Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Hugo Chavez, au miroir des médias

Hugo Chavez, au miroir des médias

Depuis le coup d’Etat du mois d’avril 2002 qui l’a écarté du pouvoir pendant deux jours, le président vénézuélien Hugo Chavez ne manque jamais une occasion de rappeler que les Etats-Unis poursuivent le même objectif : le renversement de son gouvernement et l’installation d’un régime beaucoup plus docile. Pour ce qui est du passé, les faits semblent lui donner raison : l’on sait que deux attachés militaires de l’ambassade des Etats-Unis à Caracas se trouvaient au Commandement général de l’Armée de terre vénézuélienne pendant le golpe du 11 avril 2002. Depuis lors, la diplomatie états-unienne n’a jamais cessé d’exprimer ses "préoccupations" devant l’évolution du régime bolivarien de Hugo Chavez.
A l’occasion du 6e Forum social mondial qui se tient cette année à Caracas, le président Chavez a une fois de plus dénoncé "l’impérialisme devenu plus pervers, meurtrier, de nature génocidaire et immoral". Et d’ajouter : "Les Etats-Unis veulent inclure le Vénézuela sur la liste des pays soutenant le terrorisme".
Par le plus grand des hasards (?), le Département d’Etat avait, la veille, diffusé un communiqué affirmant que le Plan Balboa, dont Hugo Chavez soutient qu’il est destiné à le chasser du pouvoir, n’est pas destiné à "envahir le Vénézuela". Ce ne serait qu’un exercice militaire de simulation. Selon une enquête menée par The Miami Herald, il s’agirait en fait de manoeuvres militaires réalisées par l’armée... espagnole. Il convient cependant de signaler que The Miami Herald est réputé proche des milieux anti-castristes de Floride, et par conséquent peu amène avec le régime socialiste de Hugo Chavez...
Cette guerre des communiqués, où la presse joue un rôle important, s’exporte jusqu’en France, où Libération a provoqué une polémique à propos d’un article titré : "Le credo antisémite de Hugo Chavez". Une mise au point du directeur adjoint de la rédaction n’a pas suffi pour mettre un terme aux sévères critiques dont le quotidien a fait l’objet. Il est vrai que ces critiques émanent d’une association (Acrimed) politiquement favorable au gouvernement de Hugo Chavez, et par ailleurs engagée dans la promotion d’un essai décapant consacré à... Libération, de Sartre à Rothschild...


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès