Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Hillary Clinton : sélective à propos des « Génocides » ?

Hillary Clinton : sélective à propos des « Génocides » ?

Diana Johnstone avait publié, en août 2015, un livre titré "Hillary Clinton : La Reine du Chaos" (ISBN 978-2-915854-85-5). Ce livre mérite d'être lu. Edward S. Herman1 l'avait évoqué dès 27/02/2016 sur Dissident Voice. Ce 12/10/2016, sur le même site, David Boyajian2, lui, titre son article : "Hillary Clinton : The Queen of Flip-Floppery3 on Genocide" Il semble donc bien qu'Hillary soit bien la Reine de pas mal de choses qu'il reste encore à découvrir mais qui seront très difficiles à mettre en évidence compte tenu que les USA ne sont pas parties au Statut de Rome, créant la CPI.

 

Justement à propos du Génocide des Tutsi du Rwanda, on apprend que Kayumba Nyamwassa, un Général rwandais dissident du Régime Kagamé (dont il a été un des bras droits pendant plus de 16 ans) a déposé devant "notaire" une déclaration concernant l'"auteur" de l'attentat du 06/04/1994. Il ne faut plus rappeler que cet attentat a coûté la vie à deux Chefs d'Etat (Habyarimana du Rwanda et Ntaryamira du Burundi), à leurs suites ainsi qu'à l'équipage de l'avion qui les ramenait à Kigali, et qu'il est considéré comme l'"élément déclencheur" du Génocide des Tutsi du Rwanda. Le Général Nyamwasa (comme bien d'autres) vit en exil depuis 12 ans, en Afrique du Sud. C'est là que par trois fois "on" a tenté de l'assassiner. Il faut dire que la liste des "dissidents" du régime "Kagamé" est longue et que ceux dont le nom y est repris ont une espérance de vie assez courte (Gapyisi, Garabazi, Sendashonga, Lizinde, Karegeya, Gafirita, etc., etc.....). Cette "déposition" du témoignage de Nyamwasa aurait relancé, en France, la procédure d'enquête qui avait été entreprise par les juges Brugière, Trévidic et Poux. En même temps Sarkozy perd du terrain et l'appui, exclusivement moral, que s'est proposé de lui "offrir" Kagamé, il y a quelques temps à peine, semble tomber à l'eau4. Il y a donc, à nouveau, de l'eau dans le gaz entre Paris et Kigali. Surtout que la cote de Juppé est en hausse ! Or précisément (quel hasard !) l'auteur du rapport mettant en cause le rôle de la France Juppé) dans le Génocide des Tutsi du Rwanda, Jean de Dieu Mucyo5 vient de mourir en "tombant" dans un escalier :

S'il est tombé dans l'escalier,

C'est la faute à Alain Juppé.

(Gavroche - Les Misérables - Victor Hugo).

Mais il n'y pas que cela comme coïncidence car presque d'une manière synchrone l'Europe a adopté le 06/10/2016, une résolution demandant la révision du procès de l'opposante Victoire Ingabire condamnée en appel à Kigali, en 2013, à 15 ans de prison, notamment, pour « minimisation du génocide » et « conspiration contre les autorités par le terrorisme et la guerre ».

Il faut aussi se rappeler que c'est en juin 2015 que Martin Witteveen6 a remis en cause les pratiques de la justice rwandaise dans un ensemble de rapports assez accablants, semble-t-il. Ces rapports auraient suffisamment influencé les Pays-Bas et même le Royaume-Uni pour que les cours de Justice de ces pays envisagent les procès des présumés génocidaires rwandais vivants sur leur territoire, non pas au Rwanda, après extradition, mais devant la justice de leur pays de refuge.

Il y aussi la sortie du livre de Corneille, chanteur canadien d'origine rwandaise, qui semble être également assez explicite sur le rôle du FPR dans certains aspects du Génocide. Quand à la mort, en 1994 au Rwanda, du père rwandais du chanteur belge Stromae,.... resterait-elle objet de spéculations ... ?

 

Mais pour en revenir à la Reine Clinton : David Boyajian parle donc du caractère Flip-flop d'Hillary à propos des génocides en général. Mais il en parle très peu à propos de celui des Tutsi du Rwanda. Ne faudrait-il pas rappeler, en ce qui concerne les "filtres sélectifs" de la Future Présidente, certaines dates qui sont "révélatrices" du rôle US dans ce dernier Génocide :

- Le 03/10/1993 (ou le 06 selon les sources) Bill Clinton décide que l'évacuation des troupes Américaines de Somalie devait être terminée dans les 6 mois (soit pour le 03/04/1994 ou le 06). Certaines "Autorités" du Pentagone auraient insisté auprès de la Maison Blanche pour raccourcir ce délai, ce que l'"Administration Clinton" aurait catégoriquement refusé.

- Le 21/10/1993, le Président Burundais Ndadaye est assassiné (Kagamé serait-il impliqué ? Sa présence à Bujumbura au moment de l'assassinat est, semble-t-il, confirmée. Nadadye aurait-il refusé de coopérer avec le Rwanda pour que le Burundi serve de "base arrière à la commission" de l'attentat du 06/04/1994 ?)

- Le 06/01/1994, David Rawson7, qui allait "devenir" Ambassadeur US au Rwanda quelques jours plus tard, rencontre Kagamé, à Kigali-même : colloque singulier ?

- Le 13/03/1994, Shalikashvili8, très proche des Clinton, ordonne au USS Péleliu, bateau de "débarquement amphibie" (LHA-5) en rade de Mogadiscio (qui devait appareiller pour sa base de San Diego le 03(ou 06)/04/1994, cfr ci-dessus) de rester dans les eaux somaliennes en "stand by" pour "parer" à la "suite" d'"éventuels événements" (mais lesquels ?)9

- Le 06/04/1994 : attentat de Kigali. Le chef de la Sûreté du Président Burundais "savait" que des troupes US étaient stationnées depuis quelques jours avant l'attentat, à l'aéroport de Bujumbura dans un "cadre" dont il n'avait pas été averti. Selon certaines sources l'"Opération Distant Runner" à partir du USS Péleliu commencerait le 06/04/1994 !!!!

- Le 08/04/1994 le 11th MEU (embarqué sur le Péleliu) arrivent à Bujumbura dans le cadre de l'Opération "Distant Runner" : Mogadiscio - Mombassa ; débarquement amphibie par hovercrafts des troupes, des hélicoptères, de l'intendance. Des KC-130 (TACC Scott Base Illinois !!!!) sont pré - positionnés à l'aérodrome militaire de Mombassa pour ravitailler (en vol) les hélicoptères qui amèneront les troupes à Bujumbura.

- Le 11/04/1994 les ressortissants américains, arrivés de Kigali par convois terrestres, sont évacués de Bujumbura vers Naïrobi, par USAF (C-141), venant de Stuttgart (!). Le Péleliu, de son côté récupère le 11th MEU et appareille, pour Mogadiscio où il arrive le 14/04/1994 et y restera jusqu'en juillet (sans autres opérations en Somalie) et son départ pour San Diego. Le Génocide s'achève fin juillet 1994 !

- le 11/04/1994 (au soir) : Bill et Hillary Clinton, Christopher Warren et son épouse ainsi que Prudence Bushnell (en tenue de soirée) félicitent les membres du "State Department", à Washington en charge des opérations d'évacuation de Kigali, pour la réussite de leur mission.

- Le 12/04/1994 Bill Clinton signe la "War Power Resolution" par laquelle il autorise la présence de troupes américaines sur le sol du Burundi pour assurer l'évacuation des ressortissants américains du Rwanda, évacuation terminée depuis deux jours !. La durée de validité de cette résolution est "valable" jusqu'à trois mois maximum (soit le 12/07/1994, le 17/07/1994 est la fin officielle du Génocide rwandais10).

 

 

Samantha Power "avoue" que "quelques deux douzaines de "US Special Forces" ont été envoyés en mission de reconnaissance de 24h à Kigali, dans les premiers jours du génocide....."(sic : Problem from the Hell pp 354-355).....

David Boyajian, observateur "neutre" (dont question en début de ce texte) est le premier, à ma connaissance, à citer Samantha Power à propos des "silences" Clintonniens sur le Génocide des Tutsi du Rwanda, qu'elle évoque dans le livre cité plus haut.

Hillary Clinton aurait "clamé" qu'elle avait exhorté Bill d'intervenir militairement pour arrêter le génocide !

La Fondation Clinton est très active au Rwanda, comme beaucoup d'autres compagnies privées dans les secteurs du Transport aérien, du Génie Civil, de l'Energie, des Mines, de la Santé, de l'Education, etc., etc............

Alors dire que Hillary Clinton est sélective dans ses attitudes vis à vis des Génocides est plus qu'un euphémisme, car il devient de plus en plus évident qu'elle et son Clan n'étaient pas des "bystanders" mais bien des acteurs du drame rwandais.

 

 

3 Flip-Flop : "Une bascule est un circuit logique capable, dans certaines circonstances, de maintenir les valeurs de ses sorties malgré les changements de valeurs d'entrées..."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bascule_(circuit_logique)

4 Heureusement pour Kagamé compte tenu du "précédent" Kadhafi !

5 Ancien procureur général, ancien ministre de la justice.

6 Appeals Prosecutor, specialisation International Crimes and Human Trafficking at Public Prosecution Service Netherlands Utrecht Netherlands

7 Participant US aux discussions d'Arusha sur la Paix au Rwanda, agent de la CIA, depuis 2005 "persona non grata" au Rwanda : pour quelles raisons ?????

8 Chef d'état-major des armées des États-Unis de 1993 à 1997 sous l'administration Clinton.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • fred.foyn fred.foyn 17 octobre 10:26

    « Il A Riz-Clin-Thon »..hystérique..Shootée pour tenir debout..Trump à raison, elle est dopée dans sa couche culotte...Seulement 3 points séparent les deux candidats !


    • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 11:58

      Sélective comme tout politique pour le pognon, il n’y a que les grosse coupures qui l’intéresse ....


      • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 17 octobre 12:14

        @ l’auteur,

        Merci pour cet article.

        Il faudrait être bien naïf pour croire en la version officielle de l’attentat du 6 avril 1994. Évidemment que les EUA sont derrière tout ça, par Ouganda interposé probablement. Et les Britanniques ne devaient pas être en reste. Il suffit de voir à qui a profité le crime (américanisation du pays comme jamais, entrée dans le Commonwealth...)).
        J’en parlais encore avec une Ruandaise il y a quinze jours. Elle me disait que je ne reconnaîtrais pas le pays que j’ai connu. Et aussi que Kagamé avait du sang sur les mains.
        N.B. : en 1993, j’ai participé à une action humanitaire avec Médecins du Monde.

        Mais c’est comme pour l’affaire du charnier de Katyn, on ne saura la vérité que dans quelques décennies.
        À moins que des témoins, encore vivants, acceptent de parler, et qu’ils ne tombent pas dans l’escalier.

        Cordialement.

        Thierry Saladin

        • Bertrand Loubard 17 octobre 23:21

          @Thierry SALADIN

          Merci pour votre commentaire.

          Il faut espérer qu’avec les réseaux sociaux, la presse « non main stream », les lanceurs d’alertes et pourquoi pas des sites comme Wikileaks, des informations s’accumulent, détail par détail  ...or le diable ne se cache-t-il pas dans le détail ?.......Mais avec l’élection d’Hillary et des membres de son « Akazu » et si pas de troisième et dernière guerre mondiale, il faudra quant même attendre au moins jusqu’en 2024....Ce serait déjà mieux que Katyn, effectivement ....


        • non667 17 octobre 15:00

          à noter : le terme de génocide est breveté pour la shoa , pour les autres ce sont des dommages collatéraux ! smiley


          • lautrecote 17 octobre 16:00

            @non667

            ça, c’est ce qu’on appelle passer le mur du sion...
             smiley


          • egos 17 octobre 20:51

            « un Général rwandais dissident ....a déposé devant »notaire« une déclaration concernant »


            Après un long développement sur ce thème, l’auteur aurait-il l’amabilité de nous signifier ce qui été déposé et quelles en sont les implications, détails et parties prenantes.
            Le Chef des armées et conséquemment de la politique extérieure ne se nommait-il pas, à l’époque des faits Mitterrand (vigoureusement défendu à chaque occasion par le mignon neveu gominé) 
            le génocide rwandais ne s’est-il pas prolongé durant l’Opération Turquoise.
            Portons à l’actif de ce même Mittrand l’affaire du Rainbow Warrior ainsi que de nombreuses disparitions opportunes,
            sans aller jusqu’à évoquer la Guerre d’Indépendance Algérienne et son rôle martial.

            • Bertrand Loubard 17 octobre 22:46

              @egos

              Merci pour votre commentaire.

              Le « cas » de la France ne faisait pas partie de l’objet de mon texte. Il s’agissait d’approcher certaines réalités complètement « voilées » dans le « cas » du clan Clinton et du rôle que ce clan a joué dans le drame Rwandais. Je ne parlais pas non plus de la guerre d’Algérie ni du Rainbow Warrier. Quant à l’Opération Turquoise, il faudrait sans doute chercher vers Bernard Kouchner pour avoir un avis certainement mieux motivés sur les « implications », « détails » et « parties prenantes » que vous évoquez d’une manière dont je ne peux pas très bien saisir le sens, ayant été assez explicite d’autre part.

              Personnellement, je ne pense pas, que la politique de Mitterand représente, effectivement, dans la hiérarchie des responsabilités dans le Génocide des Tutsi du Rwanda une part significativement prépondérante. La place de la France au Rwanda depuis 1980, comme j’ai pu le constater pendant près de 15 ans, était sur l’échiquier international vraiment très minime et déjà déclinante. L’argumentation en faveur de ce point de vue est le constat suivant : de 1980 à aujourd’hui, le déclin de la « francité » (partout dans le monde d’ailleurs, mais...) en Afrique francophone particulièrement, s’accélère, tandis que le concept-projet anglo-saxon de l’anglophonie « de l’Afrique du Caire au Cap », progresse. (Il ne reste que le Burundi, mais pour combien de temps encore). Cela s’explique par le manque de vision de la francophonie qui croirait peut-être encore que la culture francophone est toujours le nombril du monde. Or la vraie culture d’aujourd’hui est celle qui caractérise et identifie le complexe militaro - industriel international. Eisenhower nous a mis en garde contre cette culture qui peut, en effet, produire une Madeleine Albright qui estime que la mort de 500.000 enfants iraniens est un prix à payer. Ce sont les valeurs de cette culture qui permettent à Victoria Nuland de dire "Fuck the EU« à propos de l’Ukraine. C’est l’ »exceptionnalisme" de cette culture qui permet à Hillary Clinton de dire à propos de Kadhafi : "Nous sommes venus, nous avons vu et il est mort : Ah,Ah,Ah !!! Elle peut même en rajouter quand elle déclare : "Moi, Présidente des USA, si Téhéran ne respecte pas l’accord nucléaire, je raierai l’Iran de la carte !!!! (Hitler aurait-il été plus explicite ???). C’est cette civilisation (la nôtre) qui permet à Susan Rice, à propos des guerres du Congo, de dire : "Ils savent ce qu’ils ont à faire, nous, nous n’avons, pendant ce temps, qu’à regarder ailleurs« ......Etait-ce déjà la »philosophie politique" des USA de l’époque ? C’est en leur qualité de visionnaire de la justice, de la paix et de la démocratie que Tony Blair et George Bush ont invoqué les armes de destruction massive qui n’existaient pas et ont pu ainsi engendrer le chaos qu’on connaît aujourd’hui dans cette région..... Il faut écouter le rhétorique paranoïaque du Général Allen digne du Dr Strangellove prémonitoire de Stanley Kubrick :

              (http://www.breitbart.com/big-government/2016/08/03/flashback-general-john-allens-phone-sex-email-scandal/

              C’est la finesse de cette culture qui permet à Samantha Power de traiter, publiquement, Hillary Clinton de MONSTRE...Même entre membres de cette même culture ils commencent à se traiter de monstre ????? Et personne ne se demande pour quelles raisons Samantha est devenue actuellement tellement peu bavarde à propos d’Hillary.... !!!! Aurait-elle peur justement de ce qu’elle sait sur les Clinton à propos du Génocide des Tutsi du Rwanda ????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès