

      le fin du fin consistant a élire aussi une personne de type hispano américaine, asiatique etc..

      l’idéal serait même un ou une handicapé moteur de père mexicain, de mère asiatique, avec des grands parents afro européens, mais né (ée) aux S

      surtout ne parler de rien d’autre...


    • captain beefheart 21 décembre 2015 09:10

      Votez Dracula ,c"est ça le message de l’article ?Clinton,Juppé,Erdogan,Merkel,ensemble contre la Russie !Votons rapace,votons sanguinaire,votons viol,votons fric,votons pétrole !Démocratie !


      • Sylvain Keller 21 décembre 2015 09:28

        @captain beefheart
        Le message de l’article est surtout de démontrer la parfaite campagne menée par Hillary Clinton pour le moment, facilité par le parti Démocrate . Ses idées sont en plus assez profitable à tous et sa politique étrangère est à mes yeux beaucoup plus crédible qu celle de Trump ou Cruz, ou même Sanders. Je ne pense pas que Clinton sera la sauveuse de l’humanité, mais elle sera quoi qu’il arrive toujours bien meilleure au pouvoir qu’un élu Républicain, que ce soir Trump, Cruz ou Rubio.



      • zygzornifle zygzornifle 21 décembre 2015 09:29

        comme son mari a roulé le cigare, vas telle le fumer ??


        • cathy cathy 21 décembre 2015 09:36

          Ils mettront à la présidence américaine un mexicain. 

          Les Hispaniques sont maintenant devenus la première minorité du pays, dépassant de peu la communauté noire (34 millions). Par rapport à la majorité blanche, les Latinos ont choisi de se définir comme une minorité non blanche. Le poids des Latinos inquiète de plus en plus les White Anglo-Saxon Protestants(WHASP) qui craignent de voir leur pays leur échapper ou plutôt de perdre leur contrôle de leur pays en raison du raz-de-marée hispanique !

          • njama njama 21 décembre 2015 09:59

            Hillary Clinton : la candidate de Wall Street
            Par Stephen Lendman – Le 12 décembre 2015 –

            Une présidence Clinton serait un désastre. Au milieu d’une série de candidats nullissimes, elle apparaît comme la pire de tous – la plus dangereuse, la plus louche et la plus fourbe.
             

            Les souvenirs qu’elle laisse derrière elle en tant que First Lady, sénateur de l’État de New York et secrétaire d’État sont bien connus – systématiquement pro-guerre, pro-business, pro-Wall Street, pro-machine de guerre et d’assassinats israélienne, anti-peuple, anti-démocratie, anti-État de droit, avec une feuille de route dirigée contre la nation où elle vit.
            lire l’article :

            http://lesakerfrancophone.net/hillary-clinton-la-candidate-de-wall-street/


            • leypanou 21 décembre 2015 11:19

              Article propagandiste en faveur d’une candidate qui n’a rien à envier aux va-t-en-guerre néocons etats-uniens et contre les positions de Bernie Sanders.

              En voici quelques illustrations :

              En plus de présenter un discours politique concret et en adéquation avec les attentes de tous les Américains, Hillary  : en adéquation avec les attentes de tous les Américains, on verra lors des résultats ; pour le moment, les démocrates sont minoritaires dans l’opinion !

              Ses prises de position « anti Trump » hier soir lors du débat ont ainsi été parfaitement orchestré à des fins de lutte anti terroriste. : la prétendue lutte anti-terroriste de Bush et continué par Obama n’a jamais créé autant de terroristes !

              On peut assez facilement être en accord avec cette supposition : c’est qui on ?

              Lors de sa récente visite dans le Minnesota, elle a tenu à exposer concrètement son plan de lutte contre Daech, qui semble d’une part beaucoup plus concret que celui proposé par les [répuclicains]  : c’est sûr, une zone d’exclusion aérienne est plus concrète ; c’est tout simplement un nouveau cas lybien qui est cherché, avec les résultats que l’on sait.

              Un combat qui devrait s’appuyer selon toute vraisemblance avec les pays du golfe, où Hillary Clinton et les États Unis ont tenté et parfois réussi à nouer de véritables politique d’apaisement comme en Iran où en Afghanistan

               : c’est vrai, l’Afghanistan est apaisé.


              • Sylvain Keller 21 décembre 2015 11:43

                @leypanou Il faut reconnaître à la présidence Obama et au travail de Clinton des volontés de pacification clairement bien pus importantes qu’au temps du gouvernement Bush, et l’on ne peut pas reprocher à Clinton une politique belliqueuse tout comme son mari. Aujourd’hui, peut être qu’il existe des candidats plus apte à prendre la présidence que Clinton, mais aucun ne l’a démontré ; Sanders ne sera jamais élu, tandis que Trump et Cruz inspirent la crainte à tous les occidentaux, dont les médias n’hésitent pas non plus à produire des articles anti républicains (le dernier numéro du Economist est clairement anti Trump), où je vois rarement dans ce contexte des positions anti Clinton. Pour le moment, je ne pense pas que l’on peut juger en mal la campagne parfaite de Clinton, dont les paroles je l’accorde devront néanmoins se vérifier sur le terrain, mais elle reste aujourd’hui la dernière alternative, qu’on le veuille ou non...


              • Bertrand Loubard 21 décembre 2015 12:26

                Pauvres citoyens US qui devront choisir entre un fou dangereux et une folle dangereuse....Ils devraient prendre leçon de « notre démocratie » et regarder comment on s’y prend, nous, dans notre bonne vielle Europe....


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 décembre 2015 12:41

                  Hilarant... Ce pauvre monde de la décadence !


                  Madame Clinton ou X ou Y, la succession aux Etats Unis sera exactement de même nature que les successions dans les pays historiquement médiocres ! 

                  D’ailleurs je l’ai déjà dit, la succession d’Obama et celle e Hollande ne seront pas chose facile et si elles se passeront sans difficultés, politiquement parlant, en revanche elles ne déboucheront sur aucun renouveau ni aucun projet d’avenir ! 

                  France et USA ont commis l’erreur de soutenir les régimes hors loi : LE BOOMERANG FERA SON OEUVRE !

                  • JMBerniolles 21 décembre 2015 13:25

                    Dans ce long panégyrique digne de nos journalistes serviles type Ulysse Gosset, pas un mot sur les problèmes des américains : extension de la pauvreté et de la précarité, hausse du chômage degradation générale de l’économie... et toujours l’énorme problème de la santé.

                    Hillary Clinton est l’expression directe des pires lobbies qui sévissent aux USA : Lobby sioniste, neocon, lobby de l’armement auquel est consacré la moitié du budget de l’état fédéral...

                    C’est un grand danger pour tous les espoirs de paix dans le monde.

                    Mais la prochaine élection présidentielle aux USA, pour la première fois depuis longtemps, n’elira plus le maître incontesté du monde.


                    • Sylvain Keller 21 décembre 2015 13:47

                      @JMBerniolles Le but de l’article est avant tout de montrer que Hillary Clinton est très bien parti pour remporter la course à la maison blanche, tirant des leçons de ses erreurs passées, et non pas de faire son éloge, mais il ne fait aucun doute qu’elle fera une bien meilleure présidente que Donald Trump ou que n importe quel élu républicain.


                    • JMBerniolles 21 décembre 2015 14:53

                      @Sylvain Keller

                      Merci pour votre réponse.

                      L’occident n’est plus dirigé par des personnes élues... Le vrai pouvoir est ailleurs. La démocratie, aux USA c’est depuis longtemps ce que l’on peut qualifier de « biased democracy », telle qu’elle se pratique en occident et qui est toujours présentée comme son sommet, est maintenant en échec.

                      Le changement ne peut plus sortir des urnes, le cas de la Grèce, son berceau, est à ce titre une leçon majeure, et les dirigeants élus ne sont plus crédibles. l’abstention devient d’ailleurs un geste politique réfléchi.

                      La politique de la future administration des USA sera encore plus chaotique. Entre les réalités du terrain et les sommations outrancières des lobbies, Il n’y a plus de ligne cohérente. Aujourd’hui c’est le « tango » et le zigzag, demain cela risque de nous amener au bord du gouffre

                      Et un jour ou l’autre la politique des QE et du plafond extensible de la dette va nous conduire au krach généralisé


                    • Hijack Hijack 21 décembre 2015 16:43

                      Une mamie, certes ...
                      Mais ... avec elle, la dernière guerre mondiale serait dans les starting blocs ; si elle n’a pas eu lieu avant.


                      • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 21 décembre 2015 17:42

                        Mieux vaut Trump le bouffon que Hillary la va-t-en guerre néo-conne hystérique !


                        Trump est isolationniste, ne veut pas faire la guerre à l’Iran, la Syrie et la Russie.

                        Avec Hillary il y a un risque assuré de guerres et de chaos, et potentiellement un risque non négligeable de guerre nucléaire. pareil avec les autres candidats républicain ou démocrates (à part Sanders)

                        Marre de tout ces débiles.

                        Mieux vaut le Bouffon que les Cavaliers de l’apocalypses !


                        • Odin Odin 21 décembre 2015 19:39

                          Les américains n’ayant pas inventé l’eau tiède, ils voteront

                          pour le (ou la) candidat (e) que les médias auront plébiscité.

                           

                          Les médias et journaux comme NBC, CBS, le New York Times,

                          le Washington Post, le Des Moines Register et beaucoup

                          d’autres, appartiennent ou appartenaient à des membres du CFR...

                          Depuis le 20ème siècle, presque tous les présidents américains

                          ont été membres du CFR.

                           

                          Toute ressemblance avec des élections existantes ou ayant

                          existé en France est purement fortuite. 

                           

                          PS. A la dernière réunion Bilderberg, il y avait Mme Clinton et

                          Mr Juppé. La prochaine réunion devrait nous en dire plus.


                          • berry 1er février 20:18

                            @Odin
                            Il y a peut-être un « effet internet » qui commence à se faire sentir.
                             
                            Les deux candidats anti-système Trump et Sanders ont le vent en poupe.


                          • Ratatouille Ziziledur 21 décembre 2015 23:44

                            A l’asile la viok.. smiley 


                            • fred.foyn Le p’tit Charles 22 décembre 2015 07:52

                              Elle est à la maison blanche depuis la pose de sa candidature... !


                              • LeKing LeKing 1er février 19:57

                                @tartoquetsches déjà un bon point pour l’orthographe correcte des « quetsches »


                                Plus sérieusement, sûr que Trump fait un cirque maximal pour paraître un clown fini, ce qui faisait dire à Yann Bartes ( me rappelle plus l’orthog. de son nom) « Pas sûr que ça marche en France... » ; oui, en France, politiquement, il serait déjà enterré (politiquement, évidemment, pas physiquement), et là on entre dans le sublime, quand Ronald Reagan, le cowboy d’Hollywood avait été refusé dans un film où il aurait joué le rôle d’un candidat (malheureux...) à la maison blanche, il s’était fait rejeté avec l’appréciation :« n’a pas le look d’un présidentiable ! »

                                Hors il a battu Jimmy Carter en 1980, et qui en 1984 ? Walter Mondale ? je m’y perds...

                                C’est un homme d’affaires, mais pas dans le business des armes lourdes, uniquement dans le BTP et les avions commerciaux ; donc il ne veut pas la guerre, mauvais pour son entreprise, mais pour faire l’andouille, s’il est aussi macho qu’il semble l’être, il est moins fantoche que son image publique. Eh oui ! il accentue délibérément son côté fantasque, pour attirer les voix des Homer et des Marge Simpson ; il a des conseillers en stratégie com. et il les écoute ! Enfin, par moment..

                                Hillary, c’est un cas très complexe, elle fait des études très brillante à Yale, où elle été la cavalière de Billou pour le bal de prom. ; elle a juste un truc qui cloche, ses études étant dans le droit (métier avocate), elle a chopé une déformation professionnelle : un jury de douze types vous donne raison, alors votre client c’est le capitaine Dreyfuss, un malheureux victime d’accusations mensongères...

                                Sa manière de « résoudre » le conflit israelo-palestinien, ça ressemble à un type qui voudrait éteindre une flaque d’hydrocarbures en versant de l’eau ; TOUS les pompiers savent que l’eau va entraîner les flammes plus loin, au risque de communiquer le brasier à d’autres matières combustibles ! « Ben, quoi, on éteint bien les feux de forêt avec de L’eau ? non ? » tel pourrait-être sa réplique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Sylvain Keller


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès